Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 22 mai 2017

Gilles Poux : « S’il n’y a pas d’accord aux législatives, c’est la faute des communistes »

Le Maire PCF de La Courneuve revient sur les conflits autour des législatives, mais aussi sur les problématiques des quartiers populaires, sur l’ubérisation et les conséquences économiques et sociales du projet d’Emmanuel Macron.

Vos réactions (47)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (47)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Il a quand même été un peu moins "vindicatif" que ne le laisse entendre le titre de l’interview qui présente cette affirmation comme si elle étaient venue "naturellement" aux lèvres vengeresses de G. Poux...
    Or, il n’a fait que repondre à la question qui était posée comme cela par P. Jacquemain le plus simplement possible par un "oui" qu’il a immediatement fait suivre par des propos "nuancés" sur les responsabilités de part et d’autre !
    D’ailleurs sa reaction quant aux propositions de M. G. Buffet évoquées à un moment laisse particulièrement bien transparaître son attachement à l’endroit du PCF...
    Bref, si je ne faisais que lire le titre, je dirai que G. Poux semble vouloir "cherche des poux" au PCF... Apparemment, c’est pas tout à fait ça...

    Carlos Le 22 mai à 13:15
       
    • D’accord avec Carlos.

      Janick Le 22 mai à 16:02
    •  
    • @ carlos

      Pas d’accord. Ce type explique posément, intelligemment et avec beaucoup de dignité ce qui selon lui ne va pas dans l’attitude des dirigeants de son parti. À la question de l’interviewer il répond par un oui clair et sans ambigüité. Que voudrait-on de plus ? Qu’il crache sur son propre parti, peut-être ? Qu’il fasse publiquement acte de renégat, c’est ça ? Ça serait pénible, indécent, honteux...

      Et de plus, en tant qu’Insoumis, je crois que la FI n’aurait pas grand-chose à gagner à s’allier avec quelqu’un qui trahirait ainsi son parti. Les traîtres, les renégats sont des alliés aussi peu fiables que peu honorables... Marie-Georges Buffet, Gilles Poux sont des personnes tout à fait remarquables, aux antipodes des Laurent, Dartigolles, Brossat et autres Seassau. Des gens de valeur dans la hiérarchie du PCF, il doit bien y en avoir quelques autres (en cherchant bien, certes). Quant aux militants de base, ils sont bien souvent épatants !

      Enfin et surtout, il me semble que Macron, Philippe et toute leur clique ne peuvent pas rêver mieux que ces bisbilles venimeuses qui sont pour eux un somptueux cadeau. Alors arrêtons les chicayas imbéciles et essayons d’avoir un comportement digne de tous ces électeurs qui ont voté FI le 23 avril.

      hopfrog Le 22 mai à 20:05
    •  
    • @hopfrog - juste pour ne pas mourrir idiot, "pas d’accord" avec quoi exactement ? Avec le fait qu’il ne fait que dire oui à une question plutôt que de prendre l’initiative de lancer cette affirmation ? Avec le fait que le titre reflète plus l’aspiration de l’interviewer que celle de G. POUX ? Avec le fait qu’il soit plus nuancé dans son approche des responsabilités que ne le laisse penser le titre choisi ? Avec le fait qu’il soit attaché clairement au PCF même s’il supporte le programme de la F.I. ( ce qui indique clairement que c’est donc possible) ? Bref... Pas d’accord avec quoi ? parce qu’à vous lire je ne comprends pas clairement dans ce qui vous chagrine dans ce que j’ai dit.

      Carlos Le 22 mai à 20:18
  •  
  • Vous même, à part chercher des poux à G.Poux, que cherchez vous ?
    J’ai trouvé cet homme d’une humanité, d’un clarté et d’un franchise peu commune.

    Bravo Monsieur Poux !

    Michel 65 Le 22 mai à 13:33
  •  
  • Impeccable Mr Gilles Poux,
    actuel et futur Maire de La Courneuve... :)

    Contrairement à carlos,
    je pense que Mr Poux a été très clair., sans ambiguïtés.

    Il dit que la responsabilité de la situation incombe aux instances dirigeantes du PCF
    (ce qui est la vérité :))
    et qu’il faut voter pour les Insoumis
    (et donc pas le PCF, si celui s’oppose à la FI :)).
    Il a écrit une lettre publique à ce sujet à la direction du PCF...

    Il a le soutien de la France Insoumise...
    et le mien. :)

    cavalierbleu Le 22 mai à 14:25
       
    • Vous êtes ridicules avec vos querelles de bac à sable !
      Pour ma part je ne crois pas franchement au PCF mais pas plus à FI qui trahira comme le PS dès qu’elle sera au pouvoir car je crains que ce soit le destin de la gauche de trahir. Le nom "France insoumise" est d’ailleurs tout à fait significatif. Il n’y a rien de positif là dedans, pas d’idée ! L’insoumission ne peut constituer un projet politique et une négation (nécessaire il est vrai) n’a jamais donnée une affirmation. Le communisme est au contraire une réelle idée (celle de l’égalité avec ce qui va avec, l’abolition de la propriété privée) qui, elle, a mis en mouvement des masses de prolétaires...
      C’est quoi le programme de FI ? Une république sociale repliée sur notre territoire national au moment où tout doit inciter à l’internationalisme ? Une absurde révolution citoyenne comme si les élections pouvaient produire une révolution (du jamais vu dans l’histoire) ?
      Mélenchon, le parachutiste en chef, et ses plumitifs veulent un poste de parlementaire comme ceux du PCF ou du PS et soyez certain que cela ne changera pas grand-chose pour des gens comme nous.
      Yohann Augeat

      AUGEAT Yohann Le 28 mai à 18:25
    •  
    • Message aux à tous les enfants qui jouent dans le bac à sable :

      Arrêtez tout ! :)

      Vous êtes tous ridicules...
      étant donné que Yohann Augeat a réglé tous vos problèmes
      en abolissant une bonne fois pour toute la propriété privée. :)

      Personne n’y arrivait,
      il l’a fait ! :)

      Merci Yohann ! :) :) :)

      PS : Je suis d’accord avec Yohann pour dire que les disputes ont toujours un caractère ridicule...

      mais je pense que le plus ridicule de tous est précisément Yohann Augeat. :) :) :)

      Les gens du PS, de EELV, du PCF ont une raison de dire des sottises...
      ils veulent conserver leurs places. :)

      Mais Yohann Augeat n’ a aucune "raison"...

      Il doit vivre sur une planète rouge se situant au-delà d’Alpha du Centaure pour écrire des sottises pareilles. :) :) :)

