Accueil > Société | Par Manuel Borras | 14 décembre 2016

Linky, une histoire de compteur

La polémique se durcit autour du compteur électrique Linky, qui doit remplacer 35 millions d’anciens modèles : ses détracteurs dénoncent un coût prohibitif, un non-sens écologique, des risques sanitaires et l’exploitation des données. Pour quelle utilité ?

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vanté à grand renfort de superlatifs par Enedis (ex-ERDF, filiale d’EDF en charge de la gestion du réseau de distribution d’électricité en France), le compteur électrique Linky est de ceux que l’on nomme "communicants". Traduction : il transmet, une fois par jour, la consommation de chaque foyer au fournisseur d’électricité.

Le système est double : les données sont d’abord envoyées par courants porteurs en ligne (CPL), c’est-à-dire par le réseau électrique, jusqu’à un concentrateur qui les regroupe. Elles sont ensuite transmises au fournisseur par GPRS, autrement dit par les réseaux de la téléphonie mobile. Entre 2015 et 2021, ce sont 35 millions de ces compteurs qui devraient remplacer les actuels compteurs électromécaniques. Mais ce programme ne fait pas l’unanimité.

254 municipalités, dont celle du militant écologiste Stéphane Lhomme (Saint-Macaire), ont jusqu’ici voté contre l’installation de Linky – décisions à la valeur juridique toute relative. Des associations (Robin des toits, Next-up…) et groupes citoyens se mobilisent pour sensibiliser sur la question.

Un gadget coûteux… et à risque ?

Les raisons de la fronde sont multiples. Le prix économique de ce dispositif faramineux, d’abord, fruit d’un investissement de 5 à 8 milliards d’euros selon les sources. Si Enedis met en avant la gratuité de l’installation des boîtiers, le prix risque d’être répercuté, à terme, dans la facture des ménages. Existe aussi un coût social : la diminution drastique du nombre d’emplois de techniciens EDF. L’incohérence environnementale paraît, elle, évidente : même s’ils seront recyclés, les compteurs actuels sont encore en état de marche. Pourquoi s’en débarrasser ? Les détracteurs de Linky dénoncent, de plus, sa durée de vie hautement inférieure à celle des compteurs classiques.

Il est également question de risques sanitaires. Le réseau électrique des habitations n’est pas adapté à la puissance des CPL, et n’isole donc pas suffisamment de ces radiofréquences, classées comme potentiellement cancérigène par le CIRC (agence de l’OMS) depuis 2011. La transmission par GPRS ajouterait, de son côté, des ondes téléphoniques à un réseau déjà dense.

Enfin, le stockage de données très précises sur les pratiques de consommation, et donc sur les modes de vie, laisse craindre des violations de la vie privée : piratages, reventes à des entreprises avides d’offres commerciales calibrées aux pratiques individuelles, voire utilisations policières. La CNIL se dit « vigilante » et affirme que l’utilisation des données par des tiers – soit leur vente par Enedis – nécessitera l’accord préalable des personnes concernées.

À qui profite Linky ?

Au-delà de tous ces risques, plus ou moins aigus selon les études et les réquisitoires, c’est l’utilité en soi du nouveau compteur qui se voit questionnée. Selon Enedis, le déploiement de Linky vise à favoriser concrètement les consommateurs : rendre consultable en direct la consommation et donc pouvoir plus aisément la réduire, accélérer les démarches par des procédures à distance, et diminuer les coûts. Des affirmations contestables. Le suivi de la consommation se fera par Internet, alors qu’il aurait pu, comme le réclamaient certaines associations de consommateurs, apparaître directement sur le boîtier. L’accès à une telle option deviendrait alors payant, en parallèle d’une multiplication des offres.

