Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 25 mai 2017

Héloïse Mary : « Si on veut parler des violences faites aux femmes, on met des projets sur la table »

Situation des migrants, des LGBT… Co-fondatrice du Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants, féministe et juriste, Héloïse Mary commente la polémique autour du quartier de La Chapelle à Paris et l’affaire Hanouna…

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Filoche vous repondra qu’il est un vrai feministe ! Enfin lui et D&S...

    Carlos Le 26 mai à 10:55
  •  
  • La question de la procédure de Dublin est une bonne question à poser à un candidat aux législatives de la France Insoumise.

    Dans le livret "migrations", il est clairement dit que La remise en cause du droit du sol, la politique de « l’immigration choisie » et celle du chiffre dans la traque aux personnes en situation irrégulière mettent en danger la République elle-même, notamment avec le « transfert des personnes sous procédure Dublin » .

    Il y est mentionné aussi concrètement des actions concrètes sont à réaliser sur notre territoire, justement du ressort de ceux qui proposent et votent les lois :

     que la France rétablisse un droit d’asile déconnecté des politiques migratoires et non soumis aux impératifs de gestion des flux migratoires... Pour cela, rattacher l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) au ministère des Affaires étrangères (et non au ministère de l’Intérieur ou de l’Immigration) en augmentant ainsi son budget de fonctionnement ;

     que la France soumette l’octroi des titres de séjour à des critères objectifs empêchant que l’arbitraire préfectoral soit la règle.

     d’autoriser les demandeurs d’asile à travailler pendant la période d’attente d’examen de leur dossier ;

     d’augmenter le nombre de places en Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) et de construire des centres d’accueil aux normes internationales sur le modèle de celui de Grande-Synthe, pour proposer aux migrants des conditions dignes et organiser la répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire métropolitain ;

     de mettre fin à une justice d’exception pour les étrangers. Le même droit doit s’appliquer sur tout le territoire ( y compris dans les régions ultrapériphériques comme Mayotte) et il faut dépénaliser le séjour irrégulier en en finissant avec le placement en centre de rétention, en priorité pour les enfants, même accompagnés de leurs parents ;

     de construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays de départ le permet ;

     de remettre en cause le fichage des étrangers et la biométrie dans le contrôle des frontières de l’UE ;

     d’assouplir les politiques de visas « au titre de l’asile », en veillant notamment à empêcher que les coûts des visas nationaux soient utilisés comme des mesures de dissuasion.

     de supprimer la méthode des tests osseux pour déterminer l’âge des jeunes isolés étrangers ;

     de rétablir le droit du sol pour les enfants nés en France, tout en respectant le choix de la personne et y compris dans les Outre-mer ;

     d’augmenter le nombre de classes et les moyens alloués pour les enfants nouvellement arrivés en France ;

     de prendre en charge, via l’Aide sociale à l’enfance, les lycéens isolés étrangers jusqu’à 21 ans, par la délivrance de contrats jeunes majeurs (CJM).

    Je ne comprendrais pas une seconde que P. Vannier ne prenne pas position contre l’application de la loi Dublin... Il s’agirait d’une incohérence grave et incompréhensible qui ne serait absolument pas tolérable !

    Pour Héloïse Mary, je la renvoie vers le document suivant : (https://avenirencommun).fr/app/uploads/2017/03/Livret-migrations_vdef.pdf

    carlos Le 26 mai à 11:51
  •  
  • Bon.... bizarrement, je ne vois pas mon commentaire apparaître... sans doute à cause du lien ver le livret de la France Insoumise. Je le reposte donc :

    La question de la procédure de Dublin est une bonne question à poser à un candidat aux législatives de la France Insoumise.

    Dans le livret "migrations", il est clairement dit que La remise en cause du droit du sol, la politique de « l’immigration choisie » et celle du chiffre dans la traque aux personnes en situation irrégulière mettent en danger la République elle-même, notamment avec le « transfert des personnes sous procédure Dublin » .

    Il y est mentionné aussi concrètement des actions concrètes à réaliser sur notre territoire, justement du ressort de ceux qui proposent et votent les lois :

     que la France rétablisse un droit d’asile déconnecté des politiques migratoires et non soumis aux impératifs de gestion des flux migratoires... Pour cela, rattacher l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) au ministère des Affaires étrangères (et non au ministère de l’Intérieur ou de l’Immigration) en augmentant ainsi son budget de fonctionnement ;

     que la France soumette l’octroi des titres de séjour à des critères objectifs empêchant que l’arbitraire préfectoral soit la règle.

     d’autoriser les demandeurs d’asile à travailler pendant la période d’attente d’examen de leur dossier ;

     d’augmenter le nombre de places en Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) et de construire des centres d’accueil aux normes internationales sur le modèle de celui de Grande-Synthe, pour proposer aux migrants des conditions dignes et organiser la répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire métropolitain ;

     de mettre fin à une justice d’exception pour les étrangers. Le même droit doit s’appliquer sur tout le territoire ( y compris dans les régions ultrapériphériques comme Mayotte) et il faut dépénaliser le séjour irrégulier en en finissant avec le placement en centre de rétention, en priorité pour les enfants, même accompagnés de leurs parents ;

     de construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays de départ le permet ;

     de remettre en cause le fichage des étrangers et la biométrie dans le contrôle des frontières de l’UE ;

     d’assouplir les politiques de visas « au titre de l’asile », en veillant notamment à empêcher que les coûts des visas nationaux soient utilisés comme des mesures de dissuasion.

     de supprimer la méthode des tests osseux pour déterminer l’âge des jeunes isolés étrangers ;

     de rétablir le droit du sol pour les enfants nés en France, tout en respectant le choix de la personne et y compris dans les Outre-mer ;

     d’augmenter le nombre de classes et les moyens alloués pour les enfants nouvellement arrivés en France ;

     de prendre en charge, via l’Aide sociale à l’enfance, les lycéens isolés étrangers jusqu’à 21 ans, par la délivrance de contrats jeunes majeurs (CJM).

    Je ne comprendrais pas une seconde que P. Vannier ne prenne pas position contre l’application de la loi Dublin... Il s’agirait d’une incohérence grave et incompréhensible qui ne serait absolument pas tolérable venant de la part d’un candidat soutenu par PHI !

    Pour Héloïse Mary, je la renvoie vers le document suivant : En https, tapez "avenirencommun" ".fr" puis /app/uploads/2017/03/Livret-migrations_vdef.pdf

    carlos Le 26 mai à 11:55
       
    • désolé pour le doublon...

      carlos Le 26 mai à 11:56
  •