Accueil > Politique | Par La rédaction | 6 octobre 2016

La "gauche de gauche" et 2017

Si la candidature de Jean-Luc Mélenchon occupe à ce jour le centre de l’espace de la gauche radicale, des propositions alternatives émergent. Toutes n’excluent pas "JLM 2017", mais lesquelles peuvent susciter une dynamique ouverte et féconde ?

Vos réactions (22)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le PS cherche à se donner de l’oxygène, entre un flanc droit assuré de son "social-libéralisme" et une gauche éparpillée et incertaine. La gauche de gauche devrait faire son miel de ces incertitudes. Les sondages existants suggèrent de fait qu’elle ne s’en sort pas si mal. Le problème est qu’elle est elle-même divisée.

Jean-Luc Mélenchon tient la corde, mais sa candidature est contestée. Elle l’a été dans des termes d’autant plus vifs que l’homme a la personnalité que l’on sait… et n’aime guère arrondir les angles. Reste à savoir, si le "jlm2017" ne convainc pas, par quoi ou plutôt par qui remplacer celui qui porta brillamment les couleurs du Front de gauche en 2012 ?

Quel rassemblement ?

Un socialiste "de gauche" ? Tant qu’à faire, il faut qu’il soit crédible. Donc Montebourg ? Étant donné les variations du personnage politique, la pilule n’est pas facile à digérer pour tout le monde. La candidature "issue du mouvement social" ? Le projet reste aussi sympathique qu’hier… mais continue d’évoquer l’Arlésienne et, pour tout dire, les noms possibles ne se multiplient pas.

La politique, heureusement, ne se cantonne pas à entériner ce qui semble inévitable. L’idée d’un rassemblement le plus large possible reste affirmé par une frange militante importante, sans que l’on sache très bien s’il s’agit de rassembler la "gauche d’alternative" ou la "gauche hors gouvernement". Dans le second cas, on inclut les "frondeurs" socialistes, au risque de s’en remettre à eux ; dans le premier cas, on essaie de faire sans eux… ou avec eux à la marge.

Dans la toute dernière période, dans le prolongement de l’Appel des Cent, des voix continuent d’affirmer le projet d’un rassemblement, écartant – pour l’instant tout au moins – le soutien à Jean-Luc Mélenchon. Sur les listes de diffusion de la gauche de gauche, un avant-projet d’appel a circulé sous le titre "La désunion ne passera pas par moi", regroupant des personnalités significatives comme Étienne Balibar, Patrick Braouezec, Robert Guediguian, Pierre Khalfa, Noël Mamère ou Gérard Mordillat.

Des parfums de "tout sauf Mélenchon"

Dans Le Monde du 4 octobre, Christian Laval et Michelle Riot-Sarcey publient une tribune expliquant qu’il « reste une petite chance à la gauche pour faire la différence ». « Oui, nous espérons, malgré tout, que ceux qui se réfèrent sans cesse au "peuple", à la "démocratie" et à la "république" mettent enfin en pratique les fondements de la liberté collective. Oui, nous disons qu’il y a encore une toute petite chance pour que cette gauche qui se dit différente fasse réellement la preuve de sa différence. Faute de quoi elle risque d’être engloutie dans les ténèbres des années qui nous attendent ».

Roger Martelli, lui, n’est pas convaincu par cet argumentaire dans lequel il perçoit des parfums de "tout sauf Mélenchon" qui, selon lui, tourneraient le dos au regroupement expérimenté non sans succès en 2012. « La seule question que je crois pertinente se divise donc en deux : on laisse Mélenchon seul […] ou on l’accompagne ? Et si on l’accompagne, que fait-on pour que la dynamique de 2017 soit la plus ouverte et la plus représentative de toutes nos sensibilités ? » (lire "Les bases de l’unité existent depuis longtemps").

On sait que le PCF et Ensemble – la troisième composante du Front de gauche d’hier – discutent encore de leur positionnement en 2017. Mais de nombreuses forces se sont d’ores et déjà prononcées pour un soutien au candidat de la "France insoumise". Un appel intitulé "En 2017, faisons Front commun" a d’ores et déjà réuni quelques milliers de signatures, issues de sensibilités diverses.

