Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 26 mars 2014

Fusions, quand le PCF dézingue le Front de gauche

Les négociations en vue d’éventuelles fusions de listes pour le second tour, closes hier soir, ont souvent vu la fracture s’élargir entre le Parti communiste et les autres composantes du Front de gauche. De quoi s’alarmer pour l’avenir immédiat de ce dernier.

Vos réactions (74)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans la nuit de dimanche à lundi, il est 2h30 quand la petite délégation PG-Ensemble des listes de Danielle Simonnet à Paris est reçue par les négociateurs d’Anne Hidalgo. L’accueil est original, les deux salles de réunion étant occupées par les discussions avec EELV, c’est donc dans la petite cuisine que se tiendra le court échange. Debout, car il n’y a pas de chaises, les manteaux par terre (il fait quand même chaud), PS et PCF énoncent leur conditions : s’engager à adopter les budgets durant l’ensemble de la mandature, participer à l’exécutif, se situer dans le cadre du programme d’Anne Hidalgo. C’est une fin de non-recevoir, mais il manquait une petite touche d’indignité. Pas de problème, elle arrive par la voix de Ian Brossat, chef de fil des communistes à Paris qui ajoute que la liste Simonnet « devrait reconnaître publiquement qu’elle avait eu tort de se présenter ».

Ni fusions, ni effusions

Le cas parisien, déjà lourd de menaces pour l’avenir du Front de gauche, s’est répété un peu partout en France au cours des quarante-huit dernières heures. À Toulouse, la discussion a duré à peine dix minutes, pour un nouveau refus. La situation du maire sortant, Pierre Cohen, est pourtant plus que délicate. Avec 32,26%, il est largement devancé par la liste de la droite qui a obtenu 38,6%. Certes, la liste PS-PCF a fusionné avec la liste EELV qui a obtenu 6,99%, mais il existe aussi une liste divers droite à 2,45%. Dans ces conditions, mépriser la liste conduite par Jean-Christophe Sellin et Myriam Martin (PG-Ensemble), qui a réalisé 5,10%, est une option à hauts risques. Ce choix a donné lieu à une bataille au sein du staff de campagne de Pierre Cohen. Parmi les plus chauds artisans de la non fusion : le PCF et tout particulièrement son secrétaire fédéral 31, Pierre Lacaze. Dans ces conditions, tout naturellement, la déclaration de la liste de Jean-Christophe Sellin ne donne aucune consigne de vote : « Nos électeurs sont libres ». Et reprenant une image rugbystique : « On ne s’essuie pas les crampons sur nous ! », a-t-il déclaré à France 3 Midi-Pyrénées.

À Besançon, la liste PS-PCF-EELV de Jean-Louis Fousseret a recueilli 33,63% contre 31,64% à la droite, 11,76% au FN et 7,12% à la liste PG-Ensemble. Estimant sans doute qu’il peut avoir les voix sans s’encombrer de ses représentants, le maire sortant a refusé la fusion avec le soutien enthousiaste des représentants du PCF. À la demande d’une fusion qui préserve l’indépendance politique, Jean-Louis Fousseret a répondu : « Je ne veux pas que le conseil municipal se transforme en forum national » et aussi « Que diraient nos colistiers membres des Verts (EELV) et du parti communiste ? » À Caen, le maire socialiste qui est en position désespérée a également refusé de fusionner avec la liste Ensemble-PG qui a obtenu 5,81%, là encore le PCF a été un instrument de la division.

Les communistes intraitables avec le Front de gauche

Lorsque des listes étaient emmenées par des militants du PG ou d’Ensemble, le plus souvent, il n’y aura donc pas d’accords de second tour. Cette situation aurait pu être le simple fait d’une tête de liste socialiste, il n’en est rien. L’examen minutieux des situations locales montre que le PCF a pris souvent une part active pour aboutir à ce résultat. Si les communistes ont été intraitables avec leur propres camarades du Front de gauche, ils ont, à Montreuil, repêché Razzy Hammadi – le candidat PS qui n’a recueilli que 9,80% et dont ils n’avaient nul besoin pour l’emporter étant donné l’accord de Patrice Bessac (candidat FdG) avec EELV.

Le Parti communiste joue donc un jeu bien trouble. Une réunion s’est tenue dimanche soir entre trois délégations du PS, du PCF et de EELV rue de Solférino : « Ensemble nous avons décidé le rassemblement le plus large et j’appelle partout à ce rassemblement et à la fusion des listes de gauche. Parce que c’est la condition de la mobilisation dimanche prochain, c’est la condition de la victoire et surtout c’est la condition de l’action pour nos concitoyens pendant les six ans qui viennent », a ainsi déclaré Harlem Désir. Inutile de dire que Pierre Laurent, qui conduisait la délégation de son parti, n’a pas trouvé utile de prévenir ses partenaires du Front de gauche. Au vu des différentes négociations, on se rend compte que le vocable « fusion des listes de gauche » ne s’applique donc pas aux listes menées par le PG ou Ensemble, sauf cas d’urgence absolue.

Dans bon nombre de communes, le climat post-municipales risque d’être assez étouffant entre camarades. Pour grappiller quelques élus, le PCF met en danger toute l’architecture, et l’existence même, du Front de gauche. Sans doute, au sein de sa direction, existe-t-il des stratèges estimant que le PCF est suffisamment requinqué pour retrouver des réflexes d’hégémonie qu’on croyait oubliés. Une telle orientation, si elle devait se confirmer, serait désastreuse pour le PC lui-même.

Vos réactions (74)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Idem à Gap...où le ps/pc a fait échoué une fusion technique. Les tous capables/Ensemble (12%) se maintiennent donc.

    laurent eyraud-chaume Le 26 mars 2014 à 01:28
       
    • oui, il faut virer le PCF du FdG. Ces gars-là sont à la fois vendus et sectaires. Pas mal... !
      Pour la masse des français, les tripatouillages du PCF ne passent pas inaperçus. Tout le monde se moque de nous et nous siffle. Et les dieudonnistes me disent : "tu vois, on te l’avait bien dit".
      En plus le PCF traîne son histoire de staliniens criminels, alors, bon débarras ! A Grenoble, la liste EELV/PG a supplanté la liste PS/PCF. Une marque d’avenir.

      Le 26 mars 2014 à 19:52
    •  
    • Les choses ne sont pas si simple, effectivement certains dirigeants et élus du PCF vont à la soupe PS, croyant garder une influence et surtout des postes.

      Ces pratiques me mettent aussi en colère, mais sur le terrain de nombreux militants du PCF sont ulcérés, ont compris que le rassemblement au sein Front de Gauche est une nécessité historique.

      Les généralisations hâtives sont paradoxalement réductrices, il faut respecter ces militants, la contrepartie pour eux sera d’éclaircir les positions de leur organisation ou de la quitter.

      La séquence politique que nous vivons porte en elle des enseignements pour l’avenir, pour tous. Je suis un militant du FDG sans parti comme il y en a de nombreux dans le pays. Nous devons construire, à la base, le rassemblement populaire qui ne permettra plus ces dérives, là est l’essentiel.

      Pierre34 Le 27 mars 2014 à 08:03
    •  
    • Le FdG doit continuer et se renforcer, les composantes actuelles doivent faire le point après ce deuxième tour des municipales pour appréhender avec calme et sérieux l’avenir, de son poids politique qui doit s’amplifier.

      Il est peut-être temps de mettre en place une structure du FdG qui permette à des particuliers, des associations, d’adhérer au FdG avec comme base d’accord minimum le programme "l’Humain d’abord" en élaborant une charte pour rechercher ensemble les meilleures réponses à la situation actuelle et construire l’avenir.
      Le Front de Gauche, s’il veut avancer doit s’élargir sur ces fondements.

