Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 18 mai 2016

Montebourg prend de la hauteur, mais reste dans la brume

Ce lundi de pentecôte, Arnaud Montebourg s’est hissé en haut du Mont Beuvray pour y contempler son horizon présidentiel, convoquant les esprits saints de grandes figures politiques. Et délivrer un discours vaporeux.

Vos réactions (26)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Mitterrand gravissait la Roche de Solutré, en Saône-et-Loire, tous les dimanche de pentecôte ? Arnaud Montebourg s’est dégotté, dans le même département, le Mont Beuvray pour ses lundi de Saint-Esprit. Une bonne idée ne doit pas tomber en désuétude et cette année, attention, on allait voir ce qu’on allait voir.

Dès potron-minet, une horde de journalistes, pataugas au pied attendait Arnaud et son orchestre. Il faut dire aussi que l’homme est un bon client. La dernière fois, à la fête de la rose de Frangy-en-Bresse, à l’été 2014, chaleur de l’été et magie du Bourgogne l’avait rendu goguenard et il avait brandi sa cuvée du redressement. Bilan des courses, il avait été viré illico presto du gouvernement tout comme son convive d’un jour, Benoît Hamon. Curieusement il parle aujourd’hui de son « départ volontaire du gouvernement ».

La ballade de l’entrepreneur

Présidentielle oblige, le moment devait, cette fois-ci, revêtir une dimension plus solennelle pour faire entendre l’appel du Mont Beuvray. Dans un style parfois ampoulé, l’ancien ministre de l’Économie a d’abord dressé le tableau d’un système institutionnel à bout de souffle, brocardant la monarchie constitutionnelle qu’est la Ve République : « On confie tous les cinq ans à un seul homme ou un homme seul la charge de prendre toutes les décisions, en tout et n’importe quel domaine, sur tout et n’importe quel sujet. Il n’en rend compte devant personne, ne subit l’effet d’aucun contre-pouvoir et la population découvre l’ampleur des tromperies dont elle est régulièrement l’objet ». Et d’ajouter : « Le système politique est devenu une grande machine à trahir, il en est épuisé ».

Le propos est certes assez tendance, mais l’engagement de Montebourg sur ces questions est suffisamment ancien pour qu’il lui en soit fait crédit. C’est, à dire vrai, la seule partie du discours qui soit convaincante, parce que le reste relèverait plutôt d’un Arnaud le confus (lire aussi "Montebourg s’échauffe à l’eau tiède").

Passons rapidement sur son auto-définition : « En devenant entrepreneur, petit entrepreneur, travaillant comme tout un chacun dans des PME ». Pour un peu on le croirait garagiste, chiffon graisseux dans les mains, et non vice-président d’Habitat, qui a réalisé 82 millions de chiffre d’affaires en 2015. Mais il dispose sans doute d’une conception extensive du « petit entrepreneur ». Là n’est pas l’essentiel, car il s’agit de la France, de son avenir et de son rayonnement : « Il y a aujourd’hui beaucoup de candidats sans aucun projet à part eux-mêmes. Et il n’y a presque aucun projet en circulation qui dise clairement où emmener le pays dans les cinq ou dix prochaines années. Pourquoi alors ne pas bâtir nous-mêmes ce projet ? Car mieux vaut un projet sans candidat, qu’une foultitude de candidats sans projet ».

Contraint de sortir de sa retraite politique devant tant de médiocrité accumulée, on retient alors son souffle dans l’attente d’un vrai projet et là, quand même, ça fait pschit.

Réconcilier les deux France

Les grandes caractéristiques du futur projet évoqué sont au nombre de trois :

1. « Affronter et traiter les problèmes que la classe dirigeante de droite et de gauche esquive depuis des décennies ; et apporter des solutions nouvelles. De ce point de vue, ce projet devra être innovant et fera appel à tous les innovateurs de France ». À ce niveau de généralités, il faut considérer que ce n’est qu’un amuse-bouche et que la suite va être plus consistante.

