photo Parti de gauche
Accueil > Politique | Entretien par Catherine Tricot | 2 novembre 2016

Olivier Dartigolles : « Jean-Luc Mélenchon pourrait être le candidat de la gauche antilibérale »

À quelques jours de la conférence nationale du Parti communiste et alors qu’Arnaud Montebourg lui propose une alliance de premier tour pour l’élection présidentielle, entretien avec Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

Vos réactions (45)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. Dans le JDD, Arnaud Montebourg vient de proposer au PCF une alliance au premier tour de la présidentielle dans le cas où il sortirait vainqueur de la primaire socialiste. Êtes-vous partants ?

Olivier Dartigolles. Nous n’allons pas attendre fin janvier et les résultats de la primaire du PS pour nous engager dans la campagne de l’élection présidentielle. Nous aurons pris position d’ici la fin de l’année. Samedi 5 novembre, le PCF réunira sa conférence nationale, puis nos adhérents voteront pour décider de nos choix en 2017. Nous réaffirmerons notre analyse d’un grave risque de second tour Droite-FN. La victoire de la droite au printemps prochain ne serait pas une alternance banale. Si elle est élue, la droite engagera une politique qui fera basculer notre pays et notre société dans quelque chose d’inédit et de très violent. Avec une extrême droite qui n’est plus "en embuscade", mais aux portes du pouvoir, et qui pourrait alors apparaître comme la seule vraie opposition, le prochain "recours" pour toutes celles et ceux qui seront les victimes de cette politique.

Cette perspective doit déterminer en priorité les choix politiques à effectuer à brève échéance ?

La question politique qui consiste à trouver une solution pour empêcher ce désastre est notre boussole. Nous n’en changerons pas. Comment ? Avec une candidature commune de gauche, en rupture avec le quinquennat Hollande, pour empêcher une victoire Droite-FN, avec un rassemblement à ambition majoritaire aux législatives. Nous avons tout fait en ce sens depuis un an : les lundis de la gauche, une grande consultation citoyenne avec le questionnaire "Que demande le peuple" rempli par 65.000 personnes, les invitations de Pierre Laurent lors de la Fête de l’Humanité et, la semaine dernière encore, aux candidats déclarés ou potentiels, une pétition.

« Des millions de personnes, à commencer par celles et ceux qui se sont mobilisés contre la loi El Khomri, n’accepteront pas la division, la désunion et donc l’impuissance. »

Dans quelle mesure l’issue de la primaire socialiste sera-t-elle déterminante pour les options stratégiques de la gauche ?

Si Arnaud Montebourg gagne la primaire socialiste alors qu’elle a été conçue et verrouillée pour Hollande, ce sera un événement et un élément nouveau dans le paysage politique à gauche. Qui peut le contester ? Comment le peuple de gauche évoluera-t-il ? L’exigence de rassemblement va-t-elle grandir quand le danger mortel d’un second tour droite-extrême droite apparaîtra plus clairement ? C’est en tout cas ce que je crois. Des millions de personnes, à commencer par celles et ceux qui se sont mobilisés contre la loi El Khomri, n’accepteront pas la division, la désunion et donc l’impuissance. Ils nous diront à tous "Bougez-vous, parlez-vous, rassemblons-nous".

Si vous choisissez d’ici la fin de l’année de soutenir Jean-Luc Mélenchon, en cas de victoire de Montebourg à la primaire, pourriez-vous changer d’alliance ?

Nous voulons maintenir l’idée que, si l’occasion se présente d’avoir un candidat commun, il faudra absolument la saisir. Jean-Luc Mélenchon pourrait être ce candidat de la gauche antilibérale. Pour cela, il faut un cadre commun. Nous l’avions avec le Front de gauche. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il n’est pas possible de proposer comme seul horizon un "ralliement à la France insoumise" car cela n’est pas une conception ouverte et positive du rassemblement. Elle est datée, or il faut faire du neuf, réfléchir à la manière dont la diversité peut converger pour à la fois faire face aux dangers et à la complexité. Pour construire un espoir, reconstruire une gauche sur ses valeurs et ses combats, on a besoin de se rassembler, pas de se rallier.

« Pour la première fois depuis plus de trente ans, la gauche d’alternative peut passer devant la gauche d’adaptation, l’hégémonie du PS peut être renversée. »

Au dire des enquêtes et des sondages, Jean-Luc Mélenchon représente cette gauche. Il pourrait être ce candidat unique du peuple de gauche que vous souhaitez… Pourquoi ne pas le soutenir franchement ?

Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon a ce crédit dans l’opinion et qu’il constitue un repère. Nous avons fait une très belle campagne en 2012. Pour la première fois depuis plus de trente ans, la gauche d’alternative peut passer devant la gauche d’adaptation, l’hégémonie du PS peut être renversée. On est preneur ! Mais cela n’ôte pas la question posée par la probable présence d’une droite à 35% au second tour face au FN à 30%. Quelle majorité politique de gauche pour un changement de gauche ? Il ne faudrait pas perdre totalement de vue cet objectif politique. Il est central. Tout le reste est déterminé par cela.