      Pour le cas spécifique du PCF, il appartient aux communistes d’en décider chez eux, mais aussi à tous les communistes ne partageant pas cette compromission avec le PS, d’adhérer individuellement à une structure nouvelle répondant à leurs aspirations profondes.

      C’est vraiment un crève-coeur de voir le comportement de certains responsables politiques du PCF, je croyais moi aussi que ces attitudes étaient d’un autre âge...

      max Le 27 mars 2014 à 13:50
    •  
    • Depuis que je suis jeune ( depuis Jacques Duclos ) je vois le PCF se recroqueviller sur lui même, s’enfermer dans une espèce de sectarisme qui l’empoisonne petit à petit, et qui à force de se faire passer pour de doux rêveurs (voir des enfants )dans les médias sans jamais réagir, finit par leur faire croire que leur seul salut c’est de copier le grand frère (faux frère) socialiste, qui lui n’a pas d’autre politique que celle qu’il a lui-même copié sur les "libéraux" c’est à dire la politique du chiffre des intérêts et de la magouille !

      Huttler Frédéric Le 8 avril 2014 à 13:56
    •  
    • pour laurent eyraud-chaume
      i mon arriere oncle porte son nom sur la plaque des cheminots fusillés par les nazis en 1944 en gare de LENS il était communiste français rené TAHON
      le tien d’arriere oncle qu’a til fait en 1944 ??
      il collaborait en toute innocence certainement

      pour STALINE c’est quand meme lui qui battit HITLER et les quelques 21 millions de soviet mais toi tu l’ignores

      au fait c’est nous qui sommes débarrassés du PG enfin ce qu’il en reste moins de 5000 adhérents COURAGE camarades

      ouvrierpcf Le 22 mars à 12:56
  •  
  • Merci à Guillaume Liégard qui fait la démonstration brillante de ce dont est capable le club des élus et petits carriéristes...Si après cette démonstration il y en a encore qui pensent que le temps n’est pas venu de se délester de tous ces encombrants..qu’est-ce qu’il leur faut !

    Dominique FILIPPI Le 26 mars 2014 à 07:18
       
    • On est très loin d’une dé-mons-tra-tion et encore moins brillante.
      La présentation d’une poignée de cas.
      Le tout, un article qui s’apparente plus a de la com à chaud qu’à une étude sérieuse alors même que tous les accords ne sont pas connus.

      remaker Le 26 mars 2014 à 13:46
    •  
    • Carriéristes ?
      De qui parle-t-on, de ceux qui sont restés des décennies au PS et qui donnent des leçons de ’plus-révolutionnaire-que-moi-tu-meurs’ ? Quand on reste aussi longtemps au PS (par exemple Mélanchon) ce n’est pas une erreur politique mais un plan de carrière. Alors cessons peut-être ce flot d’insultes qui dure depuis pas mal de mois, cessons également de présenter d’un côté le Front gauche et de ’l’autre côté’ le PCF, qui rappelons est l’initiateur du FG. Je le répète, ces anathèmes sont à sens unique. Il est normal que la stratégie soit en débat mais le débat ce n’est pas un flot d’injures.

      Notons quand-même que c’est le PG qui présente le plus grand nombre de cas de figures dans ces élections : dans le Front de gauche, avec les Verts, avec le NPA face au reste du Front de gauche, dans certains cas AVEC le PCF et.. le PS, et j’en passe. N’est-ce pas une chasse aux places d’élus ? Alors pourquoi reprocher au PCF de vouloir conserver ses mairies et ses élus ? Facile de prendre des postures, pourvu que les communistes soient les seuls perdants (cela vaut aussi pour les régionales de 2009 - on attend pas de remerciements mais pas non plus des injures).
      A Paris, le PG attendait-il le tapis rouge déroulé par les ’traitres communistes’ entre les 2 tours ? Il paie son comportement hostile, inutile de s’en prendre aux autres. (Il est cocace de rappeler que D. Simmonet et A. Corbières ont été élus en 2008 comme membres du PS dans la liste et avec le programme Delanoé-Hidalgo et qu’ils ont voté tous les budgets sauf le dernier à quelques semaines des élections)

      Pendant la campagne des élections présidentielles j’avais l’impression d’une certaine unanimité au FG (brosse à reluire pour les communistes à chaque meeting de Mélanchon), puis pour les législatives, il fallait faire campagne pour des communistes dans 75% des circonscriptions, et là on était moins intéressants. Passées ces élections de 2012, les attaques n’ont pas tardées. Et je vois que sur votre site ça continue, qui est votre adversaire politique, le PCF ?
      Salutations fraternelles et communistes

      Maurice CIALDELLA Le 1er avril 2014 à 02:23
  •  
  • A Paris, la condition mise par Brossat d’abjurer publiquement le choix de l’autonomie fait au 1er tour semble assez unique et terriblement inquiétante quant aux mœurs politiques et culturelles qui lui sont sous-jacentes. Le pcf Paris n’a pas fait gagner grand chose à Hidalgo au 1er tour, il est en train d’empêcher le report de nos voix au 2ème tour.

    ARDUS Le 26 mars 2014 à 08:47
       
    • C’est curieux ! Pourquoi en lisant ce texte de "ARDUS", ai-je pensé aux procès de 1936 à Moscou ?
      Non, je dois sûrement me tromper !

      Gège Le 26 mars 2014 à 12:50
    •  
    • Pour nuancer, il faut quand même rappeler que Ian Brossat avait fait campagne pour des listes unitaires autonomes et que les tacticiens du PG parisien ont fait tout ce qu’ils ont pu pour lui savonner la planche. Lancement unilatéral de la campagne de Danielle, boycott des négos, refus de discuter de la constitution des listes, billets de blogs arrogants et donneurs de leçon, tout y est passé (l’idée était de diviser la direction du PC et les militants en attaquant tous azimuts Pierre Laurent). La campagne interne des communistes en faveur de l’autonomie a été plombée et a échoué de peu. Brossat s’est incliné devant le vote de ses camarades malgré ses positions personnelles, à la suite de quoi il s’est fait traiter de tous les noms en mode Brossatreluire, traître, j’en passe et des plus homophobes. Qu’il l’ait un peu mauvaise dans ce contexte face à un Alexis Corbière qui joue les surpris et les victimes est moyennement étonnant.

      Marmotte PG Le 26 mars 2014 à 14:49
    •  
    • C’est évident Marmotte que le petit Brossat n’agit alors que par ressentiment personnel, lui le pauvre qui a été débouté de sa volonté de créer des listes autonomes au point qu’ila choisi alors d’aller embrasser la soeur Anne et même a ce que l’on lit à fair plus que la défendre aujourd’hui en cherchant à humilier ses camarades de lutte d’hier.
      il n’y a pas de doute, tout cela est cohérent et colle parfaitement avec ce que vous déclarez !

      tchoo Le 26 mars 2014 à 18:56
    •  
    • Pour répondre à Marmotte PG : Il ne faut pas mélanger les attaques détestables qui ont été faite à Brossat et que tous les membres du PG ont condamnées ! De plus elles ne provenaient pas de personnes encartées PG mais de ridicules abrutis qui n’avaient même pas le culot de signer leurs propos et immondices ! son attitude lors de la pseudo tentative de négociation est inacceptable et il faut accepter le fait qu’il défend plus sa fiche de paie que les parisiens (comme de nombreux politiques d’ailleurs !)

