Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 19 juin 2017

Françoise Degois : « Le grand vainqueur, dans la défaite de la gauche, c’est Jean-Luc Mélenchon »

Journaliste, conseillère politique, Françoise Degois ne mâche pas ses mots pour évoquer l’état de la gauche et les paradoxes des derniers scrutins pour celle-ci, tout en prônant son rassemblement sur de nouvelles bases.

Vos réactions (20)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (20)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Le grand vainqueur DANS la défaite et non DE la défaite" de la gauche...
    La nuance est de taille.
    Ou comment, par un titre, changer le sens d’un entretien.
    Un peu de rigueur journalistique ne nuit pas...

    Natalie Béraud Le 19 juin à 12:52
       
    • Chère Natalie Béraud,
      Vous avez raison. Merci de nous avoir alerté.
      Et de nous lire aussi ;)
      Amicalement,
      Pierre

      Pierre Jacquemain Le 19 juin à 13:06
  •  
  • AAAhhh ! qu’il serait doux de voir les taux de votes blancs et nuls augmenter en lieu et place de celui de l’abstention à chaque élection ! J’ecoutais J.M Aphatie ce matin claironner qu’il n’y avait aucune dimension politique à l’abstention... Et quels faits pourraient lui donner tort ? Quel drame que la contestation ne trouve d’elle même un moyen efficace de se faire entendre... Lorsqu’il y aura 80% d’abstention, il continuera à y avoir des elus et des commentateurs politiques ayant pignon sur rue pour expliquer que de gens qui n’exercent pas leurs droits de citoyens... Quelle qu’en soit la raison, ne les méritent tout simplement pas ! A ce rythme, bientôt nous verrons le retour du vote censitaire, voté par des députés élus, comme aujourd’hui, par une minorité.

    Le déclin de la valeur de la parole politique, carburant de cette abstention notable, dont l’effet est encore plus flagrant dans les rangs de la gauche, fait écho à ceux qui demandent cette fameuse union, comme vient de le faire F. Degois en conclusion de son entretien. Qu’elle se rassure, car c’est quand on est aux manettes de l’opposition que les choses se clarifient pour tout le monde :

     Qui vote pour quoi ? A contrario qui ne le fait pas et pourquoi ?
     Qui propose quoi ? Y a t’il des projets de lois en faveur de la justice sociale et l’environnement ? quels sont ils ? Et par qui ?

    Les positions de toutes les formations politiques de gauche représentées à l’Assemblée vont devenir lisibles en dépit des discours "trompeurs" : les actes vont "parler" pour leurs auteurs qui siègent à l’AN. L’union se formera donc de fait entre les quelques uns qui sauront faire acte de resistance contre le projet libéral et qui proposeront un projet commun pour en sortir...

    Carlos Le 19 juin à 13:20
       
    • Pas d’accord l’abstention est une forme de contestation dès lors que seuls les votes exprimés sont pris en compte.
      C’est vrai que l’affichage des taux calculés sur la base des inscrits aurait de quoi calmer certaines arrogances.
      Maintenant au lieu d’aller chercher des explications météorologiques ou sociologiques à l’abstention vous vient-il à l’esprit que l’électeur puisse se refuser à donner sa voix ou faire un choix entre un libéral de droite et un libéral du centre droit ?
      Le piège frontiste ne fonctionne pas à tous les coups, son effet a déjà été moindre cette fois-ci est le sera moins encore à la prochaine échéance. Quant à l’échelle locale il est comme on le voit inopérant.
      Il est temps de cesser de stigmatiser presque 60 % du corps électoral et poser les bonnes questions.

      irae Le 19 juin à 18:32
    •  
    • @irae - c’est à JM Aphatie qu’ Il faut le dire... Vous prechez un convaincu...