Cela signifierait que la gauche est à 30%. Comment peut-elle prétendre gouverner et ne pas décevoir avec un tel soutien ? Les partis de gauche, PS et PCF, ne paient-ils pas leur décalage avec la société ?

Et d’autres ! Il est évident que la gauche politique tarde à mettre à jour son discours, ses idées, à construire un nouvel imaginaire. Mais je vois les choses en dynamique. Regardez l’irruption de la jeunesse communiste dans les mobilisations du printemps dernier ! Les bases d’un nouveau projet de gauche existent dans la société. Au terme de ce mandat calamiteux, les valeurs de gauche auraient pu être explosées. Ce n’est pas le cas. Les enquêtes, les luttes montrent qu’elles résistent mais qu’elles n’ont pas, pour l’heure, de débouché politique. À nous d’y travailler. Je revendique le droit d’y réfléchir, d’y travailler avec mes doutes et interrogations… Je ne supporte plus les arguments d’autorité. Le climat de bêtise, d’étroitesse et de sectarisme sur les réseaux sociaux. Plus que jamais, la compagnie des livres, de la pensée complexe, est indispensable.

« Jean-Luc Mélenchon ne voudrait pas du soutien des communistes qu’il ne ferait pas autrement… »

Est-ce le temps d’une campagne ? À ce stade, il faut cristalliser une proposition politique, pas la commencer. Jean-Luc Mélenchon a mûri ses idées. Elles sont discutables mais cohérentes. Son détachement de l’univers partisan lui a facilité la vie : il dit ce qu’il pense et ce qu’il veut…

Cela fait partie du problème : il théorise sa totale liberté et refuse tout cadre collectif hors de celui qu’il a construit à sa main, la France insoumise. Par certaines de ses positions et sa manière de faire, Jean-Luc ne nous facilite pas la tâche. Il ne voudrait pas du soutien des communistes qu’il ne ferait pas autrement… Il heurte par sa détermination à conduire seul sa campagne, loin d’une VIe République déprésidentialisée. Il tient des propos qui, au prétexte de parler aux gens contaminés par les idées du FN, blessent beaucoup de gens à gauche.

Une partie des communistes est déjà engagée aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, une partie souhaite une candidature communiste, une autre est indécise… Ce n’est pas trop compliqué ?

Le commun chez les communistes est plus fort que ce que vous imaginez. Ils sont très attachés, par exemple, à notre unité, car ils mesurent bien qu’elle est un atout – pas pour nous-mêmes, mais pour l’avenir de la gauche et des combats progressistes. Pour le reste, il y a en effet du débat, très argumenté, instruit, pas sur le mode passionnel. Notre démarche de rassemblement fait l’objet aujourd’hui d’un très large consensus. Comment faire le meilleur choix en 2017 pour la faire vivre, nos adhérents le décideront dans les prochaines semaines. C’est la démocratie et c’est, au final, la solution à toutes nos préoccupations. On ne doit pas en avoir peur. Que cela soit pour, au sein d’une organisation, choisir une option après un débat, ou pour la désignation de celui qui peut nous représenter à l’élection présidentielle. La démocratie n’est jamais un risque.

Vos réactions (45)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Discours politiciens des plus lassants. Qui s’y intéresse encore ?

    Monsieur HR Le 2 novembre 2016 à 14:18
       
    • "Je ne supporte plus les arguments d’autorité. Le climat de bêtise, d’étroitesse et de sectarisme sur les réseaux sociaux. "

      Pauvre Dartigolles, il ne supporte plus d’être minoritaire ! Il va falloir qu’il s’y fasse ! Car beaucoup de communistes sont des insoumis et ils sont même de plus en plus nombreux !

      Pierre Magne Le 3 novembre 2016 à 12:38
    •  
    • @ Pierre Magne
      Ce n’est pas les commentaires de réaction ci dessous qui vont donner tort à O Dartigolles ; ci-dessous ou sous les autres articles.
      Quand aux communistes insoumis, ils n’ont pas attendu JLM pour l’être, je les connais insoumis depuis longtemps, notamment 81 quand d’autres se moulaient dans stratégie de Mitterrand qui n’a pas fait seulement le tournant de 83 mais aussi la politique atlantiste avec "mon cher RON" et la Françafrique, le RINBO VARRIOR etc
      A présent il faut accepter les donneurs de leçon tel que....
      Merci bien.

      José Le 3 novembre 2016 à 13:39
    •  
    • s allier avec montebourg proche de la sociale democratie et pres a voter hollande...qui est ce Monsieur a la tete du PCF, pour embrouiller le peuple , on ne ferait pas mieux...que cherche ce monsieur ...un poste ministériel comme Vincent Placé

      laurans Le 3 novembre 2016 à 16:35
    •  
    • "s’allier avec le montebourgeois proche de la sociale démocratie et près a voter Hollande..."
      .
      Le montebourgeois, qui l’a vu lors des nombreuses manifestations contre la loi El Khomri ?
      .
      Le montebourgeois, qui l’a entendu dire ou écrire qu’il était contre la loi El Khomri ?
      .
      Que Pierre Laurent et Olivier Datigolles envisagent de s’allier avec le montebourgeois, ce triste monsieur, est significatif que ce n’est pas l’intérêt des salariés qui préoccupe le plus les Laurent et les Dartigolles !
      .
      Triste fin pour le PCF, le parti des fusillés.
      .
      Mes camarades communistes, les vrais, pas eux, gardent toute mon amitié née dans nos combat commun. Vive l’Avenir en commun !