      cavalierbleu Le 28 mai à 18:58
  •  
  • 524 candidatures seront présentées ou soutenues par le PCF-Front de gauche en métropole, comprenant 452 candidatures à parité présentées par notre formation et 72 soutiens.
    524 candidatures présentées pour porter la voix des électrices et des électeurs de gauche qui ne veulent pas laisser les mains libres à Emmanuel Macron, à son premier ministre Edouard Philippe, et à la droite, qui veulent pousser plus loin les logiques libérales des deux quinquennats précédents. 524 candidatures pour porter la voix des femmes et des hommes qui ont voté Jean-Luc Mélenchon, qui ont voté Benoît Hamon, qui ont voté Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud, et qui veulent demain des députés communistes, Front de gauche, de gauche qui défendront le monde du travail, qui travailleront sans relâche à unir les forces populaires face aux forces coalisées du libéralisme, qui seront des remparts intraitables face au Front national.
    Comme vous le savez, et malgré nos appels à l’unité de candidatures dans le maximum de circonscriptions, la direction nationale de France insoumise nous a opposé un refus de principe. Et cela, malgré le désir partagé dans de nombreuses circonscriptions par des membres des groupes d’appui locaux de FI et par les communistes d’aller ensemble à la bataille. Je le regrette profondément. C’est une faute au regard de l’objectif immédiat qui est le nôtre de constituer à l’Assemblée nationale la plus grande force possible face aux candidats du libéralisme, mais aussi au regard de l’avenir d’une gauche nouvelle qu’il convient désormais de réinventer en continuant à rassembler toutes les forces disponibles dans le respect de leur diversité. Nous continuerons de travailler sans relâche à la convergence d’action et de projet de ces forces.
    Aujourd’hui, l’heure n’est pas à la polémique, mais à la mise en campagne de tous nos candidats. Les électrices et les électeurs qui nous questionnent ont juste droit à la vérité car elle comptera pour l’avenir. Ce qui s’est passé à Marseille ces jours ci est éloquent. Je veux saluer le geste politique de responsabilité qui a été celui des communistes des Bouches-du-Rhône après l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Et je renouvelle leur appel : pourquoi la main tendue des communistes, qui visait à créer les conditions d’une large victoire dans toute la ville, le département et au-delà, n’a-t-elle pas été saisie ? Cela reste pour nous incompréhensible.
    Je veux le redire une dernière fois : personne, en tout cas pas nous, ne cherchait à briser la cohérence créée dans l’élan de la campagne présidentielle, bien au contraire, mais chacun pouvait aussi en reconnaître, sans la considérer comme un obstacle, sa diversité. C’était le moindre des respect à l’égard des communistes après leur soutien présidentiel. Pour nous tous qui revendiquons une VIème République, la cohérence d’une élection présidentielle, ce ne peut pas être comme pour d’autres l’abdication temporaire de souveraineté des électeurs au profit d’un Président qui vous dit : vous avez voté, vous avez adopté mon programme, on se reparle dans cinq ans. Nous voulons une majorité agissante, intervenante, pleinement citoyenne. Nous voulons des députés pleinement responsables à tout moment devant le peuple qui les a élus. Le Parti communiste et ses élus ont toujours agi en ce sens, avec liberté d’initiative et esprit constructif.
    Tout cela étant dit, l’heure est à la bataille, car de nombreuses victoires législatives restent à portée de mains. Des millions de nos concitoyens souhaitent et espèrent ces victoires. La campagne est donc lancée, et bien lancée. J’étais moi-même hier devant plus de sept cent personnes en Gironde entouré des dix candidats et de leurs suppléants que nous présentons dans ce département.
    La liste nationale des candidats que nous présentons rassemble des femmes et des hommes issus du peuple et qui vivent et travaillent comme l’immense majorité de celui-ci. Cette liste comporte aussi, comme je l’ai dit, le soutien à 72 candidatures de personnalités engagées dans le mouvement social à des titres divers et d’autres venus de formations politiques telles que France insoumise, Ensemble, République et Socialisme, EELV ou des soutiens de Benoit Hamon.
    Parmi ces personnalités, citons Clémentine Autain, François Ruffin, Zara Boudjemaï, Caroline de Haas, Monique Pinçon-Charlot, Marianne Journiac…
    Malgré l’absence d’accord national, il n’y aura pas de concurrence avec FI dans 29 circonscriptions. Des communistes en mesure de l’emporter ne se verront pas opposer de candidatures FI dans 11 circonscriptions. Nous en en félicitons et je veux saluer les militants locaux de la FI qui ont permis ces choix. Pour notre part, nous soutenons des candidatures FI dans 18 circonscriptions, dont celle où se présente Jean-Luc Mélenchon. En revanche, je veux dire que nous regrettons très profondément le maintien de candidatures FI dans près d’une vingtaine de circonscriptions où se joue l’élection possible d’un ou d’une député(e) communiste, sans que FI n’ait en revanche une chance de l’emporter. J’invite les électrices et électeurs de Jean-Luc Mélenchon dans ces circonscriptions à réfléchir à cette situation pour éviter d’offrir par la dispersion de leurs voix au premier tour un député supplémentaire à En Marche, la droite ou le FN.
    Tous ces éléments étant connus, je veux dire que nous maintenons des objectifs de conquête clairs :
    – nous voulons contribuer à l’élection de plusieurs dizaines de députés de gauche (PCF-Front de gauche, France insoumise, et autres forces diverses) en métropole comme en outre-mer … capables de s’unir demain face à Macron et à ses soutiens de droite. Et c’est possible.
    Pour cela, le score de nos candidats au 1er tour sera partout un atout, car il sera un gage de rassemblement efficace au second tour.
    – Dans ces objectifs de conquête, nous visons pour notre part la qualification au second tour de nos candidats dans plusieurs dizaines de circonscriptions. Et il est réaliste de dire que nous pouvons élire, grâce à une intense et conquérante campagne dans les jours à venir, plus du double de députés communistes et Front de gauche que dans l’Assemblée précédente, soit une vingtaine de députés. Cet objectif est à portée de main. J’invite les communistes à redoubler d’efforts pour y parvenir. Cela comptera beaucoup pour l’avenir.
    En permettant ces victoires, nous ferons entrer réellement la voix du peuple à l’Assemblée nationale car je le rappelle nos candidates et candidats sont le vrai renouveau, celui qui ferait entrer le monde du travail dans l’hémicycle.
    40 % de nos candidats ont moins de 50 ans, 20 % moins de 40 ans. 70 % n’ont jamais exercé de mandat électif.
    38 % sont des employés, ouvriers ou techniciens, 14 % des cadres, 20 % des fonctionnaires, 25 % des retraités, d’autres encore sont artisans ou étudiants. Ce sont des candidatures à l’image de la France, pas celle des cabinets ministériels et des conseils d’administration. 40 % des nos candidats ont des responsabilités syndicales dans le cadre de leur activité professionnelle et connaissent parfaitement les conditions de vie des salariés de notre pays.
    Ces candidats vont d’ailleurs sans attendre se mettre au service du combat qui s’annonce contre le recours aux ordonnances pour casser encore plus le Code du travail et finir le sale boulot de la loi El Khomri.
    Pour cela, j’annonce que nous lancerons le 1er juin dans toute la France une campagne nationale avec ce slogan : « l’été, ça n’est pas fait pour casser le code du Travail – Non aux ordonnances Macron ».
    Le 1er juin, j’invite nos candidats et leurs soutiens à prendre dans toute la France des initiatives publiques, spectaculaires et médiatiques, pour crever le mur du silence autour de ce qui se prépare. Nous appellerons dans cette campagne à élire le maximum de députés qui s’engagent à refuser ces ordonnances et nous appellerons à préparer les conditions d’une bataille estivale d’ampleur pour mettre en échec le coup de force du gouvernement.
    « L’été, çà n’est pas fait pour casser le code du Travail » , avec ce mot d’ordre, nous voulons mettre en débat un choix de société : ou l’asservissement au travail et à la précarité à vie, ou une vie digne faite d’un travail reconnu, correctement payé avec un bon salaire, permettant le droit au repos pour tous. Nous serons mobilisés partout, dans les urnes les 11 et 18 juin, mais aussi sur les places des villes, au milieu de nos cités et des nos quartiers, comme sur les plages et les aires de loisirs. Nous ne laisserons pourrir notre été. Nous mettrons en échec les ordonnances Macron.
    Enfin, permettez moi un dernier mot devant vous, mesdames et messieurs les journalistes, en vous remerciant de votre présence.
    Je veux alerter contre le déni démocratique qui se met en place et qui vise à priver d’accès aux média nos candidats, en reproduisant les temps de parole présidentiels sans tenir compte de la réalité et de la diversité des candidatures pour ces élections législatives. C’est l’extension sans limite du présidentialisme médiatique au mépris de toute règle démocratique pour ces nouvelles élections.
    Ainsi, notre parti, qui dispose d’un groupe parlementaire et présente des candidats sur tout le territoire s’apprête à être quasiment interdit d’antenne. J’ai écrit au CSA pour alerter sur ce scandale et je vous demande, mesdames et messieurs les journalistes, de ne pas répondre aux injonctions qui vous demandent en haut lieu d’appliquer des règles de temps de parole contraires à tout respect de la pluralité démocratique. Les électeurs n’ont pas voté pour les élections législatives. Ils ont droit à une information pluraliste jusqu’à la clôture du scrutin, construite à partir de la réalité des forces en présence sur le terrain et non des pronostics sondagiers nationaux qui ne reflètent pas la réalité des circonscriptions. Je suis certain que vous serez sensibles avec moi au respect dû aux électrices et aux électeurs.
    Conférence de presse - 22 mai 2017
    Pierre LAURENT
    secrétaire national du PCF