Le soutien et le débat

Il est vrai que l’appel à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon n’annule pas les discussions possibles sur l’arrière-plan intellectuel et stratégique de son entreprise. Son attirance pour un "populisme de gauche" ou son acceptation de la notion de "récit national" n’ont pas manqué de susciter des réactions parfois vives. Regards est déjà intervenu sur ce point.

Sur son blog de Mediapart, Samy Johsua, membre d’Ensemble, vient de publier sa propre contribution. « Quel lien exactement lui Mélenchon (comme Mouffe ou Iglesias d’ailleurs) tisse t-il entre cet indispensable combat anti oligarchique et la remise en cause des fondements qui recréent en permanence l’oligarchie ? Ou, dit encore plus simplement, quels liens maintient-il avec le socialisme ? »

Effervescence féconde ou auberge espagnole ? À chacun de juger sur pièces.

Vos réactions (22)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Ou, dit encore plus simplement, quels liens maintient-il avec le socialisme ? »
    Ce débat avec JL Mélenchon est quasiment soldé avec la publication de l’Ere du peuple. Il soutient une thèse qui est sans doute déroutante pour ceux qui vivent le matérialisme de manière statique. A mon avis la question qui aurait du être posée en fin de cet article est quel matérialisme aujourd’hui ?
    Sommes nous d’accord sur son approche du développement de l’humanité qui selon lui génère une bifurcation à chaque fois que le nombre des humains croit de manière importante et particulièrement au stade actuel avec le concept d’anthropocène ?
    Car ne nous cachons pas la vérité, c’est bien cette théorie sous-tendue par l’Ere du peuple qui est au cœur du débat au sein de la gauche "révolutionnaire" .
    La contradiction principale (pour reprendre ce concept matérialiste qui désignait le conflit entre la classe ouvrière étant la classe révolutionnaire par essence et la bourgeoisie possédant les moyens de production) se situerait donc ailleurs. Cet ailleurs désignant le grand nombre contre une minorité oligarchique. Il faut admettre dès lors que la question de la stratégie révolutionnaire et le contenu même de cette révolution change de nature et qu’il ne s’agit plus d’instaurer le socialisme au sens marxiste du terme mais de promouvoir une société dans laquelle le grand nombre sera l’acteur et forcément cela implique la résolution d’un nombre considérable de contradictions que nous pouvons qualifier de secondaires. La préservation et l’enrichissement du commun devenant alors la finalité du processus.

    Francis Le 6 octobre à 08:43
       
    • Observation sur Marx : il n’a jamais proposé le socialisme comme issue possible des contradictions internes au capitalisme. Il parle de communisme.
      Aujourd’hui la crédibilité des partis est asymptôte à zéro et pour cause : les tergiversations des appareils , PCF et autres, sont illisibles et en a pesanteur par rapport à l’urgence du combat qui fait rage au niveau social, économique et politique. JLM joue le jeu imposé par la 5ème république, un homme face au peuple, pour changer...de république. What else ? Aujourd’hui, rien. Alors on y va !

      christian Le 19 octobre à 00:11
  •  
  • « Ou, dit encore plus simplement, quels liens maintient-il avec le socialisme ?  »
    Vous le saurez en lisant le programme des insoumis.

    Évidemment il faut signer pour y accéder ! Mais ensuite si vous ne trouvez pas ce programme assez social, vous pourrez voter contre ou vous abstenir dans l’évaluation qui est proposée.
    De plus vous pourrez suggérer des ajouts à ce programme.

    Pour accéder au programme : jlm2017.fr

    Pierre Magne Le 6 octobre à 09:22
  •  
  • Effervescence féconde ou auberge espagnole ? ....ou Arlésienne ?. À chacun de juger sur pièces.

    ALIN JAVIER HANNIER Le 6 octobre à 10:03
  •  
  • Il serait temps de sortir des bulles intello-bobos de la "gauche de la gauche" et de se rendre à l’évidence. Il suffit d’écouter les "vrais gens", de dialoguer avec eux, pour se rendre compte qu’à gauche, au sens traditionnel et populaire du terme, la candidature de JLM est d’ores et déjà installée et incontournable. [Rien que dans mon entourage (collègues, voisins, famille...) plus d’une douzaine d’électrices et d’électeurs de Hollande au 1er tour de 2012 ont décidé de voter Mélenchon en 2017.]
    Bref, les citoyens ordinaires, c’est-à-dire les électeurs réels, sont à 100 000 lieues des vaticinations des coupeurs de cheveux en quatre...

