Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 7 mai 2015

Le Parti de gauche en quête de direction

À quelques semaines de son congrès, le Parti de gauche est traversé d’interrogations, sinon de divisions. Et cherche une synthèse, pour son projet politique, que Jean-Luc Mélenchon sera probablement amené à définir.

Vos réactions (114)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le quatrième congrès du Parti de gauche se tiendra au mois de juillet, mais, d’ores et déjà, les militants ont voté au sein de leur comité pour l’un des deux textes en présence. Sans présager des travaux du congrès national, l’expression des adhérents est déjà riche d’enseignement sur la situation du parti et les débats qui le traversent.

Des rangs clairsemés

Le chiffre est inquiétant et traduit une évidente crise militante : pour ce quatrième congrès, moins de 1 700 militants se sont exprimés. Une telle participation interroge sur les effectifs du Parti de gauche au printemps 2015. Officiellement, le nombre d’adhérents s’élevait à 12.118 au congrès de Bordeaux de mars 2013 et à « plus de 10.000 » selon le secrétaire national Éric Coquerel au mois de décembre 2014. Un peu gêné aux entournures, un cadre régional évoque un taux de participation de 20%, manière de maintenir la fiction des 10.000 cartes. Un taux de participation de 40%, comparable à celui de l’ensemble des Français à des élections européennes, serait déjà presque étonnant s’agissant de militants politiques [1].

La situation est difficile pour les organisations de gauche. La violence de la crise n’a pas produit à cette étape de mobilisations populaires et c’est, au contraire, l’atonie qui demeure. Qu’un jeune parti comme le PG, avec peu de positions institutionnelles, en subisse le contrecoup est inscrit dans la logique de la situation politique et sociale. Pourtant, cette seule explication externe ne peut suffire à définir l’état de cette organisation. La sous-estimation récurrente des difficultés de la situation politique a grandement désarmé le parti. S’il faut éviter de jouer les Cassandre qui, à force de chanter "Noir, c’est noir", finissent par rester les deux pieds dans le même sabot, annoncer tous les matins l’Eden socialiste finit par se fracasser sur la réalité des rapports de force politiques.

La confusion entre de légitimes espoirs et l’analyse lucide a fini par nourrir de cruelles désillusions. En avril 2013, Jean-Luc Mélenchon déclarait encore : « Les élections européennes de 2014 devraient nous permettre de faire la démonstration que le Front de gauche peut être devant le Parti socialiste ». Et que dire des analyses du PG minimisant les progrès du FN aux municipales de mars 2014 ? Tout cela a conduit à des démissions ou au retrait progressif de militants qui, sans nécessairement rompre avec fracas, prennent du recul et réorganisent leurs priorités.

Un très mauvais score de la direction

Si, incontestablement, le Parti de gauche est affaibli, ce n’est pas le seul enseignement du vote des comités. Lors du Conseil national des 4 et 5 avril, plusieurs textes préparatoires au congrès étaient en discussion. Outre une majorité du Bureau national regroupée derrière un document intitulé "La vie est à nous", existait aussi "Plus belle la vie" signé notamment par Martine Billard ou un texte "Pour le peuple !" emmené par Guillaume Etiévant, secrétaire national à l’économie.

Au terme d’une nuit blanche de la commission des plates-formes, une synthèse réunissait derrière un même document intitulé "Tout est possible" la quasi totalité de l’actuelle direction du PG, d’Alexis Corbière à Martine Billard en passant par Éric Coquerel. De son côté, l’autre plate-forme pour le congrès issue notamment de "Ecosocialisme, Souveraineté et République" se regroupait derrière l’appellation "Courage et clarté politique". Ce dernier texte s’affirme sur des positions qui sont peu ou prou celles de Jacques Sapir ou Frédéric Lordon sur les questions européennes, c’est-à-dire autour d’une sortie de la zone euro voire de l’Union européenne. À cela s’ajoute une approche de la Nation très proche d’un courant comme le M’Pep par exemple et une vision du combat politique qui s’affranchit de toute forme de médiation politique : on s’adresse au peuple urbi et orbi, en ligne directe.

Au terme des votes au sein des comités, l’instance de base du PG, les résultats donnent 55% pour l’ensemble de la direction et 45% pour l’autre document soumis au vote. C’est, de fait, un net désaveu qui ouvre pour le moins une période de tension au sein de la direction.

Interrogation au sein de la direction

Une direction politique est rarement un tout homogène (c’est en général assez mauvais signe), mais plutôt un bloc de direction uni sur un projet, mais qui garde en son sein des divergences non tranchées. Le Parti de gauche n’échappe pas à cette situation, et la dernière période a montré des hésitations sur la ligne politique à suivre.

À la fin de l’été, avec le lancement du M6R (Mouvement pour la sixième République), l’époque était clairement à la mise entre parenthèse du Front de gauche, voire du PG lui-même. Par un mouvement populaire s’affranchissant de la sclérose des organisations politiques existantes, par des alliances par le bas, des initiatives citoyennes, il s’agissait de créer la mobilisation de masse dont ce pays a besoin. Les mauvaises langues ont alors susurré qu’initier un mouvement de base par le haut relevait peut-être de l’oxymore politique. Surtout, la réalité politique française est venue rappeler qu’il n’était pas si simple de "pousser les murs" et qu’il n’y avait pas de raccourci possible.

Sans présager d’un éventuel rebond, force est de constater que la réalité et l’activité du M6R est bien modeste. Cette situation a redonné plus d’espace au sein de la direction à celles et ceux qui n’entendent pas injurier l’avenir : ni sur le Front de gauche, ni sur les Chantiers d’espoir.

Au milieu du gué

À cette étape, bien des questions méritent d’être éclaircies. Quelle est par exemple la cohérence de la plate-forme minoritaire ? Au-delà du fond des thèses politiques avancées, n’a-t-elle pas bénéficié d’une certaine réaction de la base du PG souhaitant sanctionner une direction sortante dont elle estime le bilan plus que mitigé ? C’est en tout cas une des explications avancées par des membres du Bureau national. Si tel est le cas, alors il est difficile de prévoir le comportement des délégués lors du congrès national, et l’actuelle direction peut parvenir à élargir sa majorité.

Mais une autre hypothèse est possible : celle de l’implosion du bloc de direction. Forte de ses 45%, la plate-forme "Courage et clarté politique" est en mesure d’obtenir des évolutions substantielles des positions du Parti de Gauche et de modifier le centre de gravité de cette organisation. Au point de faire exploser les équilibres au sein de l’actuelle direction ? C’est toute la question.

Dans ces conditions, plus que jamais, le positionnement de Jean-Luc Mélenchon sera déterminant. Si le Parti de gauche n’est pas que son parti, rien ne peut se faire sans lui. La légitimité de son autorité au sein du PG ne fait aucun doute. Reste à savoir au service de quelle orientation...

Notes

[1À titre de comparaison, lors de son congrès de janvier 2014, le NPA a annoncé 1.500 votants pour un effectif global autour de 2.000 militants. Le taux de participation élevé – 75% – s’expliquant il est vrai par la multiplicité des positions en présence (pas moins de cinq).

Vos réactions (114)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Seulement 20% de participation dans mon comité. Ça ne veut rien dire pour l’ensemble, mais une faible participation des militants ne me semble pas complètement impossible. Aucune idée des effectifs globaux, ceci dit.

    Zzz Le 7 mai 2015 à 10:03
  •  
  • je n’ai pas quitté le PG par hasard. Son fonctionnement si hiérarchisé et infiniment pyramidal en a découragé plus d’un, qui ne se retrouvait plus dans un parti dont l’organisation n’était pas tout à fait raccord avec ses idées...

    GdeC Le 7 mai 2015 à 11:49
       
    • Pareil pour moi. A force de faire de la politique comme les autres partis, de façon pyramidale avec les mêmes symptômes au niveau départemental, il ne faut pas qu’ils s’étonnent que les gens s’en aillent…

      macno Le 7 mai 2015 à 17:10
    •  
    • le commentaire d’un cinglé parano et petit commissaire politique improvisé comme vous n’a pas la moindre valeur.

      Il fallait le noter.

      non Le 7 mai 2015 à 18:55
    •  
    • Bien venu au club. Adhérent depuis mars 2009, co-secrétaire et délégué au CN, j’ai démissionné après ce fameux CN révélateur de l’orientation du PG. Une "élite" politique médiatique et dirigeante avec sa cour de suiveurs. Cette direction n’applique pas les règles démocratiques qu’elle impose aux autres. C’est devenu une caste dirigeante voulant à tout prix garder le pouvoir. Mon comité est passé de 98 à à peine 20 et lors du vote sur les plateformes à 4. Quant à M6R, ce n,est qu’un copier/coller du PG. Ils sont soit-disant contre le cumul mais pas pour eux. Bref, je préfère continuer dans les combats locaux mais plus encarté, pourtant j’y croyais à fond. On ne lâche rien.
      "Ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi" Gandhi.

      oléron17 Le 8 mai 2015 à 08:08
  •  
  • Le carcan qu’est devenu le FDG du fait de la ligne du PCF et de son poids quantitatif, la menace permanente des prochaines trahisons opportunistes et mortifères dont témoigne chaque jour le contenu de l’Huma et l’importance donnée dans ses colonnes aux prétendus frondeurs, Hamon, Filoche, Paul, Guedj et les autres mais aussi Pierre Laurent distribuant un tract avec Bartolone sur toute la Une lors des Départementales... tout cela ne fait pas que dégouter comme jamais l’électorat salarié (60% d’abstention), grimper en flèche les scores du FN. Cela démoralise également militants et sympathisants que ne séduit aucunement la course actuelle vers un 2002 bis : libéralisme ou fascisme. Il faut TOUT remettre à plat à la gauche du PS urgemment quelles que soient les conséquences sur les deux prochains scrutins. Halte au suicide !

    Fulgence Le 7 mai 2015 à 12:07
       
    • Tu tournes en rond, Tu tournes en rond, Tu tournes en rond, Tu tournes en rond, Tu tournes en rond, Tu tournes en rond...

      Aller je suis ta logique :
      Yaka changer les mentalités. Comment ? Ben yaka !
      Tout est à cause du pcf qui est trop méchant et trop nombreux.
      Pour éviter le suicide, il faut se tuer.
      J’ai bon ?

      Flutiot Le 7 mai 2015 à 14:38
    •  
    • Tu as tout à fait raison, Fulgence !

      Nous devons faire de la POLITIQUE en dehors de tout appareil auto-centré (partidaire ou syndical).

      Rafik Le 13 mai 2015 à 15:24
  •  
  • Ah bon, les chantiers de l’Espoir n’ont pas été initiés pas le haut ?! Un tel mensonge et une telle incohérence en quelques lignes d’écart démontrent l’objectif politique d’un tel texte : faire la publicité des sphères où existe Clémentine Autain, codirectrice de Regards en attaquant par exemple le M6R (qui dépasse les 85 000 signatures alors que les Chantiers doivent être à 20 fois moins).

    Et il faut lire les texte avant de colporter des rumeurs : les deux textes ont des positions très claires sur la place de la Nation, la souveraineté populaire et l’affrontement avec l’UE. Sapir et Lordon ne disent pas la même chose, faut pas raconter n’importe quoi (l’un défend le retour sec au Franc, l’autre une monnaie commune). Sapir est défendu dans le texte "clarté et courage politique", Lordon dans le texte "tout est possible".

    Par ailleurs, votre article est bourré d’erreurs factuelles (noms des textes et référents, qui étaient des binômes paritaires).

