Accueil > Politique | Par Robert Spizzichino | 10 décembre 2014

Front de gauche : la foi du charbonnier

À l’issue du Conseil national du Front de gauche, le doute persiste sur la vitalité de ce dernier, malgré des avancées et le souhait formulé de lancer ou relancer des initiatives volontaristes.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dimanche dernier se réunissait le Conseil national du Front de gauche. Deux mois après le rendez-vous d’octobre, celui-ci voulait témoigner de la volonté des composantes de développer l’outil commun. Hélas, seules soixante-dix personnes – contre trois cents deux mois plus tôt – ont répondu présent.

Malgré tout, on a pu apprécier de réelles avancées :

  • La participation active du Front de gauche au collectif 3A (Ensemble pour une alternative à l’austérité) à l’origine de la marche du 15 novembre.
  • Le lancement d’Assises pour une alternative sociale et écologique.
  • L’annonce de la finalisation d’une déclaration prochaine sur les élections départementales, manifestant un accord stratégique et programmatique entre toutes les composantes, même si quelques points délicats restent encore à trancher !

Ce Conseil national a été marqué par les contributions venant d’assemblées citoyennes et de fronts thématiques. Toutes, prises bout à but, témoignent d’une réelle vitalité : beaucoup d’initiatives de terrain se réclamant du Front de gauche sont des succès. Toutes ces interventions ont évoqué des difficultés d’organisation et de mise en perspective politique : le Front de gauche est-il un outil résiduel pour chacune des formations ou bien est-il un élément central d’une stratégie politique commune essentielle pour l’avenir ? Telle reste la question.

Dans une vision optimiste bien des chantiers ont été évoqués. Et notamment :

  • Le partage d’analyses sur les évolutions sociales et sociétales en cours.
  • La construction d’une bataille idéologique et culturelle contre les idées libérales et l’extrême droite.
  • Le lancement auprès des militants et sympathisants du Front de Gauche d’un « processus constituant ».

Les participants attendent des principaux animateurs du Front de Gauche de nouvelles initiatives. Faute de quoi…

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • (c’est aussi une réaction au papier de Cléméntine ...)

    Deux Idées :
    1— laissez tomber les vieux schemas
    on va faire un nouveau parti, des assises, etc.

    2— Comme Rome, ça ne va pas se faire en un jour —ni en 2 ans ou en 5 ans/ politicard/es : s’abstenir

    Alors, il y a des choix et des solutions (j’ai les questions). Voulez-vous vous retrouver dans la même merde dans 1an  ? 5 ans ? 10 ans ... c’est bien parti

    dans un an, c’est pas trop grave (juste une cata)—dans 5 ans, cela voudra dire : " Goodbye to all that " !
    ou ... faire autre chose

    clara zavadil

    clara zavadil Le 14 décembre 2014 à 12:53
  •  
  • "70 participants contre 300 la fois précédente" et c’est tout, aucun début d’info, d’analyse ! Qui sont ces absents et qu’est-ce que ça signifie dans les grandes lignes ? A quoi sert cet "articulet" sur un sujet aussi central ? La girafe a besoin d’un coup de peigne !

    Fulgence Le 21 décembre 2014 à 18:23
  •