    François 70 Le 6 octobre à 10:55
  •  
  • Ce texte est beau comme l’antique

    on se croit revenu aux beaux mauvais jours de "collectifs antilibéraux" de 2006/2007 dont on sait ce qu’il advint.

    " Imite le moins possible les hommes dans leur énigmatique maladie de faire des noeuds."
    est un bon conseil

    Continuer le travail résumé dans le serment de Versailles d’avril 2012 est la seule solution, oui, la seule.

    leo solo Le 6 octobre à 11:14
  •  
  • Comme j’admire (ironie) ces gens tellement emplis de certitudes et d’énergie dialectique marxisante, face à un texte qui, lui, est ouvert, posant le cadre, ne se permettant nullement de donner une réponse exclusive et par là même, emprisonnante...

    Gédécé Le 6 octobre à 11:25
       
    • Vous avez vu un cadre ? Un cadre ouvert même. Beau concept ambivalent. Personnellement j’ai vu un questionnement. Comme quoi, il vaut mieux être précis dans sa communication si l’on veut être compris. Mais peut-être n’est-ce pas très clair dans l’esprit de ceux qui l’on rédigé, ce qui est tout de même assez fréquent dans la Fabrique de la politique.

      Francis Le 6 octobre à 11:56
    •  
    • et oui , y a des gens emplis de certitudes et d’énergie qui se sont mis en marche ( seul moyen de vérifier s’ils sont cohérents sur le chemin qu’ils prennent ) au lieu d’attendre "godot" puis d’autres qui passent leur temps à peser les pours et les contres et qui se demandent ( pendant que les premiers avancent ) comment ils vont harmoniser leurs questions , incertitudes et doutes en faisant du sur place ....Je ne crois pas que la réponse des premiers soit exclusive : elle est le fruit d’un parcours .Mais pour peut être l’apprécier encore faut il s’impliquer dans la démarche ....

      bob.POLLET Le 7 octobre à 19:33
  •  
  • JLM n’appelle pas à la constitution de comités de lutte autonomes, partout, dans les villages, les quartiers et les usines pour donner du corps à la contestation et au contrôle des pouvoirs en place, ainsi que l’amorce de constitution de contre-pouvoirs. C’est pourquoi il n’a pas besoin d’une organisation politique au sens noble du terme, un intellectuel collectif souverain enrichi par une implantation populaire, mais plutôt d’animateurs d’un "fan club" sans pouvoir qui l’adoube sur la promesse de places aux prochaines législatives pour les plus affidéEs. 

    Le socialisme là-dedans ? Pas la moindre stratégie pour se débarrasser de la dictature du capital. La "révolution par les urnes" n’a JAMAIS eu lieu nulle part. Voir ici la critique du programme L’Humain d’Abord, dont le mot même de socialisme a été exclu, et son rejeton JLM, une vieille lune keynésienne.

    Louis Le 6 octobre à 14:27
  •  
  • gédécé confond cadre et espace potentiel
    Il n’aura pas lu Winnicot.

    leo solo Le 6 octobre à 14:40
  •  
  • La question en débat n’est pas celle de la base idéologique, ou celle du projet ou celle du programme ; elle est la question de la survie d’un espace vraiment de gauche en France. Car, si les tendances actuelles se poursuivent, non seulement, il y aura défaite électorale sévère, mais découragement, rancunes, éparpillement et délitement. Alors il est temps de mettre chacun devant ses responsabilités :

    1- Est ce que ceux qui se disent résolument de gauche au PS sont d’accord pour arrêter des positions ambiguës, oublier cette farce qu’est la primaire de la Belle Alliance, et s’organiser en mouvement autonome ; personne ne leur demande de quitter le PS pour autant, s’ils y tiennent tant ?
    2- Est ce que Jean Luc Mélenchon veut bien donner quelques signes positifs montrant qu’il est prêt à jouer collectif et à négocier sérieusement ?
    3- Este ce que le PCF peut éviter d’attendre la solution miracle à ses problèmes existentiels et reconnaître une bonne fois pour toutes la relation politique étroite entre présidentielle et législatives ?