    Antoine B. Le 7 mai 2015 à 13:31
       
    • Aussi bien Sapir que Lordon défendent la monnaie commune, mais les deux précisent qu’avant qu’elle ne se fasse, il y aura un retour transitoire au franc.
      Par ailleurs, tandis que la plateforme "Tout est possible" met encore largement en avant l’idée de réorienter l’UE avant de penser l’unilatéralité ou la rupture, la plateforme "Clarté et courage politique" est, dans la droite ligne des deux penseurs, beaucoup plus sceptique quant à la possibilité de changer l’orientation de la construction européenne et préfère mettre en avant cette idée de mesures unilatérales.
      Enfin, la seconde plateforme est plus claire sur la nécessité de discuter publiquement avec des intellectuels extérieurs au parti de ce scénario de rupture.

      Beetho Le 7 mai 2015 à 15:10
    •  
    • @Beetho : non c’est faux Sapir l’a dit encore hier soir dans une conférence à l’ENS. Il est opposé aux systèmes à deux monnaies qu’il trouve particulièrement instable. Faut pas dire n’importe quoi pour défendre. Quant aux "intellectuels en dehors du parti", c’est ridicule, tous les textes sont signés par des gens qui ont animé des ateliers et des conférences (Remue-Méninges, rencontres, tribunes, ...) qui ont justement appliqué déjà ça. Exemple / Démonstration : http://www.liberation.fr/economie/2... signée par : Sapir, Généreux, Lordon, Taddéi (et organisée par le PG).

      Antoine B. Le 7 mai 2015 à 17:08
    •  
    • Mille fois en accord avec Antoine B.
      Les chantiers c’est 5 500 signataires, une vingtaine de réunions.
      M6R, Nous le Peuple, c’est plus de 85 000 signataires avec des échanges par centaines entre citoyens de toutes les régions, de tous les départements de France, avec des dizaines de rencontres tenues, de très nombreuses réunions et initiatives programmées dans les jours qui viennent et avec une première assemblée représentative le 6 juin prochain. Alors, rejoint le m6r camarade Guillaume Liégard !

      Desbois Christian Le 7 mai 2015 à 18:03
    •  
    • Je me marre on veut faire du citoyen par le haut les "chantiers " et le M6R c’est kif kif comme méthode avec les résultats escomptés : pas grand chose et une mobilisation de dupes pour des militants certainement sincères !Et puis une concurrence débile entre deux initiatives qui devraient être complémentaires :
      autisme des Partis du FDG !Si ce n’était pas dramatique ce pourrait être drôle, mais bon c’est symptomatique de l’état d’esprit et de corps de la "Gauche Radicale". Contrairement au dogme PG le social libéralisme a encore de beaux jours devant lui !!!

      aldus Le 8 mai 2015 à 12:25
  •  
  • Je trouve l’analyse de Guillaume intéressante, car elle révèle ce que l’on subodorait plus ou moins : des effectifs bien loin de ceux affichés publiquement, et une véritable crise d’orientation.
    La réaction de Fulgence au contraire, est d’une stupidité navrante, vaguement teintée de sectarisme, car elle s’appuie justement sur la grande bévue du PG lors des élections municipales (puis départementales) l’assimilation brute de décoffrage et sans la moindre nuance, de la stratégie du PS (et de la ligne du gouvernement...) avec celles de orientations et politiques locales menées par certains de ses élus qui très souvent s’opposaient à la doxa officielle autour de "l’indépassable austérité"...
    Cela a conduit un gauchisme assez stérile et contre-productif, alors qu’autour des missions de service public (assurées notamment par l’Etat ou les collectivités locales) on a retrouvé des consensus entre le Front de Gauche (dont le PCF bien sur, mais aussi Ensemble ou d’autres composantes) Nouvelle Donne, EELV et pas mal d’élus locaux du PS... (et pas tous des "frondeurs" d’ailleurs) autour des plus importants dossiers sociaux (emploi, aide sociale, logement, petite enfance...)
    Continuer ce travail autour des Chantiers d’espoir me semble donc mille fois plus productif pour l’avenir que continuer à tracer des barbelés imbéciles et sectaires avec celles et ceux dot nous aurons aussi besoin pour rester crédibles et devenir majoritaires à gauche...

    Michangot Le 7 mai 2015 à 13:42
  •  
  • Clarté et courage politique n’est pas issue de "Pour le Peuple" (qui pour sa part a fusionné avec les plateformes du BN et Plus belle la vie), mais de la Plateforme Écosocialisme, Souveraineté et République, et de la Plateforme Régénération.

    Alice Le 7 mai 2015 à 13:47
       
    • Merci je me suis emmêlé les pinceaux, je corrige

      Guillaume Liégard Le 7 mai 2015 à 14:05
  •  
  • @Michangot
    "celles et ceux dot nous aurons aussi besoin pour rester crédibles et devenir majoritaires à gauche." ce sont les mêmes grâce à qui le PC, premier parti de gauche dans les années 70 avec plus de 700 000 adhérents en est arrivé en 40 ans d’obstination unitaire et d’opportunisme à faire moins de 2% en 2007 avec sept fois moins d’adhérents. Alors bravo Michangot et merci pour la "stupidité navrante", venant d’un spécialiste, ça fait chaud au coeur...

    Fulgence Le 7 mai 2015 à 14:39
  •  
  • Un texte documenté de Guillaume Liégard. Dommage que des commentaires issus de la ligne Laurent en dénaturent l’intérêt. La bévue des élections municipales émanent effectivement du PG qui a cru que le PCF pouvait maintenir ses engagements programmatiques plus d’une élection. Hélas, dans ce parti on pratique le "one shot" au gré d’intérêts partidaires et financiers qui n’ont strictement rien à voir avec une quelconque cohérence idéologique. Les militants du PG ont très mal supporté cette conception du FDG à la carte et le refus du PC d’ouvrir le FDG à des adhésions de personnes non-encartées. Nombre d’entre eux ce sont détournés du travail avec des "camarades" plus préoccupés de LEUR PARTI et de maintenir coûte que coûte leurs liens avec le PS, que de lutter avec efficacité contre les politiques austéritaires. En tous les cas c’est le cas dans mon département. Quant aux effectifs du PCF, nous savons tous que le parti est en chute libre au point que la grande majorité des permanents ont été priés de trouver du travail ailleurs. Mais je connais des communistes sincères qui désespèrent de la ligne Laurent/Chassaigne/Brossat.

    Mac Cullers Le 7 mai 2015 à 15:05
  •  
  • Le discours de Mélénchon, qui veut "fédérer le peuple" autour de lui, peut donc être mesuré à l’aune de sa base réelle : 1700 militants mobilisés dont presque la moitié n’est pas d’accord avec sa direction.
    Cela permet de comprendre la surenchère souverainiste de JLM contre le "poison allemand", alors que le PG s’est fondé en référence à un mouvement politique allemand, Die Linke.
    Le 4 mio d’électeurs du Front de gauche à la présidentielle n’ont certainement pas adhéré à ce discours fermé, qui ne fédère pas le peuple de gauche. Le nombre de lecteurs du blog de JLM est lui aussi en chute.

    Goldwasser Le 7 mai 2015 à 15:20
       
    • @Goldwasser : Discussion de Café du Commerce. Le Poison allemand ne se réfère pas à Die Linke pas plus qu’aux 12 millions de pauvres allemand. JLM ne cesse de le répéter à qui veut bien lire son blog, regarder les interviews sur son même blog ou les vidéo où une député de Die Linke fait une intervention remarquable. Il n’y a aucun nationalisme anti-allemand, c’est la thèse de Cohn-Bendit très à gauche comme on sait. Relisez Mélenchon ou allez moins aux réunions de cellules, ou faites les deux ! Votre simplisme est navrant. Voilà pourquoi le FdG n’est plus crédible et désespère les militants sincères. Quant aux 4 millions d’électeurs du FdG ils n’avaient pas non plus envisagés de retrouver Laurent distribuer des tracts avec Bartolone, l’ami de Hollande, et Brossat voter les JO, la pompe à fric du patronat avec Hidalgo ! Lors de la manifestation du 9 avril dernier, le point fixe du PCF était un désert morne, sans parler de l’estrade battue par les vents du désintérêt général. Mais si vous voulez "bouffer" du Mélenchon ne vous génez pas, ça sert à ça les boucs émissaires, à se donner une bonne conscience pour pas un rond et surtout pas une seule critique de ses propres positions. Tactique utilisée par le PCF depuis sa création.

      Mac Cullers Le 7 mai 2015 à 15:49
    •  
    • @Mac Cullers
      C’est précisément parce que j’ai lu les billets de blog de JLM que je sais qu’il glisse de la critique contre la droite allemande et européenne vers une sorte de chevènementisme revu.
      L’ancien gestionnaire de ce blog a publié un billet perspicace sur Mediapart pour expliquer le désamour des lecteurs (on est passé de 60 mille par billet à dix mille environ). Je fais partie de ces anciens lecteurs repoussés par le sectarisme récurrent.
      Dans un entretien-vidéo publié sur son blog "Face au chrétiens" (archive vidéothèque), JLM a affirmé que les romains avaient eu raison d’ériger le limes contre les hordes barbares germaniques, et que cela restait pertinent de nos jours. C’est historiquement faux et idéologiquement parlant.
      La vidéo de Sarah Wagenknecht dont vous parlez, qui ne partage en rien cette ligne souverainiste, ne doit pas servir à détourner l’attention du problème, et se défouler sur Cohn-Bendit qui ne fait plus partie du champ politique est un autre leurre.
      La question reste entière : pourquoi le PG ne mobilise que 1700 militants, base insignifiante au vu de l’objectif affiché de la révolution citoyenne, s’il représente le peuple français qui compte 66 mio de citoyens ? Le ratio est d’environ 1 adhérent par ville de 40 mille habitants. Vous gesticulez et ne répondez en rien à la question politique.

      Goldwasser Le 8 mai 2015 à 15:34
    •  
    • @Goldwasser : nous sommes tous dans une impasse politique. Recherchez dans le blog de Mélenchon le nombre de fois où il s’explique sur son rapport aux travailleurs allemands victimes de la crise, et aux millions de pauvres allemands. La méthode qui consiste à trouver LA citation dégagée de son contexte pour asseoir un raisonnement n’est pas pertinente. Quant à la faible motivation des forces de gauche nous la constatons tous. Je ne vois guère autour de moi ni mes camarades d’Ensemble ni ceux du PC sur le pont. Hollande aura au moins réussi cela. Mais n’hésitez pas à nous indiquer le moyen de sortir de ce cul-de-sac pour nous permettre des lendemains qui chantent.

      Mac Cullers Le 8 mai 2015 à 16:00
    •  
    • Contrairement à d’autres, je ne prétends pas détenir la réponse, mais je pense que le principe suivant offre une piste, je l’écris sérieusement :
      "L’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes"
      Ni dieu, ni césar...ni tribun.

      Goldwasser Le 8 mai 2015 à 17:31
    •  
    • @Goldwasser : Tout ça pour ça ! Bien sûr que sans une mobilisation importante, rien ne pourra changer, c’est la raison pour laquelle le PG et Mélenchon appellent à des assemblées citoyennes, à s’emparer de grands thèmes pour fédérer le peuple. Comment s’organise-t-elle cette insurrection populaire ? Une sorte de génération spontanée sortie de la conscience soudaine du peuple de sa condition insupportable ? Dans ce but les partis, les syndicats, les personnalités, les associations n’ont-ils un rôle à jouer ? Lisez le Hareng de Bismarck vous comprendrez peut-être un peu plus finement sa réflexion sur le rôle du capitalisme allemand jusqu’à nos jours. Et lisez Sapir aussi : "9 mai 1945" qui explique le rôle des "soldats" allemands, pas uniquement nazis, dans la terreur imposée au peuple russe par la multiplication des Oradour-sur-Glane sur le sol soviétique. Idem en 1870, en 1914 en Belgique où la population a été massacrée et ou envoyée, déjà, en camp de concentration, etc.

