Accueil > Culture | Par La rédaction | 11 février 2014

Huit livres pour enfants à ne pas mettre dans les mains de Jean-François Copé

Le président de l’UMP et les partisans du Printemps français ignorent que les histoires pour enfants, y compris les plus classiques, n’obéissent pas toujours à la morale dominante et jouent souvent avec les représentations des sexes et de la sexualité... Sélection.

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Probablement désireux d’exciter le moralisme de ses électeurs avec des arguments du niveau de son fameux "pain au chocolat", Jean-François Copé a suscité quelques remous en stigmatisant un livre pour enfants, "Tous à poil". Dans la lignée des allégations mensongères des opposants à la supposée "théorie du genre", il a affirmé qu’il était "recommandé aux enseignants". Dans la foulée, des groupuscules d’illuminés se sont mis à harceler des bibliothèques municipales pour qu’elles retirent certains ouvrages. Au risque d’allonger leurs listes, voici la nôtre, évidemment pas exhaustive...

Les Trois brigands, de Tomi Ungerer

Une petite orpheline kidnappée par des bandits qui l’adoptent, c’est à la fois l’histoire d’une famille recomposée autour de trois (trois !) papas et celle de robins des bois partageux. La plupart des autres livres de Tomi Ungerer feraient d’ailleurs frémir Jean-François, à l’instar des aventures de Zloty, encore une petite fille, qui envoie le loup dans le lit de sa grand-mère, dont les murs de la chambre s’ornent d’un portrait de Staline et d’une Kalachnikov. Tomi Ungerer ayant aussi produit des dessins "pour adultes", c’est l’autodafé assuré.

Les Habits neufs de l’empereur, de Hans Christian Andersen

Terrible mise en abyme pour Jean-François ! En effet, dans ce classique des contes pour enfants, le voici dans le public des courtisans qui ne veulent pas voir la nudité de leur roi (de peur de passer pour des imbéciles !), tout en laissant ce dernier se promener devant la foule le sexe à l’air. Comble : c’est un enfant qui va faire leur entendre raison. Andersen ? Encore un Scandinave libertaire aux mœurs dégénérées.

La princesse Finemouche, de Babette Cole

Cette princesse a tout pour accomplir son destin, sauf qu’elle refuse de se marier et de se faire engrosser de beaucoup d’enfants par un prince, aussi charmant soit-il. Elle éconduit donc tous ses prétendants en leur imposant des épreuves insurmontables pour pouvoir continuer à vaquer à ses occupations préférées – qui ne consistent même pas à se pavaner dans de belles robes. "Touche pas à mes stéréotypes", s’étranglent les comparses de Béatrice Bourges.

Les souliers usés à la danse, de Jacob et Wilhelm Grimm

Encore des princesses insoumises, au nombre de douze, qui échappent à l’autorité parentale pour fuir le château via des souterrains enchantés et rejoindre une fabuleuse boîte de nuit où elles dansent jusqu’à l’aube. Encore une apologie de l’hédonisme juvénile à bannir des bibliothèques publiques.

Les Chatouilles, de Christian Bruel et Anne Bozellec

À elle seule, la présentation par l’éditeur de cette histoire sans paroles, parue en 1980, suffirait à faire défaillir une dame catéchiste : "Une petite fille n’a pas sommeil. Elle suit le chat jusque dans la chambre voisine où dort bien sagement un garçon de son âge. Elle tire délicatement une petite plume de la couette... Commence alors, entre eux, une inoubliable partie de chatouilles." C’est la syncope assurée pour Jean-François Copé.

Le Guide du zizi sexuel, de Zep

Héros très populaire, Titeuf devient ici le protagoniste d’un manuel d’éducation sexuel à destination des préados. Oui, s’adressant à des enfants impubères, à peine remis de leur première communion ! Cette lamentable expression de la dégénérescence post-soixante-huitarde a même fait l’objet d’une exposition à la Cité des sciences (pur produit de la vulgarisation culturelle des sinistres années Mitterrand-Lang). L’ouvrage pourrait cependant trouver grâce aux yeux de Jeff, puisqu’il y est écrit que "c’est plutôt bien d’avoir un peu de pudeur, sinon les gens se promèneraient tous à poil dans les rues".

