Accueil > Politique | Entretien par Pierre Jacquemain | 8 mars 2017

Éric Coquerel : « Nous aspirons clairement à être au second tour »

Coordinateur du Parti de gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Éric Coquerel estime que tout reste à jouer dans cette campagne présidentielle, et que celle-ci pourrait connaître un tournant avec la marche du 18 mars.

Vos réactions (102)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. L’ex communiste Patrick Braouezec a annoncé mardi qu’il voterait pour Emmanuel Macron. Cela vous surprend ?

Éric Coquerel. Je pense que c’est le symptôme d’un phénomène inédit : une décomposition/recomposition du paysage politique en pleine campagne et de façon accélérée. Dans une telle situation, certains positionnements politiques agissent en révélateur. Soit d’une évolution déjà largement en cours, par exemple le probable ralliement des "Hollandais" à Macron, soit d’une profonde désorientation. Pour rester lucide devant un tel basculement, aidé par le bourrage de crâne de la médiacratie, il vaut mieux un solide fil à plomb. Je suppose que Patrick Braouzec, aux États-Unis, aurait appelé à voter Clinton plutôt que Sanders par souci d’un vote utile contre Trump. On connaît la suite. Macron est la poursuite en pire des quinquennats de Hollande et Sarkozy. Il propose d’étendre la précarité, d’en finir avec la fonction publique d’État, de mettre fin aux régimes spéciaux de la retraite ce qui veut dire l’aligner par le bas, de réduire de 60 milliards les dépenses publiques – dont 11 milliards aux collectivités territoriales, d’aggraver la loi Travail, de moins taxer le capital, etc. Il veut ubériser la société. Croire que voter pour Macron serait moindre mal qu’un vote de droite révèle la décomposition du champ politique.

Est-ce que cela veut dire qu’on ne gagne plus ni à droite, ni à gauche, mais au centre ?

Cela fait très longtemps qu’il y a une tentation de redéfinir le champ politique avec l’émergence d’un grand parti centriste. Pas centriste à la française : centriste à l’américaine, c’est-à-dire de type Parti démocrate. Sur le plan économique, on reste un pilier fidèle des politiques néolibérales et du libre échange. Et on cherche surtout à se distinguer de la droite conservatrice sur le plan sociétal. Dans le cas de Macron ce sont plutôt des sorties marketing et attrape-tout. 

« Le candidat des Républicains n’a aucune chance d’accéder au second tour, tout le monde le sait. Cela avantage Macron – le candidat du système et du Medef. »

C’est le projet qui se dessine autour du candidat En Marche ? 

Oui, et c’est pourquoi on peut s’attendre à un appel de François Hollande à rallier Emmanuel Macron au prétexte du danger FN. Ajoutez le ralliement de François Bayrou, et il y a possiblement l’émergence d’une force "démocrate" dans notre pays. Il y a aussi, en raison du jusqu’au-boutisme de François Fillon – qui peut faire exploser complètement Les Républicains – une recomposition en direct de la droite. La manière dont Fillon a gagné la primaire, par un positionnement très à droite, et maintenant la façon dont il se défend favorisent la radicalisation de son électorat et donc sa migration vers Le Pen au second tour. C’est une très lourde responsabilité qui peut permettre à Marine Le Pen, comme Trump aux États-Unis, de faire un rapt sur la droite sans changer d’un iota son programme d’extrême droite, notamment sur sa ligne xénophobe et raciste. Ce serait paradoxal que l’échec des primaires donne malgré tout naissance à une sorte de néo bipartisme à l’américaine. Mais j’espère qu’à partir du moment où l’on va pouvoir enfin débattre du fond, cela va ouvrir les yeux de certains et réveiller les consciences.

Justement, est-ce que maintenant que le choix de François Fillon semble stabilisé, la campagne va pouvoir repartir ?

Tout a été fait pour que Fillon reste en place. Le traitement médiatique du Trocadéro est à ce titre très révélateur. Dire que cette manifestation a été un succès, en relayant les images habiles et trompeuses des organisateurs sans quasi aucune approche critique, relève de la manipulation. En réalité, tout le monde a cherché a recrédibiliser Fillon. Le candidat des Républicains n’a aucune chance d’accéder au second tour, tout le monde le sait. Tout cela avantage Macron – le candidat du système et du Medef. C’est un climat malsain.

À travers le paysage que vous décrivez, il semblerait qu’il y ait dans cette présidentielle des projets et des visions de sociétés très distinctes qui s’affrontent…

Il y a clairement trois projets. Il y a la règle brune de Marine Le Pen avec sa vision racialiste de la société incarnée par sa volonté de constitutionnaliser la préférence nationale et l’instauration du droit du sang. Il y a la règle d’or d’Emmanuel Macron avec la poursuite des politiques de compétitivité et d’austérité – tout ce qui a été fait depuis dix ans. Et puis il y a la règle verte de Jean-Luc Mélenchon qui remet l’intérêt général et le bien commun au centre de la politique. Nous avons deux mois pour imposer nos thèmes et propositions dans l’espace public. Il faut une confrontation, programmes contre programme.

« Une candidature commune avec Hamon – je dis Hamon car il n’envisageait rien d’autre que sa candidature – n’était pas en capacité de mobiliser notre électorat. »

Benoît Hamon est sur le point de faire marche arrière sur le revenu universel d’existence. Les renoncements, la non capacité des socialistes à tenir leurs engagements, c’est aussi ce que vous reprochez à la famille socialiste ?

Benoît Hamon est certes un candidat socialiste imprévu par rapport aux cinq ans qui viennent de s’écouler, mais il est quand même le candidat du Parti socialiste. Je pense que cela le conduit toujours à rester au milieu au milieu du gué. Sa campagne va être sous cette aune-là : parfois des audaces et puis des recentrages sous l’effet de la pression du PS. En voulant rester le candidat du PS – et cela s’incarne dans les investitures inchangées de la quasi-totalité des responsables des lois du quinquennat, ou dans son équipe de campagne qui est une synthèse socialiste à elle toute seule –, il va être obligé de naviguer entre ces écueils. Le pire pour lui est que cela n’empêchera pas les départs de son camp vers Macron. Nous n’avons pas envie de rentrer en concurrence avec lui. Les choses auraient pu être différentes : ce serait de la langue de bois de dire que le programme de Benoît Hamon est celui des cinq ans passés, et je veux croire en sa sincérité et celles de ses proches. Il n’empêche qu’à partir du moment où il ne se dégage pas de ce carcan, sa position reste intenable. 

Gérard Filoche, Marie-Pierre Vieu, des militants associatifs, politiques, et bien d’autres encore n’abandonnent pas l’idée d’une candidature unique. Que leur répondez-vous ? 

Je leur réponds que j’ai entendu Benoît Hamon et ses déclarations. Je sais qu’il y a plein de gens sincères qui l’aimeraient possible et je les respecte, mais à deux mois du terme de la présidentielle, avec le paysage politique actuel et la désagrégation du camp socialiste – qui est quand même responsable des cinq années passées –, penser qu’on pourrait additionner le résultat que les sondages attribuent aux deux candidats est une illusion d’optique. Une candidature commune avec Hamon – je dis Hamon car il n’envisageait rien d’autre que sa candidature – n’était pas en capacité de mobiliser notre électorat et plus largement la moitié des Français qui sont indécis. Prenons un seul exemple : François Hollande vient de dessiner son plan A pour l’UE : une UE "différenciée", dans laquelle la défense fait office de surcroît d’intégration et ne remet en rien en cause la domination de la finance et de l’ordolibéralisme allemand. Que dit M. Hamon de cette vision ? Je crains qu’il ne s’en approche. Pensez-vous qu’il pourrait représenter du coup les millions de français qui n’en peuvent plus de cette Europe-là sans pour autant céder à la xénophobie lepéniste ? Bien sûr que non. Or c’est la clef d’une victoire possible d’un choix alternatif. Je pense que nous sommes mieux placés pour le faire.

« Le 18 mars marquera le lancement du dernier mois de campagne. Après la "drôle de campagne", il y aura une campagne éclair. »

Regards s’est associé à Libération et Mediapart pour lancer un appel à débat public entre Hamon et Mélenchon afin de clarifier leurs positions respectives et d’éclairer les électeurs – notamment de gauche. Qu’est-ce qui empêche ce débat d’avoir lieu ?

Jean-Luc Mélenchon en avait accepté le principe, mais à partir du moment où Benoît Hamon a expliqué sur TF1 que pour des raisons politiques, sa candidature – et implicitement aussi celle de Jean-Luc Mélenchon – était légitime et nécessaire, il a clos le débat. C’est d’ailleurs compréhensible. À quoi servirait de donner à voir ce qui serait vécu et interprétée comme le combat interne d’une gauche minorisée dans le pays ? Il est par ailleurs assez logique de dire que les débats qui doivent se tenir maintenant sont ceux qui vont avoir lieu entre l’ensemble des candidats de l’élection présidentielle. Ces débats permettront d’éclairer les électeurs et ainsi de faire la différence. C’est au suffrage universel de trancher, à tous les électeurs et électrices.

Quelle direction, quelle dynamique la campagne de Jean-Luc Mélenchon va-t-elle prendre aujourd’hui ?

Nous aspirons clairement à être au second tour. Le 18 mars prochain sera une date décisive. L’objectif, c’est une vraie mobilisation citoyenne de masse. Quantitativement nous avons de bons indices. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues et vont converger de Bastille à République. C’est à la fois une marche en réaction à tout ce que l’on voit en ce moment – et notamment la décrépitude de la Ve République, les affaires Fillon, Le Pen, les marches de la droite conservatrice et réactionnaire, etc. – et une marche positive pour montrer qu’il y a un autre choix politique possibles pour le pays, une issue pacifiste. Le 18 mars marquera le lancement du dernier mois de campagne. Après la "drôle de campagne", il y aura une campagne éclair. À nous de la transformer en débat citoyen sur les programmes, comme nous avons su le faire en 2005 lors du référendum sur le TCE. Et là, nous pouvons gagner.

Où vous en êtes des discussions avec le PCF à propos des législatives. Un accord est-il sur le point d’aboutir ? 

Nous ne comprenons pas tout, donc nous essayons d’obtenir des éclaircissements. Le PCF a expliqué à la France insoumise qu’il ne voulait pas d’accord national, et Pierre Laurent l’a d’ailleurs confirmé par écrit dans une lettre. Dans le même temps, le PCF souhaite que face à leurs candidats sortants et dans quelques autres circonscriptions qu’il estime gagnable pour lui, il n’y ait pas de concurrence de la France insoumise. La France Insoumise s’est dite favorable à examiner ces quelques situations, sans déroger à sa méthode citoyenne, pour faire en sorte que les autres forces ne tirent pas bénéfice d’une concurrence entre soutiens de Jean-Luc Mélenchon. Mais dans ce cas, il faut évidemment que ce soit équitable. Manifestement, la discussion est pour le moment gelée du côté du PCF. La balle est dans le camp du PCF. 

Vos réactions (102)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • C’est tellement évident que la France insoumise est le vrai rempart de résistance contre les droites !
    Benoit Hamon, élu de la primaire su PS n’est pas l’élu du PS, faut-il le réexpliquer ? Même un peu à gauche, il n’a pas du tout les moyens d’une telle politique.
    S’il veut s’affirmer de gauche -et aujourd’hui j’en doute- il ne peut que se retirer de lui-même et mieux encore s’engager dans ou auprès de la France insoumise, il n’est pas trop tard.
    D’autant que l’effet néolibéral Macron se fait sentir dans les rangs du PS, les barons sont bien tentés -et certains ont déjà sauté le pas- de rejoindre Macron qui s’affirme de plus en plus comme un candidat de droite. Avec Bayrou dans ses poches, il vient d’engranger Delanoë, gageons que certains de l’UDI se ménagent une porte de sortie.
    Mélenchon au deuxième tour de cette présidentielle est très réaliste, c’est maintenant que tout se joue.

    Max Le 8 mars à 14:01
       
    • Essayez d’abord d’arriver au premier tour avec 500 parainages, c ’est le plus facile à faire, normalement vous devriez y arriver, quoi que ... Second tour impossible mathématiquement.

