Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 26 mai 2014

Européennes 2014 : La déception du Front de gauche

Alors que des formations analogues progressent ailleurs en Europe, le surplace électoral du FdG et sa difficulté à répondre aux aspirations de ceux qui devraient se reconnaître en lui démontrent la nécessité de nouvelles réponses de sa part.

Vos réactions (85)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Les élections européennes de 2009 avaient constitué le baptême du feu pour le Front de gauche. Responsables et militants attendaient beaucoup de la nouvelle consultation, après les péripéties délicates des municipales. La déception a été au rendez-vous.

Alors que le FN et le Front de gauche (FDG) étaient au coude-à-coude en 2009, le parti frontiste a connu l’envolée que l’on sait, tandis que la gauche de gauche fait du surplace. Le FDG fait à peine un peu mieux qu’en 2009, ce qui ne l’empêche pas de perdre le siège de Jacky Hénin, l’ancien maire de Calais, dans le grand Nord-Ouest.

L’évolution est à peu près la même dans les différentes régions (voir nos tableaux récapitulatifs). Le FDG enregistre ses plus fortes progressions dans l’Est et l’Ouest (+1,35% et +0,61%) et fléchit légèrement dans le Massif-Central-Centre et dans le Nord-Ouest. Du point de vue régional, il progresse assez sensiblement dans des territoires d’implantation modeste (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Poitou-Charentes) et fléchit dans des zones d’implantation un peu plus dense (Centre, Corse, Limousin, Nord-Pas-de-Calais).

Les promesses perdues de 2012

Le constat est un peu plus amer si l’on élargit le regard. En 2009, le FDG et l’extrême gauche avaient fait jeu égal, ce qui portait les scores de la gauche "radicale" un peu au-dessus de 12%. En 2014, le FDG et l’extrême gauche ne dépassent pas les 8 % sur le territoire métropolitain. Sans doute faut-il tenir compte du score inattendu de Nouvelle donne, la petite formation née récemment d’une dissidence de gauche du PS. En attirant une frange de l’électorat écologiste et socialiste, le nouveau mouvement s’est fait sa place. Mais, globalement, l’extrême gauche s’est effondrée, sans que le FDG n’en récupère la part d’influence. L’achèvement définitif de la parenthèse NPA, ouverte en 2008, ne bénéficie pas au FDG. Et la gauche de gauche, si l’on y ajoute les 3% de Nouvelle Donne, plafonne autour des 11%.

Alors que, dans de nombreux pays européens, la gauche d’alternative progresse et marque la politique de son empreinte, l’espace français de la radicalité piétine. La dynamique présidentielle avait montré à la fois les potentialités du FDG et qu’il était encore loin d’atteindre le niveau nécessaire pour changer la donne. Au printemps 2012, avec la belle campagne de Jean-Luc Mélenchon, la gauche de gauche était restée dans les eaux du scrutin présidentiel précédent. Mais la concentration des votes sur le candidat présenté par le FDG donnait à l’esprit d’alternative une force et une visibilité que la dispersion antérieure corsetait.

Les élections suivantes n’ont pas confirmé ces promesses. Lors des législatives, où la grande masse des candidatures venaient des rangs du PCF, le FDG est resté au niveau du seul PCF. Quant aux municipales de 2014, elles n’ont pas été bonnes pour un Front qui manqua, tout à la fois, de visibilité et de lisibilité. Les européennes sont ainsi une nouvelle pilule amère.

La terrible cohérence du FN

La droitisation accentuée du PS crée du mécontentement et de la colère : ils se sont exprimés ce 25 mai. Mais elle nourrit davantage le ressentiment que la combativité. Or le ressentiment nourrit le retrait civique des catégories populaires (l’abstention) ou la recherche de voies courtes dont les droites autoritaires et xénophobes sont si friandes.

On ajoutera une hypothèse. Le léger regain de la participation entre 2009 et 2014 et les données de sondage disponibles suggèrent que les enjeux européens ont été déterminants dans le choix des électeurs. Le FN a fait son miel de cette situation, son discours d’exclusion se trouvant en cohérence parfaite avec un discours pseudo-patriotique qui, classiquement, renvoie à l’extérieur et donc à "l’Autre" les racines de tous nos maux. Souverainiste, xénophobe, antieuropéen : il y a là une cohérence ; terrible, mais c’est une cohérence. La même situation peut nourrir, à gauche, l’idée d’une Union européenne intrinsèquement perverse, dont le libéralisme et le technocratisme massifs sont indépassables.

Or, si la préférence nationale apparaît comme une solution immédiate dans une logique d’exclusion, le repli sur le national ne bénéficie pas du même effet d’entraînement à gauche. Pour une raison très simple : à plusieurs reprises, depuis 1981, la possibilité a été ouverte d’un État national reprenant la main pour contrer les puissances de la finance et de la "gouvernance". Or les occasions n’ont pas été saisies et nul, en France, n’a pu empêcher les dérives des politiques publiques, de droite comme de gauche. Alors que la critique exacerbée de l’Europe en elle-même nourrit la tentation FN, elle nourrit le sentiment de fatalité à gauche, et donc le retrait civique. Le Front de gauche, a-t-il su saisir les opportunités nouvelles de cette élection-là, où l’alternative pouvait prendre pour la première fois une texture européenne, avec le Parti de la Gauche européenne et la figure attractive d’Alexis Tsipras ? C’est à voir.

Relance démocratique

La galaxie du Front de gauche doit se convaincre en tout cas que le virage social-libéral du pouvoir, confirmé par Manuel Valls le soir même du résultat, ne conduit pas mécaniquement au renforcement d’une gauche bien à gauche. Si la colère ne s’adosse pas à la perception d’une alternative tout aussi possible que nécessaire, la voie est ouverte à l’amertume et au ressentiment, et d’abord dans les catégories populaires délaissées et méprisées.

Mais la formulation d’une alternative suppose que des choses bougent dans l’espace du Front de gauche. Certainement pas dans le sens de sa dissolution ou même de son édulcoration. Si une ou l’autre des composantes du Front était mise à l’écart, ce serait une perte mortelle pour le mouvement tout entier. Conserver et élargir : c’est l’alpha ; ce n’est pas pour autant l’oméga de toute bonne politique. Car il n’est pas possible, non plus, de se cacher que le Front de gauche n’est pour l’instant qu’au milieu du gué. Il est né de l’initiative de deux organisations, l’une inscrite depuis longtemps dans l’histoire (le PCF), l’autre bénéficiant d’abord d’une longue expérience du combat au sein de la tradition socialiste (le PG). Depuis 2008, d’autres composantes se sont agrégées au duo fondateur. Mais leur présence n’a pas annulé la prégnance du tête-à-tête originel. Or, quand un mouvement dépend d’un tête-à-tête, il se trouve soumis au risque de voir le tête-à-tête tourner au face-à-face.

Quand bien même d’autres forces continueraient à s’agréger au Front déjà constitué (comme cela s’est déjà fait), on serait encore loin du compte. Car un cartel de partis ou de quasi-partis ne peut suffire à répondre aux exigences nouvelles d’une implication citoyenne. Toutes les organisations n’ont pas la même fonction, syndicats, associations ou partis et toutes ne peuvent donc pas se confondre. Il n’en reste pas moins que ceux qui agissent dans ces organisations aspirent à participer à la délibération, au choix et à l’action politique, sans que cela passe nécessairement par le prisme des partis. Concilier l’existence des partis et le désir d’implication directe, articuler le social et le politique sans subordonner l’un à l’autre (ou l’autre à l’un), trouver des manières modernes de relier l’affirmation de l’individu et le besoin de collectifs transformés : le Front de gauche n’aura demain d’utilité véritable que s’il apporte, à ces besoins, une réponse convaincante et neuve.

Esprit de refondation

La novation est l’enjeu. Il n’est pas possible que la capacité d’innover soit attribuée aux évolutions dangereuses des nouvelles générations Le Pen, ou aux impasses sociales-libérales en tous genres. En cultivant l’habitude de dénoncer avant tout le reniement d’une partie de la gauche, ne court-on pas le risque de laisser entendre qu’on se contenterait d’un retour en arrière ? Or ce n’est pas en retournant au communisme ou au républicanisme d’hier que l’on mettra la gauche de gauche sur les rails. Ce n’est pas en retournant vers on ne sait quel "thorezisme national" fixé sur la souveraineté, que l’on avancera dans les articulations nécessaires et mouvantes des combats nationaux et supranationaux.

La force du FN tient aussi à ce qu’il développe un récit sur la France. La gauche avait autrefois des grands récits, qui exprimaient une certaine modernité. Elle doit parler, sans repliement, de la France telle qu’elle est, et d’une France au cœur du monde tel qu’il est et doit être. Elle doit exprimer, dans les termes d’aujourd’hui, l’exigence de dignité du peuple tel qu’il est, celui d’aujourd’hui et pas celui d’hier, d’un peuple plus divers, plus foisonnant, plus métissé que jamais. Tout cela n’est pas encore pleinement constitué ; cela se travaille donc.

On a souvent dit, ici, que l’immobilisme était le contraire de la fidélité. Il y a déjà bien longtemps, j’ai pris l’habitude d’opposer, à l’immobilisme et au renoncement, l’esprit de refondation. Je conserve mon affection pour ce terme.

Portfolio

La gauche en 2009 et 2014 dans les circonscriptions européennes (...)
Vos réactions (85)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Si une ou l’autre des composantes du Front était mise à l’écart, ce serait une perte mortelle pour le mouvement tout entier. "

    C’est là que je ne suis pas d’accord. Le PCF est un vieux parti dont il faut se débarrasser pour pouvoir avancer. Le PCF a une fois pour toutes montré ces limites. Là où la gauche fait du progrès un Europe, c’est typiquement avec des nouveaux partis, pas avec des vieux partis. La raison est assez simple : une fois devenu vieux, un parti devient sectaire et incapable de répondre aux attentes de la société.

    On a besoin de plus de cohérence et unité au FdG, sinon ça ne va jamais servir à quelque chose. Il faut en finir avec la logique postmoderniste qui ne profite qu’au FN. Les selfies, les images de ce qu’on mange, Facebook, toutes ces choses doivent être mise en perspective par la gauche pour réintroduire la perspective structurelle dans la société. Il faut montrer à quel point la société actuelle est insoutenable et en décalage avec la réalité. Il faut en finir avec la culture nombriliste. Ca ne se fait pas avec un FdG qui n’ose pas tirer les concluions nécessaires : si le FdG n’arrive pas à se mettre en perspective et en contact avec la réalité, comment le FdG peut influencer la société dans le bon sens et vice versa, comment avoir une bonne dynamique avec la société ?

    Le FdG ne va jamais servir à quoi que ce soit tant qu’il reste comme une espèce d’assemblage postmoderniste déconnecté de la réalité. Bon, il pourrait servir comme une blague comme il est maintenant, mais ce n’est pas sérieux.

    Michel E. Le 27 mai 2014 à 09:24
       
    • L’anti-communisne venant de la droite, du PS et de ses transfuges au PG, ce n’est pas nouveau... Tu en fais partie, pas étonnant... tu comptes faire comment pour éliminer les communistes ? Et s’il fallait se débarrasser des transfuges du PS qui ont voté comme ton cher Mélenchon euro convaincu (ce dinosaure) pour le traité de Maastricht et la barrière schengen, que le PCF et l’extrême gauche ont eux combattu à l’époque...Merci le PS de Mélenchon et ses transfuges ! Bon tu vois bien que ce qu’il nous faut surtout aujourd’hui c’est de trouver le chemin de l’unité, il n’y a pas le choix, pas celui de la division...

      fernandez Le 28 mai 2014 à 09:13
    •  
    • @fernandez Apparemment tu n’as pas lu mes commentaires ici. pour citer :

      "je veux quand même essayer de résister aux tendances sectaires qu’on voit dans le FdG (pour preuve, j’ai été exclu du champs des commentaires sur le blog de Mélenchon, où je ne vais donc plus, pour mes points de vue "trop critiques", soi-disant "anti-communistes", alors que je suis anti-PCF parce que je suis communiste)."

      "Pour Titus et Au-delà des bords.
      Comme moi je vois les choses, ces exclusions sur le blog de Mélenchon reflètent quelque chose qui ne va pas au FdG, une tendance sectaire, et je pense que la source principale de cette tendance est le PCF. C’est comme si tout le FdG était l’otage du PCF, comme si le FdG avec le PCF était une sorte de clan mafieux, avec le PCF comme parrain. Et ce n’est pas que le PG qui semble avoir peur de changer le fonctionnement du FdG, cela semble aussi être le cas d’Ensemble qui préfère mettre le PG et le PCF dos-à-dos au lieu de prôner un front de gauche sans le vieux PCF.
      Mélenchon n’est peut-être pas si nouveau que ça dans son fonctionnement, mais il est complété par des autres, le PG est après tout un nouveau parti avec une dynamique qu’on ne peut pas dire que le PCF a. C’est plutôt le PCF qui a des effets négatifs sur tout le FdG (au niveau de culture, mentalité, etc.)."

      "la cohérence et l’unité dont la gauche a besoin n’est pas possible avec le PCF.
      En Grèce Syriza ne fait pas alliance avec le PC, et voyez ce que ça donne : suffisamment de cohérence et d’unité, d’où traduction dans les urnes."