      Mac Cullers Le 9 mai 2015 à 10:20
    •  
    • @mc
      Vous n’avez donc pas remarqué le subtil décalage, entre l’Internationale qui chante "ni dieu ni césar ni tribun", et votre poisson-pilote Méluche qui se présente explicitement comme un "tribun" dans les médias, et qui rend encore et toujours hommage au césar Mitterrand ? Réveillez-vous mon vieux ! Marx avait défait en son temps tout l’arsenal du discours national, au nom de l’internationale, en partant de la critique de Bismarck justement.
      C’est dans Marx, Critique du parti ouvrier.

      Marx :
      "Le premier marchand venu sait que le commerce allemand est aussi commerce extérieur et la grandeur de M. Bismarck réside précisément dans le caractère de sa politique internationale. Et à quoi le Parti ouvrier réduit -il son internationalisme ? À la conscience que le résultat de son effort « sera la fraternité internationale des peuples » expression ronflante empruntée à la bourgeoise Ligue de la liberté, que l’on voudrait faire passer comme un équivalent de la fraternité internationale des classes ouvrières dans leur lutte commune contre les classes
      dominantes et leurs gouvernements."

      Je ne vois pas, dans l’approche anti-capitalisme allemand du PG, où se noue "la lutte commune", sinon dans une rhétorique "ronflante".
      Marx précise encore dans le même texte que "le travail n’est pas la source de toute richesse", alors que JLM reprend textuellement le discours social-démocrate dominant quand il écrit et dit partout que "le travail est la source de toute richesse", contre Marx.

      L’intelligentsia du PG ne maitrise pas les grands classiques du mouvement ouvrier européen et internationaliste, mais veut donner des leçons à tout le monde. Il est vrai que JLM a proclamé que la lutte des classes n’était plus centrale pour comprendre le développement historique dans son ouvrage l’Ere du peuple.

      Voilà pourquoi JLM perd des lecteurs et adhérents par milliers.

      Goldwasser Le 9 mai 2015 à 16:07
    •  
    • @Goldwasser
      Ne vous emballez pas, Mélenchon n’est ni mon dieu ni mon maître (ah cette grande expression cache-sexe dogmatique, qui veut clore la discussion en renvoyant l’autre à ses références forcément, elles, "fermées"). JL. Mélenchon est juste un rare lanceur d’alerte dans le silence sidéral de l’expression et de la pensée politique "de gauche" où entre Laurent, Chassaigne, Autain, et quelques autres ont ne fait que compter les "nains politiques" selon la belle expression de Clémentine Autain elle-même.

      Mac Cullers Le 11 mai 2015 à 08:01
  •  
  • C’est un peu particulier de voir la porte parole d’ensemble se permettre en tant que rédactrice en chef sortir ce genre d’article. ... c’est peu objectif pour faire souple. Les conclusions sont partisanes. La participation et le nombre d’adhérent sous entendent que le og ment sur le nombre d’adhérent. ... Jolie ambiance. L’ouverture du débat au sein des instances du pu loin d’être présentées comme une preuve d’ouverture de démocratie interne et de confiance de les militants est interprété comme des divergences des tensions internes etc etc. Bref c’est encore une fois décevant e voir des partenaires jouer ce rôle là. C’est bien cela qui nous tue. Voir les petites différences et se focaliser dessus quitte à créer des tensions et discréditer la gauche aux yeux des abstentionnistes. Merci encore Mme autain . ....

    matcheck Le 7 mai 2015 à 15:42
       
    • EXACTEMENT..dégueu..

      marie Le 7 mai 2015 à 15:48
  •  
  • ça m’agace ce nombrilisme..si vous croyez que le mec lambda intéresse à ce genre de texte ? on veut voir des textes de soutiens et positifs, d’union et de solidarité ..y’a des journalistes d’"ensemble" qui s’occupent des affaires du PG ? des taupes ?..donnez moi un seul texte du PG sur les stratégies d’"ensemble" ? un seul..vous recommencer à nous dégoûter de la politique..s’il doit y avoir des remises en questions, ce sera de la parts des militants ou des adhérents eux même ..pas des gars d’un autre partie qui devraient d’abord s’occuper de leurs propres querelles ou autres, surtout quand ils sont 2 pelés et 3 tondus..c’est nul

    marie Le 7 mai 2015 à 15:47
  •  
  • et en plus certains censures mon texte..peut-être le seul texte écrit par le seul ouvrier du site
    je le reposte donc..et s’il disparait..ça se saura
    ça m’agace ce nombrilisme..si vous croyez que le mec lambda intéresse à ce genre de texte ? on veut voir des textes de soutiens et positifs, d’union et de solidarité ..y’a des journalistes d’"ensemble" qui s’occupent des affaires du PG ? des taupes ?..donnez moi un seul texte du PG sur les stratégies d’"ensemble" ? un seul..vous recommencer à nous dégoûter de la politique..s’il doit y avoir des remises en questions, ce sera de la parts des militants ou des adhérents eux même ..pas des gars d’un autre partie qui devraient d’abord s’occuper de leurs propres querelles ou autres, surtout quand ils sont 2 pelés et 3 tondus..c’est nul.

    .

    moonfleet Le 7 mai 2015 à 15:53
  •  
  • Je suis sidérée de constater à quel point "Regards", de nouveau, prend un malin plaisir à "ch... dans la colle" !
    Déjà en ouvrant ses tribunes au troll Nathanaël U (avec ses différents pseudos), celui qui par dépit vomissait le PG et donc le FdG , la ligne éditoriale avait viré de bord et se teintait d’aigre, de rance, de mesquin quand ce n’était pas carrément d’approximation ou de désinformation.
    C’est d’une tristesse absolue.

    Catherine Melin Le 7 mai 2015 à 16:40
       
    • complètement d’accord avec les 3 ou 4 commentaires précédents, les partenaires qui tirent dans le dos, c’est proprement insupportable. il n’y a pas beaucoup d’exemples, et peut-être même pas un, qui mettent JLM dans cette position de tirer sur ses partenaires. les erreurs dans le texte de regard manifestement démontrent la volonté de jeter le discrédit sur le fonctionnement d’un parti dont l’idée est "la consigne c’est qu’il n’y a pas de consigne" donc on fait, on s’autorise à penser et à agir comme on veut à la base. de quoi se mêlent ces gens qui parlent en toute autorité en faisant preuve d’ingérence quasiment ?
      et puis que peut-on attendre d’un FDG à géométrie variable dont certains de ses membres, dans une phase d’élection, tapent sur un gouvernement ,et ses suppôts serviles, qui a détruit comme jamais dans l’histoire, les fondements de notre société , et ensuite qui soutiennent ses mêmes personnages. Il ne faudrait rien dire ? est-ce la radicalité qui dérange ? pourquoi Syrisa a fini par gagner ? que Regard aille interviewer Yannis Youlountas ("Ne vivons plus comme des esclaves").....

      patreg Le 7 mai 2015 à 23:40
  •  
  • @Beetho : non c’est faux Sapir l’a dit encore hier soir dans une conférence à l’ENS. Il est opposé aux systèmes à deux monnaies qu’il trouve particulièrement instable. Faut pas dire n’importe quoi pour défendre. Quant aux "intellectuels en dehors du parti", c’est ridicule, tous les textes sont signés par des gens qui ont animé des ateliers et des conférences (Remue-Méninges, rencontres, tribunes, ...) qui ont justement appliqué déjà ça. Exemple / Démonstration : http://www.liberation.fr/economie/2013/02/13/loi-bancaire-les-contribuables-ne-doivent-pas-payer-pour-la-finance_881577 signée par : Sapir, Généreux, Lordon, Taddéi (et organisée par le PG).

    Antoine B. Le 7 mai 2015 à 17:08
  •  
  • Lire un tel article dans une publication dirigée par la porte-parole d’une des composantes du FdG peut surprendre, effectivement. Comme si le but était de dénoncer un mauvais produit sur un marché concurrentiel. S’il s’agissait de cela, on pourrait dire que le culture du marché a envahi toutes les sphères.
    Cela étant, cet article offre un effort d’analyse qu’on peut qualifier d’honnête (les erreurs factuelles sont humaines surtout quand l’auteur les reconnaît).
    Le PG vit ce qu’a vécu le NPA. Des adhérents en grand nombre le quittent. Beaucoup le font sur la pointe des pieds, les épaules lourdes d’une nouvelle déception.
    J’ai fait ce chemin. Venu à la politique (au sens d’adhérer à un parti) suite à la campagne contre le TCE de 2005, aux efforts vains de 2006 pour trouver pour 2007 une candidature unitaire représentative du "non de gauche" au TCE, ayant milité avec Attac, ayant soutenu la campagne de Bové en 2007, j’ai, avec des centaines (des milliers ?) d’autres cru au large rassemblement ouvert annoncé par le NPA. Immense déception. Rebelotte avec le PG qui n’a pas tiré les leçons de l’échec du NPA.
    Dans les deux cas, il y avait une très forte aspiration de la base à participer directement et pleinement aux choix. Dans les deux cas, elle fut déçue. Pour des raisons sans nul doute différentes, mais avec le même résultat : le départ.
    Il me semble qu’on devrait, sans chercher à faire le procès de quiconque, réfléchir tous ensemble à cette question : pourquoi échouons-nous à construire une gauche de gauche (selon l’expression de Bourdieu) crédible, en capacité d’attirer les déçus non seulement du PS, mais aussi d’attirer ceux qui ne veulent plus de cette manière traditionnelle de pratiquer l’engament politique ? Les partis politiques, tels qu’ils fonctionnent au 21e siècle, sont nés sur un modèle de la fin du 19e, un modèle pyramidal, hiérarchisé, caporalisé, quasiment bonapartiste. Il y avait alors, peut-être, le besoin d’organiser une volonté très forte de combattre le système, le besoin d’encadrer un esprit de révolte qui jaillissait de toutes parts dans le mouvement ouvrier. Une combativité qu’il fallait mettre au service d’une idée : obtenir des élus qui procéderaient à la transformation sociale. Mais cette combativité-là a bien disparu depuis que les classes dominantes ont conçu l’idée géniale (de leur point de vue) d’union nationale ! Une idée qui sert toujours, comme on a pu le constater en début d’année. Une idée qui s’accompagne d’un discours sur le caractère prétendument obsolète de la lutte des classes. Et les élus dits de gauche ne s’occupent plus guère de la transformation sociale.
    N’est-il pas temps de penser autrement l’engagement politique ? N’est-il pas temps de concevoir d’autres formes de contestation du pouvoir ? Des formes libérées des contraintes de l’électoralisme. N’est-il pas temps de prendre des risques, de retrouver la combativité de ceux de 1848, de 1871, de 1936 ? N’est-il pas temps, comme le firent nos grands aînés, d’associer de nouveau engagement et courage ?
    Raoul Marc JENNAR

    Raoul Marc JENNAR Le 7 mai 2015 à 17:55
       
    • Raoul on peut aussi te reprocher de faire un peu de tourisme politique. Tu fais un travail indispensable et remarquable au travers de tes conferences mais du coup tu n’as peut être pas une réelle expérience de la difficulté de faire vivre des militants dans le temps sur un territoire . Tu es donc déçu mais c’est ça le plus difficile.

      matcheck Le 11 mai 2015 à 10:32
  •  
  • A propos des « chantiers d’espoir »,

    Après les élections déprimentales et avant les raisonnables, ne devrions-nous pas élargir le débat et l’action ? Oui !
    Alors, les « chantiers d’espoir » par exemple.