2. « Ce projet devra tenter de réconcilier, réunifier les deux France : la France qui va bien et la France qui va mal. La France qui va mal, c’est celle des territoires désindustrialisés, des agriculteurs appauvris et des ouvriers sans porte voix, des PME laissées pour compte et des services publics délaissés. La France qui va bien c’est celle des start-up, des fonds d’investissement et des métropoles. Chacune de ces deux France devra être entendue mais aucune des deux ne devra éviter des concessions à l’autre. »

Là ça se corse : sur le constat et sur les solutions. Sans doute adepte des thèses de Christophe Guilluy et de sa France périphérique, voilà les métropoles, en bloc, du bon côté de la vie. Nul doute que dans nombre de quartiers de la Seine-Saint-Denis ou dans les quartiers Nord de Marseille (et tant d’autres), cela n’apparaisse pas comme totalement évident. Mais le chemin de la réconciliation est plus étonnant encore. Que peut bien vouloir dire « aucune des deux ne devra éviter des concessions à l’autre » ? Quelles concessions supplémentaires le paysan appauvri devrait-il faire à un fonds d’investissement ? Mystère.

3. « Ce projet devra s’inspirer de certaines valeurs. Il ne niera certainement pas ce que nous sommes. Mais qui sommes-nous ? Des hommes et des femmes de gauche. »

Résumons, le projet sera donc innovant, devra réconcilier les deux France et sera porté par des gens de gauche. Là Franchement, ça ne valait pas le déplacement en car dans le Morvan.

Un panthéon décousu

Restait la déclinaison de ce qu’est la gauche en douze points, avec à chaque fois deux célébrités pour appuyer le propos, pour être vraiment pris de tournis. D’abord, c’est une certitude, Arnaud Montebourg vient de finir un livre sur 1848, lui qui se réfère successivement à Henri Lacordaire, Lamartine et Louis Blanc. Certes, les trois hommes ont été des députés de la IIe République, mais pour le reste, c’est du grand n’importe quoi. Quand Louis Blanc, tenu pour responsable des émeutes du 15 mai 1848, s’exilera pour vingt ans, c’est Lamartine qui, avec des gardes nationaux, déloge les manifestants de l’Hôtel de ville. Quant au prêtre Lacordaire, horrifié par cette manifestation populaire, il démissionnera de l’Assemblée. Il faut ratisser large, mais quand même.

Les autres nominés sont tout aussi curieux, en vrac : Colbert, Montesquieu, Voltaire, Jaurès, Mendès-France, Mitterrand, Chevènement, Debray avec en guest stars Roosevelt, Al Gore et le pape François. Ah, on allait oublier : il y avait une demi-phrase sur l’égalité des droits, matière à citer quand même deux femmes in extremis : Simone de Beauvoir et Simone Veil (non, pas la philosophe Simone Weil – trop radicale sans doute). Certes, le maître-mot du discours est "innovation", mais là ça ressemble à une mauvaise ratatouille.

Au fond, à quoi bon tout ce cirque ? Arnaud Montebourg voudrait bien être candidat mais il ne sait pas encore s’il y a un espace politique pour lui. Son discours du 16 mai devrait lui valoir une place dans les sondages des mois à venir. Une stratégie pas très innovante, ni très audacieuse, mais qui lui permettra de faire son choix à la fin de l’été en connaissance de cause. Quoique, à la réflexion, le choix de Lamartine est tout de même curieux quand on sait que ce dernier s’est retiré de la politique après avoir essuyé un cuisant 0,26 % à l’élection présidentielle de 1848, pourtant au suffrage universel masculin.

Vos réactions (26)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Hà là là, je l’aime bien, Montebourg. Parce que je le trouve motivé.
    Mais hélas votre article est dans le juste.
    Vous avez raison sur tout les points.
    Il serait incompétent je rajouterais, quoi que, remplis de bonnes intentions et intelligent.

    bdpif Le 18 mai à 11:37
  •  
  • Par contre, si je peux me permettre une reflexion. Il risque d’avoir du succés. Parce qu’en face, il y a encore plus nul que lui. Monsieur Melenchon et ses insoumis Eux n’ont aucuns programme, sont decallés de tout et hors sujet sur tout. Donc il peut lui rester un espoir à montebourg. Au moins de se ramasser les décus du PS, ce que n’arrive pas à faire Melenchon.

    bdpif Le 18 mai à 11:45
       
    • Les insoumis ne partent pas de zéro comme ce monsieur mais de "l"Humain d’abord", programme qui a réuni 11% des voix en 2012.

      baobyyyyyy Le 18 mai à 12:23
    •  
    • @bdpif
      "Parce qu’en face, il y a encore plus nul que lui. Monsieur Mélenchon et ses insoumis Eux n’ont aucuns programme, sont decallés de tout et hors sujet sur tout."
      Merci du compliment !
      Mélenchon :
      4 millions de voix en 2012,
      104 000 signatures de soutien à ce jour,
      1000 groupes de soutien en France.
      Il veut une 6ème République,
      Il veux restaurer la souveraineté de la France,
      Sortir de l’Euro,
      Sortir de l’OTAN,
      Relancer l’emploi,
      Sortir de l’austérité...
      Quant à son programme, c’est l’humain d’abord !

