photo cc EPP
Accueil > Politique | Par La rédaction | 21 novembre 2016

Fillon, l’avion de la réaction

La large victoire de François Fillon au premier tour de la primaire de la droite confirme que les compromis ne paient pas. C’est une droite très dure qui l’emporte… et emporte avec elle Nicolas Sarkozy.

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La période est aux pronostics politiques déjoués par les votes populaires. La droite n’y a pas échappé. Contre toute attente, sondagière au moins, la primaire a mis au tapis Nicolas Sarkozy, arrivé en troisième position avec seulement 20,6%. Trop d’affaires, tant d’ennemis, un style nerveux et tranchant, le parfum du passé... Il n’a pas convaincu.

Une page se tourne. Les électeurs de gauche qui se sont déplacés ont pu savourer. Mais leur champion, Alain Juppé, censé garantir un moindre mal à droite, n’a pas fait le plein. Avec 28,6%, l’ancien maire de Bordeaux est loin des 40% promis. Avec l’identité heureuse, un profil socio-politique plus ouvert, une main tendue à François Bayrou et aux électeurs potentiels de gauche, Juppé n’a pas emporté le cœur de la droite. L’heure est aux identités politiques franches.

C’est bel et bien la posture et le projet d’une droite dure qui a été porté par la vague des suffrages. Avec 44%, François Fillon a tout simplement cartonné. Il n’était pas le chouchou des médias, ce qui semble lui avoir profité. Avec une campagne au long court, patiente et déterminée sur le terrain, et deux débats télévisés au cours duquel il a pu dérouler devant le grand public sa vision ultralibérale et particulièrement conservatrice, Fillon est apparu comme l’homme de la situation à droite.

Libéralisme débridé et conservatisme exacerbé

Derrière une façade apparemment plus policée, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy ne manque pas de propositions pour briser les services publics – 500.000 suppressions de postes de fonctionnaires –, assécher les comptes publics – 100 milliards d’économies budgétaires – et démanteler un peu plus la solidarité au nom de la compétitivité et de la concurrence libre et non faussée. Son libéralisme économique débridé est mâtiné de Manif pour tous et fleure la xénophobie. Un cocktail raide, mais qui a séduit.

S’il a un temps fait figure de troisième homme de cette primaire, Bruno Le Maire sort déchu, arrivant même derrière Nathalie Kosciusko-Morizet, dans la cour des 2-3%. Parmi les humiliés, n’oublions pas Jean-François Copé, signe que les pains au chocolat sont décidément en solde.

L’écart entre les deux candidats arrivés en tête n’est pas mince. Alain Juppé aura bien du mal à refaire son retard. Et ce d’autant que François Fillon a reçu le soutien de Nicolas Sarkozy et de Bruno Lemaire. Avec une participation populaire particulièrement élevée, la droite va sortir dynamisée de l’exercice. Que vaudra la primaire PS à l’aune des quatre millions de voix de la celle de la droite ? Une épine de plus dans le pied pour Hollande, Valls et la rue de Solferino.

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Pourquoi s’interroger inutilement sur "ce que vaudra la primaire PS" ?
    D’autant que l’article le dit très bien : "l’heure est aux identités politiques franches".
    Et, à gauche, la candidature à l’identité politique franche est clairement... identifiée : JLM2017.
    Clémentine l’explique parfaitement et en toute clarté dans l’Huma !

    François 70 Le 21 novembre 2016 à 12:43
       
    • Qui est la responsable principal de cette situation ?
       C’est le PS et Hollande !
      .
      Qui doit réparer ?
       Normalement, c’est le responsable qui a commis la faute, qui doit réparation.
      .
      La seule façon d’éviter que Fillon ou le FN soient élus Président de la République, c’est que le PS ne présente pas de candidat à la Présidentielle.
      .
      Toute autre position coutera très cher à la majorité des Français !
      .
      Il est évident d’autre part que le PS ne fera pas de primaire, car après la participation obtenue par les Républicains, ce serait de la contre publicité d’en faire une !