      Carlos Le 19 juin à 20:36
    •  
    • A apathique ce soufifre vendu en soldes aux oligarques autant enseigner l’alphabet à un chimpanzé. Encore que....

      irae Le 19 juin à 21:30
  •  
  • Intéressant. En attendant (impatiemment) les analyses de R. Martelli sur le second tour.

    Julien Le 19 juin à 14:42
  •  
  • François Hollande n’aurait donc "jamais oublié la justice sociale" ? "Oublié", je ne sais pas, mais reniée en tant que chef D’État, certainement. Royal avec "quelque chose de rouge au cœur" ? Ça ne l’a pas empêchée de quémander sa part de gâteau dans le gouvernement bleu horizon de Macron, qui lui a été refusée. Sinon, bien d’accord avec Mme Degois pour dire que rien n’est possible sans mettre la justice sociale au centre.

    Victor Le 19 juin à 15:25
  •  
  • Pas d’accord avec tout ce que dit Françoise Degois, vraiment pas, mais son point de vue est intéressant, c’est combatif.

    Il va falloir faire bloc, surtout après cette période très conflictuelle dans la gauche, c’était nécessaire de polémiquer et c’est dans l’ADN du mouvement ouvrier.
    Mais il y a un temps pour tout, et là, vu le troupeau de phacochères EM qu’on a en face...

    Avis de très gros temps de lutte.

    Arouna Le 19 juin à 16:26
  •  
  • Eh bien malgré tout il reste des pro-P"s" et c’est en soit étonnant ! Revendiquer sans frémir Jean-Marc Ayrault, Ségolène Royal et François Hollande comme étant de "gôche" à de quoi faire sourire (pleurer ?)... Françoise Degois, que je ne connaissais pas, me semble en plein déni de réalité... et du coup je vais m’empresser de l’oublier :))

    Franck B. Le 19 juin à 19:08
  •  
  • "l’union de la gauche raisonnable et combative" : plutôt crever. C’est -à-dire plutôt cinq ans de Macron qu’avoir quoi que ce soit de plus à faire avec cette "raison"-là. Ce n’est pas parce que vous ne parlez pas d’Etat d’urgence , d’Adama Traoré ou Rémi Fraisse que ça n’a pas eu lieu.

    jib Le 19 juin à 19:10
  •  
  • Quant à la qualif de grand vainqueur de la défaite de la nouvelle droite (feu le ps) il serait beaucoup plus juste de mettre l’accent sur le suicide de ce parti dès son arrimage au vaisseau libéral en 1983. C’est juste qu’il aura fallu attendre des hollande son gouvernement et ses apparatchicks pour que cela se voie comme le nez au milieu de la figure. Mes objecteurs voudront bien me dire où se classe à présent celui qui a mis le freluquet sur la rampe de lancement tout en savonnant la planche des insoumis de conserve avec lr et lrem ?

    irae Le 19 juin à 21:56
  •  
  • Et puis sérieusement M. Jacquemain êtes- vous à ce point à court d’interlocuteurs qu’il vous faille donner audience à une personne qui dispose déjà d’une telle exposition médiacratique qu’on peut la classer parmi les chiens de garde ?

    irae Le 19 juin à 23:14
  •  
  • L’union raisonnable de la gauche et pour gagner des voix ?
    Pas eu besoin pour en engranger 7 millions et retour aux tambouilles politiciennes chères aux ps dont nous ne voulons plus.
    Ce ps définitivement libéral depuis mitterand ne lui en déplaise.

    irae Le 20 juin à 18:21
  •  
  • Bonjour
    Hollande un homme de gauche un social démocrate ???!!!!. Le PS de gauche !!!??
    Alors le PCF , FI , Mélenchon sont quoi !!!???.
    Arrêtez, pourquoi les français , se sont détourner du PS et de Hollande , alors !?.
    On oublie trop le poids du réformisme en France, réformisme de droite, de gauche, du PS et du PCF aussi. Il y a longtemps que la lutte des classes est oublié et mêmes une vrai social démocratie.

