M.-G. Buffet et J.-L. Mélenchon à la Fête de L'Humanité 2011. photo cc Place au peuple
Accueil > Politique | Entretien par Pierre Jacquemain | 11 novembre 2016

Marie-George Buffet : « Le choix d’une candidature communiste nous isolerait »

Marie-George Buffet a pris parti pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon. La députée communiste estime que le PCF doit lui aussi prendre cette option, seule susceptible de faire barrage aussi bien au libéralisme qu’à la droite et à l’extrême droite.

Vos réactions (111)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. Le Conseil national du PCF a privilégié un recours à une candidature communiste contre un soutien à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. C’est une surprise ?

Marie-George Buffet. Oui, parce que ça n’est pas le discours que nous avons tenu, nous communistes, depuis des mois. Nous appelons au rassemblement des forces alternatives à gauche, précisément pour faire gagner la gauche. Le choix d’une candidature communiste alors qu’il existe une dynamique autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, nous isolerait. Je suis donc surprise, et inquiète pour l’avenir de mon parti. Mais surtout inquiète pour le mouvement populaire, pour celles et ceux qui souffrent au quotidien de la précarité. Je ne me résous pas à l’idée que l’élection présidentielle soit gagnée par la droite extrême ou l’extrême droite.

Les militants peuvent-ils renverser cette tendance ?

Je l’espère, parce qu’il y a urgence. Nous devons faire le choix du soutien à Jean-Luc Mélenchon, du partenariat avec France insoumise. Ce choix est le seul, aujourd’hui, en capacité de réunir largement et de gagner à gauche pour battre la droite et l’extrême droite. Je sais aussi qu’il y a des militants qui pensent qu’un candidat communiste à l’élection présidentielle est nécessaire pour faire vivre notre parti et ses propositions. À ces camarades, je demande : pourquoi nous battons-nous au quotidien ? Nous devons partir de là pour faire un choix juste pour notre pays. Et si l’on se bat, c’est pour changer, améliorer les conditions de vie de tous et toutes.

« Tout se prépare pour que ce soit François Hollande ou Manuel Valls qui portent les couleurs des socialistes. »

C’est la stratégie de Pierre Laurent qui a été mise en échec, d’après vous ?

Non. Il y a des responsabilités de part et d’autre. La charte de la France insoumise, par exemple, me semble contestable sur le fond comme sur la forme. Quand il est écrit que les députés du groupe de la France insoumise devront s’imposer une discipline de vote, je dis non. En tant que députée, je tiens à ma liberté de vote. Mais tout ça se discute, ça ne doit pas nous empêcher de rejoindre la dynamique, et de débattre. Par ailleurs, la décision de Pierre Laurent, à la veille du Conseil national, a été très courageuse. Il a toujours milité pour le rassemblement. À partir du moment où les écologistes ont leur candidat et que les frondeurs font campagne dans la primaire socialiste, la question se posait différemment. D’où cet appel à soutenir Mélenchon.

Si Arnaud Montebourg venait à gagner la primaire socialiste, Pierre Laurent a dit que cela changerait la donne à gauche. Vous partagez cette analyse ?

Je crois pour ma part que sur le fond, les candidatures au sein de la primaire socialiste d’Arnaud Montebourg et de de Benoît Hamon ne conduisent pas à en faire des candidats de la gauche alternative. Et puis, je suis l’actualité politique. Tout se prépare pour que ce soit François Hollande ou Manuel Valls qui portent les couleurs des socialistes. Donc je pense que c’est une illusion de croire qu’il nous faut attendre le résultat des primaires socialistes pour nous prononcer sur notre stratégie pour les échéances de 2017.

« Si aujourd’hui nous nous isolons encore, nous connaîtrons, je le crains, un nouvel affaiblissement. »

On vous pose la question souvent, à la veille des élections notamment, mais pensez-vous que le PCF joue sa survie dans cette future élection ?

C’est vrai que nous avons été affaiblis au cours des dernières échéances présidentielles, de 6,76% en 1988 à 1,93% en 2007. Nous avons aussi perdu des collectivités même si, et cela est intéressant, nous en avons gagné ou regagné quelques autres. Lorsque nous avons créé le Front de gauche, nous avons engagé une nouvelle dynamique qui a profité au parti – précisément parce que nous avions fait le choix du rassemblement et de l’ouverture. Je me souviens de l’enthousiasme de cette campagne de 2012. Si aujourd’hui nous nous isolons encore, nous connaîtrons, je le crains, un nouvel affaiblissement.

Depuis l’élection de Trump, l’impensable étant désormais possible, que dites-vous à ceux qui à gauche, vous accusent de faire le jeu de Marine Le Pen ?

Ce ne sont pas les propos de de Jean-Christophe Cambadélis [ndlr : « La Gauche est prévenue ! Continuons nos enfantillages irresponsables et ça sera Marine Le Pen »] qui va nous permettre de battre la droite et l’extrême droite. Les choix libéraux du gouvernement sont les premiers responsables de l’échec de la gauche. Nous avons une responsabilité à gauche, nous ne pourrons faire barrage à la droite extrême et l’extrême droite qu’en étant contre. Nous avons besoin d’une levée progressiste de l’électorat populaire. Ce qui me terrifie, c’est quand des gens de gauche, désespérés, me disent qu’il faut voter Juppé plutôt que Sarkozy. On ne peut accepter ce choix illusoire et contraint. Pour faire barrage à tous les libéraux et réactionnaires, il faut retrouver espoir, perspective, alternative à gauche. Dans le contexte de la présidentielle, pour être crédible, cela appelle une candidature de rassemblement.

« Quand on s’engage dans un combat, pour un idéal, pour ses convictions, c’est pour gagner. Pas pour témoigner. »

Est-ce que Jean-Luc Mélenchon peut gagner l’élection présidentielle ?

Si nous parvenons à créer une dynamique plus large encore autour de sa candidature, nous pouvons y arriver. Il ne s’agit pas de faire de prophétie, mais quand on s’engage dans un combat, pour un idéal, pour ses convictions, c’est pour gagner. Pas pour témoigner. Il y a trop de misère et de pauvreté. Et les urgences sont nombreuses. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre.

Qu’allez-vous faire pour que cette dynamique autour de Mélenchon soit plus large encore ?

Nous devons convaincre. Et je compte sur les communistes pour cela. Le choix que nous ferons le 24 et 25 novembre sera très important. Parce que si nous validons le soutien à Jean-Luc Mélenchon, de nombreux autres, parmi les frondeurs, les écologistes, du mouvement social, vont se dire que c’est de ce côté-ci que se passe la dynamique à gauche. Ce qu’a dit Noël Mamère à votre journal, à propos de la candidature de Jean-Luc Mélenchon [« candidature de combat de Mélenchon contre candidature de témoignage des écologistes »], va également dans ce sens. C’est partagé chez d’autres écologistes. C’est pour ça que notre décision sera décisive. Elle aura sans doute un effet positif chez d’autres hommes et femmes de gauche tentés par cette dynamique porteuse d’espoir.

Vos réactions (111)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Vraiment les bras m’en tombe, la ou ailleurs le parti communiste refuserai de soutenir la candidature de Melenchon pour préserver son réseau d’élu, alors une partie importante de ses élus le soutiennent, il y a une contradiction
    Je ne suis pas un inconditionnel d’une candidature communiste mais elle est aussi légitime que celle de Mélenchon, la candidature Mélenchon serai plus légitime du fait de sondage flatteur, a 7 moi du scrutin les sondages donnent une indication pas un résultat, prudence, prudence, pour le moment c’est l’extrême droite et la droite dure qui domine. il faut rassembler.est ce que Melenchon est le plus rassembleur, j’en doute

    pagnoux Le 11 novembre à 18:15
       
    • Dans ce sens je me pose des questions sur nos contradiction et bon sens politique : On claironne " rassemblement ! rassemblement ! rassemblement ! " mais on perle seul. Nous lançons une candidature PCF alors que celui ci rame pour imposer ses visions politiques et Mélenchon a pris 10 longueurs d’avance. Nous partons avec un candidat qui fera 1 ou 2 % alors que JLM fera au moins 12. Comment allons nous faire pour "récupérer " nos électeurs et militants qui désespèrent a chaque fois après 3% de HUE et 1% de Marie George ? Et au mieux que feront nous de score de ce candidat PCF après le 1er tour ? Cela sauvera t-il la gauche au 2ème tour ? E quelle gauche ? Je préfèrerais qu’un Mélenchon fasse 15 a 20 % qui rassemblerait la gauche " radicale" plutôt que de voir mon Parti assassiné et la gauche ne plus rien peser.
      Quand aux nostaligiques qui rejettent Mélenchon pour des raisons affectives ou de principe identitaires, ils seront responsables de la mort du PCF. Et irresponsables.

      André Le 12 novembre à 11:18
    •  
    • Non seulement la candidature de l’admirateur de Mitterrand ne plait plus aux communistes comme en 2012, mais elle plait de moins en moins dans le troisième pilier du défunt FdG, le groupe Ensemble !

      jim Le 13 novembre à 03:21
    •  
    • "Non seulement la candidature de l’admirateur de Mitterrand ne plait plus aux communistes comme en 2012, mais elle plait de moins en moins dans le troisième pilier du défunt FdG, le groupe Ensemble !"

      Il n’y a aucun doute sur ce point. Mais soutiendront-ils un PS, c’est à dire les auteurs de la loi El Khomri ? Ou appelleront-ils à l’abstention ?

      Ceux-là semblent penser que le plus grand ennemi actuel, c’est la France insoumise ! Heureusement beaucoup d’Ensembles et de Communistes sont déjà des insoumis !

      Pierre Magne Le 13 novembre à 10:11
  •  
  • Comme militant communiste, élu au Haillan, j’espère que les adhérents du PCF ne voterons pas majoritairement pour une candidature communiste parce qu’il est trop tard pour celà. Il aurait fallu prévoir cela avant que JL Mélanchon déclare sa candidature. Il était nécessaire immédiatement de contourner le piège qui nous était tendu en soutenant immédiatement notre candidat de 2012 et de poursuivre avec les gens l’enrichissement du programme " l’humain d’abord".
    Une candidature communiste dans les conditions d’aujourd’hui avec un résultat à 2% ne permettrait pas de peser face aux libéraux et ultralibéraux.

    CONTE JEAN CLAUDE Le 11 novembre à 18:21
       
    • J’ai du mal à croire qu’au niveau de la direction nationale on ignorait que JLM poserait sa candidature , pour ensuite pousser des cris de vierges effarouchées

      André Le 12 novembre à 11:06
    •  
    • vous avez raison : JLMélenchon va promouvoir les idées "communistes" !! ...Un micro caché l’avait surpris à la fin d’une émission de radio déclarant que les communistes « il en a rien à foutre ». Puis, des amabilités à l’égard des cocos parisiens, des « pleutres », selon lui. Et récemment d’affirmer concernant les récentes élections législatives en Espagne : « Du moins suis-je débarrassé des parallèles à propos de l’alliance avec les communistes qui semble avoir coûté si cher à Podemos. » Cerise sur le gâteau, une perle : « L’Europe, on la change ou on la quitte », à la manière de Sarkozy « La France tu l’aimes ou tu la quittes ». Il y a entre ces deux hommes d’étranges convergences. Dans la forme, s’entend....rapporte José Fort.
      UN DE SES BUTS : FINIR LE TRAVAIL COMMENCE SOUS MITTERRAND !!

      morvandiaux Le 14 novembre à 16:47
    •  
    • dans la forme parti, ce qui est mort c’est la verticalité, mais pas du tout la centralité.

      der Le 15 novembre à 13:47
  •  
  • La question n’est pas de s’aligner sur les sondages, elle est de faire de la Politique.
    Que veut-on comme politique ? Quelles institutions nouvelles ? Quelles nouvelles formes d’élaboration de la Politique en donnant les clés au Peuple (pour aller vite) ?
    A quoi peut bien servir une candidature communiste ?
    Le problème du PCF, c’est sa lente descente aux enfers depuis 60 ans (JLM était à peine né, inutile de lui faire porter le chapeau).
    Et la question de sa survie ne passe pas par les élections (en tout cas prioritairement) mais par une refondation de la théorie, de ses pratiques, de son fonctionnement, etc...
    Il est bien tard...

    pierre 93 Le 11 novembre à 18:34
  •  
  • Marie-Georges, la liberté de vote d’un député élu pour appliquer un programme ratifié par une majorité du peuple ne peut se concevoir que dans le cas ou l’on sort du cadre de ce programme, voir si l’on demande aux députés de voter des lois qui sont contraire à ce programme. Dans ce cas ça devient un l’insoumission devient un devoir de s’opposer aux lois qui sont contraire à l’intérêt de l’intérêt général.

    Francis Le 11 novembre à 18:53
       
    • Oups.
      Dans ce cas l’insoumission devient un devoir pour s’opposer aux projets de lois qui sont contraires à l’intérêt général.

      Francis Le 11 novembre à 21:40
    •  
    • La liberté de vote telle que la conçoit le PCF est double : par rapport au groupe parlementaire et par rapport au parti, au nom de la liberté de conscience d’un représentant de toute la Nation.

      Mais il y a beaucoup de fantasmes et de caricatures sur cette charte.
      http://www.jlm2017.fr/charte_legislatives

      Qu’y a-t-il de déraisonnable à demander aux futurs députés de s’engager à un minimum d’engagement collectif ?

      • "respecter la discipline de vote du groupe lorsqu’une décision collective a été prise conformément au programme l’Avenir en commun"
      • "construire une coopération politique entre les député-es et le mouvement France insoumise, quelle que soit la forme que les signataires lui auront donnée alors, afin d’examiner ensemble les projets de loi les plus importants"
      • "s’accorder [avec le mouvement] sur les propositions à porter aux débats de l’Assemblée nationale"
      • "le consulter pour chaque vote important et notamment celui du budget de l’Etat et de la sécurité sociale"

      Il est donc demandé de s’engager à discuter avec les électeurs lors des votes les plus importants. On est quand même très loin du mandat impératif en toute circonstance !

