Accueil > Politique | Par Loïc Le Clerc | 24 novembre 2017

Élections en Corse : la gauche se déchire sur la stratégie

Début décembre se tiendront des élections territoriales en Corse. La seule liste de gauche regroupe Corses insoumis et communistes sur le modèle du Front de gauche, provoquant la colère de la France insoumise.

Vos réactions (64)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

En Corse, les 3 et 10 décembre prochains, un scrutin actera la création le 1er janvier d’une nouvelle collectivité territoriale, fusion des deux départements et de l’actuelle Assemblée de Corse. Sept listes se disputent le scrutin, dont la seule liste de gauche est "L’Avenir, La Corse en commun" regroupant La Corse insoumise, le PCF, Manca Alternativa et Ensemble !. Principaux adversaires : les autonomistes et la droite, classique ou macroniste.

Rien d’original, sauf que… L’équipe nationale de la France insoumise (LFI) n’a pas du tout aimé cette alliance qui évoque trop feu le Front de gauche.

Dispute sur le label LFI

Jean-Luc Mélenchon, plus que de dénoncer une « pauvre tambouille », l’a maudite. Sur son blog, le chef de file des députés insoumis arguait le 7 novembre :

« Je déplore que la liste du PCF et des anciens communistes en Corse joue une misérable usurpation de notre sigle. [...] J’admets que le PCF et ses alliés fassent leur liste. C’est bien leur droit le plus strict. Mais pourquoi vouloir faire croire que "La France insoumise" en est partie prenante comme l’a déclaré le porte-parole du PC […], aggravant par une nouvelle provocation le divorce déjà consommé entre nous ? C’est une fois de plus une détestable méthode. Je crois que les électeurs en Corse sanctionneront cette façon de tenter de les duper. »

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, souligne tout de même que Mélenchon « parle des femmes et des hommes qui ont été les militants de LFI depuis sa création. Il y a là les candidats aux législatives de LFI ». Un argument que n’entend pas Manuel Bompard, directeur des campagnes de LFI, pour lequel « les candidats de LFI aux législatives n’ont pas le droit d’attribuer le label de LFI ». Sauf qu’en l’occurrence, la liste se présente sous le label "Corse insoumise" et que cette décision a été prise par une écrasante majorité de ceux qui soutinrent JLM et LFI au printemps de cette année.

Ce qui chagrine Mélenchon, mais aussi certains Corses insoumis ne soutenant pas la liste, c’est plus la forme que le fond. « Une poignée de personnes a pris "en otage" l’ensemble du mouvement », explique Manuel Bompard. Il ne veut plus entendre parler de « cartel d’organisations politiques », car LFI entend être la seule plateforme légitime pour représenter la gauche. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit là simplement d’une querelle LFI / PCF, pas plus que d’un désaccord entre Paris et la Corse.

Hégémonie ou monopole ?

L’un des principaux problèmes de cette liste commune réside dans son processus d’élaboration. À Paris, LFI explique que c’est au comité électoral du parti de donner son approbation à une candidature. D’où l’accusation d’« usurpation d’identité ». « Inacceptable d’un point de vue démocratique », s’énerve Jacques Casamarta,.

Pour la tête de liste et ancien candidat LFI aux législatives, cette réaction pose deux questions. Celle du fonctionnement interne :« Plus de 80% des militants corses ont pris cette décision en toute clarté », assure-t-il, rageant de voir que « Mélenchon ne respecte pas la base ». Et celle de l’unité. Jacques Casamarta s’inquiète de voir LFI devenir un « parti unique » qui ne respecterait pas la pluralité des militants de gauche.

Pour Olivier Dartigolles aussi, c’est clair, « Mélenchon n’accepte pas l’exercice de la démocratie » alors que « c’est une bonne nouvelle quand des gens arrivent à se rassembler ».

Que LFI souhaite devenir hégémonique pour faire gagner la gauche, c’est une chose. Mais est-ce possible en dénigrant son propre camp ? Pour Nathalie Bourras, militante de la Corse insoumise opposée à la liste, « rien n’empêche que sur une liste LFI il puisse y avoir des communistes, des gens du NPA ou des autonomistes de gauche. C’est ça le principe de LFI, on est déjà une plate-forme de rassemblement ».

Exit la gauche, place aux autonomistes ?

Sur le même post de blog, Mélenchon écrit : « Cette pauvre tambouille tourne le dos à toutes les grandes questions qui se posent en Corse à partir du vote des législatives ». Et que s’est-il passé en Corse aux législatives de juin dernier ? Trois députés élus sur quatre étaient autonomistes.

Ainsi, « il est devenu vain d’ignorer que quelque chose de très profond et peut-être d’irréversible s’est produit », ajoutait "JLM", précisant qu’il comptait rencontrer « bientôt les députés autonomistes corses pour échanger avec eux et comprendre leur démarche ».

Selon le secrétaire régional du PCF et numéro 3 de la liste Michel Stefani, Mélenchon est en train de tourner le dos à sa famille politique au nom d’un « populisme de gauche ». Il lance : « Il s’adresse à ses électeurs pour dire ’ne votez pas pour la seule liste de gauche’ et, dans le même temps, il tend la main à la majorité nationaliste. C’est sa conception du rassemblement. Il s’adresse aux gens, indistinctement, et leur demande de se rallier à lui, en ignorant les forces déjà organisées. Il y a trahison. »

Un point de vue qui n’est pas partagé par Nathalie Bourras qui, au contraire, se dit « ravie qu’on puisse discuter, à gauche, du statut de la Corse ». Et elle assure qu’« il y a des autonomistes qui ont voté pour Mélenchon à la présidentielle. On ne peut pas laisser ce débat aux seuls autonomistes. »

Irréductible singularité corse

Même si LFI ne soutient officiellement aucune liste lors de ce scrutin, on peut s’interroger sur la pertinence politique d’un tel rapprochement entre « le plus jacobin des jacobins », comme certains Corses appellent Mélenchon, et des autonomistes qui, par essence, ne sont pas les plus fervents adeptes de la République une et indivisible.