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 11:16
    •  
    • l’exemple de tsyriza, est particulièrement mal choisi Michel, le KKE n’a pas grand chose à voir avec le PCF, quand a Alexis il fait assez bon ménage avec Pierre Laurent.
      Ensemble ne doit sans doute pas être complètement stupide, s’il ne veut pas rompre avec le PCF, il est probable que ce soit compte tenu du Fait que le PCF, représente 75% du FDG, en terme de militants au moins, etc.etc.
      En rectification aux assertions de Martelli, et les tiennes aussi :sur109Villes de plus de 3500 Habitants, les listes conduite par le PCF(avec parfois le PS, inclu) =44.12%
      les 43 ou le PG conduisait des listes FDG = 8.16%
      Enfin les 107 villes ou le PG conduisait des listes sans le PCF(voir contre) = 6.43 %..

      A ton avis quel message est ressenti comme le plus brouillé.

      Allez vous un jour comprendre que pour le peuple le PS est et reste un parti de gauche, même malgré Hollande.
      Et que quand le Titanic PS coule, nous coulons avec car nous sommes sur le même bateau.
      C’est ce qu’il y a eu, de plus criant dimanche !
      Le score en pourcentage du FN est inférieur en voix à 2012, il n’a pas progressé, en dépit du Battage et des ponts d’or médiatiques...
      C’est nous qui reculons, c’est à nous que parlent les électeurs de gauche ***
      **clairement ils ne sont pas aller voter pour la droite**

      Jean-Pierre GUILLET Le 28 mai 2014 à 15:42
    •  
    • Faire ’la’ Politique ce n’est pas "faire de la politique", comme agir sur la réalité quotidienne n’est pas discuter à perte de vue sur qui décide de la réalité. Agir n’est certes pas synonyme de pouvoir, mais infiniment plus efficace.
      C’est ce qu’a oublier le FDG, multiplier les têtes à têtes et même les quatre coins ce n’est pas agir sur la réalité, mais simplement participer au microcosme politicard qui a balisé la route du FN -FdG y compris !-.

      Si l’on veut reconstruire une Gauche (qu’il ne faudra certainement pas désigner par le mot, aujourd’hui dévoyé aux oreilles de la population, "GAUCHE"). Il faut retrousser ses manches et être partout avec les citoyens qui agissent peut-être pas selon la doxa socialo-communiste, mais agissent concrètement en opposition avec l’idéologie capitaliste libérale.

      Un parti politique ne sert à imposer ses idées (ça c’est le stalinisme !) un parti politique sert à concrétiser les actes politiques de la vie quotidienne... Jusqu’à ce qu’ils deviennent des "actes communs à une majorité.

      Guy Meunier - GHEM Le 28 mai 2014 à 19:25
    •  
    • @ Jean-Pierre GUILLET :
      Le PCF n’est pas le PC grec, c’est vrai, mais la gauche s’en sort mieux en Grèce qu’en France. Alors que le PC grec arrive quand même à attirer pas mal de gens grâce à un profil plus clair que celui du PCF, le PCF est devenu tellement ambigu, après 35 ans de tapinage pour le PS, que quasiment personne n’est prêt à voter pour eux aux élections nationales. Reste que le fonctionnement du PCF est très marqué, c’est celui d’un vieux parti, et c’est pour ça que je crois qu’on a besoin que quelque chose de similaire à ce qui s’est passé avec le PC grec, se passe avec le PCF.

      Quant au regard de Syriza sur le PCF, je veux bien citer un commentaire d’Armand sur un autre article (http://www.regards.fr/web/europeennes-ni-seisme-ni-surprise,7758) :

      "Lors d’un débat organisé par « Médiapart », le 25/5/14,
      Stathis Kouvelakis, Maître de conférence en philosophie politique et membre de Syriza a été interrogé sur son analyse de la défaite du FdG aux Européenne. Pour lui, la manque de popularité du FdG provient de sa position floue vis-à-vis la social-démocratie (Ce flou a été accentué lors des élections municipale où une partie de ce mouvement s’est ralliée carrément avec le PS, et d’autres qui hésitaient, situations variables et cas par cas, votes au PS au deuxième tour, etc.). Cette ambiguïté et manque de cohérence s’est interprété par les électeurs comme de la magouille ou de double langage. Tout au contraire, le syriza a rejeté sans détours, toute alliance avec les sociaux-libéraux en Grèce.
      Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse. Il n’est pas difficile de deviner qui est le responsable principale de l’ambigüité dont Kouvelakis évoque, dans le cas du Front de Gauche.
      Combien temps prendra donc pour les dirigeants du FdG de comprendre que tant que le PCF imposera ses politiques basée sur des calculs d’épicier (traduites en listes commune avec les acteurs de l’austérité mais des discours anti-austérité) , tant que l’adhésion directe au FdG n’est pas mise en place, le FdG poursuivra son déclin ?"

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 20:35
    •  
    • @Michel E. Par ailleurs peut être aura tu ou non remarqué, que la France n’est pas non plus la Grèce, que cette dernière, n’est en rien construite sur le même modèle.
      ET que bien évidemment les problèmes s’y posent différemment.
      La Comparaison demeure inapproprié, ce qui ne rend pas ridicule le Souhait d’un développement similaire de la politique politicienne....Mais ce n’est qu’un souhait d’une part, et s’il faut en passer par le même stade de chômage/Pauvreté, je doute que l’électorat Français ne se fasse une raison. Je suis dans la merde mais moins que mon voisin alors je préfère MA merde, c’est classique.
      L’un des soucis entre nous, c’est l’idéal...que nous n’avons pas mesuré au moment ou nous travaillions, avec JLM et MD.
      Le FDG n’est pas porté par un idéal, mais par un situationnisme. Comme aurait dit le Tonton de JLM, "ici et maintenant", cela met non pas en situation de conquêtes, mais bel et bien en situation de suivisme, et entraine la course à l’échalote, dont tu , comme les autres fait preuve.
      Involontairement (et en majorité par ignorance du dit) vous vous faites les autres descendants du Poujadisme.
      Les autres descendant le sont eux en ligne direct, puisque JMLP, fut avec l’Abbé Pierre élu sur les listes de P.Poujade.
      Vous validez globalement le "tous pourris", avec vos histoires ridicules d’élus révocables...
      ET sans vous en rendre compte, méprisez les électeurs, mais ceux ci sont au moins au même niveau intellectuel que vous, les amis...
      Les délires de Cohérence, ça n’est qu’à usage interne, les Stratégie improvisées sur un coin de bistrot, Itou.
      Les Électeurs sont EUX au contraire extrêmement clair, ils VOUS, et aux autres aussi, délivré un message on ne peut plus clair : "On veut que la gauche se rassemble pour faire une politique de gauche".
      S’ils avaient voulu dire autre chose, ils ne se seraient pas qu’abstenu, ils auraient voté à droite.
      Le FDG ne capitalisera pas sur le recul du PS, il suivra ce recul.
      Nous sommes retombé au même niveau que 2009, la 1ère élection du FDG, ce qui veut dire que toute la dynamique qui avait suivi a été balayé, ça ne vous suffit pas comme avertissement ??

      Jean-Pierre GUILLET Le 31 mai 2014 à 09:59
    •  
    • @ Jean-Pierre GUILLET Je ne suis pas d’accord. Je pense qu’en France être de gauche c’est de se positionner contre l’UE et le PS, comme j’ai développé dans un autre commentaire ici (plus bas, le 31 mai à 09:32).

      Michel E. Le 31 mai 2014 à 10:42
    •  
    • Michel, tu n’es pas d’accord et tu pense...OK.
      Toutefois ce n’est que ton point de vue personnel.
      être de gauche pour moi et pas mal d’autre cela n’a strictement rien à voir avec l’Europe.
      C’est d’abord une question de Valeurs, et de volonté de transformation de la société.
      L’Europe elle, c’est l’un des aspects de la scène du crime.
      Mais celui ci n’est pas spécifique à celle là !
      Donc qu’on le veuille ou non nous sommes dans l’Europe et engagés dans l’Europe, contre le capital et la finance et nous y trouverons peut être plus facilement des alliés fiables qu’en France.

      Toutefois il y a des graves obstacles à renverser, ce sont au moins les traités de Maastrish et Lisbonne(ex TCE).
      Et nous savons sur qui nous ne pouvons surtout pas compter, dans le rapport de forces actuel.

      Jean-Pierre GUILLET Le 2 juin 2014 à 11:45
  •  
  • Dans ma petite commune, aux municipales, la liste Front de Gauche a obtenu 17%. 50 jours après, la liste Front de gauche obtient 6%. Et 4 fois moins de vote ! Pourquoi ?

    Sur le marché, le jour du scrutin, je rencontre un des votants FdG à cette élection municipale, il me dit qu’il n’ira pas voter pour l’élection européenne, je le pousse à aller voter, j’argumente, et il me répond, "non, c’est l’Europe, je suis contre l’Europe, il n’y a rien à y gagner pour un salarié ou un retraité, donc je ne vais pas voter !"

    Au lieu de s’abstenir, un autre aurait pu, tout aussi bien, voter FN !

    Autre remarque : dans mon bureau de vote les scrutateurs ont vu une chose rare dans ma commune. De nombreux électeurs sont venu voter ce dimanche, avec des cartes d’électeur vierges de tampon, ils n’avaient participé, ni aux élections présidentielles en 2012, ni aux législatives qui ont suivis, ni à la municipales en 2014 ! Ceci prouve la puissance sur eux, des arguments FN diffusés par les télé ... (car il n’y a eu aucune affiche FN, ni aucun tract, dans ma circonscription). Pour finir, ce dimanche, le FN a fait 37,24% des exprimés dans ma commune, une zone rurale (sans agriculteur), une commune dortoir à 30km d’une grande ville ! (autre précision : d’une élection à l’autre, depuis 20 ans, dans ma commune, le vote FN oscille entre environ 7% et 37% !).

    Je vois là toute l’insuffisance, toute la faiblesse, tous les manques de notre argumentation pour rallier des consciences, des électeurs, vers une opposition de gauche unie !

    Le FN a repris presque tous les arguments FdG et a ajouté ceux de l’opposition frontale et totale à l’Europe et à l’Euro, et aussi au monde extérieur (sans indiquer comment il appliquerait son programme en cas de victoire) ! Pour beaucoup, cela était très convaincant car cela correspondait à leur sentiment profond, ("Depuis l’Euro et l’Europe, tout va mal pour moi !") !

    Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 09:51
  •  
  • Cher Pierre Magne,
    j’aime beaucoup votre commentaire auquel je souscris pleinement (même si je ne suis pas adhérent FdG mais ND).
    Je dois avouer que j’ai eu le même sentiment sur le terrain durant la campagne : le FN n’avait pas besoin d’argumenter pour engranger des voix.
    Il faut dire que j’ai été assez déçu par le FdG (dont je me sentais pourtant proche depuis la création en 2009) qui donne l’impression de s’opposer systématiquement à tout et à tout le monde en permanence, laissant à penser qu’il détient la Vérité à lui tout seul. J’ai vu le FdG s’opposer violemment à EELV (et à ND aussi) durant la campagne : résultat ? Les électeurs de gauche sont perdus et ne votent pas plus FdG pour autant !
    J’ai fait une petite analyse après les européennes : http://audeladesbords.wordpress.com/2014/05/26/petite-analyse-suite-aux-europeennes-2014/
    J’en arrive à la conclusion que la Gauche (du FdG jusqu’à l’aile gauche du PS) doit se rassembler si elle veut avoir une chance de gagner et de repousser le FN (car, entre nous, la stratégie qui consiste à s’opposer front contre front ne fonctionne pas du tout, au contraire, cela ne fait que renforcer le FN !).

    Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 10:27
       
    • @u-dela-des-bords
      .
      Je n’ai pas dit que le Front de Gauche n’avait pas fait d’erreurs dans sa campagne. Hélas, oui ! Et beaucoup d’erreurs stratégiques et tactiques ! Le résultat le prouve totalement !
      .
      J’ai collé beaucoup d’affiches, j’ai fait beaucoup de commentaires ! Je me suis rendu compte le jour du scrutin que tout allait dans le sens d’un vote FN ou que mes arguments ne pouvaient convaincre les électeurs étrangers au cercle des déjà convaincus par le Front de Gauche !
      .
      Une image : dans un pays dont la majorité est catholique, même de loin, on ne pourra changer cet état de fait !
      En France, actuellement une part importante de la société est convaincue que l’Europe ce n’est pas bon pour elle, aujourd’hui et demain !
      Alors, les convaincre que l’Europe, c’est bien, c’est impossible !

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 11:30
    •  
    • @ Au-delà des bords
      .
      J’ajouterai que notre argumentaire "Rompre et refonder l’Europe" supposait qu’une majorité d’électeur était acheteur de l’Europe, ce qui n’est pas le cas hélas !
      .
      Dans un dernier temps de la campagne, nous avons fait campagne sur le GMT, contre l’accord Europe-USA, le poulet à la javel, le maïs aux OGM, ... Pour défendre l’idée d’une Europe sociale, qui protège ses productions, sa santé ! Mais une majorité d’électeur n’était pas partisan d’une Europe avec ou sans GMT ! Pour eux, l’Europe c’est le mal absolu ! S’il n’y a pas d’Europe, il n’y a pas d’Europe américaine !
      .
      Parallèlement le PCF diffusait son matériel de campagne encore moins en phase avec l’opinion, que celui que le PG ou Ensemble diffusait ! "L’ennemi, c’est le capital", "je suis fier d’être communiste"... L’intension était bonne, mais ces arguments tombaient à plat !
      .
      Ma conclusion de ces expériences de terrain très proches : un Front de Gauche où chaque composante vit sa vie, indépendamment des autres composantes ne peut fonctionner, il court à sa perte !
      .
      De même un parti, le PCF, ou chaque composante vit sa vie, fait ses choix, indépendamment des autres composantes du PCF, court à sa perte ! Et il fait courir à sa perte l’ensemble de la gauche, la vraie (pas le Ps qui est un parti de droite).