      Pierre Magne Le 21 novembre 2016 à 13:25
  •  
  • Que vaudra la primaire du Ps ? Encore faut-il qu’elle ait lieu.
    Je ne suis pas convaincu que Hollande se soumettra à cette exécution avant l’heure. Sans doute se dit-il , tant qu’à faire autant tomber les armes à la main, au combat, en brave (ce qui nous changera de son quinquennat de soumission à la commission européenne et à Mme Merkel)
    D’ailleurs Cambadélis a quasiment préparé le suppositoire en déclarant qu’il fallait impérativement que Hollande soit le candidat du PS, quoi qu’il en coûte au parti solférinien.
    Et vous savez quoi ? Et bien ça se tient. Quel aveu d’échec si Hollande est éliminé par les siens. La législative qui suivra sera une déroute pour le Ps et particulièrement pour les "frondeurs" qui seront tenus pour responsables d’avoir laisser ce gouvernement hors sol et sans légitimité populaire (Valls à 5% lors de la primaire et tous les scrutins intermédiaires largement perdus) imposer des mesures contraires aux intérêts du peuple et de ne pas avoir osé prendre leurs responsabilités lors de l’utilisation du 49.3.

    choucroute Le 21 novembre 2016 à 13:40
  •  
  • Un ancien premier ministre vainqueur, échappant au bilan alors qu’il y était totalement associé.
    Voilà de quoi conforter l’actuel premier ministre. Qui va se sentir pousser des ailes.

    Thomas Le 21 novembre 2016 à 15:14
       
    • Dans une autre tribune j’avais écrit que Juppé et Fillon vont lors de la primaire s occuper du cas "sarko " c’est chose faite.

      Mon pronostic pour la suite : Hollande ne se présente pas en invoquant théâtralement " je n ai pas vaincu de chômage ".

      Montebourg gagne la primaire , VALS déclarant " il faut maintenir l unité du parti" et ne se présente pas .

      Le but rester la première force a gauche , devant JLM ,pour que VALS puisse jouer 2022 tranquillos.

      Evidement la droite passe en 2017 , en 2022 méluche a 70 ans !donc "jupéisé " et voila retraite a 65 ans, 39 heures, 48 maxi, - 500 000 fonctionnaires.

      Merci hollande !

      le PC ? le P qui ???.

      buenaventura Le 21 novembre 2016 à 16:02
    •  
    • Hollande il a créé plus de 50 000 chomeurs,
      Fillon veut en supprimer 500 000.
      MaIs pour vous le PS, et la Droite, c ’est pareil.

      L’essentiel pour vous, c ’est battre le PS, devenir la principale force d’opposition ( QUi ne servira plus à rien) dans ce pays.

      Vous êtes les meilleurs amis de la droite, au fond. D’ailleurs même Fillon à le même point de vue que Melenchon sur la Syrie. Un objectif commun, couler le PS. Unis comme les doigts de la main.

      bdpif Le 21 novembre 2016 à 22:10
  •  
  • Harf, petite erreur dans mon message précédent, je voulais bien evidement dire "Fonctionnaires, pas chomeurs"

    bdpif Le 21 novembre 2016 à 22:12
  •  
  • Montebourg commence a sentir l’odeur du souffre. Il va avoir droit à une primaire croupion (peut-être, peut-être pas)
    Déjà il y a un paquet d’électeurs de la primaire de 2011 qui ne se déplaceront pas (j’en suis) ensuite il y a un paquet de militants qui ne sont plus disponibles ( sortis du ps ou portés pâles) donc moins de bureaux de vote et enfin il n’y a aucune envie au niveau de la tête du ps d’organiser une primaire dont ne veut pas le sortant.

    choucroute Le 22 novembre 2016 à 21:22
  •  
  • Pas très brillante, l’analyse. Un regret du candidat "degôche" Hillary Juppé ? Un autre son, plus sérieux par Alexis Toulet :

    Le bouleversement français jusqu’au bout ?

