Accueil > La Midinale | Par Pierre Jacquemain | 28 mars 2017

[vidéo] Leila Chaibi « La recomposition à gauche ne peut plus se faire autour du PS »

Porte-parole de la France insoumise, Leila Chaibi évoque la position de Jean-Luc Mélenchon dans la campagne, la situation de la gauche à la veille des élections et son militantisme politique.

Vos réactions (36)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (36)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Nous avons besoin du PCF en France.
    Il a un rôle actif et direct avec la population dans les mairies, les députés et la culture.

    C’est le parti à gauche du PS. Il est fiable, humaniste.
    Il représente la gauche de la gauche. C ’est le seul parti d’ailleurs qui la représente depuis 1945.

    Une gauche sans le PCF serait morte. Morte.

    Pour moi, il m’a apporté beaucoup. Je me rappelle de ces petits timbres que l’on devait acheter pour soutenir le parti, et le militant nous amenait l’humanité. J’avais 5 ans, je lisais aussi les articles en cherchant mon Pif dans les dernières pages.

    Et puis après j’ai passé les dix ans, j’ai lu des Pifs Gadgets, ancien "Vaillant" qui prônait l’humanisme, la paix pour tous, la lutte contre le fascisme

    Et puis je suis passé à la trentaine, j’ai collectionné les Pifs et fait de la propagande sur le net pour le magazine lorqu’ils était ressorti.

    A la fin de la trentaine, j’ai collectionné les vaillants et j’ai recensé les centaines de dessinateurs venant de ce magazine, qui appartenait au PCF.

    Toute la bande dessinée Française de qualité venait du PCF, ou originaire, de Astérix à Gotlib, de Corto Maltesse à Pif le Chien.

    Et puis la quarantaine, là j’ai commencé à aider directement les gens, restos du coeur, puis bénévolat anarchiste.
    Directement en contact avec le peuple.

    Je suis un produit du PCF. Les nouveaux mouvements de Gauche m"indifférent, des feux de pailles, jamais je ne laisserai mourir ce parti et participerai jusqu’à ma mort pour qu’il continue à exister.

    bdpif Le 28 mars à 20:19
       
    • Et tout ça pour en arriver à moins de 40 000 adhérents avec Pif, Hercule, Thorez et Duclos remplacés par Laurent "junior", Tartignolle, Chassaigne...Reviens Rahan, reviens le concombre masqué ! Gai Luron à Fabien !

      René-Michel Le 29 mars à 10:24
  •  
  • @ Maurice
    Pour moi qui ne suis pas communiste, vous me mettez mal à l’aise. Surtout après l’intervention de Léila Chaibi qui affirme sa position à travers la France insoumise dans le cadre précis de cette campagne.
    Votre analyse, dont je conçois parfaitement qu’elle puisse être exprimée, m’apparaît discutable, est en tout cas alambiquée au possible, voire illisible.
    Elle n’est pas à sa place, ici et maintenant. C’est plutôt un débat qui devrait avoir lieu au sein du pcf d’abord. Réglez vos problèmes théoriques, et pratiques par conséquent, dans un cadre plus adapté à ce que vous soulevez.

    En dehors de ça, la France insoumise regroupe une grande majorité de gens qui n’étaient pas engagés dans la politique. Il y a aussi des socialistes, écologistes et communistes, encartés ou pas, peu importe, ce qui compte c’est le projet commun.
    La France insoumise est une force, pas un parti (je ne concevrais pas d’adhérer à un parti, quel qu’il soit). Une force qui continuera d’exister après les élections, sous quelle forme nul ne le sait mais il permettra de développer ce projet, le transformer, l’adapter. Qu’il y ait des militants encartés en son sein est aussi une bonne chose, pourquoi les communistes devraient-ils faire exception ?
    Par contre je considère comme essentiel d’exclure de ce mouvement toute tentative de récupération et principalement du PS que je considère être un parti de droite.

    Max Le 28 mars à 21:55
       
    • Mon premier commentaire, qui n’ a rien avoir avec le sujet était pour complémenter le sien. mais il a disparu ...
      Du coup je suis complètement hors sujet

      bdpif Le 28 mars à 22:28
    •  
    • Par contre je considère comme essentiel d’exclure de ce mouvement toute tentative de récupération

      A mon avis, c ’est foutu. Vous avez vu le dernier débat à la télé, 3 personnes étaient deriière Melenchon, Coquerel, Charlotte Girard, et Généreux, donc du 100 % PG.

      Ce sont eux qui sont les réprésentants du mouvement à la télé
      , Coquerel pour les médias, Charlotte Girard dans les meetings, et Généreux à l’économie.