      Pierre Magne Le 18 mai à 14:15
    •  
    • @Pierre magne
      L’humain d’abord, ce n’est pas son programme, mais celui qui a été fait par l’ensemble de forums publics dans tout le pays, avec communistes et autres. C ’était il y a 5 ans, et nous étions contre Sarkozy. Et puis il n’y avait pas grande d’explication à comment arriver à ses objectifs, aux moyens mis en oeuvre. Rien. Alors aujourd’hui, bof, des mots des mots, des sorties de l’Otan, des relance de l’emploi, de l’euro, et compagnie, mais aucunes explications, rien. même sur le site des insoumis / c’est pauvre.

      C est ce qu’on reproche également à Montebourg, mais lui mise moins sur des rêves

      bdpif Le 18 mai à 17:03
    •  
    • @bdpif L’insulte est l’arme de ceux qui n’ont aucun argument, de ceux qui sans Mélenchon auraient fait moins de 2% en 2012 comme en 2007, de ceux qui ont systématiquement trahi le FDG en s’alliant avec le PS pour garder une poignée d’élus et de villes et qui ont désormais et de leur propre faute, un pied dans la tombe et l’autre sur une peau de banane.

      René-Michel Le 18 mai à 19:47
    •  
    • Erreur. JLM à un programme. Il est en cours d’actualisation, mise à jour oblige et vous pouvez le lire ici : http://www.jlm2017.fr/le_projet, on peut le comparer avec le programme l’Humain d’abord et consulter les commentaires et propositions qui s’y adjoignent.....C’est différent il est vrai d’avec le redressement (imp)productif, le frère jumeau de Martine Aubry et de Hollande....

      morelle noire Le 19 mai à 11:13
    •  
    • @Morelle Noire
      Haaaa d’accord il y a des mises à jour qui se font. Lu votre lien, j’ai cru m’étouffer de rire. 7 thêmes en mises à jour. Allez au hazard, j’ai pris le theme "Paix et international" , 6 pages de 7 commentaires en 4 mois fait par des inconnus insoumis qui ne connaissent rien au sujet. Déjà sortie de l’Otan et raprochement avec la Russie ; cà donne envie :) A quand le raprochement avec la corée du nord ? Rien, le vide, le néant, l’incohérence la plus complète. On se croirait au club Dorothée de la politique. Tout cà en 5 ans ? C est tout ce que vous avez fait ?
      Vos insomnies, insoumis ne sont qu’une voiture balai pour la droite qui n’a même plus besoin de casser du PS devant votre enthousiasme à le faire, et maintenant vous cassez du PCF en plus. Vous n’avez aucun programme valide, parce qu’aucun lien direct avec la politique. Vous avez passé votre temps à raler et à sortir des anneries. Et quand la droite repassera, vous prendrez des vancances pendant un an ou deux avant de nous ressasier les mêmes propositions.

      Parlons d’autre chose, d’accord avec l’auteur sur son article, manque de cohérence dans les propos de Montebourg, mais regardez ce qu’il a fait lui pendant 5 ans,bien ou pas bien, il a fait un peu de concret pendant que vous n’avez fait que papoter. Les comparaisons ne sont plus valables entre politicien et club de discours et de reflexion poétique. Boarf.

      bdpif Le 19 mai à 12:35
  •  
  • Montebourg se place dans l’optique d’une primaire PS, s’il y en a une, ce qui semble hautement improbable puisque not’bon roi à déclaré en mode lapsus sa candidature en 2017. Donc pschiitttt le Montebourg. Lui et ses amis frondeurs ne s’opposeront jamais au monarque pour la simple raison qu’ils craignent de ne plus obtenir l’investiture du parti. Par ailleurs qui ferait confiance à celui qui s’est mis à l’écart de la politique pour devenir entrepreneur ? Aurait-il également échoué dans cette nouvelle vocation pour qu’il retrouve le goût de la chose politique ? J’espère simplement que le PCF ne comptait pas sur lui pour conduire la campagne du très attendu socle commun. En parlant du PCF, je note que près de 1800 communistes se retrouvent sur l’appel de F.Parny demandant que leur parti s’engage dès aujourd’hui dans le mouvement de la France insoumise et je note également que Marie-Georges Buffet sur sa page Facebook espère que le 5 Juin à l’issue du congrès du PCF la France qui lutte et ne renonce pas à changer le monde se retrouve comme il est naturel qu’elle le fasse.

    choucroute Le 18 mai à 17:33
       
    • Mme monte bourg à confirmé l attachement à la primaire qui ne se fera pas si hollande est candidat...

      nabila halot Le 18 mai à 19:12
  •  
  • La loi travail El Khomry c’était pas ce « job act » appelé loi Macron précédemment et loi Montebourg encore avant ?

