Accueil > Monde | Par Gildas Le Dem | 22 juin 2015

La Grèce et l’Europe sous la coupe d’une junte financière

Quels que soient les résultats du sommet européen consacré à la Grèce ce lundi, une chose au moins est devenue claire. Le déni de démocratie, l’hégémonie des intérêts financiers, l’accroissement des pouvoirs bureaucratiques font aujourd’hui la loi en Europe.

Vos réactions (11)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Mois après mois, jour après jour, voilà ce qu’il faut bien constater : au nom d’une démocratie – en vérité d’une bureaucratie libérale européenne –, jamais l’inégalité, l’exclusion, la crise humanitaire n’ont été si violentes en Grèce et en Europe. Difficultés à se loger, coupures d’électricité ou tout simplement, si l’on peut dire, à se nourrir, jamais autant d’hommes, de femmes, d’enfants, en chiffre absolu, n’ont été affamés, mal logés depuis la fin de la seconde guerre mondiale en Europe. Près d’un quart de la population grecque vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Ne négligeons donc plus cette évidence massive, faite d’innombrables souffrances singulières : aucune de ces catastrophes humanitaires n’aura été possible sans ce qu’on pourrait appeler le despotisme bureaucratique de l’Union européenne.

La démocratie confisquée

On reste sidéré, en effet, devant le traitement réservé à la question grecque ces derniers jours. L’exclusion de citoyens européens précarisés, hors de toute participation à la vie et aux débats politiques des États européens, annonce déjà une crise de la démocratie libérale, parlementaire et capitaliste en Europe. Mais la représentativité ou la vie politique européenne ne sont plus seulement faussées, comme ce fut toujours le cas, par des mécanismes socio-économiques. Elle s’exerce de plus en plus dans un espace dominé par la bureaucratie et des appareils médiatiques.

Le rapport entre la délibération et la décision, le fonctionnement même du gouvernement de l’Union européenne change en effet de nature, lorsqu’un pouvoir bureaucratique s’approprie l’autorité des élus, réduit le champ des discussions, des délibérations et des informations portées à leur connaissance. C’est ainsi que l’on a vu Michael Noonan (le ministre des Finances irlandais) s’étonner, et protester de ne s’être pas vu communiquer le détail des dernières propositions grecques.

Comme l’explique Yanis Varoufakis dans une tribune édifiante, le ministre grec n’a pas lui-même le droit de communiquer les documents à ses homologues. Tout doit passer par le filtre de la Commission européenne. « La zone euro évolue d’une façon mystérieuse. Des décisions capitales sont validées par des ministres des Finances qui restent ignorants des détails, tandis que des experts non élus ont la mainmise sur les négociations menées avec un gouvernement en détresse. Comme si l’Europe considérait que les ministres des Finances élus n’étaient pas à même de maîtriser les détails techniques. »

Une « guerre d’Irak de la finance »

Comment ignorer, dès lors, le pouvoir croissant, de plus en plus illimité et opaque, de ces représentants fantômes que sont les experts et les bureaucrates européens, au point que l’on ne peut plus les dissocier des délibérations et des décisions de représentants élus – représentants élus dont on ne sait plus s’ils leur ont abandonné leur autorité, se dissimulent derrière une autorité "savante", ou se voient véritablement soustraire tout élément de décision ?

Quoi qu’il en soit, on ne peut que souscrire au diagnostic sévère énoncé par Ambrose Evans-Pitchard : la crise grecque est aujourd’hui à la démocratique européenne ce que fut la guerre d’Irak à la démocratie américaine. On soupçonnera difficilement, en effet, ce journaliste du Telegraph (qui se réclame de Burke) d’être un dangereux gauchiste.