    Patrice le Gallois Le 22 mai à 15:01
       
    • @P.le Gallois :
      Travailler à une convergence ? Très bien... les deux programmes de la FI et du PCF sont ils compatibles sur la CSG, la sécu, l’europe, le nucléaire, le cumul des mandats, etc.. ?
      Beaucoup ont déjà une idée sur le sujet et refusent de mettre sous le tapis ce qui risque de nous revenir en pleine figure le moment venu. Pensez vous vraiment que l’unité sous un même drapeau proposée par P. Laurent pourrait conduire à autre chose qu’au même échec du Front de Gauche ?

      Puisque nous parlons vérité dûe aux électrices et électeurs, ne vous devez-vous pas de leur rappeler que vous leur proposer le flou artistique le plus total sur ce qui se fera réellement une fois qu’ils auront fait élire des représentants d’une "pseudo-majorité de gauche" répondant à des stratégies différentes et défendant des programmes divergents ? A quelle logique répond donc "la main tendue" du PCF ? On ne peut que se poser la question ! Car le combat ne se bornera pas à lutter contre la loi travail et autres destruction du même ordre, il faudra aussi proposer !

      Maintenant, il n’est pas trop tard pour que le PCF commence à s’impliquer dans les évolutions à venir que devra subir le programme de la France Insoumise pour rester en lien avec les problématiques auxquelles doit répondre une société en plein évolution... La F.I. ne peut que s’engager en effet inscrire dans la continuité son essence citoyenne et démocratique, autant qu’elle doit travailler à partir de l’expertise des associations sociales, culturelles et écologistes qui ont pour elles l’analyse et l’expérimentation... Car il s’agit bien, au-delà de former une opposition à Macron, de proposer un vrai projet pour l’avenir !

      Je ne doute pas que les électeurs jugeront au 1er tour en leur âme et conscience quel programme ils souhaitent soutenir...

      carlos Le 22 mai à 17:52
    •  
    • Quel malhonnête homme, ce Pierre Laurent. Il s’abrite derrière le Front de gauche alors que le PC a tué le Front de gauche lors des précédentes élections en faisant des alliances à géométrie variable, y compris avec des socialistes qui ne sont même pas des frondeurs. Bref, il a rendu le Front de gauche illisible. C’est d’ailleurs en partie pour ça que la France insoumise a été créée.
      Ce type est incapable de se projeter dans l’avenir, ne voyant que la sauvegarde de quelques plaçous, fut-ce en se mettant à la remorque du PS. Le pire, c’est que ce calcul est complètement inefficace puisque le PC ne cesse de baisser.

      Gilbert Duroux Le 25 mai à 02:07
  •  
  • Mr Le Gallois continue son oeuvre "d’intellectuel"...
    en continuant à faire des "copier-coller"
    de textes écrits par d’autres. :)

    La dernière fois, il faisait un copier-coller
    d’un texte écrit par le FN... :)

    Un des ses amis, un certain Mr Kerzéro,
    lui, a repris l’argumentaire
    de ce grand "progressiste" appelé Cambadélis... :)

    Ce coup-ci, c’est un copier-coller de la voix de son maître...
    c’est à dire celui qui le paye. :)

    Et il essaie de nous faire croire que ceux
    qui reprennent les arguments du FN et du PS
    ne sont pas dans la polémique...
    Quelle escroquerie ! :) :) :)

    Le PCF, comme le PS,
    n’a qu’un objectif dans cette campagne des Législatives,
    aller contre la volonté du peuple de gauche,
    qui a très clairement voté pour la France Insoumise,
    pour achever le travail de Hollande
    en faisant perdre la gauche.

    C’est tout.
    Ces gens n’ont pas d’autre ligne politique que celle-ci.

    Mr Laurent est un héritier de l’aristocratie du PCF
    dont les militants auraient du se débarrasser il y a longtemps...

    Comme les militants du PCF n’ont, en réalité,
    jamais pu faire entendre leurs voix au sein du PCF,
    où la voix d’un "héritier" vaut les voix de mille militants...
    ce parti est passé, en 50 ansde 25% à 2%%...

    Parce que les militants qui depuis 50 ans
    n’ont jamais pu se faire entendre à l’intérieur de ce parti
    au "démocratisme" très fortement centralisé...
    ont tous quitté ce parti sclérosé. :)

    Et ils osent encore venir donner des leçons ! :) :) :)

    cavalierbleu Le 22 mai à 16:15
       
    • Cavalierbleu@ !! est toujours dans la haine et le mépris pour toutes opinions contraires à la sienne, surtout si elles viennent de communistes, et essentiellement d’eux. Ce qui est dommage, c’est qu’il semble se revendiquer de France insoumise ... Bref, je désapprouve les propos de Gilles Poux disant qu’il y a chez FI des "ayatollahs et des fous furieux" ! Mais, après tout, peut-être un jour a-t-il rencontré ce "cavalierbleu ... A suivre ...

      Patrice le Gallois Le 22 mai à 16:43
    •  
    • Merci, Cavalier bleu, d’avoir répondu sur le fond !

      Yohann Augeat Le 28 mai à 21:07
    •  
    • En ce qui vous concerne Yohann Augeat,
      on ne peut pas répondre sur le fond...
      puisque vous ne fréquentez que les tréfonds de la bêtise.
      (Attention à vous car je peux le prouver :))

      Je constate que plutôt que de répondre à l’endroit où vous étiez venu me provoquer en disant que j’étais ridicule
      (dire que c’est cela que vous appelez du "fond"...
      vous n’avez vraiment pas peur du ridicule :)),
      vous êtes venu vous placer sous l’aile protectrice de Mr Le Gallois,
      bureaucrate du PCF, comme vous... :)

      même si vous essayez de vous faire passer sur ce site pour un citoyen non-encarté... :)
      ayant apparemment comme seul but de convaincre les gens de ne pas voter pour les Insoumis...

      Pourquoi vous cachez-vous ainsi ?
      Parce que vous serez plus efficace si les gens ne savent pas que vous êtes au PCF ?
      Ou est-ce parce que vous avez honte d’être communiste ?

