Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 6 juin 2017

Guillaume Balas : « S’il reste quelque chose de socialiste dans le PS, ça devrait se vérifier maintenant »

Député européen proche de Benoît Hamon, Guillaume Balas analyse le projet de loi Travail II et s’interroge, au-delà de l’échéance cruciale des législatives, sur l’avenir incertain du Parti socialiste.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Un discours d’une banalité incroyable
    "il faut regarder ce qui à échoué" dit il, mais c’est précisément ce PS , capable de tenir des discours de "gôche" avec des gens comme lui ou Filoche.
    ce qui permettait de masquer les choix néolibéraux.
    il faut de la clarté.
    l’inversion du calendrier c’est Jospin (pour convenance personnelle), c’était bien un socialiste.
    on voit aujourd’hui les dégâts de cette décision .
    pendant toute la campagne des présidentielles et notamment dans les dernières semaines, qui a mené des attaques basses et injustes contre Mélenchon, alors que sa propre candidature sombrait.
    empêchant ainsi sa présence au deuxième tour
    c’est bien B.Hamon .
    Aujourd’hui ces initiatives autour de Hamon ou d’Hidalgo ce sont des "sauve qui peut".
    Non ! les alliances, pas avec eux , il faut continuer ce qui a commencer pendant cette campagne, reprendre des voix au FN en recréant de l’espoir dans la clarté.

    dan93 Le 6 juin à 13:49
  •  
  • Qu’est ce que tu te la pètes bonhomme !

    Catherine Meli n Le 6 juin à 13:54
       
    • Et toi bonne femme tu te la pètes pas un peu aussi.
      Je partage totalement l’analyse de Dan et j’ajoute à ses arguments celui fallacieux amplement repris par l’ensemble de la médiacratie la légende selon laquelle JLM aurait refusé la main tendue de BH (m. j’ai une femme chez lvmh mais pas pistonnée qu’il nous dit). Curieux soit ma mémoire me trahit sérieusement, soit c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Et d’ailleurs
      1/ le rapport de forces était en faveur de FI
      2/ BH se transformait en hérisson à vue d’oeuil à force de poignards dans le dos de la part des cadres de son parti suivis par les (rares) adhérents et sympathisants qui sont allés grossir les rangs du parti de la mondialisation financière heureuse en s’essuyant les pieds sur ceux qui en sont victimes.
      3/ En cohérence il aurait du avoir un sursaut et rejoindre FI avant le 1er tour la France en eut été transformée.
      Cette remarque concerne également tous les ps qui s’accrochent à leur radeau à la dérive. En effet si avant le quiquennat catastrophe de flamby qui a trahi son programme (un tissus de mensonges cf. mon ennemi c’est...) ses électeurs, sa fonction, ses promesses (gouvernement irréprochable) et la cause du peuple des classes ouvrières et les moins favorisées, le grand mandarin après avoir lancé la France dans la course à la politique plus libérale tu meurs avait réussi à maintenir l’illusion que le ps était de gôche depuis flamby chacun sait à quoi s’en tenir. La démontration en a été faite au 1er tour écart entre FI et ps éloquent.

      Irae Le 6 juin à 15:31
  •  
  • J’aime bien la fin de l’interview quand il dit que les vestiges de la sfio ont joué un rôle éminent dans la recomposition de la gauche avant 81 sous la conduite de Mitterand. C’est tout à fait juste historiquement et c’est précisément la raison pour laquelle il ne faudra pas refaire la même erreur et se débarrasser définitivement du ps et de ses fantômes pour ne pas aboutir au même résultat.

    ARDUS Le 6 juin à 17:21
  •  
  • Curieusement, Balas le dit lui même dans son allusion au naufrage de la SFIO en 1969. Même agonisants, ces gens sont capables de se regénérer pour nous conduire jusqu’au pire.

    ARDUS Le 6 juin à 17:26
  •  
  • Union el khomri bournazel ps et lr unis contre les insoumis et pro micron dans le 18e de Paris.
    Et dans la série les masques tombent. On comprend mieux les appels du 2nd tour et les attaques anti FI. Plus de doute le ps est libéral de droite.
    Alors les acharnés du ps est de gôche heureux ?