      De plus, contrairement à ce qui a pu être brandi par certains, il ne s’agit pas de dissoudre les partis. Le rattachement commun "France insoumise" vaut pour le dépôt des candidatures et le calcul des scores par l’Intérieur, et le reversement du financement aux groupes politiques particuliers est explicitement prévu par la charte. Pas de disparition programmée des identités fortes, donc.

      Wild ar-Rachid Le 12 novembre à 12:12
  •  
  • " J.L M " CANDIDAT AUTO PROCLAME " cela, répétait par les dirigent communistes et repris malheureusement par des Communistes, pèse par le manque de réflexions de ces derniers.
    "Auto proclamé" certes mais à qui la faute ? La direction du Pcf s’est engagée pour les primaires de la Gauche sans consultation de ses adhérents. C’est seulement après cette décision que JL.M s’est déclaré candidat ! Après des Municipales, régionales où le PCF s’était acoquiné avec le PS, sa décision est des plus compréhensible. Et que dire de la consultation prévue fin novembre pour les adhérents du PC. Alors que les militants ne connaissent pas le résultat de la consultation de début novembre, le Comité national s’est prononcée pour " une candidature Communiste " . Suite au vote du Conseil national ils voteront fin novembre dans les propositions les propositions : ( résumé) " une candidature Communiste, mais qui pourrait se retirer en fonction de l"évolution de la situation " dans le domaine de la manipulation difficile de faire mieux !
    En fait le PCF attend le résultat des primaires de " gauche " face à cette triste comédie des milliers de Communistes s’engagent dans la bataille des insoumis.

    Poissonnet Jacques Le 11 novembre à 20:43
  •  
  • En quoi un candidat ou candidate communiste serait moin legitime que melenchon pour representer la gauche de transformation, qu’ une anciennes secrétaire national puisse a priori pensé cela me pose question, pour moi il n’ y a pas de sauveur suprêm.

    pagnoux Le 12 novembre à 00:53
       
    • Vous avez raison, à priori, un-e communiste ne devrait pas être moins légitime qu’un autre...Je rajoute même au contraire.
      Mais la situation politique en France depuis des décennies (années 60 en gros) voit le PCF perdre de l’audience, des voix, des élus, des lecteurs, des sympathisants, des adhérents, etc...
      Et pourtant, le PS est en voie d’implosion et les groupuscules gauchistes toujours aussi inutiles.
      Alors, on fait comment ?
      On a la possibilité, à travers JLM, de porter des idées et propositions anticapitalistes (pour faire court) qui rencontrent celles du PCF pour l’essentiel. Alors on les décrédibilise à travers une candidature qui fera 3% ou on tente un score à 2 chiffres qui leur donnera plus de poids ?

      pierre 93 Le 12 novembre à 09:40
  •  
  • @ pagnoux- Il ne s’agit pas de légitimité mais d’efficacité. Clairement celui qui a porté avec une belle efficacité le programme, l’Humain d’abord est à priori le mieux placé pour poursuivre la mission. De plus en plus de monde en convient aujourd’hui, y compris au sein des forces actives du PCF.
    Avant tout convient-il de vérifier si les options programmatiques des uns et des autres sont suffisamment proches pour envisager une candidature portée par tous les mouvements et partis qui se réclame du progressisme anti-capitaliste.
    Pour qu’une telle alliance fonctionne il faut qu’il y ai une forte convergence sur les options fondamentales.
    Le programme présenté par la France Insoumise, l’Avenir en commun, qui a pour base celui défendu en 2012 a été enrichi et s’est affranchi des hésitations sur des sujets importants si ce n’est essentiels tel la sortie du nucléaire et l’attitude qu’il convient d’avoir au sein de l’Union Européenne, pour ne prendre que ces deux exemples.
    Il appartient donc au PCF de vérifier si ces options sont conformes à sa doctrine de base. Il serait certainement judicieux que la consultation des adhérents du PCF porte également sur le programme car poser uniquement la question du candidat est extrêmement réductrice (voir manœuvrière) Posera t-on la question de la convergence des options programmatiques avec Montebourg dans le cas ou il gagne la primaire PS comme semble le souhaiter une partie de la direction actuelle du PCF ?
    Si oui on devrait s’apercevoir très vite que celles-ci sont nettement moindres qu’avec ’Avenir en commun. Alors que fera la direction du PCF qui prône la prédominance du programme sur le candidat ? Aux communistes de répondre.

    Francis Le 12 novembre à 07:26
  •  
  • Depuis 50 ans je considère mon parti comme l’outil indispensable pour la construction d’une société plus juste au service de l’humain. Je ne veux pas que cet outil disparaisse.

    La candidature de Mélenchon a certes des défauts et pose des questions légitimes. Mais quel révolutionnaire peut penser que l’union n’est pas un combat et que nous n’aurions aucune différence dans la construction d’un rassemblement.

    L’idée communiste doit vivre et ne pas se replier en chapelle.
    Notre monde qui produit les monstres Trump et Erdogan n’a pas besoin de cadavres révolutionnaires purs et durs mais de communistes debouts qui, en conservant leur capacité de parole et d’actions, éviteront au courant antilibéral en construction de s’écarter de la route principale.

    On peut toujours refaire l’histoire avec des si mais aujourd’hui nous n’avons pas d’autre choix que de soutenir JL Mélenchon.

    Gérard Cottenceau Le 12 novembre à 09:02
  •  
  • @Poissonnet jacques
    [Après des Municipales, régionales où le PCF s’était acoquiné avec le PS]
    En Ile de France,en occitanie les PG et Ensemble ont eu des élus aprés avoir fusionné avec les listes PS conduites par des notables pro- Hollandistes.
    En 2012,MG Buffet n’a pas craché sur les voix PS pour se faire élire ;Elle ne le fera pas non plus en 2017,pas plus qu’elle ne veut cracher sur les voix Mélenchonistes ou PCF.
    Pour le PCF,la survie passe obligatoirement par une candidature communiste sinon à quoi bon exister ?

    Maurice Le 12 novembre à 09:29
       
    • Présenter un va-en- guerre qui ne représente que 2% des électeurs c’est un suicide collectif pour le PC.

      Denis Le 12 novembre à 10:58
    •  
    • La politique du PS n’a jamais été aussi pitoyable, voilà déjà une raison de vouloir construire autre chose. On sait bien que le PCF et d’autres ont des élus grâce auX alliances, mais cela ne sauvera pas le PCF qui se discrédite. Et puis on parle de présidentielle, et si notre gauche de lutte n’a pas un candidat de rassemblement valable, on n’existera plus.

      jean Vareck Le 12 novembre à 14:38
    •  
    • "Va-t-en guerre" ( qui ? contre qui ?) "s’acoquiné avec le PS"(?), qu’en termes élégants ces choses -là sont dites... Quel dommage en effet que "la France insoumise" ne soit devenue pas" le grand parti de lutte de classe et de masse" qui manque à la France, à la place de feu le PCF !

      Mieuxenrire Le 13 novembre à 12:10
  •  
  • Je souhaite rappeler que sans le Parti communiste JL Mélenchon personne ne le connaitrez ni le parti de gauche d’abord.
    S’il est vrai qu’ajouter une candidature n’est pas souhaitable, il n’est pas non plus admissible que JL Mélenchon s’autoproclame sans discussion sérieuse avec le Parti communiste et le front de gauche afin de continuer cette volonté d’être ensemble malgré certaine divergence même profonde sur notre conception d’unions aux municipales, (SA CONCEPTION DU MOI JE), me laisse des doutes sur sa volonté de s’appuyer et de respecter ceux qui souhaitent partager une alternative au libéralisme.
    Les fondeurs ne veulent pas aller vers cette alternative, leur primaire est anti démocratique, anti programme de partis occultant le contenu et privilégiant le personnage. Les Henry IV et son panache blanc c’est bon. Trump doit nous faire réfléchir et vite.
    Si cette gauche veut gagner c’est à dire être deuxième il est urgent de se mettre à table et de restaurer cet envie d’espoir à notre peuple et à l’enthousiasme que cela peut susciter.
    Nous avons le contenu, il reste aux égos de ranger cette exubérance dans leur poche.

    Baussaint Gérard Le 12 novembre à 09:38
       
    • Bonjour Gérard, je suis bien évidemment d’accord avec cette nécessité de nous retrouver pour construire l’alternative mais je ne partage pas vos propos sur JLMELENCHON. C’est toujours la même chose, c’est à dire le parti et la seule domination du parti et le rejet de l’autre comme si c’était l’ennemi. Mais enfin JLMelenchon est à l’origine du FDG comme le PCF, des tas de citoyennes et citoyens militants ont soutenu sa candidature. Le programme de la FI est un vrai programme de gauche.

      Victoire Belle Le 12 novembre à 12:58
    •  
    • Bonjour Gérard, je suis bien évidemment d’accord avec cette nécessité de nous retrouver pour construire l’alternative mais je ne partage pas vos propos sur JLMELENCHON. C’est toujours la même chose, c’est à dire le parti et la seule domination du parti et le rejet de l’autre comme si c’était l’ennemi. Mais enfin JLMelenchon est à l’origine du FDG comme le PCF, des tas de citoyennes et citoyens militants ont soutenu sa candidature. Le programme de la FI est un vrai programme de gauche. Nous refusons effectivement de soutenir un PS qui a trahi nos valeurs.

      Victoire Belle Le 12 novembre à 13:00
    •  
    • @Baussaint Gérard:votre comparaison entre JLM et Henri IV("ralliez vous à mon panache blanc") ne peut,paradoxalement,que renforcer mon soutien à JLM et France Insoumise !
      En effet,Henri IV est le seul roi ayant prôné la tolérance religieuse,en établissant l édit de Nantes,qui accordait des droits aux protestants,à une époque où cette idée était inconcevable.

      Par ailleurs,comparer JLM à Henri IV est flatteur aussi,à titre personnel,voire intime.N oublions pas qu Henri IV,parlant de ses capacités "physiques",disait :"jus qu à 40 ans,j ai cru que c était un os" ,ce qui n a rien de dévalorisant !

      Le Baron Hugues Le 13 novembre à 15:57
  •  
  • J’attends de JLM un geste politique fort d’ouverture et de rassemblement qui ne peut pas être un simple ralliement à la France Insoumise.

    GOUNOU Le 12 novembre à 11:00
       
    • un geste fort qui serait par exemple ?

      Francis Le 12 novembre à 13:21
    •  
    • Gounon, en fait le problème pour certains communistes c’est qu il est évident que si un communiste avait eu la force comme Mélenchon de se porter candidat des février, vous auriez trouvé normal que chacune et chacun s’allie à lui. Pourquoi tant d’exigences et de méfiance envers les autres ? Les insoumis sont des camarades, certains encartés et d’autres non, mais tous militants. Nous ne trahissons en rien les valeurs communistes. Vous savez ce n’est pas en étant aussi partisan que vous reconcielirez les citoyens avec les partis. A vous de voir mais l’avenir en commun est un vrai programme de gauche ouvert à toutes et tous depuis des mois.

      jean Vareck Le 12 novembre à 14:31
  •  
  • citation de MGB : Quand il est écrit que les députés du groupe de la France insoumise devront s’imposer une discipline de vote, je dis non. En tant que députée, je tiens à ma liberté de vote.

    A se demander si ds la 6iem République , le mandat impératif ne devrait pas être imposé : ceci éviterait aux élus dits "représentatifs"de dire une chose et de voter son contraire à l’Assemblée .

    bob.polet Le 12 novembre à 12:19
  •  
  • l’argument qui consiste a accorder ad vitam æternam 2% a un candidat(e)issu du pcf ne tient pas compte des dynamiques de campagne et de la personnalité choisi, on pourrait avoir de bonne surprise. voir aussi une autre candidature qui ne serait pas issu des rangs du pcf, les talents ne manquent pas.

    pagnoux Le 12 novembre à 12:55
       
    • Evidemment, vu sous cet angle, il ne reste plus qu’au PCF a présenter une candidature. Et vogue la galère.

      Francis Le 12 novembre à 13:19
    •  
    • Ici ou là, les yeux fixés sur les sondages de pré-campagne présidentielle qui créditent ces jours-ci JLM 2017 d’un résultat à deux chiffres, ses soutiens n’en finissent pas de lui opposer ,en s’en réjouissant in petto ,le triste 1,93% obtenu par MGB en 2007 pour persuader les communistes de passer sous la table, de d’effacer devant la candidature de leur mentor voire de la promouvoir sans réserves... Aucun d’entre eux ne souligne cependant que la faiblesse du score communiste a profité aux candidats du capitalisme néo libéral ou du social libéralisme.., et non pas à une candidature ultra-gauche ! Curieux non ! En fait, on a bien compris que la vie politique en France serait bien plus belle sans ces foutus "cocos" qui , depuis " la chute du mur" n’en finissent pas de mourir !

      Blagapart Le 13 novembre à 11:59
    •  
    • il existe es militant.e.s communistes de talent, là n’est pas la question. La question est : joue-t-on sur le temps (très) long qui verrait advenir le temps des cerises (option du NPA/LO) avec en fond théorique une vision mécaniste du monde, ou bien agit-on sur le temps présent en mobilisant les forces sur un point central avec candidature unique (nous sommes encore en 5ème république, les faits sont têtus !) ?

      der Le 15 novembre à 13:55
  •  
  • Ma conviction est que JL MELENCHON pense surtout à la
    recomposition qui suivra la victoire de la droite en 2017.
    Ceci est légitime pour chaque composante.
    Mais il y a un problème.
    Qu’est devenu le PG après la belle dynamique de 2012 ?
    Le débat entre structure parti et structure mouvement est trompeur. Il fait penser à l’ancien contre le moderne. Mais il cache beaucoup d’illusions. La lucidité serait elle spontanée ?
    Idem pour les appels au peuple contre les élites.
    JL MELENCHON devrait faire preuve d’ouverture sur son programme (FI) pour être rassembleur.

    gb26100 Le 12 novembre à 14:23
       
    • Si j’ai bien compris, n’étant pas membre de ce parti, le dépassement du PG est inscrit dans son ADN. Il se conçoit comme étant un parti creuset qui n’a d’autre ambition que créer une force capable d’accéder au pouvoir pour y appliquer un programme transformateur. C’était au départ l’optique du Front de gauche dont on a vu hélas qu’il a été mal utilisé et empêché de grandir par ceux qui ne voulaient pas des adhésions directes.