Simplement, les faits sont là : soustraction d’informations ; décisions prises en pleine connaissance de cause du fait qu’elles ne pourront être appliquées (ou appliquées sans engendrer des désastres) ; dissimulations destinées moins à déstabiliser "l’ennemi" (la Grèce) qu’à la communication interne en direction des dirigeants et du public européens. Tous ces faits rappellent l’atmosphère "Alice au pays des merveilles" qui présidait aux rapports du Pentagone. Et, tout comme au temps de la guerre d’Irak, des médias transforment aujourd’hui l’espace public, affaiblissent dangereusement l’autorité de la démocratie elle-même, en relayant et propageant cette atmosphère anti-démocratique.

Le rêve d’un putsch financier

On reste stupéfait, là encore, quand un éditorialiste d’un journal réputé de référence – Le Monderêve tout haut d’un putsch financier : « Dans ce contexte, la Grèce doit trouver un accord avec les Européens. Signé par Alexis Tsipras ou un autre, peu importe. Il existe des précédents peu reluisants. C’était en novembre 2011, au G20 de Cannes, au plus fort de la crise de l’euro : le premier ministre grec Georges Papandréou et l’Italien Silvio Berlusconi avaient comparu au tribunal de l’euro devant Sarkozy, Merkel et Obama. ». « Odieusement antidémocratique ? », ajoute Arnaud Leparmentier avec le cynisme éhonté et satisfait qu’on lui connaît.

On reste ébahi que l’humeur antidémocratique, les pulsions autoritaires d’un esprit digne des pires heures de l’ère Nixon trouvent ainsi à s’exprimer aux premières pages d’un quotidien français. Et il faut donc décidément penser, avec Ambrose Evans-Pitchard, que ces apôtres de l’Union européenne ont bien en tête des rêves de « juntes financières ». Qu’ils sont désormais prêts à passer les pires compromis historico-politiques avec les pires forces pour défendre leurs intérêts de classe.

Surtout, en vérité, quelle vision pauvre, étroitement juridique et technocratique de l’Europe : un « tribunal » ! Inquiétante aussi. Arnaud Leparmentier qui se rêve, misérable, en Fouquier-Tinville des institutions européennes, se souvient-il que c’étaient, hier, les régimes autoritaires qui portaient, et condamnaient les demandes démocratiques devant le tribunal de l’histoire et de la raison ?

Vos réactions (11)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Pour les Audois (Castel) et/ou Toulousains :

    La Grèce est au coeur de l’actualité. Le collectif Majorité Citoyenne de l’Aude participe à la semaine européenne de solidarité avec les Grecs et vous invite vendredi 26 juin à 19h30, au quai n°10 à Castelnaudary (10, quai du port), pour une soirée grecque : projections, échanges, témoignages, et assiettes grecques proposées à la dégustation. La soirée sera animée par Jacques Giron du collectif national de Solidarité France-Grèce pour la Santé , le réalisateurYannis Youlountas , ainsi que Didier Cesses qui vit en Grèce. Eteignez la télé et venez nombreux vous informer sur la situation réelle en Grèce !

    didier81 Le 22 juin 2015 à 23:12
  •  
  • Effectivement, la démocratie est morte et ce sont nos dirigeants qui l’ont tuée. Mais nous, peuples d’Europe, sommes aussi complices : pourquoi ne nous sommes-nous pas levés en masse contre les diktats de la finance, pourquoi n’avons-nous pas en masse soutenu la Grèce dans sa lutte pour une autre politique soucieuse d’égalité et de justice ? J’ai honte de nous et je suis en rage contre nos dirigeants. La belle idée d’Europe n’est plus. Il ne reste que le dégoût et l’amertume, d’un côté et le triomphe du veau d’or de l’autre. Nous pourrions suggérer à nos dirigeants marchant main dans la main avec la finance de restaurer l’esclavage. Ce serait plus clair.

    Isabelle Réghi Le 23 juin 2015 à 10:18
  •  
  • Incroyable que personne ne réagisse à cet appel au putsch par un éditorialiste du "Monde", donc par un journal de "référence" (de révérence).