    Arouna Le 18 mai à 18:27
  •  
  • Excellent article qui montre bien le vide sidéral de la pensée politique montebourgeoise devant laquelle les frondeurs s’esbaudissent. Il n’y a plus rien à tirer du PS, ni du sommet, ni d’aucun des versants de la taupinière

    ARDUS Le 19 mai à 16:01
       
    • Non rien à tirer
      Bon, juste une précision, à ma connaissance, c’est la droite qui flingué le pays économiquement. Hollande a pris la maison en feu (retraites et compagnie). Qu’est ce qu’il a fait ce vilain monsieur ? Déjà, il a embauché pleins de fonctionnaires, monté un peu le salaire de ceux ci , mis du fric à la formation professionnel, donné du rsa aux jeunes de moins de 25 ans, a même mis l’aide à l’emploi pour les gens du RSA mais c ’est pas grave tout cà. Les promesses de hollande, ils n’ a tenu parole que pour la moitiéSarkozy ou Hollande, ce sont les mêmes pour vous. L’essentiel étant de casser du PS pour se récupérer les décus, tout en evitant de parler de ce que l’on và faire à sa place. Vous serez bien avec Juppé, vous boirez le champagne pour avoir flingué le PS et fait 13 % aux elections au premier tour par abscence de programme politique. Pitoyable. 2017 và être triste à crever.

      bdpif Le 19 mai à 17:20
  •  
  • C’est le PS qui a fondamentalement flingué l’économie avec le tournant de la rigueur de 1983 puis l’entrée dans l’euro dont on ne s’est jamais relevés. Sarkosy n’a fait que suivre le chemin balisé par Mitterand / Delors bien avant lui et Hollande a fait encore pire au service de la Rente défendue par les banques. Quand au bilan que vous faites, on dirait le compte rendu de mandat d’un maire, pas d’un Président de la République.

    ARDUS Le 19 mai à 17:48
       
    • On a pas l’impréssion que vous voyez de différence entre Mitterand et Sarkozy. Vous allez être bien avec Juppé alors.
      A moins que Melenchon ne passe. Evidement. Lui c’est un pur, il n’a jamais travaillé pour le PS que vous parlez, et puis, ce qu’ils ne savent pas faire, lui il sait le faire. "Faites moi confiance" comme disait Michel Galabru dans le film ’Le viager". Et puis avec toutes les gamelles qu’ils se prends de manière continu aux elections, c’est une evidence même qu’il va spontanement passer au deuxieme tour ;) Enfin, le PS sera mort et vous serez content avec Juppé/ Le grand soir arrive

      bdpif Le 19 mai à 22:44
  •  
  • @ bdpif
    Si Hollande se fait sortir au premier tour c’est juste que ses électeurs de 2012, dont j’étais ( j’étais même membre du club des 2% quand tu ne pensais peut-être même pas que tu voterais pour lui) ne voient pas la différence entre sa politique, son gouvernement et ce qui a été mis en œuvre par son prédécesseur. Alors tu peux nous ramener l’argumentaire de Solférino sur tous les bienfaits de la politique bénie de not’bon roi, nous on constate qu’aujourd’hui la retraite c’est virtuellement à 60 ans et réellement quelques années plus tard. On constate que le chômage à progressé de manière fulgurante alors que les entreprises n’ont jamais été autant choyées, on constate que même au sein du PS c’est la débandade et que la révolte gronde à la base. Et pire que tout pour faire passer ses saletés de lois, il utilise l’article 49.3 qu’il qualifiait lui-même de brutalité et de dénie de démocratie.
    En fait ça ne sert à rien de nous dire que la droite fera pire car c’est simplement faux. Elle fera comme Hollande, Valls et Macron et avant eux Sarkozy, ce qu’exigera la commission européenne sur la base des traités anti-démocratiques. Il faut donc simplement arrêter de se raconter des histoires et tirer les conclusions qui s’imposent concernant ces traités. Tous ceux qui prétendent changer les choses sans remettre en cause ces traités trompent les peuples ( on en a l’exemple avec Tsipras en Grèce)
    Et toi quelle est ta position sur cette question essentielle, vitale ?