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 12:02
    •  
    • Pour gagner des élections, l’opposition de gauche, doit avoir un objectif principal, une stratégie et une tactique. Et que ceux-ci correspondent aux sentiments d’une majorité des électeurs potentiels !
      .
      Ceci implique que chacune de ses composantes (des partis, ou des groupements) aient les mêmes.
      .
      Actuellement, c’est loin d’être le cas. C’est une constatation.
      .
      Ceci entraîne que cette opposition de gauche soit un parti, avec ses statuts, avec un règlement intérieur, et une ligne politique votée chaque année par un congrès.
      .
      Sinon on observera la même cacophonie à gauche qu’actuellement !

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 12:26
    •  
    • Mais quelle arnaque que Nouvelle Donne avec Larrouturrou (qui n’est pas La roue de la Fortune pour la vraie gauche), ce caméléon "de circonstances" multi cartes , écolo quand c’était à la mode, et là sous marin de Hollande émergeant quasi spontanément, sans vergogne pour jouer le "Canada Dry" , et avec quels moyens financiers ? , s’afficher et faire campagne avec les thèmes du Front de Gauche dans le seul objectif d’en minimiser les résultats et de disparaître bien vite des écrans sitôt les élections passées.
      Bizarre quand même de rabâcher à longueur d’antennes que le programme du Front de Gauche n’est pas audible, pas compréhensible, etc, etc,.... quand on donne autant de disponibilité et de liberté à Nouvelle Donne qui sort de nulle part ,( non excusez-moi de l’Elysée !!), pour venir brouiller les cartes, diluer les forces à gauche du PS et minimiser la déculottée prévisible.
      Depuis la présidentielle, Hollande et ses amis de Solférino ont tiré les leçons des résultats de Mélenchon et du Front de Gauche, et là les contre feu ont été plus vite mis en place que pour lutter contre la crise financière et libérale. Bien évidemment les média de service toujours prêts à collaborer avec le pouvoir , toujours libéral, ont assuré toutes les promotions nécessaires, en n’oubliant pas de caricaturer le Front de Gauche et ses forces vives.

      Et là,comme par hasard, personne ne trouve suspect cette multiplication des "organisations" à la gauche du PS Elyséeen, mais on vient théoriser sur les fautes inexcusables, et originelles ?, d’un PCF toujours pas assez "Bobo"
      Décidément

      Arthurr Le 28 mai 2014 à 08:17
  •  
  • Bonjour, Si l’une ou l’autre des composantes devaient être mise à l’écart, ce serait une perte mortelle. Je suis d’accord. Le PCF est incontournable. Je viens de le quitter après 35 ans d’adhésion car en opposition totale avec la ligne de la direction pour les municipales. Mais c’est ma famille. Ce sont eux qui ont mouillé leurs chemises et je ne referai pas l’histoire. A eux de faire leur auto-critique et de tirer les enseignements. Et ce n’est pas en continuant à nous bouffer entre nous que nous réussirons ce grand rassemblement auquel tout le monde aspire.

    Concernant la deuxième commentaire, je ferai la même remarque. Dans ma commune (10 000 habitants) il n’y a pas de FN. Pas de liste aux municipales, pas de militants, pas de campagne. Il a fait 21 % aux européennes. J’en déduis que des gens n’ayant jamais voté se sont déplacés pour voter FN. Les médias ont fait leur travail.

    Lilly54 Le 27 mai 2014 à 10:42
       
    • Si le PCF garde sa liberté de manœuvre comme aux dernières municipales, c’est aussi un risque mortel pour le Front de Gauche (et pour le PCF, mais là, c’est le problème des communistes). Les cimetière sont plein de gens irremplaçables et pourtant la terre tourne !
      .
      Quitte à voir mourir le Front de Gauche, j’aimerai mieux que le PCF s’en exclut, et que le Front de Gauche meure dans l’honneur !
      .
      A mon point de vue, il faut que mes camarades communistes sachent qu’aucun accord ne sera possible entre le PG et eux, s’ils gardent leur liberté de s’allier,quand ils le décideront avec le Ps, ou avec un autre parti de droite. Nous ne mangeons pas ce pain là ! S’ils désirent participer à la nouvelle opposition de gauche, il sera nécessaire qu’ils s’engagent par écrit, et que leur futur congrès tranche sur ce point !

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 16:40
  •  
  • Michel E.

    Merci de mettre sur le dos du PCF toute la responsabilité de l’échec. C’est facile, ça permet de se dédouaner rapidement.

    Deux lignes, plus loin, ça en devient (presque) risible : "Cohérence et unité".

    On prône la scission dans le premier paragraphe puis on parle d’unité dans le second ? Où se trouve donc la cohérence ?

    Ce n’est pas en tournant le dos au PCF, à ces adhérents et ses sympathisants que le Front de gauche pourra renaître.
    Votre commentaire montre bien à quel point le dialogue sera difficile mais vital pour la survie de cette formation.

    Et ce n’est pas en appuyant les dissensions, les méfiances, en pointant du doigt "le cancre" "le fautif" "le coupable" que l’unité pourra être trouvé, mais bien en appelant au dialogue à l’unité, la vrai, celle de toutes les formations progressistes que l’on trouvera peut-être un écho dans le cœur de la population française

    Florent F Le 27 mai 2014 à 11:00
       
    • C’et parfaitement logique pourtant : la cohérence et l’unité dont la gauche a besoin n’est pas possible avec le PCF.

      En Grèce Syriza ne fait pas alliance avec le PC, et voyez ce que ça donne : suffisamment de cohérence et d’unité, d’où traduction dans les urnes.

      Cela dit, je ne suis pas sûr que le FdG puisse arriver à faire ce qui est nécessaire à un renouveau, donc ce n’est peut-être pas évident que la France joue un rôle vraiment central dans la reconstruction de la gauche. Mais je ne vais pas me taire pour autant, je veux quand même essayer de résister aux tendances sectaires qu’on voit dans le FdG (pour preuve, j’ai été exclu du champs des commentaires sur le blog de Mélenchon, où je ne vais donc plus, pour mes points de vue "trop critiques", soi-disant "anti-communistes", alors que je suis anti-PCF parce que je suis communiste).

      Michel E. Le 27 mai 2014 à 13:20
    •  
    • Je ne savais pas que le PG s’était allié avec le Ps aux municipales ? Comme le Ps à Nantes, à Paris, à Toulouse, enfin dans 50% des villes de plus de 30 000 habitants ! Pouvez-vous me donner des détails ?
      .
      Au Pg nous avons évidemment des défauts, nous sommes pugnaces, nous n’avons pas toujours bon caractère, et nous faisons des erreurs aussi !
      .
      Mais pour les Européenne, à Paris (tête de liste PCF), ou en province (tête de liste PG), dans ma circonscription, je n’ai pas vu beaucoup de communistes sur le terrain, sauf pour recouvrir les affiches FdG dans une ville pour appeler à adhérer au PCF !

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 16:21
    •  
    • Pierre Magne est un menteur : certes, dans son village de 500 habitants, il n’y a pas beaucoup de communistes, je n’en connais qu’un seul, qui est aussi antisocialiste que lui, mais en Indre et Loire, s’il n’y avait eu que le PG pour organiser la campagne, celle-ci n’aurait pas eu lieu

      Babeuf Le 31 mai 2014 à 11:24
    •  
    • Il serait bon de remettre les pendules à l’heure : certains de mes camarades PCF ont opté pour l’UNITé aux municipales dans le cadre du FdG ....D’autres ont opté pour la dissension en s’alliant avec le PS ....Je te reconnais le droit mon camarade Florent d’appeler à l’unité que si tu t’y es engagé ....dans le cadre du FdG !

      Les appels à l’unité des camarades qui regagnent le FdG après l’avoir abandonné sont une mascarade dont nous avons patis dans ces 2 élections !

      Il ne s’agit donc pas de mettre sur le dos du PCF toute la responsabilité de l’échec , mais de renvoyer à leur responsabilité , les camarades qui ont opté pour une rupture momentanée du FdG !

      Les seuls du FdG à pouvoir réclamer l’unité sont les "unitaires" des différents partis ....pas les autres !

      Navré d’être un peu sec !

      PrNIC Le 31 mai 2014 à 18:49
    •  
    • Cher Babeuf,
      Pierre Magne est peut-être un menteur ? Mais en 37, dans la 4ème, et dans presque toute la 5ème, en dehors de Bourgueil, je n’ai pas constaté d’actions ou d’affichages pour les Européennes faits par les communistes. J’ai circulé et collé chaque jour, de Château-La-Vallière à Chouzé, et jusqu’à Luynes, Fondettes... Mes affiches subsistent encore. Idem dans tout le canton d’Azay, jusqu’à Artannes... Mes affiches sont encore présentes un peu partout, c’est vérifiable.
      A noter, à Bourgueil, mon camarade J.-P. (sans doute) à recouvert des affiches de la candidate FdG avec des affiches communiste pour adhérer au PCF. Je ne peux pas me plaindre car aux Présidentielles, il avait arraché les affiches FdG ! Il ne faut donc pas désespérer, la situation s’améliore ! Ce que j’écris, je peux en parler avec les camarades, rue Bretonneau à Tours à votre local. Je ne confonds pas quelques excités avec l’ensemble des camarades communistes. J’ai été très sensible à l’accueil qu’ils ont fait à Joué, à Tours rue Bretonneau et à Saint-Pierre à notre candidate et je les en remercie.
      Amitiés.

      Pierre Magne Le 2 juin 2014 à 18:18
  •  
  • Il nous faut mettre les citoyens au cœur des décisions. À eux de trancher sur la ligne stratégique à adopter et non aux partis. C’est pourquoi je souhaite la création rapide d’une structure commune avec adhésion directe sans passer par une organisation politique. Libre aux partis de formuler les propositions, libre au peuple citoyen de dire dans quelle direction il souhaite s’engager. Dans l’immédiat, je demande donc la convocation d’une assemblée constituante pour l’élaboration de cette structure et pour la définition de ses règles de fonctionnement. Il nous faut également construire un pôle média libre et pluraliste pour une diffusion moderne de nos idées.
    fraternellement
    Hubert

    Hubert Cressely Le 27 mai 2014 à 11:07
  •  
  • Je suis d’accord avec Hubert Cressely.
    D’abord, sur la question des medias, cruciale. A mon avis, ce sera coûteux financièrement, difficile à monter donc, mais il faut essayer.
    En outre, l’implication du peuple dans la politique du FdG est indispensable. Je suis très réticent sur une éventuelle fusion (je pense qu’elle contribuerait à faire du FdG un nouveau PCF (si ce parti est capable d’être nouveau), ce qui serait catastrophique. Par ailleurs, comparaison n’est pas raison ms la fusion a failli tuer Die Linke.). Par contre, l’implication populaire est indispensable et passe par l’étape incontournable de l’adhésion directe au FdG (qui s’y oppose actuellement ? suivez mon regard).

    Facetieux Le 27 mai 2014 à 11:19
       
    • Totalement d’accord avec vous. Je ne me suis pas bien expliqué. Je ne souhaite pas une fusion des organisations mais la structure qui coordonne l’action doit être sous le contrôle citoyen. Dès lors, il doit être possible d’y adhérer directement. Personnellement, je n’aime pas le nom de front qui renvoie à l’autre front mais pour un nom plus poétique des luttes citoyennes.
      bien à vous

      Le 27 mai 2014 à 13:04
  •  
  • (Extrait d’un commentaire sur un site internet )

    En proportion de la population française ( sans oublier les 7 % de non inscrits ) , on est loin du "plébiscite pour le FN" dont nous abreuvent les médias hystérisés par ce parti et toutes les extrêmes droites européennes.

    Il y a une véritable fascination des médias pour le FN : seul ce parti semble les intéresser,désormais.

    Preuve qu’ils ne menacent pas le capitalisme.La bourgeoisie a compris qu’il y a un coup à jouer avec le FN.On essaie d’éteindre les feux de la colère populaire,et quand ce n’est plus possible,on sort le FN et ses avatars pour détourner la colère populaire de ses cibles légitimes.

    On agite des bouc émissaires pour faire croire aux prolos que 20 000 roms qui vivent dans des bidonvilles,ou quelques musulmans qui prient dans la rue(4 rues dans toute la France ) faute de place dans une mosquée sont responsables de tous les maux. 

    Le FN et ses alliés médiatiques ou autres , sont les derniers remparts du capitalisme.Du boulangisme au FN,l’extrême droite a toujours joué ce rôle,c’est son seul rôle : détourner la colère populaire de ses cibles légitimes ( exploiteurs capitalistes,oligarques,banquiers,institutions financières, ) en désignant des boucs émissaires chez les damnés de la terre pour les diviser entre eux.

    Et toutes nos clameurs "de gauche" à battre le FN ( quand nous sommes absents des 2iem tours ) participent à son élévation médiatique ! Nos stratégies de "contre" échouent : Voter Contre Sarko et subir ensuite le PS , c’est fini ! ...Les électeurs l’ont bien compris : 500 000 votes blancs et l’absence des abstentionnistes manifestent ce refus d’ écarter le pire pour se taper le moindre mal ! La majorité des Français ne veut ni l’un , ni l’autre !

    Ce n’est pas la carte déplorable de tel restau qu’il nous faut critiquer , mais bien vanter celle de notre bon restaurant ! ...et la vanter c’est concrètement la faire gouter dés maintenant ! 