      Pris de curiosité devant votre commentaire, je suis parti voir le programme du parti de Gauche que vous trouverez sur son cite, le programme des insoumis est recopié sur celui du Parti de Gauche. Je vous invite à le lire pour vous donner un avis et voir, si vous n’avez pas été récupéré depuis longtemps (Mouarph)

      bdpif Le 28 mars à 23:05
    •  
    • Je pense qu’il y a une contradiction dans votre demande d’exclure un parti comme le PS, des Insoumis, caractérisés eux-mêmes, en tant que mouvement. Je pense pour ma part qu’un parti politique est un outil essentiel de l’action politique, c’est, comme le disait je crois Gramsci, un "intellectuel collectif". Il a une position en tant que tel, qui est à mettre sur le même plan que celle de tout individu "intellectuel individuel". Mais il a, à mes yeux, une force supplémentaire : son projet est le produit d’une démarche collective, ce qui la valide davantage que les opinions qui peuvent s’élaborer au sein d’un mouvement aussi large soit-il, mais non organisé ou non structuré. Je pense que JLM aurait dû conserver son dispositif initial (le PG), et pour élargir son audience, ne pas s’écarter du principe initial de FdG, même si cette structure a été plus ou moins "sabordée" par le PC, qui est pourtant lui, effectivement, un "intellectuel collectif", un "parti". Un front permet d’associer des partis bien individualisés, ayant donc une "doctrine" spécifique, mais qui jugent qu’ils ont aussi certains objectifs communs. Le front est alors une structure qui permet de concilier indépendance de jugement et combat commun sur certains objectifs. Je pense qu’il y a une mode actuelle à rejeter les "partis". C’est une erreur qui aura besoin d’être corrigée si les partis (ou mouvements) opposés à la politique du capital, pour partie menée par des partis comme LR, le FN, En Marche, le PS (Eh !oui !), etc... veulent à l’avenir progresser...

      Abbé Béat Le 29 mars à 18:59
  •  
  • Ah Monsieur Dupif... Tout ça pour en arriver à macron..
    Il en faut du courage mais Robert "Bob" Hue n’a pas dit son dernier mot.

    Arouna Le 28 mars à 22:00
  •  
  • Bonjour
    A bdpif
    je respecte votre parcours, mais le PCF si , il veut revivre doit redevenir révolutionnaire, sinon il n’a aucune raison d’être. Hors le PCF est devenue un parti réformiste, et cela depuis longtemps, chacun trouveras la date , dans son tournant réformiste, avant Marchais (ou peut étre avant) ou aprés Marchais.....???.
    En tout cas Robert Hue n’avait rien de révolutionnaire, et son ralliement a Macron n’a rien d’étonnant.
    Son bout de chemin avec le PS, qui continue la complétement dévitalisé. Sa volonté de préserver ses élues , en faisant alliance avec le PS le plombe.
    Le vieux mouvement communiste est mort, comme le vieux mouvement ouvrier, il doit renaitre. Le PCF, et le nouveau mouvement ouvrier sera-t-il a la hauteur ?....sinon le réformisme continuera, sans lui.....
    Mélenchon, FI, non rien de révolutionnaire , c’est aussi un réformisme, plus radical, qui essaye d’accompagner , la recomposition, restructuration du paysage politique, chamboulé lui mêmes par la recomposition /restructuration du capitalisme, en mutation permanente, et qui attaque les acquis du mouvement ouvrier, pour pouvoir survivre, il lui faut donc tout reprendre a ce mouvement ouvrier, le mouvement ouvrier n’a plus que le choix, de contre attaquer, s’il reste dos au mur , dans la défense du beefteack seulement ...il est mort !
    Le Réformisme est mort, il ne peut plus rien offrir au mouvement ouvrier, il ne peut que lui reprendre ce qu’il lui a donner pendant les trente glorieuses et mêmes avant.
    les vieux représentants de ce mouvement ouvrier(PCF, PS, réformiste de gauche, social démocratie ...)ne peuvent plus le diriger. Mélenchon, FI, le peut-il .... a voir. Mais on peut mettre une carte pour voir.
    Pour faire court

    bob Le 28 mars à 22:48
  •  
  • Bonjour
    suite
    La tentative Hamon, c’est pour la social démocratie, de sauver les meubles, de garder la tête du mouvement populaire pour influencer , infléchir la gauche radicale, d’ou une lutte coopération /compétition avec Mélenchon/FI...qui dans le réformisme va tirer la couverture a lui !!??.
    LO se réclame , comme le seul mouvement communiste, et se réclame du communisme....le NPA ou est-il ?.
    Qui se réclame encore de la lutte des classes, de l’anticapitalisme, du rejet du réformisme....
    Mais ces deux formations, n’ont-il pas encore le vieux logiciel trotkyste ?.
    Quand aux écolo n’en parlons pas, il souhaite un capitalisme vert, forcément réformiste. Voir parcours Cohn Bendit...
    Mais , il ne faut pas se faire d’illusions, cela peut prendre du temps et le réformisme gagner encore un certains temps.

