photo Pulse Nightclub
Accueil > Société | Par Gildas Le Dem | 13 juin 2016

Orlando et la vulnérabilité des vies gays

Tribune – Le massacre d’Orlando a mis en évidence la vulnérabilité des gays et ce qui les désigne comme cibles. Ce massacre ne doit pas nous faire oublier cette vulnérabilité historique, ni nous conduire à stigmatiser les musulmans.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Oui c’est l’horreur. Oui c’était l’effroi hier soir à Orlando. Mais s’il est avéré qu’il s’agit bien d’un acte terroriste, je ne voudrais pas que la question terroriste prenne le pas sur la question homophobe. Et la question religieuse sur la question sexuelle.

Bien sûr, il s’agit de la plus effroyable tuerie de masse d’homosexuels perpétrée aux États-Unis. Et j’ai toujours considéré que les États-Unis étaient, en quelque sorte, comme une "seconde patrie" pour tous les gays. Pour autant, je ne m’associerai pas aux drapeaux américains aux couleurs gays que j’ai vu fleurir hier soir sur Facebook – encore moins aux remarques islamophobes qui commencent à se multiplier. Car si, pour moi, les États-Unis ont toujours été cette "seconde patrie", ce n’est pas en eux-mêmes, mais bien parce qu’ils étaient la terre qui a vu naître Walt Whitman, le poète, on peut même dire le prophète de l’homosexualité moderne. La terre aussi qui a vu s’épanouir la révolte de Stonewall, Harvey Milk, et surtout, d’abord, pour ma génération en tout cas, Act-Up. Mais précisément, cet écrivain, ce militant, ces mouvements sociaux sont également le nom de luttes, de combats exemplaires.

Se souvenir des morts du sida

C’est peu dire que longtemps il a fallu se battre avec dureté et âpreté aux États-Unis pour faire accepter nos vies, nos manières de vivre et d’aimer. Et ce soir je ne peux pas séparer l’image de ces morts de celles de toutes les morts du sida dans ce pays.

Je ne le peux pas, parce que je reste hanté, comme bien des gays de ma génération (et peut-être est-ce aussi la limite de mon propos) par tous ces vies que l’on a activement abandonnées à la mort. Je dis "activement", parce qu’il a fallu, en réponse, tout l’activisme d’Act-Up, ce long, interminable combat pour imposer l’idée que nos morts ne comptaient pas pour rien dans une société américaine évangélisée. Pour ne pas même parler d’un certain personnel politique américain ultra-conservateur (je pense évidemment à Ronald et Nancy Reagan) qui a eu, en son temps, un comportement aussi criminel que, ce soir, le meurtrier d’Orlando.

Je suis né en tant que gay avec l’image de Matthew Shepard, et plus encore, l’image qui ouvrait le livre de Léo Bersani, Is a rectum a grave ? : celle d’un père pointant d’un fusil la tempe de son fils, et déclarant qu’il le tuerait s’il apprenait qu’il était gay.

Des vies hantées

Être gay, pour moi, c’est être né avec le sentiment d’être mortel : le sentiment non seulement d’être légitimement haïssable, mais plus encore, si je puis dire, de pouvoir être légitimement être abandonné à la mort. Je ne me souviens pas d’avoir jamais vraiment eu honte d’être homosexuel. Le sentiment premier, pour moi, a toujours été l’effroi, l’effroi devant la mort possible. Et si j’ai eu honte, c’est de m’être laissé assez envahir par ce sentiment, de sorte que comme hébété, stupéfait comme nous le sommes aujourd’hui, il me devenait impossible de réagir, de lutter, de répondre.

