photo Jerome Roos
Accueil > Monde | Par collectif | 30 juin 2015

Grecs, ne cédez pas à l’ultimatum de l’UE

Dans une tribune en forme de lettre adressée au peuple grec, des intellectuels de renom international (Butler, Mouffe, Balibar, Badiou…) appellent à résister à l’austérité imposée par l’Europe et le FMI. Et à renouer avec les Lumières et la démocratie.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Tribune initialement publiée en anglais sur le site du Guardian. Traduction Gildas Le Dem.

Au cours des cinq dernières années, l’Union européenne et le FMI ont imposé une austérité sans précédent à la Grèce. Cette politique a dramatiquement échoué. L’économie a chuté de 26%, le chômage a atteint un taux de 27%, celui des jeunes les 60%, le ratio dette/PIB a bondi de 120 à 180%. La catastrophe économique a conduit à une crise humanitaire : plus de 3 millions de personnes vivent au niveau du seuil de pauvreté, ou en-deçà de celui-ci ("The moral crusade against Greece must be opposed").

Dans ce contexte, le peuple grec a porté Syriza au pouvoir le 25 janvier avec un mandat clair : mettre fin à l’austérité. Lors des négociations qui ont suivi, le gouvernement a clairement indiqué que l’avenir de la Grèce résidait dans l’appartenance à la zone euro et l’Union européenne. Les créanciers, cependant, ont persisté dans la volonté de mettre en œuvre un programme qui a échoué, ont refusé toute discussion sur une réduction de la dette — dette dont le FMI a publiquement déclaré qu’il la considérait comme non viable — et ont finalement adressé un ultimatum à la Grèce le 26 janvier, sous la forme de mesures non négociables qui aggraveraient l’austérité. S’en sont suivies une suspension des liquidités pour les banques grecques, et l’imposition d’un contrôle des capitaux.

Dans ces circonstances, le gouvernement a demandé au peuple grec de se prononcer sur l’avenir du pays lors d’un referendum qui se tiendra dimanche prochain. Nous estimons que cet ultimatum adressé au peuple grec et à la démocratie doit être rejeté. Le referendum offre à l’Union européenne une chance de réaffirmer son engagement en faveur des valeurs des Lumières — égalité, justice, solidarité — et des principes de la démocratie dans lesquels réside sa légitimité. Le lieu où est née la démocratie offre à l’Europe l’opportunité de renouer avec ses idéaux pour le XXIe siècle.

Les signataires

Etienne Balibar ; Costas Douzinas ; Barbara Spinelli ; Rowan Williams ; Immanuel Wallerstein ; Slavoj Zizek ; Michael Mansfield ; Judith Butler ; Alain Badiou ; Chantal Mouffe ; Saskia Sassen ; Homi Bhabha ; Wendy Brown ; Eric Fassin ; Tariq Ali ; Ed Vulliamy ; Christoff Menke ; Dipesh Chakrabarti ; Claudia Moatti ; Eduardo Cadava ; Jean Comaroff ; Daniel Loick ; Marcus Rediker ; Claudia Moatti ; Ramin Jahanbegloo ; Rajeswari Sunder Rajan ; Lynne Segal ; Sandro Mezzadra ; Walter Mignolo ; Joanna Bourke ; Catherine Malabou ; Fethi Benslama ; Andreas Fischer-Lescano ; Dirk Setton ; Georg Lohmann ; Lydia Liu ; Saree Makdisi ; Stathis Gourgouris ; Robin Celikates ; Emily Apter ; Kate Hudson ; Dirk Quadflieg ; Giacomo Marramao ; Engin Isin ; Pheng Cheah ; Carlos M Herrera ; Alfonso Iacono ; Ariella Gross ; Paddy McDaid ; Robert Meister ; Iain Chambers ; Neni Panourgia ; James Tully ; Margarita Tsomou ; Isidoros Diakides ; Liza Thompson ; Paul McNee ; Sionaidh Douglas-Scott ; Bruce Robbins ; Josef Früchtl ; Alan Norries ; Antonios Tzanakopoulos ; Nicolas Countouris ; Keith Ewing ; Manfred Weiss ; Akbar Rasulov ; Gleider Hernández ; Matthew Happold ; Johan van der Walt ; Kerem Oktem ; Sandra Gonzalez-Bailon ; Umut Oszu ; Mavluda Sattorova ; Gentian Zyberi ; Richard Collins ; Thomas Skouteris ; Thanos Zartaloudis ; Aris Katzourakis ; Eleni Stamou ; Gkikas Magiorkinis ; Elinor Payne ; Pari Skamnioti, ; Ebru Soytemel ; Eva Nanopoulos ; Ilias Plakokefalos.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Enfin ! Ça réconforte.
    Ce n’est pas seulement le sort fait à la Grèce par les ayatollahs de la troïka qu’il faut dénoncer, mais la paupérisation galopante imposée à l’échelle mondiale, au seul profit de quelques-uns, par ces fous du Dieu capitaliste dont le clash de 2007 a démontré l’extrême nuisance.

    Jean-Marie Le 30 juin 2015 à 14:17
  •  
  • Jean-Luc Mélenchon ‏@JLMelenchon il y a 14 heures
    Jeudi 2 juillet, rassemblement de soutien au peuple grec à 18h30 à #Bastille. Faites passer.

    Mac Cullers Le 30 juin 2015 à 17:51
  •  
  • C’est un gag ou quoi ? A part Balibar d’où sortent tous les autres ?

    Fulgence Le 1er juillet 2015 à 00:15
       
    • Ne pas connaître Alain Badiou exige d’urgence une mise à jour de sa bibliothèque ou vidéothèque....

      Jeanarobase Le 1er juillet 2015 à 09:19
  •  
  • Je ne fréquente pas anciens soutiens des khmers rouges du sang du peuple pas plus que tous les autres sinistres qui ont soutenu en connaissance de cause les crimes staliniens et maoÏstes et qui continuent leur travail de sape le sourire auto- satisfait aux lèvres.
    Je parle de Badiou bien sûr et non de Balibar. Quoi qu’il en soit il faut de l’imagination quand on voit ce qu’ils sont devenus pour croire qu’ils ont été un jour proches de Louis Althusser !

    Fulgence Le 1er juillet 2015 à 18:04
  •