    bob Le 21 juin à 15:44
  •  
  • Bonjour
    D’aprés robert Guédiguian , huffington post : avec macron , nous vivons dans ce monde , ou la gauche et la droite , la classe ouvrière, le socialisme sont mort.
    Début ou fin de l’histoire .....
    Aprés Sarkozy, Hollande , Macron est-il la suite logique des conséquence de la mondialisation, libéralisme, la fin de la référence de classe, de la lutte des classes et de ses représentants ?.....

    bob Le 21 juin à 16:17
  •  
  • Bonjour
    Par moment , j’ai la désagréable impression, de me retrouver en 1981 et même en 1960....
    FI cherchant à évincer le PS, cherchant à prendre la place du PCF, PCF qui veut garder sa place , et mêmes la reprendre à FI. PCF qui n’admet pas sa perte d’hégémonie, sa marginalisation et vexer de s’être fait doubler par Mélenchon, présenter comme un nouveau Mitterrand (assassin du PCF, pour eux). PCF ne se posant pas beaucoup de question sur son réel déclin...
    un mauvais film plus proche des visiteurs 3

    bob Le 21 juin à 17:58
  •  
  • Mélenchon sauveur de la gauche ? Sa vision de l’avenir est à l’image de la tunique qu’il arbore dans ses meetings : stalinienne. Culte de la personnalité, insultes gratuites ( à l’image du mépris qu’il a affiché à l’égard du grand mathématicien, député de REM, qualifié de "matheux" ), admirateur de Chavez et Castro : un sacré passif pour prétendre à la reconstruction de la gauche. Soyons clairs : Mélenchon est l’allié objectif de l’extrême droite. Il met en doute la légitimité du gouvernement et annonce la revanche dans la rue. Ce n’est pas la France insoumise, mais la France séditieuse....

    en-rouelibre Le 21 juin à 23:54
       
    • @en-rouelibre :"Mélenchon est l allié objectif de l extrême droite"
      ça faisait longtemps qu on nous l avait pas sortie,celle là !

      Depuis que JLM a eu le courage,et il a eu raison,de ne pas appeler à voter pour celui que tout le monde,maintenant, fait mine de découvrir dans toute son horreur libérale,ni pour ses candidats -godillots,Mélenchon a droit à ce genre de jugements,aussi péremptoires qu erronés.

      Par contre,beaucoup de "gens",qui se proclament de gauche,et même,de gauche anti libérale(les imprudents !),n ont toujours pas compris que :
      1/La France Insoumise est un mouvement citoyen,et non un parti,dont les soutiens savent s ils doivent voter (ou non !)et pour qui,sans qu on vienne les "aider"dans leur choix.
      2/Ce qui favorise l extrême droite,ça se vérifie depuis des années,c est d appeler à voter pour n importe qui,même pour les candidats déclarés,officiels,de l extrême finance,de l extrême patronat.Comme l ont fait Hamon,Pierre Laurent ou....Fillon ! Sans oublier Laurent Berger,du syndicat officiel macroniste,et,hélas,Philippe Martinez.
      3/ Ceux qui,même en y mettant toutes les formes possibles,ont,de fait,aidé Macron et EM à conquérir officiellement le pouvoir,ont une légitimité plus que réduite à dénoncer,à posteriori, les conséquences,politiques et sociales, de leurs choix.
      4/Contrairement à eux,la France Insoumise(toujours visée,à travers les attaques des TSM)aura,ELLE,cette légitimité dans la rue.Car ses membres,et d autres aussi,heureusement,ont gardé en mémoire l épisode de 2002.Et/ou d autres,plus récents(départementales et régionales de 2015)....

      HLB Le 23 juin à 14:17
  •  
  • le socialisme est la propriété collective des moyens de productions et d’échanges et non pas le "qu’est ce qu’on fait pour les petites gens " contenu dans le concept valise de justice sociale ...

    rinaldo Le 24 juin à 13:27
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.