Accueil > Politique | Par Catherine Tricot | 5 février 2017

Le double effet Mélenchon

Le candidat de la France insoumise a réussi son pari avec son double meeting holographique, symbole d’une campagne singulière qui remise les formes traditionnelles pour prendre celles d’une université populaire.

Vos réactions (86)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

12.000 à Lyon, 6.000 à Paris. Jean-Luc Mélenchon gagne le match de la participation aux rassemblements politiques du week-end. L’enjeu n’était pas mince pour le candidat de la France insoumise en ce jour d’investiture de Benoît Hamon, candidat élu par la primaire du PS. Mais c’est évidemment la nouveauté du procédé d’un meeting avec hologramme qui remporte l’attention. Et c’est mérité. L’effet est absolument sidérant. Sans doute aussi puissant que les débuts du cinématographe. Une impression de vérité bluffante.

La politique est un combat

Jean-Luc Mélenchon peut se dédoubler, se démultiplier à l’infini. La voix puis l’image enregistrée le permettent depuis longtemps. En innovant avec l’utilisation de l’hologramme, Mélenchon vise juste. Il met l’accent sur une dimension qu’il a toujours portée, celle de l’incarnation de la politique. Il s’est fait showman depuis longtemps, arpentant la scène, lisant peu ses notes, imposant sa présence corporelle. Cette présence physique entre en résonance avec son idée de la politique et de l’engagement. Parfois au prix de dérapages, qu’il assume aussi. En 2011, il affirmait déjà qu’on ne peut voter pour « un poisson pané ». Il théorisait déjà son refus de l’être policé et lisse… La politique est un combat, on s’emporte, on crie, on bouge, on manifeste. Cela doit s’assumer.

Ce double meeting raconte aussi un rêve de Mélenchon. Tel un Hercule il veut, lui, remettre sur pied une gauche à la renverse, cette gauche à laquelle il s’identifie et qu’il veut prolonger. Il emboite le pas des "glorieux révolutionnaires" de 1789, de Hugo, de Zola, des canuts. Mélenchon s’enflamme. Prenant acte de la crise de toutes les formes d’organisation de la gauche et du mouvement ouvrier, contre les partis, contre les appareils, s’écartant du militantisme patient et quotidien, il investit les réseaux sociaux pour créer la plateforme France insoumise.

En direct avec chacun et avec le peuple

Il n’a pas d’organisation : YouTube portera la bonne parole. Et ce n’est pas sans effet. 200.000 personnes le suivent sur sa chaîne. Il multiplie les rendez-vous, où il apparait seul, décontracté, jouant de connivence avec celui qui le regarde. Mélenchon se veut en direct avec chacun et avec le peuple. Il se représente comme un instituteur du peuple, que sa blouse grise boutonnée était chargée de raconter cet après-midi. Ces discours sont suivis sur les réseaux autant que dans les salles, parce qu’ils sont toujours riches d’explications, d’informations et de passion. Refusant qu’une organisation se manifeste de façon trop visible, Mélenchon interdit la présence de drapeaux. L’ambiance de ses meetings en est transformée : les cornes de brumes sont remisées, l’assistance est assez silencieuse : chacun écoute un cours d’une université populaire.

La campagne de Jean-Luc Mélenchon est l’alliage d’un classicisme dans les références, d’un modernisme dans les formes et les thématiques. Elle atteint un niveau de cohérence entre le fond et ses formes qui lui donne une puissance réelle. Elle s’inscrit dans la rupture de confiance d’avec la politique instituée. La forme choisie par Jean-Luc Mélenchon dynamise sa campagne, mais ouvre deux questions. D’une part que les médiations actuelles soient en crise ne signifie pas qu’il ne faut pas de médiations collectives, démocratiques, inscrites dans la durée. D’autre part, l’efficacité du discours d’un individu s’adressant à la foule laisse peu de place au bazar créatif, à la diversité et à la pluralité d’une époque de changement radical. Mélenchon n’a pas réponse à tout. Et ce n’est pas grave.

Vos réactions (86)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Non,ce n’est pas une université populaire.
    Mélenchon est seul,voila pourquoi il a besoin d’être dupliqué .
    Il est tout seul alors que dans une université il y a de nombreux professeurs divers et singuliers.
    C’est le cas dans la nébuleuse autour du pcf qui est scandaleusement lésé par les apparatchiks pg déguisés en Fi.
    Cette duplication de Mélenchon est le signe de la décripytude de sa candidature et de l’impasse où elle mène.
    En 2017,le culte de la personnalité tyoique du trotskysme se fait au détriment des grandes structures d’éducation populaire comme la nébuleuse autour du PCF..C’est INACCEPTABLE !

    Maurice Le 5 février à 20:29
       
    • Que de propos haineux ! Seul dites-vous ? une projection sans doute !

      jaime Le 5 février à 21:05
    •  
    • Non Mélenchon n’est pas seul !
      Des dizaines d’universitaires le suivent et s’associent à sa campagne. Vous pouvez suivre sue Youtube les vidéos de la série université populaire où des professeurs et autre maîtres de conférence expliquent des points particuliers de son programmes du point de vue d’une érudition universitaire qu’il veut accessible à tous. Ses meetings, aussi réussis soient-ils, ne sont que la pointe acérée d’un mouvement rassemblant des centaines de milliers de personnes de tous niveaux sociaux, de tous âges !

      Eljo Le 5 février à 22:53
    •  
    • Mais laissez les tranquille, Maurice, c ’est leur petit jour de bonheur, où ils voient leur leader proximo qui leur a tellement promis l’espoir, qui ne viendra pas, mathématiquement, pourquoi leur gacher ce jour ? C ’est leur jour de bonheur, respectons le ;)

      bdpif Le 5 février à 22:55
    •  
    • Jaloux !!

      Serge Le 5 février à 23:07
    •  
    • Seul ? Si vous connaissiez un tant soit peu le processus de la FI depuis un an, vous n’écririez pas cela. Des milliers de citoyens coproducteurs d’axes programmatiques cohérents entre eux, une équipe de talents et de compétences dans maints domaines, des universitaires, des auditions de syndicalistes, sociologues et autres disciplines., la prise en compte de leurs avis (ex. la souffrance au travail). JLM est sur scène ? Mais qui ne l’est pas dans d’autres organisations qui désignent leur tête de file ?

      Ce qui serait INACCEPTABLE, (quel jugement de valeur !)c’est votre myopie volontaire. Je mise sur votre honnêteté intellectuelle.

      Babeuf

      babeuf Le 6 février à 09:03
    •  
    • ce qui excessif ne vaut pas...fake du FN sans doute

      christian Le 6 février à 11:24
    •  
    • Baboeuf a raison : les axes du programme de JLM sont cohérents. Au service de la lutte des places, et en étouffant la lutte des classes.
      Démonstration ici : JLM2017 : un projet de soumission au caporal et au capital

      Dufour Le 6 février à 19:07
    •  
    • Quand sectarisme rime avec cré......sme

      choucroute Le 7 février à 11:55
    •  
    • On sent bien la révolte téléguidée.
      Culte de la personnalitée dîtes-vous ? Quand Mélenchon interdit que l’on scande son nom. Non, il faut crier résistance dans ses meetings...
      S’il est élu président, il laissera sa place une fois que la 6e république constituante aura fini ses travaux.

      pierre Le 9 février à 22:44
  •  
  • C’est ton post qui est nébuleux, déjà au PCF il n’y a plus gd monde alors autour je n’ose imaginer.

    jacques Le 5 février à 21:07
  •  
  • Moi qui ne suis pas du genre à voter à gauche, je dois reconnaitre que je me pose des questions.
    Cet après midi, mon neveu, le genre t shirt de Che Guevara et musique de rap, un peu rêveur mais gentil garçon, m’a proposé de regarder Mélenchon à l’ordinateur. J’étais plutôt de bonne humeur et partant pour une partie de rigolade mais je dois reconnaitre que j’ai été bluffé par le monsieur.

    Ce Mélenchon est quand même un sacré bonhomme, y a pas photo ; le gars vole au dessus de la bande de pieds nickelés qu’on essaye encore de nous refourguer pour diriger la maison France. Il sait causer comme un Monsieur, son programme a l’air bien ficelé et il en a dans le citron.

    Quand je vois ce qu’est devenu le parti des gaullistes depuis Sarkozy et le pignouf à Pénélope je me tâte même à aller mettre un bulletin pour sa pomme, moi qui avais pris ma carte de pêche depuis la consternation Chirac.

    On peut rigoler avec le coup de la doublure électronique mais on attrape pas les mouches avec du vinaigre et si cette histoire fait rigoler le tout paris c’est très bien du moment que ça ramène des couillons de journalistes.

    Claude Le 5 février à 21:44
       
    • L’hologramme ne peut faire oublier le programme...