      Pierre Magne Le 3 novembre 2016 à 18:37
    •  
    • La Direction Nationale du PCF vit en autonomie par rapport à sa base. Depuis 1972 (programme commun),1997 (gauche plurielle),puis Front de Gauche et maintenant gauche antilibérale c’est un Parti qui se réfugie derrière des accords au sommet comme si, n’ayant pas de programme spécifique il refusait le combat de lutte de classe. Ce choix d’effacement du PCF est grave dans une situation où le réformisme au Pouvoir fait la politique du capital ,et où le FN ,à grands coups de démagogie et de xénophobie se pose en alternative à la politique menée par Hollande-Valls...Je considère que ,dans ces conditions ,la gauche est discréditée pour gagner sur des bases de lutte de classe . J’appelle donc à voter pour Nathalie Arthaud en 2017 et à mener la lutte de classe partout contre la Bourgeoisie capitaliste.

      Morineau Maurice Le 4 novembre 2016 à 19:24
    •  
    • Mélanchon s’est placé en diviseur initial de la Gauche il n’est donc pas question qu’on le soutienne sauf si il renonce à ses oukases et qu’il se replace dans une dynamique de rassemblement de toute la Gauche

      ronchin Le 4 novembre 2016 à 20:58
  •  
  • Il n’y a plus guère d’intellectuels au PCF depuis les départs des refondateurs et de personnalités comme Lucien Sève, qui fut certainement le dernier philosophe encarté au PCF. Il ne reste que des bureaucrates sans grande culture et de vision à long terme au Colonel Fabien, passant leur temps à des petits calculs de boutiquiers pour savoir s’ils vont sauver leur siège de député, de maire etc. Des militants "de base" les suivent, fort bien : mais c’est l’un des traits caractéristiques de militants du PCF depuis longtemps de "faire confiance aux dirigeants".

    Julien Le 2 novembre 2016 à 14:32
       
    • Si on suit votre raisonnement, il ne reste plus que des imbeciles au pcf, quel mepris

      leon Le 2 novembre 2016 à 14:54
    •  
    • Le PCF, il nous a trahis. Comme ses amis le PS.

      Comme en Espagne, ou le PS a trahis ses electeurs de gauche, en ne se mettant pas au coté de Podemos, et en faisant passer la droite au pouvoir.

      Pareil en france, il préfère rejoindre le PS plutôt que de s’aligner avec les insoummis. Et le PS et son allié le PCF, préfèrent faire cavalier seul, divisant la gauche, faisant passer la droite au pouvoir en 2017, plutôt que de tout simplement s’aligner devant les insoumis, parce que JLM était le meilleur dans les sondages, et qu’il faut tout simplement se mettre de coté et rejoindre le leader qui est le plus important dans l’opposition.

      En tout cas, quand la droite passera, ce sera la faute au PS, et au PCF, il faut bien le rappeller partout sur le web.
      Je n’oublierai jamais cette trahison.

      avenir liberté Le 2 novembre 2016 à 15:59
    •  
    • Heureusement les militants "de base", et pas seulement, sont de plus en plus nombreux à ne plus accepter de suivre cette direction faillie, vendue au P"S" pour quelques strapontins...
      A bas les prébendiers carriéristes !
      Vivent les communistes insoumis !

      François 70 Le 2 novembre 2016 à 16:37
    •  
    • Aujourd’hui :
      "Peut-on savoir pourquoi ce matin à l’Assemblée, André Chassaigne ni aucun députe EELV, n’ont déposé d’amendements contre la décision de retirer l’expédition aux électeurs/trices des professions de foi et matériel électoral ? Comment peut on en arriver à ce point de désinvolture sur un acte aussi important de la vie démocratique ? La connaissance des programmes est donc réservée aux seul abonnés à Internet ?
      JLM"

      .
      Qui aurait pu imaginer de ces communistes d’opérette un tel mépris pour les électeurs qui n’ont pas internet ou qui ne savent pas l’utiliser ?
      .
      Quelle misérable fin pour ces communistes de ...... !
      .
      Qu’il est difficile quelques fois de ne pas qualifier de tels individus avec des mots orduriers !
      .
      En tout cas ceci justifie totalement la Charte politique pour les candidats investies par la France insoumise.
      Pour la lire :
      http://www.eric-coquerel.fr/node/548

      Pierre Magne Le 3 novembre 2016 à 19:57
    •  
    • Lire aussi un texte sur ce sujet de Martine Billard :
      http://www.martine-billard.fr/