Manuel Bompard développe : « On ne se retrouve pas dans l’offre politique qui existe et on ne peut pas passer à côté du fait que la colère populaire s’exprime dans la démarche autonomiste. Ça ne veut pas dire qu’il faut faire des listes communes, mais prendre en compte ces revendications dans ce qui serait une autre forme de rassemblement en Corse ».

À quoi ses détracteurs "insoumis" ne manquent pas de souligner que Mélenchon peut, au nom de la France insoumise, discuter avec les nationalistes, mais la Corse insoumise, elle, n’a pas le droit de décider et doit de contenter d’obtempérer…

Une chose est sûre : en Corse, les modèles classiques, ni même l’Union de la gauche, n’ont jamais fonctionné. Un particularisme politique bien ancré dans une histoire et une géographie dont chacun doit tenir compte car, comme le dit Jacques Casamarta : « Les décisions qui concernent la Corse ne se prendront pas à Paris. Si, en 1943, les résistants avaient attendu les ordres de Paris, il n’y aurait pas eu l’insurrection ».

Vos réactions (64)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • La gauche se dechire... Ah bon ? ;)

    Carlos Le 24 novembre à 13:32
  •  
  • Pour compléter la discussion engagée dans cet article, précisons qu’il n’est pas question d’hégémonie dans l’affaire corse, mais d’honnêteté :
    "Une pression s’exerce sur nous pour nous faire revenir aux formes classiques des organisations politiques traditionnelles. Parfois, elle est aussi relayée ici ou là de la part des gens qui ont hâte de s’approprier le sigle en vue des diverses élections qui auront lieu. Ceux-là sont parfois des militants madrés. Ils savent quoi dire pour se gagner l’intérêt des médias. C’est le mode « Corse insoumise » où dix gros malins s’approprient le sigle au nom d’une « baaaase » préfabriquée pour faire leur tambouille locale dans le plus total mépris des autres insoumis et de tout le mouvement. En général le PCF ou les gauchistes ne sont pas loin pour opérer ce genre de falsifications électoralement juteuses, pensent-ils. Ainsi en Corse où sur dix candidats il y a 7 communistes et, sur les trois restants, trois « anciens communistes » dont l’ancien secrétaire départemental du PCF. Mettons donc de côté le commentaire sur ces petits malins qui jouaient déjà le même jeu trouble dans les élections précédentes sous le timbre « Front de gauche » parfois même avec ma photo. Ne serait-il pas plus honnête que chacun aille de son côté, fasse sa démonstration politique et que le débat s’ouvre sur des bases claires ? "

    Texte complet sur le blog de Mélenchon en date du 21 novembre, intitulé "Le lendemain du Chili".
    Oui, les nouvelles formes de combat politique et de militantisme tardent à s’imposer, et la "gauche" continue à se déchirer (ça ce n’est pas "nouveau" en effet !) ...d’autant que la question de son unité s’obstine à être mal posée.

    Autrement Le 24 novembre à 15:35
       
    • La gauche se déchire ? Non pas : elle est déjà déchirée et tarde à se réengager sur le chemin de l’unité d’action... À l’exception de la Corse apparemment et à l’occasion des élections qui s’y dérouleront début décembre.
      Il faut être, comme JLM et ses seconds couteaux de la FI, d’un anticommunisme crasse ( sans doute, s’agissant du premier, l’héritage de son passage de longue durée par le socialo- trotskisme ?) pour essayer de ruiner , au nom d’une "pureté idéologique" toute relative, une tentative de rapprochement des différentes tendances de la gauche face à des adversaires communs : la droite macroniste et LR ou l’extrême droite nationaliste.
      Par ailleurs, on peut s’étonner que personne ici n’ait relevé jusqu’à présent l’appui verbal et enthousiaste que JLM apporte sur son blog au "Front Ample " (FA) Chilien , dont la leader ,Béatrice Sanchez , n’a cessé de dénigrer Cuba, le Vénézuela et même l’ancien président Salvador Allende renversé par le coup d’État militaire du général fasciste Pinochet.

      Lionel R Le 24 novembre à 17:58
    •  
    • Tout ce charabia, "idéologiquement pur" et foncièrement anticoco sur son blog, aboutit ce week-end à ce que JLM prône in fine l’abstention face au danger nationaliste corse. Bravo !

      Gorgio A Le 27 novembre à 13:06
  •  
  • @ Lionel R Les véritables "anticommunistes crasses", bien plus que le PS, les droites et les fascistes réunis sont ceux qui en moins de 40 ans ont dégoutté tant de vrais communistes que les effectifs officiels du PCF sont passés dans les années 70/80 de près de 800 000 adhérents à 40 000 cette année ! Ce sont les directions nationales (de Marchais à Laurent junior ) et leurs alter egos godillots des fédérations et sections . Aux yeux du MEDEF et des libéraux leur bilan politique n’est pas que "globalement positif", mais miraculeux . Bravo, Lionel . Encore un congrès... youpi !!!

    René-Michel Le 24 novembre à 18:33
       
    • R.Michel ce n’est, hélas, pas la première fois que vous bottez en touche pour esquiver les réponses aux questions gênantes : par exemple JLM et le FA chilien...Votre anticommunisme "crasse" se révèle à chacune de vos contributions . Visiblement, vous brûlez aujourd’hui avec hargne ce que vous avez adoré .
      Ainsi ,vous vous réjouissez en permanence de l’affaiblissement du PCF sans vous poser la question de savoir à qui il profite. Pourtant, s’il en était autrement, et sans remonter très loin, nous n’aurions pas eu ni Sarkosy , ni Hollande ni Macron aux manettes, le Medef ne pavoiserait pas et le FN n’aurait jamais été aux portes du pouvoir au printemps 2017.

      La tentative de vos copains de la FI de porter l’estoquade au "noyau dur" du communisme français est vouée à l’échec : le PCF n’est pas le PS.