      Les coulisses du meeting en hologramme de Jean-Luc Mélenchon

      Dufour Le 6 février à 19:10
    •  
    • J’espère que vous concretiserez dans les urnes ! Mélenchon est un vrai professeur.
      Il ne fait pas de politique, il incarne la politique.
      Il explique, il réfléchis, il travaille, il dirige mais aussi délègue... C’est ça un vrai président.
      Il parle de culture, d’éducation, de partage de richesses, de santé, de nourriture, de la terre, de la mer, des animaux, des humains, de l’espace, du numérique, des artistes... Rien ne lui échappe et je pourrais l’écouter parler pendant des heures ! D’ailleurs c’est ce que je fais ! J’adore écouter ce mec.
      Autour de moi de plus en plus de gens voteront pour lui c’est pourquoi je suis persuadé que les 10% que les médias lui attribuent sont totalement faux ! Melenchon peut être au deuxième tour si d’autres nous rejoignent et parlent de son programme.
      Encore une fois j’espère vraiment que vous nous rejoindrez dans les urnes !

      Pierre Le 6 février à 21:29
  •  
  • "L’efficacité du discours d’un individu s’adressant à la foule laisse peu de place au bazar créatif, à la diversité et à la pluralité d’une époque de changement radical. Mélenchon n’a pas réponse à tout." C’est à peu près la seule affirmation avec laquelle je peux être d’accord dans cet article dithyrambique digne d’une mélenchondolâtre aveuglée !
    En effet, c’est justement le point aveugle du discours de JLM : l’élaboration et la mise en œuvre par les citoyens eux-mêmes des transformations de la société. Son éloge des jeux vidéo (un brin démagogique) ne cache pas une vision étatique dirigiste dépassée. Et dire que Catherine Tricot trouve que "ce n’est pas grave." !
    Je n’ai pas encore décidé de voter pour lui. Seule l’acceptation de candidatures uniques pluralistes des mouvements et citoyens de la gauche de gauche me convaincra de franchir le pas.

    Marc Sidonny Le 5 février à 22:16
       
    • "A 77 jours du premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a d’abord rappelé que les 357 propositions contenues dans le programme « L’Avenir en commun », élaborées collectivement durant huit mois, sont encore ouvertes à discussion et « amendables à cette heure »." donc, d’après ceci , lu sur l’huma, le "bazar créatif" peut continuer.

      Et c’est une bonne nouvelle.
      Ca s’appelle la révolution citoyenne.

      cantaous Le 5 février à 22:47
    •  
    • @sidonny Le programme des Insoumis qui sont à ce jour plus de 230 000 est le fruit de milliers de contributions." peu de place au bazar créatif, à la diversité et à la pluralité d’une époque de changement radical. " C’est exactement le contraire. Jamais dans la vie politique française un programme n’a autant été oeuvre collective ! Et surtout pas au PCF où j’ai milité vingt ans ! Tu parles sans savoir ou tu falsifie sciemment. Tu voteras Hamon, ça ne fait aucun doute, comme nombre de membres du PC qui négocient déjà la ré-élection de leurs 9 députés à la chambre. On fera sans. Finies les magouilles d’appareil !

      René-Michel Le 5 février à 23:41
    •  
    • Si l’on fait des élections présidentielles, c’est que l’on pense encore que l’Etat, la nation, ont un pouvoir de décision sur le cours des choses.
      Ce n’est pas avoir une vision "étatique dirigiste dépassée" contrairement à ce que vous dîtes.

      pierre Le 9 février à 22:57
  •  
  • le fond
    la forme
    la VIème République peut démarrer.

    même si au départ ça passe aussi par Lui.

    Dans la vie, il n’y a pas que Mélenchon, mais heureusement qu’il y a Mélenchon

    cantaous Le 5 février à 22:41
  •  
  • L’idée de mutualiser les droits d’auteur périmés pour financer des retraites de créateurs artistiques est très intéressante et c’est pas sorti de la tête de Mélenchon, mais d’un bazar créatif. On lui saura gré de l’avoir repris et porté publiquement.
    Quant aux jeux vidéo, je m’en fiche, mais je me fiche aussi des échecs, de la belote et du bridge. Jouer m’ennuie, surtout s’il faut gagner. Mais c’est vrai que c’est un énorme marché mondial et il n’y a pas de raisons pour que la France n’y crée pas des emplois. En plus ça doit être marrant à programmer.

    DMc Le 5 février à 23:31
  •  
  • Merci. On peut y arriver.
    On peut changer, sinon "tout" du moins beaucoup.
    Plus d’éthique, plus de fraternité. de partage, et contenir, puis dompter les requins, les prédateurs... pour plus d’Humanité. Ensuite (ou en même temps) protéger la biosphère et sa diversité. L’immensité de la tâche nous appelle à beaucoup d’humilité, pas comme ces "m’as-tu-vu" de la droite (extrême ou non) et du centre.
    VIVRE tous ensemble, simplement.
    Je suis l’aînée de JLM de 1 mois. J’ai dû connaitre le même genre de vie que lui dans mon enfance. On avait bien moins que maintenant, mais on n’était pas malheureux, bien au contraire.
    Pour une sobriété heureuse, une fraternité active, je vote JLM au 1er et 2eme tour.

    Domi Le 6 février à 00:25
  •  
  • Quand je Vois la rancœur, l étroitesse d’esprit , la mesquinerie des Florent, Maurice, Bd pif et Sidonie, je me dit que décidément c’est super bon de se passer de vous.

    Le meeting de Mélenchon a Lyon est un succès qui dépasse de loin les "Front de gaucherie " a la sauce vieux PC de 2012. L hologramme est salué comme un innovation dans la presse entière.

    Dans la salle pas de cohortes de cheveux blancs , ni de sempiternels drapeaux des " communaux de bégon les bruyères " ni d affiches de "les communistes du bas Béarn"

    Un visuel moderne, une organisation sans faille, des jeunes par centaines, pas de "vieux jeunes " ou des " encore jeune " non des jeunes de 18 a 35 ans.

    Un professionnalisme , encadré par des militants de la FI , novices pour une bonne partie . Un esprit républicain, un spirit de résistance ,illustré en fin de meeting par la marseillaise.

    Hé non on n’a pas passé le drapeau rouge ou "ma France " !

    Tout sauf le ringardise, les icones d une autre époque que les "scro gneu gneu " regrettent tant. Ces symboles dégagés pour donner naissance a un mouvement qui s ’ inscrit dans le présent .

    Un discours ni démago, ni populo mais éducatif en prise sur les interrogations des citoyens.

    Et vous voudriez que l’on se prive de tout ca pour des accords de parti , pour permettre a " un Viel-élu-depuis-1977-qui- a- bien-fait-son’ boulot" de se faire réélire .

    Vous vous trompez de bataille, de campagne, d époque, Chassagne aurait été parfait dans ce registre , désolés de vous décevoir mais ont va continuer comme ont a commencé

    buenaventura Le 6 février à 01:10
       
    • Mais je vous comprends. Je comprends.

      Moi aussi, après le meeting, j’ai vu dans le ciel des oiseaux voler en masse, formant un JLM avec leurs ailes, et là, j’ai compris, c ’était un signe. Un signe d’une nouvelle gauche, et là, j’ai vu le ciel devenir un peu rouge au coucher du soleil, et là j’ai vu autre signe, avec le reflet du soleil dans la mer, j’ai cru voir l’hologramme de Jean Luc qui me parlait ; grand moment d’émotion.

      Et bizarement, cette nuit j’ai cru voir l’image de Jean Luc apparaître comme dans Star Wars, l’image de la princesse Leia sortir du petit robot R2D2, et là, je me suis rendu compte qu’en étant un insoumis, j’étais comme dans les rebelles dans le film, luttant contre les forces de l’Empire, c ’est à dire du PS, et de son fidel allié Dark Pcf. Allez, un cachet et au lit, bonne nuit ;)

      bdpif Le 6 février à 04:47
    •  
    • @pifpaf et ses porteur de valises...On ne va pas tirer sur l’ambulance des idées disparues. Ils n’en valent même pas la peine. Aigreur, ressentiment, rancune, c’est tout ce que peuvent proposer nos interlocuteurs. Leur rage se lit au fil de leurs mots. Dépités que l’on puisse proposer autre chose que leur putrides discours d’anciens combattants dont la cervelle est passablement ramollie par des décennies de social libéralisme. Ils vont perdre leur place et les privilèges qui vont avec. Tant mieux, bon débarras, qu’ils dégagent. Mais ils continuerons d’aboyer, plus personne ne les entendra.

      rodydecoue Le 6 février à 10:16
    •  
    • JLM avait déjà écarté le socialisme et l’écosocialisme dans son programme pour l’Elysée. Il vient de confirmer cet abandon, encore plus vite que ne l’avait fait son modèle, Mitterrand :
      Triste fin de meeting de Mélenchon : l’Internationale piétinée

      Dufour Le 6 février à 19:22
    •  
    • @ Dufour Ne chipotons pas, le ton n’y était pas mais le cœur oui. 18 000 personnes. C’est bien ce qui compte. On attend chez Dufour et les siens, qui révolutionnent tous les matins devant leur tasse de café, qu’il nous en face autant. Il ne doit ni connaître le refrain ni la partitions et encore moins le tempo. Lui, reste encore avec un hologramme de 1917. Il est temps qui changer de poste de télé.

      rodydecoue Le 6 février à 20:06
  •  
  • Moi c’est un cauchemar , que j ai fait la semaine d’avant.