    bob Le 28 mars à 23:04
  •  
  • je vais tenter une petite contribution à ce débat...
    La France Insoumise s’inscrit clairement dans une démarche "réformiste", dans le sens où elle vise à transformer la société en utilisant l’Etat, la République. Mais un réformisme radical, car les transformations défendues constituent des réelles bifurcations, pas juste des mesures correctives, qui devront se déployer dans le long terme (changement de modèle productif, approfondissement de la démocratie, ...). Dans le court terme, une partie de ses mesures peuvent pour certains paraître timorées (augmentation limitée du SMIC, réduction du temps de travail limitée à une consolidation des 35h, ...), mais cela procède d’un certain réalisme, c’est ce que un pouvoir politique seul peut dans l’état actuel des rapports de force envisager.
    Cependant, cette démarche politique ouvre une "brèche révolutionnaire" en appelant de manière tout à fait explicite à la mobilisation populaire, car la révolution, par définition ne part pas de l’Etat mais du peuple lui-même, du mouvement social, de l’établissement au sein de la société d’un rapport de force entre ce peuple qui se conscientise comme sujet politique unifié et les forces dominantes qui l’oppriment et l’assujettissent, et du déploiement de son potentiel créateur et de sa souveraineté .
    Ce que cette démarche tente même de susciter avec le lancement d’un processus constituant. Celui-ci a pour vocation non seulement à changer les institutions, à affirmer des droits nouveaux, mais aussi voire surtout à initier une pratique politique, la réappropriation par les citoyens-travailleurs de leur destin, qui pourra ensuite s’étendre à tous les aspects de la vie sociale et économique.
    Pour faire bref, la FI propose un réformisme qui vise à installer des conditions, des tendances de fond, des outils, ... permettant à une dynamique révolutionnaire de se déployer et qui s’engage à la soutenir, à en valider les acquis, ...
    Du point de vue de la "base", ce qu’il faut se dire, à l’instar de Lordon, c’est que l’arrivée au pouvoir de Mélenchon et de la FI ne constituerait pas un aboutissement mais bien le départ d’un processus que nous devons nous approprier si nous voulons qu’il soit en mesure d’aller jusqu’au bout de son potentiel révolutionnaire. Voter, et ensuite se mobiliser, pour soutenir, pousser, surveiller, revendiquer, conquérir, construire, ...
    N’est-ce pas ce qui a été le grand apport du PCF dans l’histoire, notamment en 1936 avec les grandes conquêtes imposées au Front populaire par les travailleurs mobilisés ou l’instauration de la sécu en 1946 par les travailleurs eux-même appuyés par Croizat au ministère du travail ?
    Vous pourrez au moins noter, camarades communistes, que Mélenchon est en préalable nettement plus enclin à cette dynamique que ne l’ont été à l’époque Blum ou de Gaulle... Voilà ce qui pourrait être une formidable opportunité pour le PCF de renouer avec son histoire.

    raphaël Le 29 mars à 00:05
       
    • Bonjour,
      Pas une seule fois le mot capitalisme dans votre message
      Réformisme à dynamique révolutionnaire ? Difficile d’y croire.
      Toutes ces bonnes intentions ne sont pas réalisables dans le cadre du capitalisme et on voit qu’à chaque fois que cela a été tenté, les choses ont empiré.
      Je suis un peu surpris par le ralliement (pas très clair d’ailleurs) de Lordon à Mélenchon. Comme Lordon et comme le PRCF (dont je n’aime pas d’autres aspects) je suis pour une sortie de l’UE. Jamais Mélenchon ne sortira de l’UE. Son programme est plein de contradictions là-dessus, tout comme celui de MLP (désolé pour la comparaison) qui n’a nullement l’intention de sortir de l’UE non plus.