      Mick Le 26 mars 2014 à 18:57
    •  
    • @MarmottePG

      Non à Paris, Brossat n’a jamais pris publiquement position pour des listes autonomes du ps avant le vote militant du pcf en octobre dernier. En ne prenant pas position il était sûr d’être du bon coté du manche quelque soit la décision de ses camarades.
      On a appris depuis que Pierre Laurent avait dealé en juin dernier, en tête à tête le ralliement du pcf avec Hidalgo.
      Bref, les jeux étaient déjà fait

      Dim Le 27 mars 2014 à 12:31
  •  
  • C’est curieux !Guillaume Liégard insinue qu’à Toulouse "Parmi les plus chauds artisans de la non fusion : le PCF et tout particulièrement son secrétaire fédéral 31, Pierre Lacaze".
    Pourtant, quand on reprend le lien "la déclaration de Jean-Christophe Sellin", il est dit tout autre chose : "L’entière responsabilité" à Pierre Cohen.
    Pour Myriam Martin, colistière de Jean-Christophe Sellin et ancienne porte-parole du NPA, "c’est Pierre Cohen qui endossera l’entière responsabilité d’un échec de la gauche dimanche soir", parce qu’il "n’a pas respecté la démocratie et nos électeurs".
    Ainsi donc M. Guillaume Liégard travesti les faits. Qu’ Oserai-je dire ? Je laisse le soin aux lecteurs d’en juger. Et à partir de là comment donc apprécier ce qu’il en dit à propos de Paris ? Mais je pense que tout est dans le titre :"Fusions, quand le PCF dézingue le Front de gauche", lequel a tout de même initié ce même Front. Allez y comprendre quelque chose...

    Fred Le 26 mars 2014 à 09:13
       
    • Après 28 ans d’activité militante dans la gauche radicale, habitant Paris et ayant habité Toulouse, je dispose d’informations qui ne se réduisent pas à la lecture des communiqués de presse.

      Guillaume Liégard Le 26 mars 2014 à 09:25
    •  
    • Ca s est vraiment passe comme ca a paris...par ailleurs pierre Cohen pouvait demander au Pcf de ne pas continuer ce petit jeu...il porte donc la responsabilité FINALE, mais l action PRINCEPS vient bien du PCF.
      a paris, c est bien Ian Brossat, pas Hidalgo, qui exigea l autocritique....
      Guillaume liegeard ne ment pas...
      Et ca laissera des traces dans le 20eme....
      G Chaouat, liste simonnet

      gerard chaouat Le 26 mars 2014 à 09:34
  •  
  • Sans revenir sur le fond de l’article, quoique trois exemple ne fassent pas une situation nationale, j’aimerais ajouter que le climat délétère dans cette fin de municipales est aussi entretenu par le PG dans d’autres villes, tel Montpellier ou leurs représentants ont saboté les négociations avec les (deux) listes de gauche avec qui nous aurions pu fusionner. Ce sabotage s’est matérialisé par des négociations menées seuls mais au nom du Front de Gauche puis par l’emploi de la bonne vieille méthode du mandat non négociable dans la discussion collective. Ce qui signifie que, pour le PG montpelliérain, le vote statutaire du PG local doit engager les militants des autres orgas. Même si l’action conjointe du PC et d’Ensemble a permis de réouvrir les négociations, à 23 heures, le mal était fait et le PG a fini par décider seul du retrait de la liste. J’aimerais donc que, dans dédouaner le PC de ses fautes, qu’on ne victimise pas un PG tout à fait capable de bousiller l’outil commun lorsqu’il en a les moyens.

    Bastien Le 26 mars 2014 à 09:23
       
    • Saurel, de gauche ????? C’est un proche de Valls !!!! Décidément, les réformistes-post-staliniens sont tombés bien bas...

      Marxiste Le 26 mars 2014 à 14:29
    •  
    • Au "marxiste" autoproclamé et aux caractérisations sommaires, nous avions l’opportunité de faire une fusion technique, sans accord sur le budget ni solidarité de gestion et qui nous aurait permis de mettre à bas le PS local et le système fréchiste avec lui. Nous aurions pu ouvrir de meilleures perspectives pour le Front de Gauche que celles, faibles, que les pratiques hégémoniques du PG nous donnent.

      De plus, je ne dis pas qu’un accord aurait été trouvé si le PG ne s’était pas comporté de manière inadmissible, car il y avait des obstacles réels à un accord : j’affirme simplement que l’ensemble des moyens employés par les militants et dirigeants de cette organisation pour empêcher la tenue de négociations honnêtes traduisent leur manière de se comporter comme les seuls maitres à bord, alors même que leur faiblesse théorique et pratique devrait les inciter à un peu plus de modestie. Comme pour vous, en fait, monsieur le "marxiste" (réformiste post-stalinien, c’est vraiment une caractérisation assez ridicule pour parler du PCF et d’Ensemble à Montpellier)

      Bastien Le 26 mars 2014 à 15:15
    •  
    • Ensemble, c’est réformiste "tout court".

      D’ailleurs, j’aimerais bien savoir (vu la claque encore plus énorme au 2nd tour que va se prendre le PS par rapport au 1er tour) si Ensemble sera sur les listes PCF ou celles du PG aux européennes de mai prochain ?

      Marxiste Le 26 mars 2014 à 18:08
  •  
  • Pour anecdote à Nancy c’est la 2ème fois en 6 ans que l’élu communiste intervient à la télé en laissant la porte ouverte aux listes centristes pour le 2ème tour....

    Et là aussi bizarrement la fusion a échoué. "1 élu solidaire de tout ou rien" Quelle arrogance !

    Camarade Vlad Le 26 mars 2014 à 09:57
  •  
  • Vous (Guillaume Liégard) au moins vous contribuez avec vos articles à deux balles à jeter de l’huile sur le feu... Vous n’avez pas assez d’adversaires politiques ?

    michelle Le 26 mars 2014 à 10:51
       
    • Très court et très bien dit.
      J’adhère. On attendait que les municipales passent mais ils remettent la gomme....

      Jeannedau Le 29 mars 2014 à 18:20
  •  
  • Rhaaa, y en a marre de ces articles qui ne parlent que de ce qui les arrangent. Et si on disait pourquoi y a eu refus de la part du PS et du PCF ? Et si on parlait du chantage de certaines têtes de listes FdG autonomes du premier tour. Encore une fois on fait passer les coco pour les méchants sociaux traitres.
    Perdre au second tour à cause de l’égo surdimensionné de certains serait vraiment dommage pour les populations locales, mais je pense que les électeurs de ces listes ont un peu plus conscience des enjeux et iront voter malgré l’absence de consigne de vote de ces gens qui prétendent lutter contre l’austérité mais qui n’hésitent pas à soutenir indirectement des candidats de droite...

    Cette stratégie ne dessert pas seulement le FdG, elle dessert aussi le peuple. Alors je vous pose la question, qui sont les vrais sociaux traitres ?

    Pik Le 26 mars 2014 à 11:14
       
    • C’est mieux de soutenir ’directement’ la droite en votant PS ?
      Ah non au temps pour moi, c’est vrai, le PS mène actuellement une politique de gauche (ouarf ouarf)

      Yo ! Le 26 mars 2014 à 13:58
  •  
  • Les situations locales sont extrêmement variables et dans tous les sens, y compris à droite. Tirer des enseignements généraux de 5-6 cas cités n’est pas très solide. Il faut je crois revenir à l’essentiel : le débat était et reste scrutin national versus scrutin local ; listes autonomes (ou autrement dites anti -ps) contre recherche de rassemblement sur un projet local. Trouver une justification à son opinion de départ avec les résultats est toujours un travers possible au lendemain de scrutin. Liégard n’y échappe pas. Je dis cela sans acrimonie, ni en cherchant à invalider l’option qui ne me correspond pas. Je note la difficulté persistante à aborder la situation politique en ses termes contradictoires et la facilité d’une réponse bien claire, bien nette sur la scène militante. Quitte à ne pas peser dans la vie. Franchement les listes FdG avec tout le monde comme à Marseille ne font guère mieux que celle sans le Pcf.