    Mélenchon venait dans une grande ville, pour parler dans un grand meeting, et des l entrée sur l esplanade le ton était donné.

    Des grands mère vendaient l humanité dimanche en les tenant comme jadis le petit livre rouge .

    D’autres tendaient un grand drapeau rouge en hurlant " pour la défense des Manufrance".

    Des stands de merguez enfumaient l’atmosphère et une buvette servait des " coteaux de l’Ardèche" dans des gobelets en plastiques.

    Des stands vendaient l Edition messidor sur la " l’agriculture a CUBA " et "ma vie ,mon œuvre" de Lajoinie.

    jean Ferrat braillait tue tête "ha monsieur d Ormesson" dans la sono saturée et les "gardiens de square unijambistes CGT" de "badigon sur bourou" dans la creuse vendaient des brioches pour la défense du service public de la fédé des espaces verts.

    Et un stand des amitiés Franco-coréenne proposait des souvenirs de l’artisanat coréen.

    Jean Luc MELENCHON montait sur la scène pavoisée de drapeaux rouges et parlait pendant deux heures de la lutte victorieuse des "communaux "de Broutechoux les gondons"

    Je me suis réveillé quand l hologramme de MELENCHON , m’a dit mais non ! ce n’est rien tu as fait un cauchemar FDG !

    buenaventura Le 6 février à 08:22
       
    • Très drôle !... Assez caricatural sur plusieurs dizaines d’années de notre histoire et de nos traditions militantes, mais c’est très drôle et assez bien vu !...
      Prenez ces échanges sur le forum de regards de façon détendue... Inutiles de remuer entre nous plus d’aigreurs et de jalousies que nécessaires...
      Il y a de la place pour tout le monde, pourvu d’être franc-jeu et de retrouver la clarté, la transparence, la lisibilité et l’incorruptibilité du combat antilibéral pour une France anticapitaliste et éco-socialiste.
      Alors, vade retro les aigreurs d’estomac et de la cervelle ; il y a vraiment besoin de tout le monde pour se battre contre l’oppression et pour la libération générale. Et personne n’a l’intention de se passer du PCF !... (sauf peut-être, éventuellement, lui-même ?)
      Un petit pansement gastrique ?
      Bien fraternellement et amicalement.

      Pif Poche Le 6 février à 19:07
  •  
  • Melenchon est un des rares à gauche à avoir compris qu’il est plus important de réfléchir, de partager et mettre en mouvement que de se faire élire.

    Bien sûr être élu est important. Mais à quoi sert un poste d’élu sans une population exigeante qui porte cet élu ? Et pas de béni oui-oui ou des gens qui attendent un messie. A rien. L’histoire des élus du PCF nous montre cela plus que de nécessaire.

    La question est moins de savoir si les idées sont pertinentes - pour moi elles le sont grandement- mais de savoir si le peuple sera assez courageux pour prendre lui même son destin en main et ne pas le remettre à des gourous comme jusqu’à maintenant. Le citoyen français aime être noniste et tout déléguer, mais le peuple n’a que le dirigeants qu’il méritent.

    Je voterai insoumis et tête dure, pour un autre insoumis et tête dure, mai toujours dans un humanisme bien veillant. Merci Jean-Luc.

    La Renaudie Le 6 février à 09:01
  •  
  • Je n’apprécie pas du tout les interventions mesquines à la suite de cet article

    Dans l’intervention de JL M , il y a un passage portant sur des convergences éventuelles avec d’autres candidatures, celles de HAMON et JADOT
    Sur ce point JL M reste très fermé en assimilant la recherche de convergences à un marchandage pour une poignée de circonscriptions.

    Berthier G Le 6 février à 09:13
       
    • le drame du PS est d’être le PS justement ! toute tentative de le réformer de l’intérieur est vouée à l’échec ! corbyn en sait quelque chose chez lui ! c’est triste mais c’est comme ça.Les électeurs PS ont bien signifié leur désaccord, mais cela va changer autant de chose que la désertion des militants PCF à l’époque : rien ! donc passer par le désistement de mélenchon pour une "gauche plurielle" à base social-démocrate, c’est du suicide éclairé ! pas pour moi en tout cas, aucun vote PS, ni premier tour, ni jamais !

      christian Le 6 février à 11:31
    •  
    • Les programmes Hamon et Mélenchon se situent sur le même segment du marché électoral et sont compatibles. Par contre, les deux, ainsi que leurs écuries courent le même picotin...
      Hachon et Emmêlon les oignons de la gauche

      Dufour Le 6 février à 19:15
  •  
  • @Berthier Hamon roule pour Solférino et ne veut surtout pas remettre en cause les candidatures PS aux législatives parmi lesquelles 90% ont soutenu le quinquennat du traître de Tulle dont Valls, El Khomeri, le gazeur/matraqueur Cazeneuve, et les Leguen, Leroux et autres tristes sbires. Jadot et EELV sont des girouettes européistes en cours d’extinction. Hamon a déclaré, après son hommage aux qualités de Hollande, qu’il irait jusqu’au bout, tout comme JLM. Alors qu’est-ce tu proposes Berthier ?
    On est toute ouie .

    René-Michel Le 6 février à 09:46
  •  
  • "Jean Luc MELENCHON montait sur la scène pavoisée de drapeaux rouges et parlait pendant deux heures de la lutte victorieuse des "communaux "de Broutechoux les gondons"

    C’est tout à l’honneur de JLM de soutenir les luttes, et celle des communaux de Broutechoux méritent le respect. D’ailleurs, grace à leur victoire, des mauvais coups ont été empêchés dans d’autres communes.
    Il est totalement crétin de dénigrer les combats et les organisations des années passées. Mais comme je l’ai déjà écrit dans un autre post, je soupçonne celui qui signe Buenaventura de n’être qu’un troll qui pourrit les discussions.
    Je conseille au webmestre, s’il y en a un, de vérifier les adresses IP de quelques d’intervenants qui apparemment s’invectivent, il pourrait bien voir qu’un certain nombre de billets qui entretiennent un climat hargneux sur ce site proviennent de la même main.

    DMc Le 6 février à 10:58
       
    • Broutechoux est une pure invention, ce village n’existe pas , c’est une boutade.

      mais si vous dite que ma fiction a pu sauver des emplois , alors c’est merveilleux

      En plus je suis un troll !!

      la théorie du complot en plus de votre sens de l humour ! décidément, vous êtes un fin politique.

      buenaventura Le 6 février à 11:53
    •  
    • "Broutechoux est une pure invention, ce village n’existe pas , c’est une boutade."

      Merci, mais ça j’avais compris tout seul.

      DMc Le 6 février à 17:38
  •  
  • Pour ceux que le dithyrambique défrise, vous pouvez voir ici les 13 points retenus de ce discours :
    http://www.humanite.fr/la-france-insoumise-met-les-bouchees-doubles-pour-affirmer-que-le-savoir-est-un-investissement-pas#comments
    salutations
    J.

    José Le 6 février à 11:43
  •  
  • Rien camarade René-Michel , Berthier comme son illustre homonyme , qui hésita entre Napoléon et louis 18, Berthier ne propose rien , sinon un consensus mou .

    Ou alors un remake de Western spaghettis " pour une poignée de circos"

    Laissant les s époumoner a chanter " unité , unité " comme jadis " unité autour du programme commun " qui leur a tant réussi.

    Dans quelques jours HAMON devra s ’expliquer face a ses partisans .

    Nadjet vallaud belkacem , vient de déclarer a France inter : " benoit doit défendre la loi el Khomrie et défendre le bilan " .

    Toute les éléphants PS et presque toute les fédés , le placent devant la quadrature du cercle " tu as gagné la primaire, certes mais soit tu soutien le bilan , soit on file chez macron ! "

    Pour réussir son projet il faudrait que benoit HAMON prenne en main l’appareil du PS, en a t il le temps d ici MAI ? .

    En a t il la volonté politique et les moyens ?

    Benoit Hamon ne peux tout simplement passer aucun accord avec la FI , l’appareil du PS, le mettant en demeure permanente de " défendre le bilan " du quinquennat.

    Quand a EELV , qui a EELV ? , Jadot , Ruby , Dufflot, Cosse, et avec un moratoire signé par le PC sur la sortie du nucléaire et sur la fermeture de Fessenheim ???.

