Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 29 mars 2015

Désastre des départementales : le lemming et les hamsters

Les résultats ne sont pas encore tous connus, mais le constat au soir du second tour des élections départementales est sans appel : une véritable déroute pour la gauche, toutes tendances confondues.

Vos réactions (24)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour le Parti socialiste, c’est une nouvelle débâcle. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, deux départements qui furent le berceau du mouvement ouvrier français, la tâche brune du Front national progresse sans cesse. L’hypothèse, impensable il y a peu, que la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais / Picardie bascule dans l’escarcelle du FN en décembre 2015 n’est pas seulement réelle, mais désormais probable. Le PS, qui était à la tête de 60 départements, devrait en conserver une trentaine. Pire : il est tout simplement rayé de la carte de départements entiers comme l’Aube, le Var ou le Haut-Rhin. Des centaines de collaborateurs socialistes vont se retrouver sur le carreau et la capacité de ce parti à encadrer la société et à distribuer postes et prébendes est durement entamée.

Pour le Front de gauche et singulièrement le Parti communiste, la situation n’est guère reluisante. Il comptait 234 conseillers généraux (dont 220 communistes) répartis dans 61 départements avant le scrutin des départementales. Il ne lui en reste que la moitié et n’est plus présent que dans une petite trentaine de départements.

Pour les écologistes, la situation est du même ordre. Moins implantés localement, ils abordaient ces élections avec 49 sortants dans des configurations très variables : avec le Front de gauche, en binôme avec le PS ou seuls en autonomie. Les nouveaux conseils départementaux compteront moins de 30 représentants d’EELV.

Un tel désastre électoral pourrait, devrait susciter bilans sans concession et remises en cause. Il n’en est rien. Pour le Parti socialiste, la stratégie est claire, c’est celle du lemming, ce rongeur qui a la capacité à mourir en masse lors de ses migrations. « La gauche peut mourir », avait déclaré Manuel Valls en juin 2014, prophétie d’autant plus autoréalisatrice que c’est lui-même qui actionne la gâchette. Insensible aux dégâts de sa politique, l’infernal tandem de l’exécutif a martelé son credo ces derniers jours : « Nous ne changerons pas de cap ». Une forme de bras d’honneur à l’électorat populaire, un de plus.

Mais du côté des forces à la gauche du PS, c’est plutôt la stratégie du hamster faisant tourner sa roue qui a le vent en poupe. Le PCF va classer son dossier "Comment sauver les conseillers généraux" pour ouvrir le suivant : "Comment sauver ses conseillers régionaux". Le Parti de gauche va poursuivre son solo, convaincu qu’il a toujours eu raison depuis le début. Ensemble va appeler à l’Unitééé du Front de gauche, personne ne lui ayant annoncé l’état de décomposition avancée de ce dernier.

Bref, comme d’habitude chaque petit hamster va cavaler dans sa roue – qui évidemment n’avance pas puisqu’elle tourne sur elle-même. Quant à EELV, il n’arrive même pas à actionner la sienne puisque deux hamsters tournent dans un sens contraire, débouchant sur la paralysie.

Le temps des analyses approfondies viendra demain, mais ce soir, une chose est sûre, rien ne va à gauche.

Vos réactions (24)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • J’appelle toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d’un mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à nouveau l’espoir. Communistes et autres composantes du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l’impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes… doivent converger pour construire ce nouvel espoir.

    Pierre Laurent Le 29 mars 2015 à 23:02
       
    • Alors, Laurent, l’alliance avec le PS n’a pas fonctionné et maintenant vous vous rabattez sur les composantes du front de gauche ?
      Après vos accords électoraux avec le PS vous n’êtes plus crédible. Tout au plus apparaissez-vous comme une girouette sinon comme le pire des opportunistes .
      Dans toutes ces ignobles mascarades électorales vous avez réussi à faire en sorte que vous et le PS n’êtes plus que des morts-vivant .
      A bientôt en enfer !