      Pierre Magne Le 3 novembre 2016 à 20:10
  •  
  • Le niveau de ces commentaires montre à quel point le débat est impossible avec beaucoup de ces aigris de la gauche.
    Sur le terrain ce que j’entends c’est comment empêcher le duel FN - droite au second tour. Tenir compte de la dérive du P.S. et une évidence pour ceux qui la denoncent depuis les années 80 à l’époque où JLM adorait Mitterand (et encore aujourd’hui semble t-il ).
    Donc un programme de rupture et un homme pour l’incarner. Mais pas d’exclusive ni d’autoritarisme.
    Sur le terrain ces derniers jours, pas d’insoumis à Stalingrad auprès des migrants... Plus facile la présence sur les réseaux sociaux à troller ou dans les médias mainstream. Insulter O. Dartigolles et le traiter de carriériste est risible... Lisez le et échangez avec lui ? Comme avec les autres communistes qui discutent sérieusement de cette question du rassemblement nécessaire. Une conférence dès samedi pour avancer...

    Carlo Goldoni Le 2 novembre 2016 à 17:07
       
    • citation : Sur le terrain ce que j’entends c’est comment empêcher le duel FN - droite au second tour....
      Peut être camarade carlo que tu pourrais souffler à ceux que tu rencontres qu’il existe des miliers d’insoumis , des camarades du PCF , des opposants aux tafta et autres ceta , bien dans leur conscience et déjà en route avec Jean luc pour faire gagner la gauche de l’humain d’abord sans rester les godillots d’un PS obsolète . ...Essaie un peu de ne plus te focaliser sur le JLM médiatique ...mais bien sur les propositions des "insoumis" qui je n’en doute pas doivent partager bien de tes luttes et de tes espoirs .

      bob.polet Le 2 novembre 2016 à 19:01
    •  
    • Mais enfin Carlo Goldoni, c’est vous qui méprisez les citoyennes et citoyens militants et cessez de dire que le PCF dénonce les dérives du PS alors qu’il s’allie avec lui en permanence. Depuis janvier, cette histoire de primaires du PS a divisé, le PCF étant pour cette mascarade. Alors nous aurions du attendre pour construire, attendre quoi ? Croyez vous que la politique menée nous laisse le choix d’attendre ? Vous insultez tout le monde, vous insultez des camarades qui se battent contrairement à ce que vous semblez croire. JLMélenchon n’a pas souhaité, et il l’a dit depuis longtemps, soutenir les primaires du PS, les Insoumis lui ont donné raison. Si Monsieur Dartigolles trouve crédit à vous yeux, c’est votre droit, mais sachez que cette position est un manque de courage car je ne crois pas en sa volonté de rassemblement sincère.

      jean vareck Le 2 novembre 2016 à 23:13
    •  
    • @Carlo
      "Donc un programme de rupture et un homme pour l’incarner. Mais pas d’exclusive ni d’autoritarisme."
      Le Front de Gauche est mort et bien mort. Sa maladie, nous, les insoumis, nous avons trouvé son médicament, sa parade, elle se nomme :
      La Charte politique pour les candidat-e-s investi-e-s par la France Insoumise aux élections législatives.
      http://www.eric-coquerel.fr/node/548
      .
      Je comprends donc que Carlo parle d’exclusive et d’autoritarisme à notre sujet. Il a raison. S’il veut un rassemblement du même type que le Front de Gauche avec nous, les Insoumis, ce n’est plus possible !
      .
      Je le rassure, il n’est pas forcé de nous rejoindre et de soutenir jlm2017 ! Que lui, les Laurent, les Dartignolles, aillent rejoindre les partisans de la loi El Khomri, des pesticides et du nucléaire ! Ce serait le plus grand cadeau qu’ils pourraient nous faire !

      Pierre Magne Le 4 novembre 2016 à 10:32
    •  
    • pas d accord quand Melenchon fustige en direct Cohn Bendit alors qu il ne s’ est pas encore exprimé. Melenchon est très autoritaire et c’est ce qui inquiète ; je n’ai pas encore lu "la france insoumise" mais lu ses précédents programmes . Son parti pris anti nucléaire m enchante .je n’ai pas bien compris ses positions par rapport a L Europe . Quant aux cocos de base et les vieux militants ils sont nostalgiques et admirables car ce sont finalement des martyrs consentants et masochistes ! De temps en temps il faut regarder le monde tel qu il est pour se battre efficacement contre la grande entreprise destructrice du capitalisme financier:vouloir rassembler me semble essentiel.! Et ne pas utiliser le mot peuple comme une invocation déiste ; LISEZ qU’EST-CE QU’UN PEUPLE.(la Fabrique édition imprimé en 2015.( avec différentes interventions stimulantes pour la réflexion )

      lucile de guyencourt Le 18 décembre 2016 à 12:47
  •  
  • Le fait est que le PC a fait des alliances avec le PS depuis trop longtemps. Le terme même de gauche est un fourre-tout idéologique qui embrasse un escadron d’hommes d’appareil qui se sont frappés de discrédits par leurs soutiens à la politique libérale socialiste. Que ne ferait-on pas pour maintenir des élus ? Une connaissance de fac du PCF se vantait, au travers d’alliances de toutes sortes avec les socialistes, de "mettre les mains dans le cambouis". De s’en vanter, il avait bien tort, car aujourd’hui c’est de goudron que ces organisations sont couvertes, et à juste titre. Alors quand je lis "gauche" ou bien "toute la gauche", ce genre d’expressions nébuleuses si consensuelles et qui n’engagent à rien, sinon à tout perdre et en premier lieu nos principes et convictions, je passe mon chemin et préfère œuvrer à une politique d’émancipation loin des miroirs aux alouettes et des bicoques usées nommées PS, EELV et PCF.