    Les " convergences" que proposent certains ici et ailleurs ce ne sont que des compromis électoraux alimentaires et/ou pragmatiques et non pas programmatiques.

    C e sont les mêmes qui te donnent des leçons en disant que c’est dans la rue et dans les luttes que ca se passe .

    Certains ici dans ces tribunes se piquent de produire des analyses savantes sur "l isolement de la FI et de JLM".

    Je ne les lis pas sur le silence assourdissant des "frondeurs" du PS depuis la primaire .

    Ou apparaissent les tribunes dans la presse , les appels au peuple, les a gauche toute " , les appels a l union ,, les appels a un programme commun , des révoltés/es et de leur partisans : Montebourg , Filoche, Lienemann, Emmanuelli, Aubry ??.

    En fait toute ces belles personnes étaient plus préoccupées a descendre VALS qu’ a gagner a gauche 2017 .

    Maintenant leur souci c’est de se retrouver un "emploi Fillon " dans une mairie ou une fédé, une circo, une entreprise publique.

    Et vous voulez une convergence a avec ces gens là ??
    Soit vous êtes naïf soit vous êtes complice ?

    les deux , mon maréchal ! ( Berthier)

    buenaventura Le 6 février à 11:47
  •  
  • JLM a tenu un discours de très haute volée, embrassant large et à longues portées. Plus qu’un projet ou un programme ("l’avenir en commun") JLM a donné une vision globale de la société que nous avons à bâtir remettant notamment au centre la science, la recherche, la culture, la transition écologique. Impressionnant, indispensable, salutaire.

    Victor Le 6 février à 12:09
  •  
  • Les prestations de JL Mélenchon sont toujours de haute volée.
    Cela ne peut pas faire oublier la seule question vaille :
    "A Gauche personne ne peut gagner tout seul ?" ( citation de F.Ruffin )
    Hélas pas de réponse du côté des "Insoumis" ( hormis leur arrogance )
    Je crains que cela se termine à 8% des voix...
    Dommage...

    breton Le 6 février à 12:31
       
    • Très juste.
      Les conditions mises par Mélenchon pour se mettre d’accord avec Hamon ne tiennent pas la route. On croirait qu’elles sont présentées dans le seul but de rendre impossible tout accord.
      En effet, imaginez que Hamon fasse la même chose et demande à Mélenchon de revoir son programme et d’annuler les candidatures FI déjà investies. Après tout il pourrait aussi l’exiger car si B. Hamon et Mélenchon se mettaient d’accord sur un projet/programme il faudrait désigner des candidats aux législatives qui seraient d’accord avec ce nouveau programme et revoir toutes les investitures !
      Non la position de Mélenchon ne tient pas la route. Il a tout simplement abandonné toute perspective de l’emporter...Ce n’est pas l’ambition de la FI qui souhaite simplement avoir raison contre tous. Dérisoire et désespérant pour tous ces citoyens qui aspirent à l’unité (déjà près de 60000 signatures sur une pétition en cours).

      Guillaume Le 6 février à 13:02
    •  
    • @ Breton
      J’apprécie François Ruffin et l’excellent travail d’information qu’il fait avec avec l’équipe de Fakir, comme vous certainement. Il a émis le projet de se présenter candidat à la députation. La démocratie parlementaire a besoin de voix comme la sienne. Cela dit la citation que vous donnez de lui n’a aucun sens. On ne gagne jamais tout seul à une élection surtout présidentielle. Les électorats ne sont pas des mono-blocs d’encartés et de sympathisants de partis. Apparemment vous détestez les Insoumis. Pourtant ce qui s’est passé hier à Lyon et Paris n’était pas le reflet de la manifestation d’une secte en transe. Le problème avec les "Indéterminés" sans projet pour des raisons de survie d’appareil sauf à en appeler à l’unité ou au "rassemblement" dans la confusion est qu’ils prennent pour de l’arrogance ceux qui ont pris leurs responsabilités depuis longtemps. C’est le drame de bien des gens de PCF qui ne veulent pas accepter que le mouvement de la France Insoumise ne serait pas grand-chose s’il se limitait au Parti de Gauche prétendant gagner tout seul. C’est ne pas voir que ce mouvement c’est déjà du rassemblement, de l’unité mais de la base, pas des sommets et directions d’appareils.

      Victor Le 6 février à 13:28
    •  
    • @ Guillaume
      Les "conditions" que pose La F.I. non seulement à B. Hamon mais à qui se réclame de l’unité et du rassemblement de gauche authentique sont données ici à partir de 3minutes20" :
      http://melenchon.fr/2017/02/01/mons...
      C’est net et précis, élémentaire, évident, sans quoi il est non seulement inutile mais néfaste pour la cause d’une vraie gauche d’avenir de la fonder dans des petits arrangements d’états majors. L’histoire récente de toutes ces tambouilles électorales et autres votes utiles et rassemblement sans principe sérieux avec les résultats que l’on sait devrait nous en convaincre.

      Victor Le 6 février à 13:51
  •  
  • Incroyable, au Venezuela, ce pays source d’inspiration pour Melenchon, les prix ont bondi de 800% en 2016 tandis que le PIB s’effondrait de 18,6%.

    Cela donne une idée de ce à quoi pourrait ressembler la France si Melenchon gagnait en 2017.

    luc Le 6 février à 12:41
       
    • c’est ce qui disent bien des "politologues" et autres médiacrates
      imbéciles et ignorants

      Victor Le 6 février à 13:32
    •  
    • La situation au Vénézuela, que je connais très bien, est catastrophique. Voici une liste d’articles qui en rend pas mal compte. La raison principale : un programme réformiste l’alliance des politiciens "bolivariens" avec une fraction de la bourgeoisie. JLM l’a pris malheureusement comme référence, ce qui le conduira, comme ne le cachent pas ses écrits à se coucher aussi devant la bourgeoisie, tout comme Mitterrand, Tsipras et autres politiciens réformistes

      Dufour Le 6 février à 19:41
    •  
    • @ Dufour
      Parce que vous pensez vraiment que JLM et la FI ont pour projet de dupliquer en France la politique de Chavez au Vénézuela ? Pensez-vous que JLM prennent la France de Hollande pour le Vénézuela de Chavez ? Ce n’est pas sérieux ! Ce n’est pas parce JLM se refuse bien consciemment, comme il l’a déclaré dans le documentaire sur lui qui a été diffusé récemment à la TV, de critiquer dans nos médias dominants les erreurs de Chavez pour n’évoquer que ses grandes réussites sociales, qu’il n’est pas lucide. Pour vous rassurer lisez d’abord le programme de la FI "L’Avenir en Commun".

      Victor Le 6 février à 20:48
    •  
    • @Luc ... je crois pas que ça appelle une réponse intelligente...

      carlos Le 9 février à 16:55
  •  
  • Super meeting ! c’est trop fort de voir l’enthousiasme de tous ces gens de plus en plus jeunes et nombreux ;

    Bien joué à toute l’équipe !
    et spécial Big Up aux technos : BRAVO !!

    Il ne faut surtout pas se faire récupérer par la solférinade !!
    Ce hamon, même si il y met de la bonne volonté, n’aura aucune marge de manœuvre si il reste avec cette bande de vieux requins du ps.

    C’est à cause de ces appareils de "gauche de gouvernement" que Corbyn est en train de se faire pourrir et toujours à cause de la version US, les démocrates, que Bernie Sanders a été éjecté.

    Il faut fuir ces pathétiques mafieux, ces losers qui ne profitent qu’à eux-même ; toutes ces fausses gauches /deuxièmes droites sont partout responsables de la mise en place des trumperies ;

    Leurs piteuses heures de gloire sont terminées, Basta !