      jilgi Le 29 mars 2015 à 23:47
    •  
    • @ Laurent

      Vous raisonnez avec justesse. Pierre Laurent. L’heure est à l’union des gauches pour eviter que la droite ne reprenne ce pays. Les socialistes doivent nous entendre. Les composantes du front de gauche doivent apprendre à travailler avec le PS, au moins localement pour éviter ce genre de désastre. Bon, pour ceux qui ne veulent pas faire d’alliance avec le PS pour des elections aussi locales que des cantonales ou des departemetales, il reste le PG , et j’ai envie de dire bon debarras là bas parce qu’entre les insultes, les discours populistes, les discours de haine envers le PCF ou le PS, tout celà à donné une image lamentable de la gauche. Il reste tout à reconstruire. Entre les deputés, et les elus locaux on a trop perdu. Le chiffre de 11 % ne veut plus rien dire. En avant toute.

      bdpif Le 30 mars 2015 à 00:12
  •  
  • Les citoyens ne sont que peu inspiré par ce deuxième tour car les candidats ne conviennent pas et ras le bol du vote utile.
    Par ailleurs, depuis Mitterrand, la gauche est morte. Il n’y a pas eu d’après. C’est une vaste instrumentalisation. Par l’analyse des habitus et des idéologies, les penseurs du parti socialiste sont de droite (à quelques exceptions près et sont minoritaires).
    La représentativité s’essouffle depuis un bon moment. Si déjà dans chaque parti, les citoyens pouvaient choisir les candidats qui se présenteraient, ça encouragerait la participation aux élections.
    Pour ma part, il serait temps d’avoir une démocratie participative et que dans chaque localité, chaque citoyen puisse accéder à l’action : capacité d’initiative, à la parole (la politique quoi), les affaires d’une cité concerne tout le monde.

    "« Nous ne changerons pas de cap ». Une forme de bras d’honneur à l’électorat populaire, un de plus."

    evodemocratie Le 29 mars 2015 à 23:32
  •  
  • JLM CE SOIR:MISE AU PIED DU MUR DES PARTENAIRES DU PG...
    "SANS ALLIANCES A GÉOMÉTRIE VARIABLE" !

    "Offrons à notre peuple une nouvelle alliance populaire, crédible, indépendante de ce gouvernement avec lequel rien n’est possible,sans alliance à géométrie variable, une alliance visible, c’est-à-dire ayant le même sigle dans tout le pays pour que chacun puisse l’identifier.

    Une alliance clairement ancrée dans l’intérêt général humain, avec Les partis et personnalités de l’opposition de gauche, avec des assemblées citoyenne ouverte à tous.

    C’est leur responsabilité historique. "

    Dominique FILIPPI Le 29 mars 2015 à 23:36
  •  
  • > Insensible aux dégâts de sa politique

    Et ça fait trente ans que le PS mène la même politique. Belle obstination dans l’erreur…

    "Une croissance bridée par la question énergétique ?"
    www.bit.ly/1ESl7Wl

    Vincent Le 30 mars 2015 à 01:07
  •  
  • @Pierre Laurent Le 29 mars à 23:02

    Après vos accords électoraux avec le PS vous n’êtes plus crédible.

    Dominique FILIPPI Le 30 mars 2015 à 08:16
  •  
  • @ Vincent
    Et ça fait trente ans que le PC lui court après tel un canard décapité dans le seul but de survivre en soi, perdant bastion après bastion, passant de 800 000 adhérents à quelque dizains de milliers,claquemurés dans les paradis artificiels de leurs "gloires" à jamais passées et souillées de leurs concomitantes turpitudes staliniennes jamais reniées et encore moins auto-critiquées .
    Malheureusement le pouvoir de nuisance de ses dirigeants reste redoutable comme en témoignent l’avortement du Front de Gauche et la démobilisation sociale.

    Fulgence Le 30 mars 2015 à 08:59
  •  
  • bien vu les commentaires suite à l’appel de LAURENT.
    Le PC est un boulet pour la recomposition de la gauche et il faudra bien un jour à se décider de faire sans eux, sans le PS et sans les schizophrènes d’EELV.
    D’une manière générale, PODEMOS nous montre que la méthode compte beaucoup pour la réussite d’une reconquête du pouvoir par le peuple, en dehors des logiques de parti.

    MARION Le 30 mars 2015 à 09:15
       
    • sans eux, sans le PS et sans les schizophrènes d’EELV
      >> et avec qui alors ? :)

      Fred Le 30 mars 2015 à 13:50
  •  
  • Ben ils sont beaux les commentaires !.... en étant unis comme ça on comprend les scores éclatants d’aFront du Gauche et l’afflux des militants !
    faut arréter les piqouzes anti-pcf ..
    C’est réellement démotivant !

    afrontdugauche Le 30 mars 2015 à 09:15
  •  
  • j’ai du mal à comprendre ce journaliste qui considère encore le PS comme un parti de gauche...