Je comprends donc très bien ce que veut dire Didier Eribon lorsqu’il écrivait tout récemment qu’il n’est pas de vie gay, qu’on le veuille ou non, qui ne soit une vie hantée, habitée par la présence de toutes ces morts, et non seulement ces morts, mais ces morts qu’il aura, longtemps, été impossible de pleurer publiquement. Didier Eribon, dans ce même texte, invite pourtant à se méfier de la pulsion de mort, ou plutôt de la culture de la pulsion de mort entretenue par certains écrivains ou théoriciens gays (il pense par exemple à son ami Hervé Guibert, avec les livres de qui je suis également né). Et sans doute a-t-il raison. Nous l’avons vu hier soir Rien ne serait pire que nous laisser fasciner, sidérer par cet événement effroyable.

Et pourtant. Et pourtant, il faut aussi faire droit à ce sentiment de ce que, faute de mieux, j’appellerais sentiment de mortalité des vies gays. Peut-être n’y a-t-il pas de vie gay qui ne soit séparable de ce sentiment d’être exposé à la mort, une mort que des individus, des groupes, des États, se sentent en droit de donner aux homosexuels.

Des cibles privilégiées

Si je tenais à réinscrire ce qui nous arrive ce soir dans cette longue histoire, c’est que deux éléments, deux témoignages m’ont frappé. Un élément au sujet du lieu du drame rapporté par Le Monde d’abord : « L’établissement a été fondé en 2004 des suites d’un drame familial : sa cofondatrice et copropriétaire, Barbara Poma, issue d’une famille italo-américaine, raconte avoir perdu son frère John en 1991, emporté par le sida. Il s’agit alors pour Mme Poma de rendre hommage à un être cher prématurément disparu tout en "réveillant les consciences" sur la cause des personnes LGBTI et la prévention du VIH ». Le témoignage d’Ann Powers ensuite, que l’on pourra lire ici.

Tous deux disent bien que si le tueur s’est attaqué à ce lieu, c’est qu’il constituait une "hétérotopie", pour reprendre le mot de Michel Foucault : c’est-à-dire un lieu autre, un lieu pour d’autres vies et d’autres manières de vivre, de parler, d’aimer. Un lieu également destiné – safe comme le disent les Américains – à préserver ces vies et ces manières de vivre. Mieux : destiné à les laisser s’épanouir dans toute leur folie, leur flamboyance. Ce pour quoi même l’on disait encore, il n’y pas si longtemps, que ces vies étaient précisément anormales, non-viables, impossibles. Et qu’il était donc possible, voire souhaitable, de les éradiquer, de les éliminer.

Richard Kim, éditorialiste de The Nation, l’a rappelé dans un texte magnifique : les clubs gays ont constitué des espaces d’émancipation, de transmission d’une culture et d’une mémoire gay (et notamment, là encore, celle des morts du sida). Mais c’est aussi, comme l’a bien compris le tueur, ce qui en faisait une cible privilégiée : lieux festifs, comme l’était le Bataclan, ils étaient et resteront malheureusement vulnérables au chaos terroriste. Le bruit et la musique, le caractère sombre du lieu, la densité des personnes rassemblées ont évidemment facilitée la tâche, si l’on ose dire, du tueur.

Les clubs gays : des lieux de diversité et d’intersection culturelle

Des lieux comme le Pulse étaient donc le symbole, le monument d’une avancée historique et politique, celle de vies qui avaient conquis, après les années noires de la crise du sida, droit de cité dans la société américaine. Et sans doute le tueur n’a-t-il pas choisi cette cible par hasard. Rappelons également la nature de ce genre de lieux : on voit bien que ces lieux, pour pouvoir exister, devaient être relativement non-mixtes, et ne pouvaient s’ouvrir à la mixité que sur la base d’une non-mixité. Le témoignage d’Ann Powers le dit très bien : c’est dans ce cadre que de jeunes hétérosexuels, comme elle le fit elle-même, ont pu expérimenter de nouvelles manières d’aimer, de nouvelles relations à leur corps et à leur sexualité.