      Francis Le 12 novembre à 15:10
  •  
  • @Marie George Buffet

    Mais enfin, Marie George, je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Je ne vous comprends plus.

    Vous êtes une communiste, une vraie. Vous avez été, en travaillant avec le PS, la meilleure ministre des sports sous Jospin, nous avons même été champion du monde de Football.

    Le PCF a toujours bossé avec le PS. Même, s’ils ont des ideologies différentes, mais ils ont ce point commun d ’être de Gauche. La vraie.

    Les communistes sont actif sur le terrain en relation avec les peuples. les maires, les députés, les conseillers régionaux, etc ... Ils ont un résultat actif sur le terrain. Melensoumistoi, lui aucuns, rien ...
    Même si le "Machinsoumis" arrivait à avoir un député, Il devrait obéir à son parti, à JLM, avant de parler ou de voter.

    On ne peut pas voter pour lui. Il est autoritaire, populiste, dangereux à l’international et pas très fute fute en économie et avec un programme, tout frais, et qui n’est qu"un copié coller du programme du PCF, mais avec des petits changements, fait par un sois disant vote bidon des militants de son truc.

    là, il faut se soumettre à sa candidature, sans l’avis de la Gauche, et vouloir annexer le PCF à son nouveau concept pompé sur Podemos ?

    Il a voulu se présenter tout seul. La majorité des gens de gauche ne veut pas de lui, son programme, on y croit pas, du pipo, du populisme, il fait peur, il est violent dans ses propos, on dirait George Marchais quand il par le de la Syrie, comme l’autre le faisait avec l’Afganistan et l’invasion des Russes.

    Et pour finir, on se le tape avant les elections pour nous voler la moitié de nos electeurs, et nous tirer dans le dos.
    Il n’aurait plus une miette de nous. Moi je voudrais bien qu’on ne l’invite même plus à la Fête de l’humanité. On lui laisse construire un festival à lui à coté, il nous a couté assez cher, et on va se payer un Juppé et le Pen au second tour avec sa stratégie "de la gauche qui va toute nous rejoindre"

    Bon, allez, allez, au placard, le clown, passons a autre chose.

    Pour moi, candidature Pierre Laurent au premier tour et PS au second, ou plus logique selon l’état de la situation ; Un candidat unique pour la gauche pour faire face à la droite et l’extreme Droite. Et Melenchon nous rejoins ou pas, c ’est son problème, pas le notre au PCF.
    Cordialement.

    bdpif Le 12 novembre à 15:55
       
    • @pifdepoche
      Soutenir une candidature autonome du PCF juste pour affaiblir Mélenchon.
      Franchement ça devient pitoyable.
      Cambadélis sort de ce corps.

      choucroute Le 12 novembre à 16:01
    •  
    • L’étrange prose de pdpif, outrancière jusqu’à la bouffonnerie, fait penser à celle d’un provocateur...

      François 70 Le 12 novembre à 17:46
    •  
    • @François 70
      C’est l’un des derniers membres du PS.
      Il tente désespérément de faire croire qu’il est au PCF en espérant que celui-ci se placera aux côtés du PS. Il suffit de remonter un peu dans le temps et lire sa prose pour comprendre quelle est son intention. Cette caricature est navrante de stupidité.

      choucroute Le 12 novembre à 19:02
    •  
    • C’est juste un troll

      Djoub Le 12 novembre à 19:11
    •  
    • Bdpif, vous êtes communiste ? Mais vos propos sont honteux car ils sont totalement mensongers. Vous attribuez déjà au seul PCF un programme qui ne lui appartient pas, et en croyant soutenir le parti vous ne faites que lui nuire. Vous méprisez les camarades insoumis qui sont de vrais militants et vous soutenez le PS. Vos écrits haineux sont l’aveu même de votre sectarisme, comme si le PCF seul devait régner sur la gauche, en plus avec le PS malgré cette politique pitoyable. Il est certain que comparé à cela Mme Buffet et M Mélenchon sont dans le combat, ce sont ces valeurs de gauche que porte le programme de la FI que vous méprisez. Nous en sommes fiers, nous ne trahissons pas les valeurs communistes et bien au contraire nous enrichissons l Humain d’Abord pour un bel avenir en commun. C’est tellement plus motivant que vos sarcasmes stériles !

      Victoire Belle Le 12 novembre à 19:23
    •  
    • Et voilà, 4 réponses pour insulter l ’auteur du commentateur et aucuns réponses d’argumentation. Parce que vous savez que ce que je dis est dans le vrai.

      Votre régime sera pareil. Vous n’aimez pas la dissidence. Et vous vous en prendrez au personnes aussi ?

      bdpif Le 12 novembre à 19:24
    •  
    • Bdpif,
      Vous dites que les 4 réponses à votre post, ne sont pas argumentées alors que votre même post n’est qu’un suite d’affirmations ne comportant, alors, pas plus d’arguments. Vous ne faites que vous livrer à la louange d’un parti prétendument socialiste qui, comme ses pairs, partout ailleurs (le résultant de la présidentielle américaine devrait vous ouvrir les yeux), mènent depuis des décennies, des politiques néo-libérales, trahit ses électeurs (ce n’est pas nouveau), s’attaque aux droits chèrement acquis (loi dite El Khomri alias MEDEF), en fait tout ce qui nourrit la montée du FN et des extrême-droites en Europe. Vous semblez frappé d’amnésie : sous Jospin et sa fameuse gauche plurielle, ce fut le premier pas d’une grande régression et le PCF faisait partie de cette triste équipe. Résultat du PCF à la présidentielle de 2007 ? Je vous laisse contempler ce champ de ruines

      Belle conception que la vôtre, de la liberté quand vous prônez l’interdiction de JLM à la fête de l’Huma, chapeau ! On se passe volontiers de "progressistes" comme vous. Merci quand même de votre franchise ; : c’est une qualité que vos congénères politiques n’ont même pas.

      Babeuf

      Babeuf Le 13 novembre à 07:53
    •  
    • @bdpif:Le PS,"de gauche,la vraie" ?Vous semblez sorti d un très long sommeil.Il faut qu on vous dise la vérité.Soyez courageux:Le PS,c est devenu l image,et la réalité, de l austérité,du libéralisme de plus en plus assumé,de l Union Européenne(vous savez,celle qui tue lentement la Grèce).Le PS,qui a plus de points communs avec la droite libérale, pseudo "républicaine",qu avec les antilibéraux.
      Dites nous simplement que vous partagez,avec une partie de la direction du PC,la préoccupation de sauver quelques sièges d élus,à n importe quel prix.Mais ne venez pas dire que le PS fait partie de la gauche.C est ce genre que confusions qui nous coûte si cher,électoralement et vis à vis du peuple !

      Le Baron Hugues Le 13 novembre à 16:33
  •  
  • DES SOURIS DANS UN ROULEAU CYLINDRIQUE

    Si le parti communiste français est dans la situation ou il se trouve en ce moment ce n’est n aucunement par la faute de Jean Luc Mélenchon ou de qui que se soit.

    Depuis la chute du mur de Berlin et des républiques socialistes en 1989 -91, la philosophie marxiste et ses applications théoriques n’ont plus eu cours, ni d’avenir en tout les cas cela s’est traduit par la quasi disparation des PC en Europe .les populations ayant cessés de voir en eux, une alternative crédible au capitalisme.

    Je ne m’en réjouie pas c’est comme ça, c’est une réalité historique.

    Dans tout les pays européens , et au delà, les PC ont disparus, se sont dissous, ou se sont égarés dans des coalitions parfois douteuses, groupusculaire en Allemagne, dissous en Italie, dans une coalition en Espagne ,allié au verts au Portugal, éclaté en Grèce, en Angleterre 1000 adhérents en 2007. Etc, etc !

    Le premier coup porté, la fin de régimes communistes, les partis socialistes européens devenus libéraux ont neutralisés les survivants en les intégrant souvent dans des programmes politiques en contradiction totale avec les aspirations de leurs derniers sympathisants.

    En France, le PS a choisi une autre voie, déléguer au PC, une présence dans les quartiers et ex bastion ouvrier désindustrialisés pour s’opposer au vote FN et neutraliser la contestation a gauche, Besancenot et Arlette ,pour faire court.

    Pour ce faire, lui accorder localement, dans les villes, cantons, régions, des postes strapontins, élus que désormais le PC ne pouvait gagner seul dans les urnes.

    Lui assurer ainsi outre sa survie politique et financière pour faire perdurer un « train de vie » en termes de locaux et de permanents désormais surdimensionnés eu égard a son influence électorale réelle et bien entendue le « museler « dans les élections locales.

    La seconde naissance politique de JLM en 2008 création du PG, en 2009 du FDG et sa candidature en 2012, ont placé le PCF dans une quadrature du cercle mortelle à terme.

    Le parti socialiste façon VALS et HOLLANDE n’as plus besoin du PC, incapable comme tout le monde d’endiguer le vote FN , et désormais la politique anti sociale du PS étant a un tel niveau de continuer a « perfuser » un allié qui ne peut plus digérer les boas politiques qu’ il a absorbé jusqu’à présent nationalement et localement.

    Pire le dernier rôle ; contenir la « contestation « sur la gauche du PS, n’est plus dans les capacités d’un parti communiste partagé entre une base identitaire, une base « alimentaire « et une base opportuniste »

    JLM occupe le terrain médiatique avec le talent qu’on lui connait, avec l’adhésion, au moins intellectuelle des déçus des comités antilibéraux, du FDG, du NPA, des écolos, des socialistes et de nombreux communistes.

    L’indigence de la direction actuelle du PC, ses atermoiements, ses divisions, et pire sa cécité quand a l état réel de son influence a gauche, et dans la société réelle hors du microcosme, l’empêche de voir la seule issue possible, l’intégration dans une force nouvelle ouverte a toutes les composantes avec des pratiques politiques nouvelles et Co- construites.

    Alors que nul ne se demande plus si le PCF va venir ou pas soutenir, JLM 2017, alors que les groupe de la FI travaillent déjà depuis des semaines sur les chartes et bonnes pratiques à mettre en place pour juin 2017 ; le PCF n’as pas encore décidé de ce qu’il fait ni a quel date !

    Et devra attendre peut être le résultat de la primaire socialiste, on croit rêver !

    Et comme cela ne suffisait pas certains dans cette tribune et au delà « conditionnent » comme si ils en avaient encore les moyens, « le soutien » a JLM a des « discussions de sommet » concernant les législatives et leur participation au débat des insoumis !

    Comme je l’ai écrit a plusieurs reprise dans cet espace, ne vous bercez pas d illusions, cela n’est tout simplement pas possible, l’annonce de la candidature de JLM que vous continuez d’appeler auto proclamée comme si il aurait d attendre votre blanc seing ! Et la création de la France Insoumise ont justement été créé pour ne plus jamais a voir a subir vos oukases et autres injonctions, diktats et autres « négociations ».

    Les dirigeants communistes sont désormais comme une souris dans un cylindre, ils courent après un morceau de fromage chimérique en criant « il est a moi, il me revient » alors qu’ils ne sont déjà plus que les spectateurs de leur impuissance à arrêter ou descendre en marche de ce rouleau

    buenaventura Le 12 novembre à 16:04
       
    • @buenaventura
      Je partage l’idée que le PCF doit trouver une sortie par le haut et clairement se positionner dans un dépassement de soi pour continuer la grande histoire du parti qui a donné au pays des grands résistants et des dirigeants de très haute compétence qui ont marqué de manière durable leur passage au gouvernement de la France.
      Marie-Georges Buffet ne dit pas autre chose quand elle interpelle ses camarades en ces termes : " pourquoi nous battons-nous au quotidien ? Nous devons partir de là pour faire un choix juste pour notre pays. Et si l’on se bat, c’est pour changer, améliorer les conditions de vie de tous et toutes"
      Les communistes sont devant un choix essentiel dans l’histoire de leur parti et plus largement du mouvement révolutionnaire français. De la réponse qu’ils apporteront dépendra la survivance de l’idée fondatrice du PCF en 1920. La domination sans partage du capital financiarisé et globalisé et l’oligarchisation du monde appellent une réflexion approfondie sur la nature des réponses à apporter et sur la forme de l’intervention des forces révolutionnaires. Quand Pierre Laurent écrit 99% il entame une réflexion sur ces questions essentielles. Les communistes iront-ils au bout du raisonnement ont une nouvelle fois feront ils un choix pragmatiquement électoraliste ?

      Francis Le 12 novembre à 17:08
    •  
    • Melenchon s’est imposé comme candidat de toute la gauche, sans demander l’avis de tout les autres partis de gauche.
      Autoritarisme.

      Si le PCF rejoins Melenchon, la droite passera, car la gauche sera trop divisé et les electeurs socialistes ne voteront jamais pour lui.
      Donc la droite passera et le PCF sera estimé comme collaboratrice de cet état de fait. Attention, les militants PCF sont intelligent.
      Donc soutien PCF à Melenchon, c’est appuyer le passage de Juppé à son election, en ne cherchant qu’à devenir la principale force de l’opposition, comme en Espagne.

      Tout l’argent que je donne au PCF, cà sera donc redistribué pour le soutien à Melenchon ? Non, non, non.
      Tout les efforts des militants PCF, élus et militants seront donc redistribués pour le soutien à Melenchon ? Non, non, non

      Il n’est même pas capable de vendre son patrimoine pour son parti, comme Mujica, ou tout simplement mon grand père Espagnol qui avait tout donné sas terrains et ses biens immobilier aux ouvriers et à la CNT, pour combattre Franco, puis les nazis, puis refranco, jusqu’en 1974.