    La première place surprise de François Fillon au premier tour de la primaire Les Républicains, et sa très probable désignation comme candidat du parti dimanche prochain, démontrent que bien des Français sont prêts à changer rapidement d’opinion pour passer des messages ou pour éliminer des politiciens déconsidérés.

    Et si le premier tour de la présidentielle de 2017 révélait une surprise analogue, cette fois-ci à gauche ?

    A peine passée la surprise de la première place de François Fillon au premier tour de la primaire LR, en position extrêmement favorable pour l’emporter le 27 novembre avec 44% des voix et le soutien affirmé de Nicolas Sarkozy qui en avait rassemblé sur son nom 20%, la conclusion qui s’impose apparemment est prise comme base de travail sans plus de doute : si Fillon confirme, c’est bien évidemment lui que le second tour de la présidentielle 2017 opposera à Marine Le Pen du Front National.

    Les arguments pour cette conclusion sont extrêmement forts. Ne s’agit-il pas du résultat de tous les sondages ? L’affiche du second tour n’est-elle pas nécessairement un affrontement LR – FN… tout aussi nécessairement que l’affiche obligée du second tour de la primaire LR était évidemment Sarkozy – Juppé ?

    Non seulement l’ironie est de mise devant toute prétention d’affirmer cinq mois à l’avance qu’une élection serait déjà jouée, mais les Français viennent de démontrer avec éclat que même dans les toutes dernières semaines, ils sont capables de réévaluer leurs options et de changer leurs choix.

    Pourquoi François Fillon ?

    Certes, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a su habilement prendre des positions clairement à droite, voire émettre des signaux au bon moment pour donner l’image de quelqu’un qui partage les préoccupations de nombre de Français concernant l’islamisme djihadiste – publication d’un livre de circonstance au titre vigoureux, Vaincre le totalitarisme islamique – ainsi que le refus de l’adoption plénière aux couples homosexuels exprimé par la Manif pour tous.

    Il est cependant difficile d’attribuer un tel mouvement en sa faveur à ces seuls facteurs, si on se rappelle que les programmes économiques des différents candidats à la primaire n’étaient que des variations très limitées autour de leitmotive communs, soit un alignement poussé sur les réformes exigées de Paris par l’Union européenne, et en matière institutionnelle et diplomatique le maintien de la dépendance envers la superstructure européenne dans laquelle l’approbation du traité de Lisbonne a placé la France. D’autant plus que même s’agissant de la lutte contre le djihadisme ou de la question de l’adoption par des couples homosexuels, les différences entre les candidats à la primaire ne doivent pas être exagérées. Un mouvement d’opinion qui quadruple en trois semaines le score prévisionnel d’un candidat est difficile à attribuer à la simple étude de petites différences de détail ou de style entre ce candidat et les autres.

    Ce mouvement s’explique en revanche aisément si l’on fait la seule hypothèse qu’au-delà du désir de tourner la page Sarkozy, une grande partie de l’électorat de droite partageait aussi le désir de se détourner d’Alain Juppé. Il est alors tout naturel qu’à partir du moment où la simple possibilité de la présence au second tour de quelqu’un d’autre que ces deux-là semblait s’ouvrir – car les études d’opinion montraient un frémissement, et sans doute tout électeur peut ajuster ses choix en fonction de ce que prévoient les sondages – c’est un véritable cercle vertueux qui se soit enclenché au profit de ce « troisième homme » au point non seulement de le propulser au second tour, mais de le placer en très bonne place pour remporter haut la main la primaire.

    Les motivations pour refuser et l’ancien président de la République, et le premier ministre de Jacques Chirac, ne sont guère difficiles à deviner. Beaucoup plus que leur longue présence dans la vie publique française – c’est aussi après tout le cas de François Fillon, premier ministre de Nicolas Sarkozy – c’est tout simplement la question de la probité.