    Bo Bonne Le 26 mars 2014 à 11:26
       
    • A Montélimar(26), la décision du PC d’y aller avec le PS dès le 1er tour contre l’avis des partenaires du FdG local ( et même en contradiction complète avec un communiqué à la presse il y a un an adopté à l’unanimité du FdG, PC compris, affirmant que le FdG ne s’associerait pas pour ces municipales à des représentants de partis acceptant la politique d’austérité actuelle) a eu le résultat calamiteux suivant : réélection dès le 1er tour du maire sortant UDI-UMP, ( événement inédit sur la ville !) dégringolade de la "gauche" PS-PC-EELV de 51% en 2008 à 29,99% en 2014 !! et absention montant à plus de 40%. Le FdG est en ruines à Montélimar. Merci le PC

      BOUFFIER MICHEL Le 26 mars 2014 à 11:36
  •  
  • 3 exemples ne font pas une généralité. D’autres part, pensiez vous vraiment que le PS allait inclure le PG et Ensemble sur ses listes alors qu’ils refusent de voter pour tout budget, qu’ils ne veulent prendre aucun engagement ? Ça c’est le rôle de conseiller de l’opposition, donc si vous en avez la possibilité, maintenez vous. Je crois que les scores obtenu par le PG et Ensemble par exemple à Paris ne leur donne pas la possibilité de négocier quoique ce soit puisque ils ne peuvent que ce maintenir dans le 20eme, arrondissement ou le PS et EELV font ensemble 48%. Simmonet sera dans l’opposition pour son plus grand plaisir.

    Ce qui a été fort dommage c’est qu’une stratégie n’a pas été mis au point au sein du FDG et que cela en diminue la force. Autant la stratégie à géométrie variable du PCF que celle du PG (suivi par Ensemble) s’accrochant à une autonomie coûte que coûte. Au final, le PCF va garder le nombre de ses mairies, le FDG (avec ou sans lui) approche du score de Mélenchon lors de la présidentielle. Aucune avancé donc. Alors qu’un campagne commune (pas forcement autonome à tout pris) aurait vraiment pût faire du Front de Gauche une force montante (et non stagnante).
    Alors au lieu de stigmatiser les uns ou les autres, il serait préférable de se calmer, de voir les résultats dans leur ensemble, d’en tirer les conclusions et de réfléchir aux prochaines échéances.

    Akasha Le 26 mars 2014 à 11:39
  •  
  • Jeu trouble du PCF ?

    Non, plutôt une vérité qui éclate : le PCF n’est pas monobloc et une grande partie de son appareil est tenue par une composante qui n’a jamais été réellement convaincue par le Front de Gauche. Si celui-ci a été accepté et utilisé comme étiquette permettant de se refaire une santé, il y a dès le départ un rejet par ce "courant à la droite du PCF " des lignes de forces du FdG et particulièrement de sa dénonciation de l’abandon de la gauche par le PS. La candidature de Chassaigne pour la présidentielle contenait déjà cela, ceux qui l’auront vu de près mener sa campagne interne contre JL Mélenchon peuvent en témoigner.

    Les élections municipales ont fait tomber les masques. Certes cela met aujourd’hui le Front de Gauche dans une position difficile à gérer mais on peut penser simultanément qu’il est en train de se libérer d’un fardeau bien handicapant et ne s’en portera que mieux dès cette épreuve surmontée.
    Par contre les très nombreux militants communistes qui ont cru au FdG se retrouvent devant une grande difficulté qui est de devoir choisir entre le Parti ou la ligne politique à laquelle ils croient.

    A moins qu’une révolution interne ... ?

    J.Lièvre Le 26 mars 2014 à 12:43
       
    • Bravo à J. Lièvre pour son analyse lucide et pertinente.
      Pour le P.C.F (les inébranlables du Comité), mieux vaut une "rouste collective" qu’un changement de ligne.
      Allez, militants, sympathisants, électeurs benêts, lecteurs de l’Humanité (fondateur Jaurès !), passez ce tour et vous constaterez que nous, les communistes-proches-du-peuple sauront encore et toujours vous impressionner par notre dialectique. Elle est géniale !

      Gège Le 26 mars 2014 à 13:01
    •  
    • Je ne suis pas sur que tu sois convaincu de ce que tu avances et comme une déclaration écrite vaut mieux qu’un long discours je te soumets ceci directement de la personne concernée :
      "De toutes les communes où j’apporte mon soutien aux candidats du Parti Communiste Français et du Front de Gauche dans cette campagne électorale municipale, Clermont-Ferrand est dans une situation particulière. Dans notre capitale régionale, une liste Front de Gauche n’a pas pu se concrétiser. En effet, Alain Laffont a tout fait pour empêcher la constitution de cette liste. Avec une seule ambition : être tête de liste ! Après avoir été un opposant systématique du Front de Gauche à toutes les élections depuis 2009, Alain Laffont est à la tête d’une liste qui porte une conception électoraliste de la politique et se cantonne à la dénonciation, sans réelle perspective pour les habitants. Cette posture réductrice n’a jamais été la mienne. Elle attise colère et frustrations avant le vote. Elle est totalement inefficace et démontrera toute son inutilité pendant les 6 années de mandat, à l’image du bilan du conseiller municipal Alain Laffont, élu depuis 1995. Aussi, mon soutien aux candidats du PCF et de la Gauche unitaire, membres fondateurs du Front de Gauche engagés sur la liste de rassemblement de la gauche conduite par Olivier Bianchi, est sans ambiguïté. Dans la capitale régionale, nous avons besoin d’élus utiles qui démontrent dans leur action au quotidien, aux côtés des habitants, des salariés, leur volonté de traduire les attentes populaires au sein même de l’institution municipale. Je considère qu’il s’agit d’un choix de responsabilité, qui prolonge l’engagement fondateur du Front de Gauche, celui d’être utile aux populations. Aussi, notre rassemblement doit-il prendre sa part dans la construction de politiques municipales répondant aux besoins des habitantes et des habitants. Il s’agit également, pour nos élus, de structurer des champs de résistance aux politiques d’austérité en promouvant des politiques publiques locales exprimant les valeurs de la gauche. D’autant plus que les choix locaux de rassemblement ne modifient bien évidemment pas notre opposition notre opposition déterminée aux renonceùments du président de la République comme je la porte avec les députés du front de Gauche"
      Qui a dit ça ? je te le donne en mille.
      Mais foin de bavardage, ce qui t’occupes c’est autre chose !

      Fred Le 26 mars 2014 à 16:10
    •  
    • Merci pour cette réponse dont le message fleure bon la dialectique habituelle.
      Je ne connais pas le cas de Clermont Ferrand ; merci donc de le détailler pour nous. Je connais par contre celui de Grenoble...
      Pour autant, et si l’on en est au coups pour coups, à quoi bon faire semblant d’être un front "populaire" ? Les deux "gros" du F.D.G rechercheraient donc la suprématie ?
      Finalement, tout le monde va y perdre et cela conduit immanquablement :
      * implosion probable du F.D.G ;
      * imposition certaine du bipartisme à géométrie variable.
      C’est le pluralisme vu par les énarchies en place !

      Gège Le 26 mars 2014 à 16:35
  •  
  • Bravo à J.Lièvre !

    Dominique FILIPPI Le 26 mars 2014 à 14:00
  •  
  • Vous savez ce qui divise le Front de Gauche ? Ce genre d’article assassin et inutile !

    Jean-Pierre Badout Le 26 mars 2014 à 14:39
       
    • Inutile ? Dérangeant............

      Dominique FILIPPI Le 26 mars 2014 à 15:55
  •  
  • Article inquiétant sur certains comportements boutiquiers, irresponsables et nuisibles.