      BDPIF Le 8 mars à 15:10
    •  
    • Ah ben puisque les mathematiques le disent alors !

      carlos Le 8 mars à 21:31
    •  
    • Arrivés où on en est avec les porte-flingues PG recyclés de Mélenchon et les z’insoumis -croyants , il ne reste plus que la méthode Coué !
      C’est sur qu’avec 10%des voix on va faire la constituante pour la 6° République et tous ceux qui en doutent sont des mécréants/social-traitres........
      d’ailleurs on sait déjà que c’est à cause de tous ceux-là qui n’ont pas voulu signer chez les z’insoumis qu’on va perdre !
      Mais l’important c’est que Mélenchon ait pu faire son tour de piste , qu’on ramasse du fric aux législatives et qu’on crée un New-PG , relooké à la gloire du " tribun du peuple "
      Affligeant !!
      " il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun.."
      Vieux chant interdit dorénavant !!

      vent d’ouest Le 9 mars à 09:28
    •  
    • @vent d’ouest - je crois que la recherche des responsabilités pourra bien attendre la fin du 1er tour... Pour l’instant, ce sont plutôt les chantres du "range toi derrière Hamon ou c’est le FN qui passera" qui en usent et en abusent ! Répéter VOTRE vérité n’en fera pas LA vérité... Si tant est seulement qu’elle existe. Mais :
      a) il y a peu d’insoumis qui souhaitent épouser Mélenchon ou s’en faire un gourou,
      b) il y en a autant qui se foutent royalement de l’étiquette politique de leurs voisins fusse t’ elle PG ! Chacun est le bienvenu.

      La ligne "fédératrice" du mouvement n’est plus à prouver, elle repose sur un engagement moral au-delà de l’allégeance à un "clocher", à promouvoir le Bien Commun. Contrairement à ce qu’imposent les partis et notamment le PS, aujourd’hui, comme il y a 5 ans d’ailleurs ! PHI est un mouvement à ce titre éphémère, il est impossible de dire aujourd’hui combien de temps il durera... Son seul mérite aura été celui d’avoir contribué à éveiller la conscience politique de certains.

      Vous pouvez occulter le fait que la France Insoumise "rassemble" des encartés d’autres partis que le PG... encartés à qui on ne demande pas de rendre leurs cartes parce qu’ils s’investissent dans le mouvement (voila un point commun avec le PS qui n’exclue aucun de ceux qui soutiennent Macron... Sans doute un coup de Mélenchon). Ceux là partagent déjà un diagnostic et adhèrent au projet d’équité matérialisé dans "l’avenir en commun". Ils s’accrochent à un espoir ténu de changer les choses, contrairement aux cyniques et fatalistes (dont probablement vous faites parti) qui préfèrent rester attachés à l’idée soit qu’en dehors de l’immobilisme point de salut, soit que la souffrance et la misère doivent se propager et faire le plus de victimes possibles pour qu’advienne le vrai changement !

      Alors peut être bien que le score de PHI sera de 10% à la présidentielle, mais la différence entre le vote d’"adhésion", qui caractérise la FI (mais pas seulement) et le vote "utile" (s’en reclameront qui voudront), c’est que le 1er participe à ce que chacun puisse faire sa part pour "éteindre l’incendie" tandis que le second préfère céder du terrain aux flammes... jusqu’au jour où ceux qui en usaient finissent eux-mêmes aspirés par la vacuité de ce vote !

      Carlos Le 9 mars à 13:32
    •  
    • Si je ne me trompes , le camarade Coquerel a été élu conseiller régional régional en Ile de France sur la liste du social-traitre Bartelons qui soutient Macron ...
      .Il a le droit bien sur ! mais pas de donner des leçons .....de clarté politique

      vent d’ouest Le 9 mars à 23:34
    •  
    • Si je ne me trompes , le camarade Coquerel a été élu conseiller régional en Ile de France sur la liste du social-traitre Bartolone qui soutient Macron ...
      .Il a le droit bien sur ! mais pas de donner des leçons .....de clarté politique

      vent d’ouest Le 9 mars à 23:35
    •  
    • @vent d’ouest - PHI ne capitalise pas sur la confiance accordée à Coquerel... Mais sur un programme travaillé et un candidat qui fait preuve de la determination et de la tenacité nécessaire au défi qu’il représente en terme de rupture avec l’existant !

      carlos Le 9 mars à 23:55
    •  
    • Surtout lorsque des consignes sont données pour freiner l’envoi des parrainages. Les insoumis en otage ? Bravo les mecs.

      Vassiviere Le 10 mars à 16:38
    •  
    • Max, la France Insoumise n’est pas le centre du monde, ni le centre de la France ou de la gauche. La gauche (la vrai sans parler de l’aile droite du PS) dispose de plusieurs composantes. Ne pas vouloir les rassembler, ou leurs imposer d’évoluer dans le cadre de la FI uniquement est une faute politique. D’ailleurs, après un bon départ en début d’année, la candidature de JLM n’arrive pas à s’imposer. Et cela n’est pas du au personnage ou à son programme, mais à une démarche sectaire de la FI.

      DERF Le 13 mars à 09:19
    •  
    • @DERF - le cadre du rassemblement à la FI n’est pas un cadre partidaire mais citoyen à savoir individuel.
      Il s’agit de rassembler autours d’un diagnostic et d’un programme, sans demander à personne de rendre la carte de son parti politique ! PHI n’est en effet pas un parti mais un mouvement, il est par nature éphémère et durera le temps qu’il durera, personne ne peut prédire combien de temps... Mais il est capable de lever une force susceptible de formaliser une rupture à la présidentielle en cristallisant un vote d’espoir ! Ceux qui ne le comprennent pas en regardant les choses avec le filtre habituel (à savoir de la tambouille et des accords entre partis) se privent d’un outil capable de faire avancer leur lutte...
      D’autant qu’aujourd’hui, à part à accorder du crédit aux astrologues sondagiers, il est strictement impossible de dire si oui ou non le mouvement de la France Insoumise mobilise chez les électeurs potentiels... Par contre, on peut lui accorder le constat d’une dynamique certaine !

      Carlos Le 13 mars à 10:48
    •  
    • A Carlos. Rétablissons le vérité : FI est déclaré légalement comme un parti politique, peut-être d’une nature différente, mais comme un parti politique. D’ailleurs pour les élections législatives FI désire présenter des candidats dans toute les circonscriptions ou presque (N’oublions pas qu’il s’agit d’une source de financement pour les parti politique, et uniquement pour eux, 1,4 euros par voix et par an). Quand tu parles de tambouilles de parti beaucoup des candidats de FI pour les élections législatives sont issus de cette tambouille. On trouve nombres de candidats parachutés qui ont déjà usé leurs guêtres dans tous les groupuscules, sans parler des couloirs de Solferino.
      Nota 1 : A l’époque les verts parlaient également de mouvement, on a vu ce qu’il est advenu.
      Nota 2 : Etant de Grenoble, j’ai beaucoup de mal quand les personnes décrètent que leur mouvement est un rassemblement citoyens, car on s’aperçoit par la suite qu’une fois élus, ils font exactement le contraire de leur programme aussi bien sur les décisions concrètes que sur la démarche.

      DERF Le 13 mars à 11:30
    •  
    • @DERF - puisque nous parlons "vérité" et que vous me contez la votre, voici moi ce que je sais de la France Insoumise :
       elle repose sur 2 associations dont l’une a été constitué pour pouvoir recevoir des dons.
      Rien dans ses statuts n’indique que c’est un parti politique mais tout au contraire précise qu’il s’agit bien d’un "mouvement ".

      Le fait qu’il y ait une étiquette "L’avenir en commun" aux législatives directement attachée à PHI n’implique pas de fait que celui-ci soit un parti politique.. La preuve (pour reprendre à partir de vos arguments) :
      la charte qui cristallise l’engagement moral du candidat inclut "la possibilité d’accords de reversement entre l’association de financement et les candidats ou le groupement politique particulier qu’ils désigneront" ; autrement dit, il est prévu un accord de financement avec le parti du candidat si celui-ci adhère donc à un parti bien entendu !
      Alors je vous le demande, quel parti politique intronise comme candidat officiel quelqu’un qui se réclame publiquement d’un autre parti sans avoir renoncé à une partie de son programme ?

      L’engagement qui est demandé au candidat est un engagement moral, dans les faits, rien légalement ne l’oblige à le respecter...
      C’est comme ça que ça se passe avec le mandat "représentatif". Une précaution qui avait été prise consistait justement en "l’accord financier" permettant de faire pression si l’élu décidait de tourner le dos à ses électeurs... certes, il finirait très probablement par avoir son pognon mais ça lui prendra du temps !
      La qualité des candidats est difficile à juger mais il est plus facile de vérifier s’ils respectent les points sur lesquels ils se sont engagés (non cumul des mandats, charte anticor, etc...) que de juger de leurs motivations profondes !

      Vous pouvez estimer, comme les principaux intéressés, que les élus n’ont de compte à rendre à personne et surtout pas à leurs électeurs... ce n’est pas le cas des sympathisants de la France Insoumise.

      carlos Le 13 mars à 12:20
    •  
    • Re a Carlos : tout d’abord extrait du journal officiel :
      JORF n°0028 du 2 février 2017
      texte n° 77

      Décision du 23 janvier 2017 portant agrément d’une association de financement d’un parti ou d’une organisation politique

      NOR : CCCJ1702864S
      ELI : Non disponible

      "Par décision de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en date du 23 janvier 2017, l’Association de financement de la formation politique La France insoumise inscrite au registre national des associations sous la référence W913007622, dont le siège social est situé : 6 bis, rue des Anglais, 91300 Massy, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique La France insoumise inscrit au registre national des associations sous la référence W913007621 pour exercer ses activités à l’intérieur du territoire national."

      La FI est donc bien un parti politique.

      Secondement : Vous me tenez des propos qui ne sont pas les miens , je n’ai jamais dit que les élus n’ont de compte à rendre à personne. D’ailleurs mon exemple sur la catastrophe grenobloise est tout le contraire.

      Tous cela n’est vraiment pas correcte de votre part.

      derf Le 13 mars à 14:58
    •  
    • @DERF - j’ai bien 5 mns pour vous repondre...

      A votre extrait du JO qui ne fait qu’enterriner la manière dont le conseil constitutionnel exprime la difference entre une association et un parti politique (à savoir que toute association ayant une activité politique ET qui se plie à loi sur la transparence du financement de 81 est considérée par celui-ci comme etant un parti politique... Vous pourrez aussi verifier), j’oppose le fait que les 2 associations en question, dont l’objectif de la 1ere est destiné à rassembler les soutiens à la présidentielle 2017 de la France Insoumise et de Jean-luc Melenchon et la seconde à recueillir les dons pour la 1ere, sont CLAIREMENT inscrites dans la durée d’un évènement spécifique : la présidentielle et les legislatives de cette année !

      Autrement dit, le pseudo parti PHI ne partage aucunement l’idée de fêter son centenaire avec le PCF ou d’autres vénérables institutions, qui lui en est là... Quoiqu’en pense le conseil constitutionnel et la distinction "subjective" qu’il introduit pour isoler ce qui relève des partis, et ce juste parce qu’une association ayant des activités politiques s’engage à respecter les règles de transparence sur son financement, PHI reste bien un mouvement politique qui est aussi éphémère que le "moment" qu’il sert !

      Je vous suggere de taper dans votre moteur de recherche "la france insoumise registre des associations service public" et de regarder les "annexes des JOs"... Vous y trouverez en une phrase les objectifs affichés pour chacune des associations.

      carlos Le 13 mars à 21:20
  •  
  • Dans la situation actuelle, un débat Hamon-Méléchon serait absolument inutile sauf, évidemment, à Emmanuel Macron. Quant à une "synthèse" (comme on dit rue de Solférino) entre les deux programmes, il faut toute l’hypocrisie d’un Pierre Larrouturou ou d’un Gérard Filoche pour refuser de voir qu’elle est rigoureusement impossible. Sans parler du fait que Hamon ne serait même pas en capacité de négocier puisque rue de Solférino le boss c’est le sinistre Cambadélis, autrement dit le plus gros sous-marin d’Emmanuel Macron !