    choucroute Le 20 mai à 07:22
       
    • Bonjour Choucroute, houlà cà và être long de vous répondre. On va commencer par les retraites. Jospin avait créé le fond des retraites en privatisant certains élements. Comme l’EDF, il me semble (c ’est pas grave entre nous, les salariés d ’EDF sont gatés pourris)c ’est la droite qui a bouffé tout le fric de son fond d’investissement, Woertz, sous Sarkozy.
      Hollande arive donc avec les caisses vides, donc il fait passer sa mesure par necessité.

      Ceux qui disent que droite et gauche sont pareils vous mentent.
      Je continue ma réponse plus tards, le temps me manque sur le moment.

      bdpif Le 20 mai à 14:52
    •  
    • Juste une chose sur les traités européens, pourquoi vous croyez que Tsipras a cédé, juste par nécéssité, sinon son pays coulait. Ceux qui vous disent qu’on peut sortir de l’Europe comme cà en claquant des doigts vous mentent.
      IL faut dynamiser nos entreprises, les refaire en France et pas en Chine, qui nous a bouffé tout nos emplois. Regardez au moins Montebourg et son made in france , il n’y est pas arrivé mais il avait compris au moins.

      bdpif Le 20 mai à 14:59
  •  
  • La désindustrialisation de notre pays a commencé bien avant que la Chine ne s’éveille. La responsabilité en incombe au détenteurs du capital qui ont recherché des taux de rendements toujours plus importants. Le Made in France de Montebourg est un peu un marteau sans manche car il ne dit pas comment il compte réindustrialiser le pays. Il est clair que tout ce qui a disparu ne se fera plus chez nous. Il faut donc trouver d’autres activités susceptibles de générer des créations d’industries et des emplois qualifiés. Quelques pistes sont proposées par Mélenchon en particulier l’économie de la mer et la transition écologique. Arrêter le nucléaire pour le remplacer par des sources d’énergie pérennes et neutres en terme d’impact climatique. Il y a par ici de nombreuses filières à créer et à développer. A ce jour Montebourg est partisan du nucléaire et de l’extraction des gaz de schistes. L’état de la filière nucléaire française qui était la plus performante du monde démontre bien que ce mode de production d’énergie est devenu obsolète du fait même de sa nature dangereuse et qui oblige à toujours plus de systèmes sophistiqués de sureté. Je passe rapidement sur les gaz de schistes dont pratiquement plus personne ne veut en France du fait également de leur nature hyper polluante. La planète est à bout de souffle et le changement climatique nous oblige à sortir des modèles productivistes. Nous en avons encore un exemple cruel en ce moment au Sri Lanka ou des pluies diluviennes obligent des centaines de milliers de personnes à quitter leur domicile inondé. Si nous voulons en sortir tout en permettant la création d’emplois utiles il faudra investir massivement. Et cela ne pourra se faire sans l’intervention directe des pouvoirs publics. Il se trouve que les traités européens interdisent quasiment cette intervention car ils sont orientés vers la maximalisation du profit privé par essence idéologique et du fait de la main mise du capitalisme financier sur les institutions européennes. Vous me dites que Montebourg n’est parvenu à rien avec son made in France. CQFD. Tirons les enseignements de son échec et préparons nous à la grande bataille, celle de la souveraineté nationale dans le choix de notre développement économique et social. Si Montebourg se place dans cette perspective, nous ferons affaire ensemble. A lui de répondre sans biaiser.

    choucroute Le 20 mai à 17:07
  •  
  • Mon précédent message s’adressait à bdpif.

    choucroute Le 20 mai à 17:08
  •  
  • D’accord avec sur pas mal de points, mais pas d’accords sur d’autres. Par exemple la chine. Regardez dans votre salle à manger, tout ce qui a été acheté en chine, du poste de télé, des chaussures jusqu’au téléphone, les habillements, la nourriture ; etc ... Entierement d’accord avec vous sur le point suivant :
    La responsabilité en incombe au détenteurs du capital qui ont recherché des taux de rendements toujours plus importants. Le Made in France de Montebourg est un peu un marteau sans manche car il ne dit pas comment il compte réindustrialiser le pays. Mais Melenchon il propose quoi ? Pecher des poissons sur la cote et faire du velo pour remplacer le nucléaire ? Vous croyez vraiment que cà và relancer les entreprises francaises et que vous allez avoir du made in france dans votre salon plutôt que des produits chinois fait par des ouvriers payés 3 euros de l’heures ? C’est du pipau tout cà ....

    bdpif Le 21 mai à 16:11
  •  
  • "Pêcher des poissons sur la côte et faire du vélo pour remplacer le nucléaire"...
    Putain, ça vole haut comme argumentaire. Je trouve ça très triste.