    Ajax Le 26 mars 2014 à 18:11
  •  
  • Je trouve dommage surtout que cet article distribue des bons ou des mauvais points aux camarades d’ENSEMBLE qui font ce qu’ils peuvent là où ils sont. A Montreuil, dans un grand bordel, nous avons décidé de rester dans la liste. C’est un choix très difficile sur lequel nous devons nous expliquer. Avions nous des consignes nationales ? Non. Des infos sur les tractations PS / PC /EEVL ? Non. On allait à la pêche au petit bonheur. Nous en remettrons nous ? Je ne sais pas. Nous n’arrivons pas à nous organiser, nous nous épuisons. Nous ne sommes pas soutenus et pourtant nous sommes un comité local plutôt actif et inscrit dans la durée. Maintenant, si REGARDS veut contribuer à nous diviser et à nous affaiblir alors qu’il y a aussi beaucoup de sujets de fond sur lesquels nous devons travailler (écologie, économie, féminisme, démocratie, laïcité...), sa rédaction doit en assumer la responsabilité.

    Nathalie Lana Le 26 mars 2014 à 18:15
       
    • On ne peut pas systématiquement se faire renvoyer à nos bonnes études des sujets à militer (féminisme, environnement, finance, ..) lorsque dans le même temps, des positions scandaleuses du PCF (dont je suis membre non cotisant à Montrouge pour cause de section à direction népotiste depuis 30 ans) brisent délibérément les outils même de l’espoir et de la dynamique unitaire, avec un cynisme et un hégémonisme fou !

      À Montrouge, au cours d’une assemblée à laquelle je me trouvais, la direction de section, de manière immonde, a fait passer en force la fusion au premier tour avec la PS en faisant voter des militants de villes voisines et non à jour de leur cotisation. Ensuite, loin de leur promesse d’ "esprit critique", les colistiers communistes du PS n’ont strictement RIEN dit ni fait contre la politique de Hollande. Ça a été six mois de vide politique et militant absolu, silence radio !

      Et les communistes de Montrouge avaient pour tête de liste socialiste un socialiste gestionnaire absolument MUET sur toutes les attaques anti sociales et générales de Hollande au prétexte, je vous le donne en mille, que l’élection était « locale » n’est-ce pas (avec 4,5 milliards de supprimés aux collectivité et la destruction des intercommunalité sur lesquelles pourtant le candidat PS prétendait s’appuyer pour financer ses projets).

      Bref l’intox complète, l’antipolitique complète, le scandale politique complet.

      Et de revoir cela à Paris, venant de gens que j’ai fréquentés (Ian Brossat, Igor, secrétaire fédéral...) professionnellement pour des affiches, et qui m’ont déçu par leur manque de rigueur et de professionnalisme, de fidélité dans la relation humaine (humain d’abord mais le business politique encore plus d’abord) ne m’étonne qu’à moitié.

      Mais j’y vois clairement une volonté de prendre une revanche sur la possibilité (libre et responsable à sa façon après tout) de faire autre chose que de s’allier au premier tour au PS (sans pouvoir se compter ni peser sur les alliances éventuelles du deuxième tour) pour entonner les mêmes refrains que celui-ci et pendant des mois faire profil bas sur les désaccords avec la politique nationale...

      Il faut voir l’étiolement des luttes que cela a produit indépendamment même des tractations violentes et revanchardes d’appareils, la liquidation de la mobilisation juste appelée par des mots creux par les dirigeants nationaux du PCF, qui par ailleurs employaient tous les moyens de pression pour conditionner les votes militants et obliger le tête de liste Ian Brossat à se taire sans doute à l’insu de son plein gré.

      Pour faire des affaires en terme de places, pouvoir, finance, et au nom d’une casuistique ahurissante, se donner bonne conscience et surtout hégémonie à postériori (ayant rempli les caisses avec l’aide du PS), la lisibilité d’une ligne claire à court, moyen, et long terme du Front de gauche dans son unité, peut bien passer à la trappe !

      Front de gauche, je te fais, je te défais, je fais ce que je veux, je suis "communiste" et je me fous du reste, après mon pouvoir, le déluge, le reste est verbiage creux !...

      www.desformespolitiques.eklablog.fr
      www.montrougemieuxsansmetton.eklablog.com

      Auxenfans Le 26 mars 2014 à 20:16
    •  
    • Je connais bien la situation de Montreuil, et à aucun moment je n’ai mentionné les camarades d’Ensemble.
      Je sais à quel point les camarades ont été tenus à l’écart de toutes les discussions.
      Le résultat leur étant annoncé, il n’avait pas grand chose d’autre à faire que de rester ce qu’ils ont fait.

      Remarque "amusante", le PS a obtenu la fusion à la proportionnelle qu’il refuse à peu près partout quand c’est lui qui est en tête.

      Guillaume Liégard Le 30 mars 2014 à 18:38
  •  
  • Arrêtez de flinguer le PCF. A Sevran les communistes ont bien été utiles, sinon pas de 25% à la liste Autain. D’ailleurs a t-elle fusionné avec l’exécrable maire sortant ( eelv, pour ceux que ne savent pas), face à une droite conquérante et ambitieuse ? La conservation de cette ville à "gauche" semble déjà difficile. Les parachutages sont souvent périlleux, demandez à D. Voynet. Bien sûr les arrangements de P. Bessac sont très discutables et même incompréhensifs pour ceux/celles ( les anciens), qui connaissent cette ville. Mais son souhait partagé par d’autres, de barrer la route à l’ex-maire peut se solder par un échec. N’est-ce pas
    Clémentine ?

    willy Le 26 mars 2014 à 22:05
  •  
  • Pour participer à la campagne à Sevran : " face à une droite conquérante et ambitieuse" euh comment dire
    13,6% pour Geoffroy c’est un non sujet

    Les communistes à Sevran font partie (et ils sont nombreux) de ceux qui croient réellement au Front de Gauche, et disons-le ils sont remarquables.
    Ce n’est pas le cas partout et c’est bien dommage

    Guillaume Liégard Le 26 mars 2014 à 22:24
  •  
  • Quel lamentable spectacle !
    Cessez le Feu !!! arrêtons ces discussions de cours d’écoles.
    Mettons les "Egos" au placard
    il est vrai que la démocratie est un exercice difficile
    Ne transformons pas le Front de Gauche en " armée mexicaine"
    Concentrons nous sur l’ Humain d’abord !
    Faisons " Ensemble" un si joli mot qui devrait si bien correspondre à notre volonté d’aboutir à une réelle transformation , métamorphose de la société.

    Signé : Un sympathisant "d’Ensemble " qui souhaite ardemment le rester

    Gilles Le 27 mars 2014 à 00:41
       
    • Le Front de gauche a des sympathisants mais aucun adhérent - Le PC a beaucoup d’ adhérents et de sympathisants - Ensemble ? On peut déjà y adhérer : ca va plus vite que prévu ?

      THIERRY HERMAN Le 30 mars 2014 à 11:55
  •  
  • Faire circuler les tableau comparatif national qui est sur le blog de JLM !Et en priorité pour les fidèles du Mur des lamentations (sur la division des du FDG)....

    Dominique FILIPPI Le 27 mars 2014 à 09:37
  •  
  • sympathisant du FDG je suis écoeuré dégouté des magouilles politiciennes de certains dirigeants du pcf qui vont à la soupe PS ,je vais m’abstenir aux élections européennes si c’est un pc qui est tête de liste dans ma région et dans mon entourage c’est la même chose.J’ai voté FDG comme une alternative au ps libéral mais pas pour élire des cocos comme brossat ou pierre laurent qui ne sont que des politiciens ils valent pas mieux que les libéraux ma place d’abord le peuple on s’en fout

    sympathisant en colère Le 27 mars 2014 à 10:03
       
    • Ce qui est est important c’est le score national du FDG et pas de savoir si c’est un PCF ou pas.