    Arouna Le 6 février à 12:51
  •  
  • c est bizarre pour avoir bu au même cubit que mon ami buenaventura à la fin du meeting, j en ai une autre vision :
    si, il y avait des vieux : tous des cocos tenant l huma dimanche dans une main et le macaron PCF sur le blouson ; des jeunes oui, de tout age ; oui ... mais 99% de blancs ......... certainement que les noirs avaient déjà regardé le youtubeur politique le plus important de France la veille lors de son discours sur l abolition de l esclavage.... quand aux hommes de culture arabo-musulmane (il y avait des beurettes comme comme ont dit chez les vieux potes) ils devaient être trop occupés à manifester par milliers contre la venue de marine le pen, pour venir à Chassieu soit quelques km.pour les non lyonnais.........

    et la suite ? 2 adversaires sérieux : macron et hamon, 2 usurpateurs..macron , c est la droite ,
    Hamon le retour du discours du Bourget..... auxquels les naifs vont encore croire..
    jlm pas encore président ........

    ducono Le 6 février à 13:00
  •  
  • Ce week-end malheureusement, le mouvement populaire n’avait personne à sa mesure. Il y manquait les communistes, pas ceux qui n’ont pas été capables de présenter un candidat et qui depuis des mois sont condamnés à hésiter entre deux ou trois socialistes… Non le communisme, mouvement des opprimés, changeant le monde. Non seulement le mot n’a jamis été jamais prononcé mais la chair meurtrie et le sang versé niés… Les communistes qui empêchent de dévoyer l’exigence basique, celle du salaire décent, celle d’un emploi correct, en haine de plus faible que soi. Cette aspiration qui exige du pain et de la culture, pas des jeux mais de l’éducation, celle qui fait de l’ouvrier un homme d’Etat capable d’inventer la sécurité sociale, d’imposer la paix à ceux qui cherchent la guerre. ces ouvriers épris de culture, un mineur comme maurice THorez avec un des plus grand écrivain de langue française : Louis Aragon et cette alliance qui se poursuit avec Argenteuil… le désintéressement, la nation, l’internationale unis dans la geste prolétarienne.
    Faire de la politique,ce n’est pas un grand leader fut il Mélenchon,Hamon ou Fillon !
    C’est oeuvrer pour que les organisations liées à la nébuleuse PCF soient toujours puissante pour fêter ensemble lecentenairedu PCF en 2021.Vive le PCF !

    Maurice Le 6 février à 16:22
       
    • Maurice, pour un PCF à 800 000 adhérents fêtant son centenaire en 2020 à Tours, aux accents vibrants d’un Thorez, fils du peuple, je ne vois que trois solutions bien hasardeuses :
       un miracle,
       un abus conjugué d’hallucinogène et d’alcool fort,
       un recours massif et ruineux aux hologrammes .

      René-Michel Le 6 février à 17:38
    •  
    • definition du larousse

      Nébuleuse :

      Ensemble de choses dont les relations sont imprécises et confuses. Qui manque de clarté .

      buenaventura Le 6 février à 21:50
    •  
    • Le PCF à 800 000 adhérents en 2020, ça va être dur, en effet.
      Mais je ne mettrais pas un billet sur l’existence de la FI en septembre ;)

      florent Le 6 février à 23:14
  •  
  • Waouh... C’est ce qu’on appelle un article critique...

    Pierre Le 6 février à 17:28
       
    • Pour les articles plus que critiques, tu as l’embarras du choix, 95% des médias télévisés, radio-diffusés, papier et Net étant en France entre les mains de neuf financiers omnipotents . Plains-toi !

      René-Michel Le 6 février à 17:45
  •  
  • nous sommes au pied du mur ! notre programme prône la rupture (que je crois nécessaire) mais la question est : les électeurs qui se pensent de gauche la souhaitent-ils vraiment ? La peur instillée par l’idéologie du TINA est forte, ne la sous-estimons pas ! La discussion à égalité de dignité est le seul outil à notre disposition + l’intelligence de nos interlocuteurs sur le terrain ! (pas sur ce blog)

    christian Le 6 février à 18:00
  •  
  • Depuis aujourd’hui lorsque l’on tente d’accéder à jlm2017.com on est automatiquement redirigé vers le site de campagne de Benoit Hamon. Voilà les méthodes du PS !
    Bravo à JLM pour le (double) meeting d’hier et vive la FI !

    Durruti Le 6 février à 20:35
       
    • Jlm2p17. fr

      Pierre Magne Le 9 février à 18:36
    •  
    • Jlm2017. fr

      Pierre Magne Le 9 février à 18:42
  •  
  • L’impression que me laisse le meeting d’hier est que l’exposé de JLM, au-delà de la force de conviction et du ton quasiment gaullien qui lui sont propres, était le fruit d’un authentique travail d’analyse et de délibération collectif. Un des points qui m’ont le plus troublé était sans doute le topo enthousiaste sur les jeux virtuels, même avec la justification d’un vaste marché à ne pas laisser à d’autres. Cela m’a un peu rappelé une campagne électorale des années 90 où Edgar Morin, sur une page entière de la rubrique Idées du Monde, avait vanté les vertus du karaoké comme une panacée en vue de résoudre les problèmes de lien social et d’intégration sociale de la jeunesse, ce qui n’était guère digne de lui et de sa hauteur de pensée par ailleurs.
    Il n’en reste pas moins que JLM a su nous faire rêver d’un grand parti réunissant les plus sincères, sérieux et déterminés parmi les frondeurs du PS, les militants fondateurs du PG, le mouvement des Insoumis, des écologistes authentiquement de gauche, et les communistes de coeur et de bonne volonté. Mais au vu des propos tenus ici et ailleurs, j’ai bien peur que pour assister à la constitution d’un tel parti et à un grand schlem aux présidentielles et aux législatives, hélas, il nous faille attendre au minimum jusqu’en 2022. En attendant, nous n’aurons pas je pense d’autre choix que de résister, d’unir les forces éparses pour élargir le camp d’une résistance aux maux qui viennent porteuse d’avenir. Je pense aussi qu’un grand travail reste à accomplir en partenariat solidement renouvelé avec tous les homologues européens de ce dont JLM est le porte-parole. Gaullien rouge, pourquoi pas, mais pas pour une France isolée et vouée à des travaux d’Hercule avec ses seuls moyens dans son seul pré-carré...

    Alfred Le 6 février à 21:23
  •  
  • Fillon n’en parlons pas, ni de cette hyène raciste qui a retrouvé les accents de son père pour occuper l’espace du failli moral et pourtant moralisateur qu’est le candidat de droite.

    Impossible même au second tour de voter pour Macron. Comment pourrais-je cautionner ce petit monsieur, cette indifférence à tout ce qui n’est pas la jeunesse dorée du personnel de la banque d’affaire… Il faut que le capital soit bien malade pour n’avoir rien d’autre à nous proposer que ce frêle individu sans consistance, ce produit de marketing gavé aux hormones médiatiques, une énumération de mesures sans projet autre que laisser durer ce qui est déjà incapable d’assurer le moindre avenir, nous vendant le libéralisme, l’Europe du capital comme la modernité. Est-il possible qu’il dupe qui que ce soit ? Il est bien pauvre celui qui se laisse prendre à ça.

    Et bien que vous le croyez ou non, le frondeur dont on nous a dit merveille Hamon ne présentait que très peu de différences… Ce qu’il partage avec Macron c’est cette absence de culture, ces citations que l’on balance pour enrober le libéralisme d’un vague humanisme, ce refus de toute autocritique sur la catastrophe que représente un pouvoir socialiste qui a choisi le capital. Hamon c’est Mitterrand, Jospin, et même Fabius, voir Tartarin Hollande au Mali et dans l’expédition syrienne… Il les a tous cités, il a parlé de l’excellence de Jospin, celui des privatisations dont le peuple français a jugé l’excellence telle qu’il l’a renvoyé dès le premier tour… Il n’y avait pas que lui à nous citer en exemple, Mitterrand qui rendait le pouvoir au peuple, de qui se moque-t-on ? Harlem Désir spécialiste de l’Europe, un emploi fictif pour cautionner cet échec patent de l’UE et de l’euro…Il les a tous félicité d’être ce qu’il sont, ceux qui ont réussi à écoeurer les français de la gauche au point de nous menacer de cette caruicature du peuple qu’est la fille le pen.

    Cet homme-là n’a rien compris, rien appris. Comme Macron, il est l’européen, celui de la guerre avec la Russie, il accomplit même l’exploit de dénoncer Poutine qui aurait envahi l’Ukraine parce qu’il n’aurait pas accepté le verdict des urnes. Ce type est un imbécile atlantiste, il a tout simplement oublié que ceux qui ont chassé un président démocratiquement élu avec un maïdan contrôlé déjà par des néo-nazis, ce sont les Etats-Unis auxquels s’étaient associés l’Allemagne, la Pologne et Fabius. Je ne pourrai jamais voter pour ce clone de ce qui s’est fait de pire non seulement dans ce quinquennat mais dans l’ère Mitterrand, pour tous ces gens dans la salle qui nous ont conduits là où nous sommes.