    Nicolas Sarkozy, jamais condamné, et pourtant si souvent cité, n’était de ce point de vue pas à présenter. Il est vrai que sans casseroles, on campagne beaucoup plus léger…

    Alain Juppé quant à lui, accusé en 1995 d’utiliser l’argent public pour rénover à grands frais un appartement appartenant à la ville de Paris dans lequel il faisait loger son fils à prix d’ami, a été condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs pour avoir selon les attendus du jugement « trompé la confiance du peuple souverain » en détournant l’argent public au profit d’un parti politique. Condamné en appel à une peine légère de seulement une année d’inéligibilité et quatorze mois de prison avec sursis, sachant, comme disait le regretté Coluche, que « sursis c’est un mec il reste dehors, il y va pas ».

    Alain Juppé déclarait lors du débat télévisé du 13 octobre « si les Français estiment que ma faute me disqualifie, ils ne m’éliront pas ». Sauf énorme renversement le 27 novembre, c’est bien ce qui se dessine, en effet.

    Fillon candidat LR, et conséquences

    En cas de nomination de François Fillon, il faut s’attendre à ce que François Bayrou soit lui aussi candidat, comme il l’avait annoncé pour le cas où un autre qu’Alain Juppé représenterait LR. Or cette candidature créera une situation inédite.

    Ce seraient en effet pas moins de quatre candidats qui se disputeraient alors l’électorat combiné LR / PS / Centriste, c’est-à-dire l’ensemble des Français qui approuvent ou se résignent à ce que la politique notamment économique du pays soit alignée sur les prescriptions de l’Union européenne, en dépit de leur caractère catastrophique, dont des pays comme Italie, Espagne ou Portugal ont gravement souffert, et la France à ce jour seulement un peu moins.

    Fillon, Macron, Bayrou et le candidat PS qu’il s’agisse de Hollande, Valls ou un autre, se partageraient à quatre un gâteau qui fait à peu près 50% de l’électorat.

    Cela ouvre au moins la possibilité d’un scénario tout aussi surprenant que l’ont été l’élection de Donald Trump ou le référendum du Brexit. Un scénario à faire s’arracher les cheveux à Madame Merkel, avec la qualification de deux candidats qui seraient non-approuvés par l’UE et la Chancelière...

    Un second tour Mélenchon - Le Pen.

    Crochet du droit… et direct du gauche ?

    La qualification de François Fillon pour le second tour de la présidentielle est en réalité loin d’être assurée. Il reste un certain nombre de gens de gauche dans notre pays, qui ne pourront se satisfaire de candidats défendant en pratique – certes plus ou moins ouvertement – le programme économiquement très libéral exigé par l’UE (1) et reculeront aussi pour la plupart devant l’option d’un vote pour Marine Le Pen.

    Il est fort possible qu’eux aussi trouvent un moyen de sortir les plus mauvais, comme les électeurs de droite sont en train de le faire, déjà avec Sarkozy et très certainement bientôt avec Juppé. Leur instrument à eux pourrait s’appeler Jean-Luc Mélenchon.

    Il ne s’agit pas de se prononcer sur la probabilité de ce scénario, mais bien de constater qu’il n’a rien d’impossible, à partir de ce raisonnement :

    • Si on interprète la percée massive et inattendue de Fillon comme la décision de beaucoup d’électeurs de droite de saisir la possibilité de se débarrasser à la fois de Sarkozy et de Juppé, à partir du moment où la chose a commencé à seulement apparaître possible, c’est-à-dire à partir du moment où il a commencé à monter un peu dans les sondages, d’où boule de neige et montée en flèche, bref un effet miroir entre électeurs et instituts de sondage menant à un point de bascule, comme analysé finement en termes militaires par le colonel Goya.