    DJ Le 30 mars 2015 à 09:25
  •  
  • Oui, une alliance à gauche, et vite ! PC + FdG + EELV (ceux qui n’iront pas à la soupe) Nouvelle Donne + frondeurs (les plus courageux du moins).

    Cessez vos querelles de clochers ! Nous (électeurs de gauche) avons trop besoin de vous. Le PC a essayé de sauver les meubles en s’alliant au PS ? OK, passons à autre chose : cette affaire est bien mineure face aux enjeux.

    Je rêve : une "alliance de gauche", présente partout aux Régionales, scrutin favorable car proportionnel.
    Il n’est quand même pas très compliqué d’établir une plateforme commune. Le "plus petit dénominateur commun" est même très large : révolution écologique, 6ème République, fin de l’austérité et rapport de force européen (avec Syriza, Podemos...), redistribution massive (SMIC, fin du CICE...), lutte radicale contre la fraude fiscale, protection des libertés individuelles. Au plan régional : transports gratuits, économie décabornée (circuits courts...), Economie sociale et solidaire, péréquation territoriale...

    L’alliance est à portée de bras. Oubliez vos égos, vos querelles sémantiques et idéologiques qui n’intéressent que les militants ! Ouvrons un espace capable de convaincre les abstentionnistes et une partie de l’électorat FN. Mon rêve : gagner la majorité dans les futurs CR pour une alternative crédible à Hollande/Valls en 2017 - ou, "au pire", obliger le PS à tourner le dos aux "socio"-libéraux...

    stefz Le 30 mars 2015 à 15:00
       
    • Le PCF est au pied du mur depuis hier soir.

      Dominique FILIPPI Le 30 mars 2015 à 15:28
  •  
  • MDR on crache sur le PCF et on glorifie Podemos qui se définit comme centriste et qui joue contre le gouvernement vénézuélien..... Belle gôche bobo !
    Hier le seul élu PCF de la Meuse a été élu avec des voix du PS et d’autres aussi, hier on nous a reproché d’avoir appelé à voter PS sur un autre canton, notons au passage qu’il faut désormais tatouer les électeurs en fonction de leurs bulletins de manière à savoir mais passons.... Donc accepter les voix du PS ça c’est normal, l’inverse non, et il y a des crétins pour croire qu’en politique on peut tout obtenir sans rien en échange parfait. A la personne qui m’interpellait j’ai fait remarquer que sinon le siège passait au FN, et là "ah non alors pas le FN ! ", alors faudrait savoir mais il est vrai que Lo, rejoint par un Jlm clament le que ce parti n’est ps fascisant mais populiste, d’ailleurs sans doute la raison pour laquelle JLM ne met plus les pieds à Hénin Beaumont, n’est ce pas les héros !?

    girard Le 30 mars 2015 à 17:46
  •  
  • Cette décomposition totale de la gauche ( plus personne ne veut s’allier avec qui que ce soit) peut apparaitre comme un événement négatif. Je le vois autrement. C’est le signe que personne ne se reconnait plus dans des partis qui ont verrouillé leur démocratie, qui sont rigides, sectaires, qui ne transmettent plus rien de la base vers les sommets. Le système hierarchique vertical est mort. Ce que demande le citoyen, ce sont des modes de gouvernement horizontaux, de pair à pair, des systèmes de représentation tournants, et non des castes de dirigeants qui cumulent les pouvoirs pendant des années, au sein des partis comme au sein des mandats électoraux. Il faut donc réinventer les formes de la participation citoyenne, et tous les outils sont là pour le faire. Nous avons des milliers de technologies de gestion de l’information, nous avons des centaines de modèles de gestion de la vraie démocratie qui émergent un peu partout dans le monde. Mais la France est toujours en retard. L’Enarchie ne peut, ne sait que reproduire des modèles archaïques dans un monde qui change. Si les partis le voulaient, ils auraient donné de la place aux jeunes, ils auraient leur propres ateliers de réforme de leurs structures, mais non, il n’ y a quasiment rien, un peu chez les verts peut-être, qui arrivent à changer régulièrement de dirigeants, mais les autres partis sont affigeants sur ce point. Nos amis catalans, espagnols, Italiens, Sud Américains, et bien d’autres ont plein d’expériences nouvelles à partager. Regardons un peu ailleurs, regardons aussi les services en ligne et logiciels de démocratie réelle, il y a beaucoup à apprendre, notamment sur la façon dont on peut gérer des votes collectifs avec toutes les différentes modalités Condorcet, par exemple.