    P.-S. : Tiens, pas encore de trolls en vue ? Nos deux duettistes professionnels auraient-ils compris que leur numéro genre good cop/bad cop fait rire tout le monde ici ? Ou alors c’est la campagne de Macron qui arrête de les financer, au vu de leur totale inefficacité ?

    hopfrog Le 8 mars à 14:22
       
    • J’étais tout simplement en train de manger, je vais répondre, rassurez vous j’ai un peu de temps à perdre.

      BDPIF Le 8 mars à 14:44
  •  
  • Bonjour monsieur Coquerelle,
    merci d’avoir répondu à cette interview je vais vous reprendre sur votre phrase :

    Le 18 mars marquera le lancement du dernier mois de campagne. Après la "drôle de campagne", il y aura une campagne éclair.

    Les termes Drôle et eclair ne sont associés qu’au niveau historique et militaire et uniquement sur la seconde guerre mondiale avec une France qui trainait, basée sur la défensive et les Allemands qui ont répondus et gagnés par une guerre "eclair". Il n’y aucune autre analogie dans l’association de ces deux noms, nulle part, et vous nous en faites la primaire au niveau Politique.

    Un petit résumé historique de Philippe Garraud. Temporalité, revue de sciences sociales et humaines.

    Le rôle du facteur temps et la question des temporalités constituent un analyseur particulièrement pertinent de la courte guerre franco-allemande de 1939-1940. La rapide défaite française s’explique en effet principalement par la discordance et la dissonance des temporalités à l’œuvre. L’opposition de doctrines et de stratégies militaires au regard de la dimension temporelle trouve son origine dans l’expérience commune et partagée de la Grande Guerre comme longue « guerre d’usure » dont il faut éviter la répétition. Mais les enseignements tirés l’ont été dans des sens radicalement différents (offensive versus défensive). Cette explication doit cependant être complétée par le jeu de facteurs de nature différente, d’ordre organisationnel voire contingent, mais qui ont eu néanmoins des effets d’amplification sur les temporalités de la conduite des opérations (accélération versus retardement).

    Donc le 18 mars, selon vos propos va être le lancement finale de la campagne, et pacifiste, nous l’entendons bien, on va encore vous reciter :

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues et vont converger de Bastille à République. C’est à la fois une marche en réaction à tout ce que l’on voit en ce moment – et notamment la décrépitude de la Ve République, les affaires Fillon, Le Pen, les marches de la droite conservatrice et réactionnaire, etc. – et une marche positive pour montrer qu’il y a un autre choix politique possibles pour le pays, une issue pacifiste.

    Vous nous rassurez, c ’est donc pacifiste, sauf que quelques dizaines de milliers de personnes, c ’est exagéré, et largement exagéré d’aprés moi , moi je vous en prédis entre 2 ou 4 000 cas, dans le meilleur des cas.

    Deux questions à vous poser :

    1. Avez vous prévus que s’il pleut ce jour là, il n’y aura pas grand monde ?

    2. Est ce la bonne date, le 18 mars, historiquement, certains pourraient faire une analogie avec les soulevements de "la commune de Paris" le 18 mars 1871 ?

    3. Ne serait il pas plus utile d’attendre la confirmation du conseil constitutionnel que vous avez vraiment vos parrainages pour vous présenter aux élections avant d’organiser une marche de ce niveau ? Parce que, certes, vous êtes sur des promesses de parrainages , notament avec l’aide des élus du PCF, Melenchon nous disait d’ailleurs en Janvier qu’il avait ses 517 promesses de parrainages, mais actuellement, et l’arrêt des comptes se faisant la veille du 18, le 17 mars et qu’elles ne sont dévoilés que quelques jours après par le conseil constitutionel, et que pour l’instant, vous n’en avez que 356, et ce 11 jours avant la fin des comptes, et que même Nathalie Artaud avec Lutte Ouvrière à dépassé les 500, mais n’aurez t’ il pas été plus responsables d’avoir la confirmation officielle de la validité de la candidature de Jean luc Melenchon avant de faire une marche et rassembler plusieures centaines de personnes qui vont faire le déplacement, et à leurs frais jusqu’à Paris ?

    Vous estimez être présidentiable, c ’est hautement probable, mais c ’est tendu quand même au niveau des chiffres. Et il ne faut jamais oublier le facteur négatif d’une non validation probable aussi.

    Cordialement

    BDPIF Le 8 mars à 14:37
       
    • houa !!! alors vous, vous êtes trop fort....

      merci pour ce moment de rigolade.

      denis Le 8 mars à 17:35
    •  
    • Je m’en lasse pas...

      carlos Le 8 mars à 21:34
    •  
    • À Marseille en 2012 nous étions 100 000…

      Antonio Le 9 mars à 11:23
    •  
    • Ouaaah, super analyse vous êtes un chef :D heureusement que vous êtes là pour ouvrir les yeux aux gens et aux insoumis. J avais lu plus haut je vous aviez du temps à perdre, plus aucun doute la dessus maintenant que j’ai eu le plaisir de lire votre message plein d objectivité de bon sens et tout ça, bien présenté citation à l appuies. En espérant ke vous avez trouvez une occupation saine désormais, c jamais agréable de s’ennuyer a ce point :)

      ElMute Le 9 mars à 13:14
    •  
    • C’est le " cordialement" de la fin qui est savoureux !

      pokrova Le 9 mars à 19:19
  •  
  • Sachant qu’en 2012 il y avait pas moins de 100 000 personnes à cette marche, et que le mouvement actuel est assez différent et bien plus large, 100 000 participants à cette marche sera un minimum. Vos estimations vont devoir être revues...

    Pierre ACEITUNO Le 8 mars à 15:53
       
    • Exact !!! Erreur de ma part, d’après les secouristes, ils étaient environ 50 000 et non pas les 2 ou 4 milles que j’ai prévus.

      Pour les organisateurs, ils étaient 100 000 , et Coquerelle annonce plusieurs centaines de milliers pour 2017

      L’occasion d’aller voir les marches de 2012. Et en fait, JLM faisait 11 % dans les sondages, comme aujourd’hui.

      Possible donc qu’il y ait entre 40 000 et 60 000 participants. ou 10 000 parce qu’il y aura des communistes de moins je pense à manifester.

      S ’il pleut pas, évidement ;)

      BDPIF Le 8 mars à 16:32
    •  
    • Mais vous savez pour les rediffusions, il y a toujours moins d’audimat ;)

      BDPIF Le 8 mars à 16:34
    •  
    • @bdpif - vos arguments sont irrefutables... (Soupir)

      carlos Le 8 mars à 21:35
  •  
  • Nous aspirons clairement à ce que vous gagnez au second tour !!
    Et quand ce sera le cas, préparons nous à descendre dans la rue pour soutenir ce gouvernement car les classes dirigeantes ne laisseront jamais le programme de la France insoumise se mettre en place.
    Il ne s’agit pourtant que d’un programme social démocrate, un vrai cette fois ci, mais les dominants sont tellement bloqués sur le tout-marché qu’ils feront une guerre TOTALE !
    Et, ils ont avec les médias une force de frappe terrible.

    Il faudra du courage !
    Soyons en sûr

    Arouna Le 8 mars à 16:44
  •  
  • Bd pif on s’en tamponne des parrainages communistes , c’est plus un cadeau empoisonné qu’autre chose, notamment ceux des camarades HUE et BRAOUZEC , n’est ce pas Maurice " du glorieux PCF " ha ha ha !

    on les as déjà les 500 signatures ; comme Poutou et le Clone d’Arlette.

    buenaventura Le 9 mars à 00:51
  •  
  • Comment faire l’impasse sur les 5 ans de récession sociale qui nous menacent en attendant une très hypothétique recomposition de la gauche ou de ce qu’il en restera !
    Tout cela est totalement irresponsable ; les citoyens de gauche auront raison de demander des comptes quand les mesures d’austérité pleuvront de toutes parts !

    Valentin Michel Le 9 mars à 08:50
       
    • Il ne tient qu’à vous de "recomposer la gauche", vous avez un bulletin de vote, servez-vous en et faites donc un vote d’adhésion ! Les idées sont sur la table, c’est à vous de voir... Pour ma part mon choix est fait !

      carlos Le 9 mars à 08:56
    •  
    • Mon cher valentin , pourquoi au lieu de demander ( mais hélas vous n êtes pas le seul) a ceux qui se déclarent de gauche , ce qu’ ils feront aux deuxième tour ?

      Pourquoi ne demandez vous pas parmi , vos voisins, vos copains votre famille, ce qu’ ils vont faire au premier tour ?.

      Car dites vous bien une chose, vous comme tous les "unionistes bêlants " c’et que parmi , vos voisins, vos copains, votre famille certains au premier tour vont voter pour la mère LEPEN .

      Mais comme il est plus confortable pour l’esprit de poser la question de la "responsabilité historique" à la FI , cette question devrait être également posée au " glorieux PCF " de ce bon vieux Maurice , qui a vu ses électeurs des "bastions rouge " filer chez les LEPEN.

      En France personne ne vote facho ,bien sur , mais toute la "Goche" bien pensante et le PC alimentaire somment la FI de se justifier sur son "entêtement " et son soit disant " populisme"

      Pourquoi on ne demande pas des justifications a la "gôche morale " sur cet aspect " historique" ?

      Quelles sont les responsabilités des Cambadélis qui devait exclure les renégats Macrophiles, et la responsabilité de la gôche socialiste, les Emmanuelli , les Filoches, Lienemann, les Montebourg , les Aubry, qui sont murés dans un silence complice de Micronisation générale ?

      Pourquoi n’entends ont pas aucun des FRONDEURS ? si virulents a l’assemblée et si muet depuis, tous trop occupés a se chercher des parachutes dorés dans le publique ou le para publique ou a se faire réélire en niant le bilan Hollande.

      Ou sont les ténors du PCF ? les Fiterman, les pierre Juquin, les Philippe Herzog , Lajoinie, marie George Buffet ????, bien silencieux eux aussi devant la menace "FIPENCRON".

      Et le sympathique chassagne ?

      La vérité celle qui vous dérange et vous écorche la bouche c’est que seul Jean Luc MELENCHON et la FI font une campagne de terrain a gauche !

      Et nous en récolterons les fruits .

      buenaventura Le 9 mars à 11:45
    •  
    • @ buenaventura

      120 000 à la Bastille en 2012.
      Combien le 18 mars ? Je mets mon billet que ce sera bien bien moins. Voilà ce qui se passe quand on ne commence pas par rassembler son camp

      florent Le 12 mars à 00:12
    •  
    • @Florent - juste pour info, le 18 mars c’ est pas encore passé, donc pour ce qui est de vos certitudes sur le chiffre... Quand à ce qui est de "rassembler son camp", c’est pas compliquer :
       soit on partage le diagnostic, on adhère au programme et on agit en conséquences dans l’isoloir,
       soit on préfère voter autrement.
      Jusqu’ici, on est encore dans un pays libre, et vous avez le droit de préférer les magouilles d’appareil à un vote en conscience... Mais franchement, je crois pas qu’il y ait la de quoi se vanter.

      Carlos Le 12 mars à 08:47
  •  
  • À lire sur le site de LGS /

    La déclaration (imaginaire pour l’instant) de Benoît Hamon se ralliant à Jean-Luc Mélenchon

    par Maxime VIVAS
    20 heures. Journal télévisé de France 2.

    « Mes chers compatriotes,
    Le 29 janvier, vous avez été plus de deux millions à voter au second tour de la primaire organisée par le parti socialiste. Par plus de 58% des voix, vous m’avez désigné, face à l’ancien Premier ministre Manuel Valls, pour représenter mon parti aux élections présidentielles de 2017.

    Je vous en remercie.

    J’ai mesuré d’emblée le poids de la responsabilité que vous m’avez confiée.

    Auparavant, comme vous le savez, je m’étais engagé à soutenir, quel qu’il soit, le candidat que vous alliez choisir. Mes concurrents avaient fait la même promesse et c’était l’esprit, la règle même de cette compétition.

    Mon parti, et c’est bien normal, s’était de son côté engagé à mettre tout son poids, tous ses moyens, tous ses militants dans la bataille pour faire élire le candidat socialiste gagnant des primaires.

    Jean-Luc Mélenchon a refusé d’y participer au motif que, s’il était battu, il ne soutiendrait pas, quoi qu’il en soit, un candidat du parti socialiste qu’il a quitté et dont il combat la politique depuis 2012.