      Adrien B Le 25 novembre à 12:53
  •  
  • "Seconds couteaux", "anti-communisme crasse", "socialo-trotskysme", "pureté idéologique" (Lionel R) , autant d’étiquetages simplistes qui servent à masquer l’absence totale "d’analyse concrète de la situation concrète".
    Après 25 ans de militantisme pcf (jadis), je ne suis plus adhérente d’aucun parti, et je ne suis pas un couteau, ni second, ni troisième. J’essaye au contraire de faire comprendre aux amis communistes (ceux qui veulent bien réfléchir) qu’il n’y aura pas de communisme du XXIème siècle s’ils restent barricadés dans la ligne Laurent.
    Sur les élections au Chili, et plus généralement pour des analyses de géopolitique, voir les divers articles et commentaires sur le site du Grand Soir.

    Autrement Le 24 novembre à 19:19
       
    • Mais de quoi vous mêlez-vous ici ? Que nous sachions, la plupart des nouveaux convertis à la FI n’ont, pour l’instant, aucun bilan politique à faire valoir, si ce n’est d’avoir siphonné l’électorat du PS et récupéré les aigris et les déçus de la gauche dite traditionnelle, dont vous êtes manifestement. Quant à la bande de zozos qui veulent réinventer l’eau chaude et donner des leçons es révolution à tout le monde, qu’ils sachent également qu’ils ne sont nullement les premiers. Les soixantuitards se souviendront de ces "petits lénine", "ces petits trotski, et ces pâles copies de Ravachol, qui ont fini patrons de presse, ministres ou parlementaires sociaux -démocrates de notre Ve république bourgeoise sans qu’à aucun moment le capitalisme n’en soit le moins du monde ébranlé... Il y a fort à parier que beaucoup à la FI connaitront le même destin.

      Éric T Le 24 novembre à 20:16
    •  
    • @Autrement. Armée de votre expertise, quelle ligne proposez-vous qui soit à la fois conforme à l’identité communiste et acceptable pour les Français ? Si l’ayant apprise de vous le PCF la met dans son programme électoral il verra leurs bulletins de vote affluer. Encore ne sera-ce pas suffisant pour établir le socialisme : il faudra ensuite supprimer le suffrage universel, incompatible avec le communisme quel que soit le siècle où il apparaît.

      Glycère Benoît Le 24 novembre à 21:38
    •  
    • Autrement, à vous lire, c’est à se tordre de rire ou à pleurer. Où est "l’analyse concrète de la situation concrète" (sic) quand en Corse, votre leader maximo fait la courte échelle aux nationalistes en appelant à l’abstention par anticommunisme ? Pour LFI les apprentis fascistes sont sans doute plus fréquentables que les cocos ? lamentable.

      Blaise P. Le 27 novembre à 13:14
  •  
  • Je ne sais pas si ceux qui vomissent leur torrent d’insultes méprisantes et haineuses sur les Insoumis, sont des membres du PCF, mais si c’est le cas on comprend la descente aux enfers du P »c »F.

    Gege Le 25 novembre à 08:02
  •  
  • Affligeant sectarisme des FI.
    Tous derrière le chef et vive la 6ème république. !

    BERTHIER G Le 25 novembre à 09:23
  •  
  • Logomaques et holographes de la FI ,quand prendrez - vous conscience que vous êtes des révolutionnaires de bac à sable, comme notre histoire politique en a produit beaucoup (trop). On voit le résultat : l adroite et l’extrême droite ,le Medef et le Cac40 aux commandes ! et pour encore longtemps.

    Alber L Le 25 novembre à 09:58
       
    • @Albert L

      Vous avez raison ! La FI est même responsable des catastrophes naturelles ouragans, typhons, tsounamis ... Heureusement pour vous que le ridicule ne tue pas, quoique que...

      Gege Le 25 novembre à 17:03
  •  
  • Alber L. : "l adroite et l’extrême droite ,le Medef et le Cac40 aux commandes ! et pour encore longtemps."
    Pour le moment en tout cas...parce que le Pcf officiel et le Ps (ajoutons-y le NPA et LO) ont sciemment bousillé la possibilité d’une victoire des forces populaires à la présidentielle, puis aux législatives. Comme du temps des CUAL.
    Et parce que l’unité syndicale, possible à la base, est paralysée par certains "sommets".

    Dans l’immédiat, Hamon + Jadot (+ Conh-Bendit...) = zéro, tous emberlificotés dans l’Europe de Bruxelles et sans programme cohérent ni combatif. Si c’est sur eux que compte le Pcf pour sortir la France du merdier (tout en se déguisant en FI, comme en Corse), alors oui, autant dire qu’on y est pour longtemps.

    Autrement Le 25 novembre à 11:59
       
    • C’est bien çà ! Hors la FI, son leader maximo JLM, grand amateur d’hologramme et de tréteaux, qui se prend indûment pour le grand Jaurès , il n’y a point de salut ( lequel ? d’ailleurs) à attendre d’aucune autre force politique alternative.Un tel sectarisme confine à la bêtise. Fort heureusement, l’exemple de la Corse est là pour redonner un vrai espoir dans "la possibilité d’une victoire des forces populaires", comme vous dites.

      Arthur H Le 25 novembre à 13:08
  •  
  • Qu’est que qu’ils peuvent être miserables à s’entretuer ainsi.

    Concretement regardons le réel, les faits.

    Naissance de la FI, environ 1 an. Aucuns résultats economique, financier. Aucune action, rien, du bla bla du néant, des clips sur You tube, et des cliques sur internet

    Politiquement : Mise en place du centre Droit au pouvoir.
    5 ans à diviser la gauche, on en arrivait forcement à second tour Droite / Extreme droite ; tout le monde les a prevenus.
    La FI, la meilleur amie de Macron. Ce n’est pas pour rien

    Financierement : Un immense Jackpot financier pour une poignée de députés. Plusieurs millions d’euros demandés sur le ton de la mendicité aux militants, plusieurs millions d’euros de la part de l’état pour les elections (plusieurs millions aussi), mais d’oeuvre gratuite, etc ....