    Fab Le 23 juin 2015 à 15:49
       
    • une réaction (surprenante du lieu où elle est exprimée) de Romaric Godin dans la Tribune (!) ne manque pas d’intérêt.

      loriguet Le 24 juin 2015 à 10:19
  •  
  • L’économiste australien vient de dire à l’ESCP que "Les économistes mainstream ont pris le contrôle des esprits". Voir : http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-leon/220615/steve-keen-les-economistes-mainstream-ont-pris-le-controle-des-esprits

    Leon Le 23 juin 2015 à 15:54
  •  
  • Démocratie ? Allez vous faire voir, les peuples !...

    Aubert Sikirdji Le 23 juin 2015 à 21:46
  •  
  • Savez-vous que le FMI forme des journalistes grecs pour qu’ils “vendent” à leurs compatriotes les thèses de la troïka ?

    Ça va très mal finir, pour nous tous, européens.

    Une monnaie unique imposée au forceps à des pays économiquement disparates, ça ne peut pas marcher. Un exemple : l’euro fort a été très bénéfique à l’Allemagne en raison de sa balance commerciale positive. Il a au contraire creusé le déficit des économies récessives. Merkel se soucie comme d’une guigne que le peuple grec s’enfonce dans la misère, pourvu que son portefeuille se porte bien.

    Il faut refondre totalement l’UE, mais pas de l’intérieur comme les Frondeurs au sein de leur PS, ça ne marche pas. Il faut d’abord la quitter. Le Front de Gauche fait fausse route en ne voulant pas le comprendre. Il faut une Révolution, au sens étymologique du mot, c’est-à-dire rebattre totalement les cartes, revenir au point de départ.
    Ne laissons pas ce flambeau au FN, qui n’a d’autre horizon que franchouillard et raciste.

    Jean-Marie Le 24 juin 2015 à 00:58
       
    • Le Front de gauche doit être contre l’UE et l’euro qui sont fondamentalement néolibérale et anti démocratique.

      fred Le 27 juin 2015 à 21:43
  •  
  • La semaine qui s’ouvre est en effet cruciale, pour le peuple grec et tous les peuples d’Europe, pour enclencher la révolte contre la dictature des rentiers et du capital en général.
    Ici le suivi presque heure par heure et tous les arguments pour mener cette bataille : http://www.anti-k.org/category/grece/

    Louis Le 24 juin 2015 à 03:31
  •  
  • Ouais !
    D’abord on s’approprie les moyens médiatiques
    Après, on coupe les têtes de la gauche critiques
    Ensuite, on les remplace par des sophistes cyniques et sinistres
    C’était franchement pas compliqué
    Fallait juste s’en donner le temps et les moyens
    Voilà, c’est fait, la lobotomisation est en marche forcée
    Reste plus qu’à fournir un peu de pain et beaucoup de jeux
    Et les peuples s’étriperont pour ramasser les restes
    C’est pas beau le génie humain ?
    Dans le développement de son autodestruction
    Bon ! Le sens du beau reste différent
    Selon l’éthique que l’on porte ou ne portons pas

    Feufollet Le 29 juin 2015 à 18:50
  •  
  • d’accord avec la plupart des commentaires.
    je rajouterais qu’il est inadmissible d’exiger des grecs plus de dénationalisations, le peu d’état qui leur reste doit ètre sauvé. Et les emplois aussi.
    Ce n’est pas les quelques millions d’Euros qu’ils vont en tirer qui va changer quelque chose à la dette. Au contraire, j’espère que Tsipras va nationaliser ses banques, et ses plus gros armateurs. Puis mettre au pas ses concitoyens en mettant en place le cadastre ce qui lui permettra de faire rentrer des taxes foncières en fonction de la richesse des Gens qui habitent et non pas en tapant sur les salariés et les retraités qui sont à bout. la route est longue, mais s’il refuse de se plier devant l’eurogroupe, en faisant une politique de gauche

    gib Le 13 juillet 2015 à 14:24
  •