Accueil > Politique | Par Jérôme Latta | 10 avril 2015

Le Green Party parodie les leaders politiques britanniques en chanteurs de Boys band

Pour moquer l’indifférenciation des "grands" partis prônant tous la même politique libérale et austéritaire, les Verts britanniques ont mis en scène leurs leaders dans un clip hilarant. Et invitent les électeurs à changer de chanson. La vidéo en VOSTF.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le parti écologiste britannique entend bien bousculer l’ordre politique établi à l’occasion des élections législatives de mai, qui devraient aussi voir les travaillistes écossais augmenter leur influence. Pour dénoncer l’uniformisation de l’idéologie des grands partis – conservateurs, travaillistes, libéraux-démocrates, auxquels s’ajoute la formation réactionnaire Ukip –, les Greens ont produit un clip parodique mettant en scène un tube « vieux de deux cents ans », et dont le titre pourrait être "There is no alternative".

Interprété par des sosies des leaders (David Cameron, Ed Miliband, Nick Clegg, Nigel Farage), le clip parodie un boys band dont le lyrisme est à la hauteur du cynisme des paroles. À l’exemple du moment de flottement quand le chef de Ukip, Nigel Farage, appelle à mettre les étrangers dehors, ou quand la travailliste Ed Miliband est invité à se fondre dans le groupe. Seule la couleur des cravates les distingue les uns des autres.

Cet exercice de style, très réussi dans la forme, peut être critiqué sous l’angle du fond : si les intentions très louables, le programme est à peine esquissé – même si ces Verts-là veulent défendre les services publics et le système de santé contre leur privatisation et les politiques d’austérité. Quoi qu’il en soit, le message, parfaitement légitime, passe remarquablement, et il n’est pas sans résonance avec d’autres expériences politiques en Europe qui veulent mener une réappropriation du système démocratique… Les partis progressistes français seraient-ils capables, dans leur communication, de viser aussi juste ?

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • AH

    C EST LE MEILLEUR ARTICLE DE REGARDS DEPUIS SA CREATION

    VOILA COMMENT IL FAUT FAIRE LES PROCHAINS CLIPS DU FRONT DE GAUCHE !

    ON NE FAIT PLUS RIRE NI SOURIRE LES GENS A GAUCHE

    ET CONTRAIREMENT A CE QUI EST ECRIT LE FOND EST TRES CLAIR ( on rappelle que le leader de Podemos utilise the Games of Throne pour faire comprendre ses idées )

    Thierry HERMAN ( ex Front de gauche 13 - volontaire avec bonne mise en scène pour tourner ce type de clip ;) )

    THIERRY HERMAN Le 10 avril 2015 à 22:28
  •  
  • Il existe un certain décalage entre l’introduction au clip et la conclusion du clip. Ça donne un sentiment de malaise.

    Ne serait-ce pas dû au fait, qu’il soit difficile d’avaler la fable comme quoi le parti écologiste britannique entendrait bousculer l’ordre politique établi ?

    Comment le pourrait-il en investissant les urnes à la sauce représentative et avec le projet logique, qui va avec d’utiliser l’appareil d’État tel qu’il est ?

    N’en résulterait-il pas simplement et encore un jeu de chaises musicales, un glissement dans les figures imposées du système ?… Ça s’appelle l’alternance et c’est comme ça depuis des siècles et ça permet juste de changer de maîtres et de renouveler les oligarchies.

    Si en France le Front de Gauche utilisait les mêmes artifices, cela serait-il différent ?

    Quant au slogan « Que se vayan todos » tant qu’il ne concerne que les autres partis, comment peut-il être crédible ?

    Pas de bouleversement de l’ordre établi, pas saut qualitatif en vue par ses méthodes juste un bégaiement politique général du côté de partis, qui succéderont à d’autres partis.

    Étonnant ? Non !

    Théo Duchon Le 11 avril 2015 à 10:03
  •