Accueil > Politique | Par Pierre Jacquemain | 29 novembre 2016

Quelle place pour les partenaires de la France insoumise ?

Le PCF, Ensemble et Front commun ont choisi de soutenir Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2017. Reste à définir un "cadre commun" préservant toutes les sensibilités dans une campagne qui s’étendra aux législatives, alors que persistent les tensions.

Vos réactions (67)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le candidat de la France insoumise, crédité de 13% à 15% dans les sondages – toujours en tête de la gauche quel que soit le représentant socialiste – a enregistré le week-end dernier un soutien de poids. Il ne pouvait d’ailleurs pas espérer meilleur ralliement que celui des militants communistes qui se sont opposés à la ligne de leurs dirigeants – ces derniers avaient préféré à 55% une candidature interne au PCF.

Le peuple contre les puissants. Les militants contre les dirigeants. Eux contre nous. Le nouveau moteur de Jean-Luc Mélenchon. « C’est un choix qui reste partagé mais nous avons eu un débat respectueux des avis des uns et des autres », commente Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti communiste français. « Il y a une sous-estimation au sein de la gauche de la gravité dans laquelle nous nous trouvons et les communistes ont surtout considéré qu’ils ne devaient pas ajouter un nouveau bulletin de vote », poursuit-il.

Des campagnes multiples ou un rassemblement large ?

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a salué cette décision : « [elle] m’honore beaucoup. J’en suis très heureux », a-t-il d’abord réagi sur France 2 dimanche soir, avant d’ajouter : « Mais ils ont pris leur décision par eux-mêmes, sans négociation. Ils m’apportent leur soutien à ma candidature du point de vue de leur propre démarche. Donc ils auront leur campagne autonome et voilà. Tant mieux pour moi ». Une réaction qui n’a pas manqué de surprendre – parfois d’inquiéter – les soutiens à sa candidature. Quelle va être la place des partenaires dans le mouvement de la France Insoumise ? Faut-il comprendre qu’il y aura deux campagnes, voire plusieurs : celle de ceux qui ont rejoint la France Insoumise, celle des communistes, celle des autres partenaires déclarés ? Des campagnes distinctes à l’échelle nationale et locale ?

Ces interrogations reposent sur une ambigüité qui se lit sur toutes les lèvres – y compris parmi les membres du mouvement de Mélenchon : la France Insoumise doit-elle être l’amorce d’une organisation politique pérenne ou bien doit-elle être considérée pour ce qu’elle est, c’est-à-dire comme le cadre politique de la campagne présidentielle ? Pour l’heure, personne n’en sait vraiment rien, mais pour Olivier Dartigolles, il n’y a pas vraiment de doute : « Il n’y a aujourd’hui pas de cadre commun pour mener une campagne comme c’était le cas en 2012 avec le Front de gauche. Ce cadre commun ne peut pas être celui de la France Insoumise. Il y aura donc une campagne autonome du PCF, pour entendre la voix des communistes avec un appel à voter pour Jean-Luc Mélenchon ».

Plusieurs rencontres entre les différentes parties prenantes ont pourtant eu lieu afin de créer les conditions d’un rassemblement large, dans un cadre commun qui porterait la candidature de Jean-Luc Mélenchon. En vain. À l’issue de l’une de ses réunions qui s’est tenue la semaine dernière entre les représentants de la France insoumise et l’appel Front commun, un accord avait pourtant été obtenu sur la place des partenaires dans l’organisation de la campagne. L’idée serait de créer un espace de liaison entre la France Insoumise et les partenaires pour mener « une campagne collective harmonieuse ».

Le souhait d’amender la charte des candidats insoumis

La réponse officielle de la France Insoumise, pour acter l’accord, se fait encore attendre et des discussions internes au mouvement seraient toujours en cours. Une chose est pourtant acquise : Mélenchon n’entend pas dénaturer la fameuse charte politique des candidats insoumis aux législatives, qui a suscité tant de polémiques et commentaires et envisage qu’elle soit respectée par tous (lire "Soutenir ou ne pas soutenir Mélenchon ?->http://www.regards.fr/web/article/pcf-soutenir-ou-ne-pas-soutenir-melenchon]. Optimiste, Patrice Cohen-Seat, ex dirigeant communiste et initiateur de l’appel Front commun, veut croire qu’un accord est possible.

Une seconde rencontre doit avoir lieu prochainement. De son côté, Leila Chaibi, animatrice de l’espace politique de la France insoumise, se veut confiante et rassurante : « Lors de ces rencontres, Front commun nous a proposé des amendements que nous considérons tout à fait acceptables. Il y a une caricature faite sur la charte qui ne correspond pas à notre volonté. Mais nous devons poursuivre nos échanges avec tout le monde ».

S’agissant de la place des partenaires dans le cadre de la France insoumise, Leila Chaibi se montre plus tenace : « On joue sur les mots. Notre souhait c’est d’éviter les erreurs de 2012 où nous avons été rassemblés pour la présidentielle et divisés aux législatives. Aujourd’hui, quand on demande aux partenaires ce à quoi ressemblerait pour eux le cadre idéal, ils désignent ce que nous sommes, c’est-à-dire un espace où toutes les sensibilités sont représentées et s’expriment librement tout en jouant un rôle de conseil important de notre candidat commun, comme c’est le cas avec les communistes insoumis par exemple ». Et de conclure : « Nous devons faire encore plus de pédagogie auprès des partenaires et les convaincre de rejoindre ce cadre. Mais nous ferons tout notre possible pour trouver un terrain d’entente ».

De l’unité aux législatives

Autre source d’inquiétude, l’accélération du calendrier. La désignation des candidats aux législatives doit intervenir à l’occasion des assemblées générales de la France insoumise qui se réuniront dès demain soir dans deux à trois cents circonscriptions sur 577 pour désigner leurs représentants. Alors quid des candidats communistes sortants ? Quid de celles et ceux qui – non ralliés à la France Insoumise – souhaiteraient se porter candidat au titre de la diversité des soutiens à Jean-Luc Mélenchon ?

Pour l’heure, aucune réponse officielle. Olivier Dartigolles se montre d’ailleurs très inquiet : « Mélenchon évoque des candidats Insoumis dans chacune des 577 circonscriptions. Si tout le monde se met à présenter ses candidats, les communistes, Ensemble, les socialistes ou écologistes critiques, on se retrouvera dans une configuration catastrophique. Nous devons créer les meilleures conditions possibles pour obtenir un groupe parlementaire qui permettent l’expression de la diversité de la gauche de transformation sociale ». Même analyse pour Patrice Cohen-Seat : « La raison va l’emporter », veut-il croire. « Je ne peux pas imaginer un instant qu’il y ait 577 duels entre les candidats investis par la France insoumise et d’autres qui auraient soutenu Jean-Luc Mélenchon. Ça serait catastrophique et absurde ».

Pourtant, Leila Chaibi insiste : « On ne peut pas mener 577 campagnes différentes. Il faut de la cohérence. C’est le sens de la France Insoumise, c’est-à-dire un unique cadre à la fois pour la présidentielle et pour les législatives. Cela dit, les AG de demain n’ont rien de définitif. Elles ont d’ailleurs la possibilité de repousser à janvier la désignation des candidats. Et d’ici là, j’espère bien que les autres partenaires seront avec nous ».

Pour donner de la voix à la nécessité de créer un large espace autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, c’est-à-dire qui dépasse la seule France insoumise, Front commun – qui revendique près de 8.000 signataires – organise une réunion publique ce samedi à Montreuil. Sont attendus des représentants du PCF, du Parti de gauche, d’Ensemble et « peut-être de la France Insoumise », espère Cohen-Seat. Avec l’espoir de faire émerger cet espace commun, cette architecture commune que les soutiens à Jean-Luc Mélenchon appellent plus que jamais de leurs vœux. Et partir au plus vite en campagne, rassemblés. Leila Chaibi assure de son côté que la France insoumise sera représentée ce samedi. Rendez-vous est pris.