L’abécédaire de la famille, d’Agnès de Lestrade et Valéria Petrone

Attention ! Voici le cheval de Troie de la cochonnerie : sous le masque efficace d’un titre ô combien rassurant, on trouve dans cet ouvrage des propos tout simplement dégueulasses. Par exemple, que deux amoureux, ça peut être deux garçons. Ou alors, que les familles recomposées, dés fois, ça fait du mélange, des rencontres, un peu de diversité. Autant te dire, Jean-François, qu’il faut être extrêmement vigilant : avec des bouquins comme ça, qui n’ont l’air de rien, on envoie des générations entière au casse-pipe (si tu veux bien nous passer cette expression un peu coquine).

Bonus : Tintin au Congo à poil, anonyme

Cette production est hors-catégorie, puisqu’il s’agit, sur un Tumblr ainsi baptisé, d’une version non autorisée de l’œuvre d’Hergé (dont le controversé discours colonialiste pose probablement moins de problème aux tenants du Printemps français), dans les cases de laquelle son héros apparaît... seulement vêtu de ses chaussures et de ses chaussettes rayées.

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Cher regard vous avez oublié le plus scandaleux de tous : "Papa n’a pas le temps" de Philippe Corentin. Une charge féministe fantastiquement drôle. Et bravo pour les Trois brigands...c’est déjà scandaleux..

    C.G. Le 11 février 2014 à 20:14
  •  
  • Halalala vous auriez aussi pu mettre les livres de la collection "Oxygène" (enfin si la collection existe encore, ayant à peine 27 ans, je pense que c’est pas si vieux) livre pour préado qui abordent des sujets tels que la sexualité ou l’homosexualité.

    Yoann H Le 12 février 2014 à 02:31
  •  
  • Il ne faut pas oublier les classiques honteux comme Peau d’Âne, conte dégénéré où un père tente d’épouser sa propre fille... Pourquoi Copé n’a-t-il pas fait interdire ce conte dans les bibliothèques de Meaux ?

    Local MacFly Le 12 février 2014 à 08:10
       
    • Meaux d’âne tu veux dire !

      C.G. Le 12 février 2014 à 08:45
    •  
    • Boutin ayant épousée son cousin, c’est pas grave le mariage en famille tant que c’est un garçon et une fille...

      Milka Le 12 février 2014 à 09:27
  •  
  • Et toute la série des "Max et Lili". Et les "dicos des filles" et ce genre de choses. Vous n’en n’êtes qu’à la partie émergée de l’iceberg...

    jo-barre Le 12 février 2014 à 11:21
       
    • et vous vous souvenez peut être des" éditions des femmes" et du"sourire qui mord" .. de petits bijoux de livres qui parlent des stéréotypes garçons filles et de la différence de petits bijoux de livres ...

      latisserande Le 12 février 2014 à 12:34
  •  
  • Article nullissime. Comment comparer des contes (du reste on ne peut plus moraux) avec un ouvrage sans queue ni tête (enfin, avec queues mais sans tête).
    Et quand les bobos vont-ils admettre que tous les parents qui apprennent la pudeur à leurs enfants ne votent pas UMP et encore FN ? (Et quand bien même d’ailleurs, ces partis sont autorisés par votre République, me semble-t-il ?) Quand j’ai vu Aurélie Filipetti ce matin brandir l’album à la page ou la mamie se met en slip en disant, en gros : quel est le problème ?, là je me suis dit que vraiment, on n’avait pas les mêmes valeurs. Ce qui est amusant, c’est que les mamies de mes enfants viennent de cultures diamétralement opposées. Mais il y a quand même deux ou trois points communs, notamment, un enfant ne voit JAMAIS sa grand-mère nue. Et on ne fait PAS de naturisme. Et je vais vous choquer, mais PERSONNE ne ma connaissance n’en fait. Et je suis d’avis qu’on ne doit pas censurer un livre, à partir du moment où l’enfant sait faire preuve d’esprit critique. Mais ce n’est pas Titeuf qui va l’aider dans ce sens...
    Des couples mariés entre cousins - du reste ni Français ni cathos -, j’en connais. Ils l’ont fait en toute légalité, comme Gilles et Michel ou Caroline et Stéphanie. Et ils vous emmerdent.