    A aucun moment je n’ai ignoré que ma personne et mon programme ne pouvaient convenir à l’ensemble du parti. J’ai seulement été préféré à d’autres au premier tour, et à Manuel Valls au second, en opposition à la politique qu’il avait mise en œuvre et qu’il défendait, certes contre le peuple, mais avec l’assentiment d’une partie du PS.

    Vous avez donc majoritairement choisi un autre homme et une autre politique. La démocratie, à laquelle nous sommes tous viscéralement attachés, imposait à la minorité de s’incliner, de prendre acte, de rallier, sinon dans les cœurs, au moins dans les actes et dans les paroles, le programme que j’ai défendu devant des millions de téléspectateurs.

    C’était, je le répète, la promesse publique de mes concurrents et, cela va de soi, de mon parti.

    Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Manuel Valls, membres éminents du PS, tous anciens ministres, s’y étaient solennellement engagés.

    François de Rugy (proche de Jean-Marc Ayrault), Jean-Luc Bennhamias, Sylvia Pinel (ancienne ministre d’un gouvernement socialiste), tous trois non adhérents au PS avaient accepté la règle, parfois du bout des lèvres, mais toujours par le seul fait de leur participation.

    Or, que voyons-nous aujourd’hui, à quelques semaines du premier tour des présidentielles ?

    L’appareil du parti socialiste me soutient comme il avait soutenu Ségolène Royal en 2007. Autrement dit, il ne s’est pas mis en ordre de marche. Le candidat que vous avez voulu reçoit surtout des critiques et observe une léthargie incompatible avec un désir collectif de victoire.

    Si Arnaud Montebourg et Vincent Peillon honorent leur parole, François de Rugy et Sylvia Pinel appellent à voter pour Emmanuel Macron. Jean-Luc Bennhamias menace de les imiter. Manuel Valls refuse également d’accepter le résultat qui lui a été défavorable et multiplie les objections et peaux de bananes.

    François Hollande se tait. On sait que c’est lui qui a sorti Emmanuel Macron de la banque Rothschild pour en faire, dans l’ombre de son cabinet, l’inspirateur de sa politique, avant de lui attribuer le ministère clé de l’Economie.

    Un nombre désormais trop important de ministres, d’anciens ministres, d’élus, dont le maire de Lyon, rejoignent Emmanuel Macron. Il faut y ajouter l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë qui va jusqu’à affirmer que mon programme, celui que vous avez choisi, est dangereux.

    Jean-Christophe Cambadélis, chef des socialistes, a jeté dans les oubliettes des reniements rapides sa menace d’exclure du parti les adhérents qui se rangeraient derrière Macron et non derrière le candidat socialiste.

    Ne nous y trompons pas : ce qui m’est demandé, c’est de porter le programme du quinquennat qui s’achève, c’est d’accepter une majorité parlementaire qui ne me laissera d’autre choix que de poursuivre la politique de Valls/Hollande en laissant croire le contraire.

    Le paradoxe est que, à l’issue des primaires que j’ai emportées, une partie grandissante du PS préfère un candidat non socialiste, jamais élu à quoi que ce soit, un banquier, un franc-tireur qui ouvre le feu sur le camp dont il est issu (et qui l’a fabriqué) et qui, craintif, a refusé de se risquer à un premier baptême du feu électoral en compétition policée dans l’épreuve des primaires.

    Hors des appareils politiques, le peuple de gauche se désespère de n’avoir peut-être d’autre choix en mai 2017 que celui de l’extrême droite ou de la finance, laquelle, on le sait depuis le discours du Bourget en 2012, est notre adversaire.

    Monte alors une exigence forte : celle de l’union des véritables forces de progrès aujourd’hui scindées en deux. D’un coté, le candidat légitime du PS appuyé par Europe écologie les Verts, de l’autre celui soutenu par la France Insoumise et par le Parti communiste, ses adhérents ayant démocratiquement validé sa candidature.

    Dans le même temps, se répand la rumeur selon laquelle j’aurais renoncé à une victoire contre l’extrême droite et la droite financière pour y préférer mon élection future au secrétariat du parti socialiste en jetant par-dessus bord toute espèce de morale et l’héritage de Jean Jaurès, de Léon Blum, de François Mitterrand.

    Comme vous le savez, j’ai rencontré Jean-Luc Mélenchon. Nous avons fait le constat que l’union était impossible entre un candidat tiré vers la droite par son parti, contraint d’accepter l’investiture pour les législatives de responsables et d’artisans de la politique de François Hollande (politique à ce point décriée que le Président sortant a dû renoncer à se représenter) et un autre candidat, initiateur d’une force qui a toujours combattu cette politique et qui a élaboré un programme en rupture totale avec elle.

    Je veux vous faire la confidence que nous avons tous deux ressenti douloureusement ce désaccord, tant nos sensibilités, nos aspirations, nos programmes sont proches à bien des égards.

    Mais, ni lui ni moi ne pouvions nous déjuger sans trahir la confiance des nôtres. Tout au plus avons-nous conclu (et respecté) un pacte de non agression mutuelle.

    Or, aujourd’hui, un constat lucide s’impose : la trahison a eu lieu. Elle est là, comme un fossé qui ne cesse de s’élargir au gré des sondages.

    Elle est venue de mon camp.

    Elle est un camouflet aux adhérents du PS, aux électeurs de la primaire et à bien d’autres citoyens qui croient que la politique impose l’acceptation du verdict des urnes, la fidélité à la parole donnée et le respect des citoyens.

    C’est pourquoi, et afin de ne pas accentuer ce qu’il faut bien appeler un dégoût montant dans le peuple de notre beau pays, afin de créer les conditions pour battre en mai 2017 la droite et l’extrême droite, j’ai décidé de me rallier à la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

    Je le fais sans marchandage, sans condition, conscient, par ce geste, de répondre à une ardente exigence populaire, persuadé de sauver l’honneur du parti socialiste et de réhabiliter le mot même de socialisme.

    Je le fais et je vous demande de me suivre. Je ne doute pas que vous voudrez contribuer à bâtir, tous ensemble, un futur désirable.
    Du fond du cœur, je vous en remercie.
    Vive la République, vive la France !
    Benoît HAMON » .
    Pcc. Maxime VIVAS

    Autrement Le 9 mars à 11:23
       
    • @autrement - I’m Benoit Hamon and I approve this message !

      ... Bon si on peut plus se marrer...

      Carlos Le 9 mars à 13:43
    •  
    • du rififi dans la gauche du ps entre ex dirigeant socialiste et un ex jeune socialiste, ils sont tout les deux social démocrate (tout a fait estimable) ce qui est incompréhensible c’est qu’ils n’arrivent pas a se mettre d’accord programme,
      il faut un moment que le courant communiste prenne ses responsabilité quand on voit l’incurie des sociaux démocrate a ce mettre d’accord

      andré émile Le 9 mars à 17:13
    •  
    • ’Jean-Luc Mélenchon a refusé d’y participer au motif que, s’il était battu, il ne soutiendrait pas, quoi qu’il en soit, un candidat du parti socialiste qu’il a quitté et dont il combat la politique depuis 2012.’

      Bon, alors, un joli tissus de connerie, le populisme ne sait plus quoi faire. On va dans les propos imaginaire.

      D’autre part, les véritables propos de Melenchon, sont "Si je ne me suis pas présenté aus primaires, c ’est que j’ai eu peur de finir deuxieme" Sic ..... De quelqu’un qui n’a aucune chance d’arriver au second tour des présidentielles, c ’est une perle.

      Sources : Télématin, les plus belles perles des candidats.

      BDPIF Le 9 mars à 18:40
    •  
    • @bdpif - sinon à part ça... Parce qu’a priori les primaires sont pas d’aujourd’hui ! Et sinon, Y’a personne à convaincre car tout le monde est déjà convaincu qu’il s’agissait d’un piège à con !
      Melenchon à la primaire ? Cambadélis aurait fait des pieds et des mains pour que Gérard F. Et Marie-Noelle L. Y soit aussi au lieu de tout faire pour les dégager comme ce fut le cas. Pourquoi ? C’était l’assurance d’affaiblir le candidat de la France Insoumise en lui syphonnant le peu de voix des gens qui se seraient déplacés à la primaire (ben oui, c’est pas les pauvres qui vont se déplacer pour çà). Bref, faut vraiment prendre Mélenchon pour un con pour lui reprocher de pas y avoir été ...

      Carlos Le 9 mars à 19:41
  •  
  • Bravo Maxime !
    Ah, si cela pouvait se produire, comme je l’ai souvent écrit sur le mur de B. Hamon, il n’en ressortirai que grandi !

    Antonio Le 9 mars à 11:44
  •  
  • Bonjour
    Bonjour
    Pour les signatures , plus de 500, je trouve particulièrement bizarre que systématiquement LO , peut avoir rapidement ses signatures, que Assélineau aussi , Cheminade......il faudra m’expliquer !?. Je pense que Mélenchon les auras, ou alors il y a comme un problème.
    Pour le reste il faut que France insoumise se bouge , car il font tout pour affaiblir Mélenchon , je parle de la pression pour voter Hamon, ou Macron, en parlant du vote utile. Vote utile pour dire que Mélenchon ne seras pas au second tour, qu’il vaut mieux voter Hamon, revote utile pour dire que face a Le Pen il vaut mieux voter Macron....de vote utile en vote utile, on ne vote plus pour des idées, un programme, son opinion, son choix. cela veut dire qu’on accepte de pas voir réaliser ses idées ? Et qu’on se fait avoir comme a chaque élection.....
    Déja que je dénonce les effets de l’électoralisme. Pour moi je vote d’abord , au premier tour,en fonction de mes idées, opinions, préférences, en premier , le reste on verra !!!

    bob Le 9 mars à 17:45
       
    • ’cela veut dire qu’on accepte de pas voir réaliser ses idées ? ’

      Oui, et tout simplement parce que votre représentant n’a pas été capable de rassembler toute la majorité derrière lui. C ’est de sa faute.

      Maintenant, ceci étant fait, vous avez le choix, soit vous choisissez le pire, en allant pas voter "Parce que ce ne sont pas vos idées" et vous ramasser le pire dans la gamelle, ainsi que tout les camarades, mais si c ’est le cas, ce n’est pas la peine de se représenter dans des manifs à critiquer le nouveau pouvoir, on va vous reprocher d’y avoir collaboré à l’avoir élu.

      Désolé d’avoir des propos aussi rudes, rien contre vous, mais je vous le dis tout simplement par humanisme.
      Cordialement

      BDPIF Le 9 mars à 18:20
    •  
    • @bdpif - à ce compte là, autant que vous alliez voter Macron...ou mieux directement Lepen, puisqu’au final, la voilà celle qui rassemble et qui est sûre d’être au 2ème tour ! Votre logique est tout à fait désarmante !

      Si l’on ne vote pas en son âme et conscience, ce qui est l’exact contraire du vote "obligé" (manifestement pour vous synonyme du vote "utile"), alors à quoi bon voter ? Mieux vaut renoncer à ce droit qui n’en a plus que le "titre" sans en avoir ni la qualité, ni la nature ! Laissez donc "ceux qui savent" faire pour le mieux... Ce qui revient à faire déjà exactement ce que vous faites à savoir renoncer à votre responsabilité de citoyen à la faveur d’un chantage complètement stupide : c’est le pire ou... Le moins pire !

      Ne vous êtes vous jamais dit que les gens aspiraient bien à aller vers le meilleur et que la seule manière de le faire était de s’adonner à un vote de conviction, d’adhésion !

      Je vous laisse à votre cercle vicieux mais j’ espère bien que la majorité choisira le vertueux...

      Carlos Le 9 mars à 19:25
    •  
    • Dans le département du Calvados, ce 10 mars, je relève 26 signatures pour N Arthaud et seulement 3 pour JL Mélenchon. Tous ces "petits" maires de droite font le bon choix : empêcher, si possible la candidature de JLM et au moins lui faire perdre quelques voix !

      Papy Georges Le 11 mars à 10:55
    •  
    • Melenchon a déjà ses signatures... Elles seront affichées, si ce n’est pas fait, à la prochaine mise à jour du compteur du conseil constitutionnel.

      Et c’est tant mieux... ça m’evitera d’aller voter blanc...

      carlos Le 11 mars à 13:29
  •  
  • Bonjour bdpif Dites moi bdpif pour qui voter ?........le meilleur candidat pour vous ?

    bob Le 9 mars à 18:33
       
    • Bonjour Bob,
      ....