    Une belle entreprise commerciale, basée sur le populisme, la naiveté des gens.

    bdpif Le 25 novembre à 13:50
       
    • Ha j’oubliais leur chaîne télé.
      Vous vous rappelez c ’était leur propos’ Chaine télé" qu’ils ont rectifié en
      ’ le premier média audiovisuel indépendant d’information sur internet".
      Concrètement ils mentent, c ’est ça le populisme, puisque des médias comme cela il y en a légion, mais financièrement, les militants leurs ont déjà donné plus d’ un million d’euro.

      Même regards est une chaine télé si ont va par la, ils passent des videos, interviewent des gens, il leur suffit de passer leurs vidéos en boucle pour être transformé en "Chaine télé", sauf que eux ne vont pas mendier un million d’euro à leurs lecteurs. Ils produisent un journal, ont un site et font de la vidéo, et en appellent modestement au lecteurs à participer financièrement. Regards est honnête, lui ...

      bdpif Le 25 novembre à 14:10
    •  
    • Brad Pif. C’est surprenant et si peu ragoûtant tout ce qui peut sortir d’une vieille éponge...

      René-Michel Le 26 novembre à 10:34
  •  
  • Ce sectaire socio communiste opportuniste et délirant paf paf à du mal à digérer qu’il n’est plus le centre du monde. Alors, il joue au bouffon de service. Il pourrait lui aussi trouver un job auprès du Roy Macron. Il y a encore qq places à prendre. On lui pardonne ses éternelles distribution de mauvais points contre la FI. À ceci près qu’il est maintenant sur la même longueur d’onde qu’un Valls parfois même en pire. Qui se ressemble s’assemble. Quant à la Corse, pas de magouille électorale et tout le monde s’en portera mieux. La vieille gauche spécialiste des entourloupes et des mensonges, plus pressée de la place que le combat, on lui laisse le soin de mourir de sa belle mort. On le regrette, mais c’est ainsi. Ce sera ce coup-là ce sera sans nous. Lors des prochaines échéances à intervenir (des législatives partielles pourraient avoir lieu sur une centaine de circonscriptions suite au dépassement de l’assiette financière des candidats d’EM, nous aurons nos candidats). D’accord ou pas, notre stratégie est claire y compris sur les européennes à venir. Sur l’Europe les divergences politiques avec nos partenaires/camarades/ adversaires sont assez nettes. Il suffit de se rappeler la déclaration au vitriole de la commission économique du PCF avant la présidentielle contre le programme de la FI. JLM vient de la rappeler ce midi nous aurons des listes Insoumis ( ou une liste) en France et en Europe. Bonne soirée les amis, je m’en retourne écouter les intervenants de la convention de la FI.

    rody Le 25 novembre à 16:36
       
    • Na ! Pisque c’est comme çà, "nous aurons nos listes LFI en France et en Europe " ! c’est du niveau de "la guerre des boutons". D’abord, comme des grands, vous pouvez avoir toutes les listes que vous voulez et aller seuls à la bataille.Ensuite, après la pâtée,due à votre sectarisme assumé, ne venez pas hypocritement pleurer sur la méchanceté supposée de la "vieille gauche " qui n’aura pas voulu se rassembler derrière vous. Enfin,allez donc écouter les parlotes de la poignée de zozos réunis à Clermont-Ferrand pour discuter du sexe des anges , ça nous fera des vacances !

      Léo F Le 25 novembre à 18:52
    •  
    • @Rody

      Bonne conférence à vous ! N’oubliez pas surtout votre portefeuille et votre porte monnaie.

      bdpif Le 25 novembre à 19:28
    •  
    • Rdy , vous n’avez toujours pas digéré que le vieux PCF moribond ait pu être capable encore de produire un programme, " La France en commun", franchement anticapitaliste, lui.À la différence de " L’avenir en commun" de LFI qui n’est, à le lire ,qu’un énième texte social démocrate modernisé pour plaire aux jeun’s petits bourgeois en colère , écolo-bobo-folklo et anti-coco, qui peuplent la FI.
      Que pensez-vous de la dernière sortie du grand stratège Mélenchon à propos de la Corse : Abstention aux élections de la semaine prochaine et création d’un groupuscule intitulé " La Corse insoumise" pour contrer la "vieille gauche tambouilleuse". Si ce n’est pas se comporter en allié objectif des nationalistes et des autonomistes, qu’est-ce que c’est ?

      Paolo B Le 27 novembre à 09:20
  •  
  • @Léo les c..s ça osent tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît dit un proverbe. On n’ira pas jusque là par respect de l’échange qui se voudrait démocratique, mais là, on arrive à désespérer avec des gens qui se disent de gauche mais qui agissent à contre courant. Heureusement, nous avons quitté le chemin sur lequel vous avez tenté de nous amener... vers le précipice du libéralisme même teinté de rose bien pâle. Et on ne le regrette pas.
    @ pif Merci de votre sollicitude et de vos conseils. Bien évidemment je participe financièrement à l’activité de la FI. Et j’en suis fier comme je suis abonné à regards. Salutations

    rody Le 25 novembre à 20:42
  •  
  • C’est un Corse qui écrit ces lignes....La liste PCF "insoumise" fera les voix PCF habituelles c’est à dire un score marginal. La liste Insoumise estampillée Mélenchon -s’il s’en constitue une et ce n’est pas semble-t-il ce que souhaite JLM et les corses insoumis eux mêmes - n’en ferait aucune ou presque car ceux là iront sur les listes autonomistes . Donc il n’y a pas d’autre solutions que de choisir les autonomistes dont la grande majorité est insoumise depuis toujours.

    Berlingo Le 26 novembre à 08:49
       
    • Vous me faites marrer ! "les nationalistes", les "autonomistes" , des "insoumis" historiques ??? Insoumis à quoi ? la plupart prient en cachette le Seigneur tous volets clos ( attention à la dynamite !) pour que la République française continue, dans sa grande bonté, de soutenir l’économie corse et d’ouvrir ses bras à ses enfants pour qu’ils n’aient pas le choix entre grignoter les glands et les châtaignes du maquis ou s’enrôler dans la mafia.