    Irae Le 6 juin à 19:46
  •  
  • @Catherine Meli,

    Je ne sais qui se "la pète". Mais s’il y bien quelque chose qu’on a fait péter, grâce au parti solférinien depuis 1983, c’est bien la Gauche, de renoncements en renoncements, puis en de honteux accommodements enfin carrément en ouvrant le boulevard, en devançant le désir des néo-libéraux, par reconversion idéologique. Sans remonter si haut ( et par extension, dans l’histoire de la social-démocratie) de Jospin qui déclarait (avec franchise) que son programme n’était pas socialiste, à Hollande qui aura été remarquable en ce sens de Grande Régression, Macron n’avait plus qu’à s’engouffrer comme il va le faire. Voilà ce qui a "pété" et qui a nourri depuis des décennies le vote FN. Je ferai l’économie de dresser un inventaire de tout cela, qui s’est égrené depuis 34 ans. Pour le reste je partage le sens des autres commentaires.

    Babeuf

    babeuf Le 7 juin à 08:29
  •  
  • Bonjour
    Beaucoup ne réalise pas a qu’elle point , le mal qu’ils ont fait en faisant perdre de peu Mélenchon.....ou le savent t’ils trés bien ?.
    Mal, qu’ils ont fait, pas à FI ou Mélenchon , mais au travailleur ; car qui gagne les présidentiel , rafle la mise. On va le voir sur la loi travail. Et madame De Haas a beau dire qu’il faut se mobiliser, elle qui a appeler a voter Macron au second tour ...le mal est fait !!.
    On , peut toujours espérez un revirement(ou réver) de tout ces gens, qui ont voter Macron au second tour, et voter pour les candidats FI aux législatives, mais la division me semble bien installé , ou chacun essaye de ramasser quelques Euros , pour renflouer son parti.....minable

    bob Le 7 juin à 15:08
  •  
  • Il est sérieux avec sa question Guillaume Balas ?

    carlos Le 7 juin à 15:27
  •  
  • Bonjour
    Jamais, on ,’a eut , une telle occasion, de se rassembler autour d’un homme, mouvement, programme...on la laisser passer. C’était pas le moment de faire la fine bouche !!.Honte a tous ces gens là, Filoche , de hass, Balas ....

    bob Le 7 juin à 15:29
  •  
  • @Bob et Carlos

    Totalement d’accord avec vos posts. Une fenêtre s’ouvrait pour un changement marqué de véritables points de rupture même si, à titre personnel, je pense que certains aspects de "L’avenir en commun" pourraient être plus approfondis, par exemple la question de la démocratie dans l’entreprise, la remise en question du droit issu de la propriété privée, ou encore sur l’Europe et l’euro - je goûtai peu la prestation de Jacques Généreux, de haut calibre au demeurant, débattant avec Thomas Piketty ou encore celle Liem Van Ngoc, disant que le programme de la FI était "euro-compatible" : allons dire cela aux Grecs ! - . Peu importe car la FI, sujette à critiques positives, n’est pas une fin en soi, mais un levier, un tremplin pour d’autres possibles ultérieurs avec un probable et très souhaitable appui populaire (comme en 36) celui des couches de même qualificatif (ouvriers et employés = 56 % de la population active) et des couches intermédiaires basses, celles qui sont aussi en voie de paupérisation. Filoche et d’autres ne comprirent rien de cette dynamique citoyenne et, malgré leur déni, de ses aspects réellement démocratiques - par exemple, le tirage au sort lors des conventions et celui qui est prévu dans une Constituante dont les membres doivent être tous vierges de tout mandant antérieur et ne seront pas rééligibles par la suite - Ces gens se livrèrent à une campagne de dénigrement dont les efforts portèrent plus, proportionnellement, contre la FI que contre le FN ou la droite. Il n’y a qu’à se rappeler les saillies verbales de Hamon à l’encontre de JLM, à la veille du premier tour. Dégueulasse, il n’y a pas d’autre mot qui me vienne. Même un journal comme Politis (je ne l’achèterai plus) y mit son grain de sel en ce sens, jusque dans le dernier éditorial vidéo de cette semaine où j’entends qu’il est presque inadmissible (c’est subodoré) qu’une candidate soférinienne "frondeuse", dans quelque circonscription, se voit concurrencée par quelqu’un de la FI. Le contraire, bien entendu, n’est pas formulé et je ne sache pas que cet hebdomadaire qui prônait le désistement de JLM en faveur de Hamon, se prononçât pour le contraire quand JLM commença à dépasser et de loin, le Hamon de service "gardant le flanc gauche à Hollande pour empêcher le vote JLM " (dixit le personnage au Figaro en 2012). Tous ces gens ont du mal à réaliser que, là où leur insuccès est patent depuis des années (je pense au PCF), la FI a su créer une dynamique qui n’existait plus. Ce qui maintenant est décevant (euphémisme), est de voir que nombre de celles et ceux qui ont voté FI au premier tour, vont s’en détourner aux législatives. Alors, "peuple trop oublieux", comme dans la chanson du Père Duchesne (1892) ?

