Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 27 mars 2017

[vidéo] Éric Fassin : « Le peuple n’est pas de droite »

Professeur de science politique à l’université Paris 8, Éric Fassin vient de publier un essai sur le populisme : voici le premier invité et le premier thème de "La Midinale" de Regards.

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Éric Fassin, Populisme : le grand ressentiment, Textuel, 11,90 euros.

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Si je comprends bien, pour Fassin, compte tenus du fait que les intérêts divergent en fonction de classes sociales distinctes, il n’y pas "un" peuple mais "des" peuples... Le principe d’unité viendrait contredire le postulat de lutte des classes, combat cher à la "Gauche" ! Donc, j’en déduis que pour lui un "populisme de gauche" ne peut pas exister...

    J’avoue que je trouve cela étrange..
    Pourquoi ? Il me vient en tête une façon de voir le peuple qui ne s’avère pas, du moins je le crois, contraire à la logique de "gauche".

    En effet, si l’on considère que le peuple s’avère être un ensemble de citoyens, exclus des prérogatives politiques par la domination d’une oligarchie arbitraire et puissante, qui tant qu’ils sont conscients d’eux-mêmes conçoivent et élèvent un Intérêt Général, alors nous ne nous situons plus simplement en soi dans un registre "droite/gauche", ce serait même une erreur en somme de regarder le "peuple" à travers ce filtre, mais nous avançons plus simplement dans le registre du combat de la démocratie contre les formes de domination !

    Le "populisme" qui découle de cette vision des choses apparaît à mon avis très différent de celui du Front National !
    Et je crois sans trop me tromper que c’est à ce "populisme" là que se réfère Jean-Luc Mélenchon et sur lequel il veut s’appuyer.

    carlos Le 27 mars à 15:21
       
    •  "pour Fassin,[...] il n’y pas "un" peuple mais "des" peuples..."
      Non. Il dit qu’il n’y a pas LE peuple mais UN peuple. Un peuple "à construire", tout comme une gauche "à construire".

       " j’en déduis que pour lui un "populisme de gauche" ne peut pas exister"
      Il critique l’idée du "populisme de gauche" où "populisme" vient en 1er et "gauche" en 2ème. Il dit qu’il faudrait plutôt "renverser la perspective" en pensant sans doute à une "gauche populiste".

       "nous ne nous situons plus simplement en soi dans un registre "droite/gauche", ce serait même une erreur en somme de regarder le "peuple" à travers ce filtre,"
      Moi je suis au contraire d’accord avec Fassin pour dire ( à l’inverse d’Alain de Benoist qu’il cite, mais aussi d’un peu tout le monde à l’heure actuelle, Mélenchon compris) que "droite/gauche c’est pas fini".
      Je trouve que dans la campagne de JLM il n’y a plus aucune référence à la gauche. Sa nouvelle affiche de campagne est sans ambiguïté là-dessus : du bleu, du blanc et quasi pas de rouge (juste le minimum pour faire penser au drapeau). Pire : sur cette affiche on ne parle plus de France Insoumise. Disparue la FI, pour laisser la place au seul nom de Jean-Luc Mélenchon en dessous du nouveau slogan « La force du peuple » qui n’est pas sans rappeler « la force tranquille » de Mitterrand. ça ne vous embête pas les insoumis d’être évacués comme ça au dernier moment ?

      Durruti Le 27 mars à 23:13
    •  
    • @durruti - réecoutez le ....

      "1" peuple : celui de ceux qui votent a gauche...
      Mais il y a un autre peuple qui lui vote Marine Lepen, un autre qui est dans l’abstention (voir des electeurs de gauche qui sombrent dans l’abstention). Pourtant, d’apres Fassin, Comme la "gauche" et la "droite" fixent le cadre, alors, alors c’est la distinction de classes qui en fixe le cadre global. Et ces distonctions doivent se retrouver illustré dans cette realité.

      la "gauche" avant le "populisme" : l’exacte mise en pratique de l’idée énoncée precedemment = à gauche, les distinctions de classe sont une evidence, comment l’articuler avec la notion precedente ? Il y a bien un peuple "pur" de gauche qui a conscience de lui-même et qui se trouve dans les classes sociales "pauvres" (a se demander ou sont ceux qui votent Lepen)... C’est à lui qu’il faut parler pour Fassin.

      Je répète que je n’y adhere pas.

      je n’ai aucun commentaire sur l’affiche de campagne... Elle ne change pas le fond...

      carlos Le 28 mars à 07:52
  •  
  • Au cas ou vous ne l auriez pas remarqué mon cher Durruti : l’élection présidentielle ,c’est l élection la plus personnalisée de toutes les élections et le pire les Français adorent cette élection.

    En outre, le président de la république, et Robespierre sait a quel point Mélenchon est républicain ! , c’est un homme qui s’adresse avant tout aux français , et pas aux partis , ni seulement a son camp.