      La fête de l’humanité, toute les manifestations de Communistes, Le journal, tout cà irait POUR LUI ? Sous son controle ? NOOOOOOON. ON EN VEUT PAS !!!! INSOUMISSION AU CONTROLE DE MELENCHON SUR LE PCF, COMME LES FFI DE LA GUERRE (Idiot mon analogie autant que "Ses groupes de FI) NOUS DEVONS NOUS BATTRE POUR GARDER NOTRE PCF DES FORCES QUI SOUTIENNENT LES ARMEES PRO POUTINE ET PRO ASSAD. Pierre Laurent est notre De Gaulle à nous

      (La fin de mon commentaire est dans la stupidité analogue que l’on peut lire partout contre le PS et le PCF, je m’adapte)
      Bonne soirée :)

      bdpif Le 12 novembre à 19:14
    •  
    • @Bdpif
      .
      D’un côté JLM s’engage dans son programme à abroger la loi El Khomri.
      .
      D’un autre, vous désirez participer à un grand rassemblement ,vraisemblablement autour d’un PS qui sera élu lors de leur primaire. Dans le programme de ce candidat PS, l’abrogation de la loi El Khomri sera-t-elle prévue ? C’est bien peu probable !
      .
      Ou pour vous, ne pas voter pour JLM est bien plus important que l’abrogation de la loi El Khomri ?

      Pierre Magne Le 12 novembre à 20:30
    •  
    • Buenaventura,

      Je partage votre analyse. un point seulement. L’ex-URSS et ses satellites ne furent jamais "communistes", pas plus qu’ils ne mirent en pratique des "applications des théories de Marx"., lesquelles, je défie d’en trouver dans son œuvre, ne comportent quelque aspect programmatique . Parler de "marxisme" dans les ex prétendus pays communistes, relève de la comédie des erreurs. Lisez ou relisez l’auteur du Capital, à propos par exemple, de la Commune ("La guerre civile ne France"), sans compter tout le reste de sa production. Vous verrez alors que la pensée marxienne n’a rien à voir avec ce qu’en firent ses prétendus héritiers. Enfin, de grands exégètes de la pensée de Marx (Sève, Penna-Ruiz, Bensaïd et tant d’autres) vous permettront de vous forger une idée plus juste de celui qui fit le procès radical du capitalisme et dont l’actualité de la pensée revêt, en cette période, une acuité particulière.

      Babeuf

      Babeuf Le 13 novembre à 08:13
  •  
  • Bdpif
    Vous vous faites plaisir, c’est cela ?
    Seul on est rien, vous oubliez l’essentiel qui est que le PCF et tout autre parti vivent aussi grace à leurs sympathisants et que ceux ci sont aussi militants. Voyez vous, la compagne de route du PCF, la lectrice de l’humanité, la fidèle et la camarade que je suis, celle qui pleure d’émotion en serrant les mains de mes camarades communistes en chantant l’internationale, l’insoumise, méprise vos propos diviseurs et vous plains pour cette haine.

    Victoire belle Le 12 novembre à 20:29
       
    • C’est juste un provocateur du PS. Ne perdons plus de temps avec ses délires. Ils vont s’accroitre au rythme de ses angoisses face à la montée en puissance de la France Insoumise. Bof et beauf.

      choucroute Le 12 novembre à 20:39
    •  
    • Victoire,

      J’ai répondu à bdpif et déjà, le regrette. Ne perdons plus de temps avec ce genre de personnes. Rejeton de la vieille social-démocratie dont on connaît sa nature profondément contre-révolutionnaire (les exemples historiques ne manquent pas) et le virage néo-libéral, manifeste depuis 1983, il a le droit de penser et dire ce qu’il pense tout comme il a le droit de se complaire dans la fange de collaboration avec les thuriféraires de la classe dominante. Nous avons mieux à faire et autre part.

      Babeuf

      Babeuf Le 13 novembre à 08:26
    •  
    • @ Victoire Belle.Merci à vous .Vous avez su résumer ce que nous sommes nombreuses et nombreux à ressentir.Le PC,sans pour autant se renier(au contraire,même),devrait se fondre(comme le font le PG et d autres,sans parler des "simples citoyen(ne)s",dont je suis)dans l union antilibérale qui prend forme.Et ne pourra que croître et embellir après 2017,dans les luttes sociales et les élections,surtout si les horribles Macron ou Juppé,appuyés par Gattaz,prolongent les deux derniers quinquennats .
      Merci également pour votre phrase concernant l émotion qui accompagne invariablement des chants comme l Internationale ou le Chiffon Rouge,ça restera encore et toujours vrai !

      Le Baron Hugues Le 13 novembre à 22:14
    •  
    • En 2005 nous avons accueilli JL Melencchon alors qu’il avait vote pour Maastricht, quand je lis et j’entends les partisans nn de melenchon " les soumis" dire des oukazes a tel ou tel personnalité du ps heureusement quand 2005 ont ete plus tolerant au non de gauche

      pagnoux Le 14 novembre à 11:11
  •  
  • le problème n’est plus désormais le PS , il viens de se saborder avec le livre stupide d hollande qui le coupe désormais de ses derniers soutiens.

    Le problème n’est pas non plus le soutien ou le non soutien du PC , on s’en fout ! " combien de divisions le PC " et le NPA combien ?

    Le problème n’est plus Sarkozy , ces petits copains vont s’occuper de lui ! lors du deuxième tour de leur primaire.

    Le problème a gauche c’est de bien informer les électeurs que le vote Montebourg , est un vote "hollande " ripoliné en rose vif car le PS serait tenté dans son désir suicidaire de fermer la porte a JLM , pour jouer la carte VALS EN 2022.

    Et le pire c’est qu’au PC, avec le niveau des analyses politiques, voir celle de MG Buffet, celle de ce post , certains seraient tentés de voir en Montebourg , une recours possible a gauche.

    Sans compter les élus survivalistes prêts a tout pour sauver qui une permanence, qui un mandat.

    Le FN en pole position n’attend que cela , une droite dure, une opposition mole et ce n’est pas le parti socialiste en la personne de Montebourg qui pourrait lui faire barrage .

    Quand a une candidature Chassagne ou Dartignoles , madame le Pen doit entre inquiète ! non ?

    buenaventura Le 12 novembre à 21:56
  •  
  • Assez de discours !"des faits rien que des faits"disait pierre Bourdieu.Aux départementales la 1ère Adjointe PC de Changé
    Présidente de la Communauté de Communes associée à jeune
    cadre du PS a été battue ,non pas par la droite minoritaire mais par les abstentionnistes 53% et les 10% de nuls sur sa propre commune, sa colistière Maire de Champagné commune PC depuis 1971 a récoltée 20% des votants !!!
    Aux régionales, contre l’avis majoritaire de tous les communistesde la Région les sortants PC ont décidés de se présenter seuls pour se joindre au PS au 2ème tour tout en usurpant le sigle FG,R ésultat 4% éjectés au 1er TOUR !!!!
    A Allones le maire PC-FG associé à une Ecolo aux départementales, bat la député PS ( suppléante de ministre LE FOLL)
    Le pédalo PS est entrain de couler !!! est ce que PCF va lui servir
    de bouée de sauvetage et couler avec !!
    Pendant ce temps les Insoumis vont marcher sur l’eau !!!
    Viendrez vous avec nous camarades ?

    Leroyer Le 12 novembre à 21:56
  •  
  • Qui peut m’expliquer par quel prodige un parti (le PCF) qui peut au mieux faire moins de 2 % en ayant sa propre candidature, pourrait prétendre propulser la France Insoumise au plus haut (qu’il est selon les sondages aujourd’hui) ?? Certes toutes les forces compteront et admettons que la force d’un groupe est toujours supérieure à sa simple addition numérique....
    Le PCF est aujourd’hui une machine à perdre, d’abord pour lui même et pour ceux qu’il prétendra rejoindre, compte tenu des conditions qu’il pose et des dévoiements avec lesquels il compose. L’expérience du FDG en est la preuve. Tournons la page.

    MP Langeais 37 Le 13 novembre à 00:19
       
    • MP Langeais 37:Reste que le PC est composé de militant(e)s qui,pour beaucoup,se posent des questions,comme nous(nous= France Insoumise),et c est légitime.Ils sont nombreux à vouloir une large unité,et à savoir que nos adversaires communs sont les libéraux,incrustés comme une lèpre dans le PS. PS allié de fait de la droite parlementaire.Voir les péripéties de la loi travail au parlement,où aucune motion de censure sérieuse n a jamais été déposée.Et pour cause:les amis de Juppé/Macron,et leurs partis respectifs veulent aggraver cette loi(si c est possible).
      Si des gens du PC veulent s unir à nous,nous ne pouvons leur refuser l entrée,sous prétexte qu ils incarneraient le passé.Idem si des militants PS frondeurs veulent grossir nos rangs.Mais là,je suis sceptique, le terme "frondeur"n étant que de la publicité mensongère !

      Le Baron Hugues Le 13 novembre à 21:29
  •  
  • En politique les forces ne s’additionnent pas, elles se démultiplient en créant une dynamique. Seul, le PCF est électoralement peu signifiant, en rejoignant la France Insoumise il contribue à créer le rassemblement qui peut agréger d’autres forces. Je partage en ce sens l’analyse de MG Buffet quand elle dit : « Parce que si nous validons le soutien à Jean-Luc Mélenchon, de nombreux autres, parmi les frondeurs, les écologistes, du mouvement social, vont se dire que c’est de ce côté-ci que se passe la dynamique à gauche »

    Francis Le 13 novembre à 06:43
       
    • Je ne vois de "dynamique" que dans le microcosme attrape-tout ,d’une "la France insoumise" hétéroclite. C’est déjà ça ! Pour le reste de "la gauche", c’est plutôt tristounet... Du côté du PS, frondeurs et petits marquis de la rue Solférino s’observent en coin et préparent entre eux leurs"primaires" ; quant à lui , le PCF, après la décision majoritaire de son CN ne pas soutenir pour l’instant JLM, multiplie les initiatives (Appel des 100) et les rencontres confidentielles dans tous les azimuts, en attendant que sorte du chapeau qui finalement rassemblera la gauche alternative et sur quoi en 2017... En somme, il est urgent d’attendre quand "la grêle est sur le blé"...

      Adisdonc Le 14 novembre à 13:00
  •  
  • Mélenchon a toujours été le chef de meute anti-PCF,
    Depuis 45 ans:de l’AJS,à l’Unef-id,à la gauche socialiste Mitterandienne,au PRS,au comité national antilibéral,au PG,au M6R,au fdg où il a laissé une ardoise de 500000 euros que le pcf a réglé,à la secte Fi dont il set le gourou.Il a toujours été le chef,partout car c’est comme ça qu’il veut fonctionner en faisant fi du collectif..
    Dès sa défaite de 2012 ,il a programmé sa candidature pour 2017.
    Son entourage, d’ingénue comme Buffet,où de candide comme Laurent a laissé faire car il les avait charmé.Lui,comme trotskyste a oeuvré comme un chef de commando.
    La vérité comme le soleil,est difficile à regarder en face.

    Maurice Le 13 novembre à 09:06
       
    • réponse de vieille barbe qui parle de l UEC ! quèsaco

      et pourquoi pas du Kominterm ! a l heure du numérique ca fait peur !

      buenaventura Le 15 novembre à 18:09
  •  
  • Quant à Marie georges Buffet elle sait que pour être élue comme en 2017 ,elle a besoin des voix des Mélenchonistes,d’où sa prise de position actuelle.
    Plus tard elle demandera les voix du PCF.
    Les voix du PS,lui sont acquises car elle a été le ministre des sports de Jospin,parmi les plus populaires.
    Là en bonne politique ,elle trompe son monde..Comme Trump,ou Mélenchon.
    C’est habituel.
    Ce qui est moins habituel ,c’est notre PCF,toujours debout et pour très,très longtemps.
    Plus longtemps,que les quelques années d’activité de promotions personnelles qu’il reste à vivre pour Buffet et Mélenchon.

    Maurice Le 13 novembre à 09:15
       
    • c’est beau la foi des croyants.

      Je vous suggère des analyses politiques qui ont fait leur preuve en son temps :

      "Le PCF opère un repli stratégique pour mieux se renforcer."

      Mélenchon avance masqué c’est trostko- Hollandiste !

      Le parti ne peux pas se tromper car il est plus fort que nous ; camarades !

