photo François-Louis Athénas
Accueil > Culture | Par Clémentine Autain | 18 novembre 2016

EnF(l)ammez-vous !

Avec F(l)ammes, Ahmed Madani porte au théâtre la parole de dix femmes des quartiers populaires. Une parole tout aussi authentique que politique, remarquablement mise en scène.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

F(l)ammes, c’est de l’énergie en barre sur scène. Le réalisateur Ahmed Madani a fabriqué avec dix femmes vivant dans des quartiers populaires cette œuvre théâtrale qui déjoue les caricatures et stéréotypes. Conçu à Sevran avec le Théâtre de la Poudrerie, ce spectacle fonctionne comme un patchwork de tranches de vie. Le résultat est détonnant. Et rare. Il mêle la force et la vitalité de femmes qui livrent une parole vraie à une haute exigence artistique. La qualité de ce spectacle relève de cette alchimie particulièrement réussie.

Ahmed Madani a construit cette aventure artistique à partir de longs échanges avec ces femmes qui ont accepté de donner des bouts de leur histoire, des pans de leurs angoisses et de leurs réflexions, de leurs révoltes et de leurs aspirations. Après Illumination(s), créé avec de jeunes hommes de Mantes-la-Jolie, F(l)ammes est le deuxième volet d’un triptyque intitulé "Face à leur destin".

Le singulier et le commun

C’est une pièce sur le racisme et ce que signifie être Français, sur la violence sexiste et ce que veut dire la liberté pour une femme aujourd’hui, sur la banlieue et ce que le mépris de classe recouvre comme réalité symbolique et concrète. C’est une pièce qui raconte des histoires singulières pour mieux ramener au commun, à l’universel. C’est une pièce qui chante, qui danse, qui parle d’amour et d’excision, de coupe de cheveux et de discrimination à l’embauche, qui combat avec des prises de karaté ou la mémoire de la révolution. C’est une pièce qui donne à ressentir pour mieux penser.

F(l)ammes parle de la vie et désenclave à sa manière la réalité comme la parole des femmes des quartiers populaires. Une œuvre d’humanité, un geste politique au moment où la tentation du repli et du rejet menace.

F(l)ammes, textes et mise en scène Ahmed Madani. À la Maison des métallos à Paris, du 16 novembre au 4 décembre, avant une tournée en France jusqu’au prochain Festival d’Avignon.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions