Accueil > Société | Par Thomas Clerget | 26 novembre 2015

L’état d’urgence confirme déjà les craintes de dérives policières

Depuis le 13 novembre et sous le régime de l’état d’urgence, les opérations policières se multiplient en dehors de tout contrôle judiciaire, au risque de choix arbitraires et d’une stigmatisation accrue des populations musulmanes.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le cadre de l’état d’urgence, en vigueur depuis douze jours et renouvelé pour au moins trois mois, les opérations policières se multiplient. Selon le ministère de l’Intérieur, on dénombrait 1.233 perquisitions administratives à la date du 24 novembre. Bien qu’il soit difficile de les quantifier, les signalements d’abus potentiels ou de fouilles qui auraient mal tourné se multiplient, donnant l’impression que les forces de l’ordre opèrent de la manière la plus large et la plus rapide possible, quitte à renvoyer l’image d’un pouvoir agissant à tâtons, de manière aveugle.

Ce sont d’abord des perquisitions menées tambour battant, parfois en plein milieu de la nuit, ciblant des personnes a priori peu suspectes d’entretenir des liens avec le terrorisme. On relève de telles situations dans le Loiret, ou un ingénieur français d’origine palestinienne et son épouse enseignante ont été traumatisés par une descente musclée qui n’a rien révélé d’anormal. Mais aussi dans le Gard, à Nice, ou encore à Toulouse. Sur l’ensemble des perquisitions menées, environ10% ont débouché sur une garde à vue.

Dans le viseur : islam radical et salafisme

Le ciblage serait-il effectué de manière expéditive ? La loi sur l’état d’urgence autorise la police à procéder, où elle le souhaite et quand elle le souhaite – y compris en pleine nuit – à des perquisitions dites "administratives", c’est-à-dire réalisées en dehors de toute forme de contrôle judiciaire. Habituellement, une perquisition doit être avalisée par un magistrat, qui apprécie la solidité du dossier avant d’autoriser les forces de l’ordre à faire irruption au domicile ou dans les locaux d’un suspect.

Pendant l’état d’urgence, dans chaque département, les perquisitions sont décidées sous l’autorité du préfet. Celui-ci a pour seule obligation d’en informer le procureur de la République. Concrètement, la liste des personnes visées est établie en lien avec les différents services de sécurité de l’État : police judiciaire, gendarmerie, renseignements territoriaux, sécurité intérieure et extérieure.

Des priorités ont été définies. « Nous avons un ennemi et il faut le nommer, c’est l’islamisme radical et un des éléments de l’islamisme radical, c’est le salafisme », a déclaré Manuel Valls devant l’Assemblée nationale le 18 novembre. Lieux de culte, imams et réseaux identifiés comme « radicaux » sont dans le collimateur des forces de l’ordre, de même que les individus fichés par les services de renseignement pour leur appartenance à la « mouvance islamique » et leur risque supposé pour la sécurité publique. Soit 10.500 personnes pour cette dernière catégorie, selon le premier ministre.

« Pêche au chalut »

Tout laisse penser que « les autorités ratissent extrêmement large, sur la base de soupçons policiers largement tributaires des services du renseignement territorial, qui ne sont pas des spécialistes du fait religieux, prévient Alexandre Piettre, de l’École pratique 
des hautes études, cité par Le Monde. S’il s’agit de trouver des terroristes ou ceux qui en font l’apologie, on tape à côté. » « L’enjeu, c’est de densifier l’information, confiait un préfet interrogé par Mediapart. Acquérir une connaissance plus fine des réseaux de gens qui ne sont pas djihadistes mais qui accompagnent, qui agissent comme des fourmis. Donc oui, c’est une pêche au chalut ! »

Dans un contexte de flou artistique sur la définition des termes, le risque d’amalgame entre islam dit "orthodoxe" ou conservateur, pratiqué de manière paisible par de nombreux musulmans, et "islam radical" est bien réel. Au risque de renforcer la stigmatisation vécue par une partie de la population, et d’alimenter la spirale du ressentiment et de la discrimination. Les médias commencent à documenter différents excès. Le manque de transparence des pouvoirs publics dans la justification des personnes ciblées ne facilite pas la compréhension de la situation.

Dans le Val-d-Oise, un gros restaurant a ainsi été perquisitionné samedi 21 novembre dans la soirée, en plein service, sous prétexte de recherche d’une « salle de prière clandestine ». « Mains sur les tables ! », ont ordonné les policiers aux clients tranquillement attablés. En fait, la petite pièce de prière, destinée aux clients, n’était pas clandestine – et quand bien même, s’agirait-il d’une menace pour la sécurité publique ? La perquisition a fait chou blanc. À chaque perquisition, les policiers déploient des moyens importants, bouclant parfois le périmètre, arrivant lourdement équipés.

« Suspension de l’État de droit »

L’état d’urgence, créé en 1955 dans le contexte très particulier de la guerre d’Algérie, est taillé sur mesure pour élargir les possibilités d’action des forces de l’ordre. Il a de surcroît été renforcé par la loi du 20 novembre 2015, adoptée à toute vitesse par les parlementaires afin de prolonger l’état d’urgence de trois mois. Peut être perquisitionnée « toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics ». En dehors de tout contrôle judiciaire, il s’agit d’un quasi-chèque en blanc pour les forces de police.

Pour les mêmes motifs, l’état d’urgence permet d’assigner des personnes à résidence, en un lieu fixé par l’État, qui peut être le domicile de la personne visée, mais pas nécessairement. Le dispositif intervient en dehors de toute supervision judiciaire, mais il peut être contesté auprès du tribunal administratif, et prend fin avec la période de l’état d’urgence. Un bracelet électronique peut être imposé à certains individus déjà condamnées pour des infractions graves. Le 24 novembre, 266 personnes étaient assignées à résidence.

Parmi les réactions, le Syndicat de la magistrature s’est inquiété de de ces pouvoirs d’exception, qui pourraient être confortés par une réforme constitutionnelle encore floue. « Des restrictions aux libertés habituellement encadrées, examinées et justifiées une à une deviennent possibles par principe, sans autre motivation que celle de l’état d’urgence. La France a tout à perdre à cette suspension – même temporaire - de l’État de droit. Lutter contre le terrorisme, c’est d’abord protéger nos libertés et nos institutions démocratiques en refusant de céder à la peur et à la spirale guerrière. Et rappeler que l’État de droit n’est pas l’État impuissant. »

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • A situation exeptionnelle, mesures exeptionnelles.
    Il est évident que compte tenu de la gravité de la situation, ces mesures s’imposent.
    Il faut au passage remercier le travail des forces de l’ordre qui travaillent sans relâche jour et nuit pour notre sécurité collective.
    Il est évident que tous les français de bonne volonté ne peuvent que comprendre et accepter ces mesures.
    Si tout ça avait été fait avant, la vie des jeunes femmes et des jeunes hommes eût peut être été épargnée.

    youmi Le 27 novembre 2015 à 01:48
  •  
  • On est bien d’accord ce sont nos musulmans du quotidien qui trinquent.
    Il faudrait leur imposer la viande de porc, pour une deradicalisation efficace.
    Le port obligatoire de la mini jupe est une bonne sanction.
    Et puis pour en finir avec les imams trop virulents, les marier officiellement avec des gays en manque d’amour.
    Elle pourrait être tellement belle cette France.

    Cacaoboss Le 27 novembre 2015 à 09:00
       
    • Quand je lis vos commentaires c vraiment pathétique. C pas vous qui êtes a la place de ses pauvre gens qui subissent sa. Des perquisition sans fondement qui traumatise des familles femme et enfants. Qui virent a la dérive uneˋ femme c’est plaintes dattouchement , un aveugle assigner a residence ces compte bancaire geler merde c’est uneˋ blague !!!! Et ben dis donc la France elle est belle de nos jours. Et nos droits alors ? Nos ancêtres se sont battus pour sa et nous on s’en fou. C pas grave hein se sont des musulmans. Bref nullissime et vos commentaires reflète bien votre niveau d’intelligence.

      soso67 Le 28 novembre 2015 à 23:10
  •  
  • Un grand merci à…

    Groupe de la gauche démocrate et républicaine (15 membres)
    Pour : 15
    François Asensi
    Bruno Nestor Azérot
    Huguette Bello
    Alain Bocquet
    Marie-George Buffet
    Jean-Jacques Candelier
    Patrice Carvalho
    Gaby Charroux
    André Chassaigne
    Marc Dolez
    Jacqueline Fraysse
    Alfred Marie-Jeanne
    Jean-Philippe Nilor
    Nicolas Sansu
    Gabriel Serville

    Ferdinand Le 27 novembre 2015 à 10:28
  •  
  • Bien parlé soso 67 .
    Il faut croire que lorsque il y avait distribution de cerveau il y avait des absents.
    Leurs commentaires reflètent bien leurs intelligences !!!

    Emma Le 28 novembre 2015 à 23:54
  •  
  • donc si un français (droit du sang), de souche, qui part un malheureux concours de circonstance a pu bénéficier de la nationalité d’un pays d’Afrique du nord et subsaharienne où il occupait la fonction de conseiller spécial du président pourrait se trouver déchû de la nationalité de ses parents et serait contraint de quitter notre beau pays ! Vous devriez avoir honte MM. François Hollande et Valls, vous remettez en cause un principe républicain l’absence de différenciation entre français( peu importe le mode d’acquisition de la nationalité), toutes ces manoeuvres politiques n’ont qu’un seul objectif : votre incurie, Messieurs, à solutionner la crise économique et financière !

    yaya Le 28 décembre 2015 à 20:00
       
    • posez la question a l’envers ca le fait mieux.
      Si un jeune français qui posséde la double nationalité choisi de partir en syrie pour "faire le djihad " reviens 1 an apres , il ne sera donc pas dechu de la nationalité française puisque pas condamné pour actes de terrorismes.
      Donc il ne pourra pas retourner dans le beau pays de son coeur a cause du laxisme/réducteur de cette loi incompléte ?
      Vous devriez avoir honte MR yaya , vous priverez donc ce garcon des joies de vivre dans un pays islamiste ou terre d’islam , au contraire ce brave français ( droit du sol) devra continuer a percevoir toutes les prestations sociales et aides diverses qu’accorde la france , pays de mécréants.

      buenaventura Le 5 janvier à 16:14
  •  
  • Les services de Renseignement" pas spécialiste du fait religieux"
    et ceux de l’EHESS aguerris à l’instruction des Enquêtes de terrain en matière de criminalité et de terrorisme ?
    Les gens du boulevard Raspail sont fautifs, ils ne viennent pas dans les Ecoles de Police leur apprendre qu’une kalachnikov c’est un simple objet du culte.

    toubab 93 Le 2 janvier à 07:42
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.