      Si je vous dis qui je vais voter, ce serait faire du prosélytisme et donc vous influencer. ce serait faire de la propagande, et c ’est mal. A vous de choisir et faire au mieux.
      Voter utile !!!!

      Cordialement

      BDPIF Le 9 mars à 20:29
    •  
    • @bdpif - c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité monsieur "arrêtez de taper sur le PS" ...

      Carlos Le 9 mars à 21:33
  •  
  • M ; Coquerel, expliquez - nous donc pourquoi vous désignez des candidats FI/PG contre des élus PCF sortants au risque d’éparpiller les voix et de faire élire la droite ou pire l’extrême droite ? C’est sans doute votre manière de remercier le PCF de soutenir votre mentor JLM qui, lui-même, s’en lave les mains en s’excusant, je cite, " de ne pas pouvoir démêler 577 sacs de noeuds". (sic).Ne feignez pas de vous étonner que , dans ses conditions, des maires PCF/FDG retiennent leur signature.

    Bernard Lebrat Le 9 mars à 19:56
       
    • La FI désigne des candidats , de partout car notre porte parole Eric Coquerel , ne désigne rien du tout.

      Ce sont les groupes Fi, composés a 80 % de gens non encartés qui décident de présenter des candidats .

      Vous savez quoi Mr Lebrat, puisque nous en sommes que tous les deux je peux vous l écrire : Les nouveaux arrivants se fichent comme de leur premier Twit des candidats communistes et du presque centenaire PCF .

      Les "gens" du PG comme vous dites parfois doivent même les calmer , quoi que vous en pensiez .

      Et puis comme vous dites également ," notre mentor" , ne vous a rien demandé, rappelez vous de la déclaration de JLM , le lendemain du vote de le "base" : ils ont choisi en conscience , nous n’avons rien négocié , il feront leur campagne, nous ferons la notre " mais il a remercié pour le vote en sa faveur.

      On est loin de Mr Lebrat de la sébille que tendrait notre candidat " a vot bon cœur Mr le maire communiste ! allez quoi une p’tite signature, un ticket de métro" .

      Nous ne nous "étonnons" de rien , sauf devant l’empressent des élus communistes a donner leur signature a LO ou au NPA.

      buenaventura Le 9 mars à 21:06
  •  
  • bd pif ne répondra pas ! enfin si ! mais ce dépend de son ca ... ca .. café du matin !

    Depuis quelques mois il est passé par des phases diverses, JLM au début , quand le PC s’et prononcé pour , puis après la volte face de la "direction" ( comprenez les élus permanents) c ’ était brièvement chassagne, puis avec le vote des "militants de base " , vous savez les millions d ’hommes et de femmes qui bla bla bla bla, ca été de nouveau Méluche.

    Apres on a eu droit a la phase " ma casette ! a moi ma cassette " , comprenez le PG ,"nous "doit de l’argent depuis les présidentielles 2012 ( le nous c’est le PCF)

    Apres cette brève phase mais virulente période pcéfienne , il a changé de parti et il est devenu " Hollandiste" comprenez PS , que le PG " a critiqué et détruit pendant 5 ans ". et la FI en porterait la responsabilité devant l ’histoire rien que cela !

    Apres cet épisode , bd pif est entré dans une phase agitée ,ou de ses propos incohérents ressortait une attirance répulsion pour JLM .

    Il est donc devenu naturellement Hamoniste , et unioniste , son credo , retire toi Méluche ! , après son attirance première pour méluche ; lui demander de se "retirer " c était osé mais bon Bd pif la fait .

    Il y a quelques jours sous l influence de l’anarchiste de salon Durruti , il a eu une brève pulsion " anarcho-socialo- muniste " mais depuis hier il semblerait que le jeune Macron lui titille le bulletin de vote .

    Mais bon comme , il change d’avis souvent attendons les sondages et les premières tendances sérieuses pour le voir encore changer de champion .

    Il fera surement quelques Poutous a la fille d’Arlette avant de retourner dans le giron d Hamon ( râle) .

    Donc bob n’en attendez pas trop de Bd pif sauf une bonne tranche de rigolade.

    il finira abstentionniste a moins qu’ il ne quitte la FRANCE comme il la suggéré dans un delirium trémens déjà ancien , ah oui j oubliais , il va me traiter de "médecin soviétique" après ce post

    buenaventura Le 9 mars à 20:50
       
    • Du coup c’est grave docteur ?

      Carlos Le 9 mars à 21:36
    •  
    • Hé oui ! les communistes d’un PCF presque "centenaire", comme vous dites , affaibli sans conteste mais toujours là , ne vous en déplaise, ne sont pas des perdreaux de l’année. Ils savent que depuis 1920, beaucoup , de la droite à la gauche, veulent les effacer du paysage, selon les périodes historiques, soit en les liquidant physiquement, soit en les isolant , soit en cherchant à les phagocyter, ou à les contourner en utilisant contre eux leur attachement à l’union et au rassemblement ! Il ne fait pas de doute que les têtes pensantes du PG, et JLM lui-même, nourrissent depuis 2012 l’espoir d’occuper à la gauche du PS la place du PCF. C’est ce qui explique la création de la FI pour faire pièce à un FDG où le PCF jouait un rôle jugé par eux trop hégémonique. A présent, il reste à la FI de faire la preuve de sa capacité d’ obtenir ce résultat en gagnant les prochaines élections... contre le PCF !

      Dany Cauet Le 9 mars à 21:41
    •  
    • @dany cauet - PHI remplacer le PCF ? Je ne crois pas une seconde que ce soit le rêve des insoumis. Tout d’abord, la france insoumise est un mouvement qui rassemble autant au PCF qu’ailleurs et il n’est demandé à personne de lacher la carte de son parti... Juste de partager un diagnostic et d’adhérer à un projet synonyme d’espoir pour la France.

      De fait et par nature, ce mouvement est donc éphémère, ce qui n’aura certainement pas échappé à Mélenchon puisqu’initiateur et artisan lui-même de son "ouverture citoyenne" plus que partidaire. Les guerres de clochers, d’usage au FDG, n’auront donc probablement pas le temps de s’y installer et ce ne sont pas les échanges lapidaires de certains ici qui y changeront quoique ce soit : on se fout des etiquettes, seule compte notre conscience politique à l’heure du choix...

      Conclusion : la durée de vie du PCF n’interesse que ses adhérants, celle de PHI est déja comptée mais son intensité est seule capable de generer la rupture necessaire à l’avancée des luttes...

      carlos Le 10 mars à 00:17
  •  
  • Le PCF n’a jamais eu besoin d’interventions extérieures pour s’affaiblir. Il l’a toujours très bien fait tout seul à coups de conneries staliniennes (soutien systématique et non critique au bloc de l’Est, exclusions répétitives de militants tout au long de son histoire, fonctionnement truqué à tous les échelons, etc, etc
    Ainsi étions nous dans les années soixante dix 800 000, ainsi sont-ils 40 000 à jour de cotisations aujourd’hui ! Et c’est pas fini...On compte en France les anciens communistes non
    ré -encartés par centaines de milliers et toujours de gauche !

    René-Michel Le 9 mars à 23:47
       
    • ah ah ah
      Et à FI ? Dans ma ville ça magouille, ça exclut. Des binomes proposés lors d’Ag dont les noms ne sont pas remontés à Paris, parce que les candidats étaient cocos. Un panier de crabes sous couvert de démocratie directe.
      A part ça ? des clics, des followers..... Soyons sérieux

      florent Le 12 mars à 00:17
    •  
    • @Florent - il y a un comité politique dont les coordonnées sont sur le site JLM2017, si vous avez des choses à leur faire remonter, vous pouvez le faire directement... Voir même , demander à rencontrer ses membres si vous préférez y aller de vive voix.

      Carlos Le 12 mars à 08:51
  •  
  • sans compter les anciens électeurs passés au FN , mais bon ca faut pas le dire !

    buenaventura Le 9 mars à 23:53
       
    • Franchement @buenaventura on s’en fout un peu non ?
      Si certains communistes n’appuient pas Melenchon c’est pas la mort, il y en a d’autres qui le font ! En effet, la logique de parti trouve le plus souvent sa rationnalité en elle-même plutôt que dans les valeurs que ce dernier était censé défendre. Ça n’est pas propre au PCF ! Reste que les hommes eux détiennent les clés pour s’affranchir de ses limites en faisant le choix de la cohérence... Il faut avoir confiance en l’être humain et en son intelligence ! Être communiste ne présage pas en soit qu’on échappe à cette règle. La preuve, certains militants du parti communiste sont très actifs à PHI !

      carlos Le 10 mars à 00:46
  •  
  • D’aucuns , brûlant ce qu’il ont jadis adoré, n’hésitent pas à reprendre à leur compte et à ressasser les antiennes anticommunistes du temps de la guerre froide pour se rassurer eux-mêmes d’avoir eu raison d’abandonner le navire PCF,

    Ils font la démonstration involontaire que la FI est bel et bien un mouvement attrape-tout où se retrouvent principalement des déçus et des aigris du PS et du PC, à côté d’une jeunesse d’intellos boboïsés et "indignés" en quête d’un " trip révolutionnaire" .

    Quant à la structure "non partidaire" de la FI, elle la condamne à n’être qu’un conglomérat éphémère qui bientôt sera voué à éclater et à disparaitre , une fois la débâcle électorale consommée.

    Voilà pourquoi fondamentalement la candidature JLM n’aura été in fine qu’une brillante candidature de témoignage portée par des qui n’ont décidément rien appris de l’histoire.

    Ladislas Lucas Le 10 mars à 09:00
       
    • Vous affichez un mépris probablement à la hauteur de votre amertume... Votre cynisme et la très haute estime que vous avez de vous-même doivent finir de vous convaincre de l’absurdité de la démarche consistant à remettre en cause, de temps en temps, vos certitudes et vos vérités. C’est pourtant très sain pour l’être humain...

      J’imagine que vos motivations, elles, ont bien plus de valeurs, sur votre échelle morale, que celles de tous les sympathisants réunis de la France Insoumise... motivations que vous caricaturez en faisant montre ainsi de votre suprême intelligence et formidable capacité de synthèse.

      Mais bien évidemment que PHI est une aventure éphémère ! Ce n’est pas fait pour durer ! Il s’agit tout bonnement de réveiller la conscience politique de ceux qui préféraient l’abstention au vote et d’offrir globalement un espoir à ceux qui désespéraient de la vacuité du monde politique actuel, plus proche d’un univers comptable que celui bouillonnant des idées.

      La France Insoumise se veut être un mouvement de fonds citoyen capable en très peu de temps de mobiliser une force importante qui à terme, nous l’espérons tous (à part vous certainement) sera susceptible de générer la rupture avec les politiques inhumaines et écologiquement irresponsables menées jusqu’ici ! Une fois la vague passée, il en restera très probablement des prises de conscience... mais je ne prédis aucun succès à un parti politique qui en serait issu !

      Ce n’est pas la personnalité de Mélenchon qui rassemble, mais un diagnostic commun et un projet rendant l’espoir... Mais cet espoir est ténu et ne durera que pendant la période ou tous les citoyens, militants ou non, ont l’opportunité d’agir ensemble sur une politique qui décide depuis longtemps ce qu’il y aura dans leur assiette ou dans leur lit : La Présidentielle et son pendant les législatives ! A ce titre, les "déçus" (comme vous les appelez) des partis politiques, sans avoir à rendre leurs cartes respectives, ont compris qu’il y avait là un outil pour faire avancer leurs luttes... Les autres, eux, ont l’opportunité d’agir de façon responsable sur l’avenir de leurs enfants.

      PHI est donc une "CIRCONSTANCE", un "MOMENT"... qui ne se cristallisera très certainement pas en parti politique. Mais c’est un MOMENT FORT capable de changer la vie de tous nos concitoyens...

      carlos Le 10 mars à 10:28
    •  
    • Ladislas, être critique et se faire systématiquement traiter d’anti-communiste primaire c’est juste le signe que non seulement la machine tourne désormais complètement à vide, mais que le PC est un poulet sans tête.