Au lieu d’inciter les gens à surveiller leur courbe de consommation pour se chauffer moins, il semblerait par ailleurs plus pertinent de commencer par mieux isoler les logements. Linky est, enfin, présenté comme un moyen indispensable d’intégration au réseau des énergies renouvelables. Là aussi, les avis divergent. Les principaux bénéficiaires semblent donc se trouver ailleurs : constructeurs du boîtier Linky (Itron, Landis+Gyr, Sagemcom, Ziv, Ester) se partageant un juteux marché ; fournisseurs d’électricité qui réduisent leurs coûts en main d’œuvre ; entreprises en quête d’informations sur les modes de vie individuels…

Alors que l’installation de compteurs communicants a été officiellement remise en cause dans de nombreux pays, dont l’Allemagne, le processus fait en France l’objet de soutiens en haut lieu. Des communes récalcitrantes se sont vues attaquées en justice par la préfecture, et condamnées. Avec la généralisation des compteurs communicants aux secteurs du gaz (compteur Gazpar) et de l’eau, la dynamique semble globale.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Aux inconvénients listés dans ce texte à propos de Linky, j’ai l’impression qu’il faut y ajouter celui-ci : ce compteur pourra, à l’avenir, devenir le maître chez vous, par exemple en commandant la marche ou l’arrêt de vos appareils électroménagers, notamment de votre lave-vaisselle, selon les bons vouloirs du fournisseurs d’électricité...et non pas vos besoins ou désirs. J’en ai trouvé une preuve à l’occasion d’un renouvellement récent de mon lave-vaisselle (marque allemande, évidemment !). Il n’a plus la fonction "lavage d’attente" qui permettait de rincer quelques verres en attendant la "grosse vaisselle" à venir. Bizarre ! En revanche il vous offre des programmes interminables (3 heures !), à basse puissance. Ce ne sera plus vous qui choisirez - à terme - de faire vite ou non la vaisselle ! Mais Linky, c’est à dire le fournisseur d’électricité... si cela l’arrange.
    J’avance une explication : l’Allemagne a abandonné le nucléaire ; elle n’a plus assez de puissance électrique disponible, ou à bas coût à certains moments. Mais elle a des kWh en excès (lorsqu’il y a du vent ou du soleil). Il faut alors les vendre à tout prix au consommateurs : le fournisseur d’électricité fait tourner les lave-vaisselles interminablement, pour consommer du kWh à très basse puissance, que le consommateur paye néanmoins. Les lave-vaisselles (allemands)sont conçus désormais en conséquence...et Linky viendra à votre insu compléter le travail...pour maintenir la "compétitivité" du fournisseur d’électricité...à vos dépens. Où est la-dedans la protection de l’environnement ? Mais je me trompe sûrement : qu’on me corrige, je suis prêt à réviser mon "parti-pris"... ou ma propension à la "théorie du complot" !

    Alain Brachet Le 14 décembre 2016 à 18:39
       
    • Non, je ne pense pas que vous vous trompiez. De toute évidence ce dispositif est d’abord conçu pour organiser le marché de l’énergie distribuant les flux en fonction des besoins des producteurs. On peut ainsi imaginer qu’en plus de ce que vous décrivez, ces flux soit envoyés en priorité là où le besoin des consommateurs ferait monter le prix dans la "logique" de l’offre et de la demande en réduisant par télécommande la consommation là où le prix le plus bas. On va droit vers un système de prix variables en fonction du moment. Seuls ceux qui ont les moyens de payer cher pourront éviter les "effacements" et choisir quand allumer leurs machine à laver.
      Mine de rien, ce compteur nous ferait entrer dans une nouvelle ère, celle d’une infantilisation sans borne.

      Pierre Vissler Le 30 décembre 2016 à 12:34
    •  
    • Commentaire pour Pierre Vissler : merci pour votre appui.Il me semble que notre façon de considérer ce "petit" problème...de manière un peu machiavélique, mais de nos jours c’est assez nécessaire, bien que caricaturé sous le qualificatif de "théorie du complot", mériterait d’être creusée et portée à la connaissance du public... Regards aurait besoin d’autres appuis médiatiques... Trouve-t-on, ailleurs, des compléments d’information ?