      Georgio G. Le 26 novembre à 11:21
  •  
  • Le destin de la Corse ne dépend absolument pas des scores électoraux respectifs du PCF et de LFI. Celui de la France continentale non plus. Depuis longtemps. A propos de continent, le destin de l’Europe n’est pas, lui non plus, tributaire de l’action politique des tenants du régime socialiste. C’est la démocratie qui l’a emporté, laissant les formations d’extrême gauche, marxistes, marxoïdes, se jeter leur appartenance à la figure dans un marigot où elles se disputent une même clientèle.

    Glycère Benoît Le 26 novembre à 09:50
  •  
  • Par contre, c ’est un peu la fin d’un compte de fée tout cà.
    Cà va 5 ans de grosses conversation e t d’engeulages entre gauches divisées alors qu’elle n’elles n’ont plus aucun pouvoir, ni au parlement, ni des les manifs (Normal, elle est divisés et ne se reconcilliera jamais).

    Et même réunie, elle n’aurait plus de pouvoir pendant 5 ans au niveau legislatif. Merci la FI !!!!

    Le capitalisme se frotte bien les mains.

    bdpif Le 26 novembre à 10:33
       
    • Dansons la camisole, vive le çon , vive le çon du canon (à consommer avec modérateur )

      René-Michel Le 26 novembre à 10:43
  •  
  • À lire les différentes contributions, plus le temps passe et plus s’accumulent les sujets de dissension entre" partisans" et "mouvementistes" de la "gauche alternative" : l’échec du printemps 2017 ( présidentielle et législatives),ce sont les autres ; celui de cet automne 2017 (ordonnances Macron), ce sont encore les autres...Les prochaines élections , se seront évidemmentles autres . Bref, toujours les autres. La tournure vindicative que prend la polémique entre LFI et "les autres" ( PCF, exPS, gauchistes etc...) n’augure rien de bon pour la suite. Chacun dans son pré carré et seul contre tous ? Le diable capitaliste va en rire encore longtemps.

    André B Le 26 novembre à 11:09
       
    • C’est au peuple et plus particulièrement aux déçus sur la touche et aux abstentionnistes d’entrer dans l’action s’ils veulent vraiment que la société change au profit du plus grand nombre et non plus au seul bénéfice d’une poignée de voleurs , d’escrocs fiscaux er autres , d’actionnaires goinfrés, de politiciens et communicants véreux. Les absents ont toujours tort et là, il y va de la vie des salariés, de tous nos enfants et de la planète.
      Bats-toi ou crève ! Pas moyen d’y couper !

      René-Michel Le 26 novembre à 16:44
  •  
  • Et ils parlent tous d’unité !!!!!!!! Quel vaudeville politique !

    Bernard de Lyon Le 26 novembre à 11:11
  •  
  • L’unité de la Gauche ? Bon c’est fatigant...
    Pour ma part, j’en ai soupé des accords d’appareils. Non parce que c’est "mal", mais parce que le seul niveau de granularité qui vaille pour fonder l’unité d’une action politique c’est celui du citoyen (militant ou non) ! L’espoir, avant de mener à l’Action Collective, reste un sentiment intime... A la derniere élection, on a pu voir quel programme a cristallisé l’espoir d’un monde plus humain et plus juste. Nous verrons bien aux prochaines lequel aura cet immense responsabilité ! De mon côté, c’est " l’avenir en commun" qui continue d’être celui-là. Et je voterai pour ses candidats... Mais je n’en veux aucunement à ceux qui n’ont plus d’espoirs ou qui le trouvent ailleurs !

    Carlos Le 26 novembre à 15:56
       
    • Ceux qui n’ont plus d’espoir s’ils ont encore un peu d’amour propre doivent se bouger le cul , même un tant soit peu pour faire perdurer l’idée même d’avenir. Avaient-ils plus d’espoir ceux qui sont passé à l’action contre l’occupant nazi en1942 ou 43 au risque de leur vie pour ne pas dire en courant au suicide ?
      Alors merde , arrêtez de gémir et bougez- vous !

      René-Michel Le 26 novembre à 17:00
  •  
  • si ce n’est d’avoir siphonné l’électorat du PS et récupéré les aigris et les déçus de la gauche dite traditionnelle

    Une chèvre y parviendrait et pourtant je suis FI mais ps et gôche tradi se sont si bien adaptés au libéralisme il y avait un boulevard. A se demander pourquoi les autres formations de gauche ne s’y sont pas engouffrées.
    Alors venir taper sur les insoumis, mouvement en couche-culotte quand on n’a pas su saisir l’opportunité au lieu de faire son introspection....

    irae Le 26 novembre à 16:50
  •  
  • Bof ! si ressasser vos vieilles rancoeurs et vos échecs tient lieu d’analyse politique comme c’est le cas ici, il ne reste plus qu’à tirer l’échelle. Ce n’est pas avec des aigris et des déçus que nous rendrons à la gauche française les lettres de noblesse qu’elle a perdues.

    Daniel D ; Le 26 novembre à 17:47
  •  
  • Vu et entendu à Clermont-Ferrand ce week-end à la convention de la FI : Mélenchon ,tel qu’en lui-même, bonimenteur et suffisant, se prenant pour Jaurès ; les autres parlementaires FI qui avaient fait le voyage en terre auvergnate pour driver et briefer plusieurs centaines de "conventionnels" auxquels on a appris les vertus du porte-à-porte, de l’écoute "psychologique" et cathartique du bon peuple souffrant et ignare. Bref, un sympathique rendez-vous de naifs qui réinventent l’abc de l’action politique sous la houlette de plus madrés qu’eux. Quant à la "structuration du mouvement", nada. Il est urgent d’attendre la prochaine convention.