      Vassiviere Le 10 mars à 16:45
    •  
    • Bravo Ladislas, je signe des deux mains.
      Les enthousiasmes de l’éphémère doivent bien faire marrer la bourgeoisie qui, elle, ne fait pas dans l’éphémère.
      Pas sûr d’ailleurs, que les apparatchiks du PG ne visent pas à créer qqchose de durable. Mais bon, pas de crainte, ils ne savent que détruire, pas construire.

      florent Le 12 mars à 00:22
  •  
  • Bonjour
    Je suis sur d’une chose , si Mèlenchon n’a pas ses 500 signatures, ce que je n’ose imaginer, je ne me déplace pas , ou vote blanc.
    Tout ces états majors, appareils au sommet , travaille pour la division, l’abstention, le vote FN, que cela soit le PCF ou le PS.
    Ras le bol des calculs et tripatouillages !
    Hamon n’auras pas mon vote au premier tour !
    je pense que beaucoup de gens réagirons comme moi.
    Quand je lis que des Robert Hue, et d’autres ex du PCF appel a voter Macron ou Hamon je suis dégouté mais cela me conforte que ces gens n’avait rien de communiste.
    Cela me conforte aussi , dans ma réforme de la politique, en profondeur, bien au delà de la sixième république.
    Faire de la politique , mais ne pas vivre de la politique !!
    Pour cela diminuer la soupe, cela attirera moins de monde.
    Car la soupe est trop bonne pour ces gens.
    Donc diminution forte du nombres d’élues, au moins un quart en moins.Cela a tout les niveaux, Parlements, sénat, régions, départements....diminutions des salaires (Quand on entends un Gérard Collomb pleurer, ou Un Dray vouloir 9000 euros !!un scandale !!!)Comment vouloir être crédible face a MLP si tout le monde en crocque ou se sert dans le pot de miel.Mandat unique, un seul mandat pas de cumul. Le scandale ce n’est pas que Fillon et consort, en profite, mais que tout le monde, tout les élues marche dans se systéme. Nous avons recréer une noumenklatura, nouvelle noblesse. Il faut y mettre fin. Nous avons en France au total plus de 600 000 élues !!!. Les USA, l’Allemagne, plus peuplés et plus grand font avec beaucoup moins d’élues. Que les responsables politique donne l’exemple, pour le reste sur la corruption, il faut que la loi soit forte et sévére, comme elle est sévére avec la petite délinquance.Pour moi ces tout le système qui est corrompue, et pas quelques élues, désigné en patûre médiatique.

    bob Le 10 mars à 09:11
       
    • Et pourquoi faudrait-il n’avoir qu’un seul mandat, si son bilan est positif et reconnu comme tel par ceux qui l’ ont donné ? Laissons donc la liberté à l’électeur de choisir de révoquer ou non le ou la titulaire dudit mandat.
      Quant au binôme homme-femme ou femme -homme, son caractère obligatoire et légal, ne signifie nullement que la parité est un gage de démocratie et d’efficience. l’intelligence et la bêtise, l’incapacité et la compétence, n’ont rien à voir avec le genre.
      Enfin si le leader maximo Mélenchon peine à obtenir ses 500 signatures ( ce qui n’est pas le cas de Nathalie Arthaud et de sa confidentielle et groupusculaire LO , un comble !), il n’a qu’a s’en prendre à lui-même et à ses partisans de la FI ( Coquerel en tête) qui jouent les gros bras en avançant le chiffre mythique des 228 000 "followers" , mais qui n’ont pas tous visiblement le même point de vue sur le caractère " éphémère" de leur mouvement attrape-tout.

      Éric Blanchot Le 10 mars à 14:52
    •  
    • @eric blanchot
      Un seul mandat, c’est la garantie d’éviter tout comportement "électoraliste", ainsi que le copinage avec les puissances de l’argent et toute dérive "corporatiste". Je ne crois pas que les électeurs auront à se plaindre de cela... Vous évoquez "la liberté de l’électeur", mais celle-ci est le plus souvent contrainte par les circonstances et les "tambouilles" de partis comme tout le monde le sait déjà très bien !

      Évidemment que le genre n’apporte rien à la qualité d’un(e) élu(e), mais la nécessité de lutter contre toutes les injustices, notamment celles qui frappent les femmes de part le rôle qu’on leur accorde, en dépit toute autres considérations que des préjugés liés à leur sexe, prévaut sur l’idée d’un immobilisme salutaire garant de la démocratie ! Car quelle démocratie est celle qui se contente de reproduire les inégalités qu’elle devrait combattre ? La loi doit alors garantir l’équité que les pratiques sociales récusent !

      Votre ton méprisant sur Mélenchon et les insoumis est totalement déplacé. Si le mouvement PHi est bien éphémère, car de par sa nature, il ne peut en être autrement, vous savez pertinemment que beaucoup de maires ont reçus des consignes pour éviter de donner leurs parrainages au candidat de la France Insoumise. Et malgré ça, il doit rester à peine 70 signatures à rassembler le 10 mars ! Je gage que celles-ci arriveront très vites pour permettre à des idées progressistes de s’exprimer et remporter des voix dans les urnes !

      carlos Le 10 mars à 17:18
  •  
  • L’évolution de l’opinion fait émerger 3 candidats de premier rang et ensuite 2 candidats de niveau 10 à 15 %.
    Pas de raison d’être optimiste pour les élections presidentielle et législatives.
    L ’exemple d’union façon portugaise mériterait d’être débattu avec sérieux.
    Eric Coquerel préfère des affirmations sans fondement sur les rapports de force. On n’est pas des gamins !

    Berthier g Le 10 mars à 13:53
       
    • L’union à la portugaise c’est celle PC/PS que nous connaissons en France depuis presque 40 ans et qui nous a mené là où on est !
      On est pas des gamins, vous êtes des amnésiques et des soutiens objectifs du capitalisme.

      René-Michel Le 10 mars à 17:42
  •  
  • Bravo à Marie-George Buffet et beaucoup d’autres communistes qui savent encore ce que lutte des classes signifie.

    Vassiviere Le 10 mars à 16:49
       
    • pas question d’alliance ,no non non ! pas d’accords, nono non !
      les communistes c’est la lutte des places

      buenaventura Le 12 mars à 01:40
    •  
    • @ buenaventura
      Les communistes, c’est la lutte des classes ?
      Parce que les Corbières, Amar, JLM, c’est quoi ? 20 ans à grenouiller dans le PS et ça donne des leçons.

      florent Le 12 mars à 21:27
  •  
  • Mélenchon :
    « Je ne suis pas révolutionnaire, mais keynésien » (17 octobre 2011 sur France Info)
    « Les investisseurs n’ont rien à craindre de mon programme », (Les Échos du 18/03/2012).

    Keynes :
    « une expérimentation raisonnée dans le cadre du système actuel »
    « du côté des riches et de la bourgeoisie instruite ».

    Julien Varlin dans son article « Retours historiques sur le réformisme antilibéral « de gauche » :
    "Ces tentatives de sortir des crises ou des marasmes capitalistes par des politiques de redistribution ont échoué partout, et ces échecs ont entraîné des reculs terribles pour le mouvement ouvrier."

    Jean-marc B, Mediapart, extrait de "Le programme économique de JLM : un désastre économique et politique" (11 mars 2017) :
    JLM, en ne voulant pas exproprier mais aménager le capitalisme, sera encore plus vite que Mitterrand soumis à la dictature du capital. Dès lors, à quoi auront servi des mois de campagne électorale réformiste de soit disant « Insoumis » ? A désespérer et exaspérer les travailleurs contre les politiciens de gauche et à jeter quelques millions de travailleurs de plus dans le bras des fascistes.

    Durruti Le 11 mars à 10:55
       
    • @durruti - Melenchon n’est ni communiste, ni d’extrême gauche effectivement. À priori, rien de nouveau donc. Si vous aviez lu le programme de la France Insoumise, vous auriez pu constater par vous même qu’il n’y est pas question de la suppression de la propriété privé notamment... Cependant, pour l’avoir parcouru, j’ai compris qu’il s’agissait de mettre de l’équité, de la justice et de la responsabilité dans une société aux règles de plus en plus inhumaines !

      carlos Le 11 mars à 13:41
    •  
    • Hello,
      ça fait 10 fois ici qu’on me dit que je n’ai pas lu le programme de JLM alors que c’est justement ce qui m’a "radicalisé" :-)
      Tout ça parce que je ne suis pas d’accord...
      Par exemple c’est sur le programme que j’ai appris le projet de recrutement de flics supplémentaires, de service militaire obligatoire, de garde nationale.
      + des trucs pas clairs : je me trompe peut-être mais je trouve que son insistance sur "le plus grand espace maritime du monde", son ode au bassin méditerranéen, avec on s’en doute une hégémonie de la France, cache une intention colonialiste.

      Durruti Le 11 mars à 14:35
    •  
    • @durruti - le projet de la France Insoumise confirme qu’il faut recruter des fonctionnaires dans tous les corps de la fonction publique pour que l’Etat puisse remplir ses devoirs à l’endroit de ses citoyens... La police ne fait pas exception, mais je doute qu’il y ait là, ni dans une garde nationale ou un service national, l’ambition réelle de nous sortir une police politique, une nouvelle gestapo ou former de sanguinaires kempetaïs !

      Si je vous faisais la reflexion, c’est parce que vous sembliez présenter l’idée que Mélenchon "pechait" du côté de l’extrême gauche alors que le programme n’a rien de la radicalité que vous défendez effectivement !!!!! Alors, à moins d’avoir mal lu programme (et ne prenez pas ça pour une attaque), pourquoi se sentir le besoin de faire cette mise au point ?????

      Quant à l’ambition colonialiste de JLM sous prétexte qu’il veut développer les activités liées à notre domaine maritime et nos rapports avec nos voisins "proches" aux quatres coins du monde (parce que oui, le territoire s’etend de l’ocean pacifique à l’ocean atlantique en passant par l’ocean indien), ben c’est un peu comme de dire que Macron est un révolutionnaire anti-colonialiste parce qu’il a communiqué sur le fait que la colonisation était un crime contre l’humanité (alors que comme agent du liberalisme colonisateur on fait pas mieux que ce technocrate financier) : l’interprétation a donc des limites quoi !

      carlos Le 11 mars à 15:54
    •  
    • A propos du nationalisme de Mélenchon, des constats à la lecture du programme de FI :

       Pas de reconnaissance du droit à l’auto détermination des DOM-TOM ....( et une tirade de JLM à la Martinique sur " la mère patrie " sic !)

       Rien sur l’impérialisme français en Afrique ! pas étonnant quand le programme de FI augmente le budget militaire , maintient la force de frappe nucléaire ...donc le filière nucléaire ( l’uranum en Afrique que nos soldats sécurisent , le retraitement à la Hague aussi..)
      Après ça on peut tenir un vague discours sur la paix tout en faisant la promotion de notre industrie d’armement dans la continuité de LE Drian/Hollande

      vent d’ouest Le 14 mars à 13:03
    •  
    • @vent d’ouest - l’absence de discours sur un sujet devrait tout au plus vous indiquer un "flou", et non une certitude sur une ambition supposée !

      De ce que j’en sais, Mélenchon est favorable à la dénucléarisation et au désarmement multilatéral. Par contre il souhaite bien le retour à une armée de conscription, avec un service militaire, car certainement plus proche du peuple que ne le serait une armée entièrement professionnelle... Autrement dit une armée qui traduirait la variété de notre "nation" et qui ne puisse plus s’avérer être un outil de répression...

      C’est ce que j’en ai compris... mais peut-être n’ai-je rien compris...

      carlos Le 14 mars à 14:36
    •  
    • Désolé !! mais la réponse à mon dernier post , c’est vraiment botter en touche sans vergogne :

      Dans le programme de FI il y a le MAINTIEN de la force de frappe nucléaire ( ce qui signifie le MAINTIEN de la filière nucléaire ...et le MAINTIEN de notre intervention militaire dans le sud-Sahara , non pas contre Daesch mais pour sécuriser les mines qui nous fournissent la matière première du nucléaire )

      D’ailleurs JLM a fait silence total à son meeting de Brest là-dessus , juste en face de la base des sous-marins nucléaires c’est pas banal !
      Ce qui explique aussi le silence total sur les menées de l’impérialisme français en Afrique !
      Continuation de notre grande industrie natuinale de vendeur d’armement !
      Pas de réponse le droit à l’auto détermination des DOM-TOM !
      Qu’en pensent nos insoumis de ces points précis du programme de JLM....????

      vent d’ouest Le 14 mars à 18:05
    •  
    • @vent d’ouest - il ne reste plus en France qu’un site destiné à produire de l’uranium de qualité militaire et il est prévu qu’il ferme en 2050...