      Les millions d hommes et de femmes qui soutiennent le parti ne se laisseront pas abuser par la presse bourgeoise

      La France insoumise est une officine de la CIA a la solde des forces du capital.

      n’est ce pas Maurice et BDpif ?

      ha ! ha ! ha ! ha !

      buenaventura Le 13 novembre à 18:32
  •  
  • Dans l’idéal d’un vrai changement, une candidature communiste est justifiée. Dans le contexte actuel, une candidature communiste serait suicidaire.
    En 1969, Jacques Duclos réunit près de 5 millions de voix et 21,2% des électeurs, en 88, André Lajoinie réunit 4,5 millions de voix et 15,3 %. C’est le dernier candidat communiste à avoir obtenu un score à 2 chiffres. En 1995, Robert Hue obtient 8,6 %, en 2002, il obtient 3,37 % et moibs d’un million d’électeurs. En 2007, dernière candidature communiste, Marie Georges Buffet tombe à 1,93 % et 700 000 voix. La dure réalité des résultats électoraux doit s’imposer a tous. Le PCF est devenu marginal pour les élections présidentielles et ne doit sa survie électorale qu’à ses élus territoriaux avec le soutien d’autres composantes politiques.
    La question est donc de rechercher, collectivement, quel est le candidat qui portera le mieux le projet de transformation sociale et politique qui fera l’adhésion de la population que le PCF peut représenter. A ce jour, la position de Marie Georges Buffet n’a rien d’incongrue. Jean Luc Mélenchon est capable de rassembler sur un projet que le PCF peut encore amender. Toute autre solution resserrera encore davantage la corde que le PCF a autour du cou.

    lucien matron Le 13 novembre à 09:42
       
    • Savez-vous que le programme de la France Insoumise a été adopté par un vote auquel ont participé environ 60 000 signataires du site JLM2017 (dont un grand nombre de personne qui se réclame de la mouvance communiste). Pour ce qui est de l’amender j’ai quelques doute sur la question. Pour le reste assez d’accord avec vous.

      choucroute Le 13 novembre à 10:43
    •  
    • Bon. Mon dernier commentaire car il faut savoir laisser la place aux autres pour s’exprimer et de ne pas monopoliser l’espace de communication. Pour lire votre programme, j’ai été obligé de m’inscrire en tant que soutien à Melenchon. Sinon, on ne pouvait pas lire votre programme. On ne peut plus s’enlever de la liste des soutiens, au passage, aprés avoir cliqué "J’aime", "Je soutiens" .
      Vous m’avez envoyé votre liste de programme a voter que quelques pages, sur 2 ou 3 Pages de propositions d’une centaine de propositions en une ligne, dire "Oui " "Non " "Je sais pas". Donc si on est d’accord avec une seule ligne du programme ; , on marque "Oui, je suis d’accord " avec toute une partie du programme, sinon on est "Pas d’accord sur rien". Donc moi même, je fais partie de vos insoumis, tout simplement pour avoir essayé de lire votre programme, tout simplement. Par contre, je n’ai plus la possibilité ni la liberté de partir de mon soutien à Melenchon. Donc dans les chiffres de militants que vous annoncez, j’en fais partie, hélas. Par contre vous n’aurez pas mon bulletin de vote, cà c ’est certains. Allez, bonne journée.

      bdpif Le 13 novembre à 11:06
  •  
  • @lucien matron
    C’est Georges Marchais,qui obtint 4 Millions des voix en 1981.
    A.Lajoinie aux alentours de 2 Millions en 1988.
    R.Hue aux alentours de Millions en 1995,ce qui montre que le PCF peut aussi gagner des voix,pour peu qu’il se présente sous ses propres couleurs.
    Quant à MG Buffet,elle n’était pas candidate du PCF mais des comités anti libéraux,en 2002,d’où l’appel à voter pour elle de JLM à qui ,en bonne copine,MGB rend la monnaie de la pièce.
    Le PCF ,parti de masse et d’éducation populaire,est largement capable de remobiliser ses partisans,c’est ce qui fait peur à JLM.

    Maurice Le 13 novembre à 11:10
       
    • Le comités "anti libéraux" datent d’après 2005 et concernaient l’élection de 2007. Donc votre argument n’est pas valable.

      leo solo Le 14 novembre à 14:11
  •  
  • Maurice, Inutile de jouer sur les mots, sur les candidatures ou les chiffres, la tendance globale est une baisse des résultats électoraux et de l’audience du PCF. Ne pas se résoudre à cette évidence est un signe de cécité qui peut permettre de se rassurer mais c’est également un déni politique de réalité.
    L’influence du PCF est encore importante dans sa capacité collective à appréhender le monde, à théoriser au plus haut niveau les évolutions de la société mondialisée, pas dans ses résultats électoraux. A ce jour, le programme le plus proche de la capacité communiste à transformer la société française est celui de JLM. Jusqu’au bout de la campagne présidentielle, je maintiens que des évolutions sont possibles ( il va bien falloir prendre en considération ce qui se passe dans le monde et en France) et qu’une dynamique de rassemblement peut être créer. Je ne suis pas spécialement Mélenchonniste, le personnage m’importe peu, même s’il incarne par son passé des éléments plus que contestables, il faut toujours regarder devant pour avancer, jamais dans le rétroviseur. Je suis certain que ce qui peut rassembler est plus fort que ce qui peut se discuter voire se disputer. Personne n’a jamais raison tout seul.

    lucien matron Le 13 novembre à 12:03
  •  
  • Bien d accord avec MG Buffet,qui remet les enjeux en place.A signaler qu elle était,avec JLM,entre autres,co fondatrice du Front de Gauche,dont JLM serait,selon certains,"le fossoyeur" !
    J ai signé le soutien à JLM 2017,mais aussi,surtout,au programme "l avenir en commun",débattu largement et collectivement.Par contre,pour les législatives,je serais partisan que FI rencontre les autres antilibéraux,afin de décider, localement et en commun,des meilleur(e)s candidat(e)s possibles,selon les réalités locales.Et ne pas imposer systématiquement des candidat(e)s FI,si on peut se rallier à une autre candidature implantée,partageant nos idées et objectifs..Sinon,nous apparaîtrions,nous aussi,comme des diviseurs.
    En tout cas,heureusement qu il existe des MG Buffet,Noel Mamère et autres,pour œuvrer à l union des antilibéraux.J ai suivi la conférence nationale du PC:il y a eu des interventions lucides et unitaires mais,hélas,beaucoup aussi de repli identitaire sur le PC....tout en affirmant la nécessité d unité !
    Les logiques de "citadelle assiégée" ont la peau dure,même face à l urgence de la situation !

    Le Baron Hugues Le 13 novembre à 15:14
       
    • La procédure de choix des candidats soutenus par FI est lancée.
      Ceux qui demande l’investiture de FI doivent signer la charte. Il n’y a donc pas d’à priori contre qui que ce soit. Les groupes d’appui réunis en assemblée de circonscription peuvent sans aucun problème proposer la candidature d’un élu sortant ou d’un candidat encarté dans un parti si celui-ci s’engage à respecter les exigences de la charte (consultable sur le site JLM2012.fr) Il semble que cette charte pose problème à certains. Personnellement je l’ai lu à plusieurs reprises et je ne comprends pas ce qui pose problème.

      Francis Le 13 novembre à 16:34
  •  
  • Personne ne gagne tout seul. Apparemment, jusqu’à présent, JLM et sa "France insoumise" paraissent persuadés du contraire en voulant imposer à tous leur candidat et leurs solutions. Cette prétention hégémonique à représenter l’ensemble de la gauche alternative s’appuie essentiellement sur 148 000 clics sur un clavier internet et des sondages qui donnent un score JLM 2017 à deux chiffres... Pourtant la politique n’est pas un jeu virtuel de console et on sait ce que valent les sondages ( demandez à Mme Clinton !). Alors cessons de nous leurrer et de peser les chances des uns et des autres !
    Il est toujours temps de renouer le dialogue sur des bases saines et de travailler à une vraie alliance rassembleuse et mobilisatrice.

    mamamia Le 13 novembre à 16:52
       
    • Des clics sur un clavier ? 1500 groupes d’appui de tailles diverses qui maillent le territoire et au delà. Le mouvement de la France Insoumise est bel et bien en train de devenir une force réelle bien présente sur le terrain. Il n’y a aucune prétention hégémonique, juste une analyse qui a conduit à la création de ce mouvement en réponse à l’incapacité du Front de gauche de s’organiser en mouvement . Pourquoi reprocher aux autres ce que l’on accepte pour soit même ? Le PCF a désigné ses candidats pour les législatives sans rien demander à personne. Ou est le problème quand il s’agit de FI ? Je suis un cliqueur "virtuel" et je ne fais partie d’aucun groupe de soutien, cela ne m’empêche pas de participer aux actions et à la campagne.

      Francis Le 13 novembre à 18:07
  •  
  • Les invectives,les sarcasmes,les insultes n’ont jamais été des arguments politiques.Je plains leurs auteurs , souvent anonymes,parceque je comprends leur désarroi et je les excuses.
    J’ai eu des responsabilités nationales à la C.G.T.et j’ai été membre du PCF.
    Fils d’ouvriers agricoles qui ont commencé à travailler à 11ans
    (moi à 13ans 1/2) je n’ai pas compris l’abandon de la lutte des classes dans les années 80 et puis il y a eu toutes ces compromissions avec un PS réactionnaire.J’ai quitté le parti.
    Dès la création du Front de Gauche, j’ai à nouveau milité
    avec une cinquantaine de sans cartes.Nous étions plus nombreux que les représentants PC et PG. J’étais prèt à
    reprendre ma carte.Très vite il y a eu une prise en main pour
    l’organisation et l’animation.Les rares fois où je suis intervenu on m’ a fait comprendre que je représentais que moi-même
    .C’est vrai aussi que les représentant s des classes laborieuses, de très grands intellectuels avaient la vérité....
    (J’étais le seul à avoir travaillé en usine autour de la table)
    A la fin il n’y avait plus que sans cartes !!!!
    Aux régionales, les élus sortants PC ont décidés d’y aller seuls
    pour s’allier au PS au 2ème tour, tout en usurpant le sigle FG
    Résultat 4% ,éjectés au 1er tour.
    Peut-on continuer dans la même logique ?
    Je félicite Jean Luc Mélenchon de n’avoir pas attendu, car nous serions dans les choux,comme aux municipales,aux départementales,aux régionales.En attendant la primaire du PS en janvier, c’est bien parti pour continuer à se moquer du petit peuple dont je suis fier de faire parti et qui n’accepte plus les couleuvres

    Leroyer Le 13 novembre à 17:31
       
    • @Leroyer. J ai souvent ressenti,en tant que simple citoyen,seulement adhérent CGT,ce que vous décrivez.A savoir que,souvent(pas toujours,heureusement),les militant(e)s encartés souffrent d un certain complexe de supériorité vis à vis des citoyens non encartés.Du genre :"ce n est pas un simple citoyen qui va nous la faire,à nous adhérents de longue date".On rencontre parfois cette réaction au PC,mais pas seulement. Il m arrive souvent de me faire rembarrer par des gens qui affirment,par ailleurs,que les partis "doivent s ouvrir aux simples citoyens".Formule convenue ?
      Meme sur des sujets comme la fin de vie et le droit à l euthanasie,que je défendais,j ai eu droit à un recadrage en règle,de la part de gens "qui savent".Ce qui ne m empêche ni de m exprimer,ni d entretenir des rapports cordiaux(mais rendus prudents), avec eux.

      Le Baron Hugues Le 13 novembre à 22:44
    •  
    • Nul besoin de rappeler ses origines familiales et prolétariennes pour donner légitimité à ses choix politiques a posteriori ! S’ il est vrai que la création du FDG , à l’initiative, ne l’oublions pas, du PCF, "ce pelé, ce galeux d’où nous vient tout le mal", a constitué sans conteste une embellie à gauche en rassemblant largement sur des positions de rupture et d’alternative progressistes, - en promouvant la personnalité de JLM - , les calculs politiciens des uns et des autres visant à s’assurer ou à conquérir une hégémonie sur "l’autre gauche", ont abouti au triste résultat d’aujourd’hui : l’émiettement,la division et de nouveau l’absence de dynamique fédératrice, mobilisatrice et transformatrice... bref tout est à reconstruire, et la question demeure avec qui, comment et pour quoi faire ?

      Adisdonc Le 14 novembre à 13:29
  •  
  • Que de haine, que de haine !!!!

    Les intervenants sur ces forum sont totalement abjectes, superficiels, même pas dignes de minute, rien à voir avec l’humain et ses problèmes sociaux et sociétaux traités dans les articles.

    Aucun fond, aucune analyse , de la haine en permanence, le masque du culte de la personnalité en guise de programme , tranquillement assis en train de pianoter sur son clavier.
    Indigne d’un journal comme Regard et les idées de fond très respectables que l’on peut trouver développées dans les articles du journal en général.

    Marie -George Buffet développe des arguments de fond pour étayer son choix respectable et cela se traduit par un prétexte à développement d’une haine absurde qui ne sert et pourra certainement pas servir Jean -Luc Mélenchon.

    Allez donc voir le film "la sociale" et vous vous reconnaîtrez certainement chez ces libéraux d’hier (et d’aujourd’hui) qui combattaient (et combattent encore) la sociale et ses promoteurs.

    Arthurr Le 13 novembre à 18:54
       
    • "...le masque du culte de la personnalité en guise de programme..."
      Arthurrrr serait-il de mauvaise foi ?

      La France Insoumise a choisi ses dix mesures les plus emblématiques :

      Faire face à l’urgence démocratique :
      • Référendum pour engager le processus constituant.
      • Droit de révoquer un-e élu-e.
      • Protection des biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises.

      Faire face à l’urgence sociale :
      • Abroger la loi El Khomri, rétablir la hiérarchie des normes sociales et le principe de faveur.
      • Séparation des banques d’affaire et de détail et création d’un pôle public bancaire.
      • Smic net mensuel porté à plus de 1300€ net par mois (hausse immédiate de 16 %) et revalorisation du salaire des fonctionnaires.

      Faire face à l’urgence écologique :
      • Règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer, ni produire plus que ce qu’elle peut supporter.
      • Plan de transition énergétique vers les énergies renouvelables par la sortie du nucléaire.

      Faire face à l’urgence internationale :
      • Refuser les traités de libre-échange : le traité transatlantique TAFTA entre l’UE et la France, CETA avec la France et le traité TISA de libéralisation des services.
      • Plan A : Proposer une refondation démocratique, sociale et écologique des traités européens par la négociation / Appliquer un « plan B » en cas d’échec des négociations.

      A chacun de juger !

      Pierre Magne Le 14 novembre à 09:30
  •  
  • Bonjour,
    Vous avez très bien compris, ou alors vous ne savez pas lire, que je ciblais les pitoyables intervenants dans le "débat" sur le forum et non le programme annoncé par JLM que je connais.

    Programme qui pour sa mise en oeuvre, si JLM était élu, aura besoin d’une mobilisation effective, sur le terrain, dans la rue, dans les quartiers et dans les entreprises de tous les citoyens de gauche -je dis bien citoyens avec la conscience militante et l’engagement qui va avec- , ce que ne laissent pas envisager ces délires de haine gratuite à l’égard des militants communistes systématiquement caricaturés et insultés pour peu qu’ils émettent la moindre distance et réflexion devant l’allégeance.
    Sans la mobilisation effective sur le terrain et non seulement devant son clavier, le programme, si beau soit-il ne restera qu’illusion et les tenants de la finance ,- qui eux ne restent et resteront pas dans le virtuel- sauront rapidement construire leur retour et la "contre révolution".