    Je croyais encore qu’il était question de voter et après avoir entendu Hamon, le clone de Macron, j’étais prête à voter pour n’importe qui pourvu qu’il « dégage ». Un commentateur a dit que son discours était « rassembleur », oui, il était le grand collecteur des eaux usées du quinquennat et plus…Il resterait effectivement Mélenchon au titre du n’importe qui ?Non,car le pcf en lui assurant ainsi qu’à quelques uns de ces ex-solfériniens quelques subsides financiers,à l’inverse de biens d’ autres !C’est un homme réellement cultivé et avec lui il ne s’agit plus de citations plaquées mais bien de lectures des ex dirigeants du pcf,Vaillant-Couturier,hier Duclos,avant Marchais.Il a assimilé la pensée PCF,beaucoup plus que Pierre Laurent.
    Ce qui aident à penser ?l’expérience de l’Amérique latine, de Chavez mais dont il n’a pas compris que la limite était l’absence d’un parti digne de l’espérance révolutionnaire,un parti communiste comme le pcf… Melenchon a joué la modernité, le futur et cela tranchait avec nous avions subi, oui mais voilà ce n’est pas un communiste. Il manque à ces élections ce que je suis, ce que nous sommes et cela laisse un goût trés amer.
    Pour d’autres c’est un espace inouï ouvert à la hyène, à des bateleurs comme Trump.La direction du PCF est bien coupable d’avoir privé notre peuple de cette dimension essentielle y compris de notre histoire française, nous sommes le pays de Gracchus Baboeuf, le créateur du communisme, de la commune de Paris et des milliers de fusillés,bref du glorieux PCF. Hamon a cité les doux rêveurs qui ont inventé la sécurité sociale avec cet art des socialistes de se parer au nom de la gauche des combats communistes sans jamais citer leur part, Mélenchon lui aussi ne prononce même plus le mot communiste. Les doux rêveurs c’était Ambroise Croizat, un ouvrier communiste, c’était un parti communiste sorti fort de la résistance où ses membres s’étaient sacrifiés sans compter et qui ont forcé le grand bourgeois De Gaulle, le Fillon à l’origine a appliquer le programme de la Résistance. Pas plus qu’Ambroize Croizat n’avait eu droit à entrer au Panthéon, dans la fournée de socialistes imposée par Hollande le paltoquet, pas plus les communistes n’ont eu droit à apparaître dans les discours de ce camaïeu des gauches Macron, Hamon et Mélenchon, toutes les nuances de la social-démocratie, du mitterrandisme plus ou moins faisandé.
    Alors,c’est vrai une fois passé cet insupportable bal des égaux,constitué par ce concours de mégalo,qu’est cette incongrue d’élection présidentielle,seul restera le PCF comme organisation pérenne

    Maurice Le 6 février à 22:56
       
    • "Mélenchon lui aussi ne prononce même plus le mot communiste"
      Vous vous trompez ou vous n’écoutez pas ses interventions, au choix.

      RV Le 12 février à 14:40
  •  
  • Ceux qui nous ont privés d’un candidat communiste ont accompli une mauvaise action parce qu’ils ont laissé le champ libre à la contre-révolution fasciste, comme aux Etats-Unis. Mélenchon veut les votes communistes mais sans avoir même à prononcer le nom, il est fondamentalement désormais anticommuniste et il livre à tout un petit monde de gens aux dents longues qu’il baptise un parti les dépouilles de ce parti qu’on lui a livré sans même daigner leur rendre hommage et en cela il est effectivement le même qu’Hamon. Le nom ce ne serait pas bien grave si cela ne le conduisait pas à décoller du réel, à s’en nourrir. Cela va désormais bien au-delà de la goujaterie de présenter un candidat face aux députés communistes, il perd son assise. Plus il rompt avec les communistes, plus il met en danger leur représentation élue, plus il devient vivable pour les médias. Hier même Christophe Barbier était subjugué par « sa hauteur de vue »…

    Mélenchon était prudent, il s’agissait de ne pas déplaire mais à qui ? Quand il a parlé de planification, il a protesté non ce n’est pas l’Union soviétique, De Gaulle et même le patronat planifient. Oui mais peut-être pas avec les mêmes objectifs. Le seul moment clair et que j’aurais pu partager était celui où il retrouvait les accents de Victor Hugo pour défendre l’école… Les communistes aussi pensaient cela, mais leur rédemption de la classe ouvrière passait par les luttes, par le droit à devenir classe dominante et pas seulement l’éducation, elle était essentielle comme la culture, mais elle disait déjà qu’il ne s’agissait pas seulement de comprendre mais de transformer.

    Mélenchon a cru pouvoir se passer des communistes, ses accents sur l’écologie je les reconnais bien ce sont ceux d’un Fidel Castro, mais Fidel était porté non seulement par un peuple cubain sorti de l’esclavage sucrier mais de tout les révoltés du tiers monde… Fidel est un communiste, Mélenchon était,est et restera un politicien solférinien.
    Mais depuis l’émergence de Hamon,il a été dépassé en séduction,avec la démagogie pro-Voile,pro-Haschich,pro-Solaire et pro-revenu universel.
    J’ai beaucoup écouté Fidel, il partait des préoccupations de chacun, de ce qui disait les gens en attendant le moyen de transport, dans les usines, les établissements, dans les partis de dominos, on aurait cru qu’il était partout et qu’il savait ce que pensait le peuple. Il commençait par y répondre, la difficulté à trouver tel produit, l’insuffisance de la libreta, Il ne craignait pas de rester longtemps sur la trivialité du quotidien, puis il posait les choix de la résistance cubaine, et de là il allait jusqu’aux rapports de forces mondiaux, de ce qu’il était possible d’attendre et de l’humanité toute entière confrontée à son destin révolutionnaire. C’était un homme superbement cultivé, la politique s’enrichissait de toute l’oeuvre de José Marti, le poète, et elle restait le long chemin des déshérités vers leur émancipation par le droit à la santé, à l’éducation et il était son peuple. Il le politisait au plus haut niveau en partant de la vire elle-même. …
    Melenchon a voulu épater le petit bourgeois, il avait peur que Macron le rende aussi ringard ..(sic)’qu’un communiste avec son drapeau rouge’ et tout le monde l’a félicité…Mais Hamon,le hableur,le démagogue a damé le pion à Mélenchon.
    Vous croyez si c’est un hasard si les commentateurs, Chrisophe Barbier en tête se sont exastasié sur l’hologramme, la modernité de Jean Luc Melenchon, sur son art aussi de tuer le PCF et de rentrer dans les rangs, l’un d’eux a même dit « il parle pour nous »…
    Tristes élections,qui va voir le voleur Fillon,faire un hold up sur la république et le PCF encore une fois affaibli au profit des politiciens solfériniens...

    Maurice Le 7 février à 07:26
       
    • Bonjour,
      Le PCF paye ses errements qui ne datent pas d’hier et Vive le PCF ! a raison de vouloir le reconstruire, mais attention au sectarisme. Il est faux de dire que Mélenchon est anticommuniste. Le PRCF, dissident comme vous, soutient Mélenchon.

      Durruti Le 7 février à 08:40
  •  
  • Votre panégyrique est consternant, vous vous mettez le doigt dans l’oeil si vous pensez que la campagne de J.-L. Mélenchon convainc.

    Le problème, en effet, c’est qu’on juge une orientation aux priorités qu’elles se donne. Or ce n’est pas l’écologie politique, aussi juste soit-elle, + des postes de profs, etc. qui va changer la donne.

    Faut-il s’en contenter, voilà la question.

    En vérité, le vrai sujet qui asphyxie le salariat, ce sont les six millions de chômeurs, qui pèse sur les familles, sur les travailleurs en général, et sur la société toute entière.

    Régler cela est la priorité des priorités, qui donnera alors une marge de manoeuvre à tout le reste.

    Or la question de l’euro et de la diminution du temps de travail (tous deux au coeur du problème du chômage), le protectionnisme auquel nous serons alors contraint pour limiter la pression commerciale extérieure, et à partir de là l’impossibilité de rester dans l’UE, dès l’arrivée au pouvoir, deviennent une évidence que ne veut surtout pas développer J.-L. Mélenchon. Ils ne sont que des points noyés parmi d’autres points : or décliner à l’infini des revendications ne fait pas une politique qui parle aux gens.
    Bref, Mélenchon tire à côté.

    Ensuite, il ne tire aucun bilan de ce qu’il a fait hier (il était à 11 % en 2012 et se trouve dans les sondages entre 10 et 15 % tandis que son « ennemie principale » ainsi qu’il l’appelle est arrivée à 18 % pour se retrouver entre 25 % et 30 % !) depuis le début du quinquennat.

    Pas plus qu’il n’offre une perspective stratégique autre que son propre renforcement.

    En somme, c’est toujours sympa de se retrouver entre gens qui pensent la même chose que soi, du point de vue des généralités… mais ce serait tellement mieux d’essayer de convaincre les autres ! C’est ce qu’il ne fait pas.

    Pire, il désarme son assistance en n’évoquant pas les problèmes sérieux qui se posent, et qui ne sont pas ceux de la privatisation de l’espace ni l’économie de la mer.

    Les problèmes qui se poseront demain seront tout prosaïquement ceux d’aujourd’hui : le chômage, les bas salaires, l’UE qui agit et réduit la souveraineté des peuples à un pur exercice formel, etc. Quel levier compte-t-il utiliser pour enrayer cette spirale de la décomposition sociale ? L’économie de la mer ?!

    Nous allons tous être Gros Jean comme devant, faute de ne pas utiliser cette échéance électorale pour se poser les bonnes questions. Et y répondre.

    A vouloir embrasser la complexité, J.-L. Mélenchon ne brasse que du vent et c’est malheureux.