    Les responsabilités de ces trois entités politiques sont engagées devant le "peuple de gauche" devant lequel ils sont redevables. Elles auront des comptes à rendre, y compris devant l’Histoire

    Robert Le 7 octobre à 17:19
       
    • Comment "jouer collectif et négocier sérieusement" avec des gens qui se vautrent dans la primaire-de-Hollande ?

      François 70 Le 7 octobre à 19:20
    •  
    • Mélenchon et le mouvement de la France insoumise devraient négocier quoi, à votre avis ?

      Francis Le 8 octobre à 07:45
  •  
  • En effet, la première des mises en responsabilités évoquées concerne la gauche du PS : Dans une situation comme la notre, accepter la primaire de la "Belle Alliance" (!), avec des calculs politiciens collectifs ou personnels, représente une impasse totale. Il faut le dire haut et fort.
    Pour le mouvement de la France insoumise, négocier sérieusement serait accepter que le travail accompli jusque là, pour estimable qu’il soit, soit confronté à d’autres propositions d’organisation et de contenu programmatique . Rebâtir un néo-Front de Gauche élargi et non cartélisé serait un signe d’espoir et non un retour du passé. En revanche, rien n’est négociable sur la liaison stratégique étroite présidentielle-législatives, et sans doute pas sur la reconnaissance de JLM comme candidat. Ceci concerne non seulement les formations politiques , mais aussi d’autres mouvements citoyens non membres de la France Insoumise. On rassemble par de l’espoir commun, pas par des oukases.

    Robert Le 8 octobre à 09:09
       
    • Il n’y a aucune oukaze. Il y a le rassemblement par la France Insoumise ... et toute autre forme de construction que d’aucuns souhaiteront bâtir à leur manière avec qui bon leur semblera. Tout est open ! Y a pas de problème. Bon courage à tous !

      rené-Michel Le 8 octobre à 09:49
    •  
    • Je comprends bien votre soucis de réaliser la plus grande alliance possible pour tenter de placer notre candidat au second tour. Il faut tout de même admettre que le Front de Gauche qui a été un formidable espoir lors de sa création a été consciencieusement détruit pour des raisons strictement électoralistes. Revenir a quelques mois d’une échéance capitale pour notre mouvement à des pratiques inefficientes serait le signe que nous n’avons rien retenu de l’expérience.
      Quand au contenu programmatique, le socle commun recherché par P. Laurent est un grand mystère pour moi. Je pensais que l’Humain d’abord était ce socle commun. Je comprend que Laurent veut trouver un moyen de réaliser un conglomérat électoral incluant le pcf, les "frondeurs du ps", les écologistes et ceux qui comme nous ne se reconnaissent dans aucune des ces mouvances. Réfléchissons à ce que pourrait être un tel socle commun. Vous nous dites qu’un néo-Front de Gauche élargi et non cartélisé serait un signe d’espoir. N’avez-vous pas comme d’autres, nombreux, signé des appels à la constitution de ce front ? Des propositions ont été faites pour élargir le Front de gauche et l’ouvrir aux adhésions directes. Rien n’a bougé, les élections municipales, départementales et régionales ont été catastrophiques. Aujourd’hui le mouvement de la France Insoumise répond à vos critères. Adhésions directes, pas de prééminence partisane, programme partant de l’humain d’abord enrichi par des contributions de citoyens et de groupement politiques, associatifs ou syndicaux. Il est tout de même étrange que ceux qui ont en permanence les deux pieds sur le frein s’étonnent que les autres avancent. Notons au passage que certains avancent en sous-mains en désignant leurs candidats pour l’élection législatives. Le pcf veut un accord programmatique législatif avec tous ceux qui se réclament de l’anti-libéralisme.
      Avec qui va t’il traiter au PS ? Avec les "frondeurs" ? Encore faudrait-il qu’ils se décident à rompre avec le libéraux de leur propre parti. En tous cas, vaste programme, mais qui ne pourra être conclu qu’en restant dans le flou artistique sur les grands sujets de désaccord. Tournez manèges.