    Arthurr Le 14 novembre à 10:00
       
    • Arthurr, la ou vous voyez de la haine je vois simplement du débat basé sur des éléments factuels.
      Les invectives, parfois les insultes et souvent les approximations sont réservés préférentiellement à JL Mélenchon.
      N’inversons pas les rôles et les responsabilités. Le "victimisme " n’a pas sa place dans un débat certes vigoureux mais sans doute pas haineux.

      Francis Le 14 novembre à 13:18
  •  
  • A Pagnoux,

    Oui JLM a voté pour Maastricht en 1992, comme la presque totalité du P"S". JLM a publiquement dit à maintes reprises, qu’il regrettait ce vote qu’il qualifie d’erreur. Peu d’hommes et de femmes politiques sont capables de ce genre de remise en question. Je rappelle, de plus qu’en 2005, JLM, avec d’autres fut un protagoniste et militant inflexible en faveur du "non", à l’inverses de ses anciens bons camarades qui, avec l’appui des "grands médias", inféodés à la pensée néo-libérale, firent une campagne haineuse, dépréciative contre toutes celles et ceux qui furent, comme moi, partisans aussi du "non" contre ce TCE que les prétendus socialistes laissèrent passer dans sa mouture sarkozienne, grâce à leur abstention. Ceci est une double forfaiture de leur part. ce n’est pas la première. je me rappelle un matin où, invité sur France Inter, un Jack lang agressif s’évertua à expliquer à des gens comme moi, que nous étions des anti-européens, comme JLM entre autres. Il y en a assez de rabâcher cette antienne à propos de Maastricht. cherchez d’autres arguments dans votre anti-Mélenchon

    Babeuf Le 14 novembre à 12:09
  •  
  • Suite à mon dernier post :

    Pierre Magne montre très bien, dans son post, les positions de la FI de JLM quant aux traités européens. Seul compte désormais l’avenir. 1992, c’était il y a presque 25 ans, un quart de siècle. Ca va...

    Babeuf

    Babeuf Le 14 novembre à 12:17
  •  
  • Sous le titre : Présidentielle : gauche radicale, suivi de Mélenchon :" le peuples veulent renverser la table", Le quotidien régional" le Progrès" de ce 14 novembre propose à ses lecteurs le compte rendu d’un entretien avec JLM.

    Cette interview n’apprendra rien à ceux qui suivent avec intérêt ou soutiennent la campagne de JLM 2017 puisque tous les thèmes de "la France insoumises" y sont évoqués en quelques mots... Après avoir souligné avec une évidente satisfaction que "tous les indicateurs (de sa campagne) sont au vert" JLM ,affirme de manière péremptoire qu’à l’exception de quelque élus communistes qui lui sont favorables, " la direction du PCF (en refusant de le soutenir) s’est mise hors du combat réel" (sic).

    l’analyse semble cependant un peu courte et dictée par le dépit de constater que le PCF n’est pas une armée de petits soldats obéissants au doigt et à l’oeil de leurs dirigeants.
    Le fait est que , même affaibli, le PCF, quoiqu’en disent certains, conserve encore quelques beaux restes et que ses militant(e)s continuent, impavides, le combat de classe - qui est " le combat réel" - souvent dans des conditions difficiles ( parmi eux plusieurs dizaines ont été inquiétés par la police et sont encore aujourd’hui convoqués devant le tribunaux depuis le printemps 2016 en raison de leur participation à la lutte contre la loi El Komri)... ET il feront partie, rappelons-le , de ces militant(e)s qui dans quelques jours auront le dernier mot à propos de la désignation du candidat à la présidentielle...

    Alors, s’il suffit de déplaire au "commandante" Mélenchon pour n’être plus dans le "combat réel" ??? Cela promet !

    Par ailleurs, que vaut l’affirmation , souvent entendue depuis l’élection américaine, que reprend sans sourciller JLM : " les peuples veulent renverser la table" ? ...alors que vient d’être élu un M. Trump , milliardaire réactionnaire, sexiste et raciste, qui est lui, tout le contraire d’un candidat " anti système" qui voudrait "renverser" une table où il a la meilleure place.

    Apparemment, en s’abstenant massivement ou en votant Trump, le peuple américain n’a pas voulu "qu’ils s’en aillent tous" !!!

    Albert Vaumieux Le 14 novembre à 15:17
       
    • Vous qui avez l’air de bien comprendre la stratégie de la direction actuelle du PCF, vous pourrez peut-être nous expliquer pourquoi P. Laurent a surpris ses camarades en leur demandant soudainement de soutenir JL Mélenchon alors que jusqu’au jour avant la conférence nationale il n’avait pas émis cette hypothèse de manière aussi nette ? Cela n’aurait-il pas un rapport avec le mouvement des adhérents PCF et des élus qui s’engagent au sein de la France Insoumise ?
      Concernant l’analyse des élections US, je crois qu’il serait utile de lire son dernier post sur son blog. On est jamais mieux renseigné qu’en cherchant ses informations à la source car je ne crois pas que son analyse soit aussi manichéenne que vous semblez le penser.

      Francis Le 14 novembre à 17:27
  •  
  • À mon tour de vous renvoyer aux sources : le rapport introductif de P. laurent devant le CN du PCF et sa déclaration de soutien à la candidature Mélenchon de la veille ! Sa position personnelle n’a nullement "surpris" ses camarades qui , pour certains d’entre eux, ont plutôt considéré que sa déclaration à la presse à la veille du CN visait à influencer leur décision avant toute discussion... Quant aux élections américaines et à leur signification selon JLM , je ne fait que reprendre ses propres termes dans l’interview du quotidien régional "Le progrès"... suggérez- vous que JLM a plusieurs discours sur le même sujet selon qu’il s’adresse au lectorat du Progrès ou à celui de son blog ?

    Alain Vaumieux Le 14 novembre à 18:41
       
    • Ne jouons pas sur les mots. Les communistes n’ont donc pas été surpris le jour de la conférence mais la veille. Je ne sais si ses camarades de parti n’ont pas été surpris mais nous l’avons été tant cette position variait de celle exposée par la direction du PCF depuis des mois et en particulier par le porte parole O. Dartigolles (sur Regards.fr encore très récemment)
      Concernant l’analyse de JL Mélenchon sur les élections us, n’ayant pas connaissance de son interview au Progrès je m’en tiens à ce que je lis dans ces écrits ou a ce qu’il dit dans ses vidéos.

      Francis Le 14 novembre à 19:26
  •  
  • Au baron hugues
    "Je suis fier de mes origines(qui ne sont pas nobles comme vous)
    Je sais ça ne se fait pas et ça dérange !
    Par contre je n’ai jamais insulté personne et certainement pas le PCF à qui j’ai toujours donné ma voix aux élections malgré nos désaccords.Je ne vois pas ce que vient faire"galeux" en tout cas,il n’est pas de moi !
    Depuis 10ans nous avons dans notre commune un groupe qui
    fonctionne comme un groupe d’appui de la France Insoumise,malgré nos diffèrences , super sympa avec rillettes et coup de cidre !
    Dans notre commune à majorité de droite,nous avons un conseil municipal divers gauche élu au 1er tour avec 55%
    Est-il interdit d’avoir une opinion ?de critiquer, Sans doute à
    lire les propos violents ci-dessus. Je me demande s’il n’y a pas quelques intrus qui n’ont rien à voir avec la gauche et qui sont venus créer la zizanie En près de soixante annéés de
    militantisme (encore ma vie !) j’ai connu des débats appres .mais respectueux.j’ai toujours cru que les gens de gauche étaient bien élevés.L’anonymat est suspect.
    Visiblement La France Insoumise dérange certains et c’est tant mieux puisque plus elle est attaquée plus le compteur monte
    Consulter le Insoumis ça donne la pêche ! les provocateurs égarés inscrits sont peu nombreux il suffit d’aller à la rencontre des gens et vous serez surpris par l’accueil du nouveau peuple de Gauche. Jean Luc Mélenchon tenez bon
    nous serons bientôt un million d’insoumis actifs

    LEROYER Le 14 novembre à 21:56
       
    • Cette fougue propre aux nouveaux convertis est réjouissante comme le partage d’un pot de rillettes et d’une bouteille de cidre. Seulement , si je ne trompe , il ne s’agit pas ici d’un sympathique repas d’amicale, mais de combat politique. Il aura donc suffi que le vote majoritaire du CN de PCF, qui reporte de quelques semaines la décision définitive des communistes , déçoive les soutiens de la "France insoumise" pour que sur le site de "Regards" se remettent à voler les corbeaux noirs de l’anti communisme " de gauche" (?)... cela n’est certes pas nouveau mais a une signification : 30 années de "révolution conservatrice "et de" droitisation du monde" ont abouti certainement à brouiller les repères idéologiques et politiques, mais aussi à ce résultat : faire accroire , y compris "à gauche", qu’une alternative au capitalisme néolibéral dominant était soit utopique, soit diabolique si cette alternative était portée un tant soit peu par les communistes, lesquels,- horreur !- n’ont pas disparus avec la " chute du mur"... À lire ici les rancoeurs et les remarques fielleuses sur l’affaiblissement ( au demeurant incontestable)du PCF qui justifierait qu’on se passe de lui s’il ne veut pas se faire oublier ou passer sous la table en se rangeant sagement derrière la FI et JLM, on se dit que le " vrai changement" n’est pas pour demain. Santé !

      JHENRY Le 15 novembre à 09:39
  •  
  • Bonjour
    Pourquoi cette fixation , autour des élections, des présidentielles ?,l’électoralisme fait beaucoup de dégats !.
    Reconstruire un vrai parti communiste , passe t’il par les élection dans un premier temps. je veut dire un parti qui soit un intellectuel collectif, qui éléve le niveau politique, et le niveau de conscience du plus grand nombres. je pense mêmes, que de rentrer dans ce jeux électoraliste freine l’adhésion au parti, et aux idées communiste. Si l’on veut faire une vrai critique du capitalisme, et ses défenseurs, il faut être totalement libre et indépendant .Pour moi l’élection présidentiel, ne doit pas être la préoccupation du parti ; sachant que , pour l’instant, il ne peut présenter un candidat crédible et fédérateur. le parti doit reconstruire , se reconstruire, a tout les niveaux, d’abord faire des adhésions, rallier des gens a ses opinions, a ses idées, éventuellement se présenter a des municipales, départementales , régionales, mais en étant assurer d’avoir une base forte. Il ne s’agit pas seulement d’ être un candidat pure et dure, qui ne fait aucune concessions ( comme LO ou NPA)face au capital, quitte a se retrouver a 2ou 3%, et passer pour des diviseurs .Ce jeux électoraliste et cette compétition entre les organisations dites communiste, nuit, a la prise de conscience , et à l’unité des travailleurs.
    _

    bob Le 15 novembre à 10:59
  •  
  • Bonjour Bob,
    Pour moi c’est tout le contraire, on ne peut zapper les présidentielles si on veut reconstruire car les législatives viennent après et suivent la dynamique. Il faut la présence d’une gauche de lutte. De plus, et j’ai participé à de nombreuses campagnes electorales, vous ne pouvez pensez rallier des citoyens aux valeurs communistes ou de cette vraie gauche si les alliances, ce que vous appelez les concessions, se poursuivent avec le PS. Si c’est cela pour vous une base solide ! Oui les jeux électoralistes nuisent et justement c’est ce que rejettent les insoumis, tous ces calculs partisans pour des sièges, les travailleurs ne se reconcilieront avec la politique que si on leur propose autre chose. Le PCF a tout à y gagner, mais à lui de voir.....

    Victoire belle Le 15 novembre à 11:36
  •  
  • Hé oui ! nous fonctionnons comme une amicale,nous ne sommes pas de nouveaux convertis.Ca fait dix ans que nous militons ensemble alors ça créer des liens d’amitié. Les communistes sont
    les plus nombreux,mais l’histoire des appartenances ne comptent,pas.Nous voulons une révolution joyeuse, les tristes et les
    aigris ne font pas parti de notre groupe d’appui....
    Et la politique dans tout ça ? et bien on croit que l’on en fait aussi !
    Nous avons 2 chantiers en cours :les législatives,sans doute une ou un communiste insoumis,nous lui préparons le terrain.. et une propostion de loi pour mettre en prison immédiatement dès qu’ils seront pris tous les "Cahuzac"
    Nous croyons ferme à la 6ème République

    Leroyer Le 15 novembre à 18:30
       
    • On le saura :"Faire de la politique autrement" consisterait donc à " fonctionner comme une amicale" de potes qui s’empiffrent de rillettes et lampent du cidre. la "France insoumise" n’a que faire des "pisse froids" ! quant à l’expression " communiste insoumis" ou bien elle est le produit d’une tautologie, ou bien elle veut, a contrario, suggérer qu’il y aurait des "communistes soumis" (?) à quoi (?) et d’autres pas ! Tout cela ne paraît pas très sérieux... à l’image des" joyeux " points d’appuis de JLM qui s’efforcent de tisser la fameuse toile d’un réseau national de soutien à une candidature dépourvue jusqu’à présent ... de soutien "partidaire" (sic)... Oui, mieux vaut en rire ... avant de pleurer au printemps 2017 !

