photo Esquerra Republicana de Catalunya
Accueil > Monde | Par Pablo Castaño Tierno | 28 octobre 2017

Entre indépendance et suspension, la Catalogne bascule dans une tension extrême

L’affrontement institutionnel entre l’Espagne et la Catalogne plonge la région dans l’incertitude et la probabilité de nouvelles violences. Le camp indépendantiste se retrouve sous la menace de divisions, Podemos en situation de fragilité.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La collision entre les gouvernements catalan et espagnol qui s’annonçait depuis des semaines a enfin eu lieu. Vendredi dernier, le Parlement catalan a voté l’indépendance de la région, proclamant la République catalane.

Quelques heures plus tard, le Senat espagnol a donné son autorisation au gouvernement de Mariano Rajoy pour mettre sous tutelle la Catalogne, suspendant l’autonomie politique dont la région jouit depuis la fin de la dictature de Francisco Franco.

Puigdemont entre plusieurs feux

Dans la soirée, M. Rajoy a annoncé la destitution du président catalan Carles Puigdemont et de son gouvernement, ainsi que d’autres hauts responsables de l’administration catalane – dont le chef de la police régionale, les Mossos d’Esquadra. Finalement, M. Rajoy a annoncé la dissolution du Parlement catalan et la tenue d’élections régionales le 21 décembre prochain.

La déclaration d’indépendance et la suspension de l’autonomie de la Catalogne par le gouvernement en vertu de l’article 155 de la constitution étaient attendues depuis le référendum d’autodétermination du 1er octobre, qui avait été annulé par la Cour constitutionnelle espagnole. Les militants indépendantistes ont été déçus par le président de la Generalitat, le 10 octobre, quand il a suspendu la déclaration l’indépendance avec l’espoir de réussir à forcer une médiation internationale entre les gouvernements espagnol et catalan.

Cependant, les leaders européens ont assuré un soutien total à Mariano Rajoy et il n’y a pas eu de médiation. Pendant les semaines suivantes, Rajoy a initié les démarches pour activer l’article 155 et mettre sous tutelle la Catalogne, alors que Puigdemont avançait vers la déclaration d’indépendance.

Le premier ministre espagnol était sous la pression du parti de centre-droite Ciudadanos et de l’aile droite du Parti populaire (PP), qui voulaient la punition la plus sévère possible pour les rebelles catalans. Dans le même temps, les partis indépendantistes Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) et Candidatura d’Unitat Popular (CUP) exigeaient de Carles Puigdemont une déclaration unilatérale d’indépendance immédiate.

Des conséquences imprévisibles

La suspension de l’autonomie de la Catalogne entraînera de nouvelles manifestations et peut-être des grèves, qui réuniront sans doute des centaines de milliers d’indépendantistes et non-indépendantistes en défense des institutions catalanes. Les deux franges se sont déjà retrouvés sous la même bannière lors des mobilisations contre les violences commises par la police nationale et la Guardia civil, et de la manifestation pour la libération des leaders indépendantistes Jordi Sánchez et Jordi Cuixart, en garde à vue depuis le 16 octobre.

Des milliers d’agents de la Guardia civil et de la police nationale venus d’autres régions de l’Espagne sont installés en Catalogne depuis septembre. Certains d’entre eux sont hébergés dans des navires dans les ports de Barcelone et Tarragone, d’autres sont dans des casernes.

Après la répression du 1er octobre, des manifestations spontanées ont cerné les hôtels où certains des agents logeaient, et plusieurs propriétaires d’hôtels ont décidé de les expulser de leurs établissements. Bien que les agents n’aient pas agi depuis le jour du référendum, de nouveaux épisodes de brutalité policière sont probables, l’application de l’article 155 pouvant difficilement être pacifique.

Le procureur général de l’Espagne a déjà annoncé qu’il alluser accuser de délit de rébellion (passible de trente ans de prison) Carles Puigdemont, tout son gouvernement et les membres du bureau du Parlement catalan qui ont décidé le débat sur la résolution sur l’indépendance de la région. Si la menace du procureur se concrétise et si Puigdemont et le reste du gouvernement catalan sont mis en garde à vue, les conséquences en termes de mobilisation sociale sont imprévisibles.

Des élections pour diviser les indépendantistes

La tenue d’élections régionales le 21 décembre exclut la possibilité d’une mise sous tutelle de la Catalogne de durée indéterminée, qui aurait renforcé l’idée que le peuple catalan ne peut pas être libre dans l’État espagnol. La transformation des mobilisations indépendantistes en insurrection est donc peu probable, puisque les institutions catalanes seront rétablies le 22 décembre, quand un nouveau Parlement régional sera élu.