      Vous ne devriez pas...
      être communiste n’est pas une maladie extrêmement grave, :)
      y a pire. :)

      Et en ne le disant pas,
      vous vous faites passer pour ce que vous êtes en réalité...
      c’est à dire un troll. :)

      cavalierbleu Le 28 mai à 21:40
  •  
  • L heure n etant ni aux polémiques ni aux règlements de compte je me contente d’applaudir à 4 mains la réponse argumentée-publiée ci dessus par Patrice le Gallois- et très calme de Pierre Laurent. Et je salue son courage et son sang froid face au tombereau de mensonges et d’insultes qu’il reçoit du grand chef des PG-FI et de ses lieutenants.

    myriam barbera boyer Le 22 mai à 16:20
       
    • JL Mélenchon abat son jeu de politicien dominateur et arrogant.
      C’est fini la révolution citoyenne et la 6ème république.
      Place au populisme dit de gauche...
      Nous serons engagés pour riposte aux mauvais coups de Macron.
      Il faudra des militants sincères, pas des politiciens calculateurs.

      Berthier G Le 22 mai à 16:58
    •  
    • @ Myraim Barbera Boyer.

      Vous avez raison. il ne s’agit pas de polémiquer. il s’agit simplement d’observer les dérives du PCF sur une longueur de plus de 30 ans, de ses errances, de ses ambiguïtés, de ses alliances à géométrie variable lors des dernières séquences électorales (les régionales, les communales), son ralliement très tardif à la candidature JLM, en laquelle ont commencé à se reconnaître les couches populaires qui, depuis longtemps ne votaient plus PCF, bref tout ce que dénoncent des milliers de militants dévoués qui ont quitté ce parti ainsi que certains de ses plus hauts responsables, fidèles mais critiques sans concession. Des renégats ? Des "polémistes" stériles ?Allez leur dire...

      Babeuf

      Babeuf Le 23 mai à 07:13
    •  
    • Je ne connais ni Mr Le Gallois et ne sait ce qu’est un troll... Par contre j’ai bien compris que je me faisais insulter par ce chevalier bleu.
      Je ne suis, jusqu’à présent, presque jamais intervenu sur ce type de réseau et cette expérience me confirme que j’avais raison.

      AUGEAT Yohann Le 28 mai à 22:19
  •  
  • Mr Le Gallois,
    tout comme Mrs Laurent, Chassaigne et Dartigolles
    est un allié de Mr Hollande...

    La France Insoumise pourrait faire capoter
    leur plan de Macronisation de la France...
    qui consiste à faire en sorte qu’il n’y ait plus en France
    que des partis de droite...
    ou financés par la droite...
    comme l’est le PCF,
    qui est financé par le PS depuis longtemps... :)
    pour, seulement, conserver des apparatchiks comme élus... :)

    Il ne s’agit pas de haine...
    il s’agit d’une constatation objective de la réalité. :)

    Et je répète une fois de plus
    (ce doit être la 5ème fois sur ce site :))
    que je ne suis pas membre des Insoumis,
    que je ne parle pas au nom des Insoumis...

    Par contre, je voterai bel et bien pour les Insoumis,
    comme j’ai voté pour eux au premier tour de la Présidentielle...
    et, vu le comportement de l’aristocratie du PCF,
    je ne voterai plus jamais pour un candidat du PCF,
    plus jamais ! :) ...
    A moins qu’ils ne soient soutenus par la FI comme Mr Poux. :)

    J’exprime ici mon opinion personnelle
    de citoyen libre de toute obédience politique.

    Mes textes ne sont pas des copier-coller de bureaucrates rassis,
    contrairement aux textes copiés-collés par Mr Le Gallois, :)
    je les écris moi-même...
    et si ils vous déplaisent...
    tant mieux ! :)

    Il n’y a pas de haine dans mes textes,
    c’est une calomnie supplémentaire de Mr Le Gallois et de ses employeurs...
    Les trolls sont ainsi faits...
    étant totalement creux,
    n’étant rien d’autre que de la pollution de l’espace médiatique,
    ils ne se défendent jamais sur le fond...
    à la place, ils attaquent et calomnient à tout va. :)
    Il n’y a rien de haineux dans cette constatation que je fais...
    c’est simplement une constatation. :)

    Par contre , il est tout à fait possible de comprendre
    que je n’aime ni Mr Hollande,
    ni aucun de ses alliés/employés...
    dont Mr Le Gallois et ses employeurs de la direction du PCF. :)

    cavalierbleu Le 22 mai à 17:21
       
    • Mais pourquoi "cavalierbleu@" a-t-il changé de pseudo ?? je trouvais que "têteàclaque@" lui allait très bien !

      Patrice le Gallois Le 22 mai à 18:38
    •  
    • Je cite Mr Le Gallois :

      "Mais pourquoi "cavalierbleu@" a-t-il changé de pseudo ?? je trouvais que "têteàclaque@" lui allait très bien !"

      Mr Le Gallois montre avec cette phrase que son sens aigu de la démocratie et "son ouverture au débat"...
      passe par l’insulte...
      et par les menaces physiques. :)

      Je ne sais pas si il est vraiment communiste...
      mais si il l’est...
      il est sans l’ombre d’un doute Stalinien. :)

      Et c’est ce Mr Le Gallois qui me calomnie
      en disant que je déteste les gens qui ont une opinion différente de la mienne ? ... :) :) :) MDR :) :) :)

      Il faut l’informer au passage
      que "cavalierbleu" n’a pas changé de pseudo
      car "cavalierbleu" n’est pas un pseudonyme internet...
      c’est mon pseudo tout à fait officiel...
      qui ne se limite pas à l’internet. :)

      Comme il le découvrira prochainement. :)

      cavalierbleu Le 22 mai à 18:55
  •  
  • J’ai été abonné a Regards pendant plusieures années...

    Je suis bien content de ne plus l’etre !

     :-)

    IVAN Le 22 mai à 17:27
  •  
  • Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon le 15 mai 2017 après la désignation d’Édouard Philippe comme Premier ministre par Emmanuel Macron. Voici la retranscription de cette intervention :
    Mesdames, messieurs,

    Le nouveau président de la République vient de prendre le commandement de toute la classe politique traditionnelle de notre pays.

    Le vieux monde est de retour sous des habits tout neufs et bien jeunes. La droite vient d’être annexée avec un Premier ministre issu de ses rangs : Les Républicains. Le Parti socialiste a été déjà absorbé puisque ses élus et ses candidats, par dizaines, ont demandé l’investiture de monsieur Macron. Et nombre d’entre eux attendent d’être élus pour le rejoindre. Enfin, les électeurs du Front national, après que ce parti ait rempli le rôle d’épouvantail qui était attendu de lui, les électeurs du Front national sont abandonnés, leurs chefs ont tous déserté.

    En sorte que, dorénavant, en face de monsieur Macron, et pour le bien de notre démocratie, il ne reste qu’une force cohérente, unie autour d’un programme de gouvernement, « L’Avenir en commun » : c’est la France insoumise, dont je suis le porte-parole.

    Et c’est elle qui dit aux Français : ne donnez pas les pleins pouvoirs à monsieur Macron et à son Premier ministre. Une cohabitation est nécessaire. C’est à dire qu’il faut former une majorité différente de celle du président de la République, de son bric à brac, pour pouvoir avoir une action politique cohérente qui réponde aux attentes sociales, écologiques et démocratiques de notre peuple.

    Cet attelage hasardeux qui vient d’être constitué ne fonctionnera qu’au prix d’un césarisme et d’une autorité de la monarchie présidentielle toujours plus grande. Il est donc, en ce sens, dangereux pour l’avenir de notre pays.

    Ne donnez pas les pleins pouvoirs à monsieur Macron. Permettez qu’une alternative vive dans notre pays. Regroupez-vous, à notre appel, autour de nous.