    Chomienne Le 2 novembre 2016 à 18:46
  •  
  • Ils ont le beau rôle les fossoyeurs coutumiers de l’émancipation, les PCF, PS et EELV. Les voilà à vouloir escamoter leurs manœuvres d’appareils, appareils à la botte d’un PS libéral et de sa politique ignominieuse, sous un nébuleux front commun. Melenchon, qui en tant qu’individu ne suscite chez moi aucune affinité ni admiration quelconque, a vu juste en prenant un sentier en-dehors des partis précités, tous frappés de discrédit. C’est un fait, le discrédit jeté sur les dites organisations est consécutif à leurs trahisons successives depuis maintenant bien longtemps. Si vous êtes militants sincères et que vous ne vous reconnaissez pas dans les politiques de vos appareils respectifs, faussez leur compagnie et venez participer au mouvement de la France Insoumise sur les bases d’un programme lui véritablement émancipateur et cohérent ! Melenchon l’ambitieux ? Ambitieux par ses convictions et par le fait qu’il se fasse le porte-parole de son propre départ une fois élu ! Car en effet, le programme de la FI projette de mettre un terme à la monarchie républicaine en vigueur. Alors assez ! vous nous avez suffisamment déçu comme ça pour venir ensuite, le bec enfariné, nous conter des historiettes à propos de Fronts Communs.

    Chomienne Le 2 novembre 2016 à 18:53
  •  
  • Le problème essentiel avec la position de la direction actuelle du PCF c’est qu’elle est difficilement compréhensible. A l’issue de la lecture de cette interview la première question qui vient à l’esprit c’est : mais que veulent-ils exactement ?
    A quoi pense Pierre Laurent quand il écrit un livre intitulé 99% ?
    Dit-il la même chose que Mélenchon quand il parle de l’oligarchie et du peuple ?
    On croyait avoir compris qu’il y a une analyse partagée des grands phénomènes de notre époque quand subitement O. Dartigolles parle de gauche anti-libérale.
    Il me semble qu’il serait utile que O. Dartigolles lise les ouvrages de JL Mélenchon et en particulier l’Ere du peuple. Cela permettrait dans un premier temps de vérifier s’il y a véritablement une possibilité d’accord sur le fond entre les différentes sensibilités du mouvement progressiste. Il m’apparait que nous sommes loin du compte et que les divergences fondamentales sont à ce stade quasiment insurmontables.

    Francis Le 2 novembre 2016 à 18:53
  •  
  • Olivier Dartigolles : « Jean-Luc Mélenchon pourrait être le candidat de la gauche antilibérale »

    pourrait être ?????

    A moins d’avoir mal compris ses convictions et raté les excellentes propositions des insoumis , je pense que JLM EST DEJA le candidat de la gauche antilibérale en route depuis des mois dans le train des présidentielles , pendant que certains veulent le ramener à sa gare de départ ....attendant "godot" .

    PrNIC Le 2 novembre 2016 à 19:13
  •  
  • Montebourg vient d’annoncer qu’il faut réaliser l’apéroport de NDDL. Il va pouvoir trinquer avec Dartigaulle pour faire décoller un "nouvel imaginaire". Ce biplan en béton n’annonce rien de bon.

    leo solo Le 2 novembre 2016 à 21:50
       
    • Macron a révélé hier sur Mediapart que c’est Montebourg qui avait signé le décret de privatisation de l’aéroport de Toulouse avant sa propre arrivée au ministère...
      La clique anticommuniste des Laurent- Dartigolles pro-Montebourg se couvre de honte !

      François 70 Le 3 novembre 2016 à 08:41
  •  
  • Cette position de Monsieur Dartigolles est affligeante et sans courage. En fait , si on veut faire court, il ne fait que dire que JLuc Mélenchon et La France Insoumise n’auront pas le soutien du PCF, ils attendent Montebourg, et si Montebourg ne passe pas le cap de la primaire, ils grenouilleront pour des places aux législatives. Voilà le fond de l’article de Monsieur Dartigolles. Après avoir contribué à la fin du FDG, il voudrait empêcher un mouvement de naître et un candidat courageux d’être le candidat de cette gauche de lutte qui est la nôtre.Si il pense que les faux frondeurs représentent les mêmes valeurs, il a oublié ce qu’elles sont les valeurs communistes ! Courage à nous les Insoumis, continuons à construire au lieu de lire ces stériles déclarations qui n’ont qu’un but : l’intérêt du seul parti avant l’intérêt du peuple.