      Durruti Le 29 mars à 08:27
    •  
    • Bonjour,
      C’est vrai, je n’ai pas employé le terme de capitalisme, mais évoqué " les forces dominantes qui l’oppriment et l’assujettissent", parce que à d’autres périodes de l’histoire, ces forces furent autre chose que le capitalisme. Mais dans mon esprit, pour aujourd’hui, il s’agissait bien de cela, qui d’ailleurs n’est plus qu’un "simple" système de domination économique mais est en train de glisser vers un nouveau régime de souveraineté, "impérial", un néo-féodalisme des multinationales dont l’UE est une concrétisation particulièrement aboutie, mais qui s’étend à l’ensemble de la planète.
      D’où l’importance du processus constituant : il s’agit de ré-affirmer et de ré-armer la souveraineté populaire face à l’Empire du capital. Est ce que cela doit passer par un retour à la nation ? Oui, si il n’y a pas d’autres moyens, mais il faut bien intégré le fait que ce retour en arrière n’est en soi nullement une garantie de s’affranchir de la gouvernance capitaliste, et peut-être même au contraire : "diviser pour mieux régner" reste plus que jamais d’actualité...
      La démarche proposée par Mélenchon ne vise certes pas à sortir de l’UE, mais à sortir l’Europe des traités qui font de l’UE une administration régionale de la gouvernance capitaliste. Elle passe par un affranchissement immédiat de ces traités sur tous les points qui entreraient en contradiction avec l’application du programme de la FI, à commencer par une dénonciation pure et simple du TSCG qui soumet la souveraineté nationale en terme de définition du budget de l’Etat à la validation préalable de l’UE. Cela pour envoyer un message fort lors des négociations qui suivront : pour la France, ces traités sont dors et déjà caduques. L’autre levier de rapport de force est la menace de sortie unilatérale de l’UE en cas d’échec des négociations.
      Si l’UE ne se met pas au service des peuples, la France la quittera.
      Alors pourquoi ne pas sortir tout de suite, étant donné que l’échec de ce processus est probable ? Parce que il y a l’espoir que au moins un certain nombre de pays nous suivront, et il faut pour cela laisser un certain temps à leurs peuples pour s’emparer de cette question, stimulés par la résistance de la France. La France aussi a été constituée par une unification "forcée" de multiples peuples, entreprise par les " forces dominantes" de l’époque, l’aristocratie, c’est la Révolution qui l’a consacré comme nation. Pourquoi ce processus ne pourrait-il pas se répéter, dans une forme évidemment différente, au niveau de l’Europe ?
      Et aussi, en "interne", si l’Europe n’était pas prête pour ce glissement vers une "méta-nation" support d’une souveraineté populaire élargie, pour que notre propre peuple se rende bien compte de l’impasse de la situation. Car une sortie de l’UE ne peut se faire sur des bases progressistes que si elle est très largement portée par le plus grand nombre.
      Et cela vaut aussi pour la sortie du capitalisme. Celle-ci ne se décrète pas dans le bureau d’un ministère, mais ne peut que être l’oeuvre de la ré-appropriation collective par les travailleurs de leur outil de production.
      Lordon ne s’est pas rallié à Mélenchon, il a exprimé que sa candidature constituait une opportunité politique à saisir par les travailleurs-citoyens pour enclencher la ré-appropriation de leur destin. Le plus gros du boulot, c’est à nous qu’il incombe ! Porter Mélenchon au pouvoir nous permettrait d’avoir un allié déclaré à la tête de l’Etat. Rien de plus, rien de moins non plus.

      raphaël Le 29 mars à 10:14
    •  
    • Commentaire pour Raphaël :
      Je suis d’accord avec vous à propos de vos 2 réflexions précédentes : afficher la sortie de l’UE brutalement est aujourd’hui assimilé à Le Pen et, qu’on le veuille ou non, entaché dans les têtes des gens d’un discrédit, entretenu par les médias serviles. Pour ceux qui se sont laissés subjuguer par Le Pen (et cela existe notamment dans les couches populaires) c’est ne voir cette sortie que comme une fin en soi, qui apporterait d’elle-même un bienfait. Ce qui n’est pas le cas : ce sont les mesures qu’elle inflige qui sont à combattre. Il faut donc ne pas tomber dans ces deux pièges. Le projet de JLM se heurtera nécessairement, entre autres, à des oppositions juridiques basées sur "les acquis communautaires". Il faudra agir au cas par cas... en réclamant, avec argumentation solide à l’appui, une forme "d’opt out", si bien utilisée à son profit par l’Angleterre (lorsqu’elle était dans l’UE !). On avancera pas à pas, et juste pour ce qui est nécessaire en en montrant concrètement le besoin, donc en faisant progressivement entrer dans les têtes le besoin de rupture nécessaire avec l’UE. En procédant ainsi on montrera à ceux qui "croient" en l’UE qu’on ne peut avancer qu’en luttant pied à pied contre tout ce qui nous gène, venant d’elle. C’est la meilleure façon de convaincre progressivement les tenants de l’UE, qu’elle est un frein à des changements positifs en France. En bout de course, et si on ne peut grignoter ses oukases... on légitimera aux yeux de tous, et s’il le faut, une sortie de l’UE. C’est une affaire difficile qu’il faut aborder avec énergie...mais intelligemment et avec prudence ! JLM a raison d’y aller avec précautions...

      Abbé Béat Le 31 mars à 18:10
    •  
    • @Dérouti. Au moment où les Insoumis et JLM cristallisent et suscitent chaque jour l’adhésion pour le renversement de ce système de parasites, tu nous tiens à peu près ce langage : Lordon qui veut en finir avec l’Europe rejoint JLM et son plan B qui milite contre l’UE des banquiers et l’OTAN depuis des années. Mais JLM tout comme le FN ne fera rien ! Donc Lordon est un con, comme les millions de français qui rejoignent la France Insoumise et le grand message de Durruti est : Pour en finir avec le capitalisme abstenez-vous !

      rené-Michel Le 2 avril à 10:37
  •  
  • Les temps ont changés... Ce qui est en train de naître c’est ce dont nous avons rêvé pendant des années, un mouvement , rassemblant toutes générations, mais avec beaucoup de jeunes,
    pour agir, réfléchir, construire dans un état d’esprit de solidarité, de partage, d’ouverture et de progrès pour tous ...On l’a rêvé, Jean Luc Mélenchon l’a fait !
    Chaque parti dot en tirer les conséquences pour sa propre activité !
    Le 21 Avril a été un coup de semonce pour les pratiques en vigueur ! Qui en a tiré les véritables leçons ? Pas le PCf en tout cas ! Les communistes intégrés dans la Fi sont apparemment à l’aise , comme tous les autres... anciens socialistes, anciens écolos et non-encartés .. l’Union n’a plus la côte , faut il s’en étonner ? Le PS a tiré, pour a survie, les leçons de toute cette période antérieure, il a mis ses oeufs dans deux paniers différents...... Pour ma part revenir à un parti , c’est non ! non et non !