      Dominique FILIPPI Le 27 mars 2014 à 14:06
  •  
  • Réécrire l’histoire, c’est dans 1984. On pourrait attendre autre chose de Regards, qui n’existe aujourd’hui, que parce que le PCF l’a créé hier. Quoi qu’on en dise dans ces lignes, personne n’a tenu la main des militants communistes, qui ont votés majoritairement dans ces villes pour une union dès le premier tour. Mais bien sûr mes beaux démocrates ci-dessus me dirons que la démocratie ne peut pas exister au PCF, et qu’évidemment on leur à forcer la main !!! C’est les mêmes qui demandent de les respecter (sans commentaire.)

    Par contre, que, depuis des mois le PCF recoivent les pires noms d’oiseaux de ces paretenaires du Front de Gauche, et singulièrement du Parti de Gauche, et que cela redouble, cela n’émeut personne. Il faut peut-être chercher aussi par là, quelques réactions de nos amis à Paris ou ailleurs L’anticommunisme même de la part de ceux qui sont censés être nos partenaires, à encore de beaux jours devant lui... Mais Messieurs Mesdames, si on est si mauvaix et inutile, allez constituez un Front à gauche ailleurs et avec d’autres. C’est une moquerie, car vous avez trop besoin du PCF, pour donner quelque consistance et poids politique à un Front, qui sans cela se reduirait, sauf quelques exceptions, à un conglomérat de -trop- petits partis.

    RougeToujours Le 27 mars 2014 à 14:27
       
    • Il vaudrait mieux que ta démarche rationnelle faite d’écoute mutuelle prévale sur ton sentiment d’appartenance ; cela permettrait d’avancer . L’alternative n’est pas ou vous nous prenez comme on est ( per saecula saeculorum ?) ou vous allez vous faire voir ailleurs MAIS DE FAIRE PASSER L’INTÉRÊT GÉNÉRAL AVANT L’ESPRIT DE CHAPELLE ( EN RUINE)....

      Dominique FILIPPI Le 27 mars 2014 à 23:37
    •  
    • Et ceux qui sont allés négocier en secret avec le PS, entre l’humiliant refus de la loi d’amnistie des syndicalistes et la réforme des retraites, ils avaient reçus mandat des communistes ?
      Non, ils se sont contentés de faire avaliser après coup par les militants le résultat de leurs conciliabules avec les socialistes tout ça en faisant une campagne interne contre un de leur partenaire du Front de Gauche.
      Drôle de notion de la démocratie !

      Claude Le 28 mars 2014 à 03:48
    •  
    • Peut-être te sentes tu agressé par des propos parfois un peu dur, mais il va bien falloir que au sein de votre parti vous clarifier la stratégie à mettre en place, parce que ce dont on est sur c’est que le FDG ne peux pas continuer comme cela

      tchoo Le 28 mars 2014 à 13:49
    •  
    • Bonjour,

      Vous ne pensez pas que taxer les critiques d’anticommunistes soient un peu daté ? Que de nombreux communistes soient scandalisés par ces pratiques opaques, violentes, arbitraires et de nomenclature ne vous apparemment pas revoir votre jugement : c’est de l’anticommunisme. Voilà qui est fort pratique !
      Je peux témoigner qu’à Montrouge, (j’y étais) pour une poignée de lentilles, une section dirigée depuis trente ans successivement par les membres d’une même famille, a, à coup de bourrage d’urne avec des militants d’autres villes non à jour de leur cotisation, dans un climat d’extrême malhonnêteté, volé au secours d’une tête de liste PS sans faillir.
      Je redis que le vote à Paris a été très influencé par les cadres et que près de la moitié des militants n’ont pas voulu s’allier au PS et que cela leur a été imposé pour des considérations qui n’ont pas à voir avec une cohérence politique mais pour des intérêts bien compris. Avec les conséquences désastreuses pour le front de gauche... Et l’usage unilatéral et sans consultation du logo FDG ?!! Quelle grossièreté, quelle inculture, quel cynisme, et quel mépris des autres !

      Auxenfans Le 30 mars 2014 à 22:40
    •  
    • pour le monsieur qui se permet l’insulte, que j’ai reçu en direct, je lui propose de s’interrroger ? A partir de quelques échanges épistolaires, insulter ainsi les personnes qui ne sont pas d’accord avec lui à partir du seul exemple de Montrouge, c’est que je qualifie d’anticommunisme. Il est d’ailleurs si primaire qu’il en est ridicule. Et mal élévé en plus. Car franchement, ces insultes sont vraiment de bas étage. Quand à l’usage unilatéral et sans consultation du logo FDG, parlez-zen au Parti de Gauche à Paris ?!! En seriez vous propriétaire ?

      Le 31 mars 2014 à 09:04
    •  
    • Le PCF n’est pas propriétaire du logo du fdg lorsque c’est pour le coller sur les photos des candidats PS, comme à Paris. Le PG peut en effet en avoir usage dès lors qu’il l’utilise en cohérence avec l’ensemble du projet du fdg qui n’est certes pas, mais vous sembler vous forcer à l’ignorer, de servir de béquille au PS. D’ailleurs le résultat confirme largement cela. À part cela, je suis près à reconnaître l’insulte et à m’en excuser, à condition qu’on me la montre. Je redis encore pour l’avoir vécu et vu, le PCF a eu dans ces municipales, une attitude scandaleusement équivoque, opportuniste et cynique. Lorsqu’il se présente seul, et lorsqu’il est au front de gauche sans se soumettre au PS, il réussit et c’est très bien. Lorsqu’il se colle au PS sans distance critique, il se plante, à part à Paris, évidemment, mais là le gâteau était trop beau...

      Auxenfans Le 31 mars 2014 à 09:12
    •  
    • Personnellement, j’ai envie de dire tout ça pour ça... Elle est où la démonstration de l’efficacité de cette stratégie d’autonomie ? Par contre que l’union d’une gauche, qui a fait beaucoup pour les parisiens,garde Paris dans un une telle débacle, avec un programme de gauche -ne vous en déplaise- C’est une bonne chose pour la gauche et les parisiens. mais là dessus on pourrait discuter longtemps, on ne sera pas d’accord.

      Ce que je trouve désespérant, c’est que Mme Simmonet, qui n’est pas le parti de Gauche à elle toute seule à Paris, alias Front de Gauche "toute seule", n’est jamais vraiment cherché un accord de la gauche, mais a surtout cherché des voix en se victimisant, plus que sur son programme. Il suffit pour s’en convaincre de voir les vidéos sur son blog. En cela elle "insulte" l’avenir, qui est le rassemblement de la gauche, qui ne se fera pas sans les militants de terrain du PS. Eh, oui, cela existe. Et il souffre autant, si ce n’est plus, que nous aujourd’hui.