      Alain Brachet Le 8 janvier à 12:09
  •  
  • Peut-on refuser l’installation de ces compteurs ?

    Citoyen74 Le 16 décembre 2016 à 15:49
  •  
  • Bonjour,

    Je me bats depuis maintenant plus d’un an contre le déploiement de ces compteurs.

    J’ai pris connaissance de votre position avec beaucoup de soulagement :
    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/clementine-autain-denonce-l-72161
    et après avoir consulté votre journal en ligne, j’ai trouvé cet article :
    http://www.regards.fr/web/article/linky-une-histoire-de-compteur

    Les témoignages de personnes obligés de quitter leurs logements ou de vivre à la bougie après l’installation de ces compteurs se multiplient :
    1/- Linky et Santé Alerte sur les réalités d’un scandale biologique et sanitaire : témoignage de Thérèse
    2/Anonyme mais le collectif de Toulon a les coordonnées.
    Accès Témoignages sanitaires

    Et comme réponse .... un extrait de ce compte rendu de réunion entre des élus et Enedis, édifiant.
    http://www.gumieres.fr/la-commune/publications-municipales/compteur-linky-rencontre-elus-enedis

    Question :
    On nous dit que cet Investissement de 5 milliards va éviter des coûts obligatoires si on maintient
    l’organisation actuelle de l’énergie : par exemple, des renforcements de lignes.
    Pouvez-vous nous donner le montant des travaux évités ou la liste des économies de
    Fonctionnement– chiffrées- générés par le déploiement Linky. En gros, un avant et un après Linky
    sur le réseau ?
    Réponse d’ENEDIS :
    C’est une demande qui génère une étude importante. Nous ne pouvons y répondre.

    Question :
    Comment réagit ENEDIS face à une commune qui délibère contre la généralisation du Linky ?
    Réponse d’ENEDIS :
    (Re-soupirs) Les élus doivent appliquer la Loi.
    Remarque :
    Les communes sont propriétaires. Elles sont donc responsables. Même si la délégation de
    compétences au SIEL entraîne la mise à disposition du bien, celle-ci permet toujours de préserver le
    droit de propriété des collectivités territoriales sur leur patrimoine. La mise à disposition n’emporte
    pas le transfert de propriété. Par conséquent, la commune a de facto son mot dire sur l’aménagement
    de son territoire. C’est d’ailleurs essentiellement un débat politique d’aménagement de territoire,
    plus qu’un débat technique.
    Réponse d’ENEDIS :
    Nous discuterons également avec les élus pour essayer de convaincre du bien-fondé du Linky, comme
    ce soir. Quant à l’aménagement du territoire, c’est un débat qui dépasse les missions d’ENEDIS qui
    applique les orientations politiques nationales.

    Question :
    Quel impact aura LINKY sur l’emploi ?
    Réponse d’ENEDIS :
    La fabrication et l’installation devrait créer 5000 emplois.
    Parallèlement, l’emploi de 2600 releveurs est menacé.
    6000 emplois sont menacés à terme.

    Question :
    Où sont fabriqués les composants des compteurs LINKY ?
    Quelle est la plus-value « made in France » dans le processus de fabrication ?
    Tracez-vous tous les fournisseurs et sous-traitants, depuis la matière première ?
    Est-ce que ENEDIS peut nous garantir que tous les fournisseurs et sous-traitant fabricant les
    composants de LINKY respectent certaines règles d’éthique, de respect de l’environnement et des
    droits de l’homme ? Emploient-ils des enfants ?
    Pas de réponse d’ENEDIS.

    Alors Mme Autain, merci de nous aider à faire respecter nos droits.

    Je vous adresse mes salutations citoyennes.

    Hélène Fosset
    Telgruc sur Mer

    helene Fosset Le 6 février à 12:48
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?