Accueil > Monde | Par Guillaume Liégard | 23 mai 2016

Autriche : l’extrême droite battue in extremis

L’émergence de Norbert Hofer, battu de peu à la présidentielle autrichienne par l’écologiste Alexander Van der Bellen, doit beaucoup à la passivité complice des partis de gouvernement. Un signe supplémentaire de la progression de l’extrême droite en Europe.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il s’en est donc fallu de quelques milliers de voix pour qu’un pays de l’UE ait à sa tête un président d’extrême droite. Norbert Hofer était le candidat du FPÖ, le Parti de la liberté d’Autriche – ça ne s’invente pas. « Le FPÖ a été créé en 1956 par d’anciens nazis pour d’anciens nazis. Donc la branche dure du parti dès ses débuts est l’héritière du parti nazi autrichien », explique Anton Pelinka, professeur à l’université de Budapest. Mais, ces dernières années, le parti s’est débarrassé d’une rhétorique ouvertement xénophobe et antisémite, et a mis l’accent sur le pouvoir d’achat et la protection sociale.

Et pour bien nous rassurer sur le personnage, le politologue ajoute « Il y a une continuité d’organisations comme les corporations étudiantes où l’on trouvait les pangermanistes et les antisémites les plus convaincus. Et Hofer est issu d’une de ces organisations, qu’on ne peut pas qualifier de nazie, mais qui se place dans une continuité du nazisme. En revanche la majorité des électeurs de Hofer ne sont ni pangermanistes, ni nazis ni antisémites. »

Un premier tour qui lamine les formations traditionnelles, un entre deux tours surréaliste

Au premier tour, Norbert Hofer, déjouant tous les sondages qui le créditaient au mieux de 22%, est arrivé largement en tête avec 35,05% des voix, l’emportant dans tous les États à l’exception de celui de Vienne. Arrivé en seconde position, l’écologiste Alexander Van der Bellen a recueilli 21,34%. Le coup de tonnerre de ce premier tour est venu de l’effondrement des deux partis qui règnent sans partage sur l’Autriche depuis 1945 : le SPÖ (parti socialiste) et l’ÖVP (parti populaire). Ces deux partis qui gouvernent ensemble l’Autriche dans le cadre d’une grande coalition ont obtenu respectivement 11,28% et 11,12%.

Aucun des quatre candidats éliminés au premier tour n’a appelé à voter en faveur de l’écologiste Alexander Van der Bellen. Pire, le candidat écologiste est jugé bien trop indépendant et incontrôlable par les partis de gouvernement de droite comme de gauche. Pour le SPÖ et l’ÖVP, la grande affaire de la semaine aura été la désignation d’un nouveau chancelier, Christian Kern, et la mise en place du nouveau gouvernement. Un tour sur les sites officiels de ces deux formations laisse pour le moins perplexe. Tous les articles sont consacrés au nouveau gouvernement et il n’y a absolument rien sur le second tour de l’élection présidentielle.

Un petit renvoi sur la page Facebook du SPÖ nous apprend tout de même que le futur chancelier a déclaré : « Soit dit en passant, je choisis Van der Bellen, si personne ne sait ». Quelle ardeur dans le combat contre l’extrême droite ! Le 19 mai, devant la résidence de la présidence de la République à Vienne, ils étaient en tout et pour tout 250 à manifester dans l’indifférence générale.

Une victoire qui vient de loin

Dans un pays où le taux de chômage s’établit à 5,7% selon la norme européenne (10,5% en France), les médias français ont pointé la crise des migrants comme principal facteur du succès actuel de l’extrême droite. C’est oublier un peu vite que l’enracinement du FPÖ est extrêmement ancien. Longtemps cantonné à des scores de 5 à 7% de 1956 au début des années 1980, le FPÖ s’est imposé comme l’une des principales forces politiques autrichiennes depuis le début des années 1990. En 1999, en obtenant près de 27% aux législatives, le parti alors sous la houlette de Jörg Haider forme une coalition avec l’ÖVP qui durera jusqu’en 2006.

Les liaisons dangereuses avec le FPÖ ne sont pas seulement le fait de la droite autrichienne, mais aussi du parti socialiste. En 2004, ce dernier s’était allié à Jörg Haider pour l’aider à garder son poste de gouverneur de la Carinthie. Aujourd’hui encore, dans le Burgenland, l’État le plus oriental d’Autriche, c’est dans le cadre d’une alliance SPÖ-FPÖ que le Land est gouverné.