Vos réactions (67)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Si Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis n’avaient pas pris la décision de s’engager dans la campagne des présidentielle dès février 2016 nous n’en saurions pas là, et sans doute toujours à savoir qui serait avec qui, sans programme e sans la force des Insoumis, dans le cafouillage le plus complet en attendant que le roi se décide à être candidat. De nombreuses divergences sont apparues entre toutes les composantes de ces gauches, Ensemble PCF et nous. Chacun souhaite, si je ne me trompe pas faire sa campagne, ce qui ne veut pas dire des espaces communs, à définir, rassemblements matériels convergents... L’apport des autres composantes n’est pas négligeables, particulièrement parmi les militants du PCF. Il faut admettre qu’ une partie ne fera pas campagne, il se peut même qu’ils la sabotent ici et là. La rancœur est tenace. On a vu les résultats de la consultation. Le PCF est un parti divisé...
    On ne peut pas faire abstraction de certains propos à l’égard de notre candidat et notre programme. Il faut relire à ce sujet la déclaration de la commission économique du PCF. Effarant !
    Sans essayer de froisser personne, le mieux serait de proposer que chacun aille avec ses candidats, du moins dans la très grande majorité des circonscriptions, sachant que le PCF se désistera pour le PS au s econd, s’il est en tête, ce qui est loin d’être gagnénous je ne le pense pas. C’est un des points d’achoppement avec le PC comme la question sur l’Europe, sa sortie.. de nos relations avec la Russie, le nucléaire, la décroissance... Pour les sortants, nous n’oublions pas l’attitude de Chassaigne ou du potentiel candidat Dartigolles. Il devrait y avoir des candidats des Insoumis pour ces deux cas là. Il doit y en avoir d’autres, Paris par exemple. Le coup des municipales passe mal.
    Dans ma région, il est probable que le PCF aura ses candidats partout et qu’il appellera le soir même à voter PS. Aussi, je crois que la présence des Insoumis ne se pose pas non plus dans les 10 circonscriptions. Pour le reste essayons d’être unitaire pour deux, sans concession et avec vigilance. C’est ce que je dirais à ma réunion demain des Insoumis.
    Bien à vous

    rody Le 29 novembre à 18:10
       
    • Les propos de la commision éco du PCF ? Je suis d’accord avec toi. Nuls.
      Mais les tombereaux d’insultes que JLM tolère sur son blog depuis 2014 à l’égard du PCF et le refus corrélatif de publier les avis un peu critique à son égard, tu en dis quoi ? Va relire ces commentaires d’internautes. Franchement, c’est flippant, on se demande où on est.
      C’est bien les limites de la démocratie internet. Le modérateur a le pouvoir , mais tout le monde fait comme si de rien n’était. Dans FI, quel pouvoir des modérateurs ? Qui d’ailleurs les a choisi ?
      Et vive la concurrence aux législatives. On a vu aux régionales, désolé, mais ça ne produit rien. Les électeurs ne se sont pas tourné vers le PG comme vers un nouveau recours, malgré sa pureté. Déjà le NPA nous vantait la pureté comme stratégie.

      florent Le 29 novembre à 18:32
  •  
  • La base contre les "chefs" ? P.Laurent avait appeler à choisir l’option 1 (Mélenchon ) .
    C’est aux militants des circonscriptions de désigner les candidats ,pas une commission nationale .

    Valentin Michel Le 29 novembre à 18:10
       
    • @ Valentin Michel. Après avoir combattu sans relâche pour une primaire de toute la gauche et laissé ses proches dénigrer la démarche de JL Mélenchon. C’est un facile de jouer les pompiers après avoir mis le feu. Bref, parlons de l’avenir, ça veut dire quoi une campagne autonome sur la base de l’Humain d’abord alors que le programme que défendra le candidat est l’Avenir en commun. Toujours une guerre de retard ou simplement l’expression de divergences profondes et durables ? On peut s’interroger sur l’efficacité d’une telle campagne. La stratégie " un pieds dedans et un pieds dehors" a été délétère pour le PCF et cela depuis le programme commun. Il est indispensable de clarifier la démarche du PCF.

      choucroute Le 30 novembre à 08:44
  •  
  • L’arrogance des dirigeants du PCF, des quelques élus encore en place se meut en soutient du bout des lèvres à JLM avec la prise de conscience tardive qu’à force de jouer au C— en bombant le torse, plus personne ne s’intéresse à vous et à vos 2%, que vos alliés vous considèrent comme des boulets, au mieux comme des girouettes, et que ça sent fichtrement le sapin Place du Cl Fabien.
    Alors bien sûr on fait volte face en faisant des errements opportuniste et trahisons du passé récent table rase et on tape du poing en exigeant comme d’hab la majorité des candidats aux législatives, candidats déjà démocratiquement investis par l’avant-garde éclairée de la classe ouvrière au glorieux passé, aux militants de choc blablabla... BASTA !!!
    Un ancien PC, ancienFDG, Insoumis à qui on ne la fera plus jamais.

    René-Michel Le 29 novembre à 18:21
       
    • Mais les dirigeants ont tous appelé à voter jlm, faut se renseigner. Et beaucoup d’élus très en vue.
      Les réticences venaient de ce dont parle l’article. Le caractère autoritaire du cadre FI.
      Et ça ne bougera pas. Donc concurrence tous azimuts aux législatives entre forces de la gauche de la gauche. Bien joué !

      Quant à Fabien qui sent le sapin... Peut-être ! Mais que dis tu du PG, de M6R, etc... Ca sent le sapin ou c’est déjà enterré ?
      Allez sans rancune camarade. On ferait bien d’être tous un peu plus modeste.

      florent Le 29 novembre à 18:27
    •  
    • @ florent (le 29/11 à 18 h 27)

      "Mais les dirigeants ont tous appelé à voter jlm, faut se renseigner."

      Tous, vous en êtes bien sûr ? Et André Chassaigne ? Et Aymeric Seassau ? Et l’ineffable Olivier Dartigolles ? On pourrait citer d’autres noms... Sans compter Pierre Laurent, qui a de justesse assuré le service minimum...

      hopfrog Le 29 novembre à 23:00
    •  
    • "Mais les dirigeants ont tous appelé à voter jlm, faut se renseigner." Tu mens Florent . 55%de la direction dont entre autres Dartigolles et Chassaigne ont voté pour un candidat du PC. Pierre Laurent a appelé à soutenir JLM il n’y a que 15 jours et par trouille du désastre. Plutôt que de vous assumer, vous mentez, méprisez les autres et c’est pour ça que vous ne représentez plus que vous-mêmes

      René-Michel Le 29 novembre à 23:12
    •  
    • @ René Michel
      Le parti militant a voté pour une candidature PCF. Ensuite, le vote global a inversé la tendance. Mais regarde les cartes ; là où il y a des maires coco, ça a voté à fond JLM. Donc le poids des élus été en faveur de jlm.
      Quant à l’arrogance attribué aux dirigeants du PCF, je la vois surtout dans ces commentaires. Je "mens", parce que tu ne peux pas imaginer qu’on se "trompe" par exemple.
      Quand on a des certitudes... ;

      florent Le 30 novembre à 21:11
    •  
    • Quelle réaction de stal !
      C’est pas avec de tels propos qu’on va progresser

      daniel R Le 4 décembre à 07:54
  •  
  • Il arrive ce qui devait arriver quand, dés l’origine, on ne s’inscrit pas dans une politique d’unité de toutes les organisations et courants qui s’opposent à la politique gouvernementale : l’existence de FI devient un obstacle à l’unité. Comment les citoyens, qui aspirent à voir leurs dirigeants s’unir sur l’essentiel, quelque soient les différences de programmes, les personnalités, pourraient comprendre que, aujourd’hui, le programme de FI, sa charte deviennent une condition de l’unité pour être au second tour. Quel gâchis.

    william Le 29 novembre à 18:44
  •  
  • Est-il indécent de dire que le cadre de la France Insoumise ne couvre pas la diversité de la gauche radicale et que proposer la soumission est contre-productif ?
    Le cadre politique FdG de 2012 constituait une base de rassemblement.
    Mais le cadre JLM2017 est plus restrictif.
    Alors ? Qui fait un pas pour reconnaitre qu’il a bien un problème et ensuite pour chercher une solution ?

    Gb26100 Le 29 novembre à 18:55
       
    • @ Gb26100 (18:55 le 29/11)

      "Le cadre politique FdG de 2012 constituait une base de rassemblement."