    pop Le 30 mars 2015 à 18:07
       
    • D’accord et pas d’accord.
      D’accord : oui, de nouvelles formes sont à inventer, ou plutôt à copier et mettre en oeuvre, comme outils de mobilisation, de refondation du politique.
      Mais pas d’accord : je ne crois pas que ce soit ce qu’attendent les citoyens lambda. Ce que je constate, à mon niveau, c’est une dépolitisation générale (pour faire vite : des jeunes qui n’ont pas les repères politiques des générations antérieures, les classes populaires déçues par le "système", mêmes politiques libérales, trahison du TCE de 2005, etc.).
      Il me semble donc qu’il faut (aussi et en même temps qu’inventer de nouvelle formes de mobilisation) redéfinir une offre politique, avec un profond renouvellement du personnel politique, et des engagements fermes.
      En gros, Jospin disait "je fais ce que je dis - je dis ce que je fais" (et je sais bien que son bilan est grandement critiquable, hein !). Aujourd’hui, au pouvoir "de gauche", on a exactement l’inverse.

      stefz Le 30 mars 2015 à 18:29
  •  
  • En lisant certains commentaires j’ai l’impression qu’ils sont repris inchangés depuis 2013. C’est la rengaine de l’alliance du PC avec le PS qui serait responsable du désastre, mais dans un certain nombre de départements des élus PS, PC et autres composants de la gauche ainsi que des verts gouvernaient ensemble en faisant une politique dans l’intérêt des populations les plus fragiles pourquoi rompre au moment des élections ?
    Mais dans nombre d’autres départements le PC n’a pas appelé à voter socialiste, sauf face au FN.
    C’est vrai que nos camarades du PG adorent la fonction de donneurs de leçon et refusent un regard critique sur leurs actions. Ils rejettent alors tout compromis et ont contribué à démotiver des membres d’assemblées citoyennes fatigués des querelles entre les deux crocodiles PC et PG installés dans le même marigot !
    Nous avons besoin d’être ensemble dans la structure originale qu’est l’assemblée citoyenne, sinon nous perdrons ensemble ! Il n’est que temps !

    Vayrac 73 Le 30 mars 2015 à 18:36
       
    • Vous avez déjà perdu "ensemble" !
      Quand je vois Pierre Laurent, tout sourire, distribuant un tract PS en Seine St Denis avec Bartolone et une poignée de barons sociaux-libéraux , c’est le front de gauche dans son ensemble qui est discrédité. Je ne suis qu’une simple citoyenne mais je suis consternée de constater que vous êtes vos propres ennemis en vous critiquant les uns et les autres ( les journaux à la solde ou non du ps ne manquent pas de mettre en évidences vos désaccords).
      j’ai voté blanc pour la première fois de ma vie et j’attends, comme beaucoup je pense, que quelqu’un à gauche se prononce pour une sortie de l’Euro.
      Syrisa a ouvert la voie. Nous sommes tous spectateurs du combat qu’il mène contre la troïka et on voit bien qu’il n’aura bientôt pas d’autre choix que de sortir de l’euro.
      Il doit (et le peuple grecque avec lui) se sentir bien seul.
      Sans doute attendez vous que le travail soit achevé pour vous lancer ?

      odgigi Le 31 mars 2015 à 14:22
    •  
    • @ Vayrac 73
      Oulalala, mais vous êtes fou, pauvre malheureux.
      Parler de l’enjeu réel des élections : le département et du bilan des sortants, mais qu’avez vous fait là ?!
      Il faut parler FN, pureté idéologique, dimension nationale et se positionner sur la sortie de l’euro...
      Il faut aussi parler d’une alliance claire sans le PS mais qui pourrait se construire avec les frondeurs...
      Le reste ne sert à rien ;-)

      Flutiot Le 1er avril 2015 à 09:48
  •  
  • Quel est l’intérêt de s’allier avec les fauxcialistes qui font une politique de droite ?

    Soit on a des convictions, des valeurs et on les suit, soit on fait de la politique politicienne et pas étonnant que plus grand monde ne vous soutienne à part des opportunistes et des arrivistes !