    Marielle B Le 26 novembre à 18:53
       
    • Bonjour, ont ils parlé d’argent, ont ils demandés de l’argent à leurs militants.Des appels de fonds ?
      Je crois deviner la réponse.

      bdpif Le 26 novembre à 21:15
  •  
  • Bon tout ces conversions ne sont que du Bla bla inutile.
    Des histoires, d’argents, d’intérets, la politique, tout simplement.

    Regardons le concret. La gauche n’est pas morte. (La FI ne sert à rien, c ’est une evidence, elle n’a aucun résultat ni pouvoir)

    Les gens vont vite en revenir au PS et au PCF.

    Que fait le PS pendant que monsieur Melenchon fait son show ?

    Du concret pour le peuple et la masse ouvrière

    D’après les présidents de ces départements, le revenu de base représente « une opportunité de reprendre le chemin de l’emploi » pour ceux qui en sont éloignés.

    Les présidents PS de huit départements (Ariège, Aude, Gers, Haute-Garonne, Gironde, Ille-et-Vilaine, Meurthe-et-Moselle et Seine-Saint-Denis) remettent le programme présidentiel de Benoît Hamon au goût du jour. Dans une tribune, publiée dans Le Journal du dimanche , ils annoncent leur volonté de tester sur leurs territoires le revenu universel, ou de base, « sans dogmatisme, sans certitude, mais avec l’intuition que son émergence est l’occasion de porter un nouveau regard sur les défis du présent ». Les présidents PS de l’Ardèche et du Lot-et-Garonne affirment soutenir la démarche.

    Donc peut être du 800 euros pour tout les chomeurs, teneurs du RSA dans 8 départements.

    Voilà la vrai gauche.

    Quel différence avec la FI ?
    Les députés du PS sont payés par l’état pour le peuple selon leurs ideaux.
    Les deputés de la FI se font des vacances en grece avec les sous de l’état, prennent de l’argent au peuple et à leurs militants et ne foutent strictement rien de concret, riennnn. Des promenades à la bastilles, des congrets, ect ...

    Même le PCF est actif dans les mairies, applique son programme au niveau local, la FI, rien, une fumisterie commercial et financière

    bdpif Le 26 novembre à 21:29
       
    • Brad pif. Il est temps d’aller te coucher Pépé, tu as encore oublié tes cachets pour la tête et ta couche...

      René-Michel Le 27 novembre à 00:23
    •  
    • Essayer d’argumenter plutôt que d’insulter lachement les gens derrière un clavier. Alors, ce projet de mettre un revenu universel de 800 euros pour les pauvres dans 8 departements, cà n’a pas l’air de vous plaire ? Nous n’avons pas les mêmes valeurs. Le PS propose de donner aux pauvres, le projet de la FI c ’est de leur en prendre.

      Et vous allez essayer de faire faire du porte à porte à vos militants. Main d’oeuvre gratuite et qui donne elle même de l’argent à ses dirigeants. Dirigeant imposé, vous n’avez pas le droit de vote pour choisir le representant de la FI.

      Feu de paille votre mouvement, votre parti, puisqu’il est estampillé officiellement comme "Association pour la création du parti des insoumis" pour toucher les millions d’euros que le français paye par ses impots pour le dedomagement des frais de campagne. Frais de campagne qui ne seront pas remboursés aux militants qui les ont financés eux meme. Alors votre télé ? Cà avance, vous avez déja dépassé le million d’euro.

      Pourquoi ne pas faire une radio aussi, un bon moyen de soutirer un peu plus d’argents à vos militants.

      bdpif Le 27 novembre à 01:26
    •  
    • Nous n’avons aucune information sur les modalités de versement de cette indemnité si ce n’est qu’il s’agira probablement d’une fusion des mínimas sociaux. Bon nombre de capitalistes y sont favorables et avant même que l’on essaye de vous entuber, vous êtes tombé dans le panneau.

      Djoub Le 28 novembre à 19:06
  •  
  • Dommage que la formulation d’âneries et de mensonges ne soit pas rémunérée, certains y feraient fortune.

    Irae Le 27 novembre à 00:34
       
    • C ’est rémunéré et une poignée de personnes ont déjà fait fortune avec.

      Cà s’appelle une carrière politique de populiste

      bdpif Le 27 novembre à 01:09
  •  
  • Dommage que l’article ne donne pas le plus récent propos de JL Mélenchon, à savoir l’appel à l’abstention aux prochaines élections en Corse.

    Citation de JL Mélenchon : "En Corse, le débat utile qui prépare le futur, c’est celui à mener avec les autonomistes. La course aux sièges a tout bloqué, tout empêché. Dont acte. Nous devrons porter cette croix en appelant chaque fois les électeurs à ne pas se laisser berner. Mieux vaut s’abstenir que cautionner de telles pratiques."
    Sur quelles bases JL Mélenchon veut-il débattre avec les autonomistes, avec ces députés qui se sont courageusement abstenu dans le vote sur les ordonnances Macron, par exemple ?

    Il est peut-être souhaitable d’examiner le programme de Pé a Corsica [autonomistes et nationalistes], et de connaître l’analyse et le positionnement de JL Mélenchon et de M. Bompard sur différents points ? L’essentiel n’est-il pas en effet le programme, et d’abord L’avenir en commun ?

    Parmi les points du programme commun des autonomistes et nationalistes : pouvoir législatif et réglementaire de plein droit ; coofficialité ; statut de résident ; transfert des ressources et de la compétence fiscales ; rôle des députés corses, etc.

    Je suis aussi curieux de savoir si le national de la FI a autorisé certains insoumis à créer une association locale "la corse insoumise", dont la déclaration vient de paraître au journal officiel , création qui semble en totale incohérence avec la Charte nationale des groupes d’action !