      Hé oui, en effet. Mais dès les législatives, ce ne fut plus le rassemblement : ce fut la dispersion façon puzzle, pour le grand profit du P "S"... Bref la cata absolue, même si le PCF, comme à l’ordinaire, a su obtenir du P "S" quelques os à ronger pour prix de sa soumission. (Quant aux municipales et aux régionales, mieux vaut n’en pas parler si l’on ne veut pas enfoncer encore davantage le PCF.)

      Or, pour garantir l’avenir de la gauche française tout entière, il est urgent de ramener le P "S" en-dessous de la barre des 10 % - autrement dit, de tuer cette fausse "gauche" de droite qui se fait passer pour la vraie.

      Une fois terminée la campagne présidentielle de 2017, comment savoir si le PCF, revenant à ses vieux démons, ne vas pas refaire le même coup qu’en 2012 ? La confiance c’est comme les allumettes, ça ne sert qu’une fois...

      Peut-être y aura-t-il un accord (si le PCF est prêt à lâcher pas mal de lest), peut-être n’y en aura-t-il pas. Ce qu’il y a de sûr, c’est que rééditer 2012 serait le meilleur moyen de dégoûter les électeurs de gauche de la politique. Ou, en tout cas, de la gauche...

      hopfrog Le 29 novembre à 20:36
    •  
    • @GB26100
      Est-il indécent de dire que le cadre de la France Insoumise ne couvre pas la diversité de la gauche radicale et que proposer la soumission est contre-productif ?

      Je dirais que ce n’est pas indécent, mais inexact. Par principe, le mouvement FI ne cherche pas à "rassembler la gauche (radicale)", mais à "fédérer le peuple". Son idée fondamentale est que la victoire ne s’appuiera pas seulement sur l’électorat traditionnel de la gauche (radicale) qu’il faudrait retrouver, mais aussi et surtout sur le retour des abstentionnistes, voire sur des transferts de voix venues d’autres républicains. Le cadre est donc plus large, et non restrictif.

      Objectivement, ce mouvement est ouvert à tous depuis maintenant neuf mois, pendant lesquels beaucoup de personnes venues d’horizons différents ont travaillé à élaborer un programme et une charte, de manière ouverte. Ces derniers ont été finalement approuvés dans le détail par un vote de l’ensemble des signataires avec une bonne participation (77000 personnes sur 130000 signataires au moment du vote).

      On ne peut juste pas faire abstraction de tout le boulot effectué pendant que tant d’autres atermoyaient, et continuent à le faire. Réduire cette construction et cette dynamique à un supposé "parti de Mélenchon qui propose la soumission", c’est ça qui est restrictif et contre-productif.

      Yves-André Peremer Le 30 novembre à 10:11
  •  
  • Franchement, je ne sais pas encore quoi penser...
    D’un côté, je suis pour l’unité de la gauche radicale. Qui serait contre, d’ailleurs ? :) C’est un peu une lapalissade.
    D’un autre côté, la France insoumise s’est construite suite à l’échec du Front de Gauche, pour tenter une autre manière de fonctionner. Du coup, refaire un cartel d’organisations, (PCF, Ensemble, F.I et tous ceux qui soutiendraient la candidature de JLM), ça ressemble un peu à un retour en arrière...
    Avec le risque possible de se diviser comme en 2012 pour les élections suivant la présidentielle, et surtout le risque de perdre en clarté dans le discours.
    Et également sûrement plus de difficultés à rallier des abstentionnistes dégoûtés (à tort ou à raison) des partis politiques et surtout de leurs manœuvres électoralistes.

    Bon, je suis curieux d’entendre ce qui va se dire à la réunion insoumise de demain. :)
    Tout reste ouvert.
    Et à la fin, c’est nous qu’on va gagner !

    mackno Le 29 novembre à 20:31
       
    • "cartel d’organisations" ; l’expression n’est pas belle. Le FdG avait réussi à fédérer des forces, c’est bien. Appeler ça cartel, ça fait péjoratif.
      Podemos a su ne pas se présenter aux municipales, se contentant de soutenir ça et là des listes. Ils avaient compris que on ne peut pas appliquer la même recette partout. Comment décider dans un bureau parisien que nulle part en France un bilan avec des ps était défendable ? Dans ma ville, et je ne parle que de l’échelon municipal, on a senti passé la droite, je peux te le dire.
      De même, Iglésias de Podemos distingue le ps local du ps national qu’il range dans la caste.

      florent Le 29 novembre à 21:56
    •  
    • @Florent. "Cartel de partis" et non grand mouvement citoyen parce que le PCF s’est toujours opposé à la volonté du PG et d’Ensemble d’ouvrir le FDG à tout le monde par l’adhésion directe. Tu continues à mentir Florent ou tu n’y connais rien et tu nous épargnes tes commentaires.

      René-Michel Le 29 novembre à 23:27
    •  
    • @ René Michel
      "un grand mouvement citoyen" ; ah ah ah j’imagine que tu plaisantes.
      Il ne faut jamais avoir milité ou alors bien loin des classes populaires pour s’imaginer qu’’une adhésion directe ou je ne sais quelle bidouille du genre lance un mouvement quelconque. C’est du blabla de forum internet tout ça.
      A ce compte, le PG, si pur, serait un grand mouvement citoyen ; ah ah ah....
      Et toujours ce mot menteur à la bouche, tu perds ton calme camarade...

      florent Le 30 novembre à 21:15
  •  
  • La France Insoumise ne doit pas être considérée comme un parti mais un mouvement qui a élaboré une charte. Les adhésions y sont individuelles, les partis y sont conviés s’ils sont d’accord avec le contenu de cette charte. Il ne peut y avoir à nouveau de regroupement qui serait une fois de plus un cartel créant de fait de nouvelles règles, en dehors de la FI. De là naîtra un mouvement inaugurant une nouvelle forme d’expression politique, mais nous n’en sommes pas là. Pour le moment préparons ce changement. Une seule charte, une seule image, une seule campagne pour la présidentielle et législatives et toutes les autres élections qui viendront ensuite. Le programme l’avenir en commun est né. Les anciens acteurs du Front de gauche ne doivent revenir sous la forme cartel de partis, ce serait l’échec et la défaite assurée.

    Max Le 29 novembre à 22:00
       
    • Il faut arrêter de se gargariser avec les éléments de langage FI sur le "cartels". Unir plusieurs orga, c’est déjà pas si mal. Il n’y avait pas les foules derrière, certes. Mais attribuer la responsabilité au PCF alors que dans tous les pays d’Europe c’est la même chose (sauf en Espagne mais il y a eu le 15M), ce n’est pas sérieux. Si les classes populaires ne nous suivent pas, ce n’est pas parce qu’elles attendent une plate-forme internet.
      Donc pas de "cartels", mais va au bout. Çà veut dire concurrence aux législatives. Et le résultat ? On le connaît. Tout le monde perd. Y compris ceux qui s’imaginent y arriver seuls. Donc on peut trouver insuffisant le FdG, mais il avait eu le mérite d’unir. Là, FI divise.

      florent Le 30 novembre à 21:20
  •  
  • Quelle place ? Celle qu’ils prendront en respectant les autres.

    choucroute Le 29 novembre à 22:01
  •  
  • Le pire c’est que l on ne demande pas de soutien à qui que se soit. À peine avoir eu le soutien du bout des lèvres du PCF que déjà font jour les " revendications " : le cadre de la France insoumise est trop rigide ! ".
    Et nos sortants ? Et le fdg ? Et nos élus.
    Heureusement que les insoumis non encartés vont vous fermer la porte au nez mercredi soir sinon la comédie des régionales va recommencer.
    Vivement que Montebourg gagne la primaire du PS , vous irez le soutenir ,grand bien lui fasse .

    Buenaventura Le 29 novembre à 22:11
       
    • Mais pourquoi bon dieu n’ont-ils pas le courage de présenter Chassaigne ou Laurent !!! Il est où le grand parti des masses laborieuses ? Ils sont où les communistes de "Ma France" chantés par Ferrat ? Ils ont rien d’autre à faire que de nous plomber ?