    Eglantine Le 12 février 2014 à 15:40
       
    • Non vous avez raison, on n’a pas les mêmes valeurs. Il y a ceux qui ont une ouverture d’esprit, et ceux qui n’en ont pas. Il faut vivre avec son temps plutôt que de régresser, nombreux sont les gens qui se sont battus par le passé pour aller au-delà des cette fermeture d’esprit, mais il semble qu’on veuille bien vite les oublier. Très cordialement (moi je n’emmerde pas les gens quand je m’adresse à eux.)

      Guix Le 12 février 2014 à 20:47
    •  
    • OUI ! Tu nous emmerdes avec tes leçons... Chacun fait ce qu’il lui paraît le mieux avec ses enfants. Ne pas confondre nudisme et exib. Contemplation et voyeurisme, pudeur et coincé du cul etc... L’essentiel : Ne pas tomber dans le malsain !!!

      guiguibo Le 13 février 2014 à 14:13
    •  
    • Eglantine,
      Si la nudité vous choque, plaignez vous au Créateur !

      Emmanuelle Le 13 février 2014 à 17:48
    •  
    • Oui je suis d’accord avec Eglantine , pas besoin de livre pour expliquer la nudité , la pudeur aux enfants : nous les parents nous avons nos mots qui seront adaptés ,puisque nous connaissons mieux nos enfants que quiconque , et aussi l’age à laquelle ils sont prêt .Quel est le meilleur moment pour aborder les sujets comme la puberté et ses transformations , la procréation ou la séxualité ? quand ce sont eux qui en font la demande , bien sûr ! sinon vous anticipé des intérogations qu’ils n’ont pas encore et le message ne passera pas .Alors non ce n’est pas à l’école de faire cela ...

      babette Le 21 février 2014 à 22:11
  •  
  • Article creux. Les contes n’ont rien à voir avec Titeuf.
    Et chez nous (famille mixte, deux cultures très différentes), on ne se met pas à poil. Personne ne va sur une plage naturiste. Mes filles ne voient jamais leur père nu. Ca choque les bobos ?

    Eglantine Le 12 février 2014 à 15:44
       
    • Qu’est-ce que vous appelez un "bobo" ?

      paul Le 12 février 2014 à 17:24
    •  
    • moi non plus chez "moi" on ne se met pas à poil quoi que... ;) mais je ne juge pas les gens qui le font chacun ses habitudes !! car ce sont bien des habitudes de vie et non des valeurs !!!! la tolérance est une valeur par exemple que nous n’avons pas l’air de partager ! et que ce soit les contes, Titeuf ou tout autre livre, je ne vois pas de hiérarchie aucune entre eux : un livre est un livre !!!

      aurélie Le 13 février 2014 à 18:08
    •  
    • Heureusement que vous êtes là, Eglantine car sans vous cela aurait tourné en rond.
      Mais là, quand même vous exagérez un peu. C’est quoi, là, le problème avec la nudité. On a tous un corps et le mieux est de ne pas en avoir honte ! Interrogeons nous sur ce qu’est que le vêtement tout autant que sur ce qu’est que le corps et je vous engage à regarder attentivement "maja vestida" et "maja desnuda" deux tableaux de Goya. Je mène, en ce moment un travaille photo sur cette question de l’habillé et le nu. Alors ne soyez pas si sûr de vous et regardez-vous bien nue devant une glace de plein pied, ainsi que tous les corps de votre entourage. Cela peut vous en apprendre beaucoup sur l’humanité.
      Au fait dans Eglantine, n’y a-t-il pas gland par (un heureux) hasard ? Eh ! (quand le) gland tine ! Quel plaisir. Sacrée petit coquine, va !!