    Il y a quelques semaines j’ai été invité par les démarcheurs des « chantiers d’espoir » à participer à une réunion le samedi 11 avril après-midi, très précisément, « pour réfléchir, imaginer, espérer et agir ensemble ». Ah ! Je m’agenouille devant vous « mes représentants » car je vous attendais, pour réfléchir, imaginer, espérer et enfin agir ensemble à partir du 11 avril après-midi. Grand merci. Merci, merci !
    Foutage de gueules ? Non ! Rien de plus simple, il suffisait de remplir le formulaire et hop !
    Mais le 11 avril, je ne suis pas… et en plus l’après-midi, j’ai… Non, non, non ! « Les chantiers d’espoir » c’est comme sur les chantiers de Bouygues ou Vinci, ça démarre au coup de sifflet ! Heu ? (Mais là tu es déclarée). Ah !
    Et « vous recevrez également les informations pratiques utiles à l’organisation d’une réunion Chantiers d’espoir ». Ah ! Ça tombe bien, je ne savais pas comment faire. En plus avec des « informations pratiques utiles »… hum, c’est beaucoup mieux que des informations pratiques inutiles… Cette fois, c’est toi qui pratiques le foutage de gueules. Qui ? Moi ? Non !
    Car en plus du « colis » il y avait même un « Appel pour des primaires de la gauche radicale et écologiste en 2017 ».
    Bref ! J’ai ma jactance argotique qui me chatouille la glotte, la moutarde qui me monte au tarbouif et le cul qui’m’gratte.
    Chez moi, ce genre de symptôme est très significatif. J’vois rouge, j’ai envie de foutre des bourre-pif, d’allonger des torgnoles, de balancer des coups d’tatanes aux culs.

    Car, v’là-t-y pas que nos têtes de gondole de gauche « radicale » en écharpes bobo viennent nous présenter un joujou nouveau ; les « chantiers d’espoir ». Un joujou extra qui va faire crac boum hu, les électeurs en tomb’ront à nos g’noux. J’recommence, craque boum quoi ?

    Chantiers d’espoir. Beaux mots, mais « derrière les mots… », séduisants et pleins d’avenir. Question : c’est qui les ouvriers de ces chantiers à qui on ne demande jamais l’avis ?

    De suite, j’ai recherché le texte des instigateurs de ces chantiers. Celui-ci (en lien) est proposé à la « signature ». : http://chantiersdespoir.fr/appel/ Attention, dans leurs discours il y a des hiatus « Aîe ! Aîe ! Aîe ! Ouille ! ». Souffrent-ils d’apories excessives ?
    Il s’agit d’un texte absolument lumineux, capable d’être largement entendu par tous les je suis et même les pas. « …Nous voulons agir pour redonner goût à la citoyenneté…et inventer les contours d’un projet émancipateur du XXIe siècle. ». Alors signe camarade !

    Ma lecture appliquée de la déclaration de ces « chantiers » m’a fait découvrir les architectes, conducteurs et chefs de travaux, qui attendaient les manœuvres à l’embauche. De nombreuses « personnalités », toujours auto proclamées et cooptées, parmi lesquelles je reconnais des signataires connus. Et là, d’un seul coup, le doute m’habite…
    Avant qu’on ne me fasse bouger les parpaings, je voulais juste m’assurer que tout ce beau monde avait bien le même plan d’architecture, et que je n’aurai pas encore, ici à redresser un mur, là à renforcer le toit, ou encore à essuyer les glaviots envoyés par des branquignoles sur la trogne de Mélenchon, pour que cette nouvelle casbah soit accueillante et ne se casse pas la gueule au bout de quelques mois. Mais c’est bien là que ça bringuebale.

    Le Front dégoulinant de gauche, j’ai souvenir d’avoir participé très modestement à la construction d’une bâtisse dont les portes et fenêtres devaient rester grandes ouvertes et le socle jamais remis en cause. La baraque, inaccessible aux citoyens, est devenue inhabitable. Reste « l’enseigne » utile et utilisée par les stratèges rassembleurs à géométrie variable.
    Maintenant voilà qu’on me propose les mêmes promoteurs et ingénieurs, pour construire une bicoque toute aussi bancale que la cabane précédente et ce à partir du 11 avril après-midi ? Oui chefs ! J’ai encore de l’espoir, mais « Allez vous faire… Allez vous faire… Toujours les mêmes discours… » avec vos chantiers !

    Pour avoir pris des tuiles sur le coin de la gueule il y a peu, je suis méfiant, quoi de plus naturel, aussi bien à l’encontre des y’a-qu’à-faut-qu’on et béni-oui-oui dont j’ai pu constater les divergences de vues, qu’à celui des nouveaux contremaîtres aux dents étincelantes et longues qu’ils sont allés chercher aux universités d’été et après, dans leur microcosme politique, « Pour un nouveau pacte majoritaire à gauche », pour « une gauche nouvelle », pour « un contrat de rassemblement » Etc., etc. Arrêtez vos selfies !

    Rêver d’un restaurant gastronomique et se retrouver avec une baraque à frites ne me dit rien de bon.
    Bref, vous l’aurez compris, j’ai quelques remarques sur la méthode et les finalités à formuler. Je suis en rogne !
    Que n’est-ce donc que cette façon de proposer « d’échanger pour construire ensemble un autre chemin collectif » en commençant par mettre en avant un carré de têtes où je n’irai pas promener mon Boxer, de peur qu’il attrape la rage de l’élite de gôche en écharpe bobo ? Oui, j’ai la moutarde qui me monte au tarbouif !

    Avant de revêtir, en ordre dispersé, la panoplie électorale pour les élections déprimentales, n’aurait-il pas été judicieux de consacrer les forces de la gauche d’opposition à tenter de créer ces petits chantiers citoyens, quartier par quartier, village par village, qui en feraient des grands, par département, par région, en prenant le temps de convaincre, de réaliser les fondations, de fédérer les citoyens, de faire des chantiers de jeunesse ou même, s’occuper des sans emploi ( l’Inserm estime que 10.000 à 20.000 personnes meurent des conséquences du chômage chaque année en France), des sans logement, sans papier, sans soins, sans nourriture, sans riens…, des expulsés, des SDF (480 décédés dans la rue en 2014), des exclus de la société, de la « majestueuse Ve Ripoublique » ? D’agir, avec les citoyens, les salariés, contre les licenciements, les coupures d’eau, d’électricité, de gaz…de développer les gratuités. De s’opposer aux grands complexes trop luxueux, trop coûteux et des chantiers inutiles. De soutenir les Zadistes de Sivens, ou de Roybon, et de gueuler contre la manip politicarde de la FNSEA ! http://www.collectif-testet.org/actualite-302-quand-la-fnsea-fait-la-loi.html Mais voilà…

    Les « chantiers d’espoir » sont préparé avec une telle excellence pour mijoter la « tambouille électorale 2017 », que je me dis que si moi, le p’tit parigot, militant de service dans le Gers, j’m’en rends compte, l’abstentionniste du bout du comptoir du café « Le Progrès » à Nogaro (ou du café « Les Frangins » à Paris) lui, va sentir l’arnaque au premier coup d’œil.

    Bref, vous l’aurez r’niflé, si j’hésite à réparer le toit de la maison parce que certains refourguaient les tuiles au voisin, ce n’est pas pour trimer pour les mêmes et avec les amis frondeurs du voisin par-dessus le marché. Maintenant, je n’empêche personne d’aller bouffer le rata préparé par nos « Top chefs de gauche » sur ces chantiers. Mais croyez-vous que les adeptes de la pratique du phylactère, collant ainsi des propos aux citoyens, nous aient consultés auparavant ? « Pas du tout, pas du tout ... ». Ah ! Le syndrome du poisson rouge.

    Comme le disent les Indignés Espagnols : « nos rêves ne rentrent pas dans leurs urnes ». Voilà ce que nos « Tops Chefs de gauche radicale » doivent entendre ! En finir avec cette « gauche Piteuse, Sulfureuse ». Faire que les citoyens soient les acteurs de la vie politique. Les politès !

    Et… « La révolte et la colère parfois. Derrière les mots, derrière les voix…, Refaire le monde. Il y a le rêve aussi … Derrière les mots, derrière nos voix, les terres lointaines qui nous attirent. La mer, les étoiles, Rêve à hélice ou, rêve à voile… »… derrière les textes… Est-ce qu’on entrevoit ?

    Salutations citoyennes,

    Christian Desbois, un communiste, adhérent/militant PCF, citoyen partisan FDG et M6R « Nous le peuple »

    Desbois Christian Le 7 mai 2015 à 18:26
       
    • @christian
      Merci ! Commentaire envolé qui me donne le sourire. Ce style franc du collier, fraternel et sympatoche manque parfois aux appels et tribunes. Mon pari est que les cuisines d’arrière-boutique seront gentiment débordées lors du prochain grand concert de casserole, lors du prochain déboulé de la beauté qui sera dans la rue. Il n’y a que des dépressifs du genre Zemmour qui peuvent croire que la situation un peu morose va durer...

      Goldwasser Le 10 mai 2015 à 17:21
  •  
  • Vous avez oublié de mettre le lien pour faire signer pour la 6e République qui n’est pas assez dynamique avec 85 000 signatures. Je répare ce qui est à l’évidence une erreur involontaire.

    Signez pour la 6e République : https://www.m6r.fr/2014/09/je-signe/

    Sumac Le 7 mai 2015 à 18:55
  •  
  • Article honnête et éclairant sur les difficultés du PG, ce qui n’exonère par les autres composantes du Front de gauche des problèmes d’orientation.

    Serge Le 7 mai 2015 à 19:48
  •  
  • Tiens Regards fait de la pub pour les chantiers d’espoir, lancés par Clémentine Autain et Caroline de Haas. On prêche pour sa boutique ? En même temps, avec 5 000 signatures, ça attise les jalousies pour 2017 hein. Allez, le M6R est soit disant « modeste », c’est vrai que 85 000 membres, c’est juste 17 fois plus. Et c’est sans bénéficier de la pub de Libération, Médiapart et Regards. Des suggestions d’articles puisque le journaliste semble en manque d’inspiration :
     la réunion de l’assemblée représentative : https://www.m6r.fr/2015/05/la-premiere-assemblee-representative-du-m6r-se-reunira-le-6-juin-prochain/
     la transparence et le financement participatif : https://www.m6r.fr/2015/04/contre-les-magouilles-de-la-5e-republique-le-m6r-fait-la-transparence/

    Boris Le 7 mai 2015 à 20:21
  •  
  • Toutes ces réactions montrent en tous les cas que la chose politique attire et motive encore bien du monde et que l’envie d’en découdre est bien présente malgré tout.

    L’espoir est finalement dans les mains de chaque citoyen-ne-s et nous n’avons pas de temps à perdre pour refonder l’unité de la gauche. Maintenant qui est volontaire pour le faire par et pour le peuple, sans chercher à occuper et cumuler les mandats grassement rétribués ?

    Tout ceci n’est pas une question de parti politique mais réside bien dans la capacité du peuple à se fédérer pour sa réussite sociale, démocratique et écologique.

    Faudrait il attendre que notre situation soit pire encore ?

    N’attendons rien, unissons nous !

    Jerome FLAMENT Le 7 mai 2015 à 22:02
  •  
  • Honnêtement ce genre d’article ne me gêne pas, même si je préférais qu’il en soit autrement mais si on ne se remet pas en cause, on avance pas et on est condamnés a refaire les mêmes erreurs. Il faut être capable d’entendre la critique. Militante pendant quelques années au PG je l’ai quitté avec une énorme déception. J’ai vécu des moments exceptionnels avec les camarades, j’ai beaucoup appris, on était dans l’expérimentation, on testait des pratiques d’éducation populaire, on se remettait en question, on innovait, on a super bien bossé avec les autres partenaires du FDG malgré des directions départementales qui nous regardaient souvent d’un œil méfiant. Si sur le terrain on construisait, la logique descendante voire parfois audiste "du national" m’a usée. Très centralisée et très parisienne la direction du PG n’était a mon avis pas assez à l’écoute de sa base, des militants des régions et de ses jeunes. Des militants de très grande qualité sont encore bien actifs au PG, je leur souhaite de réussir à renverser la pyramide !