    Mattia Nadia Le 29 mars à 09:59
       
    • Ce qui est en train de naître c’est ce dont nous avons rêvé pendant des années, un mouvement , rassemblant toutes générations, mais avec beaucoup de jeunes,
      pour agir, réfléchir, construire dans un état d’esprit de solidarité, de partage, d’ouverture et de progrès pour tous ...On l’a rêvé, Jean Luc Mélenchon l’a fait !

      Un centre aéré ...

      bdpif Le 29 mars à 11:51
    •  
    • c’est toujours mieux que la maison de retraite de la place du Cl Fabien.

      rené-Michel Le 2 avril à 10:40
  •  
  • 29 mars 2017
    p$ / R.I.P.

    cantaous Le 29 mars à 12:13
  •  
  • Beaucoup trop d’intervenants ici se payent de mots et sont dans de la pure Réthorique. Révolution, communiste, capitaliste, Etc...

    Revolution, en France nous avons eu 1789, en Russie il a eu 1917, en Chine 1911, plus récemment il a eu la révolution Tunisienne, pour ne citer que ces exemples.

    Communiste, l’URSS a été dirigée par un PC qui avait les pleins pouvoirs , la Chine est dirigée par un PC qui a les pleins pouvoirs. Nous avons un PCF, des personnes qui n’adhèrent pas à ce parti ce revendiquent de l’idée communiste.

    Capitalisme, dans l’Angleterre Élisabéthaine il a eu un capitalisme naissant, les États Unis ont donné naissance au capitalisme Fordien , aujourd’hui nous avons le capitalisme mondialisé et financiarisé.

    Tout ça pour dire que lorsque l’on veut dialoguer , si on veut être compris et que d’autres nous répondent, il faut donner aux mots le sens qu’on leur donne, sinon on est dans de la pure réthorique . Si l’on veut être dans la dialectique les mots doivent devenir des concepts, il faut donc les définir, et définir leur champ d’application.

    Dit comme ça, cela à l’air compliqué, mais c’est ce que nous faisons tous les jours , sans le savoir, lorsque nous voulons être bien compris, notamment avec nos enfants. Un peut comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

    Faire de la réthorique c’est la facilité, cela évite de réfléchir sur le fond, cela évite de s’exposer aux objections , et cela permets toutes les invectives. Il faut un certain courage pour accepter le dialogue.

    Pour finir je trouve l’interview de Laila Caibi très intéressante non seulement pour ce qu’elle y dit , mais ce qu’elle révèle, une FI diverse plurielle et variée.

    GG Le 29 mars à 12:41
  •  
  • suis resté au PC 15 ans, de 15 à 30 ans jusqu’à ma "non invitation" à la remise de carte car j avais aussi critiquer Marchais....
    il y a 6 ans, le PG a rempli un vide, remis dans le militantisme bcp d ex, ex coco, ex socialistes de gauche, ex gaucho, ex rien....

    aujourd’hui FI apparait. Dans ma banlieu lyonnais : le PC 75 ans de moyenne d age, PG 60 ans FI 40 ans .
    Sur 10 , nous ne sommes que 2 avec un passé de militant pour les 8 autres c est JLM qui les a réveillé, qui a concrétisé leur ras le bol, mis des mots sur leur colère

    on peut le regretter mais c est ainsi aujourd’hui P Laurent visite l’ ex plus vieille ville communiste de France à Vaulx en Velin.... il y est bien avec les derniers militants PC dont les rhumatisme rendent les gestes lents ...ce qui qui leur permettra de le suivre sans problème

    si le PC avait eu une personnalité style Mélenchon ou Besancenot , il n en serais plus là... emporté par la foule il aurait pû de redévelopper plutôt que de magouiller avec le PS à chaque élection........

    il nous faudra gérer l après méluche et garder la flamme... pas gagné

    ducono Le 29 mars à 15:11
  •  
  • Bonjour
    Hamon demande à Mélenchon et France insoumise, et au PCF, de le rejoindre !!!...on auras tout vu ; et pourquoi pas l’inverse ?.
    Cela serais plus logique.

    bob Le 29 mars à 17:32
       
    • Hamon devient juste fatiguant... j’en conviens...
      Il veut rester sourd à ceux qui lui disent que contrairement à ce qu’il croit, il n’est pas en position de rassembler à la fois le PS tel qu’il est,et la gauche ! De plus, en dehors de cette tâche ardue, il porte la casquette du candidat socialiste et à ce titre doit assumer le bilan du quinquennat et les investitures des sociaux libéraux ( et celles les sociaux démocrates mais c’est une évidence) de son parti pour les législatives... soutenir ceux qui formeront sa future opposition et l’empêcheront de gouverner.
      N’importe quoi...