    Victoire belle Le 2 novembre 2016 à 23:04
  •  
  • « Comment faire le meilleur choix en 2017 pour la faire vivre, nos adhérents le décideront dans les prochaines semaines. C’est la démocratie et c’est, au final, la solution à toutes nos préoccupations. »

    Sauf que cette démocratie est soigneusement balisée par les trois hypothèses soumises à la conférence nationale du 5 Novembre 2016.
    De mémoire : aucun soutien dans l’immédiat, soutien à JLM sans participation à FI ou candidature PCF autonome.
    Les adhérents ne pourront donc pas se prononcer par exemple pour un soutien avec participation à FI.

    Francis Le 3 novembre 2016 à 07:53
       
    • citation / Les adhérents ne pourront donc pas se prononcer par exemple pour un soutien avec participation à (...)
      Si finalement les 3 options risquent fort de ne pas convenir aux camarades du PCF ; il leur restera à voter contre les 3 donc voter "blanc" mais comme les députés PCF se sont abstenus à l’Assemblée au lieu de voter POUR la reconnaissance du vote "Blanc" comme vote "Exprimé’ , leur choix ira à la poubelle !

      bob.polet Le 3 novembre 2016 à 19:38
    •  
    • @ bob
      donc aux dernières nouvelles il serait question de 2 options
       soutien à la candidature de JL Melenchon sans participation à FI et en faisant bouger le cadre ????????
       désignation d’un candidat issu du PCF
      La conférence décidera donc entre ces deux options et les adhérents voteront jusqu’à la fin de l’année.
      Réponse dans 2 mois.
      Entre temps le ps commencera sa campagne de primaire (si elle se tient car l’entourage de Hollande laisse fuiter que " The Président élu" n’a pas à se soumettre à une primaire.
      Donc on est pas encore rendu. Fort heureusement nous n’attendions pas grand chose de la direction du PCF.
      Notons au passage que si la position de celle-ci a un peu évolué c’est essentiellement à porter à l’actif des militants communistes engagés dans FI (près de 3600 signataires à l’appel de F. Parny) et aux élus PCF qui ont pris position pour la candidature de Mélenchon.

      choucroute Le 5 novembre 2016 à 07:42
  •  
  • J’insiste :
    Nucléaire, aéroport de NotreDameDesLandes ET SON MONDE ; voilà des raisons pour lesquelles Dartibourg et Montegole sont d’accord pour proposer un même chemin et un bout de route , ensemble avec eux, s’égarer dans l’impasse p$.

    leo solo Le 3 novembre 2016 à 09:07
  •  
  • "Je ne supporte plus les arguments d’autorité. Le climat de bêtise, d’étroitesse et de sectarisme sur les réseaux sociaux. Plus que jamais, la compagnie des livres, de la pensée complexe, est indispensable."
    http://www.legorafi.fr/2016/09/23/un-homme-affirme-avoir-change-davis-apres-un-debat-avec-ses-amis-sur-facebook/

    Flutiot Le 3 novembre 2016 à 11:03
  •  
  • Le programme de Jean-Luc Mélenchon (taxer les profits, nationaliser les entreprises, augmenter les dépenses sociales..) est appliqué depuis plus de 15 ans au Venezuela.

    Aujourd’hui, au Venezuela, la mortalité infantile dépasse celle de la Syrie. 28 nouveau-nés meurent chaque jour…

    Au Venezuela, la faim pousse certains à manger les animaux des zoos

    Heureusement, personne ne veut voir la France ressembler au Venezuela.

    luc Le 3 novembre 2016 à 11:25
       
    • @luc. Puéril et affligeant.

      René-Michel Le 3 novembre 2016 à 15:58
    •  
    • Ils mangent même les cadavres des opposants. Si, si.

      choucroute Le 3 novembre 2016 à 19:16
  •  
  • Le Venezuela possède une économie de marché, seul le secteur du pétrole est directement contrôlé par l’état, et c’est le pays d’Amérique Latine ayant le plus de millionnaires. Le faire passer pour un pays soviétique (au sens d’une économie contrôlée par les travailleurs) est un trollage bas de gamme.

    Frédéric Le 3 novembre 2016 à 12:38
       
    • L’URSS n’a jamais été un état contrôlé par les travailleurs. Les entreprises étaient dirigées par des bureaucrates, sans contrôle démocratique. Le fait de faire passer l’URSS pour un état socialiste (et même communiste), est une hérésie trollesque.

      Julien Le 3 novembre 2016 à 15:03
    •  
    • Réponses à vos questions dans un court article de Sapir sur la fin de l’Union soviétique. Ce point est précisé :
      http://russeurope.hypotheses.org/5387

      Pierre Magne Le 3 novembre 2016 à 18:23
  •  
  • " Avec une extrême droite qui n’est plus "en embuscade", mais aux portes du pouvoir, et qui pourrait alors apparaître comme la seule vraie opposition, le prochain "recours" pour toutes celles et ceux qui seront les victimes de cette politique "...