    Eugène Le 27 novembre à 01:27
  •  
  • @bdpif
    Et on peut compter sur vous pour arbitrer les élégances politiques. Ni le doute ni la modestie ne vous étouffent.
    Cela étant une petite suggestion pour faire avancer le débat de fond et nous tirer du merdier politique, économique et social où nous sommes ?

    irae Le 27 novembre à 01:27
       
    • Bah si. Il propose de voter PS...
      C’est frais, c’est nouveau, c’est sûr que c’est LA solution...
      Snif.

      mackno Le 27 novembre à 14:15
  •  
  • Peux -t-on connaître le positionnement de C.Autain sur ce sujet ; je ne l’ai vu nul part ( mais cela a pu m’échapper ) !

    Valentin Michel Le 27 novembre à 09:19
  •  
  • À la fin du fin, qu’est-ce qu’on fait de concret contre la politique libérale du Macron ?

    Paul S Le 27 novembre à 09:26
       
    • Ben tout ce qu’il y a de concret, pour l’instant, c ’est le projet des 8 deputés PS de mettre en place le revenu minimum de 800 euros dans 8 departements. Donc les gens pauvres ne seront plus pauvres, ni condamné à prendre n’importe quel emploi abominale pour survivre. Attention, c ’est en cours de validation, rien ne dis que ce sera fait. Mais c ’est le seul espoir.

      La FI, c ’est fini. ils ne seront jamais élu et ils le savent. Ils ont gagné ce coup de poker en arrivant à 19 % , uniquement par des alliances non formels avec la droite et le FN en cassant unaniment du PS pendant du 5 ans, et aussi grâce au canard enchainé qui a flingué le Fillon, sinon, nous aurions eu FIllon.

      La seule chance que nous ayons de contrer Macron dans 5 ans est de refaire une alliance PS/PCF/NPA/LO/Ensemble/ Etc aux prochaines elections.

      Mais la FI, c ’est à mettre à la poubelle, c ’est une entreprise commerciale. TOut comme Mitterand a trahi le PCF en 1983, elle a trahi le PCF. Aucune alliance n’est possible avec ce truc. La FI n’est là que pour des raisons financières, des places et des remunarations pour une poignée d’opportunistes et ils se fichent du peuple comme de l’an 2000.

      bdpif Le 27 novembre à 13:27
  •  
  • @bdpif

    Il bande encore le pcf ?

    Berlingo Le 27 novembre à 13:59
       
    • Comme le curé de Camaret ?

      Berlingo Le 27 novembre à 14:01
  •  
  • Bdpif y croit je veux dire un pcf au pouvoir en dénigrant FI alors laissons-le à ses illusions.
    Ou alors seconde hypothèse c’est un troll de chez rem opiniâtre et dans ce cas tu vois tu ne nous convainc pas.

    irae Le 27 novembre à 22:25
  •  
  • ah je désespérais plus de nouvelles de bd pif, collectionneur de pif gadget, époux de mannequin, vivant dans une villa prêtée avec le seul RSA pour viatique et pourtant donateur généreux des ses maigres subsides a ces profiteurs du PG pilleurs de feu Le front de gauche et fossayeur du PCF , ex ceci et cela , et suivant les articles, ex pc, ps, ex tout en fait et surtout ex rien.

    Tout ce fatras récolté a l’aune de sa prose échevelée dans cette tribune qu’est regards et évidement variable suivant les époques et son humeur oh combien changeante.

    Mais si drôle ! "La seule chance que nous ayons de contrer Macron dans 5 ans est de refaire une alliance PS/PCF/NPA/LO/Ensemble/ aux prochaines élections"

    évidement c’est limpide ! Ségolène royal et Besancenot , voila un ticket gagnant , Arthaud et Laurent ! comment ce piètre " leader minimo" qu’est JLM n’ y a pas pensé plus tôt !

    Bd pif un troll de LREM , non plutôt un" trole" de paroissiens .

    Ne le vexons pas c’est si bon de rire !

    buenaventura Le 28 novembre à 15:03
  •  
  • Deux liens à voir (http entre parenthèses pour que le lien ne soit pas supprimé) pour mieux comprendre comment des Insoumis Corses se sont fait manipuler au grand dam de leurs camarades qui défendent "L’avenir en commun", seule base programmatique du FI sur tout le territoire.
    Les Insoumis corses et JLM qui ont dit non à cette magouille roublarde, sauvent la FI qui risquait d’apparaître comme un mouvement ouvert à toutes les combines électoralistes. Démarche que nos concitoyens ont honnie par la voix notamment des abstentionnistes.

    (https) ://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/haute-corse/corse/electi...

    (http) ://www.corsenetinfos.corsica/Territoriales-Avec-les-Insoumis-AOC-M...

    Quant au "sectarisme", il est le fait de ceux qui veulent excommunier (sinon réduire au silence ou noyer dans la bouillasse, si ça se trouve...) les plus de 500.000 soutiens du programme l’Avenir en commun, collectivement élaboré, et les presque 20% d’électeurs qui l’ont approuvé, même faute de mieux (justement). Programme qui peut d’ailleurs être amendé, à condition de rester dans la continuité de la lutte tous terrains contre le capitalisme prédateur.
    La question de l’autonomie est importante en Corse. Il faut donc l’examiner.
    Comme il faut examiner la question des traités européens : "L’Union européenne, un néant civilisationnel" (20 novembre 2017 Matthias Tavel , L’Heure du peuple). Extrait de la conclusion : "La question européenne est un révélateur. Celui de la caste oligarchique insultante vue en 2005. Celui de la collusion du PS et de l’UMP dans une grande coalition, réorganisée depuis par En Marche, et qui prépare sa suite par les appels de Juppé et Valls pour les européennes de 2019. Celui de l’hypocrisie du Front National qui change de ligne comme de chemise sur le sujet. Celui du renoncement de ceux qui comme PCF, EELV et hamonistes préfèrent applaudir Tsipras début novembre à Marseille plutôt que discuter d’un plan B face à l’UE pour éviter de subir le même sort que la Grèce."
    Ajoutons que la FI n’excommunie personne, au contraire : elle accueille la double appartenance et la libre participation de tous les citoyens, pourvu qu’on s’engage sur le programme.