    Ataie Le 7 mai 2015 à 22:22
       
    • Vous avez raison, permettre que la direction se remette en question, notamment en la renouvelant, fait partie de nos objectifs. En plus de cesser l’entre-deux chaises sur la question européenne (UE, euro, fédéralisme), de disposer d’un dispositif crédible et chiffré pour résoudre le chômage, de ne pas s’inventer des mouvements sociaux qui n’existent pas, et pas à pas reprendre langue avec les couches populaires. Rejoignez-nous !

      Pascal Le 8 mai 2015 à 20:05
  •  
  • Moi je trouve que ça fait plutôt potins de comptoir, canard enchainé au mieux, c’est à dire qu’on prend plaisir à tacler, mais qu’il n’y a rien de constructif dans tout ça.

    Sans compter la tendance de regards à tout ramener à JLM, on se demande pourquoi alors qu’il a été discret dans les débats internes au PG.

    Bref ça ne grandit pas la rédaction de Regards.

    Jean-Pierre Coulomb

    jean-Pierre Coulomb Le 7 mai 2015 à 23:20
  •  
  • Les chantiers d’espoir promus par Ensemble et le PCF ont inventés la technique des post-it ! C’est une avancée majeure dans la construction d’une gauche de combat de premier tour. Bien sûr Il s’agit de contrecarrer une candidature Mélenchon et rabattre pour le PS au second tour. C’est ce qui vient de se passer dans mon canton. Vive la 6ème. 85 0000 c’est pas si mal.

    Mac Cullers Le 8 mai 2015 à 08:19
       
    • Voire de rabattre pour Hollande au premier tour... (Chassaigne était dans l’avion présidentiel à Cuba)

      Rafik Le 13 mai 2015 à 16:25
  •  
  • Une seule consigne, pas de consignes.

    François Le 8 mai 2015 à 10:58
  •  
  • Puisque l’inventaire de l’état des forces du PG vient d’être fait par la rédaction de Regards, au tour des autres composantes du FdG, bien discrètes sur ce sujet.
    Dans l’ordre :
     Effectifs réels du PCF, niveau de participation aux réunions de cellules, état des finances, nombre de permanents, modalités de vote des positions nationales ou autres, chiffre de la participation aux débats, etc
     Ensemble : idem
     Chantiers d’espoirs : nombre de participants aux deux premières réunions, décisions prises, modalités de vote, etc.

    Au sujet des Chantiers d’espoir, je note avec consternation le silence assourdissant de Regards à la suite de leur dernière initiative du 11 avril. Pas un compte-rendu général des travaux, pas une ligne sur les débats, idem sur le site des Chantiers.
    Merci à Mme Autain et autres plumes du journal d’exercer leur droit à l’information avec la même rigueur qu’ils le font pour le PG et pour J-L. Mélenchon.

    Mac Cullers Le 8 mai 2015 à 12:18
       
    • Effectivement, si Regard a les chiffres du PG il doit bien avoir aussi ceux du PC, et les leurs ?
      Allez ! on attend , histoire de faire aussi notre analyse

      LoliLola Le 9 mai 2015 à 01:56
  •  
  • Qui pourra prétendre que la question d’une pratique politique nouvelle n’est pas toujours largement devant nous, y compris en matière de production de nouveaux concepts, ou d’un nouveau sens donné aux concepts ? Prenons le seul exemple de celui d’écosocialisme, qui a fondé la doctrine du PG : suffit-il ? Une fois qu’on s’est dit que l’écologie et le social ne doivent pas s’opposer, quelle est la réponse stratégique ? "Le retour de l’Etat" ?...

    Aubert Sikirdji Le 8 mai 2015 à 16:19
       
    • ...Voir, en exergue de « l’ère du peuple », de Mélenchon : « Le monde était si récent que beaucoup de choses n’avaient pas encore de nom et, pour les mentionner, il fallait les montrer du doigt. » (Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude.)

      Aubert Sikirdji Le 9 mai 2015 à 11:26
  •  
  • Pauvres chochottes de Fulgence,Mac Cullers ,jean-Pierre Coulomb,Boris !..Ouin,ouin ,un journaliste analyse le pédégé,leur bel objet..Ouin,ouin,c’est la faute au PCF,comme DAB..Ouin,ouin:Chapeau la M6R que j"ai signé..Oui,vérifiez Maurice Trotsky,c’est moi !
    86000 signatures bidons et en vrai seulement 55% de
    1700 votant ! donc seulement 817 voix pour la direction imposée en catimini par Mélenchon...Ouin,Ouin...
    Or cet article n’est qu’un constat OBJECTIF énoncé trés diplomatiquement.
    Comme mon commentaire,il est trés diplomatique !!
    Si j’énonçai ce que je pense vraiment les Fulgence,Mac Cullers ,jean-Pierre Coulomb,Boris ,se lamenteraient plus !..Ouin,ouin..
    Mais si je leur disaisce qu’ils disent ,eux,sans cesses, sur mon parti, le PCF,les Fulgence,Mac Cullers ,jean-Pierre Coulomb,Boris ,seraient ko !
    Un membre du PCF,lui résiste !Et ...soutient Jean luc Mélenchon,comme la corde soutient le pendu !
    C’est normal de rendre la monnaie,non,chers Fulgence,Mac Cullers ,jean-Pierre Coulomb,Boris ,NON ?..
    Ah,au fait...Clémentine ,n’ira pas en 2017,se ramasser..
    Patates de commando du pédégé,Clémentine se réserve pour 2024.
    C’est à Mélenchon de se prendre la branlée en 2017 !
    Clémentine,c’est pour 2024 !Vous inquiétez pas,Mélenchon sera candidat en 2017 et il aura droit à une délégation au plus haut niveau du PCF pour son enterrement.

    Maurice Le 8 mai 2015 à 18:43
       
    • Comment cela, "si vous énonciez ce que vous pensez", Maurice ? Est-ce si sûr : que vous pensiez ? Pour ce qui est de pencher, ça nous sommes au courant : vous penchez grave pour le PCF...

      Aubert Sikirdji Le 8 mai 2015 à 18:57
    •  
    • ...Ce n’est pas que vous ne pensiez pas, ...disons que votre pensée a ses limites, car, n’est-ce pas, il y a des limites à trou, non d’un Maurice !... Celui que l’on vous voit, comme toujours, creuser pour "enterrer" vos bêtes noires...

      Aubert Sikirdji Le 8 mai 2015 à 19:07
    •  
    • On a abandonné le septennat élyséen depuis la participation du PCF au gouvernement Jospin (1997-2002).

      Rafik Le 13 mai 2015 à 16:34
  •  
  • Maurice, j’espère que tu rêves de nous la nuit, sous forme de cauchemars, à moins que tu préfères t’imaginer en veste de cuir de commissaire politique ,style guépéou, avec un tokarev au poing et nous agenouillés à tes pieds, mains liées dans le dos ...
    Grand fou va !

    Fulgence Le 8 mai 2015 à 19:59
       
    • Après la commissaire-action va suivre un peu plus tard la commisération fraternaliste, Fulgence : Monsieur le camarade Maurice t’expliquera sûrement, une fois calmé, qu’il est ton frère quand même !...

      Aubert Sikirdji Le 8 mai 2015 à 20:50
  •  
  • OOOOOOOOh !!!!!!!!!désolé,les Hyènes hypocrites,anti-pc,du pédégé mais .........vous débloguer vraiment !poor baby...
    J’avais oublié qu’il ne fallait pas toucher à papamélengeons ,pas les torchonsantipcf avec le serviettes immaculées des pédégés.....
    Promis..tellement que vous êtes OOfusqués..que je recommencerai plus..euuuh...et vous ???????(histoire que vous déblaterriez qq kms de Merde,)que pensez vous du PCF ?..Cela nous ferait tellement de bien de vous voir honnête.
    Allez y..mais ,il ne faudra pas jouer les étonnés !!!!

    Maurice Le 8 mai 2015 à 20:18
  •  
  • La participation à la discussion des plate formes n’est pas significative. Chez nous elle n’a tout simplement pas eu lieu parce que nous n’y attachons pas une grande importance. Nous sommes déjà pour l’essentiel complétement impliqués dans un collectif qui est autonome mais rassemble aussi bien des militants politiques du NPA à ND (pas de PC, désolé !!!) que des associatifs (territoire en transition, projets citoyens etc...). Nous avons présenté des candidatures aux départementales mais sans esprit électoraliste et nous continuons à nous mobiliser sur le territoire pour fédérer, soutenir etc...et çà marche et surtout nous retrouvons le plaisir de faire de la vrai politique !

    jean montal Le 8 mai 2015 à 20:33
  •  
  • rabattre le caquet à des matamaures hypocrites,ça aussi,c’est faire de la politique,au sens noble !
    Ceci écrit tu as raison,le bourrage de crâne télécommandé des pédégs sur ce blog n’est pas significatif ;c’est juste trés toxique !
    Enfin,nous sommes le 8/9 Mai !
    J’ai connu des résistants morts pour le communisme en 1945,avant de mourir pour un camp !
    Ils étaient membres du pcf !
    D’ailleurs Honneur et recueillement pour les héros de la victoire anti-Nazie...
    Maintenant,analysons,ça aussi,c’est politique.Les sondages IFOP sur la contribution respective de l’URSS et des États-Unis à la conduite militaire de la Deuxième Guerre mondiale ou « à la victoire sur les nazis » se sont, entre mai 1945 et mai 2015, strictement inversés : 57% pour l’URSS à la première date (20% pour les États-Unis) ; 54% pour les États-Unis aujourd’hui, et jusqu’à 59% chez les moins de 35 ans (4), victimes prioritaires de la pensée unique où Hollande se permet de mépriser l’Histoire en ne se rendant pas aux commémorations en Russie alors qu’il était invité pour les 70 ans de la victoire.

    Maurice Le 8 mai 2015 à 20:58
       
    • matamores, Maurice, pas "matamaures"...

      Aubert Sikirdji Le 8 mai 2015 à 21:49
  •  
  • OUI ,le devoir de mémoire s’impose pour le8/9 Mai.
    Mais,en France aussi.Le Président, François Hollande, a fêté ce 6 mai le troisième anniversaire de son élection à la magistrature suprême. Cela invite à revenir sur l’homme et sur la politique qu’il a conduite. Beaucoup de choses ont déjà été dites à ce sujet. L’échec le plus patent, mais aussi le plus prévisible, de sa présidence fut le chômage. François Hollande s’est ici enfermé dans une position intenable : celle qui consistait à croire, contre toutes les évidences et de nombreux avis, que l’accroissement du chômage avait une dimension cyclique. Il en déduisait le fait qu’il suffisait d’attendre le retournement du cycle pour que la situation s’améliore. Ce faisant, il se condamnait à la méthode Coué. Les déclarations, tant les siennes que celles des ministres, sur cette question rappellent les dires du Premier-ministre russe en 1995, devant l’aggravation de la crise. Victor Tchernomyrdine ne cessait d’affirmer sur les plateaux de télévision « Oui, la situation est difficile, mais nous voyons la lumière au bout du tunnel… ». Ce à quoi les russes, qui n’étaient pas dupes, ajoutaient : « oui, mais c’est celle de la locomotive qui vient en face… ».

    tania Le 8 mai 2015 à 21:35
       
    • Merci tania de m’avoir fait rire malgré tout et merci aux russes pour leur humour !