    Que chacun de vos bulletins de vote soit un balai pour les dégager tous .

    Au niveau du style et de l’impact produit , c’est autre chose que la très longue litanie de P Laurent .

    GG Le 22 mai à 18:34
       
    • GG@
      Ma première remarque est que si Mélenchon joue la comédie de son propre rôle, c’est qu’il a un problème de distance avec lui-même. Jouer sa propre comédie, c’est en quelque sorte faire de l’humour, au sens premier, c’est à dire prendre ses distances avec soi-même. Il joue et, en même temps, se regarde se donner en spectacle. Il y a une sorte de clin d’œil implicite à jouer son propre rôle, clin d’œil qui rend peut-être sympathique, transfère de l’empathie, mais pas de la confiance. Mélenchon, lui, bidonne, il met au défi, un défi ridicule, Macron de le nommer Premier ministre. Par ce gendre de pitrerie, il mène ses troupes à l’impasse, sinon à l’abattoir. Un exemple : En 2010, il constate l’échec du traité de Maastricht (qu’il a voté) mais qui n’aura pas tenu on ne sait quelle promesse sociale.... Auparavant, en 2005, encore apparatchik du PS, il fait un pas en avant, on menant campagne pour le non au traité constitutionnel européen. Puis, aussitôt, deux pas en arrière, en soutenant la « synthèse » de Hollande entre les « Oui » et les « Non », bien que le non, dans le pays l’ait emporté haut la main et bien que Hollande ait, avant le référendum du 29 mai 2005, fait la une de Paris Match, la main dans la main, avec Sarkozy. Mélenchon qui passait pour être de « la gauche du PS » s’en expliqua : « Par exemple, on me demande pourquoi j’ai « fait allégeance » à François Hollande, ou bien d’autres choses dans ce registre. Une synthèse dans un congrès socialiste ce n’est pas cela. En votant un texte de synthèse, personne ne renonce à son point de vue ou à son identité culturelle dans le mouvement socialiste. La synthèse désigne la mise au point d’un texte d’orientation qui devient commun à ceux qui l’amendent. On part de la motion qui a recueilli le plus de voix, et on discute pour voir si ce qui parait essentiel à chacun peut se retrouver dans un même texte. C’est ce qui a été fait. Il fallait ensuite savoir si j’approuvais ce compromis. C’est ce que j’ai fait avec la quasi-totalité des congressistes. Je l’ai fait parce que sur un point décisif à mes yeux j’obtenais gain de cause. Je parle, bien sûr, du refus de signer la Constitution européenne au lendemain de la prochaine élection présidentielle » Mélenchon aurait dû être marchand de sable dans le désert. La synthèse fut le tremplin vers le traité de Lisbonne voté de concert par les parlementaires PS et UMP. C’est dire que Mélenchon a changé ... sans changer : La renégociation des traités, c’est leur mise à jour. Tonitruant, cet animal politique lance alors la paraphrase au goût vert de gris « l’Europe, on l’aime ou on la quitte », identifiant au passage l’Europe à l’UE, qui n’est pas l’Europe, mais ce que Lénine aurait appelé « une caverne de brigands ». L’UE, ce n’est pas un continent : ce sont des institutions, des traités, des directives, des diktats impérialistes qui lient une partie des États du vieux continent sous la botte et le fouet des cercles dirigeants du capital financier. Rompu à l’art de se faire passer pour ce qu’il n’est pas, JLM affiche la posture de l’ennemi juré de « cette Europe-là ». Mais, le programme de FI montre qu’il reste attaché à l’UE. Non sans contorsions, il est vrai. « Plan A : Proposer une refondation démocratique, sociale et écologique des traités européens par la négociation. »[…] Appliquer un « plan B » en cas d’échec des négociations ». Essayons de voir la consistance de ce fameux plan B : « - Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne (…) - Réquisitionner la Banque de France pour transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique - Mettre en place un contrôle des capitaux et des marchandises aux frontières nationales pour éviter l’évasion fiscale des plus riches et des grands groupes (…) » Plan B, politique fiction. Ainsi, le très hypothétique gouvernement FI commencerait par négocier une « refondation des traités », accordant ainsi aux commissaires de l’UE le temps d’organiser toutes les pressions pour amener le gouvernement Insoumis à se soumettre. Mais, dans ce scénario de pure politique fiction, Mélenchon ne capitulerait pas. Il serait plus vaillant que Tsipras en 2015 qui était allé à Canossa. S’appliquerait alors le plan B. Ce plan très subtil ne prévoit pas de sortir de l’UE. Pas de Frexit en vue. Pas question non plus de remiser l’Euro laquelle, comme par enchantement cesserait d’être une monnaie unique pour devenir une monnaie commune (d’ici là, Mélenchon nous aura expliqué la différence entre « commune » et « unique »). Pas question de renationaliser la Banque de France, non plus. C’est une simple réquisition, c’est-à-dire une sorte de mesure conservatoire provisoire. En un mot comme en mille, les plans de JLM, c’est du pipeau.

      Vous avez raison, Mélenchon c’est du style et de l’impact !!
       

      Patrice le Gallois Le 22 mai à 19:15
    •  
    • @ Patrice le Gallois Le 22 mai à 19:15

      Quelle indigeste, quelle interminable diatribe.

      Y’en a vraiment marre de ces sempiternels arguments cent fois entendus, cent fois envoyés à la tête de l’adversaire... Oui, et marre aussi des batteurs d’estrades qui s’amusent encore avec.

      La priorité absolue pour le moment c’est les législatives, ça n’est pas de se prendre la tête sur ce que X ou Y a fait il y a douze, quinze ou vingt ans. Cette rage d’avoir raison, c’est vraiment un peu infantile...

      hopfrog Le 22 mai à 20:23
    •  
    • juste quelques petites corrections historiques au pavé de Patrice Le Gallois :
       c’est dès 1996 que Mélenchon juge le traité de Maastricht comme un "échec total".
       ce qui l’emmène à être le seul sénateur PS à voter en 98-99 contre le traité d’Amsterdam, contre la création de l’euro, et contre l’intégration de la Banque de France dans le système BCE.
       son engagement dans la campagne du "non" en 2005, dont il fut un des meilleurs artisans en meeting ou à la tv, l’emmène à soutenir le processus de "candidat unitaire du "non"" pour 2007, en militant pour MG Buffet.
      Par ailleurs, votre lecture du plan B est extrêmement réductrice, elle ne rend compte que d’une des hypothèses envisagées. Quant à la Banque de France, elle est déjà "nationalisée", la "réquisitionner", c’est la placer sous contrôle politique de l’Etat. Et cela ne concerne pas le plan B, mais déjà le plan A, cela fait parti des mesures unilatérales prévues dès la prise du pouvoir, pour être en mesure d’appliquer le programme et durcir le rapport de force dans les négociations avec l’UE, à coté du rétablissement du contrôle des mouvements des capitaux, de la dénonciation du TSCG (qui impose un examen préalable à son adoption par le parlement du budget par la Commission), de la non application des directives sur les travailleurs détachés et sur la libéralisation des services publics, du refus de ratification des traités de libre-échange, et de quelques autres joyeusetés.
      Mais sur le fond, vous avez raison, nous ne voulons pas quitter l’UE, même si nous y sommes prêt en ultime recours pour sauvegarder la souveraineté populaire, mais la rendre à ses peuples.

      raphaël Le 23 mai à 01:10
  •  
  • Je serai plus concis que Patrice le Gallois !

    La France insoumise a un programme soutenu par 7 millions d’électeurs (dont des communistes). Et 540 000 signataires (idem)

    Il serait malhonnête de retirer la moitié de ce programmr pour faire plaisir à certains et en plus pour passer pour des politicards pourris !

