cc Russell Tribunal
Accueil > Monde | Par Emmanuel Riondé | 18 mars 2015

Leïla Shahid, une grande voix de moins pour la Palestine

L’ambassadrice de la Palestine auprès de l’UE a annoncé la semaine dernière qu’elle mettait un terme à sa carrière diplomatique. Une page importante se tourne, même si sa parole restera au service d’une cause qu’elle a brillamment défendue.

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Nul doute que pour les soutiens français et européens de la politique colonialiste israélienne, il s’agit d’une excellente nouvelle. Pour les autres, il va falloir s’y faire : Leïla Shahid quitte l’arène diplomatique.

L’atout de la sincérité

Elle y aura fait entendre, pendant plus de vingt ans, de Paris à Bruxelles, une voix singulière. Au sens littéral du terme : petite voix forte, incisive, faisant chaleureusement rouler les "r" dans ses interventions en français et/ou anglais, parfaits tous les deux. Au sens politique du terme, surtout : Leïla Shahid, ou l’anti-langue de bois. « C’est pour moi la raison essentielle de la grande estime dont elle jouissait, témoigne Dominique Vidal, journaliste spécialiste de la question palestino-israélienne : elle a fait de sa sincérité son atout principal et cela lui a rapporté du crédit auprès de tous ceux qui suivaient de près la question palestinienne mais aussi de ceux qui en étaient plus éloignés. Chacun ayant le sentiment qu’elle disait exactement ce qu’elle pensait.  »

Cette sincérité, Leïla Shahid, soixante-cinq ans, l’aura mise au service d’un engagement sans faille pour les droits du peuple palestinien. Installée dès 1989 comme représentante de l’OLP en Irlande, Yasser Arafat la nomme en 1994 déléguée générale en France de l’Autorité nationale issue des accords d’Oslo. En 2005, elle part à Bruxelles. Vingt années durant lesquelles, ne craignant ni l’affrontement des débats, ni le feu des médias, elle va se révéler tout à la fois diplomate pugnace d’un État en construction et porte-parole charismatique d’un peuple sous occupation.

Un sens politique sûr

« Nous l’avons connue avec mon mari lorsqu’elle était en poste à Paris dans les années 90, se souvient Christiane Hessel, veuve de l’auteur d’Indignez-vous !. Son départ aujourd’hui est pour moi une perte immense. C’était une remarquable diplomate, très subtile, toujours nuancée sans jamais renoncer à une expression forte. » Très attachée à la bande de Gaza où elle s’est rendue à plusieurs reprises, Christiane Hessel se plaît à relever que Leïla Shahid « n’a jamais dit un mot de travers à propos du Hamas. »

De fait, en vingt-six ans de représentation officielle de l’OLP puis de Autorité nationale palestinienne puis de la Palestine, son sens politique a rarement été pris en défaut. Dominique Vidal a pu l’observer dans un autre domaine. « Après le déclenchement de la deuxième Intifada, à la suite d’une initiative des amis du Monde diplomatique, elle, Michel Warshawski et moi-même avons tourné en France pour parler du conflit, raconte-t-il. L’idée c’était un peu Taayoush (vivre ensemble) là-bas, Taayoush ici... On a imposé à ceux qui nous invitaient de passer systématiquement dans les banlieues pour permettre aux jeunes de ces quartiers de s’exprimer. Et Leïla a totalement adhéré à cet aspect des choses, elle avait bien conscience des enjeux en France, autour de cette jeunesse des quartiers, à une époque où on ne parlait pas encore d’islamophobie. »

Des projets pour la suite

Dans l’entretien qu’elle a accordé au quotidien belge Le Soir, Leïla Shahid parle d’une fin de cycle dans sa vie personnelle. Difficile d’ignorer, cependant, que son départ (qu’elle avait annoncé de longue date) coïncide avec la fin de la séquence Oslo. Le peuple israélien a donné mardi 17 mars la majorité des voix à Netanyahou qui, la veille de l’élection, assurait qu’il n’y aurait pas d’État palestinien s’il était réélu. Mahmoud Abbas semble usé et « on ne sait pas ce qui va arriver ensuite », résume Christiane Hessel.

Leïla Shahid, elle, a des projets pour la suite. Entre Beyrouth, sa ville natale, le Sud-est de la France où elle possède une demeure et le Maroc, pays de son mari l’écrivain Mohamed Berrada, elle entend désormais s’« investir dans des actions qui peuvent contribuer (...) à renforcer la résilience, la créativité, l’humanisme et la vitalité extraordinaire de la société civile palestinienne où qu’elle se trouve, en Palestine comme dans la diaspora », a-t-elle confié au Soir. Elle part avec « un sentiment de douleur et de colère » face au sort de son « peuple qui ne mérite pas d’être traité de cette manière par la communauté internationale ». Mais ne désarme pas et on devrait bientôt ré-entendre sa voix dans d’autres arènes.

En attendant, l’une de ces dernières interventions médiatiques au cours de l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, l’été dernier :

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Une femme remarquable. La bonne nouvelle, c’est qu’elle ne lâchera pas l’affaire.

    Pop9 Le 18 mars 2015 à 13:15
  •  
  • un personnage !! qui sais particulièrement bien expliquer la situation de la Palestine . je l’ai rencontré au Havre où elle animait un débat après un spectacle sur la Palestine. j’en ai un souvenir extraordinaire !!!

    jack31 Le 18 mars 2015 à 16:06
  •  
  • clap clap , chapeau bas , Madame !

    skel Le 20 mars 2015 à 06:47
  •  
  • Elle prend sa retraite comme une vulgaire fonctionnaire ? C’est ça la lutte ?

    Kabylie LIBRE Le 23 mars 2015 à 10:16
  •  
  • Comme figure de conciliation on a trouvé mieux. Elle défendait la cause palestinienne mais pas franchement la paix.
    Tant qu’au lyrisme des témoignages (Hessel, Vidal) il faudrait expliquer que ce sont des personnes engagées et non des observateurs mesurés. Vidal débite un nombre de contrevérités tellement grand qu’une page n’y suffirait pas.
    Les israéliens n’ont pas donné la majorité des voix à Netanyahu, il a obtenu le plus de voix ce qui n’en fait pas une majorité. Merci au journaliste de se renseigner sur le système électoral israélien avant d’écrire.

    DEM Le 23 mars 2015 à 12:10
  •  
  • Chapeau MADAME . Le combat continue .

    Alain David Le 24 mars 2015 à 13:36
  •