      Fulgence Le 8 mai 2015 à 22:31
  •  
  • Il semble que Guillaume Liégard soit le spécialiste en démolition de Jean-Luc Mélenchon.
    Tout fait feu, même une brindille.
    Il faudra , comme les autres, qu’il attende pour en savoir plus.
    En attendant il suppute ...
    Rageant , hein ?

    LoliLola Le 9 mai 2015 à 01:15
  •  
  • Camarades, que l’on se sente bien au PG ou pas, que l’on en démissionne ce n’est pas très important. Ce qui l’est c’est que les anciens adhérents quittent pour aller quelque part. Si vous vous êtes engagés c’est par votre conscience de la situation dramatique et de l’urgence à ne pas baisser les bras. J’interroge donc directement tous les démissionnaires sur leur engagement, au M6R, à ND, à Attac, je ne sais où. Nous (la gauche) n’avons pas les moyens de perdre des forces militantes. Tout se joue en 2017. Si la gauche non socialiste n’est pas en mesure de renverser la table d’une manière ou d’une autre, c’est soit 10 balles dans la machine pour le retour de Hollande ou de la droite, soit (je le crains très sérieusement) le FN (dans un contexte où désormais une majorité de français se prononce pour la peine de mort...)

    shaunlemouton Le 9 mai 2015 à 08:28
       
    • Bêêêê c’est pas faux, mais on fait quoi, maintenant, tout de suite.
      C’est ce genre de réflexion , de propositions qui sont indispensables :"prenez la parole pour prendre le pouvoir". Dernière chose : le calendrier électoral n’est pas celui de la lutte des classes. Si ce n’est pas en mai 2017, ce sera quelques mois, années plus tard. Une grève générale, un ras le bol massif ça dissout une assemblée et ça peut déboucher sur un grand coup de balai salutaire. C’est même à mon avis la condition sine qua non du changement. Sans une montée en puissance, irrésistible, des luttes, les élections resteront, dans ce système, ce pourquoi elles ont été perfidement pensées par la classe au pouvoir et les médias : des pièges à cons et des fabriques de carrières politiciennes !

      Fulence Le 9 mai 2015 à 11:03
  •  
  • Dans nos comités la participation au congrès a été moindre..et par rapport aux adhérents réels cela ne reflète une situation. A vouloir trop simplifié pour faire rentrer dans un cadre une analyse relève à terme de l’imposture. Je partage l’analyse de Fulgence et d’autres. Je relève des propos d’autres commentaires qui sous entend une haine et parfois des attitudes puériles . Beaucoup plus complexe sont les raisons de la situation actuelle que chacun plutôt que l’invective devrait essayer de voir lucidement, en prétendant pas détenir la vérité, mais sommes encore capable de nous écouter, j’en doute. La participation à des meeting tel celui de début avril au "mon de l’islamophobie" en s’associant avec des organisations islamistes... Etre en désaccord, après avoir tiré les leçons du passé des années 1990, c’est être avec Le Pen, voilà le raccourci, accompagné d’autres insultes, des militants du PCF nous s’insultent lors de manif .. bref j’avais tiré les conclusions de la mort du FdeG depuis les municipales et européennes, l’agonie se prolonge. Faute d’accord sur le fond , comme après le référendum de 2005, ajouter à des égos de responsables....
    La préparations des régionales me donne raison semble-t-il !
    Les différentes initiatives "d’appel et la base, qui serait plus vertueux , les chantier de l’espoir venu du dessus" n’est que gesticulation . Nous ne sommes pas à la hauteur que la situation exige.
    Sur quoi cela va déboucher ?

    TS Le 9 mai 2015 à 10:32
  •  
  • oui,c’est vrai la Haine des pédégés,qui s’étale dans certains posts, envers le PCF doit impérativement cessé.
    Que reproche t on au PCF d’utiliser Mélenchon ?..Il est consentant,non ?
    cela lui a permis de faire 11% en 2012 et de se faire élire 2 fois député européen ?
    C’est sur qu’avec le pédégé,seul,il peut pas espérer grand chose..

    Maurice Le 9 mai 2015 à 10:58
  •  
  • Article de Regards sur le PG 60 réactions

    Article sur Podémos , qui porte sur les mêmes problèmes : 3 réactions

    Révélateur !

    THIERRY HERMAN Le 9 mai 2015 à 12:20
  •  
  • J’ajoute pour l’info de toutes et tous
    Dans mon comité PG, nous avons été 6 à voter alors que nous avons 36 adhérents à jour de cotisation, et que le fichier national nous en attribue 46.
    Cela signifie que seul 1/6e de nos adhérents ont participé à la préparation du congrès.
    Ce qui vaut pour le Pg vaut pour le reste de la société : nous sommes en train de dépérir.
    A ceux qui ont fait éclater le FdG, je ne dis pas "merci".

    Pascal Le 9 mai 2015 à 12:36
       
    • Non seulement il ne faut pas leur dire "merci " mais il faut dés maintenant refuser de travailler avec les tenants de la ligne officielle "Laurent-Le Hyaric-Dartigolle" sous peine d’être à nouveau trahis, dés les Régionales, dans des accords de 2ème tour PS/PCF comme d’hab et de nous voir toujours plus considérés comme les rabatteurs de voix du PS au plus grand profit de l’abstention donc du FN donc du système. On ne peut plus reculer, se voiler la face et le plus tôt sera le mieux même si c’est risqué. Mais qu’y a-t-il de plus risqué que le suicide ?

      Fulence Le 9 mai 2015 à 13:12
  •  
  • Excusez la coquille dans mon pseudo.

    Fulgence Le 9 mai 2015 à 13:16
       
    • @Fulgurance
      Lorsque j’écris que je ne dis pas « Merci » à ceux qui ont pris la responsabilité d’éclater le FdG, je ne vise pas seulement le PCF.

      Je condamne aussi la direction du PG et Mélenchon.

      Ces deux formations, PCF et PG, ont fait preuve d’irresponsabilité.

      Au lieu de rendre public le débat sur les options stratégiques des uns et des autres, d’en faire un moment d’éducation populaire, ils ont fait preuve de déloyauté envers la collectivité FdG. Pour un gain négatif.

      Nous gérons à présent une défaite qui ne dit pas son nom.

      Pascal Le 10 mai 2015 à 13:01
  •  
  • L’auteur de l’article derrière l’apparente information sur la situation au PG, règle surtout ses comptes avec la direction sortante...
    Depuis quand le fait qu’un parti évolue, se pose des questions débatte, remette en cause ses certitudes ect est une mauvaise chose ?
    On sens très bien qu’il est sur la ligne de la direction actuelle d’ensemble .
    Sinon si la ligne souverainiste triomphe au PG il viendra pleurer sur la dérive nationaliste du parti !

    ed Le 9 mai 2015 à 17:40
  •  
  • Très intéressant et relativement "neutre" je trouve...

    Notamment ceci mets en évidence les limites de l’"électoralisme outrancier" prôné par le clan des "anciens PS" (surement pas tous ni pas qu’eux, mais quand-même une bonne majorité d’entre eux), qui, lorsque certains tentions de rappeler le besoin d’articuler les élections avec l’insertion dans le mouvement social, surtout lorsque l’on est un parti cherchant (soi-disant) à changer le régime politique, économique et social (excusez-moi du peu), nous assimilaient à des gauchistes sans cervelle appelant à prendre le maquis... Refusant toujours d’ouvrir sérieusement le débat et arrivant parfois à écarter certains... En fin... La messe est déjà dite

    Ma grand-mère (qui ne faisait pas de la politique) savait déjà qu’il ne fallait jamais mettre tous les œufs dans le même panier... La direction du PG (y compris les barons locaux) porte collectivement la responsabilité de la déchéance...

    Eduardo de la Vega Le 9 mai 2015 à 20:15
  •  
  • @de la vega
    En voilà une façon bien sournoise de balancer des boules puantes sans en avoir l’air, de faire allusion à des pratiques sans les préciser pour créer de l’opacité et de s’étonner qu’un parti veuille changer tout dans un régime pourri, tout ça pour parler de ta mère-grand et de ses poules pondeuses, des barons du PG porteurs de déchéance ! Ou tu es un escroc ou tu confonds politique et jeux électroniques.

    Fulgence Le 10 mai 2015 à 00:09
  •  
  • @ Fulgence
    Ou éventuellement les 2, allez savoir.
    Drôle de lecture la votre, car j’évoque dans le contexte d’un bref post, des positionnements politiques signalés dans l’article, notamment un "électoralisme outrancier" qui a provoqué des conflits forts ici dans le département de l’Isère et qu’à l’avis de l’auteur, expliquent en partie les difficultés de votre parti. C’est une erreur d’analyse qui démasque des fortes faiblesses idéologiques ainsi que la difficulté à accepter le débat, démasque un esprit étriqué et une pratique politique suicidaire. Cela vous convient, tant mieux pour vous.

    Mais dans votre réponse vous préférez le ton polémique, déviant ainsi l’attention sur ce qui est central dans mes quelques lignes. C’est drôle, c’est la même méthode utilisée lorsque vos amis "électoralistes" voulaient dévier un débat pour l’éviter...

    Eduardo de la Vega Le 10 mai 2015 à 18:14
       
    • @de la vega
      Je maintiens ce que j’ai dit : vous portez des accusations purement fantaisistes (électoralisme outrancier !) et autres sans rien à l’appui ! Pour parler de l’Isère, les Verts et le PG ont gagné Grenoble contre le PC allié au PS comme dans la moitié de la France et c’est ça qui vous reste dans la gorge ! Rigolo.

      Fulgence Le 10 mai 2015 à 23:31
  •  
  • Toute l’erreur est de ne pas avoir voulu plutôt opérer une rupture pure et simple avec le PS ainsi que de continuer à se retrouver l’otage du front républicain !
    L’électeur a besoin de simplicité dans cette ère médiatique de l’auto censure où les révisionnistes et les fascistes sont déjà au pouvoir.
    Si le FN monte c’est de leur responsabilité.
    Si le monde ouvrier vote FN, c’est de la notre.
    Revenons à l’essentiel du débat qui devrait être économique et social, point.

    fabrizio Le 10 mai 2015 à 18:27
  •  
  • La ligne "PCF,Laurent-Le Hyaric-Dartigolle" ,préconise la candidature du chef Mélenchon en 2017.Sois honnête au lieu d’inventer une union fdg/ps qui ne se fera pas,dont personne ne veut...
    Pourquoi enbobinez les camarades ,au Pdg ,c’est la méthode d’enfumage ?

    Maurice Le 10 mai 2015 à 22:16
       
    • @Maurice
      Tu racontes n’importe quoi. Tu devrais faire comme moi, lire l’Huma et notamment le supplément "CommunisteS" tous les mercredis. Le tour de France de Laurent c’est pourquoi ? Et les chantiers d’espoir ? Et la photo 1 ère page de Laurent qui distribue un tract avec Bartolone tête de liste PS aux Régionales !
      Qui fait de l’enfumage ici Maurice, toi ou moi ?

      Fulgence Le 11 mai 2015 à 08:37
  •  
  • On découvre que l’auteur de l’article, Guillaume Liegard, a soutenu la Motion minoritaire du congrès du PG. C’est parfaitement son droit, mais alors qu’il en débatte au sein de son parti et n’utilise pas sa "carte" de journaliste (?) de Regards pour faire pression sur le PG de l’extérieur sans dire honnêtement de qui viennent ces critiques, à l’inverse de l’attitude digne de Raoul Marc Jennar. Ce n’est jamais glorieux d’avancer masqué par dépit, surtout lorsque cela aboutit au réveil des groupies de Laurent.