    Il serait peut être temps d’ être en route POUR quelque chose ...et pourquoi pas POUR l’HUMAIN D’ABORD , POUR UNE EUROPE SOLIDAIRE ! POUR.... etc .........Si notre NON29MAI2005 est durable et toujours non négociable , c’est bien parce que nous disons OUI à autre chose ! ...

    Et ce "oui" devrait être apprécier aujourd’hui , sans attendre que notre 6% grandisse !

    PrNIC Le 27 mai 2014 à 12:04
       
    • Je suis d’accord ! Les médias sont fascinés par le FN (disons que le sujet est super vendeur et que le fric n’a pas d’odeur) mais il ne faut pas se voiler la face pour autant : qu’ils soient fachos ou pas, déboussolés ou en colère, les électeurs du FN étaient 4,7 millions dimanche. Quand on me dit que c’est 2 millions de moins qu’en 2012, je réponds que ce ne sont pas les mêmes élections ! D’habitude, aux européennes, le FN ne fait pas plus d’1,6 million. Et il parait qu’il y a eu plus de 50% d’abstention chez les frontistes dimanche. Imaginez le potentiel pour 2017 qui est le genre d’élection qui mobilise bien (surtout à droite !).
      Je crois qu’il faut que la gauche arrête de se regarder le nombril ou de se cacher derrière son petit doigt ! Les politiques sont coupables, les médias sont coupables, les électeurs sont coupables ... et après !? On fait quoi !? On fait une introspection et on essaie de refonder la gauche sur un autre logiciel ou on attend tranquillement Vichy II, le retour de la vengeance ?

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 12:27
    •  
    • Cher PRnic,
      "Ce n’est pas la carte déplorable de tel restau qu’il nous faut critiquer , mais bien vanter celle de notre bon restaurant ! ...et la vanter c’est concrètement la faire gouter dés maintenant !"
      .
      J’ai essayer de faire goûter à une amie, du clafouti au quetsche, cette semaine ! Elle n’aime pas les quetsches, elle a horreur des quetsches, ce fut une mission impossible !
      .
      Pour les électeurs, c’est pareil ! Ils n’aiment pas l’Europe ! Et donc aux Européennes, ils ne votent pas, ou ils votent pour ceux qui n’aiment pas l’Europe !
      .
      Vouloir les convaincre du contraire, c’est pratiquement impossible !

      Pierre Magne Le 27 mai 2014 à 12:43
  •  
  • Voilà pourquoi je ne suis plus sympathisant FdG (enfin, PG car je n’étais pas forcément proche du PCF), c’est parce que j’ai trop souvent entendu que tous ceux qui ne votaient pas FdG étaient des abrutis qui ne comprenaient rien à rien. A chaque fois que la gauche se prend une tôle, j’entends ça et et j’entends aussi qu’il ne faut rien changer, que la mayonnaise va prendre et que le grand soir sera bientôt là !
    1°) Depuis qu’on me promet le grand soir, je me demande bien quand est-ce qu’il va arriver ? Il me faudrait au moins une dizaine de vies.
    2°) Est-ce que les français attendent un grand soir ? Je ne suis pas certain. En France, on aime pas trop le changement, alors une révolution ... Et puis, des révolutions, il y en a eu mais elles ont surtout permis de changer les têtes, pas le système. Et ça a débouché à chaque fois sur un pouvoir autoritaire, alors non merci !
    3°) Évidemment, mes valeurs sont 1789, la Bastille, le serment du jeu de paume, la Commune, les Républicains espagnols, Jaurès, le Front Pop, le CNR, ... mais il faut bien voir que nous vivons en 2014, dans une société super-méga-individualiste, plutôt bobo, plutôt vieillissante, plutôt conservatrice, plutôt consommatrice (et finalement encore super attachée au système capitaliste malgré les coups de boutoir). Je m’interroge donc sur la stratégie. La société doit-elle s’adapter à nous ou devons-nous nous adapter à la société actuelle ?
    4°) la stratégie Front contre Front, depuis 6 ans, n’a rien donné d’autre que le renforcement du FN. Pire, cette stratégie est contre-productive pour la gauche dans son ensemble qui se retrouve empêtrée dans des débats incessants sur l’extrême droite, l’immigration, l’antisémitisme, la religion musulmane, le mariage gay, ... bref, tout sauf ce qui est réellement important : quelle politique économique, sociale et environnementale mener ? Sur le terrain, de nombreux électeurs de gauche n’en peuvent plus et nous considèrent tous responsables de cela ! Je redemande donc : est-ce qu’il faut continuer comme cela ou est-ce qu’il faut tout remettre à plat ?
    Je vais vous le dire (quitte à prendre une volée de bois vert) : je ne suis plus sympathisant FdG, je suis dorénavant militant Nouvelle Donne. Pourquoi ? Premièrement, parce que tant que le FdG ne se remettra pas en question, je n’en serai plus. Deuxièmement, parce que le PS est mort mais il ne le sait pas encore. Troisièmement, parce que EELV doit avoir autant d’avis qu’elle a d’adhérents (10 000 je crois) et qu’elle n’est pas cohérente dans ses orientations.
    Maintenant, je ne ferme la porte à personne (allez voir mon blog http://audeladesbords.wordpress.com/) et j’espère même un grand rassemblement de la gauche. En serez-vous tous capables !?

    Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 12:54
       
    • Pour Michel E.

      J’ai également été exclu du blog de Jean Luc Mélenchon, pour y avoir exprimé des propositions autres. C’est une forme de censure honteuse et inacceptable. Je n’ai été ni incorrect ni injurieux, simplement différent. Mais ce blog est totalement fermé et tiut ce qui ne vénère pas JLM en est exclu. MAis ce sont les communsites qui sont sectaires !

      Titus Le 27 mai 2014 à 13:28
    •  
    • " il faut bien voir que nous vivons en 2014, dans une société super-méga-individualiste, plutôt bobo, plutôt vieillissante, plutôt conservatrice, plutôt consommatrice (et finalement encore super attachée au système capitaliste malgré les coups de boutoir). Je m’interroge donc sur la stratégie. La société doit-elle s’adapter à nous ou devons-nous nous adapter à la société actuelle ? "

      La Grèce vit-elle dans un autre siècle ? Et l’Espagne ? Et l’Italie ? La Suède ? Le Danemark ? Etc. Dans plusieurs pays on voit des tendances contestataires. En lisant votre commentaire, il me semble qu’il reflète ce rêve social-démocrate qui s’est écrasé partout (le capitalisme rougeâtre-rosâtre). Dans quelle siècle vit "Nouvelle Donne" ? Et ne venez pas me dire que la population française est particulièrement âgée, c’est faux... Donc, "Nouvelle Donne" s’adresse à la population âgée parce que les jeunes ne vont supposément pas aller voter de toute façon ? C’est vrai que beaucoup de jeunes ne voient pas beaucoup de raisons d’aller voter, mais est-ce une raison pour s’adresser à la population âgée avec des discours "roses" que même les plus âgées savent creux ?

      Alors que je commence à désespérer du FdG, "Nouvelle Donne" me semble entièrement superflu et anachronique.

      Michel E. Le 27 mai 2014 à 13:44
    •  
    • Rougeâtre, roseâtre, verdeâtre ? Je ne sais pas ? Sociale-démocratie ? Je ne sais pas ce que cela veut dire ? Sincèrement !
      Nouvelle Donne est un mouvement de gauche. Que le FdG dise le contraire ne me dérange pas puisqu’il faut bien qu’il se positionne le plus à gauche possible pour sa base. Il est clair que ND ne souhaite pas anéantir le système, il souhaite (seulement ?) le réguler et le réorienter. Pas de révolution, pas de grand soir. Et pourtant, notre programme est loin d’être antinomique au vôtre. Si ! Si ! Lisez bien !
      Enfin, bref, je ne cherche pas ici à récupérer des partisans. Ce n’est pas mon but. Je respecte trop le peuple de gauche pour ça ! Ce que je cherche à dire, c’est qu’il est temps, pour nous tous (FdG, ND, EELV, aile gauche du PS) de faire une grosse introspection, de revoir la stratégie employée depuis des années et qui nous mène dans le mur du FN ! Rien ne s’est jamais fait à gauche sans un grand rassemblement (CNR, 36, 81, 97), c’est un fait, c’est comme ça ! Et en plus, sur le terrain, les gens le demandent !

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 14:10
    •  
    • @Michel E.
      Au fait, quand je parle d’une France vieillissante, je parle notamment et surtout d’une France vieillissante dans sa tête et dans sa manière d’agir ! Je suis assez bien placé pour en parler car je fréquente pas mal de jeunes (je suis animateur et ma fille a 25 ans et pas mal d’amis de son âge) et je les trouve d’un conservatisme, c’est pas croyable !
      Maintenant, vous comparez la France à la Grèce, je pense que vous aimeriez bien que le peuple de gauche se réveille de la même façon chez nous (moi aussi) mais je pense qu’il faut se faire une raison, cela n’arrivera pas car la gauche française n’est plus révolutionnaire depuis longtemps. Il faudrait vraiment que l’on ne trouve plus à manger dans les rayons et que les gosses soient privés d’Internet pour qu’on les voit prendre les fourches !
      Dimanche soir, vous avez vu quelqu’un s’indigner du vote FN dans la rue ? Moi, pas ! Le 21 avril 2002 passé, les choses se sont diffusées dans la société jusqu’à devenir normal.
      Faut-il abdiquer pour autant ? Bien sûr que non ! Et j’espère bien que la génération suivante me fera mentir mais, en attendant, avant de renverser le gouvernement, je pense qu’il serait temps de penser à faire de la politique autrement. Enfin, bon, c’est un avis somme toute très personnel et je ne vous demande pas forcément d’y adhérer. Seulement, d’en débattre !

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 14:20
    •  
    • ""Nouvelle Donne" me semble entièrement superflu et anachronique."
      @Michel E.
      Désolé, je ne peux pas m’empêcher de répondre à ça (j’accapare une dernière fois l’espace) : si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je vous demanderai de bien vouloir ne pas nous manquer de respect (ni à nos électeurs) car en 6 mois d’existence, ND a attiré 8500 adhérents, 600 000 électeurs soit 3% et a fait le boulot sur le terrain pour mobiliser les abstentionnistes et les convaincre que l’Europe n’était pas une mauvaise chose et qu’on pouvait la changer pour rendre la dignité aux plus faibles.
      ND n’a jamais cassé du sucre sur le dos des autres partis de gauche (que ce soit EELV ou FdG) à part le PS (disons sa politique de droite). Et ce n’est pas forcément réciproque ! Nous n’avons pas bénéficié de la même couverture médiatique que vous (qui étiez déjà moins couverts que UMP/PS/FN), et pourtant, les gens sont venus vers nous.
      Donc, superflu, je demande à voir !
      En ce qui concerne l’anachronisme, je me demande bien en quoi ? Défendre le productivisme et le retour à la croissance d’un côté et l’écosocialisme de l’autre (qui au passage a pris un sacré coup dans la tronche avec les dernières positions du gouvernement équatorien) est-il plus cohérent ? D’un côté des stalino-communistes et de l’autre des mélencho-trotskystes (qui le sont de moins en moins), c’est plus cohérent ?
      Je ne vous jette pas la pierre (Pierre) mais sincèrement, si vous ne vous posez pas autant de questions que moi sur ces sujets, je comprends pourquoi le FdG ne change pas de tactique et revient à des scores dignes de l’avant FdG !
      ND a certainement beaucoup de défauts mais pas ceux que vous m’avez cités.
      Maintenant, est-ce que vous allez me mépriser parce que je me pose en critique du FdG que j’ai soutenu pendant de nombreuses années ? Est-ce que je ne suis qu’un traître à vos yeux ? Faites comme bon vous semble ! Mais je considère que ce débat devra bien avoir lieu un jour ou l’autre, et il vaudrait mieux que ça arrive avant que le FN prenne le pouvoir !

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 14:37
    •  
    • Pour Titus et Au-delà des bords.

      Comme moi je vois les choses, ces exclusions sur le blog de Mélenchon reflètent quelque chose qui ne va pas au FdG, une tendance sectaire, et je pense que la source principale de cette tendance est le PCF. C’est comme si tout le FdG était l’otage du PCF, comme si le FdG avec le PCF était une sorte de clan mafieux, avec le PCF comme parrain. Et ce n’est pas que le PG qui semble avoir peur de changer le fonctionnement du FdG, cela semble aussi être le cas d’Ensemble qui préfère mettre le PG et le PCF dos-à-dos au lieu de prôner un front de gauche sans le vieux PCF.

      Mélenchon n’est peut-être pas si nouveau que ça dans son fonctionnement, mais il est complété par des autres, le PG est après tout un nouveau parti avec une dynamique qu’on ne peut pas dire que le PCF a. C’est plutôt le PCF qui a des effets négatifs sur tout le FdG (au niveau de culture, mentalité, etc.).

      Ce qui est dit sur "Nouvelle Donne" ne me fait que penser que c’est encore un truc style EELV, ça veut dire une chose qui ne va pas servir à grande chose en fin de compte. Comme EELV et le PCF, ND espère influencer le PS et n’a donc pas compris que le PS n’est plus et ne va jamais redevenir ce que c’était. Il n’y a pas de capitalisme rouge et/ou vert, mais c’est ce qu’EELV, ND, PCF et PS essayent de faire croire aux gens. Ce n’est pas parce que ND a eu 3% que le parti n’est pas superflu, en pratique le parti ne va rien changer au fond qu’il a 3% ou moins/plus.