On pourrait évidemment dire la même chose, en France, du Pulp. Et hier soir, le massacre perpétré au Pulse m’a touché comme s’il avait, à Paris, touché au Pulp. Didier Lestrade l’a merveilleusement rappelé dans un article récent. Le Pulp, c’était aussi, en France, le club d’après les années sida où, soudain, l’on était en droit de célébrer des sexualités divergentes, mais qui savait également s’ouvrir aux hétérosexuels, pour autant que ceux-ci respectent son histoire, ses traditions. Et je me souviens encore, surtout, de la déclaration de Laurent Garnier, amusé et émerveillé bien évidemment : « Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Un club de filles avec des pédés, des hétéros et des Arabes ?! »

Oui, des Arabes. Car le Pulp – et peut-être le Pulse, je n’en sais rien, sinon qu’il accueillait Blacks et Latinos – était le club non d’une communauté, mais d’une, et de minorités. Tous ces gens qui se retrouvaient donc au Pulse comme au Pulp n’avaient en effet rien en commun, sinon d’être minorisés, infériorisés dans leur vie, qu’il s’agisse de leur sexualité mais, aussi bien, leur couleur de peau ou, bien sûr (car enfin c’était d’abord un club) leurs goûts musicaux.

Ne pas dresser une communauté contre une autre : islamophobie et homophobie

Je ne voudrais donc pas que l’effroyable tuerie d’Orlando soit l’occasion de dresser une "communauté" contre une autre. Nous devrions au contraire, plus que jamais, célébrer notre diversité, notre pluralité. Cultiver nos intersections et nos différences.

Qu’on m’entende bien. Je n’entends pas partir, à mon tour, en croisade contre ce qu’on appelle "l’homonationalisme". Si je crois qu’il faut rappeler ce soir les morts des années sida, ne pas oublier combien nos propres sociétés ont pu se comporter de façon meurtrière, et s’il faut aussi rappeler combien de gays musulmans meurent également, aujourd’hui, sous les coups d’États aux politiques intolérables – des États avec lesquels nos dirigeants n’hésitent d’ailleurs pas à se compromettre –, je n’entends pas pour autant nier ce dernier problème.

Ni faire la leçon (une leçon le plus souvent universitaire et académique, émanant d’intellectuels généralement bien insérés dans le dispositif universitaire occidental) aux militants qui, dans les pays de confession musulmane, s’approprient les modèles d’émancipations occidentaux en prenant tous les dangers. Tout simplement parce que s’appropriant ces modèles, ils en feront, en font déjà tout autre chose. Et qu’à la limite, le mot d’émancipation, comme le faisait remarquer Laclau, ne saurait s’écrire qu’au pluriel : un modèle d’émancipation reconduirait à son tour une forme de norme s’il devait prétendre être universel, et le mot d’émancipation, son ambiguïté le dit, pourrait alors signifier tout le contraire d’une autodétermination.

Nous n’avons donc, ce soir, aucune leçon à faire aux musulmans, de quelque sorte qu’elle soit. Nous avons plutôt à rechercher à nouer des alliances avec tous ceux, qui dans les pays de confession musulmane, qu’ils soient d’ailleurs des femmes, des homosexuels, des transgenres, luttent avec courage et détermination pour inventer de nouvelles formes de liberté, de nouvelles manières de vivre, et de nouveaux espaces sociaux pour les vivre.

Le danger Trump : instrumentaliser la cause homosexuelle

Le piège, ce matin, serait de tomber dans ce qu’on appelle le pinkwashing, l’instrumentalisation, par la droite et l’extrême-droite chrétiennes, de la lutte pour les droits des gays et des lesbiennes qu’elles combattaient hier. Mais dont elles prennent aujourd’hui la défense pour mieux stigmatiser les musulmans. Sans doute, nous savons ce matin que le tueur d’Orlando a bien déclaré son allégeance à l’État Islamique ; mais une demi-heure à peine avant de perpétrer ce massacre ; et il faut rappeler, selon le témoignage de son propre père, que le jeune homme avait déjà fait preuve, bien avant ce carnage, de propos et de comportements homophobes.

