photo cc Robert Couse-Baker
Accueil > Société | Par Jérôme Latta | 5 novembre 2015

Maintenant que la viande est froide, retour sur la polémique

Les réactions suscitées par l’étude de l’OMS sur la consommation de viande ont montré l’immaturité de l’opinion et des médias sur les sujets de santé publique, malgré la nécessité d’un traitement rationnel et transparent de ceux-ci.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Lundi 26 octobre, l’OMS annonçait le classement de la consommation de viande rouge comme « probablement cancérogène pour l’homme » et celle des produits carnés transformés (dont la charcuterie) a été classée comme « cancérogène pour l’homme ». Instantanément, "l’information" circulait, à l’état brut, suscitant une avalanche de reprises et de réactions – la plupart sans mesure.

Pourtant, si l’on prend comme référence la première dépêche AFP publiée (la plus relayée en France), tous les éléments de pondération étaient d’emblée présents. C’est-à-dire, pour les principaux :

 les risques associés à la viande rouge et à la charcuterie sont déjà documentés et ne présentent pas de caractère de nouveauté [1]. Ce qui a été présenté est justement une synthèse des travaux sur la question.
 ce n’est pas en soi sur la consommation des aliments en question que l’OMS alerte, mais sur son excès. L’organisation recommande de la limiter.
 le nombre estimé de décès imputables à cette consommation est modéré en comparaison de ceux liés à l’alcool ou au tabac (34.000 versus 600.000 et un million).

Dans les médias, un registre de dramatisation

Malgré la disponibilité des principaux éléments de compréhension de la problématique, la logique de l’instantanéité et celle de la captation de trafic a conduit à simplifier et dramatiser. Certains titres retenus en témoignent : "Viande et cancer : le rapport choc de l’OMS" (europe1.fr), "La charcuterie et les viandes accusées de favoriser le cancer" (ladepeche.fr), "La charcuterie est cancérogène" (lesechos.fr et al.).

Toutefois, selon les conventions actuelles sur la titraille (qui tiennent donc au désir de capter du trafic dans un contexte très concurrentiel, mais aussi de se conformer aux règles de référencement sur les moteurs de recherche), il était difficile d’introduire des nuances en quelques mots, de ne pas associer cancer et viande, et de mettre en exergue des notions nettement plus subtiles comme celle de la probabilité (des pathologies concernées), des incidences et des méthodologies d’évaluation.

Or, avec les réseaux sociaux et la logique globale des flux, l’information réellement assimilée tend à se limiter… aux titres, la proportion d’internautes ayant réellement lu les articles (majoritairement factuels et honnêtes) avant de les relayer et de les commenter étant congrue. Résultat : le sens de l’information se réduit à « La viande donne le cancer » [2]. Dans un deuxième temps viendront des articles plus détaillés (ici ou ), à même de relativiser l’alarme sans la minorer, mais il seront noyés dans le flot [3].

Sur les réseaux sociaux, un régime de posture

Sur les réseaux sociaux, la logique du commentaire immédiat favorise elle aussi ces interprétations lapidaires. Et la logique de la posture (à adopter immédiatement aussi) ne va pas non plus dans le sens de la complexité, quelles que soient les protagonistes : apologues du véganisme ou laudateurs de la barbaque, agités alarmistes ou adeptes de la désinvolture, carnivores du terroir ou bobos urbains, tous mettent en scène des oppositions caricaturales.

Cependant, les réactions épidermiques sur Twitter ou Facebook n’ont pas seulement témoigné de la culture de l’instantanéité et de la superficialité, mais aussi de la sensibilité "culturelle" (de la dimension anthropologique, même) des pratiques alimentaires. Très exactement ce qu’il faudrait pouvoir objectiver et dépasser au profit d’une approche simplement rationnelle.

On ne peut en effet se contenter de se débarrasser du problème avec des réplique du type « Vivre tue », « Bientôt tout plaisir sera interdit » ou « Il faut bien mourir de quelque chose » (ni, inversement, avec des appels en faveur de nouvelles prohibitions) : autant d’attitudes qui favorisent le statu quo et le maintien de ce qu’il faut bien désigner comme le rapport de forces actuel sur le marché de l’information sur les risques de santé.

La nécessité de mettre en perspective

Un tel contexte, en effet, ne se prête pas à l’exposé de ce qui aiderait à "informer" la question sans en faire nécessairement un objet d’antagonismes inconciliables. Les éléments sont pourtant nombreux, s’agissant de mettre en perspective ce que ce dossier particulier met en exergue. Il est ainsi regrettable que l’occasion ne serve pas à questionner les modèles d’élevage intensifs et les pratiques de l’industrie agroalimentaire, pourtant remis en cause par une remarquable série d’affaires, de pandémies et d’études.