      René-Michel Le 29 novembre à 23:40
    •  
    • Des "soutiens" qui ne veulent ni du programme du candidat, ni d’une étiquette commune, ni d’une charte politique de simple bon sens, ni d’une campagne combinée présidentielle-législatives, et qui considèrent officiellement le candidat comme un simple levier pour leur propre autonomie tout en affichant en permanence un désaccord avec la plupart de ses positions sur l’international, l’Europe, l’écologie, l’économie, les alliances, les priorités... ils soutiennent quoi, au juste ?

      Yves-André Peremer Le 30 novembre à 01:22
    •  
    • tt a fait !!!
      marre des coups de couteaux dans le dos !!!
      le cadre de la FI a ete elabore par des milliers de gens qui se sont donne la peine de reflechir , de discuter et enfin d’ecrire cette charte ,justement pour eviter d’etre phagocyter par les partis politiques traditionnels ,alors c’est pas aujourdhui que ces partis vont arriver avec leurs gros sabots et nous dicter notre conduite !!!!
      si notre mouvement ne leur plait pas qu’ils presentent leurs propres candidats et qu’ils arretent de venir foutre le bordel chez nous !!!

      max Le 30 novembre à 11:23
  •  
  • Bien sûr qu’il faut que chaque partenaires, chaque organisation et chaque citoyenne et citoyen puisse se retrouver dans la campagne de soutien à Jean Luc Mélenchon. Mais, vraiment, pour le PCF (ce parti si cher à mon cœur et à mon histoire), si ce dernier en Janvier/février au lieu de lorgner et d’être ouvert vers des primaires à gauche même si Hollande y participait car on faisait confiance aux électeurs (Interview de Pierre Laurent dans Libération. Ce journal qui avec Cohn Bendit aujourd’hui soutien de Macron était à l’initiative de ces primaires) il avait été clair dans ses positions de rupture avec les représentants quel-qui soient de cette politique néolibérale, on aurait non seulement gagné gagné du temps mais on serait co-auteur d’un programme d’action élaboré en commun. Près de dix mois ont passé, certains ont travaillé sur l’élaboration collectif d’un programme. Certainement pas parfait, certainement pas en totalité ce que les communistes pourraient envisager, certainement à améliorer, .... mais existant et ce malheureusement sans l’apport du PCF ! Aujourd’hui, les verts ont un candidat, NPA et LO comme d’habitude je dirais, six "partants" à la primaire du PS dont on ne sait si Hollande y participera ou pas et même encore mieux si elle existera , une radical de gauche bombardée candidate pour appuyer la démonstration que cette primaire ne sert plus à rien au cas où Hollande voudrait se représenter, ........ !!!!!!! Vraiment qui voyait juste en Janvier/février ? Et que de temps perdu ! Penser convaincre des militants socialistes du néfaste de la politique actuelle, oui ! Mais penser que l’on peut convaincre les dirigeants, quel-qui soient du PS, c’est non seulement irréaliste mais c’est une erreur politique ! C’est les millions d’électrices et électeurs qui aujourd’hui s’abstiennent où qui en désespoir de cause vont pour certains voter FN qu’il faut convaincre ! Rassembler la Gauche ? Mais quelle Gauche, celle dont l’image aujourd’hui est celle du Parti Socialiste ? A mon avis, le PCF doit avoir un autre "logiciel" que ceux passés des "Programme Commun" ou autre "Gauche Plurielle". Il en va de la réalisation de l’espoir d’un véritable changement rompant avec toutes matrices d’un passé même récent et de la survie du PCF, ce Parti qui fut et qui doit continuer d’être celui qui porte et agit pour un changement politique profond et réel.

    Un communiste de cœur et de raison pas forcément "Insoumis" mais qui pense que seule la candidature de JLM peut redonner de l’espoir à l’espoir et gagner !

    Alain JUTON Le 29 novembre à 23:52
  •  
  • Sans vouloir être donneur de leçons, je trouve que les messages ont un contenu où l’affectif compte beaucoup.
    D’abord, je constate que chaque intervenant amalgame membre d’un parti ou d’un mouvement avec le parti ou le mouvement.
    Je dis souvent à mes interlocuteurs "tu as rencontré un communiste (je suis adhérent) mais pas le parti communiste".
    Sur la problématique des élections de 2017, si pour la présidentielle cela semble être réglé, pour les législatives, le chantier est ouvert.
    Personnellement, autant je souhaite pour ne pas dire je veux qu’il n’y ait aucun accord du national au local avec le PS et que l’ensemble des forces de gauche qui seront dans le "camp" MELENCHON pour faire vite, accordent au PCF des circonscriptions au regard de son importance et de son influence après avoir déjà donné lors de précédentes élections.
    Si JLM veut imposer une charte "rigide"car il ne veut pas que le PCF passe localement des accords avec le PS, qu’il dise clairement que tout soutien s’engage sur cette base et qu’il accepte d’échanger sur la charte, sur les candidatures.
    Enfin, essayons d’avoir des échanges qui ne sont pas porteurs d’agression.

    Un citoyen de la Gauche.

    LAPEYRE Le 30 novembre à 00:19
       
    • Avez-vous lu cette charte ? Je me demande bien ce qui peut déranger le PCF dans celle-ci.

      choucroute Le 30 novembre à 00:38
    •  
    • @ Choucroute

      Le simple fait qu’elle existe.

      Yves-André Peremer Le 30 novembre à 01:36
  •  
  • Chers amis insoumis qui vous vous énervez dans cette tribune restons calme. Ils ne peuvent rien contre nous !. Nous les empêcherons de nous nuire.

    En premier lieu c est un parti de vieillards .de grabataires.
    Leurs " jeunes" , petit fils ou filles de , sont identitaires.

    Ensuite, ils ne représentent plus rien pour l opinion publique , ils n ont plus " modèle " à qui se référer .il leur restait castro ! C’est maigre et c’est fini.

    le coup de maître de JLM c est l idée de la France insoumise , les stals n ont jamais pu souffrir ce que ils ne contrôlent pas.ils rêvent d organisations satellites type mouvement pour la paix.

    Dans les groupes insoumis ce ne sont pas les membres du PG qui vont les remettrent à leur place mais ce seront les non -encartés qui ne supporteront pas leur diktats.

    Si le FDG leur semble soudain paré de toute les vertus , c est que comme tout bon patron paternaliste le PC préfère un " partenaire interlocuteur " identifié a un groupe issu de la base. Surtout pas de spontanéité !.

    Ils passeront sous les fourches caudines de la FI tout simplement car ils n ont pas le choix ,sans JLM 2017 ils sont invisibles, avec ils disparaissent, seuls ou avec le PS ,ils éclatent.

    Ils vont se contorsionner dans les semaines qui viennent ,l actualités des primaires socialistes va mettre l accent sur leur divergences internes et contribuer à la confusion.

    Il suffit de leur tenir la laisse courte dans les assemblées FI et le temps fera son oeuvre, Jean Luc à rempli la salle à Bordeaux, des qu il sera en" piste " .le PC n aura plus de couverture médias.

    Les plus virulents d entre eux ne feront pas campagne ,les autres sans solution se rallient déjà , et les "alimentaires" vont jouer toutes les cartes à leur disposition : Montebourg , Taubira, Aubry et ils tenteront le couplet FDG, à nous de les recadrer FI.

    Personne ne veux plus revivre les episodes "comités" 2005 et les Pantalonnade des régionales et des municipales.

    Donc calme et ferme sur la charte,le temps joue pour nous.