      Ridonc Le 16 novembre à 15:21
  •  
  • La constitution de la 5e république, voulue et votée par Charles De Gaulle à son seul profit, est à bout de souffle. Elle confisque l’électorat au profit d’un homme ( ou d’une femme, mais côté sexisme, il reste beaucoup à faire ) , et d’un groupe ou parti politique majoritaire. Autrement dit, sans une organisation politique digne de ce nom, capable de soutenir un candidat, aucune chance d’être élu. 1er élément : chercher le candidat qui annonce clairement un changement de constitution. 2ième élément : chercher un candidat soutenu par une organisation de militants encartés ou non, maillant totalement le territoire et rassemblée de façon unie sur une base commune. 3ième élément : un projet politique lisible, audible, rassembleur autour d’axes clairement identifiés par des marqueurs de "gauche".
    A partir de ces 3 éléments, se poser, sans à priori de personne, d’accompagnement, de soutien, de rejet, d’adhésion, de stratégie ou de tout autre subalternité, la question personnelle du choix. Un homme, une voix. A chacun de prendre sa responsabilité individuelle. Mon grand père, et mon père, amis de Waldek Rochet dans un autre temps disaient toujours : " Vot’ don rouge p’tiot, t’as bin l’temps de rosir". Toujours appliqué depuis : communiste au 1er tour, socialiste ou nul au 2ième tour ( comme en 2002). J’ai la conscience politique tranquille.

    lucien matron Le 16 novembre à 06:56
       
    • moi non, j’ai fait pareil et je n’en suis pas fier car visiblement je n’avais rien compris à la social démocratie ! Elle est notre énemie comme bien d’autres ! mon objectif aujourd’hui : étouffer le PS par un vote massif MELENCHON ua premier tour ! eT ADVIENNE LE SURSAUT (corbyn nous montre le chemin)

      LE PERE MANGANATE Le 18 novembre à 12:16
  •  
  • Ce qui se joue les 24 et 25 novembre ce n’est pas l’avenir du PCF mais celui de toute la gauche OU c’est avec JLM ou c’est la mort non seulement du PCF mais de toute la gauche.

    Dominique FILIPPI Le 16 novembre à 17:52
       
    • "La bourse ou la vie !!!!"

      Rieeeen du tout ! A moins de diviser le PCF en deux en soutenant le JLM et de vous récolter toute la cagnotte du PCF, dans l’instant présent, vous n’aurez pas un sous.

      Et encore, ils font pire, ils font appel aux dons des militants pour sa candidature, avant d’avoir confirmé ses 500 signatures.

      bdpif Le 19 novembre à 18:43
  •  
  • Ce qui se joue les 24 et 25 novembre ce n’est pas l’avenir du PCF mais celui de toute la gauche OU c’est avec JLM ou c’est la mort non seulement du PCF mais de toute la gauche.

    Dominique FILIPPI Le 16 novembre à 17:53
       
    • nos vieilles divergences entre communistes, trotskystes, socialistes humanistes, j’en passe et bien d’autres, risquent en effet de nous tuer...pleins de nos certitudes !

      Aujourd’hui la menace de la déferlante droitière qui a déjà rogné une bonne partie du spectre politique anciennement à "gauche" n’est pas une illusion. La question que personnellement je me pose : doit-on agir pour le court terme (essayer de sortir les gens de la mouise ou leur éviter d’y tomber) ou sur un long terme hypothétique ? J’ai choisi le court terme et, je pense, un certain réalisme politique : on est encore en 5ème république, la logique en est "un candidat face au peuple", c’est nul mais c’est le réel, à gauche MELENCHON est possiblement le mieux placé (difficile à mon avis de démontrer le contraire), je fonce ! Après on verra ce que l’on fera avec les appareils politiques, les réseaux,...

      LE PERE MANGANATE Le 18 novembre à 12:11
  •  
  • Militant PCF depuis 1959
    Je viens de lire certains commentaires… pourquoi tant d’apostrophes désagréables entre personnes qui sont normalement très proches politiquement… à moins que certains soient chargés d’empêcher le dialogue et mettent de l’huile sur le feu pour rendre la rencontre et l’accord impossible
    Tant de sectarisme, tant de certitudes, cela frise la caricature, aussi bien du côté de ceux qui se disent PG, que de ceux qui se disent PCF.

    Un rappel : Karl Marx a répondu à un questionnaire que lui a soumis sa fille Laura, CONFESSION… deux des questions :
     Votre dicton préféré ? Rien d’humain ne m’est étranger
     Votre devise préférée ? Doute de tout

    Effectivement sans « le doute » plus de philosophie, plus de tolérance, plus de progrès, plus de recherche, plus rien d’humain… plus que du sectarisme, plus que des certitudes, plus que de l’intolérance.
    Alors oui, totalement oui à cette intervention de Marie-George Buffet qui est une démonstration de bon sens. Des deux côtés nous aurions dû agir autrement… mais rien n’était et n’est évident… le poète a souvent raison… alors quelques vers

    Louis Aragon
    « Epilogue »

    Songez qu’on arrête jamais de se battre et qu’avoir vaincu n’est trois fois rien
    Et que tout est remis en cause du moment que l’homme de l’homme est comptable
    Nous avons vu faire de grandes choses mais il y en eut d’épouvantables
    Car il n’est pas toujours facile de savoir où est le mal où est le bien

    « La Rose et le Réséda »

    Quand les blés sont sous la grêle

    Fou qui fait le délicat

    Fou qui songe à ses querelles

    Au coeur du commun combat


    Jean Ferrat
    « Ma France »

    Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
    Pour la lutte obstiné de ce temps quotidien
    Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
    A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain
    Ma France

    Qu’elle monte des mines, descende des collines
    Celle qui chante en moi, la belle, la rebelle
    Elle tient l’avenir serré dans ses mains fines
    Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
    Ma France

    Et l’enthousiasme sera peut-être là…

    Rochard Michel Le 17 novembre à 09:24
  •  
  • @Dominique Filippi
    Alors mon poto,tu vois que tu as eu raison d’insulter,à tire la rigo le PCF et son scerétaire général,depuis 3 ans sur ce site.
    Continues,je persisterai à faire des copiés/collés pour les envoyer à PL au cas où il oublierait combien,tu le hais..

    Maurice Le 17 novembre à 22:15
  •  
  • @Dominique FILIPP
    Sauf.......que tu as exprimé avant,ta haine et ton dégoût du PCF et son secrétaire dans des dizaines de textes ,publié ici entre 2013 et .2015.Maintenant,il te faut monter un visage avenant pour séduire les naïfs ou ceux qui ne connaissent pas les épisodes précédents.
    Quelques rappels pour les curieux,charmés par ta prose charmeur de pervers narcissique politique :
    Sauf.......que tu assemblé vénérer, JLM comme le nouveau gourou auquel la secte de FI doit se soumettre sans rien discuter ,PCF,Ensemble,NPA,les Verts,LO etc...
    Sauf ......que ta malhonnêteté intellectuelle,et tes incessantes manipulations sont tout ce que le PCF rejette !
    Après tous tes textes méprisants,regarde les résultats des insanités que tu as publié sur Pierre Laurent.
    C’est le réveil du PCF qui ne fait que commencer et que tu ne pourras pas empêcher même par tes textes mielleux destinés à tromper les militants.
    Aujourd’hui,pour toi,il s’agit de charmer,d’amadouer le quidam communiste ingénu.Beurk,rien ne te semble rebutant.
    Mais tes textes sont restés,comme ceux de l’Ajs/oci,du mppt,du PS,de Mitterand,de gauche socialiste,de France Insoumise,de PRS,de M6r,du fdg,ces sectes éphémères sans cesse renouvelées,dirigées entre autre par JL Mélenchon dans le but d’anéantir le PCF.
    Manque de chance encore louppé ;prépares ton prochain texte contre Pierre Laurent,tu vas en avoir besoin..

    Maurice Le 19 novembre à 09:34
  •  
  • En tant que dirigeante nationale du Parti en charge de l’énergie et profondément attachée aux questions de l’écologie comme beaucoup d’entre nous, je pense que le ralliement à Jean-Luc Mélenchon, nous discréditerait sur les questions industrielles et environnementales et laisserait le champ libre à la droite pour aller vers plus de privatisation.
    En effet, le programme de la « France insoumise », c’est la fermeture de la Centrale de Fessenheim, l’abandon de la prolongation de vie des centrales nucléaires au-delà de 40 ans, de tous les projets d’EPR et du centre d’enfouissement des déchets…
    Il a décidé d’en finir avec la 3ème industrie française avec comme conséquence la perte de milliers d’emplois qualifiés et la perte d’un savoir-faire reconnu dans le monde entier. Mélenchon décide désormais à la place des citoyens qu’il nous faudrait abandonner l’atout nucléaire.
    C’est la parfaite illustration de la posture tribunicienne qu’il a dorénavant adopté : candidat autoproclamé, campagne en dehors des partis, personnalisation outrancière de la démarche ; pour un candidat qui a fait de la sixième république citoyenne un axe central de son parcours, convenons qu’il vient d’endosser assez rapidement et soudainement les costumes et mauvaises habitudes de la monarchie présidentielle de la cinquième.
    Qu’ira-ton raconter au million de travailleurs du secteur notamment les 300 000 ouvriers, cadres et ingénieurs de la filière nucléaire, qui par le passé votaient massivement pour le PS et le PCF.
    Cette posture programmatique qui joue sur les peurs expédie aux calendes grecques, la difficile équation énergétique, équation qui doit tenir compte des besoins mondiaux de développement, de l’épuisement des ressources, et du grave problème du réchauffement climatique.
    C’est aussi, rester sourd aux conclusions des travaux du GIEC. A savoir la nécessité impérieuse de faire reculer rapidement et massivement les énergies fossiles « carbonées » (charbon, pétrole, gaz) et de « décarboner » au maximum une électricité ayant vocation à les remplacer. Le GIEC reconnaît clairement que l’énergie nucléaire sera un des leviers incontournables pour contrer le réchauffement climatique et en même temps répondre à une demande mondiale considérable pour 2050.
    En l’absence d’ambitions industrielles énergétiques nouvelles, couplant énergies renouvelables et nucléaire, il sera impossible d’atteindre cet objectif dans les délais souhaités. C’est très grave pour notre planète.
    Le programme de Mélenchon c’est le modèle de la transition énergétique allemande qui débouche sur plus de charbon nord-américain, plus de gaz russe, plus de lignite polluante. Et des dizaines de milliers d’emplois industriels supprimés !
    Une électricité la plus chère d’Europe et le premier pays émetteur de gaz à effet de serre de l’Europe.
    Au final la démarche Mélenchon, confortera la domination pétrolière.
    Qu’on ne s’y trompe pas, opposer les différentes sources et productions d’énergie c’est affaiblir les potentiels nationaux, les savoir-faire des salariés et des entreprises, c’est aussi participer au démembrement du service public.
    Quand à faire jouer un autre rôle à la France en Europe et dans le monde, comment y parvenir avec une nation privée de ses meilleurs atouts industriels qui pourraient être d’exceptionnels leviers de coopération, de sécurité et de paix à l’international au moment où des centrales se construisent partout autour de nous ?
    Comment faire exister, dans un tel marasme, les propositions du PCF en matière d’énergie notamment à travers notre grande bataille national pour un renouveau de notre politique industrielle ?
    Si nous soutenions Mélenchon et son programme malheureusement, cela ne sera pas possible ! Alors si pour exister dans ce débat, il faut une candidature déclarée, alors allons-y ! Mais sans lâcher la volonté que nous avons de rassembler la gauche au bout du compte pour la faire gagner.

    Valérie Gonzalvès Le 19 novembre à 09:56
       
    • Jusqu’où tomberez vous pour défendre l’indéfendable...

      Dominique FILIPPI Le 19 novembre à 12:23
    •  
    • Effarent. Pas un mot sur Tchernobyl qui disperse depuis 30 ans ses radiations au point qu’il faille encore aujourd’hui mettre en place un nouveau sarcophage qui coûte plus d’un milliard d’euros . Pas un mot pour les dizaines de milliers de victimes, enfants malades de cancer en Ukraine et ailleurs. Pas un mot sur Fukushima. J’avais vu votre intervention en direct lors de la conférence nationale du PCF et très franchement elle m’a mis mal à l’aise.
      Vous parlez d’abandon par FI de la prolongation de vie des centrales sans évoquer une seule fois les arrêts de réacteurs consécutifs aux PV de l’ASN. Évidemment qu’il faut fermer Fessenheim et le plus vite possible.
      J’aurais aimé vous entendre parler de la mise à l’encan des synergies internes de EDF et par exemple de la vente au privé des barrages. Le seul qui s’oppose à cette destruction et à la privatisation des barrages de EDF c’est JL Mélenchon.
      En fait je ne vois dans votre intervention qu’un copié collé des arguments spécieux du lobby nucléaire. Et tout ça au nom d’une soit disant crédibilité environnementale et industrielle. Membre du PCF, j’entendais déjà ce type de discours dans les années 80. Finalement rien n’a réellement changé si ce n’est l’influence du parti. Continuez comme ça, vous êtes sur la bonne voie pour disparaitre à court terme du paysage politique . Fort heureusement Pierre Laurent semble prendre conscience de la gravité de la situation dans son parti et il convient de saluer ses récentes déclarations.

      choucroute Le 19 novembre à 23:40
  •  
  • @Dominique Filippi
    Crois tu que ,les violences verbales que tu as exercées contre le PCF,pendant des année,puisssent rester sans réponses ?
    Tu as cru que le PCF était mourrant parce
    que certains depuis R.Hue,le conduisent à sa perte ?
    Tu n’as jamais entendu parler des communistes et de leur courage ?
    Notre ténacité est sans équivalent,et tu t’en rendras compte.
    J’ai simplement démonté avec d’autres la cécité profonde dont tu fais preuve et quand je dis cécité c’est par bonté d’âme...tant d’autres sur ce blog entre 2013 et 2015 ont aussi condamnés ta violence verbale méprisante envers le PCF et Pierre Laurent......Ceci dit les communistes vont voter en majorité ce WE contre JLM et tu seras encore plus isolé....c’est triste de te voir ainsi si isolé ...Mais ce n’est que justice !
    Quant à la déclaration de Valérie Goncalves Andral à l’occasion de la conférence nationale du PCF du 5 novembre 2016,libre à toi,de la mépriser.Mais que les communistes ingénues qui te lisent sachent ta véritable nature d’agent anti-PCF depuis des années,sournoisement ,sans, l’assumer publiquement,afin de leurrer les ignorants des précédents épisodes.

    Maurice Le 19 novembre à 12:41
  •  
  • AH !AH !AH !AH !
    Dominique Filippi,tu te crois eb 1938 !
    Je me disais aussi que t’étais complètement déphasé !
    Mais heureusement que tu existes !
    Tu as revigoré la Fibre partidaire de milliers de communistes grâce à ta haine du PCF !
    Tu as beaucoup fait pour le rejet de JLM grâce à ton esprit étroit,dogmatique et intolérant.
    Merci encore et l........e bonjour à Léon !
     :-)
    AH !AH !AH !AH !