    Voilà pourquoi il est devenu un spécialiste, façon PS, des contre-feux tactiques plutôt qu’un stratège, et c’est pourtant ce dont nous avons besoin.

    A le regarder encore hier, il n’apprend pas et ce n’est pas son entourage qui va le contrarier…

    Serge Le 7 février à 08:23
       
    • @Serge "on juge une orientation aux priorités qu’elles se donne. Or ce n’est pas l’écologie politique, aussi juste soit-elle, + des postes de profs, etc. qui va changer la donne." Un programme élaboré en commun des mois durant par des centaines de spécialistes, chercheurs, universitaires, syndicalistes de tous les secteurs de production et militants associatifs de tous domaines et par des milliers d’Insoumis ne se résumerait selon vous qu’ à deux priorités : l’écologie et l’augmentation du nombre d’enseignants ! La crise, les ravages du capitalisme financier, le chômage, l’austérité, l’Europe de Merkel, la démocratie, le peuple, la VI ième république..... tout ça, ce bon à rien de Mélenchon et ses bras cassés d’Insoumis n’y pensent même pas ! Mais heureusement, il y a Serge !
      "Votre panégyrique est consternant, vous vous mettez le doigt dans l’oeil " Eh oui, c’est à la pensée de Serge, à ses solutions qu’il fallait consacrer un article Mme Tricot, pas à ce Mélenchon bidon !

      René-Michel Le 7 février à 09:42
    •  
    • Je crois que vous devriez mieux écouter Mélenchon. La France Insoumise répond déjà aux questions que vous soulevez.
      La transition énergétique crée des emplois (0 nucléaire et 100% renouvelable, ce matin un accident à Flammanville... ceux qui sont du métier, savent qu’un jour où l’autre, un accident arrivera...), la planification écologique crée des emplois.
      Le programme de la FI est l’exact opposé de celui de Hamon qui entérine le fait que le capitalisme des actionnaires détruit les emplois, et propose en compensation le revenu universel.
      Ce n’est pas la logique de la France Insoumise.

      pierre Le 9 février à 23:22
    •  
    • Je réponds aux deux interventions qui réagissent à mon commentaire.
      D’abord, pas de faux procès : je suis un militant, je sais ce qu’est l’engagement, et je connais très bien le parti de Mélenchon (le PG). Il n’y a donc pas d’un côté ceux qui seraient antilibéraux et qui se battent et d’autres juste bons à émettre des critiques, de l’autre côté. Disons que nous sommes dans la même galère et que nous cherchons à lever un grand mouvement populaire. Mon point de vue se veut constructif.
      Ensuite, je n’ai pas mésestimé l’intérêt de la réorientation écologique (énergétique et tout et tout), notamment du fait que cela créera aussi de l’emploi (allez, 300 000 emplois pour l’économie de la mer, 300 000 autres pour la transition énergétique, etc.). Mais accumulez ici ou là ces emplois et vous verrez que nous n’irons pas aux 4-5-6 millions d’emplois manquants pour éradiquer le chômage. Or c’est cardinal pour créer un autre rapport de forces social.
      On ne peut pas prétendre mettre au coeur de la Présidentielle la question sociale en ne déclinant jamais les réponses concrètes, et le calendrier !, pour résoudre ce fléau social.
      C’est ainsi que j’entends et regarde J.-L. Mélenchon depuis tant d’années et que, globalement, je ne le vois jamais affronter cette question-clé.
      Pas plus que je n’observe de sa part un appétit pour la question européenne qui, à bien des égards, surplombe pourtant les politiques nationales. L’euro, par exemple, est à l’origine pour nombre d’économistes sérieux (allez, citons X. Ragot, directeur de l’OFCE) d’au moins 30 % du chômage actuel. L’euro, en effet, a accéléré la division européenne du travail, c’est-à-dire a approfondi le développement inégal du capitalisme, en renforçant l’Allemagne (entre autres) au détriment des pays du Sud, dont la France. Qui en parle et en fait l’instruction collective durant ses meetings ? Pas Mélenchon. Tout juste occupe-t-il superficiellement ce terrain avec son plan A et plan B. A croire que l’euro et l’UE ne méritent pas plus…
      Il y a quelque hypocrisie dans tout cela, une manière politicienne d’agir. Dire qu’il faut la réduction du temps de travail, pour passer à 4 jours, par exemple, pourquoi n’en parle-t-il que évasivement dans sa propagande ?
      Bref, je lui reproche d’être toujours à la périphérie de la résolution des vrais problèmes.
      Je voterai pour lui. Mais sans grand espoir. Car il est beaucoup trop à l’aise dans l’exercice solitaire, prolifique en paroles, mais si absent sur l’essentiel.

      Serge Le 10 février à 00:13
  •  
  • la gauche authentique (voir définition donnée par bourdieu) se déchire car les "gens" de gauche sont "représentés" par des appareils politiques qui ont une logique de survie non de changement. FI semble aller au-delà de cette logique mortifère pour les "gens". Se regrouper au sein de ce mouvement me semble l’urgence du moment, si JLM est candidat il n’est pas un guide ! Assez de fausses analyses sur le prétendu culte de la personnalité et autres hypothèses qui n’ont qu’un but : la diversion. Si vous n’appréciez pas FI c’est votre droit ! Ne dégoûtez pas ceux qui se bougent pour une rupture nécessaire.

    christiancqfd Le 7 février à 09:49
  •  
  • le rapport de force électoral aujourd’hui semble (selon les diverses "études" sondagières) indiquer que 70% des électeurs voteraient à droite (j’y inclus bien sûr macron et son libéralisme échevelé) ! donc se mettre des bâtons dans les roues entre gens de gauche, c’est dérisoire et fait le jeu des adversaires de classe qui doivent bien se marrer en nous regardant.

    christian Le 7 février à 09:59
  •  
  • Et surtout nous voulons gagner les élections qui se présentent. Assez de défaites, il faut absolument parvenir à renverser la table,faute de quoi toute idée progressiste sera balayée par les clones christiano-libéraux ou libéralo-libéraux ou socialo-libéraux mais toujours libéraux.
    Ceux qui ne comprennent pas la gravité du moment et se complaisent dans des formules électorales foireuses seront les premiers à en pâtir. A bon entendeur.

    choucroute Le 7 février à 11:54
       
    • Non, pas tout à fait, les premiers à en pâtir ce seront les ouvriers.

      MaIs entre nous, c ’est foutu. Même ma famille, des socialistes, ne veulent plus voter ps, écoeuré par ce ps qui serait l’équivalent de la droite, et donc ils vont voter ... Macron. Le principal ministre de l économie de hollande qu’ils denoncent, la loi comnerie et compagnie.

      Il s veulent pas voter Hamon, pour eux, c’est l’extreme gauche, et ce serait un pro Assad, et pro Poutine. A se taper la tête contre les murs. C ’est Melenchon, qui l’est pro Poutine, pas Hamon, lui c ’est l’inverse !!!!

      Inculture, populisme, ... ces élections sont foutus. Macron ou FIllon, fin des 35 heures, un peu plus d’argent dans les poches du patronat, des politiques economiques pansements. Retour en arrière.

      Les francais, la gauche francaise, sont devenus un peuple inculte politiquement, c ’est comme cà. Pas grand chose à dire de plus. Merci les populistes !

      bdpif Le 7 février à 12:08
    •  
    • PifPaf est indécrottable. D’où sort-il tout ce venin et son idolâtrie social libéral ? De la peur pour lui et ses amis millionnaires de perdre la machine à cash. Pourtant, elle finira bien par changer de direction. Si ce n’est pas demain, ce sera après demain. Comme le dit fort justement notre hologramme Jean-Luc Mélenchon : qu’ils dégagent !

      rodydecoue Le 7 février à 13:25
    •  
    • Oui, 100 % d’accord avec vous , sauf que il n’y que toute la gauche qui và dégager, pas la droite, ni le FN. C ’est foutu !!!!