    Pierre Magne Le 22 mai à 18:39
  •  
  • France insoumise veut effacer les photos où le PCF,mon parti,appelle à voter JLM !
    Travestir l’Histoire ?et puis quoi encore ?
    Nous avons voter pour Mélenchon,fdg,en 2009,2012,2015,2017 en suivant les consignes à voter JLM du PCF.
    Celui ci finançait et soutenait Mélenchon2009,2012,2015,2017,.
    Nous,électeurs du PCF,nous avons voté Mélenchon,OUI.
    Faut il,le regretter ?
    Qui est l’ennemi,Macron ?non,pour Fi c’est le PCF ?
    Ce sont des méthdes d’anti-pcf,inacceptables.
    France Insoumise,qui ne connait pas la rigueur historique,veut elle,récupérer les voix du PCF qui se sont portées sur JLM,candidat du PCF,lui permettant d’atteindre,19,6% ?
    Non ,c’est impossible,Fi n’aura que les voix de Fi,car celles du PCF retourneront au PCF.
    Fi,veut elle,de nouveaux procès de Moscou,où les photos étaient débarrassées des gens que l’on ne voulait plus y voir,pour arranger,le passé,afin de justifier le présent ?
    Nous sommes en France,patrie des droits de l’Homme,de l’affaire Calas,où la vérité historique est respectée.
    Nous ne sommes,pas à Moscou dans les années 20-30 où les chiffres et les photos étaient manipulées à des fins politiciennes.
    Que,chacun y réfléchisse...

    Maurice Le 22 mai à 18:43
       
    • La direction du PCF a voulu courir 2 lièvres à la fois : le label "Mélenchon"mais pas le programme de la France Insoumise. Elle a fait ce choix sous la contrainte du vote majoritaire des militants de sa base (54%) en novembre 2017 en faveur de la candidature Mélenchon mais qui a fait suite par contre au refus de la majorité des délégués nationaux de soutenir Mélenchon. Cette crise est d’abord celle de la direction PCF.
      Elle s’est fourvoyée dans une attitude incohérente et elle s’enferre en conséquence dans un discours inaudible et agressif : comment soutenir un candidat sans adhérer à son programme, du moins aux points essentiels de celui-ci ? De son erreur elle veut en faire la faute de la France Insoumise. Pour la France Insoumise les choses sont simples : 1 même programme pour tout le cycle électoral (et la suite du reste). C’est la moindre des choses à l’égard des électeurs qui ont voté pour lui et son candidat à la présidentielle.

      Victor Le 22 mai à 20:45
    •  
    • L’affaire Calas 1762.
      Le PCF c’est "Le bureau des légendes".

      Zombie Le 23 mai à 08:59
    •  
    • @ Dominique Filippi
      Je ne dirais pas comme "couper le cordon" ce qui suppose une sorte reniement par rapport à une filiation, ce que du reste nombre de membres du PCF reprochent injustement à la la FI. Après l’expérience avortée du Front de gauche suite au cycle électoral de 2012, la FI s’est constituée non pas contre mais indépendamment du PCF ou de qui que ce soit d’autre. C’est pourquoi lorsque certains du PCF reprochent à la FI de l’avoir trahi à l’instar de Mitterrand lors de l’Union de la Gauche, cela est totalement infondé : il n’ y a jamais eu d’union ou d’alliance formelle FI -PCF, car précisément pas de programme commun, même si les atermoiements de la direction de celui-ci ont pu laisser croire à des rapprochements bien ancrés.

      Victor Le 23 mai à 10:59
  •  
  • Eh bien, quelle fougue dans les commentaires !

    Je pense qu’il faut comprendre la position de France Insoumise, tout de même ! Mr Laurent n’a apporté son soutien à Mélenchon que sous la pression de la base, a instrumentalisé des chantages aux parrainages, critiqué régulièrement Mélenchon sur son non-ralliement à Hamon et, une fois que FI a fait 20%, les têtes de Mélenchon ont fleuri sur les prospectus des candidats PCF !

    On peut quand même comprendre que tout cela fasse mal, et que la stratégie de la direction du PC en rende suspicieux plus d’un.

    TZ Le 22 mai à 19:40
       
    • @TZ

      Ben voilà. C’est dit clairement et sans bavure, mais sans phrases inutiles et sans haine non plus. Ce sont je crois les interventions de ce genre - et faites sur ce ton - qui sont le plus susceptibles de faire avancer le débat, et de donner à réfléchir aux électeurs qui d’habitudent votent PCF.

      hopfrog Le 22 mai à 20:35
    •  
    • Pierre Laurent :
      10 mois pour enfin soutenir Mélenchon, et 4 heures pour soutenir Macron !

      On voit pour qui roule cette direction du PCF !

      Pierre Magne Le 22 mai à 21:08
    •  
    • TZ récapitule fort bien. Je suis militante d’un groupe d’appui de la FI avec des communistes insoumis et tout se passe très bien. Personne ne leur demande de rendre leur carte de parti et leur programme est "l’avenir en commun".Si laFI n’arrive pas à avoir un grand groupe de députés à l’Assemblée nationale pour contrer les LR, EM... qui veulent nous pourrir la vie , l’histoire retiendra la responsabilité du PCF. Dommage, ce fut un grand parti avec des militants extraordinaires.
      Le Front de gauche est hélas mort. Il est remplacé par la France insoumise. Il suffisait de signer la charte anticor (anti-corruption)... pour avancer tous ensemble sous un même label. Ne pas oublier qu’il y a 63 % de gens non encartés qui se présentent aux législatives sous la bannière de la FI. Et que grâce à ce mouvement politique, plein de gens se sont investis.

      Bergé Le 22 mai à 22:13
    •  
    • Vous dites "une fois que FI a fait 20%, les têtes de Mélenchon ont fleuri sur les prospectus des candidats PCF ! " C’est faux, depuis des mois le PCF a des affiches et des tracts pour appeler à voter Mélenchon. Les militants dont moi même ont multiplié les contacts, les rencontres pour convaincre de voter JLM. Le résultat du 23 avril est aussi le leur. Donc utiliser une expression comme "renforçons la dynamique Mélenchon" par exemple n’a rien d’une usurpation d’identité mais est bien un argument politique qui vaut pour tous ceux qui ont œuvré pour faire voter JLM

      Guy Estager Le 22 mai à 23:28
  •  
  • Vous savez ce qu’attend la France insoumise du PCF ?

    Rien, je peux vous l’affirmer rien ! nous ne voulons pas de mal, ni vous "détruire " comme le dit Maurice au BDPIF , non en fait on s’en tamponne du PCF !

    Merci pour votre appel a voter Mélenchon ! vous l’avez choisi comme vous aviez le choix d’avoir un candidat ce que vous n’avez pas fait ni en 2012 , ni en 2017 .

    Aux législatives, sincèrement bonne chance a vous et a votre programme, laissez nous mener notre campagne comme nous le voulons. Nous ne mettons pas la tète de Jean pierre Laurent sur nos tracts, faites en de mêmes avec Mélenchon et tout ira bien.

    On ne vous demande que cela et rien d’autres , passez des accords avec qui vous voulez, les verts, le Ps , le roi de Prusse mais lâchez nous tranquille ! .

    Vivez votre vie tranquille et laissez nous vivre la notre les électeurs sont responsables et matures, ils trancheront dans les urnes et ce sera bien comme ca.