    Mac Cullers Le 11 mai 2015 à 07:35
       
    • Bonjour
      Etes-vous assuré de ce que vous dites concernant l’appartenance de l’auteur de l’article au PG et ayant soutenu la plateforme à 45,5% ?
      J’en suis surpris.

      Pascal Le 11 mai 2015 à 11:11
  •  
  • Les groupies de Laurent sont dans tes rêves et te rendent jaloux..
    Tu veux censurer un journaliste qui travaille sur un site qui t’héberge ?
    Retournes au pédégé et laisse les autres avancer.ici,c’est un site proPCF !
    Nous devons préparer mélenchon2017(entre 5 et 4%prévu),et démonter les enfumages antiPCF ;c’est du boulot.
    Mais,comme nous aimons le travail bien fait,nous nous y attelons,sur le long terme,alors arrêtes de chipoter dans les bottes !...

    maurice Le 11 mai 2015 à 08:29
       
    • Je comprends pas tout ce que vous dites en réponse mais je vous rassure je n’interdis pas à Guillaume Liégard sa parole de journaliste dans Regards (nous ne sommes plus aux temps glorieux du stalinisme) seulement qu’il est toujours plus convenable de dire d’où on parle. Dans le cas présent qu’il est membre du PG, ce qui d’ailleurs rend ses critiques plus pertinentes.

      Mac Cullers Le 11 mai 2015 à 08:45
  •  
  • Évidemment que tu ne comprends pas ,vu la couche qui obstrue tes yeux,t’arrives même pas à bien lire.
    Mais,il faut arrêter de mentir !
    C’est une tribune publique ici.
    Tu n’es pas fatigué de manipuler les lecteurs du site qui t’héberge ?
    Guillaume Liégard n’est pas au pédégé et ne fait pas donc parti des 758 membres de la tendance ’courage politique’.
    Tu sous entend aussi que le PCF n’a pas plus de membres alors que 70000 de mes camarades payent leurs cotisation.
    Arrêtes tes intox !Tu te déconsidères totalement sans te rendre compte à quel point tu es contre-productif !!!!!!
    Pour la branlée annoncée de 2017,c’est Mélenchon qui a été choisi,d’ores et déjà par le PCF !
    Nous avons déjà donné en 2007 avec MGB,maintenant c’est au tour du pédége de morfler !
    Allez au turbin,les petits bourgeois,ça vous fera du bien !

    Maurice Le 11 mai 2015 à 09:19
       
    • Maurice, prend tes gouttes ! Aucun site ne m’"héberge" vu que je n’écris pas de blog. J’exprime un avis, donc je ne "manipule" personne. Je ne sous entend pas que le PC n’a plus de membre !!! Reste quand même un peu de monde, ne serrait-ce que les camarades avec lesquels je milite. Mais qu’il a perdu beaucoup de ses forces au cours de ces dix dernières années, y compris la plupart de ses permanents, sans remonter aux années 90 date à laquelle l’érosion a commencé (notamment lorsque la direction du PCF a elle-même fait le ménage en virant une grande partie de ses intellectuels). En terme d’intox feinte ou sincère, tu m’as l’air un peu chargé, sans vouloir déconsidérer tes propos hautement pertinents.

      Mac Cullers Le 11 mai 2015 à 15:28
    •  
    • Non, non, non je ne suis pas membre du PG.

      Dans ma vie j’ai été longtemps membre de la LCR puis du NPA dont je suis parti avec la Gauche Anticapitaliste en 2012 lorsque j’ai appelé à voter Mélenchon (un moment pas banal puisque j’étais trésorier national du NPA).

      Guillaume Liégard Le 11 mai 2015 à 16:13
    •  
    • La Gauche anticapitaliste (GA) s’est dissoute dans Ensemble ! , comme la LCR s’est dissoute dans le NPA, pour être plus précis.

      Rafik Le 13 mai 2015 à 16:47
  •  
  • Je suis membre du PG et localement responsable. Notre sentiment est clair, notre Parti est totalement inorganisé. Il n’y a aucun cadre de fonctionnement. Nous sommes totalement isolés, oubliés. Hormis la circulaire aux adhérents, aucun lien structurel, aucune réponse à nos interrogations, alors mobiliser une militance interne...

    Christian Le 11 mai 2015 à 17:15
  •  
  • Alors Mac Cullers,ton point aveugle,tu le reconnais,c’est ta malhonnêteté anti-PCF et anti-Ensemble ?
    En plus ça te trouerait,de reconnaitre tes fautes ?
    Tu vas pas t’abaisser devant le PCF ?
    trop imbu de toi même comme ceux du pédégé ?
    En terme d’intox feinte ou sincère, tu es trop chargé, et c’est pas en accusant les autres de tes propres félonies,que tu t’en sortira.
    Alors,il est membre du pdg,Guillaume Liégard ou pas ?
    Bloguer,c’est pas Truander,OK ?...L’Autocritique ,c’est pas pour toi ?
    Trop dans la surpuissance et le mépris ?
    Un peu de respect,pour ceux qui animent cet excellent blog et je les en remercie,et aussi pour les lecteurs ingénus mais légitimement curieux qu’il ne faut pas intoxiqué.
    Ce blog,sali par les intox du Kommando pédégé(Mac Cullers,Fulgence etc...),c’est de la confiture que les intoxiqueurs du Kommando pédégé,ingurgitent.......Manipulateurs toxiques,anti-PCF.......

    Maurice Le 11 mai 2015 à 19:04
       
    • Ce n’est pas un blog (perso), Maurice, c’est un site.

      Aubert Sikirdji Le 11 mai 2015 à 21:11
    •  
    • Superbe Momo ! Retourne à tes 1,9% tu les mérites amplement. Et toutes mes excuses à Guillaume Liégard, ma source d’information n’était pas fiable. Désolée.

      Mac Cullers Le 12 mai 2015 à 07:50
  •  
  • J’ai participé à ce CN en essayant de motiver le comité dont je suis co-secrétaire ; une quarantaine d’adhérents à jour de cotiz, une dizaine de militants actifs pour - de 6 votant. Pourtant pour une fois un CN du PG a fait vivre un véritable débat - tant sur le programme que sur l’organisation. Si je confirme ce qu’a dit un camarade à propos de la désorganisation du pg, j’y trouve mon compte : "la consigne c’est de ne pas attendre les consignes ", alors on fait de la politique dans les collectifs , les assemblées citoyennes/chantiers d’espoir, avec ou sans nos amis du fdg et les autres souvent : puisque avec certains amis pas besoin d’ennemis.
    Une fois de + la preuve en est, avec certains commentaires ici, sidérants de haine.
    Alors comme Pascal je dis un grand merci,
    et une spéciale dédicace à Maurice et Goldwasser

    foukets Le 12 mai 2015 à 00:07
  •  
  • Mac Cullers,les 1,91% ne sont pas les miens mais ceux du Comité national Anti Libéral.MGB est le relais du fdg dans le PCF dont elle voulait déjà se débarraser avec son Comité national Anti Libéral.
    La pauvre,elle faisait confiance à des vipères comme toi..La naïveté est incompatible avec la politique,MGB ne le savait pas.
    Moi,je suis pour que Mélenchon soit candidat en 2017.
    Alors nous verrons son score...Mac culler cesse de nous mettre ton doigt dans...l’oeil.
    Et arrête de raconter des bobards et d’insulter sans cesse le PCF.

    Maurice Le 12 mai 2015 à 09:05
       
    • Et toi soigne ta parano. Heureusement que tous les communistes n’ont pas ton indépassable lyrisme.

      Mac Cullers Le 12 mai 2015 à 10:21
    •  
    • ...Mais Maurice s’imagine peut-être représentant du PCF...

      Aubert Sikirdji Le 12 mai 2015 à 10:29
    •  
    • ...Je me souviens du camarade Roland Leroy, s’amusant classiquement à rectifier les choses, lorsqu’un journaliste lui sortait qu’il était le numéro 2 du PCF... Il sortait sa carte de Le-Parti, et donnait le bon numéro... Ceci dit, il n’empêche que CELA NE RESOLVAIT PAS LA QUESTION DE L’ILLUSION DE "REPRESENTATION DU COMMUNISME", ce qui, quelque part, est un oxymore... Prétendre que, dans l’idéal, "chacun compte pour un" ne suffit pas... Même lorsque moi je précise que je ne suis pas communiste, mais "UN" communiste, d’ailleurs sans carte (mais pas sans boussole),... cela ne suffit pas... Quand à vous, Maurice, vous êtes indéniablement un sacré numéro !...

      Aubert Sikirdji Le 12 mai 2015 à 11:03
  •  
  • C’est vrai,que tu as la chance de prendre les gens comme ils te semblent.
    En ce qui me concerne ,je respecte les communistes,parce que j’en suis un.
    Je n’ai pas besoin de prendre des ’airs’,ni de diffuser des intox,manips,et autres mensonges.
    Ce que je fais,est à la portée de n’importequi.Il suffit d’être honnête intellectuellement.C’est vrai que pour Mac Cuellers et autre pédégé,cette notion d’honnêteté intellectuelle,les fait hoqueter de rire ,à s’en étouffer...Qu’ils doivent être heureux dans leur anti-PCF !
    Je leur laisse,il y a la fête de l’Huma,et Mélenchon2017, à préparer ;et les copains et copines à rejoindre...

    Maurice Le 12 mai 2015 à 13:51
  •  
  • Il y avait quelques temps que j’avais mis Regards.fr dans ma liste de sites " vraie gauche" à lire.

    Je pense que je vais supprimer cette référence.

    Propez Le 12 mai 2015 à 23:38
  •  
  • Ancien militant du PG (de sa fondation à mars 2013), j’appelle mes camarades de combat politique internationalistes à choisir les thèses exposées dans le texte "Clarté et courage politique" dans le cadre du congrès de juillet du PG.

    Rafik T.

    Rafik T. Le 13 mai 2015 à 16:58
  •  
  • Tant de sectarisme dans les commentaires, c’est consternant.
    Affirmations péremptoires, propos incompréhensibles d’initiés, tout cela contribue à la décomposition générale

    Michel Le 14 mai 2015 à 10:12
  •  
  • Oui,effectivement,tant de sectarisme dans les commentaires, c’est consternant.
    Les pédégés,sont omni présents comme des Kommandos,sur ce site et toujours anti-PCF.Pendant des mois,j’ai supporté toutes ces attaquesperfides anti-PCF:Affirmations péremptoires, propos incompréhensibles d’initiés,condescendance aigre,fausse gentillesse,attaques personnelles,dénigrements systématiques de Pierre Laurent,de l’histoire du PCF, tout cela contribue à la décomposition générale.
    Alors,j’ai réagi et depuis quelques semaines,j’interviens pour rétablir la dignité des membres du PCF.
    Car bien sûr le pcf survivra à tous ses détracteurs.

    Maurice Le 14 mai 2015 à 12:47
       
    • Quelle différence, Maurice, entre des écologistes désireux de s’associer à un gouvernement PS et des communistes désireux de s’associer à un Conseil Municipal PS ?
      Il est indispensable de mettre carte sur table, de crever l’abcès pour cesser de piétiner.

      Jean-Marie Le 15 mai 2015 à 16:45
  •  
  • La différence est immense.
    Un conseil communal,est local.
    Un gouvernement est national voire européiste.
    Au fond quoi de plus normal pour un communiste (non-bolchévik comme moi), de s’investir dans sa commune.
    Or avec les pédégés,il ne faut pas,avoir des alliés locaux,de gauche c.a.d PS,car le parti de gauche(?),les a ex-communié.
    A ce compte,vu que les électeurs de gauche votent PS au second tour,seuls ce PS aura des élus,ou l’UMP ou le FN.
    Cette perspective est inacceptable.
    Qui peut se réjouir que sur les 600000 élus de la république,seuls quelques dizaines soient de la gauche du PS ?en France ?