      carlos Le 29 mars à 18:34
    •  
    • Hervé Kempf prend position sur la question :
      reporterre.net/Melenchon-et-Hamon-l-enjeu-de-leur-duel
      (il faut ajouter les traditionnels https://, le lien entier est censuré)
      Malheureusement, il ne croit pas la victoire possible...
      Ce qui ne semble pas être le cas de Julien Milanesi :
      blogs.mediapart.fr/julien-milanesi/blog/070317/presidentielle-le-choix-de-la-transition-ecologique
      (idem)

      raphaël Le 29 mars à 20:48
  •  
  • La victoire de FI est toujours dans le viseur et reste possible, surtout dans l’état de la campagne électorale qui n’en finit pas de changer de braquet. Mélenchon disait lui-même que pour une victoire comme celle-ci, il fallait passer par un trou de souris.

    Il faut continuer à avancer dans cette idée de victoire, les insoumis sont les prémisses de changements profonds dans un avenir assez proche. Nul ne peut dire quelle forme cela prendra.
    Exemple les bouleversements politiques qui s’annoncent au sein de la mouvance traditionnelle, tels le PS et LR sont loin d’être terminés, bien au contraire, nous pouvons y ajouter tous les partis politiques de gauche dont le PC.

    Les législatives vont aussi être le révélateur des comportements politiques et la vision de perspectives futures va s’affirmer. Ou non...

    Ces perspectives vont transformer profondément le paysage politique et nul n’a idée de l’ampleur de cette mutation. C’est ça qu’il faut suivre avec attention.

    FI a du pain sur la planche, parce que ce mouvement préfigure de nouvelles formes de luttes et d’organisation dans l’avenir qui est déjà visible.

    Max Le 30 mars à 10:57
  •  
  • Extrait de l’article Voter Mélenchon ! Lutter pour le socialisme ! de Jérôme Métellus dans Révolution ( marxiste.org/actualite-francaise/politique-francaise/2129-voter-melenchon-lutter-pour-le-socialisme ) ( mettre https://www. devant) :

    "Bon nombre de travailleurs ne regardent pas le détail des programmes. Ils en repèrent simplement les grandes lignes, qu’ils apprécient sur la base de leur propre expérience et de leurs préoccupations les plus brulantes. Quelles sont ces préoccupations ? La pauvreté, le chômage, le démantèlement des services publics et de la Sécurité sociale, la crise du logement, la dégradation des conditions de travail – bref, la régression sociale permanente et généralisée.

    Le programme de la France insoumise contient de nombreuses mesures qui s’attaquent à ces problèmes. Mais à notre avis, elles sont insuffisamment défendues par Mélenchon et les dirigeants de la France insoumise. Dans leurs interventions publiques, ils mettent davantage en avant des idées telles que la VIe République, la planification écologique et la rupture avec les traités européens. Ce sont des idées progressistes, au moins potentiellement. Mais c’est une erreur, selon nous, de leur accorder une place aussi centrale – au détriment, de facto, des mesures de lutte contre les coupes budgétaires et les politiques d’austérité. Il faut que le message central de la campagne soit : « A bas l’austérité ! On fera payer aux riches la crise de leur système »

    C’est autour de cet axe que doivent s’articuler les idées sur la démocratie, l’écologie et l’Europe. Sans cela, ces idées sont souvent perçues comme abstraites – et le sont effectivement. Par exemple, beaucoup de travailleurs vont raisonner ainsi : « une VIe République ? D’accord : la Ve est pourrie jusqu’à la moelle. Mais quand et comment cette VIe République va-t-elle nous donner de bons emplois et de bons logements ? » C’est une question pertinente. Il faut lui apporter une réponse claire, qui doit être le cœur de la campagne – et non seulement l’un de ses « thèmes » parmi d’autres."

    Durruti Le 1er avril à 14:31
       
    • Durruti, à part saboter et critiquer la FI qu’est-ce tu fais ? Et surtout pour qui baves-tu ? Pose-toi la question. Nous on a déjà la réponse...

      rené-Michel Le 2 avril à 10:46
    •  
    • Comme je l’ai indiqué, mon message précédent est un extrait d’un article publié dans Révolution, journal marxiste qui apporte son soutien (critique) à Mélenchon et appelle sans ambiguïté à voté pour lui. Sur la couv du dernier numéro : une grande photo de JLM le poing levé et le titre : " Voter Mélenchon ! Lutter pour le socialisme ! "
      "Révolution est partie prenante de la France insoumise. Nous soutenons la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Mais comme organisation marxiste, nous avons des divergences avec certains éléments de son programme." ( Révolution, 29 novembre 2016)
      Je ne bave pas. Je réfléchi et j’exprime ce que je pense. Je ne roule pour personne. Je ne sais pas encore pour qui je vais voter, ni même si j’irai voter. J’hésite encore entre 3 solutions.

      Durruti Le 2 avril à 12:19
    •  
    • @durruti - pour certains la France Insoumise est à l’image de son candidat, trop à gauche... Pour d’autres, comme dans l’extrait que vous publiez, pas assez !