      Michel E. Le 27 mai 2014 à 17:27
  •  
  • @Titus

    Tout pareil ! J’ai eu le malheur, une fois, de donner un avis légèrement différent et le message a été supprimé ! Pour quelqu’un qui prône la vraie démocratie, ça me laisse perplexe (même si ce n’est certainement pas Mélenchon en personne qui gère le blog) !
    Je suis d’accord avec Michel E., si l’on est communiste, on n’est pas forcément au PCF qui, à mon humble avis, est resté bloqué au temps du stalinisme primaire. Le problème, c’est que dans la surenchère PCF/PG, Mélenchon commence à tourner un peu casaque et à faire du stalino-mélenchonnisme aigü alors qu’il se voulait plutôt trotskyste !
    Les électeur de gauche sont perdus et commencent à le railler. La plupart trouve que Mélenchon est devenu le Georges Marchais actuel (Ta gueule Elkabbach !) mais que malgré la sympathie, ils ne voteront pas pour lui ! On en est là !
    Il faut dire qu’il n’a pas été aidé par le PCF qui lui a mis beaucoup de bâtons dans les roues (notamment les dernières municipales). J’ai entendu des vieux militants PCF dire que Mélenchon était une pièce rapportée qui ne faisait pas partie du même monde (un peu snobs pour des communistes d’ailleurs). Sauf qu’ils ont oublié que sans lui, ils plafonnaient entre 2 et 4% !
    Il n’empêche que cette surenchère n’est pas bénéfique au FdG et donc pas à la gauche toute entière !
    Sans vouloir faire de prosélytisme, j’ai retrouvé au sein de Nouvelle Donne une certaine écoute et une envie de bien faire, dans l’intérêt de tous. Voilà ! Maintenant, chacun fait ce qu’il veut, chacun prend ses responsabilités et fait son introspection, ou pas. De mon côté, j’ai fait un choix ! Ce n’est peut-être pas le bon (on verra) mais au moins, il est cohérent ! Et l’enthousiasme n’y est pas moindre !

    Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 14:00
       
    • « ND n’a jamais cassé du sucre sur le dos des autres partis de gauche (que ce soit EELV ou FdG) »

      Larrouturou a commencé à casser le FdG dès les premières minutes de l’existence publique de ND (cf. interview sur France Inter), et n’a jamais perdu une occasion depuis.

      Yves-André Peremer Le 27 mai 2014 à 16:55
    •  
    • Si c’est vrai : Mea Culpa !
      Mais sincèrement, je suis présent sur les réseaux sociaux et j’écoute pas mal de médias et ça ne m’a pas interpellé.
      En tous cas, sur Twitter, c’était pas le cas ! Et sur le terrain encore moins ! Dernièrement, à Médiapart, le FdG, EELV, ND et Lienemann étaient ensemble pour débattre et je n’ai pas senti d’animosité.
      Quoi qu’il en soit, il faudrait peut-être que l’on avance sans se castagner à chaque fois. Les électeurs nous le reprochent assez.
      A mon sens, ce que dit Larrouturou n’est pas très éloigné de ce que dit Généreux (Vous n’en conviendrez peut-être pas mais c’est mon sentiment).
      Soyons unis !

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 17:37
  •  
  • Je suis convaincu que s’il n’est pas rapidement proposé aux citoyens un Front de gauche qui ressemble plus à un parti qu’à un cartel de mini-partis ou de chapelles ...nous pouvons arrêter toute activité militante et aller en vacances en Grèce...Tout le reste n’est que littérature.

    Dominique FILIPPI Le 27 mai 2014 à 14:53
       
    • En 1936, 1981, 1997 ou même avec le CNR, il n’a pas été constitué un GRAND PARTI de la gauche et pourtant, ce n’était pas de la littérature !
      A droite, il a été créé un grand parti, l’UMP, et on voit où ils en sont !
      La France est le pays des 365 fromages, des 60 millions de sélectionneurs ou de présidents, une multitude de tribus gauloises ... et pourtant, la gauche a su se rassembler sans forcément adhérer au même parti ! Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu du travail avant d’en arriver là et que tout a été formidable (les égos reprenant vite le dessus) mais c’est complétement possible !

      Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 16:04
    •  
    • Pour Au-delà des bords.

      "En 1936, 1981, 1997 ou même avec le CNR, il n’a pas été constitué un GRAND PARTI de la gauche et pourtant, ce n’était pas de la littérature !"

      Avant vous avez dit :

      "nous vivons en 2014, dans une société super-méga-individualiste, plutôt bobo, plutôt vieillissante, plutôt conservatrice, plutôt consommatrice (et finalement encore super attachée au système capitaliste malgré les coups de boutoir). Je m’interroge donc sur la stratégie. La société doit-elle s’adapter à nous ou devons-nous nous adapter à la société actuelle ?"

      Il me semble que vous voulez une sorte de Jospin 2014 si j’ai bien compris. Mais les choses ont évoluées depuis 1997. Donc ça veut dire une pseudogauche avec une politique encore plus à droite qu’à l’époque de Jospin. Quelque part entre ce qu’on a maintenant et le gouvernement Jospin. Je ne vois pas comment ça pourrait dompter le système capitaliste.

      Michel E. Le 27 mai 2014 à 18:46
  •  
  • Il faut quand même dire que les médias ont fait le lit du FN, le "dédiabolisant" chaque jour, comme ils disent. Par contre Mélenchon est leur bête noire, chaque jour aussi, ou le plus souvent possible. Les médias sont tenus par la pensée unique, propriétés des financiers qui nous volent, embauchés pour, service public compris. Le FN constitue une bonne carte pour les financiers et vampires commerciaux internationaux connus. Alors : soyons gentils avec la blonde, appelons la Marine, c’est joli. La France est décadente, dopée aux séries américaines et émissions télé bidons. Vouée à devenir une annexe sans importance des USA. On n’aime pas du tout les vrais socialistes dans ce pays, comme ici en France, maintenant.
    Les fachos du FN savent flatter les bas instincts et proposer des solutions idiotes, du niveau de ceux qui votent pour eux.
    Triste France, j’ai honte.

    patrick Le 27 mai 2014 à 15:19
  •  
  • @Au-delà des bords :
    Le pb c’est qu’on est plus en 36 ou même 81....La social-démocratie n’a plus rien à proposer si ce n’est la pâle copie de ce que fait la droite... L’heure n’est plus à Keynes qui rendait possible l’illusion que le capitalisme pouvait s’aménager durablement de l’intérieur...Capitalisme et éco-socialisme sont irréconciliables...L’Union de la gauche à l’ancienne est morte, tout comme sont morts (PCF) ou en passe de l’être (PS) les piliers de cette union. Tout est à reconstruire dans le cadre d’une nouvelle organisation politique où tout reste à inventer.Alors plutôt que d’essayer de faire du neuf avec du vieux essayons d’innover vraiment. C’est le sens de l’article de Martelli.Pour ce qui est des médias , leur rôle de chiens de garde du capitalisme doit être dénoncé de façon beaucoup plus forte que nous ne le faisons. Il ne faut leur laisser aucun répit : je suis pour faire des manifs dont on ne pourra que parler tant la détermination des participants sera évidente. On ne peut laisser le FDG être méprisé à ce point.

    Dominique FILIPPI Le 27 mai 2014 à 17:43
  •  
  • @Michel E. et @Dominique FILIPPI
    Ok ! Je vois que le débat a avorté rapidement !
    Pas de problème ! C’est pour ça que je ne suis pas resté FdG aussi. Je pensais bien que les choses n’évolueraient pas aussi rapidement.
    Je vois aussi que les raccourcis vont vite et sont faciles (rien à voir avec Jospin, je parlais d’union de la gauche) et que nous restons sur des vieux dogmes (je crois que ND a dépassé le concept keynésien originel depuis longtemps). Je n’en attendais pas moins !
    Vous me dites que 36 et 81 sont loin, et je serai d’accord avec vous (je n’ai pas connu 36 !) mais tout cela n’empêche pas de faire un rêve et d’avoir des idéaux.
    En ce qui concerne l’incompatibilité entre le capitalisme et l’écosocialisme, je crois malheureusement que la CONAIE (équateur) ne serait pas forcément en accord avec vos propos. Enfin, ça reste à voir ! Les choses sont toujours plus complexes qu’on ne le pense et jamais "Rouge vif" ou rien du tout !

    Au-delà des bords Le 27 mai 2014 à 19:30
       
    • Désolé, nous sommes en 2014, l’union de la gauche n’est plus possible avec le PS. Donc pas de vote de ma part pour ND.

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 09:23
    •  
    • @Michel E.
      ND ne représente pas le PS ! En ce qui concerne le PS, je pense qu’il est mort mais qu’il ne le sait pas encore ! Par contre, je pense que l’on peut travailler avec son aile gauche (quand celle-ci aura coupé le cordon). Vous souhaitez rester dans l’opposition à tout et tout le monde. Grand bien vous fasse. Ne venez pas vous plaindre en 2017 quand le FN sera au 2nd tour.
      Vous pensez détenir la Vérité à vous tous seuls ? Je trouve cela bien d’avoir des convictions et des certitudes aussi tranchées. Mais je ne suis pas certain que ça fasse avancer les choses. A moins, bien entendu, que vous ne souhaitiez une dictature du prolétariat ? Mais, je dois l’avouer, ça sera sans moi ! Et non pas parce que je défends le Capital ou les bourgeois, juste parce que j’aime trop la démocratie pour ça et que je pense que l’on peut (on doit) vivre tous ensemble en harmonie (même si vous pensez que c’est un peu con-con de penser cela).

      Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 09:44
    •  
    • @Au-delà des bords.

      Difficile de savoir ce que représente ND en effet. A-priori ND c’est pour les gens sans conviction. Sans moi donc. Etre de gauche ça veut dire avoir la conviction que le système capitaliste n’est pas soutenable, une dictature du prolétariat est créé par le capitalisme (pour trouver les raisons d’une dictature du prolétariat, il faut chercher dans le capitalisme).

      Si on est de gauche ce n’est donc ni le capitalisme ni la dictature du prolétariat qui est le but, mais une société égalitaire qui a su dépasser le capitalisme. Vous dites "que l’on peut (on doit) vivre tous ensemble en harmonie" dans une société capitaliste, moi je vous dites que ça n’a jamais existé. Vous avez un exemple de ce que veut ND ? Après toutes ces années avec le capitalisme, il doit bien y exister une variante assez proche de celle que veut ND ? Peut-etre il existe quelque part un endroit que je ne connais pas qui peut afficher une société capitaliste en harmonie ?

      Vous aimez Roosevelt, non ? Je n’ai rien contre non plus, mais l’histoire semble indiquer qu’il n’a pas pu empêcher un capitalisme sauvage, non ? Et où sont aujourd’hui les conditions qui à l’époque ont permit à Roosevelt de temporairement réduire les inégalités ? Nous sommes en 2014, non ? Il faut penser autrement, aussi parce qu’aujourd’hui on sait que ce que faisait Roosevelt n’était pas suffisant.

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 10:16
  •  
  • Cela aurait été tellement plus simple de prôner la sortie de l’U.E (et bien démago) ou du moins louvoyer.

    Lors de la campagne il y avait deux militants/sympathisants de Nouvelle Donne qui tractaient dans "ma" ville, un ex(?)-modem et un ex(?)-PS, l’un était pour le GMT, l’autre pas.

    Félicitations à cette nouvelle formation politique pour ce résultat prometteur aux Européennes.

    Henri Kaanan Le 27 mai 2014 à 22:52
  •  
  • @Henri Kaanan
    Je ne remets pas votre parole en doute. Si c’est vrai, cette personne est ultra minoritaire (vous savez, j’ai aussi rencontré de nombreux dissidents sur de nombreux sujets au FdG lors de manifs). Et ce n’est surtout pas la ligne de ND qui, comme ATTAC, est contre le TAFTA. Maintenant, il est vrai que chez nous, on ne les met pas au pilori pour autant. On n’est pas des sauvages ! :-D En tous cas, je vous remercie pour vos encouragements et j’espère que nous réussirons tous ensemble à gauche car le FdG ne mérite pas ce score de 6,5%. Il nous faut reconquérir l’électorat populaire parti au FN !
    @Michel E. et @Dominique FILIPPI
    Je ne résiste pas à l’envie de vous signaler le très bon éditorial de Maud Vergnol dans l’Huma du 27 mai titré "A deux pas du précipice" et qui fait une belle référence au CNR. Je sais que l’on est en 2014 et que tout cela est assez loin mais il faudrait alors le signaler à l’Humanité ! ;-P Désolé, c’était trop tentant !

    PS : au passage, petit mot pour le modérateur : les liens que j’avais intégré dans mes commentaires (et qui ont été supprimés) envoie vers mon blog perso, gratuit et sans pub. Il s’agissait seulement de développer mes arguments et pas de faire une promo commerciale ! Je ne m’appelle pas JF Copé !

    Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 00:00
       
    • Un jour j’aimerai tout de même comprendre la stratégie de ND. J’ai eu beau cherché sur le site de ND, au delà du constat qui est fait et qui est partagé par beaucoup à gauche, je n’ai pas été capable de voir comment vous comptez mettre en oeuvre le programme qui y est aussi décliné.