    Maurice Le 20 novembre à 09:27
  •  
  • Que de sornettes ! de mots inutiles !
    Nous avons appris le communisme à l’usine,dans les manifs,et lors des grèves qui nous ont demandées beaucoup de sacrifices, et nous sommes dans en groupe d’appui...nous n’avons rien à voir avec ces grands intellectuels nés avec une cuillère dans la bouche et qui nous fatiguent avec des mots dont nous ignorons la signification" dialectique""tautologie"et "Sorpasso" dont l’explication est encore plus vaseuse que le mot lui-même et son auteur !Nous sommes nés la faim au ventre(tickets de ration-nement)et la rage de vaincre le capitalisme avec leurs suppôts de droite et du PS. A ceux qui font des pronostics comme s’ils étaient au PMU nous leur disons ,le 30 novembre nous proposerons une candidate communiste contre la socialiste sortante qui sera battue comme a été battue aux départementales la député socialiste suppléante du ministre Le foll par notre camarade communiste front de Gauche.
    Personne n’a plumé le PCF, le ver est dans le fruit.....
    Aux donneurs de leçons nous leur disons :Continuez ça nous donne des arguments et une pêche d’enfer

    Leroyer Le 20 novembre à 11:55
  •  
  • Nous,Maurice et beaucoup d’autres,r entrons en campagne en soumettant au pays un pacte d’engagements pour une nouvelle majorité. Pour construire la politique et le rassemblement dont la France a besoin, nous nous adressons à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui partagent notre ambition, aux syndicalistes, aux militantes et militants associatifs, aux artistes et aux intellectuel-le-s, aux forces du Front de gauche, à la France insoumise, aux socialistes qui veulent retrouver le chemin de la gauche, aux écologistes. Nous leur proposons de débattre de ce pacte d’engagements pour construire le socle d’une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale qui soit formée par les forces de la gauche d’alternative ». Ainsi la résolution adoptée par la conférence nationale du PCF définit-elle l’effort engagé en vue des échéances de 2017.
    La confrontation des axes de rassemblement proposés par le PCF avec les programmes des différentes forces se réclamant de la gauche d’alternative doit ainsi permettre d’identifier les différences et les points de convergences à partir desquels un effort peut être engagé pour parvenir à surmonter les contradictions qui existent naturellement entre forces politiques différentes. C’est dans cet esprit que la commission économique (1) du PCF a mené un examen du programme de Jean-Luc Mélenchon, dont le détail, exposé point par point au regard des sept axes de rassemblement proposés par le PCF, peut être consulté sur le site de la revue Economie et politique.
    Le programme de " France insoumise " : des choix contraires à ce pour quoi nous combattons !La confrontation des axes de rassemblement proposés par le PCF avec les programmes des différentes forces se réclamant de la gauche d’alternative doit ainsi permettre d’identifier les différences.Sur le sited’économie politique du
    PCF : Les tenants de « L’Europe sociale » jugent le programme économique de la « France Insoumise ».
    Incidement pour la secte FI et leur Gourou JLM,c’est flou et trés éloigné de ’l’humain d’abord’.

    Communiste Le 22 novembre à 08:28
  •  
  • Admettre ses erreurs, c’est bien ; en tirer les leçons, ça serait mieux. Faute de quoi, la candidature Mélenchon risque de s’avérer plus dangereuse que toutes les autres, car elle peut réanimer des illusions que MM. Hollande, Juppé, Sarkozy et consorts ne sont plus capables – et c’est tant mieux – de porter .

    ***

    Combien de Tsipras faut-il à l’« insoumis » Mélenchon pour abandonner l’illusion qu’on pourrait faire tourner l’Europe dans l’intérêt des peuples ?

    L’Union européenne connaît la plus profonde crise de son histoire. Mais, par delà les drolatiques péripéties pré-électorales françaises, tant le PS que Les Républicains continuent de partager ce mantra qui leur sert de programme commun subliminal : « l’Europe est notre avenir ». Dans la perspective des scrutins du printemps prochain, ils s’efforcent cependant de rester discrets sur ce thème tant il devient de plus en plus repoussoir.

    Le Front national, quant à lui, cultive pour l’heure l’ambiguïté. Alors que beaucoup d’électeurs pensent utiliser ce vote pour exprimer leur refus de Bruxelles, des responsables de ce mouvement plaident pour adoucir une image « trop anti-européenne » jugée susceptible d’effrayer certains électeurs.

    Or qui prétendrait conduire des choix tranchant avec les orientations actuelles sans rompre avec l’intégration européenne est soit un naïf, soit un imposteur. La remarque vaut pour tous les candidats. Arnaud Montebourg développe ainsi une certaine schizophrénie en proposant de désobéir à l’UE... en payant des amendes plutôt que d’imaginer quitter la galère.

    Pour sa part, Jean-Luc Mélenchon lançait le 16 octobre sa nouvelle mouvance baptisée La France insoumise. Une formulation d’apparence prometteuse. Encore faut-il s’assurer de sa portée concrète, car rien n’est pire que de se payer de mots. Or le candidat libre redoublant à la magistrature suprême propose de « sortir des traités européens ». Mais pourquoi ne pas dire tout simplement « sortir de l’UE » ?

    L’eurodéputé n’a-t-il pas quelque mal à lâcher les rêves qu’il a nourris des décennies durant ? Car il reprend désormais la formule mi-chèvre mi-chou : « l’Europe, on la change ou on la quitte »... ce qui redonne une once de crédibilité à l’hypothèse « on la change ». Pourtant, depuis des lustres, il n’a pas manqué de responsables politiques pour aligner les rodomontades promettant de « changer », d’« infléchir », de « réorienter », de « refonder » l’Europe... Sans autre résultat que de soumettre toujours plus les peuples au carcan communautaire.

    François Hollande s’était ainsi engagé, en 2012, à « renégocier » immédiatement le traité imposant la gouvernance économique, pour finalement y renoncer dès sa deuxième rencontre avec Angela Merkel ; le Grec Alexis Tsipras était arrivé au pouvoir en janvier 2015 après une campagne promettant de tenir tête à Bruxelles – on connaît la suite.

    Combien de Tsipras faut-il à l’« insoumis » Mélenchon pour admettre cette réalité : l’Europe n’a été conçue et ne peut fonctionner que dans l’intérêt de l’oligarchie ; et pour abandonner l’illusion qu’on pourrait la faire tourner dans l’intérêt des peuples, alors que son but fondamental est d’aliéner la liberté de ceux-ci ?

    Il continue imperturbablement de suggérer un « plan A » visant une « sortie concertée » ; et un « plan B » menaçant d’une sortie unilatérale, sortie qu’un forum européen (où Jean-Luc Mélenchon côtoie notamment... Yanis Varoufakis) caractérisait ainsi en septembre 2015 : « si l’euro ne peut pas être démocratisé, s’ils persistent à l’utiliser pour étrangler les peuples, nous nous lèverons, nous les regarderons dans les yeux et nous leur dirons : ‘essayez un peu, pour voir !’ »...

    Mais dans quel monde vit l’ex-président du Parti de gauche ? Laisser entendre qu’il pourrait se dessiner une coalition européenne de gouvernements – actuels ou futurs – susceptibles de s’inscrire dans le sillage de cette « France insoumise », c’est ignorer la réalité politique et juridique de l’UE.

    « L’Europe de nos rêves est morte » se désole le candidat. Il devrait revenir sur terre : les Français – les classes populaires en particulier – n’ont jamais majoritairement rêvé d’Europe. Lui-même en revanche fut un farouche défenseur du traité de Maëstricht en 1992, avant d’admettre s’être trompé ; il fut un supporter fervent de Syriza, avant de prendre quelques distances...

    Admettre ses erreurs, c’est bien ; en tirer les leçons, ça serait mieux. Faute de quoi, la candidature Mélenchon risque de s’avérer plus dangereuse que toutes les autres, car elle peut réanimer des illusions que MM. Hollande, Juppé, Sarkozy et consorts ne sont plus capables – et c’est tant mieux – de porter.

    Par son refus d’énoncer un objectif facilement intelligible par tous – « Frexit veut dire Frexit » pour paraphraser nos amis anglais – le vote proclamé « insoumis » pourrait bien, fût-ce involontairement, apporter une nouvelle caution « de gauche » au principe de l’intégration.

    Et constituer ainsi l’ultime roue de secours de Bruxelles en déroute.

    Pierre Lévy Le 22 novembre à 08:34
  •  
  • On entend un peu partout que, finalement, les débats de fond, le programme politique, le projet , tout cela, ce n’est pas si important, qu’on peut s’asseoir dessus juste le temps d’une campagne pour des raisons de stratégie, en fonction de l’opportunité et des sondages du moment … C ‘est le cas avec un éventuel soutien de la candidature de JLM : de nombreux points de son programme nous sont éloignés et notamment bien loin du programme de « l’humain d’abord » de la campagne de 2012. On pourrait évoquer en économie la fiscalisation de la sécurité sociale, le niveau du Smic très bas proposé, le traitement de la question européenne sous un angle nationaliste, plusieurs économistes communistes ont relevé de nombreuses autres contradictions de ce type…on pourrait aussi pointer ses multiples dérapages verbaux avec cette dérive assumée de ne plus se référer aux valeurs de gauche. Il y a les insultes aussi… Peu dans nos rangs contestent cela, mais tout en le reconnaissant, des camarades argumentent, en étant bien conscients de la difficulté de l’exercice – à tel point que, volontairement, dans leurs argumentaires, le nom du candidat n’est même pas prononcé – qu’il faut malgré tout soutenir la candidature de Mélenchon, compte tenu de la difficile situation politique : ce serait quelque part un « moindre mal » nous expliquent-ils de bonne foi.

    Je pense pour ma part le contraire, pour plusieurs raisons, que je vais me permettre de préciser aux camarades tentés par l’ « option 1 » (celle d’un soutien à JLM) .

    Tout d’abord le rapport à l’industrie, les discours de JLM sur les modes de production, qui feront fuir un électorat populaire déjà frappé durement par le chômage. Ainsi en est-il par exemple avec la proposition de détruire la filière électro-nucléaire de notre pays (tout en épargnant l’armement nucléaire…). C’ est une aberration au regard des besoins mondiaux, de l’enjeu climatique et accessoirement une catastrophe économique : c’est une des dernières industries qui nous restent en France, 400 000 emplois, et pas des emplois « MacDo ». La désertification industrielle de nos territoires est un des terreaux du FN, n’en rajoutons pas en proposant la fermeture volontaire d’usines qui existent déjà et qui font vivre des centaines de sous-traitants, des territoires entiers, n’en rajoutons pas non plus avec une hypothétique transition énergétique par les énergies marines ou des concepts comme la décroissance qui sont hors de la réalité que vivent des millions de Français. Et nous ne le répèterons jamais assez : cela n’a rien d écologique la sortie du nucléaire, au contraire (voir l’Allemagne).

    De même des idées comme la « règle verte » ( « on ne prélève pas plus que ce que peut régénérer la nature ») : si elle avait été appliquée depuis le début, l’Humanité n’aurait même pas dépassé l’âge de la pierre, et on devrait du jour au lendemain abandonner toutes les exploitations minières et arrêter toutes les activités économiques.… mais qui voterait pour cela ? cela peut plaire à un type d’électeurs souvent aisés qui ne sont pas familiers avec les processus de production, n’ont aucune idée des ordres de grandeurs et des implications technologiques et industrielles que supposent leurs propres modes de vie… mais pour une grande partie de la population qui vote massivement pour le FN et qui se prend le chômage en pleine figure, recherchant désespérément des emplois qui font sens, qui leur donne un avenir, une stabilité… quel message on envoie avec ce genre de propositions ? N’y a t il pour eux que les boulots précaires dans les centres commerciaux, qui pullulent partout sur nos territoires, à leur proposer ?

    Ce serait aussi sur le plan stratégique, une situation inédite : soutenir un candidat dont on ne soutient pas le programme. Je crois qu’aucun parti politique n’a encore osé faire cela. Ce serait complètement incompréhensible, la campagne « autonome » impossible à mener sur le terrain, ou alors en bafouant les valeurs les plus élémentaire de l’engagement politique des militants, leur dignité même. Apres un tel épisode, proposer aux militants de se former, les inciter à lire des revues du parti, les brochures, participer à des journées thématiques, aux universités d’été, afin qu’ils puissent mieux argumenter au quotidien sur tel ou tel sujet, relèvera de la plaisanterie.

    Enfin, si nous somme d’accord que l’un des objectifs essentiel ici, ce sont les législatives, nous savons depuis 2007 et 2012, qu’avec 1,9% (2007) au premier tour des présidentielles, on peut faire deux fois mieux qu’avec un candidat pourtant porté à 12% (2012). En effet, tout dépend de la façon dont on mène la campagne présidentielle. Avec nos candidats identifiés à un soutien à JLM, et la violence verbale dont il fera preuve durant les 6 mois de campagne vis à vis de toutes les autres forces politiques, nos candidats, loin de bénéficier d’un effet JLM comme certains l’espèrent sincèrement, en souffriront gravement. Le scénario d’un Mélenchon à plus de 10% (et c’est loin d’être gagné), et à la clé, notre disparition à l’assemblée nationale, est tout à fait envisageable. Voir l’exemple de JLM en 2012. Voir aussi Bayrou en 2007 et ses 17%.

    Ce sont, entre autre, toutes ces raisons qui me font préférer une candidature issue de nos rangs (choix 2), qui, je le pense vraiment, peut faire un score honorable, nous avons des candidats potentiels de talent pour cela, pourvu qu’on s’en donne les moyens dès maintenant. Cela permettra de faire entendre nos propositions, de ne pas disparaître des médias dans un moment clé, et laissant ainsi une chance à nos candidats aux législatives. Ce sera de toute manière difficile, mais c’est à mon sens le vrai choix qui préserve l’avenir de notre organisation et ainsi les idées que nous défendons.

    Amar bellal Le 23 novembre à 04:20
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.