    Autrement Le 28 novembre à 15:19
       
    • Ah tiens donc, LFI "n’excommunie personne" ! certes, elle n’est pas l’église catholique romaine ni son Saint Office, mais enfin, il suffit de lire ici les contributions de ses adeptes pour constater un profond sectarisme qui cadre mal avec la politique de "la "main tendue"prônée par JLM à Clermont-Ferrand samedi dernier.
      Par ailleurs, le vocabulaire et les comportements anti - PC souvent insultants augurent bien mal d’une réelle démarche d’ouverture unitaire . On peut y voir , au mieux , l’expression d’une incohérence , au pire d’une duplicité qui confine à la roublardise politicienne dès lors qu’il s’agit d’obtenir le soutien d’une partie de l’électorat communiste sans le dire clairement.

      Édouard L Le 28 novembre à 18:21
  •  
  • En fait Edouard ; sans vouloir vous vexer, on s’en tamponne le coco- quillard du vote de l électorat communiste , combien de divisions ?
    La cible et la composition de la FI , ce sont les jeunes, les actifs urbains, les décroissants et les anti nucléaires.
    Surement pas, les "productivistes " même Français, les pro EDF nationalistes même Cégétistes .
    Rien de roublard , ni aucune duplicité , dans la démarche FI , nous souhaitons simplement fédérer ceux qui ont envie de mettre en place un gouvernement qui s’appuiera sur le programme de la France insoumise.
    Rien ne vous empêche, vous PCF , de mettre en place votre programme et de chercher les alliances qui ils vous sierra, laissez nous bosser en paix et bonne chance a vous

    buenaventura Le 28 novembre à 19:20
       
    • "Laissez-nous bosser en paix" Ah bon, les néostaliniens d’un pcf moribond vous dérangeraient-ils tant que ça ? Il est vrai que LFI a pris tellement pris le melon , comme on dit par chez nous, qu’elle ne voit plus qu’elle. Alors bossez bien !

      Armand G Le 29 novembre à 12:23
    •  
    • @buenaventura - Peut-être que ce que vous semblez vivre comme une sorte de harcèlement, c’est à dire cette façon de venir constamment "titiller" la France Insoumise, découle-t’il lui-même d’une stratégie de rassemblement du PCF très spécifique qui viserait à lui permettre de tisser des liens avec le mouvement M1717 de Hamon, ce qu’il reste des écologistes et les futurs "exclus" du PS (comme Filoche et ceux qui rendront leurs cartes de "socialistes" lorsqu’il sera viré comme un malpropre malgré un autodafé très attendu par tous ses "amis" du PS)... Après tout, ils véhiculent à peu près tous une même opinion sur la France Insoumise.

      Si nous avons tous compris que l’opposition est un principe qui peut "unir" contre un gouvernement, d’autres pourront en avoir tiré la conclusion qu’il vaut aussi pour s’affirmer au sein de ce qu’on continue à qualifier de "Gauche" avec pour objectif d’initier un "courant majoritaire", fusse-t’il un nouveau "cartel" de partis (ou de branches dissidentes de partis, ou de mouvements) sans aucune stratégie commune en dehors de celle qui préside aux alliances de circonstances. Si le fait d’affirmer son "aversion" quant à la France Insoumise, ses sympathisants ou à son programme et à ses "représentants" peut accélérer la création d’un tel "front" alors qu’ils continuent de le faire ! Les choses n’en seront alors que plus claires lorsque tous les citoyens auront à faire un choix lors des élections en pesant la cohérence des projets politiques défendus...

      carlos Le 30 novembre à 11:16
  •  
  • nous avons eu plusieurs réunions de la Corse insoumise et à 85 % nous avons voté pour ce rassemblement. Lorsque Jean-Luc Mélenchon a récidivé il y a quelques jours, disant qu’il fallait regarder du côté des autonomistes nationalistes, en quelques heures nous avions une liste d’une centaine d’insoumis condamnant cette attitude. La Corse insoumise a pris à contre-pied probablement la volonté de la France insoumise de se structurer de manière très verticale. On considère que la démocratie à la base est essentielle. Les décisions qui concernent la Corse ne peuvent se prendre uniquement à Paris, même s’il doit y avoir une concertation.

    buda Le 3 décembre à 08:24
  •  
  • La corse insoumise ! et bien ,on va aller loin avec ça !

    Et le bas Berry insoumis ou la xaintrie insoumise ? , tant qu’a faire ! .

    Jean Luc Mélenchon a pris officiellement ses distances avec la corse insoumise et il a bien fait , les " décisions qui concernent la corse ne peuvent se prendre a PARIS." et ajoutons " a Paris, place du colonel Fabien" ce serait plus précis et honnete.


    La corse insoumise n’est pas la France insoumise et la France insoumise ne reconnaît pas et ne se reconnaît pas dans ce nouveau "cartel"

    Les 5,62 % obtenus qui plus est dans le cadre d une abstention record , vont sonner le glas de cette "combinazione " et c’est heureux pour la suite.

    buenaventura Le 3 décembre à 23:26
  •  
  • Voilà la petite combinazione du PCF et de ses comparses traitée comme on devait s’y attendre . Son score est en fait celui du PCF comme quoi nul n’a été dupe de ce détournement du sigle des insoumis par une poignée de faux nez insoumis alliés de circonstance et de place avec ce qui reste du PC dans notre ile
    Heureusement que la FI n’est pas tombée dans ce potage avec la majorité des insoumis de corse !

    centuri Le 4 décembre à 09:48
  •  
  • Je ne comprends rien dans la France insoumise...entre Clémentine Autain qui soutenait la liste de Casamarta et Mélenchon qui parlait de tambouille politicienne et appelait à voter pour les autonomistes, où allions nous ? En tout les cas ce n est pas en crachant sur les communistes ou anciens du PCF comme moi que nous ferons changer les choses.
    Dorénavant, vous chercherez d autres imbéciles que moi, pour coller vos affiches, distribuer vos tracts et faire du porte à porte.
    FORTI SEREMU SI SEREMU UNITI

    Ribeddu Le 4 décembre à 17:58
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.