    Buenaventura Le 30 novembre à 08:07
  •  
  • C’est bien mal parti si d’un côté, JLM affirme que : " le PCF a pris sa décision seul et sans négociation" , et que côté PCF on affirme " que JLM a déclaré sa candidature seul et sans négociation". Il y a donc urgence à cesser ses gifles et joutes en aller-retour, à avoir la volonté de "faire ensemble" plutôt que de "dire séparément" et surtout viser un horizon politique qui dépasse l’élection présidentielle. Les dialogues de sourds, les anathèmes et les faux semblants nuisent à l’objectif commun d’un changement politique radical et favorisent les desseins des ultralibéraux qu’ils soient de droite, du centre ou de l’ancienne gauche. Nous avons les mêmes adversaires économiques et politiques, nous visons les mêmes cibles, il est aburde de dėzinguer dans notre propre camp. Imaginons un seul instant une équipe de rugby, nous connaissons l’équipe adversaire ( dure voire féroce, organisée, entraînée) , pour gagner notre propre équipe a besoin d’une bonne mêlée avec des grands et des lourds, d’attaquants rapides et habiles et surtout d’un bon entraîneur et d’un bon capitaine. C’est la cohésion et la solidarité entre toutes les lignes qui font force, même si les personnalités et les qualités des équipiers sont différentes. Si, sur ce site, et sur d’autres, on ne comprend pas ça, ou qu’on refuse de le comprendre, le match est perdu d’avance. Qui veut gagner ? Qui veut perdre ? That is the question !

    lucien matron Le 30 novembre à 08:52
       
    • C’est malhonnête intellectuellement de mettre les insoumis , le PG et le PC dans le même sac en faisant abstraction des raisons de l’échec du FDG. Comment accepter sereinement le concours d’un parti dont les dirigeants ont trahi leurs engagements, leurs alliés et le peuple dans des alliances opportunistes avec le social libéralisme dans le seul intérêt de leur petite boutique et de leurs carrières personnelles. BASTA !!!

      René-Michel Le 30 novembre à 09:52
    •  
    • @ René Daniel
      Échec du FdG ? Mais Le PG a sa part. Décider tranquille dans un bureau parigo qu’il faut être autonome partout donc qu’aucun bilan nul part n’est bon, c’est débile. Ils ne connaissaient pas les bilans. "Mais en montrant notre pureté, nous aurions levé les masses", c’est du blabla. 30 ans que la LCR et le NPA nous explique que c’est la voix. L’autonomie conquérante est un slogan ridicule après 30 ans de LO, LCR, NPA.
      Podemos de son côté, porté par un mouvement social, lui, avait eu l’intelligence de ne pas mlettre des candidats aux municipales. Ils ont seulement soutenus certaines listes ça et là.
      Donc le PG propose une stratégie qui n’a jamais marché nulle part -l’autonomie conquérante (belle formule de pubard) et il faudrait qu’on s’exécute et perde tous nos élus. Pour un truc sans incidence sur le PS ?
      Donc l’échec du FdG c’est clairement le PG...
      Mince, je crois que je vais encore me faire traiter de menteur

      florent Le 30 novembre à 21:28
  •  
  • la situation telle qu’elle se décante dans notre camp est à mon avis proche de l’idéal et il ne faut pas la changer.

    D’un côté on a un candidat solide qui a bien entamé sa campagne et qui est soutenu par le mouvement des insoumis dans sa très grande pluralité [un membre = 1 opinion].

    De l’autre, on a certaines organisations politiques qui soutiennent également le candidat mais "de l’extérieur" en apportant ce qui fait leur identité [notamment pro-européenne pour Ensemble et de plus pro-nucléaire pour le PCF] au combat commun.

    C’est à partir de cette situation très ouverte que Mélenchon doit créer une synthèse politique pour unifier son électorat autant qu’il est possible et surtout l’ouvrir aux millions de gens qui ne se reconnaissent pas aujourd’hui dans les insoumis, ni encore moins dans le PCF et dans Ensemble.

    Ce n’est certainement pas en donnant un poids exagéré à ces deux groupes dans la conduite de la campagne [au moyen d’un conclave permanent] comme ils le réclament, qu’il atteindra son objectif de rassembler 8 millions d’électeurs.

    Pour réaliser ce travail de synthèse, la pire des solutions serait de céder à ces pressions qui viendraient éroder la cohérence de son programme et affaiblir sa force de conviction. Comment peut-on prôner la conversion écologique en rester flou sur la sortie du nucléaire ? Ou relancer l’industrie sans aborder la sortie des traités ?

    C’est mission impossible et par ailleurs le meilleur moyen d’apparaître tel un politicien calculateur et dénué de scrupules comme les autres.

    Pour rendre prévalente sa vision dans un dispositif unitaire, il faut que cette vision soit prévalente dans l’opinion qui soutien ledit dispositif. Or c’est loin d’être le cas du PCF et d’ensemble qui ne se sont jamais donné les moyens de promouvoir ni les idées ni les leaders qui leur aurait donné une légitimité politique [parce que populaire] à faire valoir leurs différences.

    Si le conclave permanent n’a pour objet que de donner la parole à des camarades qui ne représentent qu’eux-mêmes [voire des milieux sociaux relativement marginaux dans l’union des forces], il est un handicap pour le bon déroulement de la campagne, l’élargissement de notre influence et plus encore pour la mise en oeuvre ultérieure du programme.

    ARDUS Le 30 novembre à 10:13
       
    • Analyse lucide et pertinente.

      François 70 Le 30 novembre à 11:35
  •  
  • citation :Mais ils ont pris leur décision par eux-mêmes, sans négociation. Ils m’apportent leur soutien à ma candidature du point de vue de leur propre démarche. Donc ils auront leur campagne autonome et voilà. Tant mieux pour moi ».

    et où est le problème devant cette limpide évidence ? La Base du PCF a tranché ....la majorité des cadres du PCF a été désavouée ....Bien des camarades se sentiront motivés pour soutenir JLM ....tout en roulant pour leur Parti ou avec les insoumis , pendant que d’autres ne rouleront QUE pour le Parti .

    La position de JlM exprime la réalité actuelle ! Il peut être serein : la dichotomine n’est pas chez lui !

    bob.polet Le 30 novembre à 11:34
  •  
  • 100% pour Ardus !
    La France Insoumise, avec son programme solide et sa charte cohérente, réalise ce qu’aurait du être le FdG dès le début : possibilité d’adhésion directe de tous les citoyens et de double appartenance pour les membres des partis. Sur ce modèle, dans l’union et le respect de chacun, toutes les composantes auraient pu (pourraient !) se renforcer, et le FdG devenir le Front du peuple, selon la formule de Clémentine Autain ; seule façon d’apparaître unis et de mobiliser massivement dans l’action, tant pour les élections que pour les luttes qui restent et resteront évidemment indispensables. pour que le programme soit appliqué.
    Au lieu de cela la direction et les cadres du PCF n’en ont fait qu’à leur tête, c’est-à-dire magouiller pour rester en cheville avec le PS - qui s’est présenté contre eux partout où il a pu, et continue à les maintenir à son service ! j’entends encore les responsables de section déclarer comme argument-massue (pour faire liste commune avec le PS aux municipales, alors qu’une majorité de citoyens et militants, y compris du PCF, voulaient une liste uniquement L’Humain d’abord/Fdg ) : "Nous voulons continuer à gérer, nous pensons être plus utiles à la population en restant dedans que dehors" ! Rester "dans la gestion", avec le budget dicté par Juncker et Cie, avec la loi El Khomri, le 49-3, et bientôt le CETA-TAFTA ?
    Alors une petite moitié de militants "communistes" (les guillemets, car nous le sommes plus qu’eux), feraient la loi à plus de 160.000 citoyens conscients et combatifs sur la base de l’Avenir en commun (lisez le programme !), - parmi lesquels se trouve la plus grosse moitié des autres communistes ?
    Mettant ainsi en péril la chance de campagnes présidentielle et législatives vraiment unitaires, qui seules pourraient mobiliser le peuple abstentionniste ?
    Non décidément, 5 ans de plus dans ce bourbier, pour consolider encore un bi-partisme TINA mortifère, ce n’est plus possible !

    Autrement Le 30 novembre à 11:38
       
    • La discussion entre PG et PCF tourne déjà à la négociation de politiciens professionnels, qui ne savent pas faire un travail socialement utile, sur les places à prendre dans le système (législatives et au delà). La comédie se répète. Peu importe.