    Nous ne sommes pas indéfiniment tenus a passer des accords avec vous ? non ? ou alors vous en êtes encore a l hégémonie du parti de masse ?

    Bonne campagne a vous et a vos candidats

    buenaventura Le 23 mai à 00:51
  •  
  • La violence des commentaires me laisse pantois ! Les différences entre FI et PCF sont infimes... Mais il semble que ce soit souvent le cas, les plus proches sont les plus haineux. On veut toujours avoir raison, on n’écoute pas ! Bien sûr, il y a de vrais désaccords, mais ce n’est pas en traitant les dirigeants du PCF d’apparatchiks coupés des masses ou Mélenchon de quasi Bonaparte qu’on avance !
    Si ça continue comme ça, il ne restera rien de l’espoir de 2017.

    communard Le 23 mai à 10:54
  •  
  • @Patrice le Gallois

    J’ai commencé de lire la réponse qu vous m’avez adressé, quand je dis réponse c’est un doux euphémisme, je devrais dire votre très , très, longue diatribe excrémentielle.

    Je n’en ai lu que les 5 premières phrases , jusqu’à " par ce genre de pitrerie " , car je ne voulais pas me salir . Je constate la finesse de vos analyses politiques . Je constate que vous êtes également un expert en psychologie et psychiatrie . Ma crainte est que si vous en aviez le pouvoir vous décidiez d’envoyer votre patient , JLM , se faire soigner en hôpital psychiatrique, à la manière de vos anciens camarades d’en d’autres contrées.

    Je constate également que vous êtes un très grand spécialiste du jeux de l’acteur et de la comédie . Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le sentiment que vous ne vous prenez pas pour une merde , comme on dit vulgairement , et pourtant...

    GG Le 23 mai à 11:10
       
    • GG @
      Je vous répond juste par courtoisie, pour vous dire que je ne suis pas et ne ressemble en rien à la description que vous faites de moi.
      De plus, je ne m’abaisserai pas aux invectives, insultes et provocations que vous m’adressez. Cela ne m’amuse guère et je serais perdant à coup sûr : Vous êtes bien meilleur dans ce domaine !
      Mais revenons a l’interview qui nous occupe : celui de Gilles Poux qui affirme :" Il y a des ayatollahs et des fous furieux chez les insoumis"(sic). De qui parle-t-il ? Le savez-vous, à défaut de vous connaître ?
      Pour autant de paroles qui n’ont plus de sens, comment imaginer que FI arriverait seule au pouvoir et pourquoi le souhaiter ? La Grande Révolution Française a abouti dans l’immédiateté à la désastreuse période du Directoire et de ses Directeurs (...) qui a elle-même donnée corps à Bonaparte, puis à l’Empire.

      Patrice le Gallois Le 23 mai à 13:50
  •  
  • Au final, il est bon de rappeler que la position de G. Poux ne pose discussion ou problème qu’au sein du PCF, pas dans la France Insoumise. Son interview, dont je persiste à dire que le titre n’est pas en concordance avec l’esprit plus nuancé et argumenté des propos effectivement tenus, manifeste clairement le fait qu’on peut revendiquer être militant communiste et soutenir le programme de la France Insoumise aux législatives ! Si je m’en réjouis en tant que sympathisant PHI, je ne peux que constater que c’est dans les rangs du PCF que cela pose un soucis... réclamant pour le coup une unité "dûe" à tous prix du fait de leur "soutien" inégal (car sous le signe d’une campagne autonome) au candidat de la France Insoumise (et non à son programme) à partir de décembre 2016...

    Or, les sympathisants de la France Insoumise, dans leur grande majorité (certains me diront "mais comment le savez-vous ?"... vous avez raison, une consultation comme pour le second tour de la présidentielle serait donc très utile pour le confirmer), ne veulent pas :

     ni d’une unité à la mode Front de Gauche basée sur le flou le plus complet quant à la ligne directrice à suivre, les alliances de circonstances et ses contradictions internes.

     ni d’une unité au prix de la perte de la cohérence d’un programme, "l’avenir en commun", dont on sait que c’est lui qui suscite l’adhésion des électrices et électeurs à 80%.

    L’unité réclamée par le PCF ne se fera pas sur ces bases là ! Je n’ai pas besoin de dire que je ne parle pas officiellement au nom de la FI bien sûr... juste en tant qu’électeur...
    Mais, l’exemple de G. Poux ou de M. G. Buffet montre bien qu’on ne perd pas son identité politique à s’engager avec la France Insoumise... ça devrait réfléchir tout militant communiste qui se questionne actuellement !

    carlos Le 23 mai à 12:39
  •  
  • @Patrice le Gallois
    " Ma première remarque est que si Mélenchon joue la comédie de son propre rôle, c’est qu’il a un problème de distance avec lui-même. Jouer sa propre comédie, c’est en quelque sorte faire de l’humour, au sens premier, c’est à dire prendre ses distances avec soi-même. Il joue et, en même temps, se regarde se donner en spectacle. Il y a une sorte de clin d’œil implicite à jouer son propre rôle, clin d’œil qui rend peut-être sympathique, transfère de l’empathie, mais pas de la confiance. Mélenchon, lui, bidonne, il met au défi, un défi ridicule, Macron de le nommer Premier ministre. Par ce gendre de pitrerie, il mène ses troupes ..."

    Et c’est moi l’ayatollah , c’est l’hôpital qui se fou de la charité !

    GG Le 23 mai à 14:04
       
    • GG@
      Oui, je suis d’accord avec vous : C’est vous.

      Patrice le Gallois Le 23 mai à 14:23
  •  
  • @ Patrice le Gallois

    Votre réponse confirme ce que je vous avais dit précédemment. Mais cette fois ce n’est plus un sentiment, c’est une certitude , vous confirmez . Vous ne vous vous prenez pas pour une merde , comme on dit vulgairement, et pourtant vous donnez sans cesse et inlassablement matière à penser que ...

    En se qui me concerne je n’aurais plus de temps à vous consacrer.

    GG Le 24 mai à 05:04
  •  
  • Cette interview a provoqué un échange sur une liste de diffusion d’un militant PG du Gard. Pietro critiquait Gilles Poux sur le thème" les communistes sont resposnables de tout..."
    Sodol lui répliquait ’mais pourquoi le PCF ne porte plus le mouvement réel ?"...

    Réponse à sodol...

    Permets-moi sodol de noter ce qui me parait un idéalisme marqué et révélateur de nos désaccords...

    tu écris, en quelque sorte pour justifier l’idée que le PCF serait dépassé : "“Pourquoi le PCF n’est plus en mesure de créer le mouvement réel qui abolit l’état actuel”

    Mais crois-tu vraiment que Marx parlait du parti, ou même du syndicat en parlant du mouvement réel ?
    Quand il s’exclame "bien joué, vieille taupe", de quoi parle-t-il ?

    Il faut replacer cette phrase du mouvement réel dans son contexte, l’idéologie allemande. Elle intervient en conclusion d’un exposé sur les conditions de la révolution

    "Cette "aliénation", — pour que notre exposé reste intelligible aux philosophes —, ne peut naturellement être abolie qu’à deux conditions pratiques. Pour qu’elle devienne une puissance "insupportable", c’est-à-dire une puissance contre laquelle on fait la révolution, il est nécessaire qu’elle ait fait de la masse de l’humanité une masse totalement "privée de propriété", qui se trouve en même temps en contradiction avec un monde de richesse et de culture existant réellement, choses qui supposent toutes deux un grand accroissement de la force productive, c’est-à-dire un stade élevé de son développement.