      Nous avons la gauche la plus bête du monde.

      bdpif Le 7 février à 16:55
  •  
  • J’aurai 65 ans dans quelques jours et depuis la présidentielle de 1974 où j’avais voté René Dumont je ne me suis plus jamais déplacé à une présidentielle, pas plus qu’aux législatives ou aux européennes. Je ne vote que dans ma commune d’un peu plus de 300 habitants. Par contre lorsque l’on m’a demandé mon avis en 1992 pour le traité de Maastricht et en 2005 pour le TCE j’ai voté "Non". C’est pour dire que l’isoloir n’est pas une pièce que j’ai beaucoup fréquenté sauf lorsqu’une possibilité de manifester ma citoyenneté directement m’est donnée.
    Pourtant et malgré toute les réticences que m’inspirent Mélenchon, sa miterrandolâtrie, son productivisme, sa technophilie , son côté "homme providentiel", ...je voterai non pas pour lui, mais pour des points de son programme qui me paraissent essentiels pour l’avenir immédiat (tel que le tirage au sort), mais aussi plus lointain et aussi parce que figurent autour de lui des gens qui je pense (?) sont capables de mettre en oeuvre ces profonds changements.
    Comme en 2005 lorsqu’il s’est agi de faire basculer le vote en faveur de "Non" il va falloir convaincre des gens d’aller voter pour la "France Insoumise" plutôt que de s’abstenir ou de se perdre chez Hamon, Le Pen, Fillon et Macron dont cette citation tirée du guépard pourrait être la devise :
    « Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change. »

    Mister H Le 7 février à 12:06
  •  
  • dans ma circonscription j ai
     une ministre qui fin nobvembre demandait à hollande de se présenter
     un député PS qui na pas voté la mention de censure
     un sénatrice PS qui a voté conté contre la porposotion PCF d abolir la loi el komry

    comment s allier avec de tels personnages ?

    ducono Le 7 février à 13:25
       
    • Bonne question. Pifpoche va nous répondre avec une de ses pirouettes ridicules habituelles. Ce gars est une caricature qui fait plus de mal à sa cause que s’il se taisait. Au premier rang du show d’investiture de Homon aux côtés de E. Causse, El Kohmri et l’inénarrable et indéboulonnable Cambadélis.

      choucroute Le 7 février à 14:10
  •  
  • Ben dites moi ! C’est bizarre de s’interroger sur le fait que certains ne votent plus socialiste... Mais c’est encore plus étrange d’entendre dire que c’est parce que ce parti "social-libéral" serait devenu d’extrême gauche !

    C’est peut-être son côté schizophrène qui déteint sur ses sympathisants : les espoirs des Vallsistes ("les droitiers contrariés") et des militants (majoritaires encore aujourd’hui) face aux "aspirations vengeresses" des sympathisants de gauche, bien trop lourdes à porter pour les Hamonistes !

    C’est vraiment s’en faire pour pas grand chose puisqu’Hamon a choisi la continuité plutôt que le "grand ménage" ! Il a donné suffisamment de gages (et il en donne encore en ce sens) pour montrer que ce qui lui tient à coeur c’est de rassembler le PS plutôt que la gauche : la preuve, certains députés "réformistes" réfléchissent encore au lieu de fuir chez Macron !

    C’est surréaliste compte tenu du fait que le PS a quand même quelques comptes à rendre sur le quinquennat encore fumant. Il porte une part de responsabilité gigantesque dans le saccage des droits des salariés, saccage qu’aucun gouvernement de droite n’aurait pu égalé à efforts équivalents !

    Ce qui pose question, c’est combien de temps le PS continuera à faire un grand écart de "façade" avant d’admettre définitivement son renoncement aux valeurs qui fondent son identité et sa spécificité "historique" ? Je suppose que ce jour arrivera lorsque celui-ci actera que la stratégie du "fourre-z-y-tout-on-fera-comme-on-voudra-apres" ne fonctionne plus ! Je gage que ce jour-là arrivera lorsque les électeurs de gauche choisiront un candidat "clairement" identifié comme tel au détriment du candidat socialiste (qui n’en a plus que le nom).

    carlos Le 9 février à 19:23
       
    • "Votre règne finira quand notre règne arrivera"

      pierre Le 9 février à 23:07
  •  
  • Pif paf va vous répondre que c’est la faute a Mélenchon le populiste
    Maurice va vous chevroter que " leeuuu PCFF eue doit proposer l unité leeuuu !

    En fait serge tout ces braves gens ne veulent pas voir que " the times they ar changing " la jeunesse ne veux plus de compromis.

    elle s’abstient ou elle choisie son camps.

    ces vieilles lunes veulent recréer le programme commun !
    laissons les a leurs chimères !

    buenaventura Le 9 février à 19:46
       
    • pif paf est un troll.

      pierre Le 9 février à 23:01
    •  
    • pif paf et Maurice sont peut-être la même personne.

      pierre Le 9 février à 23:03
  •  
  • Ce sont les électeurs qui vous privent de candidat Maurice , pif paf , serge et autres Florent, pas la vilaine FI , et comme autrefois les "vilains gauchistes " ou le grand méchant loup Mitterrand .

    Depuis les 15% du populaire ( liste ?) marchais , vos scores ( scories ?) vous ont emmenés vers les 3,37 de Lajoie- rit et de madame Buffet et son mémorable 1,97%.

    Tartignole et Chassagne auraient pu encore faire pire , vous nous privez d une bonne partie de rigolade .

    C était en 2012, que vous auriez du présenter Laurent , vous n’avez plus de lisibilité nationale auprès des électeurs depuis 2007 , cela fera 15 ans en 2022 .

    Même le NPA et LO, ou le POI l’ont compris puisqu’ ils présentent des candidats juste pour continuer a exister , le poupin olivier et la mémé Arlette, militante FO , n étaient sortis de la naphtaline que tous les 5 ans.

    Dans une époque d image , on peut le regretter , mais le succès de JLM et aussi du a You tube , ne pas être dans les nouveaux vecteurs de communications c’est disparaître .

    Le PS vous a satellisé comme autrefois L’ URSS satellisait ses "pays frères " , pire il vous a "strapontintisé" , le PCF est sous assistance financière depuis 20 ans.

    La couleuvre a la sauce "solférinienne " est devenue pour les élus PC, le plat de base pour conserver des postes d élus et entretenir Fabien ainsi que les permanences " foyer des anciens " .

    Evidement, le PS vous accorde des espaces de liberté, par exemple "former des groupes d élus " a condition que , leur vote soit acquis pour les budgets des régions, des villes, des ministères.et pour la " confiance ", bref pour l’essentiel en fait.

    Pour le reste il répondent a leur messagerie pendant que vous lisez sur le mode grave ou tragi comique des interminables déclarations préalables ou des motions indigestes, dont ils se foutent comme de leur première compromission.

    Et soudain , parce que le " frondeur "Hamon , articule " revenu universel " vous voila reparti comme en 1977 , en chantant " unité ,unité autour de le FRANCE en commun" sur l’air de " unité unité autour du programme commun ! .

    Et de demander à JLM de le rencontrer , de se retirer, et de prévoir des candidatures communes aux législatives et puis la marmotte elle met le chocolat dans le papier !!!. Hamon ? ha non ! alors .

    Rencontrez donc Hamon et demandez lui de vous accorder 288 circos comme ca vous nous fermerez bien notre clapet , quand votre groupe PC entrera 100 députés a l’assemblée nationale.

    En attendant nous continuons notre chemin tracé depuis février 2016 et achetez donc une machine a produire des hologrammes pif paf , vous pourrez envoyer l image de Chassagne auprès des masses populaires.

    buenaventura Le 10 février à 00:24
  •  
  • Une question vaut d’être posée dans cette pré-campagne : malgré le vote majoritaire de sa conférence nationale, les déclarations de son secrétaire national et de son porte-parole, le PCF soutient-il vraiment JLMélenchon ? On peut en douter quand on constate que , par exemple, dans la Loire où j’habite et milite, la fédération communiste n’a même pas loué un car pour contribuer si peu que ce soit au succès du meeting grandiose de JLM à Lyon dimanche dernier ! que, jusqu’à présent, aucune réunion n’ a été organisée par le PCF pour soutenir sa candidature. En revanche, un meeting et plusieurs distribution de tracts ont déjà eu lieu ( et d’autres sont en préparation) pour présenter les candidats PCF/Front de gauche aux prochaines législatives ! Tout se passe comme si les militants communistes , ne voulant ni Hamon ni Mélenchon, considéraient que cette élection présidentielle n’est pas la leur et que son résultat n’a aucune importance.

    Régine Dupain Le 14 février à 21:37
       
    • @regine dupain. Le soucis tient probablement en 2 points :
       en décembre, le soutien à Mélenchon a été voté d’une courte tête par le PCF.
       Aucun accord national sur les législatives n’a été signé entre Mélenchon et Laurent.
      Autrement dit, le parti communiste est déchiré entre les "pro" et "anti-Mélenchon"... Et vous en observez très probablement les symptômes localement.
      Il y a malgré tout des militants communistes qui "ailleurs" s’investissent pour les valeurs défendues par les insoumis (car "insoumis" eux-mêmes... Rien ne l’interdit en effet !) et promeuvent autours d’eux le vote "Mélenchon".
      Après tout, la France Insoumise a choisi de s’adresser plus à la conscience et à l’intelligence des gens sans distinction qu’aux "negociateurs" de tel ou tel parti...
      Donc il n’y a pas de quoi déclencher une guerre... Ça n’en vaut pas la peine et ce serait foncièrement injuste (la FI n’est pas une organisation "tentaculaire" monarchique) : le PCF a le droit de changer d’avis... Personne ne lui a ôté sa liberté (et heureusement) !

      carlos Le 15 février à 20:47
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.