      Ce qui est grave, c’est que des milliers de militants sincères vont faire de la propagande pour un programme inconsistant, bourgeois keynésien "L’avenir dans ma main", largement en deçà du précédent. Le premier avait gommé le mot "socialisme", le second a gommé même le mot "écosocialisme". Qu’on juge un peu du désastre :
      L’Avenir en ma main. Misère d’un programme mélancolien
      http://wp.me/p5oNrG-tC5
      Quand on comprend de quoi il s’agit, on comprend pourquoi, si le peuple veut affronter la dictature du capital :
      Mélenchon se couchera comme Mitterrand et Tsipras…
      http://wp.me/p5oNrG-tPq

      jim Le 30 novembre à 15:05
  •  
  • En tant que militant je respecte le choix de mes camarades, mais je continue à penser que la candidature de JL Mélenchon n’est pas une bonne candidature sur la forme et surtout sur le fond et je vous renvoie a l’ interview qu’ a donné andré Chassaigne au journal La montagne qui résume bien le sentiment d’une parti importante des militants (47 %)
    quand a l’illusion d’une campagne commune, les initiateurs de cette petition sont soit aveugle ou sourd, pour Mélenchon et son parti la FI il est hors de question d’une moindre négociation sa campagne et programme sont non négociable.

    leon Le 30 novembre à 11:58
       
    • Vous avez entièrement raison Léon ,pour la FI le prommage n est ni amendable ni negociable ! Mais par les appareils !.

      Certains communistes ici et ailleurs sont effectivement sourds et aveugles ,vous resumez ce que je rabâche ici et ailleurs depuis des mois.

      Par contre quiconque s inscrit par un simple clic sur le web a la FI reçoit les infos,participe aux débats,le programme à été élaboré depuis février 2016 avec cette méthode ,le programme sort d ailleurs demain jeudi 31 nov en librairie.

      Donc quiconque respecte la charte des "insoumis" y souscrit peux donc construire avec des encartés ,des non encartés ,des sans parti,des ex ceci ou cela.

      Par contre , les communistes ne veulent , ne peuvent pas l entendre ,ni le concevoir : les drapeaux, les étiquettes, les cartes ,les " négociations de parti" restent à la porte des assemblées de la FI.Même le sigle PG en est banni.

      Les participants sont chatouilleux sur ces points et les badernes "depuis 50 ans" dans la politique n ont aucunes prépondérance ( au contraire).

      Ce n’est pas un parti, ni un cartel ,ni FDG bis qui se construit mais un mouvement.

      Que les communistes lucides qui entendent cela le répète à leurs camarades, bien des ambiguïtés, des incompréhensions, des deceptions, des rancunes seront évitées.

      Buenaventura Le 30 novembre à 13:05
  •  
  • Tous ceux qui s’expriment ci-dessus me chagrinent énormément. J’ai suivi l’intervention de Mélenchon hier au soir à Bordeaux. Je ne suis pas déçu et vous invite tous à bien réécouter ses appels réitérés à expliquer le rôle qu’il entend jouer : un porte parole ! Sans le peuple et son concours, lui ne pourra rien !

    ça détonne beaucoup avec tous ces donneurs de leçons de droite et d’extrême, n’en parlons pas, mais aussi avec le discours des gens dits de gauche qui, tous seuls, ont remède à tout ! Il suffit d’ailleurs de se souvenir du Bourget et son application... la loi El Komri, le CICE, le pacte de responsabilité etc.... Un bon coup de machine à laver avec une bonne lessive et les voilà plus blanc que blanc !
    Je vous joins la position redite par Mélenchon. Elle ne souffre aucune ambiguïté. Il y a de la place pour tout le monde bien au delà des organisations habituelles . Le peuple se moque des cheveux coupés en quatre. Il est en difficulté et TOUS les gens du pouvoir ont failli ! Stop !

    « Je remercie les adhérents du parti communiste français pour leur vote franc et clair en faveur de ma candidature à l’élection présidentielle de 2017. Je suis heureux dr retrouver dans le combat commun tant de ces femmes et de ces hommes qui sont au cœur de toutes les luttes sociales de notre pays. Je ressens comme un honneur le soin qu’ils me confient de nouveau marcher en tête de cordée.
    Je sais de quel intense débat ce vote est le rsultat. Je sais que les points de vue en présence jouissaient d’une égale cohérence et dignité. Je veux donc féliciter les communistes pour leur capacité à l’avoir mené et conclu franchement.
    J’ai compris que le PCF souhaitait mener une campagne autonome et que son adhésion à ma candidature ne signifiais pas une demande d’intégration au cadre large de la France Insoumise. J’en donne acte aux communistes. Cela me convient parfaitement. Je me mets à leur disposition ainsi que toute notre équipe pour entendre les propositions de partage du travail à accomplir dans la rude campagne qui nous attend.
    Ensemble nous aurons, chacun par nos moyens, latache de convaincre le grand nombre de se rassembler. Nous lui proposons le bulletin de vote pour ouvrir un chemin nouveau. Je veux dire à tous que je crois la victoire possible. Je sais que nous sommes capables de fédérer les aspirations de notre peuple. Autour du programme "l’avenir en commun" nous pouvons libérer les réserves inouïes de l’implication populaire. Et toute la force de notre volonté de mettre un terme aux prédations sur l’être humain et la nature que contient la finace de notre temps. JLM
    .

    A chacune, chacun de nous sa part de combat !

    coco 40 Le 30 novembre à 12:44
  •  
  • Merci c est clair au moins.

    Buenaventura Le 30 novembre à 13:08
  •  
  • Mr Jaquemain j’avoue ne pas comprendre le sens de votre article. En effet, vous évoquez « un cadre commun » préservant toutes les sensibilités, mais vous nous dite rien sur ces différentes « sensibilités ». Pour être concret, un exemple, sur la question de l’U.E. s’il s’agit de faire croire aux électeurs, qu’il est possible de mettre en place une politique réellement de gauche, sans une remise en cause radicale des instituions, des traités de l’E.U. c’est tromper nos concitoyens. C’est rajouter de la déception à la déception. On a vu ce qui s’est passé en Grèce, refuser d’en tirer les leçons s’est de l’aveuglement.
    « Quelle va être la place des partenaires dans le mouvement de la France Insoumise ? Faut-il comprendre qu’il y aura deux campagnes, voire plusieurs : celle de ceux qui ont rejoint la France Insoumise, celle des communistes, celle des autres partenaires déclarés ? Des campagnes distinctes à l’échelle nationale et locale ? ». Il me semble qu’il appartient aux différents soutiens à la candidature de JL Mélenchon de répondre à ces questions, ils prennent la place qu’ils veulent.

    Pour l’heure le PCF au travers de son porte-parole, O. Dartigolles le chantre du « rassemblement le plus large », a déjà répondu clairement : « Il n’y a aujourd’hui pas de cadre commun pour mener une campagne comme c’était le cas en 2012 avec le Front de gauche. Ce cadre commun ne peut pas être celui de la France Insoumise. Il y aura donc une campagne autonome du PCF, pour entendre la voix des communistes avec un appel à voter pour Jean-Luc Mélenchon ». Une sorte de pied dedans, pied dehors, de soutien sans participation, ou une participation « pour entendre la voix des communistes ». On ne sait jamais, comme le dit A. Chasseigne sur son blog : « Dans le cas où, sous notre impulsion, les forces de gauche progressistes parvenaient à se rassembler sur un projet anti-austérité, social, écologique et éthique que refuserait Jean-Luc Mélenchon, serons-nous toujours liés par l’engagement du dimanche 27 novembre ? ». A défaut de rassemblement le plus large, on ait que, ce qui rassemble O. Dartigolles et A. Chasseigne : c’est tout sauf Mélenchon !

    Quand O. Dartigolles , au nom du PCF dit : « Ce cadre commun ne peut pas être celui de la France Insoumise », il sait très bien que pour la F.I. sa proposition est inacceptable. Le cadre de la F.I. c’est ce qui constitue l’identité, la spécificité, le fondement d’un mouvement, soutenant un programme clair, porté dans le cadre de la 5eme république par un homme. Ce mouvement qui permet de sortir des cartels de partis, évitant ainsi les tambouilles programmatique ou électorale, qui repoussent les électeurs. Ce mouvement est appelé à durer puisqu’il va présenter des candidats aux législatives. C’est la rencontre entre la F.I et les électeurs qui contribuera fortement à son devenir.