      L’intérêt du mouvement LFI, contrairement à un parti, c’est qu’il n’y a pas UNE pensée unique qui "éclairerait" ses militants mais un espoir collectif d’aboutir à un projet de société basé sur la cooperation, la solidarité et la reprise en main de leur destin commun par les citoyens que nous sommes tous...

      Independemment du fait qu’on se vive ou non comme faisant partie du "peuple de gauche", il y a, chez les "insoumis" une adhesion à un programme dont la pierre angulaire est un humanisme assumé. Peut-être est-ce parce qu’on y trouve justement des gens aux "façons de voir le monde" différentes, ce qui fait dire à quelques uns que PHI est une "auberge espagnole", au sens le plus negatif qui soit, qu’il s’agit au contraire du lieu le plus propice pour faire naître le rassemblement de la diversité la plus affirmée ! Bien plus en tous cas qu’un parti socialiste qui a montré ses limites ses cinq dernieres années ou qu’un Emmanuel Macron totalement inscrit dans un système que tous s’accordent à voir comme la cause du problème (fin technocrate qui en est même l’émanation l’ultime)...

      Mais, c’est ce qui incite à raisonnablement penser que toute chose étant éphémère, celle-ci est bien liée à un instant particulier... Et chacun une fois l’échéance atteinte s’en retournera probablement à son petit monde... Peut on dès lors vraiment se permettre de rater ce MOMENT si spéciale ? Nous sommes en effet à la croisée des chemins comme le rappelle N. Hulot (quoiqu’on pense de lui) et ses élections présidentielles peuvent nous permettre, mais pour combien de temps, d’éviter le pire pour nos enfants : Barrer la route au liberalisme qui détruit sans conscience la planète et les Hommes !

      Pour ma part, je ne comprends pas l’hésitation des indécis car quel choix avons nous vraiment ?
       Continuer avec le meme cadre gentillement : Fillon, Macron et Lepen.
       continuer avec le meme cadre mais en protestant : Hamon et Jadot.
       avoir le courage de nos espoirs en modifiant les règles pour que change le cadre : Mélenchon.

      À l’époque que nous vivons, celle-là même qui nous permet d’avoir conscience des conséquences humaines et environnementales du fonctionnement du système qui est le notre, l’immobilisme est un comportement qui risque de coûter très cher à nous mêmes (en tant qu’êtres humains) dans quelques années, mais aussi aux generations futures ( et je ne parle pas d’argent) !!!!

      carlos Le 2 avril à 19:17
    •  
    • "humanisme assumé" ? Certainement pas Carlos.

      Soutenir Poutine, soutenir les bombardement russes en Syrie, ne rien dire contre Assad, moi j’appelle ça la vieille gauche George Marchais. 310 000 mort, et 13 000 pendus dans une prison là bas, sans oublier les villes assiégés par le régime, la création des djiastistes et autres par leur libération par Assad au début du conflit pour créer un troisieme front contre les rebelles. Des gens qui cautionnent cà, moi je n’en veux pa sen France. Melenchon, le Pen, ou fillon, hors de question que ces gens passent au pouvoir.

      BDPIF Le 2 avril à 20:19
    •  
    • Vous croyez que j’exagère, au contraire, je suis tout gentil, allez lire l’article de mediapart en tapant sur google
      "Jean-Luc Mélenchon – Un alignement russe extrême"

      et pleins d’autres.

      BDPIF Le 2 avril à 20:26
    •  
    • @bdpif - ça devient ridicule...
      a) Melenchon se fout de Poutine, comme de Trump... C’est pas lui mais Marine Lepen qui a ete lui lecher les pieds ! L’idée c’est bien de ne s’aligner avec personne et donc, compte tenue de notre position actuelle, s’eloigner des americains et se rapprocher des autre pour finir AU MILIEU !
      b) les Djihadistes ? Merci à nos alliés d’Arabie Saoudite et du Qatar de les financer et de les armer pour notre plus grand bien à tous, n’est-ce pas ?
      c) Votre manichéisme vous empêche t’il aussi de voir que les bombes qui tuent des enfants à Mossoul sont americaines et non russes ?
      Je persiste et je signe : HUMANISTE !

      carlos Le 2 avril à 23:32
    •  
    • @Carlos

      Hélas non, ce n’est pas du manichéisme du tout. Celà fait 5 ans que je suis la guerre civile en Syrie, et j’ai voté Melenchon en 2012, en ayant été atrocement déçus de ses prises de décisions avec les russes et Assad. Il a juste retourné un peu sa veste la semaine dernière, en ayant un petit mauvais mot contre poutine "Nous ne serons pas adoubé par POutine", mais cà, c ’est juste après le soutien officiele de Poutine à Lepen.

      Sinon rien ne change à sa politique international " Redefinir les frontières de la russie en Europe", là c ’est catastrophique, cà veut tout simplement dire ’Vas y Poutine, envahis ce que tu veux en Europe", et dieu merci il y a des missiles en pologne pour la protéger.