    • Alors on peut se demander si les électeurs de gauche, non pas certes la « gauche » type Macron ou Hollande c’est-à-dire une gauche qui n’en est pas, ne pourraient pas faire le même « coup » que les gens de droite à la primaire LR, c’est-à-dire se servir d’un candidat certes lui aussi intégré depuis belle lurette à ce qu’il est convenu d’appeler les « partis de gouvernement » puisque Mélenchon était déjà ministre d’un gouvernement Jospin, mais apparaissant comme une chance de sortir d’un duel annoncé dont on ne veut pas, pour précisément faire mentir les prévisions et se sortir de ce duel qu’ils refusent. Dans ce cas, bien sûr, pour se sortir du second tour annoncé entre Fillon et Le Pen.

    Le choix très probable de François Fillon comme candidat LR fera baisser le seuil, la masse critique à atteindre de gens de gauche se portant sur un même candidat pour pouvoir forcer l’entrée du second tour, simplement parce que l’arc PS-LR, caractérisé par des choix économiques très proches et une insistance d’autant plus grande sur des marqueurs "sociétaux", "catholiques" ou "identitaires" pour distraire le chaland, s’enrichira d’un candidat supplémentaire dispersant les électeurs de cet arc, en la personne de François Bayrou. A considérer l’ensemble des derniers sondages en date, on peut estimer grossièrement ce seuil de 4 à 7 points supplémentaires nécessaires à Jean-Luc Mélenchon pour pouvoir viser le second tour, en fonction des scores que feront Macron et Bayrou aux dépens de Fillon. Sans doute, il y faudrait un mouvement d’opinion, mais d’une dimension qui n’a rien d’invraisemblable, surtout compte tenu de l’enjeu aux yeux de nombreux Français de gauche c’est-à-dire refuser un second tour pour eux inacceptable.

    Certes il ne s’agit en tout état de cause que d’un scénario. Il est parfaitement possible par exemple que Mélenchon le fasse échouer, Fillon ayant après tout habilement appliqué la stratégie d’apparaître à la fois clairement de droite, moins agité que Sarkozy, plus consistant que Juppé et plus honnête que tous deux – ce dernier point n’étant pas le plus difficile – tandis que rien ne garantit que Mélenchon fasse preuve d’une habileté comparable. Ou encore, une toute surprise pourrait advenir que la percée d’un candidat de gauche.

    Mais les Français, dont une partie vient d’administrer un spectaculaire crochet du droit aux candidats Sarkozy et Juppé, pourraient fort bien décocher l’année prochaine un direct du gauche à la fois au candidat Fillon et aux autres candidats alignés sur l’UE, au bénéfice du candidat de gauche qui aux yeux de beaucoup manque cruellement au second tour. Et ce candidat de gauche ne saurait guère être que Mélenchon.

    Et si l’apparemment improbable arrivait…

    Quel serait le résultat d’un duel Le Pen – Mélenchon au soir du second tour ? La seule réponse honnête à ce stade est que c’est tout à fait nébuleux. Entre mobilisation de leurs électorats respectifs, et surtout choix de la moitié environ des Français qui actuellement soutiennent de plus ou moins bon cœur l’arc PS-LR entre ceux qui seraient à leurs yeux deux candidats inacceptables, ou encore simplement leur abstention.

    Ce qui paraît bien clair, c’est que l’avis de Marion Maréchal-Le Pen comme quoi « (Fillon) est le plus dangereux pour le FN » pourrait bien être prématuré. En réalité, si Mélenchon profitait d’un refus de la gauche de l’opinion d’accepter au second tour deux candidats placés à droite, c’est bien une possibilité réelle de victoire qui se profilerait, à la fois pour Marine Le Pen et pour Jean-Luc Mélenchon.

    Note :
    (1) Programme économique à contre-pied par rapport aux enjeux du jour, et d’ailleurs totalement décalé par rapport aux préoccupations actuelles des pays même qui l’ont inspiré, Grande-Bretagne et Etats-Unis, acceptation ahurie de la dépossession de ses pouvoirs dans laquelle le traité de Lisbonne place notre pays, ainsi que trahison du vote des Français lorsqu’ils ont soutenu l’adoption de ce traité - bref de la constitution européenne refusée en 2005 - sans nouveau référendum.

    Lapin Le 25 novembre 2016 à 17:30
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?