      Le 31 mars 2014 à 11:36
    •  
    • Bonjour,

      En effet, les vidéos de la liste de Danielle Simonnet, j’en fais partie. Allez voir "Auxenfans, artiste paysagiste"http://www.daniellesimonnet2014.fr/joel-auxenfans-artiste-paysagiste/.
      Justement, ce qui m’a fait décider d’aider Danielle Simonnet, c’est qu’elle ne s’est pas enferrée dans des négociations dès le premier tour avec le PS. Grâce à sa candidature, des gens ont voté qui (comme moi dans ma propre ville) ne seraient pas aller voter pour cette liste PC-PS de collaboration au satisfecit de la politique de Hollande.
      Cela s’additionne aux autres électeurs (appelez-les comme vous voudrez), et permet à une spécificité de gauche non pro socialiste de s’exprimer d’abord (n’était-ce pas une priorité ? ) et surtout de se compter. Mais cela ne fait évidemment pas partie de vos objectifs. Le but étant sans doute pour vous, de rester bien sagement, et dès le premier tour s’il vous plaît , dans le giron du Ps, comme au bon vieux temps du programme commun, pour "piquer encore 3 millions de voix au PCF", ça c’est payant, et sur le long terme je vous prie !!!)
      Pour vous moquer ainsi de la victimisation, c’est bien qu’à priori, vous êtes du côté des socialistes, pas du côté du front de gauche.
      C’est cela qui est lamentable : parler ensuite de l’austérité dans des manifs qui ne viennent pas (pourquoi d’après vous la mobilisation ne monte pas, ne serait-ce pas parce que mobiliser lorsque l’on fait alliance avec celui contre lequel ont cherche à mobiliser, cela n’est pas possible !) et en même temps faire ainsi de la lèche aux élus PS pour placer des gens aux bonnes places, merci on connaît, c’est ce qui dégoûte tout le monde, et pas qu’au PCF...
      Qu’en coûtait-il au PCF, je vous le demande, de se présenter au sein du FDG, en laissant éventuellement la tête de liste à Danielle Simonnet (où est le problème dites-moi, à part l’égo de Ian Brossat et le beoin de "contrôler" ; elle est plus néfaste que le PS d’Anne Hidalgo ? ), en revendicant ce qu’on a fait de bien avant , et en avançant sur un programme spécifique (à moins que vous ne sentiez pas le PCF capable de spécificité par rapport au programme du PS ? ) en se comptant (ce qu’il n’a pas fait depuis belle lurette et depuis, de l’eau est coulée sous les ponts de Paris), et en apportant une lisibilité pour la gauche non sociale démocrate. Et bien non ! interdit ! Pierre Laurent Sénateur de Paris, en a décidé autrement. Lui a parlé, et Ian Brossat lui est resté silencieux (la bonne vielle discipline du parti sans doute ,qui veut que le subalterne s’aligne sur le chef en attendant son tour et les places.
      Ayant travaillé avec Ian Brossat et la section du 20ème, qui, avec moi, n’a pas respecté ses engagements (au point de mettre dans l’embarras la fédération de Paris), et qui désormais depuis des mois, fuit et ne rappelle pas, je peux vous dire qu’il a reçu de moi une lettre circonstanciée que je ferai paraître à l’occasion, et à laquelle il n’a bien sûr pas répondu : on ne répond pas aux artistes qui travaillent et s’engagent, et on ne s’alourdit pas dans sa "trajectoire" personnelle de petits problèmes lorsque l’on vise les places les plus hautes.
      Pour moi, c’est la parfaite démonstration PAR L’EXPÉRIENCE, que les cadres et membre de l’appareil ne sont pas nécessairement fiables. Je n’idéalise pas Danielle Simonnet, mais l’affaire de Paris, que vous le vouliez ou non, laissera des traces dans beaucoup de consciences politiques du front de gauche. Mais j’ai bien compris que cela ne fait pas partie de vos priorités.

      Encore une fois, pourquoi une telle précipitation à se jeter dans les bras du PS au premier tour ? Alors que le premier tour nous permettait justement de peser sur le programme du PS au deuxième tour bien mieux puisque s’appuyant sur des résultats intéressants avec les chute du PS qui était prévisible (ou alors c’est qu vous viviez dans une autre planète)...

      Auxenfans Le 31 mars 2014 à 12:06
  •  
  • L’objet de cet article n’est pas de discuter les alliances du PCF avec le Parti Socialiste dans la moitié des villes de plus de 20 000 habitants. La direction du PCF a alors choisi de ne pas avoir d’orientation nationale mais a renvoyé à une décision ville par ville. Je suppose que le temps des bilans viendra dès dimanche soir. Les communistes ont voté et on ne peut pas remettre en cause cela. Le bulletin de vote a parfois été curieux (j’invite et je peux fournir celui de Grenoble pour les curieux), mais dans l’ensemble, il faut prendre acte.

    Maintenant, le fait nouveau c’est que dans certaines communes (celles citées, mais bien d’autres Le Mans, Nancy etc...), des directions locales ont pesé pour empêcher des fusions. C’est sûrement désagréable à entendre mais c’est la réalité. Libre à chacun de considérer que toute critique est l’expression d’un anticommunisme larvé (ou avéré). La politique de la citadelle assiégée est une politique de l’autruche.

    Je conviens par ailleurs que cela n’épuise pas tous les problèmes du Front de Gauche.

    Guillaume Liégard Le 27 mars 2014 à 18:09
       
    • Pour ce qui me concerne, quand je parle d’anticommunisme, je ne parle pas de votre article, qui a surtout le defaut de prendre quelques cas particuliers pour filer -quand même- un coup de patte au PCF, mais à certains propos de commentaires absolument ahurrissant. Peut-on attendre de vous un article sur les manoeuvres du Parti de Gauche, pour truster l’appellation Front de Gauche -ce que vous avalisez promptement d’ailleurs, voir votre titre, et aussi pour se victimiser (Paris, St Denis, etc..) ? Cela rétablirait un certain équilibre, sur les appréciations envers les composantes du Front de gauche. Decidement, l’union est un combat :)

      RougeToujours Le 28 mars 2014 à 12:46
  •  
  • Les socialistes ne peuvent ils pas se rassembler avec le Front de Gauche ? Le rapport de force autour d idée alternative au libéralisme, la défense et le développement de service public, le renforcement du pouvoir des travailleurs dans leur entreprise,... ne peut pas se faire avec des socialistes ? Comment faites vous si des socialistes s’interressent à ses idées vous les dégager ? Non salaud de socialiste tu vas nous trahir va t-en... C’est qui les sectaires ?

    colonel fabien Le 27 mars 2014 à 19:21
       
    • Vous savez parfaitement que cela ne c’est pas passé de cette façon. Combien de PS sont venus trouver des communistes pour leur dire on veut s’allier avec vous parce que nous sommes d’accord sur bien des points.
      Cela n’est pas arrivé
      Alors tenter de justifier les démarches du PCF vers le PS pour garder ses postes, en mettant l’accent sur des points supposés de convergences est de la malhonnêté intellectuelle.
      Vaudrait mieux assumer clairement les motivations des ralliements,

      tchoo Le 28 mars 2014 à 13:55
  •  
  • il ya des variations de l´´etat d`´etre "gauche" dans le spectre du socialisme, c´´est bien la realite, mais maintenant a l´´heure de la decision de bien pouvoir empecher la prise de certaines communes par le droite, ou pire parles fascistes il doit etre de regles de nous rassembler
    inutile de poursuivre des discussions qui ne font que nous desunir !

    walroe Le 28 mars 2014 à 03:33
  •  
  • Bien, rien de neuf sous le soleil.

    A cause des silences sur l’essentiel lors de sa création, une partie du FdG (PCF et le groupe de Piquet) dans une série de villes s’est allié au parti d’un gouvernement violemment anti-social, un parti qui mène aussi pour l’essentiel des politiques anti-sociales dans nombre de collectivités.

    La réalité est crue et saignante.

    J’entends bien que certains puissent dire que c’est la faute des autres si ils ont été obligés d’aller s’allier avec le parti antisocial !!!

    Raisonnement stupéfiant.

    Retour sur terre :

    Dés qu’on passe aux travaux pratiques, il faut constater que c’est l’intérêt matériel immédiat d’une nomenklatura qui pèse. C’est en quelque sorte le bout du nez de la lutte des classes dans les partis, exprimée là par les intérets d’une petite couche sociale qui deale avec le parti de la bourgeoisie (le PS) son existence et ce qu’elle croit être sa survie.

    Alors n’a-t-on rien appris ?

    Ensuite on aura le coup de barre à gauche après les élections, une fois les écuelles bien garnies, histoires de posture...