      Henri Kaanan Le 28 mai 2014 à 01:33
    •  
    • @Henri Kaanan
      Je peux comprendre. C’est à peu près ce que tout le monde s’est dit quand Mélenchon a créé le PG et que le FdG a été organisé. Comment concilier des communistes marxistes-léninistes avec des anciens PS devenus trotskystes ? Et puis ça s’est construit petit à petit.
      En 6 mois, on est passé de 0 à 9000 adhérents, de 0 à 600 000 voix, de 0 à 3%. On rassemble, certes, large (comme vous aimez à le rappeler, des ex-PS, des ex-MoDem, mais aussi des ex-EELV et des ex-FdG. Et surtout beaucoup de personnes qui ne votaient plus et qui ont retrouvé l’envie !)
      Alors, évidemment, ça prendra ou ça ne prendra pas (pour le moment, c’est encourageant) et ça déboussole un peu parce que nous essayons d’inventer quelque chose de nouveau. Nous sommes confiants et nous travaillons pour ça !
      Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas là pour faire du prosélytisme mais pour proposer le calumet de la paix entre toutes les mouvances de gauche. J’ai l’impression que vous n’y êtes pas encore préparés. C’est normal, il faut du temps. Le seul problème, c’est que nous n’en avons pas tant que ça d’ici 2017. Et je crois que si le FN est encore au 2nd tour, cette fois-ci, je quitte le pays !

      Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 09:36
    •  
    • @Au-delà des bords Avant vous avez dit :

      "je ne suis plus sympathisant FdG (enfin, PG car je n’étais pas forcément proche du PCF)"

      Vous avez aussi dit :

      "il faut bien voir que nous vivons en 2014, dans une société super-méga-individualiste, plutôt bobo, plutôt vieillissante, plutôt conservatrice, plutôt consommatrice (et finalement encore super attachée au système capitaliste malgré les coups de boutoir). Je m’interroge donc sur la stratégie. La société doit-elle s’adapter à nous ou devons-nous nous adapter à la société actuelle ?"

      Maintenant vous dites :

      "Je ne résiste pas à l’envie de vous signaler le très bon éditorial de Maud Vergnol dans l’Huma du 27 mai titré "A deux pas du précipice" et qui fait une belle référence au CNR. Je sais que l’on est en 2014 et que tout cela est assez loin mais il faudrait alors le signaler à l’Humanité ! ;-P Désolé, c’était trop tentant !"

      Ca ne tient pas débout tout cela je trouve, ND semble vouloir plaire à tout le monde (et on sait comment ce genre de choses finissent...) Si le FdG souffre de manque de cohérence, ND nous rappel que ça pourrait être pire...

      D’ailleurs j’aimerais bien qu’un journaliste fait un peu d’investigation sur qui financent ND etc.

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 09:36
    •  
    • @Michel E.
      "ND semble vouloir plaire à tout le monde"
      En tous cas, vous nous rappelez que c’est loin d’être gagné ! Non, on essaie pas de plaire à tout le monde, on essaie de construire une alternative simple, concrète et efficace. Et on essaie de le faire honnêtement. On essaie même pas de vous prendre votre électorat (sinon, on aurait marqué dans le programme que l’on voulait en finir avec le système !)
      Je le répète (je ne suis pas sûr que vous l’ayez compris ?), je parle en mon nom et je ne fais pas de prosélytisme ! Je propose seulement de vous tendre la main pour entamer une discussion sur de nouvelles bases. On ne pourra jamais être d’accord sur tout mais essayons au moins d’en parler bon sang de bonsoir !

      Et en ce qui concerne notre financement, tout s’est fait avec les cotisations et les dons. Et nous disposions de très peu de moyens (nous avons tous contribué plus ou moins pour trouver des idées pas cher pour faire cette campagne). Vous cherchez à nous discréditer, c’est dommage ! Vous faîtes exactement ce que certains électeurs vous ont reproché. Je vous le dis amicalement, je n’ai rien à y gagner mais je garde de l’affection pour le mouvement, vous devriez tous faire une grosse introspection et vous demander pourquoi le score a chuté et pourquoi la stratégie anti-FN ne fonctionne pas (pire, ça le renforce !). Je sais que c’est dur à entendre mais c’est comme ça !
      Et, ne vous inquiétez pas, ND fera aussi sa part, et fera son bilan aussi !

      Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 09:58
    •  
    • @Au-délà des bords :

      "la stratégie anti-FN ne fonctionne pas (pire, ça le renforce !). Je sais que c’est dur à entendre mais c’est comme ça ! "

      Au moins là vous montrez de la conviction. Ce n’est pas pour ça que je vais faire comme vous et vous accuser de croire que vous possédez la vérité. Et je ne comprends pas cette accusation : "Vous cherchez à nous discréditer, c’est dommage ! Vous faîtes exactement ce que certains électeurs vous ont reproché."

      En première, parce que je ne suis pas militant FdG (c’est vous le militant ici, je ne suis que simple citoyen engagé), j’ai juste voté pour la liste Simonnet lors des municipales à Paris. Deuxièmement, parce que je ne vois pas ce que le souhait du bon travail journalistique a à faire avec chercher à vous discréditer. Pas très convaincant tout cela.

      Je ne trouve pas très convaincant non plus de faire comme le PS et accuser le FdG de renforcer le FN. En réalité le FN reste assez stable, il n’y a pas grande chose qui a changé depuis 2002, moins qu’on aurait pu craindre. Les élections européennes étaient faciles pour eux, vu qu’ils étaient les seuls qui ont appelé à voter contre l’UE. Dans le vote FN aux européennes il y a de la droite, du centre, de la gauche, ... Il y a même des gens qui votent pour le FN dans les européennes juste pour protester contre le système électoral français. Ensuite c’est déformé dans les médias qui aiment bien le sensationnalisme. Je trouve cela ridicule de dire que le FdG est responsable du renforcement (réellement assez faible) du FN, on voit bien que les partis d’extrême droite font encore mieux là où on les traite gentiment, comme au Danemark, la Norvège, etc. C’est bien cette gentillesse le problème et que le FdG est si seul dans sa lutte contre l’extrême droite dans les médias. Mais le plus important contre le FN, ce n’est pas les paroles. Le plus important, c’est que les gens voient une (vraie) alternative. C’est là où le FdG aurait pu faire mieux, et c’est là où ND, PS, UMP, etc. n’ont rien à proposer. Le moins que la gauche s’impose, le plus d’espace pour l’extrême droite. Parler de Roosevelt etc. comme le fait ND est juste dépassé.

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 10:50
    •  
    • @Michel E.

      Mais je montre de la conviction dans tout ce que je fais et dans tout ce que je dis tout le temps, pas de problème !

      Effectivement, je pense qu’en mettant en doute notre financement de notre campagne, vous cherchez un poil à nous discréditer. Pour ma part, je n’ai jamais remis en question celle du FdG. Pas de mauvaise foi SVP ! La politique, j’en connais les coups bas et je ne m’appelle pas "Oui-Oui" non plus !

      Je suis effectivement militant (1ère fois de ma vie). La différence avec un citoyen engagé, c’est qu’il paie sa cotisation.

      Quand le FN passe de 1 M à 4,7 M pour une élection européenne, je n’appelle pas ça de la stabilité. Et quand il passe de 5,5 M en 2002 à 6,4 M en 2012, je ne le crois pas plus !

      Vous me parlez de vote du centre, de la gauche, de la droite pour le FN. Oui, et alors ? Le but de chaque parti est de mobiliser au-delà de sa base non ?
      Et quand je dis que la stratégie adoptée par le FdG est contre-productive, c’est un fait pas une spéculation. Ce n’est pas une critique gratuite, c’est simplement que je pense qu’il faudrait peut-être la revoir un peu. J’aurais aimé qu’elle fonctionne, que le FdG soit plus haut et que le FN soit beaucoup plus bas, mais ce n’est pas le cas !

      Et il ne s’agit pas de traiter le FN "gentiment" (encore de la mauvaise foi !), il s’agit d’éviter la bataille frontale et de, peut-être, trouver une tactique plus judicieuse, moins "bourrin". Enfin, je sais pas ... réfléchir un peu quoi !

      En ce qui concerne "l’alternative", vous me parlez d’arrêter les paroles et de passer aux actes. Je suis d’accord. C’est un peu ce que je propose depuis le début des commentaires sur cet article. Le seul problème, et j’espère que vous serez de bonne foi, c’est que vous êtes buté, borné et attaché à vos dogmes comme un prisonnier à son boulet et que vous refusez tout dialogue en vous cachant derrière des qualificatifs faciles. Pour vous je ne suis qu’un adorateur de Roosevelt, Keynes, Jospin ou je ne sais qui encore ! Je ne suis qu’un suppôt du capitalisme en quelque sorte, point barre ! Définitivement, je n’arriverai jamais à comprendre ce genre de discours, désolé (surtout quand on me dit que les idées que nous proposons sont dépassées alors que les idées que proposent le FdG prennent leur source dans des pensées du XIXème siècle. Encore de la mauvaise foi ! Je déteste ça parce que c’est ce qui mine la politique aujourd’hui !)

      Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 11:30
    •  
    • @Au-delà des bords
      "Mais je montre de la conviction dans tout ce que je fais et dans tout ce que je dis tout le temps, pas de problème !"

      Mais quand moi je fais pareil ça s’appelle "croire posséder la vérité" ?

      "Effectivement, je pense qu’en mettant en doute notre financement de notre campagne, vous cherchez un poil à nous discréditer. Pour ma part, je n’ai jamais remis en question celle du FdG."

      ND est tout nouveau. C’est normal de vouloir savoir ce genre de choses (dans une démocratie en tout cas).

      "Je suis effectivement militant (1ère fois de ma vie). La différence avec un citoyen engagé, c’est qu’il paie sa cotisation."

      Et ?

      "Quand le FN passe de 1 M à 4,7 M pour une élection européenne, je n’appelle pas ça de la stabilité. Et quand il passe de 5,5 M en 2002 à 6,4 M en 2012, je ne le crois pas plus !"

      Les européennes changent tout le temps, la dernière fois c’était EELV, cette fois le FN. Quand à 2002-2012 c’est un léger progression en pourcentage des inscrits, donc exactement ce que je disais.

      "Et quand je dis que la stratégie adoptée par le FdG est contre-productive, c’est un fait pas une spéculation. Ce n’est pas une critique gratuite, c’est simplement que je pense qu’il faudrait peut-être la revoir un peu. J’aurais aimé qu’elle fonctionne, que le FdG soit plus haut et que le FN soit beaucoup plus bas, mais ce n’est pas le cas !"

      Donc chaque fois que le FN monte c’est la faute de ceux qui mène l’opposition dans les médias ? Je n’appelle pas ça un fait...

      E"t il ne s’agit pas de traiter le FN "gentiment" (encore de la mauvaise foi !), il s’agit d’éviter la bataille frontale et de, peut-être, trouver une tactique plus judicieuse, moins "bourrin". Enfin, je sais pas ... réfléchir un peu quoi !"

      Non, comme j’ai dit, on voit que ce que tu propose marche encore moins (Danemark, Norvège, Autriche, etc.), et je persiste à dire que le problème n’est pas dans l’attitude du FdG vis-à-vis le FN, mais dans le manque d’une (vraie) alternative cohérent. Et à nouveau : donne moi un exemple de cette société capitaliste en harmonie que ND veut avoir, après toutes ces années ça doit bien exister, non ?

      "vous êtes buté, borné et attaché à vos dogmes comme un prisonnier à son boulet et que vous refusez tout dialogue en vous cachant derrière des qualificatifs faciles. Pour vous je ne suis qu’un adorateur de Roosevelt, Keynes, Jospin ou je ne sais qui encore ! Je ne suis qu’un suppôt du capitalisme en quelque sorte, point barre !"

      Effectivement, vous n’avez pas encore arrivé à expliquer ce que veut ND concrètement, on ne peut pas plus flou, je ne parles pas de vous mais de ND que vous représentez, et il me semble bien que ND met en avant Roosevelt.

      "Définitivement, je n’arriverai jamais à comprendre ce genre de discours, désolé (surtout quand on me dit que les idées que nous proposons sont dépassées alors que les idées que proposent le FdG prennent leur source dans des pensées du XIXème siècle. Encore de la mauvaise foi ! Je déteste ça parce que c’est ce qui mine la politique aujourd’hui !)"

      Oui, j’ai dit que le changement temporaire style Roosevelt n’est plus possible aujourd’hui, le plus proche aujourd’hui c’est Hollande/Obama et on voit ce que ça donne... Ce que propose la plupart des composantes du FdG, si j’ai bien compris, est de rompre, changer en profondeur à partir de la société contemporaine. Donc ce que propose le FdG prend sa source dans le monde contemporain, s’inspirant en partie des choses en Amérique Latine etc., alors que ND ne semble pas s’inspirer de grande chose dans le monde actuel (mais n’hésitez pas à me corriger et me donner enfin un exemple contemporain s’il y en a). Mon impression est aussi que le FdG a une politique plus complète (médias etc.), alors que ND semble mettre beaucoup moins de choses en question, ce qui explique sûrement sa couleur rose (le fondateur a été au PS et EELV, non ?). Bref, ça ne m’a pas l’air d’être quelque chose de nouveau en construction ND, plutôt un truc pour un type qui aurait aimé le PS/EELV un peu plus selon sa tête (mais je m’en doute que les gens vont venir en masse vers ND de PS/EELV).

      Cela dit, le FdG a ces problèmes (notamment le PCF), mais au moins il y a là l’envie de quelque chose de réellement nouveau.

      Michel E. Le 28 mai 2014 à 12:23
    •  
    • Le programme européen de ND interroge :

      "Créer une Zone d’Action à quelques pays, partageant les mêmes objectifs"
      Ce que je comprends est qu’il faut jeter par dessus bord tous les pays de l’UE qui ne sont au même "niveau" économique que la France (Grèce, portugal...) C’est une position intermédiaire entre le repli nationaliste et la position du FdG de changer l’orientation de l’UE (en désobéissant aux traités bien entendu).
      Et il n’y a pas l’once de référence à une stratégie.
      Parce que nous savons bien que dans le cadre des institutions et des traités il est impossible de réorienter l’UE.
      Par ailleurs, ND veut mettre la question démocratique en avant mais pourtant comme avec JLM, on retrouve le leader du parti en tête de liste.
      C’est une drôle de façon de faire du neuf démocratiquement.