D’autant que l’irruption de cet événement intervient en pleine campagne électorale américaine, où l’on peut craindre que le candidat républicain ne profite de ce drame pour faire avancer son agenda sécuritaire et islamophobe. Et de fait, dès hier soir, Donald Trump demandait la démission de Barack Obama. Et, ce matin, il s’apprête à modifier une intervention initialement destinée à dénoncer le financement de la campagne d’Hillary Clinton, pour faire porter ses attaques sur les questions de sécurité nationale et d’immigration (il s’était déjà signalé en proposant d’interdire de séjour tout musulman aux États-Unis).

À cela, il faut espérer que la popularité d’Obama auprès des gays – Laurence Haïm a un jour déclaré, dans une tribune du magazine gay Têtu, qu’il était un « président gay », plus peut-être qu’un président noir – parviendra à se rallier des gays aujourd’hui effarés, et à les regagner à une politique et un esprit inclusifs.

Car je ne voudrais pas finir sans évoquer non plus ce problème. Les clubs et les lieux de festivité gays occidentaux sont, pour beaucoup d’entre eux, depuis quelques années, devenus, il faut bien le dire, des espaces racialement très homogènes. Bien moins ouverts qu’autrefois à la diversité de couleur de peau, et il faut aussi le constater, de genre. Sauf exception, les transgenres se sont vus tenus de déserter les espaces gays, pour ne pas parler des transgenres racialisés, priés de retourner dans les marges que nous, homosexuels, avons pu plus ou moins quitter.

Et si ce matin je pleure bien évidemment les morts des cinquante gays effroyablement frappés à Orlando, je n’oublierai pas non plus, le nombre, non moins effroyable, de transgenres de couleur noire lâchement assassinées dans les rues de l’Amérique l’année dernière. Trans black lives matter too.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • J’en suis désolé pour l’auteur mais je n’ai pas été jusqu’au bout de l’article ... Je ne parviens tout simplement pas à en comprendre le sens.
    J’essaie de décortiquer :
     Assassiner un être humain complètement innocent est plus grave si cet être humain est homosexuel que s’il ne l’est pas ?
     Ne pas soigner des personnes atteintes d’une maladie que l’on ne sait pas encore guérir (c’est toujours vrai aujourd’hui) est une abomination parce que cette maladie concerne - statistiquement - plus les homosexuels que les hétérosexuels (ce qui reste d’ailleurs à prouver !) ?
     Les homosexuels doivent être mieux protégés que les autres (tous les autres !) parce qu’ils sont homosexuels ?

    Pour ne pas avoir à essuyer une tornade hostile, je vais préciser ma pensée : 8 jours de prison FERME pour toute personne qui insulte une autre personne que la personne insultée soit ou ne soit pas homosexuelle. Bien entendu, au moins 20 ans de réclusion criminelle (effective !) pour toute personne qui assassine une autre personne (un assassinat est un meurtre prémédité ; le meurtre est évidemment punissable ; par conséquent l’assassinat doit être puni avec une sévérité plus forte puisqu’il y a eu non seulement meurtre mais encore meurtre avec préméditation).
    Le sujet mériterait un développement beaucoup plus long. Toutefois, ma contribution va, à ce stade, susciter suffisamment de réactions hostiles. Je vais donc m’en tenir là.
    Juste une suggestion : et si on réglementait plus sévèrement la vente, la détention et l’usage des armes à feu ? Ne serait ce pas un moyen efficace sinon d’empêcher tous les assassinats du moins d’en diminuer considérablement le nombre ?