      Quand bien même, le stock de plutonium français est l’un des plus conséquent (autours de 60 tonnes), sachant qu’il en faut 5 kgs pour produire une arme thermonucléaire, je vous laisse réfléchir sur l’utilité de mettre un pays sous tutelle à cause de son uranium en vertu de notre droit à nous défendre ! C’est bien pour nos centrales nucléaires civiles , celles qu’on veut faire disparaître à PHI, que nos militaires sont au Mali.. Et ca n’est pas tolérable !

      Je trouve que vous présumez un peu trop des intentions de JLM, et ce quitte à vous appuyer sur un raisonnement par l’absurde : puisque Mélenchon ne le dit pas, c’est qu’il pense le contraire !!!
      Ben peut être pas... Surtout quand on voit la logique du projet, il serait stupide qu’il fasse le contraire .

      Carlos Le 15 mars à 08:10
  •  
  • Jean Luc Mélenchon possède 280 000 appui à sa candidature (dont je fais parti) sur internet, mais Benoit Hamon possède 1 millions de voix à une primaire. 1 Millions de personnes qui se sont déplacés et cela n’est pas à rejeter d’un revers de la main. Si je partage l’essentielle du programme de Mélenchon ( contrairement à celui de Hamon), je ne suis pas sourd au message envoyé par le million d’électeur à cette primaire. Pour moi il s’agit de personne honnête et de bonne volonté qui veulent un vrai politique de gauche, avec des vrais personnes et de parti de gauche. Ne pas prendre cela en compte, c’est une faute politique. Mais il s’agit peut-être d’une faute voulue par certain de la France insoumise et ex du parti de gauche. Ceux qui ont cru à une nouvelle manière de faire de la politique à la FI et qui vont s’apercevoir qu’ils se retrouvent avec des parachutés qui ont déjà usé leurs guêtres dans tous les groupuscules, sans parler des couloirs de Solferino, vont être déçus dans les mois à venir. Macron, Le Pen et l’aile droite du PS ont l’avenir devant eux avec ces personnages.

    DERF Le 13 mars à 09:13
       
    • @DERF- avez vous la moindre idée du nombre de gens dans le million de vote pour Hamon qui ont été à l’urne pour punir Valls et non pour choisir le candidat PS ? Et bien moi non plus mais contrairement à vous, je ne presumerai pas de leurs motivations en y interprétant un message.
      Aujourd’hui, nous n’en sommes plus là, il y a deux programmes à gauche (au moins 1 aujourd’hui) et des candidats plus ou moins crédibles à les mettre en place. C’est aux électeurs qui se revendiquent de gauche de prendre leur responsabilité de citoyens : à savoir effectuer un vote d’adhésion et dire ce qu’ils veulent, le programme de PHI ou celui du PS ?

      Carlos Le 13 mars à 10:32
    •  
    • Réponse à Carlos.
      Tout d’abord, sur la manière, on commence son texte par une question qui sous entend une interprétation et pour dire ensuite qu’il ne faut rien interpréter. Pour la langue de bois Bravo.
      Ensuite, il n’y a pas deux programmes à Gauches, mais bien plus, il y a bien sûr celui de Hamon et Mélenchon, mais il y a également celui du PCF, du NPA ,de LO,.... .
      Ensuite bravo pour le sectarisme quand on veut culpabiliser l’électeur en disant " C’est aux électeurs qui se revendiquent de gauche de prendre leur responsabilité de citoyens". Moi je dirais que c’est au parti politique et aux dirigeants de prendre leur responsabilité.
      Avec de tel propos, le vote Jean Luc Mélenchon n’a pas fini de reculer.

      DERF Le 13 mars à 11:10
    •  
    • @DERF - Puisque vous préférez la forme au fond, laissez moi vous préciser qu’une question indique une interrogation + qu’une interprétation...
      C’est peut-être pour cela qu’on a décidé de différencier les 2 termes dans le dictionnaire.

      Dans un second temps, vous oubliez que j’y mentionne ma réponse à savoir pour ma part "je ne sais pas" et que je n’ai pas l’intention de me laisser aller pour autant à faire comme s’il y avait une réponse évidente à la question du vote à la primaire socialiste.
      Question que vous éludez dans votre propos puisque vous la présenter comme une évidence.
      j’ai donc pris l’initiative de vous rafraîchir la mémoire : vote pour Hamon ? ou vote contre Valls ?

      Sur le nombre de programme à gauche, vous avez raison ! Laissez moi vous préciser puisque c’est vrai, j’ai eu le grand tort de penser que le contexte actuel était connu de tous, que j’évoquais le nombre de programme à gauche (non d’extrême gauche) avec des candidats à la présidentielle disposant de leurs signatures...
      sinon effectivement, je devrais aussi en rajouter un que vous avez omis dans votre liste à savoir celui d’EELV (puisqu’il en ont défendu un et qu’Hamon au terme d’un accord en est devenu le gardien).

      Pour finir, je ne crois pas qu’il y ait un quelconque sectarisme dans la démarche consistant à rappeler que c’est le citoyen dans notre république qui seul dispose du droit de vote, et non le parti duquel il se sent proche ou auquel il adhère, et qu’à ce titre cela lui impose de l’utiliser en son "âme" et "conscience" et non de céder à des chantages, des magouilles organisées dans les faits à un autre niveau que le sien à savoir dans l’arrière-cuisine des partis politiques !
      Car si les partis eux pensent être "propriétaires" des voix, il convient de leur rappeler la triste réalité à savoir qu’ils ne le sont pas.

      Pour le coup, il est normal que ceux qui adhèrent à ces méthodes s’éloignent du vote Mélenchon, vous avez parfaitement raison...
      mais je doute que nous parlions de la majorité qui souhaite reprendre en main les cartes de son destin !

      carlos Le 13 mars à 11:52
  •  
  • A Carlos.
    Vous avez l’art de faire tenir des propos qui ne sont pas les leurs aux personnes qui ne pensent pas comme vous. De plus vous vous appropriez la parole des gens qui souhaite reprendre en main leur destin. Je vous trouve bien prétentieux.
    Même si les sondages ne disent pas tous, ils montrent que la dynamique pour le vote Mélenchon n’est pas là. Et pourtant il y a un bon programme avec la meilleure personne pour le représenter. Le problème est bien dans la stratégie. Un stratégie qui est centré uniquement sur la FI et non dans le rassemblement des diverses composantes de la gauche. Certains voterons Hamon, en préférant le programme de Mélenchon parce qu’il parait plus rassembleur. Et l’union fait la force et il est temps de se rassembler avec les autres forces de gauches pour faire une campagne et des candidatures communes aux législatives.

    derf Le 13 mars à 15:18
       
    • A Carlos, Pour la vérité allons jusqu’au bout, même si elle est difficile à dire et à entendre. J’aurais préférer ne pas l’écrire, mais les choses doivent se dire.

      Quand on est passé par la LCR, puis le MRC, puis MARS, puis le parti de gauche, puis être élus aux régionales en 2010 en ile de France, puis être candidats en 2012 aux législatives en Corrèze, pour se représenter en 2016 avec Bartolone aux régionales en iles de France. Les leçons. A d’autres Merci.

      derf Le 13 mars à 15:34
    •  
    • @DERF - je vous laisse à vos certitudes sur le sujet...

      Je vous répondrais plus tard, de façon détaillée, à votre autre post sur votre définition à la mode du conseil constitutionnel de ce qu’est un parti politique ...

      carlos Le 13 mars à 18:44
  •  
  • M. Coquerel ,"aspirer à "...quelque chose , c’est déjà ça ! Mais, bien sûr ça ne peut pas suffire à être présent au second tour. À 40 jours du 1er tour de l’élection présidentielle, force est de constater que non seulement "la gauche" est à la ramasse, mais encore que JLM peine à relancer sa dynamique prometteuse. Raison de plus pour lui et pour la FI de réussir la marche pour la 6e République samedi 18 mars à Paris... sans la certitude que cela pèsera vraiment dans les urnes.

    Confrontés à plusieurs candidats , et à un déluge de programmes, pour la plupart ficelés par quelques experts en économie "néoclassique" ou" néo keynesienne", mais surtout pas "marxiste" (ouh le vilain mot !) qui n’écorcheront pas vifs nos maîtres capitalistes, il n’est pas douteux que nos compatriotes en colère , mais dégoûtés de la "chose publique",s’apprêtent à rejoindre "le plus grand parti de France", celui des abstentionnistes ou du vote blanc ou nul ...À moins que le hasard , qui se moque de tous les déterminismes et déjoue les plans les mieux établis, ne vienne remobiliser les consciences citoyennes.

    Christopher Lamothe Le 13 mars à 20:38
  •  
  • Je ne voterai que "pour" désormais, donc je voterai La France Insoumise.

    Par contre même si j’attends qu’on soit au 2eme tour, je me dis que c’est trop tôt. On le saura, si on l’est surtout parce qu’il y aura beaucoup d’abstention ; au lieu d’y être avec une très forte majorité démocratique qui pousserait et aurait adopté notre façon de voir la vie et de la vivre.

    Si on est au 2ème tour, tous les corps d’Etat seront contre nous et feront tout pour nous nuire en n’appliquant pas les décisions de nos élus. Et aurons nous de gens à mettre en place pour le virer, je crains que non.

    C’est là que je dis que l’abstention nous jouera un tour, car, les fonctionnaire en place ne feront pas ce travail à surveiller et contraindre leur hiérarchie à appliquer ce que nos élus mettrons en place stricto sensu. IL ne suffit pas de gagner, nous devons absolument avoir les outils de gouvernance après.

    Sacré défi ! Mais le jeu en vaut la chandelle, c’est une absolu nécessité.

    La Renaudie Le 14 mars à 08:15
  •  
  • Quant aux PC, il n’est résolument intéressé qu’à la rentabilité financière pour exister. Ils ne cherchent des places depuis longtemps plus pour dire qu’ils existent que pour transformer le réel.

    De plus le Parti Communiste reste un parti philosophiquement idéaliste plus que matérialiste, l’idée prévaut plus que la réalité sociale, la réalité matérielle. Ils sont encore dans l’axiome du "petit sacrifice" pour le bien général, même au détriment d’un seul être humain, cela m’est absolument insupportable -ils n’ont toujours pas intégré l’exemple d’un Georges Guinguoin, par exemple, ils sont plus dans l’héritage de Marcel Paul.

    La Renaudie Le 14 mars à 08:25
  •  
  • Ce qui parait toujours très dommageable pour la démocratie et en corollaire de ce qui s’en suit pour les libertés c’est la négation de la réalité par des gens qui interprètent les votes des électeurs.

    les votes et / ou les tendances, et plus généralement ce qui agite la société.

    Aux question d évidence, ils apportent et beaucoup dans cette tribune en sont là, des réponses idéologiques qu’ ils estiment supérieures moralement ou "intelligentes"

    Sur le vote Lepen , sentence : Vote Protestataire, et bien non ! vote d adhésion et vote d’ancrage depuis 20 ans .

    Sur la percée Macron , sentence : Syndrome de l homme seul, aventurisme politique, phénomène médiatique, et bien non !
    véritable alternative au centre gauche et a un PS libéral de type anglo saxon, Mouvement des élites et des politiques de hue a Vals, base électorale en construction sur les décombres du PS et de la droite gaulliste.

    Sur La France Insoumise dont je suis un modeste artisan , sentence : Populisme , Mégalomanie, Volonté hégémonique a Gauche . Et bien non encore une fois ! : véritable mouvement de fond depuis la sortie de JLM du PS en 2008 , en seulement 4 ans , depuis 2012 , JLM avec le FDG d’abord et avec la FI en 2012 est une véritable alternative a gauche , un espoir , un programme et une vision novatrice : la transition écologique.

    Pour le reste des micro partis a la gauche de la gauche là aussi , négation de la réalité le NPA et LO continuent d être considérer par certains observateurs comme des "alliés possibles " alors qu’ ils ne sont que des scories de l histoire sociale , sectes politiques sans relais ni électeurs.