    Olivier Dartigolles se situerait-il dans le même marécage que Terra Nova ? Lui qui fait la leçon à JL Mélenchon sous entendant qu’ « Il tient des propos qui, au prétexte de parler aux gens contaminés par les idées du FN, blessent beaucoup de gens à gauche », sans jamais cité un seul de ces propos.

    Pour Terra Nova le « peuple » peu diplômé, serait inculte, xénophobe, et par conséquent destiné à voter FN. Cette fable on ne cesse de nous la servir. Souvenez vous du vote non à la constitution de l’UE. Or toutes les études sérieuses montre que le premier parti de France c’est l’abstention. Dans l’électorat du FN les ouvriers et les employés ne représentent qu’une toute petite part. Il y a toujours eu des ouvriers, des employés qui votent à droite. On sait que grâce notamment à Nicolas Sarkozy, la frontière entre la droite et l’extrême droite est devenue poreuse, qu’une partie de la droite se radicalise. Cette erreur d’analyse, qui consiste à croire que les victimes des politiques d’austérités vont de façon quasi automatique voter FN, est surprenante de la part d’un dirigeant communiste. Elle provient non pas d’une analyse rigoureuse des différents scrutins, elle trouve plutôt son origine dans un certain mépris de classe.

    L’un des enjeux majeur de la prochaine présidentielle sera donc bien de convaincre ces abstentionnistes de revenir voter à gauche, et non pas pour l’essentiel de les empêcher de voter FN. Pour cela il faut rompre avec les pratiques qui ont mené la gauche là où elle aujourd’hui, et non l’y ramener avec Arnaud Montebourg comme le souhaite Olivier Dartigolles.

    GG Le 3 novembre 2016 à 15:01
  •  
  • Demeure un problème lancinant, celui d’un programme de toute la gauche alternative. Incontournable.

    PRADINES Le 3 novembre 2016 à 19:41
       
    • Si, si, depuis février on s’est mis au boulot, on à construit une rocade, on l’a baptisée "France Insoumise". Y a plus de lancinant ni d’incontournable, y a plus qu’à...

      René-Michel Le 3 novembre 2016 à 22:36
  •  
  • ah ca fait du bien de rires en venant sur regards voir les contributions des " communistes " critiques, des zélateurs de Laurent et croquignolet soutien de OH ! tartignoles !.
    déjà trois tartignolades qui ne valent pas un kopek !

    " jean Luc Mélenchon pourrait être le candidat de la gauche antilibérale " ha ha ha ! ah bon car il ne l’est pas ?

    il faut demander a qui pour recevoir l’estampille " approuvé par le PCF " a qui , A CHASSSAGNE ? ou a LAURENT ?
    ah oui ,il faut attendre le vote des militants du " grand parti " etc etc .
    Vous savez quoi ,on se passera de votre autorisation, de votre avis , du PC en fait .

    Il n’est pas possible de proposer comme seul horizon un "ralliement à la France insoumise car cela n’est pas une conception ouverte et positive du rassemblement

    2 ieme tartignolades poilante , mais mon cher olivier, nous ne te proposons rien , mais alors rien, nous en sommes a définir dans les groupes d insoumis, les règles , le programme du fonctionnement de l’après campagne présidentielle et tu penses sincèrement qu’ on attend un plan B , ou une conception ouverte émanant du "PSCF" ? une candidature montebourienne et pourquoi pas avec hollande et un programme commun !

    Il ne voudrait pas du soutien des communistes qu’il ne ferait pas autrement…

    3ieme tartignolades ! non c’est vrai mais quelle sagacité ! , quelle flair politique !

    Alors comme ca JLM qui n’as rien demandé a personne pour se lancer ne voudrait pas d’un soutien de PC , non ? pas possible !

    Nous militants du pg , qui n’avions qu’ une idée de sortir de la mélasse du FDG , et de l enfumage permanent des "fédés " et de "fabien " qui utilisaient cette aggloméra de sigles qu’ était devenu le FDG.

    Nous aurions donc du repartir avec ce machin pour vous permettre de nous rejouer le coup des régionales !

    comme les camarades qui se sacrifiaient dans les procès staliniens en reconnaissant des crimes imaginaires, rendez nous un dernier service ! ne nous soutenez pas, partez sous vos couleurs ,avec le npa , avec qui vous voulez mais lâcher nous les urnes !