    Jacques Heurtault Le 14 juin à 08:25
  •  
  • Bonjour
    Chaque communauté , va chercher a tirer la couverture a soi (homo, femme, musulmans.. ;) et se présentera, d’abord eux, comme les premières victimes . Et c’est vrai ; comme nous sommes tous les victimes de cette violence, intolérance, qui touche aussi des hommes et femmes ordinaires.
    Certes ces terroristes choisissent des lieux publics ou il y a le maximun de monde, et des lieux ou on s’amuse. ces gens n’aiment pas le rire, les lieux de divertissement, comme les talibans qui interdisent tout.

    bob Le 14 juin à 10:27
       
    • Je ne savais pas que les femmes constituaient une "communauté" ... Y a-t-il une communauté des nains (pardon : des être humains de petite taille !), des obèses (encore pardon : des être humains en surpoids !), etc ...
      N’avez vous pas l’impression de reprendre à votre compte une classification anglo-saxonne (la "communauté") complètement étrangère à notre histoire républicaine française ?

      Jacques Heurtault Le 14 juin à 17:14
  •  
  • Si Daesh peut envoyer un message de revendication aussi précis si peu de temps après le début de l’attaque, c’est bien que Mateen en fait partie et qu’il a avec elle des contacts réguliers. Vouloir rendre responsable le contexte américain, quand on connaît le contexte, les liens du père avec lestalibans, c’est se voiler la face et refuser la réalité

    Christian Aubrée Le 14 juin à 11:22
  •  
  • Cher Jacques Heurtault,

    Moi-même, je ne répondrai qu’une fois.

    Deux choses donc, et ce sont des faits très simples.

    1) Oui, il est plus grave de tuer quelqu’un en raison de son orientation sexuelle, de sa couleur de peau, de son genre, etc. C’est le droit lui-même qui le fait valoir, sous le nom de "crime de haine" en France, sous le nom de "hate crime" aux Etats-Unis. Vous pouvez consulter les travaux de l’OSCE en ce sens :
    http://www.osce.org/fr/odihr/36430

    2) Le sida n’est pas une maladie, mais un syndrome de déficience immunitaire, dont on tente de prévenir qu’il vire à la maladie opportuniste et mortelle ; et l’on dispose bien de traitements pour cela. Or, ces traitements anti-VIH n’ont été obtenus que sous la pression acharnée de groupes comme Act-Up auprès de l’Etat et des laboratoires. Ainsi, surtout, qu’un accès universel à ces traitements : je pense à l’Afrique, mais aussi aux toxicomanes, aux prostitué.e.s, aux détenus en prison.
    Voyez, notamment, l’histoire de l’arrivée des trithérapies en France en 1996 (https://www.sida-info-service.org/?Didier-Lestrade-cofondateur-d-Act), et le travail de la commission Nord-Sud d’Act-Up. Ce qui vous semble être un combat singulier ("communautaire") était aussi un combat universel.

    Cordialement,
    Gildas Le Dem.

    Gildas Le Dem Le 15 juin à 05:10
  •  
  • Bonjour
    A jacques H
    Loin de moi d’utiliser le terme communauté au sens anglo-saxon, j’ai utiliser ce mot , peut être dans un sens trop généraliste. Quand a savoir si les femmes sont une communauté, peut être que certaine féministe le revendique, je n’en sais rien.
    Mais pour moi , mêmes parler de communauté gay est discutable.
    j’ai surtout voulu dire que chaque groupe divers, et on peut en trouver plein, se pose en victime.

    bob Le 15 juin à 10:21
  •  
  • Bonjour
    A jacques H
    Sur votre première intervention ; il est évident que la multiplication des armes , la vente, les autorisation facile est un facteur très aggravant. Des études , on démonter que la plus grande majorité des accidents par armes a feux, se faisaient au sein de la famille ou des proches voisins, récemment deux enfants ont tirés sur leur parents, ou disputes le familial.....
    Mais la majorité des américains continuent a croire , que le danger viens de l’extérieur, un voleur hypothétique....
    quand on entends des parents , justifier l’achat d’armes pour leurs enfants, ou les inscrire a des club de tirs , on est complètement sidéré. Posons nous la question, ces parents ne sont t-ils pas criminels ?.

    bob Le 15 juin à 11:53
  •