    GG Le 30 novembre à 14:55
       
    • @ Dominique F
      L’opposition base -direction ne fait rien comprendre
      Vous ne connaissez pas le parti
      La presque totalité des camarades ne veulent pas entendre parler de la FI et ont voté par défaut.
      Ne vous montez pas le bourrichon avec votre base admirative de jlm, c’est archi faux. Ca vous fait plaisir c’est tout

      florent Le 30 novembre à 21:33
  •  
  • "..sans l’action de la base communiste, j’ai la conviction que tout ceci se terminera très mal...." Pas d’accord. Il faut en finir avec la légende selon laquelle rien ne se fera sans le grand PCF. C’était encore bon y a trente ans . Aujourd’hui ils sont 40 000 à tout casser, on est 160 000 Insoumis ! On ne va pas commencer serrer les fesses alors que ce qu’il faut c’est se bouger le derrière et y croire ! Notre avenir est devant nous, le leur dans les livres d’Histoire.

    René-Michel Le 30 novembre à 18:42
       
    • Bonjour,
      tout a fait d’accord avec vous surtout que dans nos 160 000 il y à deja pas mal de leur 40 000... :)

      denis Le 30 novembre à 21:14
    •  
    • ah ah ah, mais ce sont les militants du clic...
      je ne mépris personne, mais quand j’entends 160 000 j’ai envie de rire.
      Sur ma région, des groupes d’appui à foison avec personne dedans ou presque et qui en plus se tire dans les pattes.
      Alors le PCF n’est pas parfait mais il faut redescendre sur terre.

      florent Le 30 novembre à 21:35
    •  
    • effectivement, il faut redescendre sur Terre... Un PCF incapable d’atteindre un minimum de 5%...
      la vrai question c’est que fait on face à tous ces gouvernements, de droite comme de droite, qui se succèdent et nous font les poches à un rythme soutenu. Il me parait plus important d’avoir un bon candidat, même "mittérandien", plutôt que de super convictions à 5 %...
      Et que l’ on ne vienne pas nous parler des "convictions" que ce PCF a rogné sans cesse depuis plus de 20 ans et ses participations successives au gouvernement PS. Il apparait clairement aujourd’hui comme un parti d’élus, à l’image du Parti Radical, qui défend surtout ses petits sièges, ses plaçous...

      jo Le 8 décembre à 16:26
  •  
  • On va recommencer les discours.
    Vous êtes des militants agés, je suis jeune, mais sortie de la mort il y a un an, demain. Un miraculé, mais aussi fragile que vous dans le temps. Beaucoup d’estime pour monsieur Choucroute, ancien vendeur des " Vaillants" au porte à porte.

    Stoppons nos disputes avec le PCF, le PS, Melenchon, le NPA, Poutou. Toute la gauche est fautive, Hollande trop nul, mis en place au gouvernement par l’affaire straus kan, sans aucune envie de devenir président. Bien evidement qu’il ne se representera pas. Melenchon, encore plus nul, 5 ans pour etablir un programme, il n’a rien foutu, à part essayer de se récupérer les décus du PS, en cassant du Hollande une semaine parés son election. ET son truc "Insoumis" quelques semaines avant les elections, et du cassage de ses anciens partenaires. et un Pierre Laurent, idiot pour avoir suivi Melenchon aprés les elections, avant de se rendre compte du non sens et de vouloir une primaire de la gauche.

    Dans 5 ans, beaucoup d’entre nous seront morts. La dernière chose que nous pouvons faire pour être utile, c ’est d’éviter que la droite ne passe, et donc tous nous unir, avec un candidat élus par tout les electeurs de la gauche. C ’est tout.

    bdpif Le 30 novembre à 21:36
  •  
  • Problème du « cadre commun » entre Insoumis, PCF, Ensemble…et JLM :
    J’ai apprécié les commentaires de Mackno, Florent, Max, Alain Juton, Lapeyre, et quelques autres, qui abordent des points que je crois importants. Celui du cadre à trouver pour avancer désormais, notamment après le vote des communistes pour soutenir JLM.
    La question se présente malheureusement moins bien qu’avec le FdG en 2012. Je pense qu’il faudra revenir à ce schéma avec tous les enseignements passés de l’expérience. En particulier, et bien que le mot déplaise à beaucoup, il faudra repartir sur la base d’un « cartel » de partis. Pourquoi ? Parce que je pense que le fond de la question reste un problème de lutte des classes (mais, pour ce concept, en tenant compte d’apports comme ceux de Jacques Bidet ; je ne développe pas des propos, que j’ai postés ailleurs ). On constate alors qu’il y a toujours aujourd’hui, et depuis longtemps, des forces politiques qui « représentent » les classes en présence. Le PC est toujours, bien qu’en déclin, le parti des classes populaires (autrefois : la classe ouvrière) le PS un parti des classes moyennes. Pour ce dernier, malheureusement (je passe sur des explications plus étoffées), il est devenu aujourd’hui un parti inféodé à la classe capitaliste (le 1% de P. Laurent). Il est en outre majoritaire dans cette classe à gauche, avec un appoint incontestable de la classe populaire par effet d’entrainement. Le PG, parti neuf, avait commencé à bâtir un « PS » de « gauche de la gauche ». Alliés dans le FdG, ces deux partis essentiels (PC et PG), plus quelques autres, pouvaient avoir l’ambition légitime, à terme, de réunir une majorité des classes populaires et moyennes (le 99% de P. Laurent), donc surpasser le PS. Avec le concept de FdG… voguait donc la galère, il suffisait de ramer ensemble, mais chacun avec ses revendications ou idées éventuellement un peu différentes : il y en avait de concourantes, Dieu merci ! Le malheur a voulu que ce FdG se délite après sa belle impulsion initiale de 2012, avec la candidature de JLM. Ce qui a amené JLM à trouver une autre solution : il a abandonné le parti de classes moyennes disposées à une alliance avec le PC (le PG) et n’a eu d’autres solutions que de chercher à bâtir, à lui seul, un mouvement susceptible d’intéresser une part suffisante des « 99 % », classes populaires et moyennes confondues : les Insoumis. En somme, il avait les ambitions du FdG, dans sa globalité, sans les moyens correspondants : un PC de classes populaires (pour l’essentiel), un PG de classes moyennes aptes à s’unir avec le PC, et de grossir essentiellement aux dépens du PS et des électeurs qui le suivent. Evidemment ce mouvement sans partis constitutifs aguerris et structurés, a de la peine à se constituer. En témoigne le fait que JLM a voulu y introduire du « centralisme démocratique » (la Charte) pour forcer le pas. Et, pire, ne veut incorporer de communistes qu’isolés (les communistes insoumis). Tout cela est évidemment mal reçu par un parti mieux structuré, de longue date, comme le PC… et d’ailleurs comme ses militants aussi à titre individuel (voir Chassaigne et Dartigolles et les votes contradictoires successifs). Je pense que tout cela doit être remis, fraternellement, sur le tapis des discussions à venir. Comme je pense que le concept de classes est très puissant, on devrait être immanquablement poussé du côté d’un néoFdG : je suis optimiste…et en attendant, votons JLM !

    Alain Brachet Le 1er décembre à 09:21
  •  
  • « En témoigne le fait que JLM a voulu y introduire du « centralisme démocratique » (la Charte) pour forcer le pas. »

    Une simple lecture de la charte elle-même dissiperait en quelques secondes tous les fantasmes..

    Il faut vraiment être très mal informé pour voir du "centralisme démocratique" dans la proposition qu’un échange ponctuel ait lieu entre le groupe de députés et les électeurs lors de l’examen des grands projets (confiance, budget, Sécu, état d’urgence)... Il n’y a là-dedans aucun pilotage des représentants par un petit comité central, qui serait de toute façon contraire au droit fondamental à la liberté de conscience et passible de poursuites.

    « Et, pire, ne veut incorporer de communistes qu’isolés (les communistes insoumis). »

    Il n’y a évidemment aucun rejet d’un parti en tant que tel, ça serait absurde (cf la déclaration de Mélenchon aux adhérents PCF sur leur vote démocratique). "France insoumise" est conçu comme un label commun pour la présidentielle et les législatives. Ce label permet les adhésions individuelles, qui constituent l’amorce du mouvement, mais il organise aussi les "espaces" de dialogue et d’action entre les partis et les mouvements qui soutiennent le candidat JLM et le programme ("espace politique", "espace des luttes").

    Les échanges entre les représentants et le mouvement, et le label commun permettant les adhésions individuelles sont deux choses qui ont cruellement fait défaut au FdG.