    on se passera de vous merci d’avance ;

    buenaventura Le 3 novembre 2016 à 20:45
  •  
  • Effarant d’annoncer comme un événement "que personne ne pourrait contester " la victoire de Montebourg à la primaire de Cambadélis et consorts... Par le fait même, non content d’être toujours membre du parti social-libéral, de participer à cette primaire, qui pourrait le conduire à être engagé pour la présidentialisation de Hollande ou Valls (!) ... Montebourg est disqualifié pour représenter la gauche d’opposition. Il vient, de plus de soutenir le projet d’aéroport NDDL, ce qui promet qu’un tel Président ferait à nouveau fleurir les projets de partenariat privé-public de bétonisation à tout va des espaces naturels, pour le seul profit de Bouygues et ses pareils...C’est maintenant qu’il faut soutenir JLM, pour que dès maintenant il soit clair que la campagne des insoumis est la solution pour les présidentielles, et au-delà les législatives. Cela évitera à des électeurs "de gauche" de se rallier stupidement dès la "primaire" à ... la droite et de pré élire Juppé, par crainte d’un deuxième tour Sarko-Le Pen (c’est-à-dire extrême droite/ extrême droite...)L L’alternative, c’est les Insoumis. Attendre Montebourg, c’est préélire Jupé ! http://olivierchantraine.blog.lemonde.fr/

    Olivier Chantraine Le 4 novembre 2016 à 16:28
  •  
  • "Il n’est pas possible de proposer comme seul horizon un "ralliement à la France insoumise" car cela n’est pas une conception ouverte et positive du rassemblement."

    Décidément O.D. ne comprend rien.
    il fonctionne comme un boutiquier qui a peur qu’on lui prenne sa par de marché. pendant 4 ans le PCF a fait cavalier seul dans les différentes élections ce qui nous a rendu illisible avec ses alliances avec le PS. Aujourd’hui, il recommence au nom de l’unité de la gauche face au diable Droite /FN.
    Mélenchon a raison les socialos nous ont volé les mots : aujourd’hui PS = gauche alors qu’il n’ont plus rein à voir avec les valeurs de la gauche. s’embarquer avec ce Parti est un enterrement de première classe.
    notre repère "la France insoumise" permet de marquer la différence.
    L’alliance avec le représentant de commerce Montebourg girouette patentée, qui prône l’augmentation des salaires par abaissement de la CSG, c’est du délire !

    Ghislaine1951 Le 4 novembre 2016 à 16:35
       
    • Ce soir j’apprends que les cadres du PCF refusent de soutenir la France Insoumise, c’est impensable et suicidaire. Mais aux militants de décider. Qui soutiendra le PCF ? Un PS ? Un candidat communiste pour ensuite se rallier au PS aux législatives ? Je ressens une grande tristesse. Courage les insoumis !

      Victoire belle Le 5 novembre 2016 à 20:23
  •  
  • Jlm en proposant , avec les Insoumis, de porter la bataille dans un cadre hors des partis est dans le vrai. En cela, il ne fait que prolonger la logique du front de gauche qui était celle de vouloir ménager un espace politique aux personnes qui n’appartiennent à aucun parti. On pourra noter au passage que la conception du Fdg n’a pas permis de créer vraiment un tel espace. Il fallait donc reprendre cette idée et trouver une solution. Le plus sûr était donc de placer le mouvement dans un cadre independant des partis. Travailler à la création de cet espace sur lequel le Fdg a échoué était des plus essentiels pour au moins 2 raisons supplémentaires. Les plus importantes : 1) la gravité de la situation environnementale et sociale ( c’est la même chose !) est telle qu’il devient vital de faire exploser les barrières idéologiques et les idées préconçues pour traiter , désormais, des sujets, entre gens qui jusqu’à présent s’ignoiraient voire se méprisaient . Cette recherche d’élargissement s’inspire directement de ce qui s’est fait en 1942 autour de la fondation du conseil national de la résistance ( CNR) qui allait donner le programme de gouvernement :" les jours heureux". Il y a, dans le rapprochement des deux périodes, plus qu’un symbole ! La filiation des démarches mériterait d’être mise d’avantage en évidence. 2) avec l’échec des politiques d’alliances à gauche qui remonte a Mitterrand et qu’à rendu patent la politique d’Hollande le clivage "gauche- droite" ne représente plus grand chose si ce n’est pour les gens qui ont une certaine éducation politique, autrement dit une minorité. Rendons nous, à l’évidence, que le clivage gauche -droite est identique au clivage démocrate-républicain aux Usa. Autrement dit une pseudo alternance qui gère , chacune sur son mode, le capitalisme.

    jojoduchato Le 7 novembre 2016 à 08:56
  •  
  • « Il n’est pas possible de proposer comme seul horizon un "ralliement à la France insoumise" car cela n’est pas une conception ouverte et positive du rassemblement. Elle est datée, or il faut faire du neuf, ... »

    Tout ça n’est qu’un pauvre écran de fumée. Ou bien on n’est pas d’accord avec les principes de base et les propositions de la France Insoumise, et on propose autre chose. Ou bien on en partage l’essentiel, et on discute sur les divergences : auquel cas il ne s’agit pas d’un "ralliement".

    Je ne vois le PCF faire ni l’un ni l’autre. Où sont ses contre-propositions de gouvernement ? Sur quels points de désaccord fondamentaux discute-t-il avec JLM ? Mystère ... On reste bloqués sur ce discours de l’"homme providentiel", de la candidature auto-proclamée" etc.

    Citoyen74 Le 8 novembre 2016 à 08:48
  •