    Donc en toute logique républicaine , mais j’ai l impression Durruti que pour vous , il n’ y a de bonne république que celle de la guerre d’Espagne , JLM en bon républicain personnalise sa candidature et s’adresse a TOUS les Français.

    L’affiche que vous lui "chicanez " et bien , elle est tout simplement naturelle et logique.

    Le rouge ? ha oui ! le sang du peuple c’est ca ? et bien vous qui n épargnez pas les communistes ( comme moi d’ailleurs) vous devriez pouvoir vous en passer n’est ce pas ? le Noir vous satisfait plus il me semble , sauf évidement pour tacler JLM.

    Pour ce qui est de la Force tranquille et bien sachez que la référence n’est pas gênante du tout , si JLM arrive a communiquer une partie de la force tranquille aux électeurs et bien cela nous conduira peut être a une présence au 2ieme tour : Je suis preneur ! pas vous ?

    Enfin , nous sentir exclus les insoumis ? Vous nous prenez souvent soit pour des groupies soit pour des gogos ,c’est plus simple que cela , c’est la première fois depuis 1988, qu’ un candidat a gauche crée de l’espoir , un populiste en somme !

    Vous savez , ce que les intellos appellent des populistes ce sont tout simplement des gens qui ne veulent plus avaler les couleuvres des biens pensants qu’ ils soient de droite ou de gauche.

    buenaventura Le 28 mars à 00:32
       
    • Le portrait de JLM avec son nom en dessous, c’était évident mais je pensais (naïvement) que le slogan serait "La France Insoumise".

      Durruti Le 28 mars à 08:42
    •  
    • "vous qui n épargnez pas les communistes"
      Je me sens proche des libertaires (ou anarchistes comme on veut), et je suis communiste.

      Durruti Le 28 mars à 08:50
  •  
  • C’est intéressant cette histoire de gauche, ce concept.. mais..
    Le problème c’est que dans ce monde, en l’état, seule une masse énorme de gens contestataires qui se lèvent et descendent dans la rue pourra faire changer quelque chose, et il faut donc accepter que parmi cette masse de personnes il n’y ait pas que de brillants adeptes de la "french théorie", que parmi cette foule on puisse avoir affaire à des des abrutis, des intelligents, des gentilles personnes, de sombres connards… bref une foule vivante et donc bigarrée.
    Il me semble que l’intransigeance morale dont Mr Fassin se réclame soit très inoffensive, que ce ne soit pas cette option qui mènerait de sitôt à un changement de type révolutionnaire,

    Quand le parti communiste était un grand parti de changement, il y avait dans cette organisation des brillants intellectuels, des ouvriers sidérurgistes, des travailleurs agricoles, des artistes, des gens ouverts d’esprit, d’autres absolument obtus et brutaux mais c’était un mouvement dynamique et de MASSE.
    Qu’est ce qui peut faire réfléchir les classes dirigeantes à part l’intimidation par le rapport de force ?
    L’argumentation subtile ou l’extrémisme ultra violent.. ça fait longtemps que les classes dominantes s’en nourrissent, et l’utilisent avec ruse et force, en période de crise surtout. Relire à ce sujet le texte de Victor Serge sur le travail de la police dans les mouvements révolutionnaires.

    On peut aussi se pencher sur des questions conceptuelles telles que ; quel chien choisir comme animal de compagnie quand on est de gauche ?
    Un berger allemand ou un golden retriever ???

    Une certaine gauche a fait son temps il me semble.

    Arouna Le 29 mars à 12:29
       
    • @Durutti - Sur l’affiche de campagne.
      Vous ne semblez pas bien comprendre la chose : les militants de la FI n’ont justement pas l’esprit de chapelle, c’est ce qui les distingue des partis et du militantisme traditionnels. La FI est une force politique nouvelle en construction qui accueille la double appartenance ou la non-appartenance, ce n’est pas un "cadre" contraignant mais un soulèvement contre les conditions de vie qui sont imposées par le capitalisme financiarisé aux 99%.

      Quant à l’absence présumée du mot "capitalisme" dans le programme L’Avenir en commun, programme unificateur (et toujours perfectible) de la FI, je vous invite à le lire de plus près :
      p. 45 : "Le règne de l’oligarchie est aussi celui du pillage sans limite ni honte des biens publics. Infrastructures, services publics, fleurons industriels ou technologiques, industries de souveraineté : combien de privatisations à vil prix, de partenariats abusifs, d’argent confisqué, voire détourné ? L’intérêt général doit être défendu et protégé de ses adversaires par la loi et la justice."

      p. 47 : "La bifurcation écologique et la révolution numérique imposent des investissements massifs pour changer les modes de production, d’échange et de consommation. Ce serait un levier formidable pour créer des emplois de qualité et vivre mieux, alors que le chômage atteint un niveau sans précédent. Nicolas Sarkozy et François Hollande ont créé un chômeur de plus toutes les deux minutes depuis dix ans. L’appareil de production français souffre de sous-investissement malgré les milliards d’euros offerts au Médef. Et les infrastructures publiques, tel le réseau ferré, sont abandonnées en silence. Un plan de relance massif est vital à brève échéance."

      p. 48 :"La finance a mis par terre l’économie réelle en 2008. Elle devait être « l’adversaire » du président sortant. Elle ne s’est jamais aussi bien portée et les revenus des actionnaires n’ont jamais été aussi élevés en France. Notre pays a le record d’Europe du versement de dividendes ! De nouvelles bulles se forment et menacent d’une déflagration encore plus terrible. Il est plus que temps d’agir !" etc. etc.