    Le PCF , dans le microcosme de la gauche " il est encore vécu par ses partisans comme encore un parti de masse populaire, mais ce n’est plus qu’ ’une image d Epinal sépia , qui égrène nostalgiquement Manufrance et les Renault 16. Projet politique délaissé par les peuples comme tous les partis communistes , depuis 1989 et ceci sur tout les continents .

    c’est cela la réalité, et les faits le prouvent , après ? et bien comme mon camarade Coquerel " j’aspire a être clairement au second tour " évidement , mais toujours sur le principe de réalité que je viens non pas de démontrer mais d’argumenter, tout a fait entre nous, je ne parierai pas un des mes bras que cela va arriver.

    L objectivité commence en politique non pas par une auto critique mais par une analyse basée sur des faits concrets .

    buenaventura Le 14 mars à 09:52
       
    • La FI , "mouvement de fond" , ou "mouvement éphémère" ? ne vous leurrez-pas trop et attendez plutôt le verdict des urnes ! Quant au " PC", attendez aussi , avant de tirer sur son ambulance : il lui reste encore de beaux restes ! Bref, il semble qu’en fait d e "réalité concréte" à nous servir, vous n’avez que de vieilles rancunes inassouvies et des illusions risibles.
      Quant à LO, savez-vous que sa candidate avait déjà ses 500 signatures que n’avait pas encore votre idole JLM ? Que dans certains départements, elle a déjà constitué ses binomes pour les élections législatives alors que ce n’est pas le cas pour la FI ?
      Alors pourquoi écraser de votre mépris souverain une organisation sans doute groupusculaire, mais dont l’engagement révolutionnaire constant vaut largement celui des partisans de JLM qui habillent leur "avenir en commun" de rouge pétant alors que leur programme n’est que du néo- keynésianisme anti libéral, mais certainement pas du socialisme et moins encore du communisme ?

      Julien Balland Le 14 mars à 22:17
  •  
  • En effet julien ce n’est pas du communisme , mais entre nous, renseignez vous le communisme ca ne marche pas !

    A moins de considérer, la fin des démocraties populaires comme un " repli stratégique idéologique" .

    Quand aux 500 signatures de LO, c’est exact et normal bien sur, les nombreux maires et élus trotskistes se sont engagés pour leur championne.

    A moins que , les élus démocrates de droite, veuillent laisser s’exprimer sans calcul politique ni arrière pensées électorales le pluralisme trotskiste .

    Quand a mes réalités concrètes , et bien , beaucoup les partagent me semble T- il , sinon l influence de votre "socialisme "bien réel" lui n’en serait pas ou il en est .

    buenaventura Le 14 mars à 23:26
       
    • Ne prenez pas pour argent comptant la haine "des partageux ". Celle qui anime ces réactionnaires qui voient rouge dès qu’il s’agit de partager les richesses et qualifient de "communisme" la moindre avancée sociale .
      Renseignez-vous à bonne source ! le communisme moderne n’a jamais existé, ni économiquement , ni socialement ( alors qu’on a trouvé effectivement la trace d’un communisme primitif dans certaines contrées de notre planète,y compris en France et en Europe, à l’époque du haut moyen-âge, avant que ne s’installe la féodalité).
      Marx et Engels eux-mêmes ne le voyaient que comme un objectif à atteindre, lointain , et un stade suprême de l’évolution des sociétés. Alors dire que le" communisme , ça ne marche pas ", c’est aller un peu vite en besogne.

      J’attire également votre attention sur le fait que les populations à l’Est d e l’Europe qui ont fait l’expérience d’un "socialisme étatique", à la manière soviétique, l’ont laissé non seulement s’effondrer sans réagir ( à l’exception peut-être, de la tentative de M. Gorbatchev en ex-URSS) , mais se transformer en un capitalisme sauvage tel que nous l’avons connu au XIXe siècle, quitte à s ’en mordre les doigts à postériori... Et sur le plan politique, les "démocraties populaires " de la deuxième moitié du XXe siècle ont été remplacées par des oligarchies corrompues , nationalistes, cléricales et souvent néo fascistes... Quel progrès !
      Pour ce qui est de LO, la bonne question à se poser, semble -t-il, est pourquoi , comme vous dites, "les nombreux maires et élus trotskystes se sont engagés pour leur championne", tandis que qu’on ne trouve pas un tel engouement du côté de JLM et sa FI ?
      Enfin, qui sont ces "beaucoup qui partagent " "vos réalités concrètes" ? Qu’ont-ils vraiment connu de ce "socialisme réel" à l’exception de ce que la propagande du "monde libre" leur en a dit ici. Comment expliquent-ils que, par exemple, de nombreux allemands de l’ex RDA , socialement déclassés et appauvris, connaissant les affres du chômage et de la privatisation de l’économie, en soient encore à regretter "le bon temps d’avant" la chute du mur d e Berlin ?

      Louis Marchand Le 15 mars à 11:44
    •  
    • Avec des militants comme BUENAVENTURA, la FI devient un véritable repoussoir. Le top du sectarisme est atteint.
      En 2012 JLM avait obtenu 4 millions de voix et , selon les sondages actuels, JLM serait autour de 3.5 millions de voix.

      Berthier G Le 15 mars à 14:48
    •  
    • @Louis Marchand - Il y a évidemment un fossé entre l’idéal et sa mise en pratique... Je serais à ce titre beaucoup moins catégorique que Buenaventura sur le communisme car c’est effectivement une belle idée en soit que celle d’empêcher l’exploitation de l’Homme par l’Homme.

      Par contre, je ne crois pas qu’une pseudo mélancolie puisse signifier autre chose que le chagrin d’une jeunesse "défunte"... En l’occurrence, en Espagne, nous avons les mêmes qui regrettent le bon temps du Caudillo. Il ne me viendrait pas à l’esprit d’imaginer une seule seconde que son régime n’était finalement pas si mal...

      Pour finir sur un point positif, dites vous bien que la France Insoumise rassemble des gens aux opinions diverses mais qui partagent un diagnostic et un projet commun. Ainsi, pendant qu’Hamon cherchait à incarner "l’unité", celle-ci était déjà effective, non grâce à un homme, mais bien autours d’un programme "solide", "travaillé" et tourné vers l’espoir... celui de PHI.

      carlos Le 15 mars à 17:19
  •  
  • " en Espagne, nous avons les mêmes qui regrettent le bon temps du Caudillo"(sic) Ah bon ? La défunte RDA serait donc comparable à l’Espagne franquiste et ceux qui ont essayé de bâtir une autre société plus juste, plus égalitaire et plus humaine dans une Allemagne réduite à zéro par le nazisme et aux avant-postes de la guerre froide, sans plan Marshall et malgré la férule soviétique ,seraient semblables à ceux qui installèrent (et bénéficièrent )d’ une dictature catholique réactionnaire et anti "rouge" sur les charniers de leurs opposants ? Il semble que certains ici s’égarent en terrain
    mal connu...
    Quant à ce que représente vraiment la FI, sans aucun doute un conglomérat anti "partidaire" de gens d’opinions diverses et de bonne volonté croyant être les seuls à vouloir construire autre chose que ce que nous connaissons et nous indigne, mais sans rompre pas avec la tradition d’une gauche française divisée idéologiquement entre réforme et révolution, fervente de rassemblements éphémères voués à l’éclatement et finalement à l’inefficacité politique. Ce constat amer avait été déjà dressé, singulièrement ,par Jaurès en 1904 ,alors qu’il bataillait pour réaliser l’unité organique , et donc "partidaire" de cette gauche ...

    Raymond Tallien Le 16 mars à 08:40
       
    • @raymond tallien - Croyez-vous vraiment que je m’égare ? Je ne suis pas en train de vous faire un cours d’Histoire, mais de rappeler ce qu’est la nature humaine, dans ce qu’elle a de plus universelle ! La mélancolie n’est pas de ces "maladies" qui choisissent plus le camp du "bien" que celui du "mal", elle frappe souvent les esprits pour leur rappeler le doux goût de leurs jeunesses perdues, quitte à adoucir leur vision globale du "paysage" d’alors...

      Sur la FI, difficile de la réduire à un "conglomérat anti- partidaire" avec nombre de sympathisants encartés au PCF, au PG, chez EELV et même au PS (si,si)... Meme si la majorité reste plutot méfiante à l’encontre de ce mode d’organisation et ne se revendique plus ni de gauche de droite (sans doute une déchéance à vos yeux de "pur"). Car si vous évoquez l’inefficacité politique de tout rassemblement ephémère alors que dire de celle des partis politiques qui ont su nous mener, grâce à leurs methodes, dans un cul de sac faut-il le rappeler... Si vous en doutez, jetez un oeil sur l’abstention et ça vous ramenera sur terre.

      Aujourd’hui, il y a bien un rassemblement à PHI, il ne durera pas c’est vrai, mais ce moment, comme toute évènement "unitaire", constitue bien le socle d’une avancée majeure des luttes pour ceux qui ont à l’esprit le bien commun... Dommage pour ceux qui en atténuent les effets en ne le comprenant pas...

      carlos Le 16 mars à 14:24
  •  
  • Ce qui est irritant et qui me pousse parfois a aller plus loin que la fraternité militante le voudrai, c’est la négation de la réalité par des gens qui pensaient et pensent toujours détenir la vérité "avant dernière".

    L histoire n’a rien appris a Raymond, a Louis , a Berthier , drapés qu’ ils sont dans leur certitudes, grattez un peu le vernis et ils nous assument des vérités " historiques " , des références , des affirmations , sur la RDA , les républiques populaires de l est allant même pour illustrer leurs propos invoquer le moyen âge.

    Ensuite viens l immanquable " vous croyez qu’ ils sont mieux maintenant" ,évidement pas un mot sur le fait que ces systèmes se sont écroulés sans bain de sang ni coup d état mais simplement parce que personne n y croyait plus ni n’a voulu lever le petit doigt pour les défendre.

    La suite et bien après ces savantes démonstrations, la phase 2 est enclenchée, a savoir qualifier leur contradicteur de l’argument final utilisé d’après les anciens militants comme étant l’invocation et la condamnation suprême , le fameux :

    Ah ! , mais toi tu es un anticommuniste primaire " !

    Fermez le banc, tout est dit ! ils s’en retournent dans leur chapelle, le cœur léger, ils ont terrassés l allié objectif de la réaction et du capital

    La FI ou qui que se soit est relégué au rang de "gadget" éphémère, toute discussion est désormais caduque.

    Continuez ! l histoire vous y encourage ; l’avenir sera radieux !

    buenaventura Le 16 mars à 16:49
  •  
  • Oui , trois fois oui, nous sommes d’accord au moins sur ce point : " Fermons le banc et tout est dit" ! mais, au fait, dit sur quoi ? l’ignorance crasse , l’affirmation mensongère , et mais oui, ! l’anticommunisme de guerre froide qu’un certain Buena...etc, se délecte visiblement à répandre ici. Avec une pareille recrue le FI et son champion ont vraiment du souci à se faire pour accéder au second tour de sélections prochaines et gouverner la France !

    R.Tallien Le 16 mars à 20:46
       
    • @raymond - la force de la FI c’est l’absence de pensée unique comme cela a dejà été dit. Ce qui rassemble c’est un diagnostic sur ce qui ronge notre société, ainsi qu’un programme profondément humain et à fortiori écologiste... mais surtout l’envie de redonner un espoir à nos "enfants" !

      Ce n’est effectivement pas une vision du communisme ou plus globalement du rôle des partis en France, mais au plus petit dénominateur commun la réponse basique à la question suivante : COMMENT LES CITOYENS PEUVENT ILS REPRENDRE LEURS DESTINS EN MAIN ? La réponse ? EN CONCEVANT LEUR AVENIR EN COMMUN ! ET LE PROGRAMME PHI NOUS Y INVITE...

      carlos Le 17 mars à 12:49
  •  
  • Tallien , ce n’est pas une réponse sur le fond , celle que vous me faites .
    Anticommunisme de guerre froide ! décidément pour vous l histoire s’est arrêtée dans les années 60.
    Je laisse tomber, vous avez gagné , je renonce , vous niez les faits historiques.

    buenaventura Le 16 mars à 23:46
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?