      Économiquement en France, il tiendra pas une seule mesure de ce qu’il dit, les augmentations de smic pour tout le monde, etc, etc. C ’est du flan. Du populisme. C ’est une gauche autocratique et dictatoriale pour laquelle vous allez voter. Et c’est tout simplement le PG qui a changé de nom parce que mauvaise réputation.

      C ’est tragique, mais on vous a vendu du vent.
      De toute facon, il passera pas le premier tour. Allez voir Poutou, lui c ’est un humaniste, l’autre non pas du tout, on est à l’inverse de l’humanisme.

      bdpif Le 3 avril à 12:42
  •  
  • @bdpif - il y a de la mauvaise foi à faire comme si JLM avait tenu des propos totalement contraires (interprétés comme tels en tous cas) à ceux qui sortent de sa bouche dans la video que je vous mets ici : https: //youtu.be/RCe0gMCX7RE (j’ai mis 2 espaces derriere les 2 points sinon impossible de mettre le lien)

    carlos Le 3 avril à 08:12
       
    • Tout à fait d’accord avec Carlos.

      Je recommande à Bdpif de prendre le temps (mais le veut-il ?) d’écouter toutes les interventions de JLM sur sa vision géostratégique dont la dernière de la semaine dernière, de lire le livret consacré aux relations internationales, de réécouter ses différentes mises au point à propos de Poutine (il a rappelé son soutien à Greenpeace engagé contre les Russes, contre les forages du pétrole en Arctique) à celui d’un camarade de même mouvance politique que la FI, emprisonné par le chef du Kremlin) et autres dictatures contre lesquelles il s’est élevé et a milité. Il y en a marre de cette mauvaise foi qui relève d’un certain pathos.

      JLM n’est pas parfait (qui l’est ?), le programme de la FI non plus ? Mais c’est le seul qui présente une cohérence en articulant les différents plans dans un tout. On poeut ne pas être d’accord mais il arrive un moment où s’impose un minimum de probité intellectuelle.

      Babeuf

      Babeuf Le 3 avril à 09:29
    •  
    • Vous avez été propagandé.

      Celà fait que je prends le temps de regarder la guerre civile en SYrie et les propos de melenchon dessus, regardes le lien que je vous ai mis, il résume tout ce que je dis depuis 5 ans, et que vous n’avez pas suivi, la guerre était loin pour vous.

      Je ne vais pas dire que vous n’y connaissez rien, vous le prendriez mal, et c en’est pas le but, je vais juste vous dire qu’on vous a raconté des salades, et que vous ne lez avez pas vu, tout simplement parce que vous n’avez pas suivi le drame syrien, et juste écouté les propos de propagande de JLM recopié par RT et Sputnik, le sorganes de propagandes de la russie. IL n’y a rien de méchant dans mes propos, juste un vain espoir de vous réveiller avant de cautionner l’irréparable.

      bdpif Le 3 avril à 12:47
    •  
    • @bdpif - je vous ai deja repondu sur la Syrie... Certes, le commentaire en question ne date pas d’hier mais votre prose me laisse penser que vous n’avez manifestement rien lu de ce que j’y ai ecris ou alors, ce qui revient au même , vous n’en avez gardé aucun souvenir...

      Libre à vous de croire que "je n’y connais rien", ça vous rassure peut etre de souscrire à l’idée que vous "appuyez" le meilleur des camps, celui qui ne fait que des victimes dans les rangs des bourreaux, et aucune ou si peu dans les rangs des innocents (c’est de l’ironie vous l’aurez compris).
      Vous me parlez de "RT" ou "sputnik" comme si j’en etais le defenseur et que je ne jurais que par eux... Dites vous bien qu’en vous lisant, je n’avais aucune idée de ce que signifiait le 1er et me bornais à chercher un jeu de mot lié à un satellite russe dans le second...
      Tout ce que je sais, c’est que suivre la Russie ou les Etats-Unis revient à abandonner notre indépendance pour adopter la vision du monde d’un autre. Je ne veux ni de l’un, ni de l’autre... Et tout ce que j’ai pu entendre ou lire de JLM ainsi que de comprendre du programme de la France Insoumise, va totalement dans ce sens : à savoir appuyer le camp de la paix et aucun autre !!!!

      Bref, entre ce que pense JLM, ce qu’il dit, ce qu’on en entend (merci les media), ce que vous en interprétez, je vous conseille la modération dans l’exercice de lui prêter une pensée qui ne vous en déplaise m’apparaît comme totalement fantasmée !
      Alors que de votre côté, vous ne remettez pas une seconde en cause les intentions cachées de ceux qui cherchent à vous manipuler pour conforter une guerre de "pouvoirs" au detriment des populations civiles ! Même l’exemple pourtant evident de Mossoul ne vous convainc pas une seconde qu’il n’y a pas de guerre "juste" et que l’horreur de voir des enfants mourrir pour les intérêts de quelques uns ne peut s’avérer justifié pour des raisons "idéologiques"...

      carlos Le 3 avril à 13:38
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.