Accueil > Politique | Par Jérôme Latta | 25 mars 2015

Emmanuel Macron en flagrant délit d’apologie du thatchérisme

Le ministre de l’Économie est intervenu dans une émission de la BBC consacrée à la France. Entre trois éloges des "réformes" et deux aphorismes édifiants, il a confié ses regrets que notre pays n’ait pas pris le train des années Thatcher.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Emmanuel Macron est fascinant, tant il incarne, aussi bien dans son discours que dans les politiques qu’il met en œuvre, l’achèvement du virage libéral du Parti socialiste. En toute quiétude, en toute certitude et en toute bonne conscience, ce qui lui permet de réciter le bréviaire du libéralisme sans ciller ni percevoir de quels renoncements il se fait l’agent (lire aussi "Macron, portrait du liquidateur").

Les réformes, les réformes, les réformes !

Cette fois, c’est dans le cadre d’une émission de la BBC consacrée à la France, Quelle Catastrophe ! France with Robert Peston (Robert Peston est un journaliste économique) qu’il a exprimé ses convictions habituelles, probablement confiant dans leur bonne réception par le pays porte-drapeau du libéralisme en Europe. Cela explique peut-être qu’il n’a pas pris beaucoup de précautions pour exprimer son admiration envers les politiques menées dans les années 80 par le gouvernement de Margaret Thatcher :

« Quand on compare [la France] avec le Royaume-Uni dans les années 80, la grande différence est que nous n’avons pas assuré [les réformes] à l’époque. Les Français se rendent compte que les autres ont décidé de changer et que nous sommes les seuls à ne pas réformer notre propre système. »

C’est dit. Peu importent la brutalité avec laquelle la dame de fer a appliqué sa politique, les ravages sociaux qu’elle a provoqués et ses conséquences politiques. La nécessité-des-réformes est aussi naturelle que l’air ou l’eau, elle n’est pas discutable. Macron pense certainement que "les réformes" ne sont ni de droite, ni de gauche. Elles sont. C’est le sens de ses références constantes à la réalité réelle, à cet ordre de la nécessité indiscutable et de l’absence d’alternative, le sens de ces redondances dont il a encore livré quelques échantillons à la BBC :

« Je pense que les gens pensent que nous avons besoin de réformes. Nous voulons faire des réformes, alors nous allons faire des réformes. »

Force d’auto-conviction

Sa force de conviction confine à la méthode Coué, et elle trahit aussi l’effacement de la gauche critique et de ses valeurs, tout en proposant une analyse politique elle-même dans le déni :

« Les Français sont totalement en ligne avec notre volonté de réformer le pays. Et quand ils ne sont pas contents, c’est parce que nous ne le réformons pas assez. »

Gérard Filoche, également interrogé au cours de l’enquête, appréciera. Nul doute qu’il interprétera aussi, ce mécréant, la déclaration suivante comme une manière d’annoncer la liquidation du « modèle social » qu’elle évoque :

« Les Français sont extrêmement attachés à leur modèle social. Si nous voulons qu’il soit durable dans cette mondialisation, nous devons gagner, nous devons nous réadapter. »

Il faut réformer, parce qu’il n’y pas d’alternative, parce que « la mondialisation est une opportunité » bien que les Français aient décidément du mal à le comprendre. Voyez-vous, « un des grands principes du populisme, c’est de promouvoir des idées idiotes ». Hélas, les sachants ont mal expliqué la mondialisation heureuse :

« Si vous réformez, si vous expliquez, si vous êtes décidé, si vous êtes leader, il n’y a pas de place pour le Front national. Notre erreur est de ne pas avoir assez expliqué que la mondialisation peut être une opportunité si elle est bien gérée. »

Emmanuel Macron est un leader : c’est probablement la raison pour laquelle il parle toujours comme un évangéliste, un motivateur de formation "force de vente" ou un auteur du rayon "développement personnel" de la Fnac. Laissons-lui ce (foudroyant) mot de la fin, que l’on ajoute à notre collection de Macron Philosophie, mise à jour dans le portfolio ci-après :

« On ne commence jamais un match de football en pensant qu’on va perdre. »

Cliquez sur l’icône "CC subtitles" pour afficher les sous-titres français.

Portfolio

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Merci pour cette info... en effet fort éclairante. relayée ici à ma sauce... > http://gauchedecombat.net/2015/03/25/quand-la-gauche-ressemble-autant-a-la-droite-elle-perd-resultat-le-fn-fauxcialisme/

    GdeC Le 25 mars 2015 à 17:59
  •  
  • Copie d’un communiqué :
    Bonjour à tous,
    Le 14 avril, M. Macron, a accordé l’extraction de sable coquillier en baie de Lannion conditionnée à une autorisation annuelle. Nous nous sommes toujours opposés à cette extraction et n’acceptons pas cette décision, qui conduira à un désastre écologique et économique, C’est la raison pour laquelle nous avons quitté la réunion.
    Cette décision est un déni de démocratie qui humilie les citoyens qui se sont exprimés très clairement contre ce projet notamment quand 7 000 personnes ont manifesté le 24 janvier dernier à Lannion et alors que plus de 16 000 personnes ont signé notre pétition. Elle ridiculise aussi tous les élus qui se sont opposés au projet avec constance et fermeté et que nous remercions. Une étude socio-économique et un état initial de la baie de Lannion (état zéro du site) vont être réalisés avant tout commencement de travaux mais nous craignons fortement que cet état initial soit bâclé et ne soit en fait qu’un leurre.
    Je sais que vous partagez notre colère. Soyez certains que nous continuerons à nous opposer à ce projet destructeur par tous les moyens. Nous reviendrons vers vous prochainement.
    Votre mobilisation reste notre meilleur argument. Le combat continue.

    Pour le collectif Alain Bidal Président

    jean paul de Bretgagne Le 23 avril 2015 à 11:56
  •  
  • Pouah !!!!

    juliette simone Le 27 avril 2015 à 10:16
  •  
  • On se demande comment quelqu’un qui a autant de diplômes peut être aussi stupide.

    Citoyen Le 6 juin 2015 à 17:46
  •  
  • Notre seule chance : Valls, le faux cialiste préféré du Figaro, n’aime pas trop Macron.

    chb Le 27 janvier à 00:38
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.