      Francis Le 8 octobre à 11:23
  •  
  • " Reste à savoir, si le "jlm2017" ne convainc pas, par quoi ou plutôt par qui remplacer celui qui porta brillamment les couleurs du Front de gauche en 2012 ?" Pour "regards" ce n’est pas une éventualité mais son souhait le plus cher et malheureusement irréalisable vu l’état pitoyable des "concurrents" moustachus ou pas de JLM. Bons "chantiers d’espoir" à toute la rédaction !

    rené-Michel Le 8 octobre à 09:15
  •  
  • Autain, Latta, Marlière lancent les chantiers de désespoirs ! Fracassante nouvelle que cette acharnement contre la personnalité de celui qui mois après mois parvient à dresser le sillon d’une véritable alternative avec une pensée forte, une méthodologie nouvelle, une cohérence renouvelée depuis 2012.

    Vassiviere Le 8 octobre à 09:38
  •  
  • Où l’on comprend que la stratégie de soutien de Autain est un énième cheval de Troie. Trop grosse la ficelle.

    Vassiviere Le 8 octobre à 09:53
  •  
  • Quel est l’ intérêt de parler en fin d’ article d’ un homme qui à Marseille a joué sur les divisions , les manipulations se servant des réseaux d’ Ensemble 13 , du PC pour devenir la plus marque de l’ echec du Front de gauche à Marseille ?

    STORA Antonin Le 8 octobre à 12:45
  •  
  • Ce qui est assez croquignolet , c est de voir , les contorsions parkinsoniennes du PCF, comment se rallier au mouvement de la FRANCE INSOUMISE , sans avoir l’air de donner un aval a la candidature JLM , l’espoir de " primaires " a gauche reste encore vivace pour certains.
    ENSEMBLE , plus subtil mais tout aussi dans l i indécision , semble attendre pour voir si les partis composants l’ ex front de gauche ne pourraient pas se reconstruire dans un " front élargi" rejoignant en cela le rêve "Laurentien "de Montebourg , les verts etc. etc. bref la défunte gauche plurielle.
    Tout cela est cocasse ,car cela ne tient aucun compte de la stratégie qui a été mis en place par JLM et ce juste après les régionales.
    En premier lieu , plus jamais et pour ces présidentielles encore moins que par le passé, le PG, la France insoumise et ceux qui y ont adhéré a ce concept n’attendrons que le " premier parti de France en militants ai consulté a une date et gna gna " et langue de bois .
    La déclaration unilatérale de la candidature de Jean Luc , n’a été produite que dans ce but là et c’est pari réussi, tout le monde se fout a gauche de la future déclaration de jean pierre Laurent sur le résultat de la consultation et gna gna et langue de bois.
    Ensuite , le cadre de la France insoumise , ou les partis, PG en autre s ’effacent devant les groupes d’insoumis dans tous les départements, villes, canton ,
    la plupart des groupe d insoumis sont animés par des gens sans partis, ou revenant a la politique ou mettant les drapeaux ,PG et autres dans leur poche.
    Pourquoi ? pour en finir avec les interminables discussions sur les sigles, les soutiens, les alliés et autres agglutination de sigles de groupuscules sur les tracts et les banderoles
    un seul sigle , un flyers JLM 2017 et ca marche ! aucun observateur politique ne parle plus de PG ,PCF , ENSEMBLE et autres structures naines prétentieuse ,gardienne de la flamme.
    De plus la France insoumise réussie l’exploit car c’est un de réunir a LILLE pour définir le programme du futur candidat , les propositions remontant des groupes de soutien ou de paroles, et avec des débats, des adhésions directes et l utilisation de la toile WEB.
    Enfin pendant que les indécis attendent de savoir si, Hollande , ou pas Hollande, si Macron, si Vals, si Montebourg , si Dufflot si en novembre ,et gna gna et langue de bois , nous en sommes déjà a désigner la méthode pour présenter les candidats aux législative de juin 2017 .
    Bonne chance camarades ! débattez, discuter ,mais ne vous faites pas trop d’illusions , le mouvement JLM 2017 , de la France insoumise de vous attendra pas , vous a t’elle d’ailleurs un jour attendus ?.

    buenaventura Le 19 octobre à 18:18
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.