      Henri Kaanan Le 28 mai 2014 à 20:00
    •  
    • Devant le succès électoral relatif de ND, j’ai peur que par réalisme politique et devant le constat que la France se droitise (l’UMP est arrivé en seconde position, on a tendance à l’oublier) le centre de gravité des forces politiques de gauche (je ne compte pas le PS dedans) se déplace vers la droite.

      Henri Kaanan Le 28 mai 2014 à 20:13
  •  
  • "Certainement pas dans le sens de sa dissolution ou même de son édulcoration. Si une ou l’autre des composantes du Front était mise à l’écart, ce serait une perte mortelle pour le mouvement tout entier. Conserver et élargir : c’est l’alpha "
    Au FDG, ils sont tous autonomes, donc pas de mise à l’écart de personne.
    Pour élargir, ce qui est plus que nécessaire, ce n’est pas les disputes stériles des uns et des autres qui feront avancer les choses.
    "ce serait une perte mortelle pour le mouvement tout entier." Le PC, sans le PG est foutu, le PG sans le PC est foutu aussi. Chacun de son côté, NON. Le PC est un vieux parti, pas révolutionnaire. Le PG est un jeune parti, sans élu ou presque. Le PC, va évoluer, cela risque d’être long. Le FDG n’est pas une fin en soi, et doit être rassembleur et non diviseur. les verts, l’aile gauche du PS et nouvelle donne, ne sont pas prêt pour l’Unité, Filoche veut faire l’Unité à l’intérieur du PS, alors que les gens fuit Le PS. Tout le monde veut l’unité mais en allant chez eux. La 6ème République, ce n’est pas cela. C’est la démocratie, seul le peuple et sans pression, (ex vote utile etc) décidera

    C DELVART Le 28 mai 2014 à 06:42
       
    • @C DELVART
      Ce n’est pas parce que personne n’est prêt à se rassembler qu’il ne faut pas travailler dans ce sens. Le FN est à 25%, le PS et l’UMP implosent et nous assistons actuellement à une recomposition du paysage politique français. Les alliances ne se font plus sur des idéologies et des dogmes partisans, mais au coup par coup (je ne sais pas si on y gagne ou pas mais c’est comme ça). Il est donc urgent de refonder la gauche dans son ensemble (chacun de son côté ou les uns avec les autres, ça dépendra de nous tous) et de tendre vers un rassemblement (qu’il réussisse pou non).
      Tout ce que je souhaite (du plus profond de mon être) c’est que l’on puisse en parler sereinement ensemble au moins une fois !
      Mais je vois que la route est encore longue !

      Au-delà des bords Le 28 mai 2014 à 10:07
  •  
  • Bonjour
    je suis communiste depuis 1976. Je suis front de gauche depuis que le PCF a proposé la création de cette union de toutes celles et ceux qui veulent dépasser le capitalisme.
    Avant le FDG j’ai été unitaire chaque fois que depuis 1976 il a été question d’unité. Avec moi des dizaines de milliers de communistes. Alors sectaire ?
    Je pense que si de nouveaux rapports de forces se créent à gauche, ils ne se feront pas sans moi ni sans mes camarades.
    Donc dire que "la cohérence et l’unité dont la gauche a besoin n’est pas possible avec le PCF" c’est contradictoire avec l’idée même d’unité.
    La vérité c’est que pour l’instant seulement 10% des électeurs et ce depuis des années avec ou sans PG, ND ou Ensemble, sont convaincus de la possibilité de la construction d’une société reposant sur la solidarité, de la possibilité que les richesses produites par le travail de tous serve l’ensemble de la société et que le fait de renverser les rapports actuels ou les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres n’est pas possible. Ils sont trop fort, le monde financier est trop fort disent les gens à qui nous parlons. La société que vous voulez est souhaitable mais n’est pas possible. Voilà ce qui nous est répondu dans la rue, les marchés les lieux de travail.
    Nous devons arriver à unir nos énergies pour démontrer à tous que un monde humain est possible. D’ailleurs sommes nous capable de donner un nom à cette société ? J’avais posé cette question à Clémentine Autain lorsqu’elle était venue en Ariège, elle m’avait répondu ,en tous cas pas communisme. D’accord mais quoi ?
    Je pense que la forme d’organisation qui portera cette visée est moins importante que son contenu.
    Nous n’en sommes pas encore à la constitution d’une seule entité politique, un seul parti car lorsque des socialistes ne sont pas d’accord avec le PS, ils créent le PG ou ND. Lorsque des communistes du NPA ne sont pas d’accord avec le NPA, ils créent GU et GA. Lorsque des communistes ne sont pas d’accord avec le PCF ils créent une multiplicité d’autres organisations.
    Tous ces partis et mouvements, à l’exception de ND se retrouvent dans le FG, c’est déjà pas mal de se parler. Alors continuons et faisons grandir l’espoir.

    Navarro José Le 28 mai 2014 à 11:36
  •  
  • Sur le score du FN ( première partie de ce message déjà publiée sur un fil de discussion Médiapart)
    Je note surtout (et malgré toutes les explications sociologiques que l’on pourra donner sur son électorat) que la fin de campagne a donné lieu à une ignoble exploitation du thème de l’immigration.
    Les propos immondes du leader historique du FN qui propose de laisser le virus Ebola faire son œuvre et factuellement laisser crever des millions d’êtres humains dans d’horribles souffrances ne sont arrivés par hasard dans cette fin de campagne.
    Réfléchissons un peu au moment choisit par le vieux leader charismatique de l’extrême droite pour produire son buzz largement relayé par les médias.Quelques jours avant le scrutin lors d’un meeting dont le moins qu’on puise dire est qu’il n’avait pas fait le plein. Cette sortie n’est pas un dérapage mais a été bien réfléchie tout comme le refus de Marine Lepen de condamner ces propos, pire de les expliquer lors du débat télévisé.
    Il fallait s’assurer que le fonds de commerce habituel du FN peu passionné par les élections européennes soit mobilisé. Idem pour le débat sur France 2.
    Alors que l’immigration n’avait quasiment pas été abordée lors de la campagne car le Grand Marché Transatlantique faisait recette, le thème de l’immigration est subitement ressorti de manière particulièrement ignoble avec la suppression de l’aide médicale d’état aux sans papiers. Puis les frontières passoires, puis Schengen et les visas aux frontières, le rétablissement des frontières, le tout à l’avenant.
    Pour mémoire : lors de cette élection le FN a fait 4 711 339. Au premier tour de la présidentielle de 2002 JM. Lepen à fait 4 800 000 voix.
    Les sondeurs et analystes nous disent que 10% des électeurs se décident dans l’isoloir et nombreux seraient ceux qui se décident dans les derniers jours de la campagne.
    Maintenant sur le Front de gauche.( cette partie n’a pas fait l’objet d’une publication)
    1- Je suis intimement convaincu que la séquence des municipales, la position étrange du PCF et les réactions véhémentes du PG ont crée un profond malaise au sein du FDG. La campagne s’en est ressenti. Il faudra analyser les résultats ville par ville et voir si dans les villes ou le FdG s’est présenté uni aux municipales le résultat est différent de celui ou c’était l’inverse. A Mulhouse le FdG avait une liste commune. La liste européenne du FdG gagne en voix et en % dans un contexte d’abstention plus fort qu’aux municipales en passant de 3 à près de 6 %.
    2- Je suis également convaincu que nombre des électeurs du FdG ont été troublés par une position compliquée consistant à dire " on est pour-contre " on "veut sortir de l’euro mais on n’en sortira que si on nous jette "
    3- enfin il y a des électeurs du FdG qui sont ouvertement anti-européens, qui ont voté non en 2005 et qui n’ont pas digéré le détournement de leur vote. Ils se sont simplement abstenus. Cela ne remet en rien leur choix du FdG lors d’autres scrutins.
    4- la campagne pour faire de l’élection européenne un référendum contre le Grand Marché Transatlantique n’a pas pris dans l’opinion car elle est arrivée trop tard et était somme toute aux yeux des électeurs un tantinet "hors sujet"

    Francis Le 28 mai 2014 à 17:55
  •  
  • Dans ma contribution une partie de phrase à disparue, voici une correction
    La vérité c’est que pour l’instant seulement 10% des électeurs et ce depuis des années avec ou sans PG, ND ou Ensemble, sont convaincus de la possibilité de la construction d’une société reposant sur la solidarité, de la possibilité que les richesses produites par le travail de tous serve l’ensemble de la société. A l’inverse une partie toujours plus importante de la population pense que le fait de renverser les rapports actuels ou les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres n’est pas possible.
    Ils sont trop fort, le monde financier est trop fort disent les gens à qui nous parlons. La société que vous voulez est souhaitable mais n’est pas possible. Voilà ce qui nous est répondu dans la rue, les marchés les lieux de travail.

    Navarro José Le 28 mai 2014 à 18:13
       
    • J’ai peut-être mal compris mais tu sembles considérer - avec beaucoup d’autres au PCF- que les 11% de 2012 sont dus au PCF...si c’est cela...pas étonnant qu’on fasse ce coup-ci 6,3%...La route vers les 1,9¨de 2007 est ouverte !

      Dominique FILIPPI Le 28 mai 2014 à 18:30
  •  
  • Dominique fait référence à des chiffres. Ce qu’il dit ci dessous n’engage que lui. Moi je n’ai rien dit de semblable.

    J’ai peut-être mal compris mais tu sembles considérer - avec beaucoup d’autres au PCF- que les 11% de 2012 sont dus au PCF...si c’est cela...pas étonnant qu’on fasse ce coup-ci 6,3%...La route vers les 1,9¨de 2007 est ouverte !

    Mon propos est de dire qu’il n’y a pas de progression depuis plusieurs années de la frange de population qui adhère à l’idée de changer de société. C’est pour cela qu’il me semble qu’il faut insister sur le " c’est possible"

    Jean Luc Mélanchon était candidat du FDG à la présidentielle. Le score obtenu est le résultat du travail de toutes les composantes du FDG et bien sûr aussi de sa personnalité.

    Navarro José Le 28 mai 2014 à 19:41
       
    • les résultats de 2007 sont aisément vérifiables.

      Dominique FILIPPI Le 31 mai 2014 à 15:49
  •  
  • Une défaite terrible mais dont il faut désormais tirer certaines conséquences. On pourra lire avec profit l’analyse d’Aurélien Bernier, qui a le mérite de lancer le débat : http://lesinenarrables.net/la-gauche-radicale-en-panne-sur-leurope/

    Maxime Roffay Le 29 mai 2014 à 00:22
  •  
  • On ne peut pas continuer avec un pc qui s’allie , opportunité oblige , avec un ps plus à droite que jamais . Donc ne pas s’étonner si marine devient la prochaine présidente des français . En tout cas je serai de ceux qui la porteront à l’élysée si au front de gauche nous ne revoyons pas notre politique et nos alliances . Mélenchon ferait bien de réfléchir également .

    lineand Le 30 mai 2014 à 18:04
       
    • C’est quoi votre but ? Prendre une revanche sur le PS ou oeuvrer à faire émerger une société exempte d’exploitation de la majorité par une minorité et dans laquelle chaque être humain aurait les moyens de vivre et le tout en ramenant au niveau le plus bas possible l’exploitation de la nature ?

      Henri Kaanan Le 31 mai 2014 à 01:15
    •  
    • La seconde guerre mondiale a laissé une blessure en France, un complexe vis-à-vis de l’Allemagne. Du coup, de moins en moins de français croient que c’est possible de s’entretenir avec l’Allemagne de façon satisfaisante. La seule issue crédible en France est donc la sortie de l’UE. Mélenchon a dit que son rôle c’est de s’occuper de la France comme le rôle d’un homme politique allemand est de s’occuper de l’Allemagne, un compromis entre l’Allemagne et la France est donc sous-entendu, donc, quand Mélenchon parle de s’imposer auprès de l’Allemagne, les gens comprennent cela comme de la posture.

      Alors que les Grecs et les Espagnols ont traditionnellement une croyance forte en la possibilité de se faire entendre par l’UE, les Français ne voient pas l’UE comme un projet démocratique, mais comme un compromis entre l’Allemagne et la France. Tant que l’Allemagne n’était pas à l’offensive, les Français pouvaient croire à la possibilité pour la France d’avoir un mot à dire qui soit décisif quant à l’UE, mais depuis que l’UE s’est élargie vers l’est et que l’Allemagne est à l’offensive, de plus en plus des Français ne croient plus - et pas sans raisons - à la possibilité d’une UE en harmonie (avec la France).

      Il faut aussi voir comment la démocratie devient difficile quand on dépasse une certaine taille de population. Je dirais qu’une démocratie vivante est quasiment impossible au-delà de 100 millions d’habitants, et dans l’UE il y a plus d’habitants qu’aux Etats-Unis, avec encore moins d’implication des citoyens. Donc, de ce point de vue-là aussi, ça a beaucoup de sens de rompre avec l’UE qui - comme l’a dit Mélenchon - a ses racines dans la guerre froide. J’ajouterais : dès le début, cela a été la construction d’un bloc capitaliste, mercantile et anti-gauche dans ses fondements mêmes (l’économie de marché, le libre-échange, etc gravés dans le marbre des traités).