La décision de Mariano Rajoy d’organiser des élections le plus tôt possible a un autre objectif : diviser le camp indépendantiste. En effet, une partie importante du Partit Demòcrata Català (PDCat) de Carles Puigdemont sera prête à se présenter aux élections, tandis que les anticapitalistes de la CUP, et peut-être ERC, pourraient faire le choix du boycott.

Leurs députés venant de déclarer que la Catalogne est une république indépendante dans laquelle les lois espagnoles ne s’appliquent plus, il paraît logique qu’ils refusent de participer à une élection convoquée par le gouvernement espagnol. Cependant, les indépendantistes ont aussi une bonne raison de s’y présenter : les derniers sondages prévoient qu’ils revalideront leur actuelle majorité parlementaire.

De son côté, la leader régionale de Ciudadanos, Inés Arrimadas, aimerait former une coalition avec les autres partis anti-indépendantistes, le Parti socialiste et le Parti populaire, pour briguer la présidence de la Generalitat. Le PP a déjà accordé son soutien à Arrimadas, mais elle a peu de chances d’être élue.

Podemos en difficulté

La situation est également difficile pour Catalunya en Comù (CeC), le parti frère de Podemos en Catalogne. Pablo Iglesias comme Ada Colau ont exprimé leur opposition aussi bien à la déclaration d’indépendance qu’à l’application de l’article 155 par le gouvernement espagnol. Ils continuent aussi à défendre la solution d’un référendum légal pour régler le conflit.

Cependant, la polarisation du débat politique catalan autour de l’indépendance laisse très peu de place aux positions intermédiaires. Cela explique dans une très grande mesure les perspectives électorales décevantes du parti d’Ada Colau pour les élections du 21 décembre – il obtiendrait 11 ou 12 sièges sur un total de 136, d’après un sondage récent. La situation n’est pas meilleure pour Podemos dans l’ensemble de l’Espagne : sa position favorable au référendum d’autodétermination en Catalogne est en train de lui faire perdre des voix, dans un contexte où le nationalisme espagnol et l’anticatalanisme sont devenus omniprésents.

La situation reste extrêmement tendue et imprévisible en Catalogne, personne ne sachant ce qui peut se produire au cours des prochaines semaines. Néanmoins, il fait peu de doutes que la mise sous tutelle de la région sera contestée dans la rue et que de nouveaux épisodes de violences policières de produiront.

La résolution du conflit semble impossible à court terme, surtout à cause de l’absence totale de propositions politiques de la part du gouvernement de Mariano Rajoy. Quant à eux, Podemos et ses alliés catalans ont de plus en plus de mal à trouver leur place dans une situation politique où le conflit national monopolise les débats.

@pablocastano

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Visca Catalunya Lliure i Socialista !

    Durruti Le 28 octobre à 22:54
       
    • Méfiance Durruti !
      Ils ont déjà leur parlement depuis 1980. Il représente le peuple de Catalogne, vote le budget, contrôle et impulse l’action du gouvernement.

      Suite au bordel de ce coup d’état manqué, sur une stratégie lamentable et voué à l’echec par les nationalistes, il viens d’être dissous pour qu’il y ait de nouvelles elections en Décembre. La Catalogne est riche, paye pour les autres parties de l’Espagne qui sont pauvres. Ils veulent leur indépendance pour celà ou par nationalisme.

      Qu’est ce qu’ils préparent pour les catalans, des manifs, des violences policières et des deux cotés. Comme au Pays Basque ? Super ....

      Quelques morts, des nationalistes qui forment le jeunesse.

      Ils veulent l’indépendance complète ? IL suffisait de faire pression sur le parlement, des manifestations pacifiques et des arguments. Mais non, ils ont fait un vote bidon et ont fait n’importe quoi.

      Et ceux qui veulent le pouvoir en Catalogne ne sont Pas du tout socialiste, mains democrates, impliqués dans des affaires de corruption, de formatage de jeunesses nationalistes et autres.

      Qu’ils se débrouillent. Qu’ils s’entretuent
      s’ils veulent mais il n’y a rien de gauche là dedans.

      bdpif Le 29 octobre à 01:13
    •  
    • Faut voir ...
      [...] Le phénomène catalan (langue, culture, identité, nation...) a donc des racines profondes. Même si les principaux tireurs de ficelle, catalans comme madrilènes, sont des ultralibéraux. Ceci dit, les peuples ont le droit, imprescriptible, à l’auto-détermination.
      (Extrait de Catalogne. Joie populaire et nuages noirs, L’Humanité, 27 octobre)

      De nombreuses fédérations de Fraction Trotskyste-Quatrième Internationale ont signé une déclaration de "soutien inconditionnel à la rébellion du peuple catalan et à son droit à l’autodétermination" ; "Pour une République Catalane Indépendante et Socialiste. Pour une Libre Fédération des Républiques Socialistes Ibériques" :
      Etat espagnol, Allemagne, Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Etats-Unis, France, Mexique, Venezuela, Uruguay et des organisations sympathisantes de la FT-QI : Costa Rica, Italie, Pérou.