    Mélenchon tente d’avoir un projet intellectuel qui transforme notre rapport à la mer. Ce n’est peut être pas suffisant, certes. Mais au moins il y a un début de réflexion. Une prospective pour l’avenir.
    Qui d’autre propose un projet de société pour nos enfants et les générations futures ? Franchement je ne vois personne.

    Et merci de ne pas réduire cette tentative à " pêcher" et "faire du vélo"... C’est digne de tous les vieux réactionnaire s du siècle dernier qui clament encore de nos jours : "le nucléaire ou la bougie".
    On est en 2016, merde !

    mackno Le 21 mai à 17:16
       
    • Ben lisez le Melenchon, tout simplement

      Avant de faire rentrer la mer en politique

      IL dit du bien de la chine, veut coopérer encore plus avec cette dictature, et và faire des eoliennes dans la mer pour relancer les emplois. Hautement intellectuel.

      On es loin de Montebourg et son made in france qui voudrait recréer des emplois en france SANS Y ARRIVER

      bdpif Le 21 mai à 21:15
  •  
  • @bdpif "Hautement intellectuel." Venant de votre part c’est un compliment. Les individus de votre espèce "osent tout, disait le grand Audiard, et c’est à ça qu’on les reconnaît". Je ne vous salue pas.

    René-Michel Le 22 mai à 10:02
  •  
  • @bdpif

    Je commencerais par dire que je ne me compte pas parmi les mélenchonistes béats. Je sais garder mon esprit critique, et je vois cette candidature comme un outil parmi d’autres pour changer le système.

    Ceci étant dit.

    Il dit du bien de la Chine et veut commercer avec cette dictature ?
    C’est vrai qu’aucun autre politicien ne commerce actuellement avec les dictatures. La France ne vend des armes qu’à des pays respectueux des droits de l’homme, c’est bien connu.
    Je ne cautionne pas bien entendu, mais je n’entends pas ça comme un argument valable pour démolir cette candidature, puisque tous les autres font à l’identique ou bien pire.

    Quant à réduire le texte que vous mettez en lien à "faire des éoliennes en mer pour relancer l’emploi"... c’est carrément de la malhonnêteté intellectuelle.
    C’est comme si je réduisais le discours de Montebourg à "il veut sauver la France en nous faisant tous acheter des marinières bretonnes." Soyons sérieux.

    Et comme projet de société, excusez moi mais "acheter français", c’est un peu court, je trouve. En terme de hauteur de vue et de pensée intellectuelle et politique, on a vu mieux.

    J’aimerai pouvoir débattre avec vous, réfléchir ensemble pour trouver des solutions et un avenir pour nos enfants. Mais ça ne semble pas possible.

    Dommage.

    mackno Le 24 mai à 00:41
  •  
  • Toujours @bdpif, qui n’en mérite pas tant.

    Ah oui, je me permet aussi de copier/coller un extrait du lien que vous nous avez transmis sur toutes les bonnes choses qu’a fait Montebourg en cinq ans.

    Parce que c’est vrai. Commercer avec la Chine, c’est vraiment très mal.

    "3. PSA : l’alliance avec la Chine sauve les meubles

    "Dissimulation", "mensonges", "erreurs de stratégie"... Montebourg n’a pas eu de mots assez durs pour qualifier l’attitude de PSA, auteur d’un plan social de 8000 postes en France et de la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Parallèlement, ce dossier est néanmoins une de ses grandes victoires. C’est sous sa responsabilité que l’entrée au capital du Chinois Dongfeng, mais surtout celle de l’Etat français, ont été validées.

    Une quatrième usine PSA sera bientôt ouverte en Chine pour porter à un million la capacité de production. Au premier semestre, le constructeur a enregistré une hausse de 5,5% de ses ventes mondiales, dont 27,7% pour la seule Chine."

    Je pense que bientôt, Montebourg aussi ira commercer avec la Corée du Nord, pour reprendre votre point Goldwin.

     :)

    mackno Le 24 mai à 00:47
  •