Par exemple, il serait utile, plutôt que d’opposer consommation et non-consommation de viande, de distinguer entre une production de qualité respectueuse des animaux et de l’environnement, et une production industrielle qui transforme la chair animale en "minerai de viande", lui adjoint à l’excès sel, sucres, conservateurs et autres substances aux effets mal évalués. Ou encore de relier le dossier avec les négociations pour le Traité transatlantique, qui prépare un "assouplissement" des normes sanitaires et environnementales

Les impacts sur la santé humaine, l’environnement et le climat, de mieux en mieux évalués, nous placent devant des choix dont l’acuité va en s’accroissant, tandis que s’enclenche ce qui ressemble à une transformation profonde. La baisse continue de la consommation de produits carnés, les doutes motivés sur la qualité des produits, la défiance à l’encontre des substances qu’ils contiennent, les interrogations sur la souffrance animale, la progression du végétarisme esquissent une telle transformation, qui ne peut s’accomplir sans heurter les perceptions acquises.

La transparence et la gestion des risques

Au-delà du seul dossier de la viande et même de l’alimentation, le problème qui se pose à nos sociétés est celui de l’évaluation et de la gestion des risques sanitaires – un problème dont les termes ont profondément évolué au cours des dernières années [4].

Le débat ne devrait se poser sous la forme d’une lutte entre hédonistes et ascètes, bons vivants rougeauds et néo-hygiénistes verdâtres, mais se construire autour de l’information à produire sur les risques et la gestion de ceux-ci. Car c’est bien l’information des populations — mais aussi des autorités qui décident les politiques publiques en la matière – qui en constitue le point névralgique, tant il faut lutter pour assurer son indépendance et sa transparence : contre le pouvoir que les intérêts industriels s’assurent par le lobbying, la confiscation de l’expertise, la proximité avec les institutions publiques, l’ingénierie de la communication, la capacité de censure des annonceurs et diverses manipulations dont l’affaire Volkswagen n’est que le plus récent témoignage.

L’objectif est que chacun puisse, avec la meilleure connaissance possible des risques, choisir ceux qu’il prend – et non subir ceux qu’on lui impose à son insu. Il s’agit là d’une lutte véritablement politique, intimement liée à la reconquête d’un fonctionnement démocratique de la société et de ses institutions.

Notes

[1Un autre état des recherches a été publié en juin dernier par l’Institut national du cancer (INCa).

[3Tandis que l’OMS, à laquelle on peut reprocher de n’avoir pas bien maîtrisé sa propre communication (peut-être à cause de l’objectif premier de toute communication, consistant à obtenir de la visibilité), publiait une liste de précisions.

[4Sous l’influence des scandales sanitaires, de l’émergence de la notion de perturbateurs endocriniens, du poids grandissant des associations, de l’apparition des lanceurs d’alerte, de la progressive prise de conscience que les élus gouvernent sous influence, etc.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ces faits ont été exposés il y a plus de 2 ou 3 décennies
    Mais, qui le sait ?

    évidemment,
    Diet for a Small planet
    1971 bestselling book by Frances Moore Lappé -vendu à 3 M d’ex
     :-)

    Fast Food Nation
    first serialized by Rolling Stone in 1999,
    pour ceux qui avaient loupé " The Jungle ""—le classique de Upton Sinclair ...
    enfin, plus récent
     "vos enfants vous accuseront " Film d’il y a une paire d’années " —parmi 1 M de références

    clara zavadil

    clarazavadil Le 5 novembre 2015 à 16:00
  •  
  • Excellente conclusion, qui concilie la liberté individuelle et la nécessaire protection des consommateurs :

    « L’objectif est que chacun puisse, avec la meilleure connaissance possible des risques, choisir ceux qu’il prend – et non subir ceux qu’on lui impose à son insu. »

    BLep Le 6 novembre 2015 à 13:42
  •  
  • On a évité le pire

    On aurait pu avoir comme titre choc : " La viande rouge hallal est cancérogène" ... cela aurait au moins tenu une semaine sur les médias sans aucun doute

    ok je sors ...

    STORA Antonin Le 7 novembre 2015 à 12:37
  •  
  • Pourquoi adopter le terme de "posture" déjà largement et commodément utilisé par M Valls pour justifier son imposture ?

    Monsieur HR Le 7 novembre 2015 à 12:40
  •