    Yves-André Peremer Le 1er décembre à 10:17
  •  
  • @Brachet. Pourquoi faire si long alors que tout ça tient en quelques mots quand on parle vrai : Le FDG prometteur a été un échec, a explosé et je ne dirai surtout pas à cause de qui. Alors "comme je pense que le concept de classes est très puissant" faisons un "néoFdG". Voilà ça prend moins de place et c’est toujours aussi "puissant".

    René-Michel Le 1er décembre à 10:28
       
    • Échec du FdG ? Grâce au PG. Décider tranquille dans un bureau parigo qu’il faut être autonome partout donc qu’aucun bilan nul part n’est bon, c’est débile. Ils ne connaissaient pas les bilans. "Mais en montrant notre pureté, nous aurions levé les masses", c’est du blabla. 30 ans que la LCR et le NPA nous explique que c’est la voix. L’autonomie conquérante est un slogan ridicule après 30 ans de LO, LCR, NPA.
      Podemos de son côté, porté par un mouvement social, lui, avait eu l’intelligence de ne pas mlettre des candidats aux municipales. Ils ont seulement soutenus certaines listes ça et là.
      Donc le PG propose une stratégie qui n’a jamais marché nulle part -l’autonomie conquérante (belle formule de pubard) et il faudrait qu’on s’exécute et perde tous nos élus. Pour un truc sans incidence sur le PS ?

      florent Le 1er décembre à 14:27
    •  
    • @Florent. Vous jouez les victimes d’ultimatum parce que vous n’avez plus rien à proposer. Personne aux Insoumis pas plus que JLM ne vous a rien demandé et n’exige rien du PCF. Les communistes signant individuellement la charte des insoumis en deviennent membres de plein droit et sont les bienvenus au même titre que les plus de 160 000 qui les ont précédés dans cette démarche. Ceux que ça défrise n’ont qu’à passer leur chemin. C’est pourtant simple !

      René-Michel Le 1er décembre à 17:31
    •  
    • C’est pourtant simple à comprendre. Tu me proposes d’adhérer à un nouveau parti, ben ça nous intéresse pas, on en a déjà un. Par contre faite votre vie dans votre parti. Ça n’empêche pas de chercher des convergence ensuite (un "cartel", pouah le vilain mot). Mais vouloir faire rentrer tout le monde dans le parti de jlm, corbière, amar, c’est une drôle de conception de la politique.
      "Tu entres dans mon parti sinon je te flingue aux législatives".
      Eh bé, on va se flinguer et ce sera excellent !! Tout le monde va manger car les plan "tout seul on est trop fort", ça ne marche pas

      florent Le 1er décembre à 19:58
    •  
    • @Florent. On ne vous demande rien, on n’attend rien, foutez-nous la paix une bonne fois pour toutes. De l’air !!!

      René-Michel Le 1er décembre à 23:41
  •  
  • Pourquoi mon texte a-t-il été retiré ? Parce que j’appelle un chat un chat et Dartigoles un magouilleur ? C’est être un troll qui pourrit le débat que de dénoncer les magouilleurs ? Où est la liberté ?

    Dominique FILIPPI Le 1er décembre à 17:45
       
    • Chers Alain Brachet et Florent , je me demande ; surtout pour Alain , si vous le faites expres ou si vous êtres vraiment a coté de la plaque ?.

      Alain persiste à penser que les insoumis vont revenir à la construction d un FRONT de GAUCHE bis , ?? alors que votre serviteur et une vingtaine d’autres interventions lui disent " jamais, hors de question ", illusoire ".

      Et d’expliquer pourquoi, comment, en lui disant que la démarche de la FI , a été mise en place surtout pour ne plus avoir a revivre les affres du FDG , que le calendrier, les désignations de candidats pa les insoumis eux mêmes , tout a été fait pour ne pas s’inscrire dans le cadre de négociations de partis a partis .

      Mais non ! comme un disque rayé , il repasse sans arrêt sur la piste " FDG ? groinccccc , FDG , grouincc, FDG , grouinnncc .

      Quand au camarades Florent , nous , nos candidats , nos élus !

      La aussi autisme politique total, nous ne vous demandons rien ! , vous nous soutenez " dont acte " , mais ca s’arrête là, relisez les remerciements de Jean Luc MELENCHON .

      " Il ont pris leur décision, sans négociations, il feront leur campagne, nous ferons la notre ! basta ! .

      Nous présenterons des candidats FI et vous ferez ce que vous voudrez ! .

      En tant que "grand parti de la classe ouvrière " , vous passez les 12 % de partout, vous avez des élus, vous constituez un groupe à l’assemblée nationale ! avec les millions d’ hommes et de femmes qui votent pour vous et fort de vos 80 000 adhérents , vous pouvez vous passer de nous .

      Nous aussi !.

      buenaventura Le 1er décembre à 18:13
    •  
    • @ buenaventura
      tu sais je ne me fais pas de grandes illusions. Nous allons nous concurrencer aux législatives. Mais toi , tu n’oses le dire, mais tu en as des illusions, tu imagines FI à 15 et nous à 1. Mais dans la vraie vie, c’est pas comme ça que ça se passe. c’est d’abord une campagne dégueulasse, on colle et se recolle mutuellement, et au final on fait des scores pourris les uns et les autres.
      La gauche du ps est ainsi faite que tu ne peux pas dépasser l’idée de cartels. Vous avez juste ajouté une nouvelle orga, donc ajouté à la division, point barre.

      florent Le 1er décembre à 20:02
    •  
    • @florent : donc il fallait être tous derrière le PC ? à quel moment as-tu senti une aspiration populaire pour les idées du parti ?

      jo Le 8 décembre à 16:31
  •  
  • Le fait qu’Hollande ne soit pas candidat crée des conditions plus favorables pour l’entreprise Montebourg qui va faire de l’anti Valls Faire apparaître le PS comme solution alternative de "gauche" à la "gauche" de gouvernement incarnée par Valls telle est le travail auquel s’attelle Montebourg. RE-CREDIBILISER la social-démocratie est pour le PS VITAL....il serait dramatique que le PCF finisse par mettre en application la tactique "Mélenchon en novembre-décembre-janvier puis Montebourg en février-mars-avril- mai-juin"...car c’est bien ce que les instances dirigeantes ont mis dans l’option 1....Ce n’est pas faire un procès d’intention à la direction communiste que de dire qu’elle n’a pas renoncé aux deux fers au feu...en toute éthique et loyauté bien entendu.....

    Dominique FILIPPI Le 1er décembre à 23:00
       
    • Ils feront ce qu’ils voudront, ils négocieront une fois de plus avec le PS (ils ne savent plus faire autre chose), rien à battre c’est plus notre problème. Quant à la primaire du PS c’est panier de crabes avant la branlée.

      René-Michel Le 1er décembre à 23:59
    •  
    • J’espère que ce scénario ne se réalise pas. Mais en même temps, la FI fait tout son possible pour qu’il se réalise, en promettant la concurrence aux législatives.
      Parce que les éléments de langage FI du type : "on ne recommence pas le FdG" signifie in fine cela. Pas d’unité donc concurrence. La FI n’est pas une synthèse dépassant le FdG mais une chapelle de plus en concurrence avec les autres.

      Florent Le 2 décembre à 11:55
    •  
    • @ Florent
      La FI n’est pas une synthèse mais une chapelle de plus

      Ça ce sont VOS éléments de langage.

      Yves-André Peremer Le 2 décembre à 17:31
    •  
    • Pas du tout. Où as tu vu que PL ou d’autres disaient cela. Mais c’est pourtant vrai. Les autres orgas ne veulent pas intégrer FI. Donc FI est une orga de plus. Et vive la concurrence aux législatives. On relira les post des optimistes en juin après la branlée collective

      florent Le 2 décembre à 20:38
    •  
    • @florent : la branlée collective en juin ? tout dépendra déjà de la présidentielle...quant à la concurrence, rappelle nous qui négocie avec le PS des arrangements locaux pour maintenir des élus ? libre à toi de cautionner la politique de Hollande cela dit...

      jo Le 8 décembre à 16:35
  •  
  • que sa face pleurer dans les chaumières ou applaudir J.L.M.et le mieux placer pour toute la vrai gauche !!!!!!!!!!!!!

    le boucher Le 4 décembre à 09:46
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.