    Maurice Le 15 mai 2015 à 17:29
       
    • "vu que les électeurs de gauche votent PS au second tour"

      Non, ça n’est plus vrai, désormais ils s’abstiennent. Les derniers naïfs ont été vacciné par les mensonges de Hollande. Les deux dernières élections l’ont démontré.
      Mon choix est fait pour le second tour des prochaines présidentielles, quel que soit le duel entre PS, UMP et FN : abstention.
      Seul rêve envisageable : la décrédibilisation de ces partis par des scores non significatifs, laissant la voie à une forte contestation par la rue et une remise en cause de la cinquième ripoublique.

      Jean-Marie Le 15 mai 2015 à 20:13
  •  
  • Le logiciel PG intègre naturellement le jacobinisme, ce péché originel qui a transformé le rêve de la Révolution en cauchemar.
    Pire, le parti le plus lucide et volontaire sur biens des points se laisse dirigé par un Jacobin revendiqué.
    Le libéralisme économique en France a depuis largement coopté le colbertisme et le centralisme dans lequel s’était reconnu immédiatement le jacobinisme, préservant l’héritage monarchique français.
    A l’heure de la question écologique, altermondialiste et alterlocaliste, le centralisme jacobin n’en devient que plus dangereux. Parce que complètement périmée (s’il tient depuis 200 ans, c’est qu’il n’a pas été totalement néfaste, c’est efficace comme système, mais le totalitarisme sait l’être aussi).
    Les politiques peuvent encore directement et efficacement travailler sur les institutions.
    Or, aucun ne pose la proposition de transformer la République Française en République Fédérale Française.
    L’idée républicaine s’est momifiée. Elle n’est devenue qu’un mantra. Sa récupération par Sarkozy en est d’ailleurs l’illustration. Si elle était vivante et non fantasmée via la mythification du passé, l’idée n’aurait même pas traversé la tête de l’énervé.
    La redémocratisation, bouclier essentiel à la lutte contre l’oligarchie, passe par une fédéralisation.
    Non pas que le système fédéral suffise, beaucoup d’exemples montrent le contraire. I lresterait encore beaucoup à faire. Mais chaque fois que des pays ont adhéré à ce système, ils ont montré une vigueur, un optimiste revigorant pendant quelques temps. Certes, le temps pour le libéralisme économique de le cerner et à la caste politique de s’adapter. Mais il n’interdit pas non plus à d’autres de se servir de ce temps pour planter piques et piquets.
    Mais en refusant de voir le potentiel de redéfinition des règles que permettrait une fédéralisation de la France, le PdG démontre un manque d’ambition et, le pire, un vrai conservatisme.
    Il est alors logique que JLM le tienne dans le creux de sa main.
    Et qu’il soit antipathique à l’électorat.
    Et que le PdG ait très vite stagné et s’inquiète aujourd’hui de regresser.
    Que le PdG s’empare de l’idée fédéraliste, il représentera alors une vraie nouveauté, un nouvel horizon aux citoyens.
    Avec JLM, c’est impossible.
    Le PdG ne deviendra qu’un avatar du NPA ou de LO. Attendre l’écroulement pour espérer s’imposer.
    Pendant ce temps, le bonapartisme continuera à prospérer.
    Cet autre parasite de la RF. Mais qui se nourrit directement de la branche jacobine.
    Il faut couper la branche malade avant que l’arbre républicain n’en meurt.

    Anflore Le 18 mai 2015 à 13:27
       
    • “Il faut couper la branche malade”

      Dans l’hypothèse légaliste, on n’y parviendra qu’après avoir analysé pourquoi les "défavorisés" votent en si grand nombre contre leur propre intérêt. Les remèdes ne pourront être trouvés qu’une fois cette anomalie élucidée.

      Jean-Marie Le 18 mai 2015 à 14:44
  •  
  • Anflore
    ’Le péchè originel du Jacobinisme’ dites vous..Mais avant,il y avait la Monarchie absolue qui déjà a centralisé le pays.Ce pays la France était déjà,hétérogène sous l’ancien régime.Mes grands parents parlaient occitan,mon arrière grand père ne comprenait pas les ordres en français et en 14/18,il se battait contre des mosellans et alsaciens qui ne comprenaient que l’Allemand.Entre les flamands de Lille et les Basques ou entre les bretons et les corses ,,il a toujours été nécessaire d’avoir u état fort dans ces arpents de la planète appelé France
    En fait le Jacobisnisme est la substance de la république en france et non un péchè originel..

    Maurice Le 19 mai 2015 à 17:08
  •  
  • Les ambitions du Front de Gauche sont aujourd’hui bien mieux portées par le Parti Communiste, dont l’action (concrète) et le travail (réel) de rassemblement correspondent à ce qu’attendent aujourd’hui de nombreux électeurs de gauche. C’est sans doute la raison pour laquelle le PCF gagne des adhérents depuis maintenant plusieurs années. C’est une composante de plus en plus essentielle pour l’avenir du Front de Gauche, si on veut éviter la marginalisation politique et incarner une force capable de diriger le pays.

    adeline Le 29 mai 2015 à 14:30
  •  
  • Qui ne suit pas la vie des partis politique d’un peu près ne comprend rien à ce qui se passe au Front de Gauche ou au Parti de Gauche, et confond même les deux.

    Le PG agonise d’un manque de lisibilité, comme le FDG. Quant au Parti communiste, on peut brasser de l’air avec son "implication concrète" sur le terrain, qui lui permet de faire ... 2%.
    Dans tous les cas, la valse des alliances qui précède chaque élection est un grand moment de solitude pour l’électeur de gauche ; la sempiternelle question de ce qu’il faut faire avec le PS revient sur la table. Que faut - il faire avec le PS ? Rien.
    Le PCF a entraîné le PG et le FDG dans sa chute, avec sa peur de quitter l’abri de la Grande Maison et les mandats qui allaient avec...
    L’acharnement thérapeutique autour du FDG est une perte de temps : il est mort. Vive la gauche.

    Aucune formation de gauche ne peut dire sans mentir qu’elle est présente auprès des classes "populaires", soit par la sociologie des adhérents ou des cadres, soit par l’action.

    Assister à une réunion d’une formation de gauche, c’est encore trop souvent parler entre soi.

    Se noyer une longue année dans le mariage pour tous, dans un pays où les services de base s’affaissent doucement, c’est choquant ; s’enliser dans des débats sur la laïcité dans un pays où les rassemblements les plus nourris se font autour d’une coupe du monde de football, c’est nul.
    S’occuper de morale et de questions de religion est une erreur fondamentale de la gauche : parlons santé, éducation, travail, environnement, justice... laissons le reste à nos intimités respectives.
    Voilà davantage de quoi rassembler autour d’un programme ces gens du peuple au nom desquels vous croyez parler : vous ne les voyez pas, parce qu’ils n’ont plus rien à voir avec le peuple de la III° République, et d’une certaine façon, ils dérangent.

    Une seule ligne semble audible, en bas, pour ceux qui ont la tête sous le talon de fer : quitter l’Europe, lutter contre la corruption, changer de classe politique, interdire le cumul, faire du rapport de la cour des comptes un document de base pour lutter contre l’usage illégal de l’argent public, restaurer des services publics de qualité, remettre en route un réseau de transports publics accessibles à tous... cette liste n’est pas limitative ! On ne veut plus de grand système, juste un peu de pragmatisme et de justice.

    Les Chantiers de l’espoir comme le projet pour le VI° République, émanent sans doute de plein de bons sentiments, mais ressemblent bien au Grand soir qu’autrefois on nous promettait.

    Athanase Le 31 mai 2015 à 13:58
  •  
  • Lire ,’les rouges’ de Pascale Fautrier est passionnant pour connaitre les racines multi séculaire du gallo communisme.La chose la plus amusante concerne Cambadélis.Où nous y apprenons que JC(Cambadélis) est qualifié ,par l’auteur,de façon savoureuse pour un ancien strauss Kahnien,’d’amant céleste’.
    Par contre,nous n’apprenons pas dans ce livre qui refait la généalogie du collectivisme en France,que Camba,le violent anti-PCF,est issu d’une famille de diamentaire...Camba,comme Mélenchon,avient un telle expertis anti-PCF grâce aux gropuscules ultra-violent de l’OCI/AJS,que Mitterand,les a embauché dès les année 80 dans son staff,pour en finir avec le PCF..
    Pour prolonger ce propos,je signale que le site Regards en a parlé,avec un excellent article de Martelli,comme souvent,consacré à ’Les rouges’...
    Sur une photo de 2005,en plus de Mélenchon et Bové,il manque Marie Georges Buffet et son ineffable tentative de mettre en avant le Comité National Antibéral.
    En faisant disparaître le sigle PCF,en 2007,pour le remplacer par l’irréel Comité National Antibéral,elle s’est tirée une balle dans le pied :
    elle a travaillé avec Mélenchon,qui souhaitait l’humiliée pour lui succéder
    elle s’est coupé des ’rouges’ pour qui les termes de république,nation comptent et,ingunément s’est rapprochée de Mohamed Aounit,personnage préoccupé par la diffusion du pro-islamisme.
    elle a pas compris que les traîtrises de Bové et Besancenot,serait suivies par Mélenchon et ses illuminés.
    elle a démontrée qu’elle méprisait la forme parti,dont elle avait énormément profité pourtant..Bref,la totale imposture,qui s’est conclue par les célèbres 1,9% dont les mélenchonistes se moquent encore..
    Alors que,ils ont tout fait pour en arriver là.
    Benoitement,de façon énamourée MGB n’a rien vu...
    Pourtant le passé de Mélenchon est celui d’un Maastrichtien fanatique,Miterrandôlatre et anti-PCF terriblement efficace .

    Maurice Le 7 juin 2015 à 07:15
  •  
  • La question de fond est :
    peut on faire alliance ,localement,avec des membres du PS,critiques ?s’ils le veulent,car vu que le fdg-PCF, disparait,sans élus visbles,il ne peut exister,et ça renforce le monopole d’élus de gauche au PS.
    Certains se demandent,quelle différence, entre des écologistes désireux de s’associer à un gouvernement PS et des communistes désireux de s’associer à un Conseil Municipal PS ?
    C’est trés différent.Au gouvernement ,revient la responsabilité de diriger.Pas au niveau local. Il est indispensable de mettre carte sur table, de crever l’abcès pour cesser de piétiner.Car la différence est immense.
    Un conseil communal,est local.
    Un gouvernement est national et européiste.
    Au fond quoi de plus normal pour un communiste français,non-bolchévik , de s’investir dans sa commune.
    Or avec les pédégés,il ne faut pas,avoir des alliés locaux,de gauche c.a.d PS,car le parti de’ gauche(?)’,les a ex-communié.
    A ce compte,vu que les électeurs de gauche votent PS au second tour,seuls le PS aura des élus,ou l’UMP ou le FN.
    C’est d’ailleurs le cas après la stratégie suicidaire anti-électoraliste’,c’est un comble quand on base sa stratégie sur les élections..
    Cette perspective est inacceptable.Qui peut se réjouir que sur les 600000 élus de la république,seuls quelques dizaines soient de la gauche du PS ?en France ?

    adeline Le 7 juin 2015 à 07:31
       
    • Voter PS je dis non !! et bien de mes camarades sont de mon avis et comme moi prêts à voter FN . Celà premettra de remettre de l’ordre à gauche .

      l’ Antonien . Le 7 juin 2015 à 12:19
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.