    Nina33 Le 30 mars 2015 à 21:54
  •  
  • Nina,vous rendez vous compte à quel points vos conceptions,celles du PdG,sont coupées du réel ?

    Bien sûr qu’il faut rejoindre le PS via ses frondeurs.Si nous en restons aux analyses des gauchistes,haineux,brutaux et coupés des réalités ,la seule activité du fdg sera la masturbation intellectuelle.Le peuple votera FN ou PS,pendant que nous défilerons contre ’lislamophobie’(concept nullissime car ,nous sommes encore en république,et nous avons le droit d’être libre penseur).
    Le fdg n’est pas à la hauteur alors que la suffisance des commentaires publiés ici dénotent des complexes de supériorité hypertrophiés.
    Arrétez de tortiller du cul,pour au bout du compte, laisser les autres gouverner !
    l’électorat considère le fdg comme des’ ravis de la crèche ’incapables de prendre en compte les enjeux réels.
    D’ailleurs nombre d’électeurs du fdg s’abstiennent chroniquement,les autres votent PS ,comme moi,quelquesoit les consignes du fdg.
    Quant aux résultats des départementales,évidemment,c’est une lourde défaite pour le fdg,masquée par le fait que le PCF sauve les meubles.
    Quant aux commentaires au dessus,ils sont affligeants !Leurs auteurs n’ont même pas compris le mode de scrutin,ce qui ne les empêche pas d’analyser les résultats.Ils sont bidons,ces commentateurs....
    afrontdugauche

    afrontdugauche Le 31 mars 2015 à 07:20
  •  
  • afrontdugauche, tu ne cesses de dupliquer ton seul et unique commentaire sous tous les articles comme un disque rayé.
    Pierre Laurent et sa bande de bénis oui oui continuent, branlée après branlée, à ramer pour le PS pour garder leurs élus en trahissant leurs idéaux et leurs électeurs depuis plus de 30 ans !
    Basta, plus jamais ma voix, mon temps, mon militantisme.

    Fulgence Le 31 mars 2015 à 07:33
  •  
  • Je vois quelques commentaires qui proposent l’union de la gauche, PS inclus, comme solution pour l’avenir. Mais il faut bien se rendre compte que plus aucun électeur ne le veut. Pour beaucoup, le PS est devenu infréquentable. Le sentiment principal est le sentiment très fort, très intime de la trahison des valeurs de gauche. Si on compare sa campagne (Mon ennemi, c’est la finance) et son action, Hollande est manifestement un traitre. Il n’a céssé de faire des choix toujours plus libéraux, toujours plus dans le sens du Medef, c’est-à dire à l’envers de ce qu’il faudrait faire pour créer des emplois. Les lois Macron en sont l’illustration tragique. Le PS est devenu pestiféré. Ceux qui le nient ont perdu le sens des réalités. Il faudrait également que les socialistes arrêtent de marteler qu’il n’y a pas d’alternatives, comme le faisait Thatcher en son temps. Non seulement il y a des alternatives, mais en plus, elles sont très faciles à mettre en place. Un exemple ? des milliers de jeunes voudraient ouvrir des exploitations agricoles en bio, en vente directe : on peut très bien vivre sans difficulté en maraichage bio à partir de 3 hectares ! oui, 3 hectares ! car la vente directe met le bio au prix du supermarché ! mais ces jeunes ne le peuvent pas, tout le système leur met des bâtons dans les roues, de l’accès au foncier en passant par les banques et mêmes les lobbies de la semence, l’ensemble du système est contre eux. A l’inverse, l’industriel qui veut aujourd’hui créer un méga élevage de milliers de bêtes, ou exploiter 400 hectares de céréales sous pesticides aura des autoroutes ouvertes devant lui, mais il ne créera que très peu d’emploi sur la même unité de surface. Tout est à l’avenant. Et cette obsession de la croissance... c’est un concept tellement éculé quand on connait l’écosystème biologique et énergétique planétaire..... On sent bien que toutes ces décisions qui vont à l’envers du bon sens ne sont que l’expression d’une caste bourgeoise et aveugle. L’Enarchie au pouvoir n’a aucun sens des réalités, aucune modernité, elle ne fait que foncer droit dans le mur, et en klaxonnant, en plus. Non, plus personne ne veut de ce PS. Il explose comme tous les partis de gauche qui ne savent pas où est le réel.

    pop Le 31 mars 2015 à 22:10
  •