    Je les attends ceux qui, ayant "fait barrage au FN" votèrent Macron et me tiendront des propos de plainte amère en raison de ce qui va se mettre en place avec le PDG du capital, Macron, assisté de son DG, Édouard Philippe. Ma réponse : "ouvrez bien la g... et dégustez la m...que vous aurez contribué à produire". Je crains fort que cette fenêtre se referme pour un bout de temps. Puissé-je me tromper et lourdement. j’aurais au moins le plaisir d’être contredit...

    Babeuf

    Babeuf Le 8 juin à 09:25
       
    • @babeuf - si on arrive à être au 2ème tour dans 3 des 11 circonscriptions des français de l’étranger, le résultat est déjà pas si mal ! Je gage que le résultat aurait été meilleur avec un taux de participation supérieur à 18%... Le tout c’est qu’on n’est pas la même abstention aux législatives...

      carlos Le 8 juin à 10:53
  •  
  • @Carlos, bonjour

    Oui, peut-être. Remarquons malgré tout que l’abstention était caractéristique au 2ème tour, compte tenu de la configuration issue du 1er ! Alors, on peut espérer que se réalise ce que vous dites. Mais...de là à espérer l’atteinte d’objectif d’une cohabitation....

    Bien à vous

    Babeuf

    Babeuf Le 8 juin à 12:05
       
    • @babeuf - bah... l’oiseau qui essaye d’éteindre l’incendie avec le peu d’eau qu’il peut transporter dans son bec aspire juste à faire sa part... Mais son exemple peut amener d’autres animaux de la forêt à faire la leur ! Et qui sait, le nombre finira peut-être par noyer les dernières braises...

      carlos Le 8 juin à 16:56
  •  
  • les socialistes ne sont unitaires qu’à un seule condition qu’ils soient hégémoniques. ils vont prendre la branlée de leur vie, mais ils se considèrent toujours comme le centre du monde à gauche alors qu’il y a belle lurette qu’ils sont la droite complexée pour reprendre l’expression très jusque de F.Lordon.
    Alors l’on voit réapparaître leur critique constante dans l’histoire (la seule qu’ils leur restent) quant ils sont contestés de toutes parts : aujourd’hui, c’est l’autoritarisme de Mélenchon et de la Fi, hier les staliniens, les rouges, etc... Balas, comme tous d’ailleurs, nous fait la leçon, arrogant et condescendant : le peuple est con, il a rien compris et loi travail c’était pour son bien. Mélenchon se défend d’être" ultra gauche" mais avec lui n y a pas photo la radicalité n’est pas son fort et la capital peut dormir tranquille d’autant qu’avec son pote Hamon, il va en remettre une couche avec le revenu universel. L’aumône fait au pauvre pour qu’il ferme sa G.... alors que le travail donne de la dignité et socialise.

    Lacquement Le 8 juin à 20:16
  •