      Le "mot" n’y est peut-être pas (il me semble qu’on peut être communiste, dans ou hors du PCF, sans être fétichiste ?), mais toutes les mesures proposées sont des mesures de lutte propres à faire reculer l’emprise du capitalisme sur tous les aspects de la vie sociale.

      Autrement Le 30 mars à 11:32
    •  
    •   Le "mot" n’y est peut-être pas (il me semble qu’on peut être communiste, dans ou hors du PCF, sans être fétichiste ?)
      Dire le mot capitalisme, c’est tout simplement nommer l’ennemi. Pour vous c’est du fétichisme. No comment...

        faire reculer l’emprise du capitalisme sur tous les aspects de la vie sociale.
      Désolé de vous amener à utiliser ce mot fétiche. Vous croyez vraiment qu’on peut faire reculer le capitalisme ? Un capitalisme soft c’est ça ? " Vous ne semblez pas bien comprendre la chose ..."

      Durruti Le 30 mars à 21:34
    •  
    • @ Durruti

      " Mal nommé les choses, c’est ajouté du malheur au monde " Albert Camus

      A mal nommé les choses, on s’interdit de les appréhender, de les comprendre correctement. Dire capitalisme sans dire de quel capitalisme on parle, c’est s’interdire de le penser correctement. Car depuis sa naissance le capitalisme a évolué et s’est transformé. Le capitalisme mondialisé et financiarisé est différent du capitalisme Fordien que nous avons connu précédemment, on ne peut pas les appréhender de la même manière

      A titre d’exemple , dans le capitalisme Fordien, les capitalistes qui fabriquaient des voitures, s’ils voulaient les vendre , ils devaient verser à leurs salariés des salaires suffisants.

      Dans le cadre du capitalisme mondialisé et financiarisé, il n’est plus besoin de produire quoi que soit pour accumuler du capital, il suffit de spéculer dans le grand casino mondial qu’est la " sphère financière ". Et dans le cas où on produit, si on ne peut pas le vendre sur place parce que on a comprimé ou réduit les salaires auparavant, on l’exporte vers une demande solvable.

      Ces deux formes de capitalisme ne posent les mêmes problèmes et donc, n’appellent pas les mêmes solutions

      GG Le 31 mars à 13:51
  •  
  • @Durutti
    Je m’atendais à mieux...
    Alors la lutte anti-capitaliste, le début d’un processus conscient et organisé pour sortir du capitalisme, c’est du capitalisme soft ? Il ne suffit justement pas de "nommer" l’ennemi pour le faire reculer, c’est pourquoi je n’avais même pas pris la peine de chercher "le mot" de façon exhaustive dans notre programme : il y faut du substantiel, et le substantiel y est. Merci pour les luttes, merci pour la dialectique, et bon vent à vos sophismes !

    Autrement Le 30 mars à 22:48
  •  
  • Bonjour
    D’accord pour dire qu’il y a beaucoup de confusion dans l’utilisation de certains mots et concepts( peuple, populaire, gauche, populisme...), et le mot classe étant souvent oublier.....
    C’est souvent des mots et concept fourre tout.
    Il me semble avoir entendu parler qu’un auteur Us a écrit que les pauvres votent a droite , aussi , justifiant le vote Trump ou MLP.
    Pour moi , tout cela reste a relativiser , et je donne raison a Mr Fassin sur le fait majeur, que les catégorie populaires dans la grande majorité s’abstiennent de voter (70% parfois) . dans les Banlieues, ou dans les catégories sociales, ouvrières, les gens ne votent pas, et parfois ne sont pas inscrit.
    La aussi , je me souviens d’une comparaison un peu mécaniste faites dans les années 80/90, il me semble, ou "Libération", ou un autre journal, peut importe, calquer mécaniquement le vote FN,, et le Vote PCF, dans les banlieues. Regarder..... , c’est les mêmes qui vote FN et qui voter PC !. Oubliant le taux d’abstention , trés fort.Oubliant que , déja à l’époque 30% de ouvriers voté a droite, et que sans doute une partie de l’électorat de droite , a glissé vers le FN....
    Bon, a notre époque , 2017, les paramètres , on encore changé, les banlieues ne sont plus ouvrières, le vote de la France périphérique, est en prendre en compte ......
    Donc, il a peut être raison sur ce fait, comment convaincre les abstentionniste a voter et bien.

    bob Le 2 avril à 15:09
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?