La montée de l’extrême droite en Europe prend des proportions alarmantes (lire aussi "Fascisme, un vent européen"). Les gouvernements polonais et hongrois, le poids du FN en France, la situation en Belgique, aux Pays-Bas (mais aussi en Suisse) sont des signes convergents. Si chaque pays a sa réalité historique propre, le caractère général du phénomène traduit une réalité plus générale. Les dégâts de la construction européenne, la conversion des partis socialistes aux logiques libérales, l’incapacité de la gauche radicale à offrir un débouché laissent entrevoir un sombre avenir. Il n’est pas trop tard, mais il est temps de réagir.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Encore une fois, on ne parle que de l’extrême droite. Pendant tout l’entre deux tours, on avait l’impression qu’il n’y avait qu’un seul candidat. Et ce candidat a été battu. Ce n’est pas ça le scoop ?
    L’élection d’un président écolo n’est pas intéressante ?

    pdef12 Le 23 mai à 19:21
       
    • C’est un "écolo" avec beaucoup de guillemets parce qu’il est aussi néolibéral. Les deux ne vont pas ensemble.

      Julien Le 24 mai à 11:18
  •  
  • le SPÖ (Parti social-démocrate d’Autriche, membre de l’Internationale Socialiste) du Land du Burgenland vient de faire une alliance « rouge-bleue » avec le parti d’extrême droite de Heinz-Christian Strache, le FPÖ, pour gouverner ce petit Land oriental de l’Autriche.

    Ils nous auront tout fait ceux-là.

    choucroute Le 24 mai à 13:53
  •  
  • Encore un article de Regards qui se termine par "l’incapacité de la gauche radicale à offrir une débouché" : à croire qu’ils n’ont jamais entendu parler de L’Humain d’abord, ni de la France insoumise, ni des débats sur l’Euro et ses traités bons pour les pubelles ! À croire qu’ils veulent désespérer les Français de bouger ! Oui, il y a une offre de la gauche radicale, qui n’est pas celle des politiciens, mais que toute l’éditocratie dominante s’efforce d’étouffer ou de caricaturer. Oui il y a une issue politique aux mouvements sociaux , contre les lois iniques, contre la violence institutionnelle, contre les partis englués dans la soumission à l’Euro-Medef. La conclusion de cet article sur l’Autriche devrait être que les peuples en ont assez d’être poussés malgré eux dans la gueule du loup, manoeuvrés par des dirigeants magouilleurs et bernés par la propagande aux ordres ! Que revivent les Jours Heureux !

    Autrement Le 26 mai à 09:03
       
    • Mais on s’en fiche de vos insoumis, vous n’avez aucuns programmes. Parlons d’autres chose.

      bdpif Le 28 mai à 12:35
  •  
  • Ce qui s’est passé en Autriche est catastrophique. Comme dans les années 30, après un crach economique, l’extrême droite prends du poids de manière catastrophique.

    Par contre, aprés la Belgique, l’Autriche, il est très important de savoir pour nous les francais que nous allons avoir la même chose en 2017,une marine Le Pen au second tour et que pour celà, il est très important d’avoir une réunification de toute la gauche.

    On pars très mal. Un PS qui n’a pas su être efficace, et de plus cassé à outrance par un Melenchon qui a voulu se récupérer les décus, mais qui n’a pas mieux en programme qu’agir sur le tas.

    Donc oui, si on veut éviter le même cas qu’en autriche, il serait préférable de faire des primaires à gauche, de laisser la liberté aux gens de gauche de choisir un candidat pour les elections qui soit suceptible d’être élu, sinon c’est la droite qui và être élu , malgrès le désastre Sarkozy ou pire l’extrême droite.

    bdpif Le 28 mai à 12:47
       
    • Dans le terme"primaire à gauche",incluez vous le PS,comme le font souvent les partisans de la primaire ?Ceux qui répondent"oui"à la question n ont souvent comme seul objectif que de faire capoter la candidature Mélenchon,par rancœur.Le programme de JLM,c est l "humain d abord",réactualisé par les propositions diverses faites sur le site.
      On peut le critiquer,mais c est nettement plus enthousiasmant que de laisser un candidat PS s imposer à la gauche,au terme d une primaire dans laquelle ce parti n a rien à y faire !!

      Le Baron Hugues Le 30 mai à 01:08
    •  
    • Non mais si vous refusez d’avoir un candidat unique à Gauche, vous en arrivez logiquement à un second tour Droite contre êxtreme droite.

      IL suffit de savoir compter sur ses doigts ; on vous demande pas grand chose de plus pour le moment.

      A 11 mois des elections, d’aprés les derniers sondages, meme Melenchon et Hollande réunis, n’arriverait pas à aller au second tour ni dépasser Lepen, donc ... Si tout le monde fait bande a part, c’est impossible surtout d’arriver au second tour. Logique.

      bdpif Le 30 mai à 13:15
  •