      Donc le FdG ne doit pas croire qu’il suffit de faire comme Syriza en Grèce, mais plutôt voir comment Syriza en Grèce se développe selon les conditions grecques, parce qu’elles ne sont pas comme en France. Une fois arrivé au pouvoir, ça me semble probable que Syriza va proposer de rompre avec l’UE, mais les Grecs ne vont pas - pour l’instant - leur faire confiance sans qu’ils essaient de s’imposer auprès de l’UE d’abord. Alors qu’en France, la gauche a tout à gagner sur une position contre l’UE dés le départ (et ça pourrait aussi influencer positivement le reste de l’Europe, parce que je vois mal en quoi c’est réaliste d’être pro-UE si on est de gauche).

      Malheureusement la gauche française, au niveau des partis, est ici paradoxalement encore plus pro-EU qu’en Grèce, et je pense que le seul espoir à court terme c’est que le PG rompe avec le PCF et se déclare contre l’UE. Comme ça il existerait une base pour une gauche vivante en France que des autres partis et mouvements pourraient rejoindre. Je crains que cela risque de durer, mais on peut toujours espérer. D’après ce que j’ai entendu, le dernier billet sur le blog de Mélenchon n’est pas sans être encourageant.

      Michel E. Le 31 mai 2014 à 09:32
  •  
  • Il faut faire la part des choses. Si le PS et EELV ont divisé leur score par deux par rapport à 2009, le FdG est la seule formation de gauche à avoir progressé (très peu, il est vrai), sauf dans la circonscription Massif Central Centre où on avait parachuté une tête de liste PG alors qu’en 2009 la tête de liste était communiste et bien enracinée dans la région. Le résultat aurait sans doute été meilleur si la campagne avait été moins courte : le PG s’était "mis en congé" de la Gauche européenne jusqu’à fin mars, et a ensuite fait traîner les négociations pour l’élaboration des listes avec des prétentions inacceptables, ce qui fait que la campagne n’a pas pu commencer avant fin avril.

    Il serait suicidaire pour tout le monde de vouloir se "débarrasser" de qui que ce soit. Il faut au contraire rassembler sans exclusive toutes les victimes de la politique actuelle. Il serait absurde de rejeter tous les militants socialistes dans les bras de la droite, ce qui ne ferait que renforcer celle-ci. Gérard Filoche est-il de droite ?

    Babeuf Le 31 mai 2014 à 08:48
       
    • Enfin un optimiste !

      Dominique FILIPPI Le 31 mai 2014 à 15:50
    •  
    • Je suis content de lire ça ! Cela permet au moins d’en débattre !

      Au-delà des bords Le 31 mai 2014 à 16:03
    •  
    • Cher Babeuf,
      "le FdG est la seule formation de gauche à avoir progressé (très peu, il est vrai), sauf dans la circonscription Massif Central Centre où on avait parachuté une tête de liste PG alors qu’en 2009 la tête de liste était communiste et bien enracinée dans la région." Merci cher Babeuf de cette gentille précision.
      1/ —Mais en 2009, le PCF ne s’était pas allié juste avant, 55 jours avant, avec un parti de droite (le Ps), dans quasiment toutes les grandes villes de cette région ! Et en 2014, pour certains électeurs, le FdG était un parti,comme ceux de droite, du Ps à l’UMP, un parti de pourris ! Oui nous avons perdu 2000 voix, en passant de 110 087 à 108 194 voix, mais à qui la faute ?
      2/ —Et dans le Nord-Ouest, Hénin n’a pas été réélu ! Et pourtant les 3 premier de sa liste étaient des communistes, et c’était en dehors des accords pris au sommet du Front de Gauche !
      3/ —L’aide des communistes dans le département 37 a été très faible. Je ne peux parler que pour mon département évidemment. Mais j’en ai parcouru la moitié sur les routes tous les jours de cette courte campagnes. Monsieur Chassaigne aussi a refusé de rencontrer notre candidate en début de campagne à Clermont ! Notre campagne ne se passait donc pas sous les meilleurs auspices ! Cela en explique les résultats ! Cela ne peut s’oublier !
      Amitiés

      Pierre Magne Le 2 juin 2014 à 19:04
  •  
  • Bien sûr déçu. Les 3% de "nouvelle donne", les incohérences entre le PCF et le PG, l’appareil du PC qui vit davantage sur son passé qu’ouvert sur l’avenir, etc.. mais bon, élevons-nous un peu à niveau supérieur que purement tactique !! Après tout, et quel que soit le pays de la vieille Europe, avons-nous tout simplement oublié que la force historique de la "gauche radicale" a été celle du Mouvement ouvrier !! Une classe ouvrière organisée et consciente souvent encadrée par des "intellectuels organiques" parfois issus de la bourgeoisie (Jaurès, Gramsci, Lénine, etc..) et qui a fait place aujourd’hui a ce conglomérat chaotique de "classes populaires" rongées par l’individualisme , la précarité, le consumérisme, la relégation territoriale. Et le désespoir ! Le défi est ardu !! Et dans ce contexte, le "populisme" , qui d’ailleurs, fait beaucoup plus voter par défaut, que fait adhérer sur ses "valeurs, en outre, parmi un électorat qui s’abstient à 60% sinon 75% parmi les plus exploités, a effectivement plus de chance que nous ! Ne nous y trompons-pas, dans la vieille Europe à la démographie vieillissante qui n’intéresse plus vraiment le capital mondialisé en partance vers d’autres lieux plus "productifs" (les "émergents" ) le défi est immense ! Alors, effectivement , un fdg qui ne peut plus être un "cartel électoraliste" d’appareils et qui doit tendre vers une organisation plus homogène et plus démocratique ouverte sur la jeunesse et les modes d’organisation actuels (cf les "pirates" ou "5 étoiles") . Oui, à un fdg uni dans avec toutes ses composantes actuelles mais qui doit devenir l’artisan d’un vaste périmètre politique qui regrouperait l’ensemble de la "gauche radicale", disons, de l’EXG à la gauche du PS ! Oui à des sortes "d’Etats-généraux" démocratiquement élus par la base qui pourraient discuter de tous nos problèmes, une sorte de "bilan et perspectives" à "l’ancienne" pour refonder le Fdg. Oui ! Mais les vieux appareils qui détiennent encore le pouvoir de décision primordiale, le voudront-t-ils ? Le pourront-t-ils ? Se remettre en cause, une si longue et parfois une si glorieuse histoire (le Font-pop, la Résistance, les luttes anticoloniales, etc.. )...Dans ce contexte "no futur" où l’on ne sait plus vraiment ce que devrait-être le "socialisme" ?? Le pourront-t-ils ??

    Georges Lacan Le 31 mai 2014 à 14:28
  •  
  • @Au-delà des bords
    Être avant tout très clair :
    -vis à vis de la majorité des militants mais aussi de l’électorat socialiste ,communiste, écolo et NPA ce qui suppose ne JAMAIS renouveler l’ubuesque et pitoyable comportement aux Municipales d’une partie du PCF...à Paris mais pas qu’à Paris loin s’en faut...
     Ne pas faire de distinguos entre "bons" et "mauvais" socialistes ou écolos ou gauchistes...distinguos qui sont souvent d’ailleurs erronés ...
     S’engager résolument dans le dépassement de la "forme parti" et ce très vite.
     Tenir compte le plus possible des raisons culturelles -et pas seulement économiques et sociales - du vote FN ( ne pas renouveler le catastrophique discours de Marseille en 2012 où français et immigrés devaient fraterniser....)
     Être clair sur l’Europe qui dans l’état actuel des choses est la déclinaison politique de l’OTAN et de la "civilisation occidentale" version US.
     Être convaincu que les partis nés à Tous en 1920 ont atteint leurs limites historiques.
     Être beaucoup plus offensifs vis à vis des médias qui sont un des éléments essentiels du dispositif qui vise à faire douter de tout pour laisser au conservatisme sous toutes ses formes le bénéfice du doute..
     Être convaincu de la dimension éco-socialiste de notre projet et ce pas seulement pour faire plaisir...

    Dominique FILIPPI Le 31 mai 2014 à 17:26
  •  
  • A propos des municipales, il ne faut pas inverser les rôles. Les communistes n’ont jamais envisagé de rompre le Front de Gauche. C’est le PG qui, unilatéralement, avait décidé qu’il fallait casser les municipalités d’union de la gauche où communistes et socialistes travaillaient ensemble depuis des années, voire des décennies, au service des populations. Quand on a pour devise "l’Humain d’abord", le premier souci doit rester la satisfaction des besoins humains. Si, à Paris, il y avait eu une liste PC-PG contre Hidalgo, cela aurait abouti à une triangulaire qui aurait permis à la droite (NKM) de reconquérir la mairie de Paris. Les victimes en auraient été les Parisiens. Aujourd’hui à Paris, l’adjoint au logement est communiste, son objectif est de faire revenir les classes populaires qui ont dû s’exiler en banlieue lointaine à cause des prix inabordables du logement à Paris. Les gens qui font vivre la capitale doivent pouvoir aussi y habiter. Pour les municipales, chaque commune était un cas particulier. Il ne faut pas tout mélanger et agir avec discernement. Et ne jamais oublier : "l’Humain d’abord".

    Babeuf Le 1er juin 2014 à 11:43
       
    • Franchement, je vis à Paris et il n’y a pas de politique de gauche ici. Ce qui s’est réellement passé à Paris sous Delanoë, Brossat et consort : flicage des précaires, détournements des fonds publics vers le privé via des partenariats public-privé, etc. Et Brossat qui prétend qu’il n’y a que le logement qui pose problème à Paris, que c’est seulement là où la majorité doit se rattraper. Ca fait peur...

      Michel E. Le 1er juin 2014 à 12:53
    •  
    • Et si la droite avait gagné à Paris, quels espoirs pour les Parisiens ?

      Babeuf Le 1er juin 2014 à 13:26
    •  
    • Justement, l’union de la "gauche" du PS-UMP-EELV à Paris a surtout accouché d’une politique de droite pur jus : flicage des précaires, spéculation immobilière et rejet des populations prolétaires hors de Paris, cadeaux fiscaux aux entreprises,... Et un peu de maquillage démago (Paris plage et autres horreurs mercantiles du genre) pour essayer de faire passer la pilule, du moins face aux médias... Le choix ne se résumait donc heureusement pas entre status quo (= politique de droite s’auto-proclamant "gauche") et quelque chose d’un peu plus à droite (l’UMP), il y avait aussi la liste de Simonnet pour ceux qui voulaient une politique de gauche. Donc évidemment, le minimum aurait été de la part du PCF d’arrêter - enfin - de tapiner pour le PS et d’enfin se repositionner à gauche. A noter d’ailleurs que, paradoxalement, les arrondissements UMP ne sont plus forcément les pires sur certains points : dans le XVIème par exemple, on flique peu les RSAstes, comparé aux arrondissements du nord et de l’est parisien où là la Gestapo municipal PS-PCF se déchaîne.

      Michel E. Le 1er juin 2014 à 18:05
    •  
    • ("PS-UMP-EELV" dans mon commentaire dessus doit être lu "PS-PCF-EELV")

      Michel E. Le 1er juin 2014 à 18:10
    •  
    • Si les communistes avaient intégré la liste Simonnet, c’est NKM qui aurait gagné, mais c’est peut-être ce que vous souhaitiez

      Babeuf Le 2 juin 2014 à 09:12
    •  
    • Justement, si le PCF avait rejoint la liste Simonnet, personne n’aurait gagné d’emblée, étant donnée la spécificité administrative de la mairie de Paris, mais peut-être ne la connaissez-vous pas....?
      Donc, pour rappel : le maire de Paris est élu par les conseillers au conseil de Paris, élus dans chaque arrondissement, donc un FdG fort aurait empêché une majorité pour le PS, tout comme pour l’UMP. Dès lors, une alliance aurait été indispensable.
      Il est possible que ça aurait donné une alliance PS-UMP (ce qui n’aurait pas changé grand chose par rapport à la politique des deux mandatures Delanoë, qui a fait de la droite pur jus, cf. mon post précédent pour des exemples concrets), mais je ne le crois pas, le PS aurait eu trop peur pour son image. Je crois plutôt que le PS aurait été obligé de négocier avec le FdG, et de céder sur des points importants. Donc l’autonomie aurait été la stratégie gagnante au court terme aussi, au lieu du tapinage habituel.
      On ne sait pas quelle aurait été l’ampleur du vote FdG, mais elle aurait été suffisante pour obliger à une alliance. La gauche ne va jamais pouvoir exister tant que le défaitisme règne. Une gauche (sous-entendu : gauche, et non "gauche") bien unie et intègre, qui parle directement aux gens, à partir du concret de leur vie, verrait certainement augmenter le taux de participation.

      Michel E. Le 2 juin 2014 à 10:52
    •  
    • Cher Babeuf,
      J’ai fait toute la campagne municipale du second tour à Paris pour Danielle Simonnet. Les choses auraient été très différentes si le PCF parisien n’avait pas tapiné avec le Ps. Mais ils se sont vendus. Il y a encore dans mon quartier (le 20ème) des affiches PCF avec "vendus" dessus ! Si le PCF avait participé à la liste FdG autonome, au second tour le Ps aurait eu le choix de faire une fusion technique avec le FdG, ou de s’allier avec l’UMP, et là les choses auraient été claires, ou comme à Tours de perdre seul !
      Quand aux promesses de Ian Brossat : le budget de Paris diminue en 2014 de 500 millions d’Euros, et en 2015, il diminuera de 1 milliard d’Euros ! Alors ses promesses de logements de Ian Brossat n’engagent que ceux qui les croient !
      Amitiés

      Pierre Magne Le 2 juin 2014 à 19:24
  •