    C’est là que Marx dit "le communisme est le mouvement réel..." Et le texte se poursuit par le chapitre "de la production de la conscience"

    A vrai dire, dans l’histoire passée, c’est aussi un fait parfaitement empirique qu’avec l’extension de l’activité, au plan de l’histoire universelle, les individus ont été de plus en plus asservis à une puissance qui leur est étrangère, — oppression qu’ils prenaient pour une tracasserie de ce qu’on appelle l’Esprit du monde, — une puissance qui est devenue de plus en plus massive et se révèle en dernière instance être le marché mondial. Mais il est tout aussi fondé empiriquement que cette puissance, si mystérieuse pour les théoriciens allemands, sera abolie par le renversement de l’état social actuel, par la révolution communiste (nous en parlerons plus tard) et par l’abolition de la propriété privée qui ne fait qu’un avec elle ; alors la libération de chaque individu en particulier se réalisera exactement dans la mesure où l’histoire se transformera complètement en histoire mondiale. D’après ce qui précède, il est clair que la véritable richesse intellectuelle de l’individu dépend entièrement de la richesse de ses rapports réels. C’est de cette seule manière que chaque individu en particulier sera délivré de ses diverses limites nationales et locales, mis en rapports pratiques avec la production du monde entier, (y compris la production intellectuelle) et mis en état d’acquérir la capacité de jouir de la production du monde entier dans tous ses domaines (création des hommes).

    Bref, ce "mouvement réel", ce n’est évidemment pas celui des formes politiques, encore moins électorales qui se réclament du communisme, c’est celui des forces productives enserrées dans des rapports sociaux, formant la base de l’idéologie et qui créent les conditions de ce qui reste indispensable... la révolution (qui ne se résume évidemment pas à un grand soir !)

    Le PCF tel qu’il est devenu, en gros, depuis que tu l’as quitté (!) nous a désappris que "l’histoire est toujours celle des luttes de classe" et a concentré l’énergie militante sur les élections et les institutions, jusqu’à ce parti tel qu’il est aujourd’hui, parti dirigé et animé par des élus (directement ou indirectement avec les emplois que les élus maitrisent...)

    Mais ce n’est pas QUE le PCF qui a désappris... Malheureusement, c’est tout le mouvement social, et les grandes manifestations de 2009 pour défendre les retraites s’inscrivaient dans la perspective de virer Sarko, comme si la gauche allait revenir sur la casse des retraites et de la SECU !!! La CGT et le mouvement du printemps ont commencé à émietter ce masque électoraliste aux luttes de classes...

    Bien sûr, il y a encore à l’inverse du "gauchisme" du spontanéisme et du basisme, type zadiste et autres, en miroir de cette "institutionnalisation", mais ce sont deux facettes de la même démission devant la question centrale de porter les luttes de classe sur le terrain politique du changement de société, de la révolution pour dire vite...

    Bien sûr, le "mouvement réel" n’aboutit pas tout seul, mécaniquement, à la révolution ! il faut que la conscience de ce mouvement prenne corps dans de larges masses qui seules, font l’histoire...et c’est pour cela qu’il y faut un parti...

    Mais ce qui est extraordinaire, c’est que tu restes toi-même, comme tout ce qui est sorti du mouvement refondateur, dans ce même cadre qui survalorise la bataille idéologique en passant sous silence les luttes de classes réelles et l’effort d’organisation... c’est à dire justement le "mouvement réel"... Comme beaucoup de communistes, j’ai lu tardivement le rapport au CC de 1984, et beaucoup discuté de l’analyse qu’en fait Sève dans "commencez par les fins", et il est désolant que le vrai dialecticien Sève se soit laissé entrainé dans un révisionnisme mortifère... C’est au contraire à partir de la critique de son livre que je me suis mis à relire Marx et Lénine et à orienter les efforts de reconstruction communiste, resté malheureusement émiettés et minoritaires dans le PCF.

    L’interview de Gilles Poux est désolante pour moi, et révélatrice de qui dirige le parti communiste. on verra si lui comme MG Buffet et d’autres tirent les conclusions logiques... si le communisme n’est qu’un mot sympa, si on peut se passer d’un parti organisé et si la FI est ce mouvement réel...alors je ne comprends pas qu’ils hésitent encore ! Si tous ceux qui dirigent le PCF et n’y croient plus le quittait, ce serait certainement très déstabilisant, car ils sont majoritaires dans l’appareil, mais au moins, les militants pourraient reconstruire... et on vous laisserait gérer les tendances dans la FI !

    Malheureusement, les communistes sont coincés entre la direction du PCF à la recherche désespérée d’une nouvelle union de la gauche et ceux qui comme Poux et Buffet veulent "dépasser" le PCF...

    Mais la vieille taupe creuse toujours...

    Le 23/05/2017 à 13:41, Sodol Colombini a écrit :
    > si le pape est argentin c’est la faute aux communistes !
    > si la terre n’est pas plate c’est la faute aux communistes !
    > si le soleil ne se lève pas à l’ouest c’est la faute aux communistes !
    > si ma tante en avait .....c’est la faute aux communistes !
    > Mais "la FI compte aussi des ayatollahs et des fous furieux qui font de la surenchère" dit aussi Gilles Poux ouf !! c’est réconfortant de savoir que nous ne sommes pas responsables de tout
    >
    > Amitiés
    > Truddaiu Pietro
    >
    >
    > Oui cher Pietro, il se peut que chez les Insoumis (ils sont près de 540.000), il y est des Ayatollahs, des fous furieux (comme il y en avait dans les comités anti-libéraux, comme il y en a chez les décroissants et chez les écolos)... Mais le programme “l’avenir en commun” qui est le programme “l’Humain d’abord” actualisé avec plus de 3000 contributions et le seul programme cohérent pour sortir de la triple crise ECOLOGIQUE/SOCIALE/DEMOCRATIQUE.
    >
    > Dans leur ouvrage où ils règlent leur différend avec « L’idéologie allemande » Marx/Engels résume leur idée du communisme en ces termes :
    >
    > « Le Communisme n’est pas pour nous un état qui doit être crée, un idéal d’après lequel la réalité doit se régler. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel »
    >
    > La question qu’il serait temps de se poser : “Pourquoi le PCF n’est plus en mesure de créer le mouvement réel qui abolit l’état actuel” ?
    >
    >
    >
    > Pour ma part, cela fait plus de 30 ans que je pose la question… Comme à mon avis, une majorité du comité central se l’était posé en juin 1984… Mais la très grande majorité des communistes n’ont eu connaissance de discutions de ce comité central où le rapport du Bureau politique ne fut pas voté… Voir l’ouvrage de Michel Cardoze : “Nouveau voyage à l’intérieur du PCF” paru en 1986 et notamment le chapitre : “Naissance d’un comité central” Page 117
    >
    > 33 ans après, la crise de direction du PCF va-t-elle enfin prendre fin ? C’est mon souhait le plus ardant !
    >
    >
    >
    > Amiti

    pam Le 24 mai à 08:46
  •  
  • réunion publique PCF législative dans ma commune 20 personnes moyenne d age 75 ans......

    réunion interne FI : 15 personnes 3 plus de 55 ans (dont moi !) le reste entre 20 et 35.........

    il n y a aucun plaisir à voir disparaitre le PC car l éffondrement du PCF s est fait simultannément à celui de la gauche radicale, de la CGT... et de grands recul de droits sociaux et politiques

    JLM et FI prennent la relève... pour combien de temps ??? on verra mais ne boudons pas notre plaisir à mener bataille et à se perdre dans des débats d un autre age..

    le peuple, l électeur !,tranchera

    ducono Le 24 mai à 10:23
  •