    Copas Le 28 mars 2014 à 07:45
  •  
  • Beaucoup d’enseignements à tirer de la situation née de ces élections, dans le résultat certes, mais aussi dans leur préparation, dans leur tenue, dans les rapports de force au sein du FdG, dans le positionnement des adhérents du PCF, mais aussi du PG, voir d’Ensemble.

    Pêle-mêle :

    1) le mode de scrutin fausse le jeu démocratique. Il n’a que l’apparence d’un scrutin à la proportionnelle. La pseudo mixité imposée, et donc pas librement consentie, a plombé les petites communes (à peine supérieures à 1000 habitants) dans lesquelles la composition des listes s’est avérée parfois impossible. Il favorise la magouille électoraliste entre les deux tours chez les minoritaires, la concession sur l’essentiel pour continuer d’exister : une véritable proportionnelle n’aurait pas besoin de deux tours !

    2) la verticalité des partis politiques qui composent le FdG engendre des comportements d’appareils, des jeux de pouvoir et pas vraiment la coopération, l’émulation, la fraternité, ... éléments indispensables à la crédibilisation d’une démarche progressiste.

    On poursuit l’exercice, plutôt que de chercher comment se débarrasser de l’un ou de l’autre ? Même si la conviction de l’actuelle direction du PCF, qui permet le brouillage du message et l’alliance avec le PS dans de trop nombreuses communes, interroge . A moins qu’elle n’impose au FdG de se libérer des appareils de direction.

    ERASMI Christian Le 28 mars 2014 à 07:47
       
    • Très bien dit ! + 10 !

      Aimelle Le 28 mars 2014 à 15:49
    •  
    • Entièrement d’accord avec votre point n°2.

      La verticalité dans les organisations politiques en France stérilise tout débat, et en conséquence la démocratie.

      D’autre part la France vit sur le modèle de jésus Christ, "sauveur" et planté sur la croix sans assistance ni aucune solidarité des frères humains.

      Ces 2 choses s’auto-alimentant.

      Il est temps de renforcer le débat et l’éducation populaire et de rendre les gens autonomes de leur pensées et actions, responsables et solidaires.

      Il faut sortir de tous modes de procuration, ni le vote, ni le fait de penser, réfléchir, agir ne puvnt exister par procuration comme c’est la mode dans notre société et comme cela a été de presque tous temps la façon de la gauche française dans son entièreté -c’est pour cela que de tous temps la gauche a été jusqu’à exclure les anarchistes humanistes comme à la fin de la gurre d’Espagne.

      Ce résultat d’élection n’est que le bout actuel d’un long processus de stérilité politique et intellectuel.

      La Renaudie Le 3 avril 2014 à 18:40
  •  
  • Bonjour,

    A Lille, c’est bien différent : Le PCF comme les autres partis du Front de Gauche ont fait une belle campagne.

    Ils se sont tous fait jeté par Martine Aubry, pour le meilleur et pour le pire :
    http://lille.lhumaindabord.fr/solidarites/article/martine-aubry-ferme-la-porte-a-sa

    yohooo Le 28 mars 2014 à 22:55
  •  
  • Monsieur Liégard , nous attendons avec impatience votre analyse lucide du Front de gauche à Marseille , qui est devenu un "champ de ruines" , malgré l’ union de toutes les composantes , alors que Marseille fut une terre de luttes sociales exemplaire il y a peu de temps ( 2003 , 2006 )

    Dimanche soir , nous aurons deux mairies de secteur FN et six mairies UMP , parce que l’ électorat de droite , moins con que "nous" , saura se reporter sur le candidat de droite républicaine ou droite social - nationaliste le mieux placé au premier tour ..

    Le Front de gauche est explosé par le Front national dans les quartiers nord , voit les scores de Mélenchon divisés par deux ou trois ( dans la même proportion , que ce soit en centre ville ou dans les quartiers nord ou sud )

    Le front de gauche est mort parce qu’ il est aux mains de chefs d’ armée qui préfèrent la colonne de fer à l’ armée de masse - au final , la globalité des combats n’ est plus perçue -

    Un peu de rigueur mathématique et d’ organisation ne fera pas de mal à Marseille comme ailleurs , car il y a trop d’ historiens , de scientifiques de l’ éducation , et d’ artistes au sein du Front de gauche

    Regarder avec courage les erreurs du passé , organiser le présent et voir l’ avenir avec lucidité , analyse et clairvoyance : c’ est ce qu’ il "vous manque"

    Cessez de rire charmante Elvire
    Les loups sont entrés dans Marseille ( S Reggiani )

    THIERRY HERMAN Le 28 mars 2014 à 23:49
       
    • Je souhaite avant tout que les discussions entre les forces du Front de Gauche soient publiques et enregistrées. Chacun pourra se faire son opinion.

      Qu’avons-nous à cacher ? Je ne supporte plus les conciliabules qui laissent chacun dire ensuite n’importe quoi.

      Thierry Morvan Le 29 mars 2014 à 15:55
    •  
    • "il y a trop d’ historiens , de scientifiques de l’ éducation , et d’ artistes au sein du Front de gauche" il n’y en a jamais trop...par contre...il y a encore trop d’ouvriéristes...

      Dominique FILIPPI Le 30 mars 2014 à 07:43
  •  
  • Il ne faut jamais oublier que le plus grand dé-zingueur de Georges Guigouin, grand résistant communiste de Haute-Vienne a été le PCF himself.

    Le parti va retourner à ses erreurs historiques, mas je finis par penser génétiques, pour retourner à ses2.5% de sortie des urnes (j’oserai dire par colère, ses 2.5% onaniques, tous les plaisirs sont nobles, l’Art est de savoir les partager ou pas).

    Le PCF n’est plus le représentant du matérialisme, du marxisme en France, il se préfère comme VRP du social libéralisme -c’est son choix. Il n"en a jamais été le propriétaire non plus.

    Les individus communistes valent mieux et plus que le parti, c’est tout. Ey c’est eux qui le démontrent

    La Renaudie Le 30 mars 2014 à 10:08
       
    • " Les individus communistes valent mieux que le parti" ...Tu as résumé en une phrase pourquoi l’ extrême droite l’ emporte face à "nous" ( je ne me sens plus Front de gauche depuis le mois de juin 2012 ) ...

      L’ extrême droite est plus disciplinée , efficace et cohérente que nous : il suffit de voir le nombre de réactions sur cet article de Regards , l’ excitation de certains face à la chute présumée vraie ou apparente du PCF ...

      C en est même tragique quand ce soir , deux mairies de Marseille passeront au FN , Avignon également , Béziers , Perpipnan ...

      THIERRY HERMAN Le 30 mars 2014 à 11:53
  •  
  • Article de Regards novembre 2015 - Guillaume Liégard :

    " Fusion du Front de gauche : l’ impossible s’ est réalisé -

    Ce week - end à Limoges , en salle de congrès , les différentes composantes du Front de gauche ont accepté , après des années de discussion , de donner une existence organisationnelle au Front de gauche - Celui - ci atteint enfin le statut d’ une organisation politique - Pendant une période de 5 ans , les diverses organisations le composant continueront à exister , jusqu’ à leur extinction complète , qui devra avoir lieu au plus tard le 22 novembre 2021 "

    THIERRY HERMAN Le 30 mars 2014 à 12:01
  •  
  • Je suis pour renégociation de notre alliance avec le PC . Sur les bases actuelles je ne voterai plus pour cette pseudo alliance . Le ps doit se prendre une bonne déculottée , et j’en suis tès satisfait , quitte pour le moment à laisser la place à la droite . Le PS s’affirme au fil du temps de plus en plus libéral , et je ne comprends pas que le PG donne encore des consignes de vote pour ces gens là.

    l’ Antonien . Le 30 mars 2014 à 17:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.