      Durruti Le 29 octobre à 09:56
    •  
    • Lu sur Anti-K :

      On a souvent considéré, à tort, que l’indépendantisme
      catalan pouvait se réduire à l’exacerbation d’un nationalisme
      conservateur ou à l’expression d’un simple égoïsme fiscal. Il existe pourtant, en Catalogne, un indépendantisme progressiste qui envisage l’indépendance comme une manière de recouvrer la souveraineté populaire, d’ouvrir un nouvel espace d’émancipation et de redéfinir les règles du jeu politique. Cet indépendantisme ancré à gauche, qui s’inscrit dans le sillage des mobilisations sociales que connaît l’Espagne depuis la crise de 2008 et qui revendique l’héritage du mouvement des Indignés (le 15M), est en partie incarné par la Candidature d’unité populaire (CUP), l’une des formations clés de la nébuleuse souverainiste. À la différence de Podemos, qui aspire à répondre à la « crise du régime de 1978 » par une réforme des institutions espagnoles et la reconnaissance du caractère plurinational de l’Espagne, la CUP envisage le séparatisme comme l’unique porte de sortie.

      Durruti Le 29 octobre à 11:06
    •  
    • Impossible de vous répondre.
      Sont il de gauche ou juste des nationalistes ???

      Je pense qu’il faudrait être sur le terrain pour se faire vraiment un avis sur les dirigeants concernés.

      Moi je sais qu’au pays basque, cela a été un charnier de la part des nationalistes. Corruption, chantage, menace d’assasinats pour ceux qui ne veulent pas payer, propagande, propagande sur la jeunesse.Beaucoup de morts. Beaucoup de haine.

      C’est un peu la raison pour laquelle, comme beaucoup, nous sommes partis de nos villages natals, annexés par ces même nationalistes.

      Donc, c ’est tout naturellement que dès que j’entends "Indépendance", j’ai un mouvement profond de rejets. Mon avis n’est donc pas objectif sur le cas de la catalogne. Il nous faudrait plus d’info.

      bdpif Le 29 octobre à 16:26
  •  
  • La Catalogne a déjà dans l’Histoire, proclamé et décidé son Indépendance en .... 1931 !! Dans un cadre républicain et plutôt révolutionnaire ( forte présence des Anarchistes ). Ce mouvement n’a donc pas du tout les mêmes racines que le nationalisme basque , d’orientation catholique. Le Statut du Pays Basque est de jure beaucoup plus large que celui concédé à la Catalogne , après le recours de RAJOY et du PP devant le TC en 2010, et le TC a supprimé de nombreux points élaborés , négociés et acceptés par les partis catalans indépendantistes. Dans les années 30, avant la guerre de Franco à la République Espagnole, Maurin et Nin pour les (vrais) communistes, soutenaient le mouvement national catalan mais refusaient le nationalisme basque. Notons que le PNV , au pouvoir , .....vote aux Cortes le budget de Rajoy ! Concernant ETA, il lui faut une étude spécifique , avec les tournants de sa dégénérescence en secte militariste.

    Elie Carasso Le 29 octobre à 22:08
       
    • Et bien un grand merci pour votre complement d’information.
      Et donc, c ’est moi qui me suis donc trompé dans mon jugement.

      Effectivement, j’ai mélangé le cas Basque et Catalan.
      IL ne faut pas m’en vouloir trop, le nationalisme basque, j’en ai ramassé plein les dents. J’ai fait un amalgame emotionel.

      Mon grand mère était catalan, et ils avaient même mis un système d’échange de l’argent avec du sel, dans ces années là, et c ’était un anarchiste aussi. Tellement humaniste qu’il avait donné tout ses biens, ses terrains, ses domaines aux ouvriers.

      Donc, je sors du sujet, ce serait à mon grand père de répondre à ma place, mais il n’est plus là.

      Donc je vous lis, mais ne saurait prendre de décicions à sa place sur le jugement à donner.

      Tout ce que je sais, c ’est que je pense qu’il aurait été d’accord pour tout simplement un vote de la catalogne. Mais je ne sais pas. Je suis un peu perdu, manque d’information de la famille aussi.

      Toute mes excuses donc pour mes commentaires.

      J’ai envie de dire "Vive la catalogne libre" en son nom, mais lui même, dans le contexte actuel, le dirait il ? Je ne sais plus. Je sors donc du sujet sans plus d’information.

      bdpif Le 30 octobre à 09:06
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.