      Nénu Le 28 février 2014 à 11:53
  •  
  • Les contes et les chansons soit disant pour enfant cache parfois des idées assez cochonnes... lire entre les vers des chants comme au clair de la lune en replaçant les mots dans un contexte du XVII siècle un peu grivois et les paroles deviennent totalement déconseillées à nos jeunes têtes blondes... La lune, la chandelle et la plume sont assez évocateurs.
    La dégradation de la puissance des mots par le temps fait perdre beaucoup par rapport à celle du 17ème siècle.

    Bruno Le 12 février 2014 à 22:31
  •  
  • Je ne suis par principe jamais d’accord avec CopéPainAuChocoVolé, j’ai le guide du zizi à la maison, tous à poil est un livre que je pourrais avoir, et je me balade à poil, mais pas mon mari.
    Je suis donc bien consciente que nous n’avons pas tous le même niveau de pudeur. Un enfant doit découvrir à quoi ressemble un sexe quand il est prêt, et celà varie en fonction de l’age, de l’éducation et du caractère de l’enfant. Nous ne sommes pas tous naturistes et ça n’a rien à voir avec une prétendue étroitesse d’esprit.
    Je trouve les illustrations de ce livre plutôt détaillées et je comprends qu’il y ait des familles et des enfants que ça puisse gêner. Un livre illustré avec autant de réalisme n’a rien à voir avec un conte où tout est suggéré. Je suis donc d’avis que ce genre de livre n’a pas à etre suggéré à l’école et je comprends tout à fait ce qu’a écrit Eglantine. Le principe de ce livre est bon et je comprends très bien le but de ce livre, mais ce sont les illustrations trop réalistes qui choquent certains

    Lala Le 12 février 2014 à 23:01
  •  
  • Je suis assez pudique et je ne me promène jamais à poil, certainement parce que je ne suis pas à l’aise avec mon propre corps, mais lorsque je vais à la piscine avec mon petit fils de 2 ans et demi nous sommes dans la même cabine et je me mets donc à poil devant lui, mais cela reste dans une attitude normale d’un changement de vêtement. Mon petit fils ne s’en choque absolument pas. le jour où il sera autonome, il aura sa cabine pour lui. Ma fille a également vu ma mère à poil dans un contexte similaire.
    Donc si : les grand-mères peuvent être à poil devant leurs petits enfants sans pourtant remettre en cause quoi que ce soit et sans perversion.
    L’illustration très pudique de "tous à poil" est dans le même principe, qui que nous soyons : nous avons tous une nudité, le dire dans la façon joyeuse de ce livre est une chance pour les enfants.
    J’ai honte de ces extrêmes français et je remercie la rédactions de regards pour ce très juste texte.

    Patou Le 13 février 2014 à 17:49
  •  
  • CHERES FAMILLES , combien d’entre vous ont lu l’histoire du Petit Poucet à ses enfants ? quasi tout le monde l’a fait . Cette histoire a été écrite en 1697 par Charles Perrault " les contes de ma mère l’Oye " . Ca en fait des générations de gamins qui ont lu , entendu cette histoire .
    L’histoire raconte les difficultés d’un couple ( hétérosexuel ) à élever ses 7 enfants . Pour solution , le couple décide d’abandonner les 7 enfants dans les bois ........... (pour peu qu’ils furent tous les 7 homosexuels ... =D ) CHERES FAMILLES afin de ne pas traumatiser les plus jeunes ,qui risquent de penser que vous allez les abandonner , veuillez ne plus leurs raconter l’histoire du Petit Poucet !!!!!! ( voilà quand on tombe dans la connerie et le ridicule comme le font avec excellence Mme Bourges ,le Printemps français et la manif pour tous !!!!!!!!!!!!!! )

    Laurence Le 14 février 2014 à 14:33
  •  
  • A ceux qui brandissent les écrits de Freud au sujet de l’homosexualité devraient aussi s’en inspirer au sujet de la nudité intrafamiliale. Freud n’a-t-il pas parlé de traumatismes inconscients chez l’enfant quand celui-ci est mis face à la nudité de ses parents ?
    Qu’un expert en psy me réponde, je lui en saurai gré.

    Héllébore Le 9 mars 2014 à 12:01
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?