Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 3 avril 2014

PCF en Seine-Saint-Denis : la chute

Dans le si médiatique 93, les élections municipales ont accentué le délitement de la banlieue rouge avec de nouvelles pertes de mairies communistes et apparentées. Retour en chiffres et dans l’histoire, avec une carte animée du département 2008-2014, un rapport de 2004 et un jeu de données.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Entre 2008 et 2014, le PCF a perdu six villes en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Saint-Ouen, Sevran, Villepinte) et en a gagné deux (Aubervilliers, Montreuil). En 1977, les municipalités administraient près de 80 % de la population départementale ; elles n’en administrent plus que 26 %.

[cliquez sur l’animation pour l’agrandir]

GIF

Le nouveau recul s’inscrit dans une évolution de longue durée, qui a commencé en 1983. Quand le département se constitue, dans la seconde moitié des années 1960, l’hégémonie communiste est totale : en 1978, les sept députés du département sont tous communistes. Cela ne tient pas au hasard. Quand le pouvoir gaulliste redécoupe les départements de la Région parisienne, il s’attache à concentrer et à isoler dans un même territoire le cœur de la "banlieue rouge".

L’évolution électorale de la Seine-Saint-Denis

Nous en sommes bien loin aujourd’hui. Par comparaison, le département du Val-de-Marne, où le face-à-face de la droite et du PCF est vigoureux dès la création du département, a mieux résisté que la Seine-Saint-Denis : les communistes administraient moins de 50 % de la population val-de-marnaise en 1977 et encore 30,8 % en 2014.

Pourquoi cette particularité ? Dès les années 1980, Paul Chemetov écrivait à Georges Valbon pour lui suggérer des réflexions et propositions pour Bobigny et la Seine-Saint-Denis. Il prenait ainsi part à la réflexion sur la Région parisienne qui commençait à se structurer, alors autour de "Banlieue 89". Paul Chemetov a eu la gentillesse de nous donner une copie de cette lettre qui est restée sans suite.

En 2004, j’ai réalisé un rapport sur l’évolution électorale de la Seine-Saint-Denis. Il avait été alors commandé par la fédération du PCF de la Seine-Saint-Denis. Il n’a fait alors l’objet d’aucune réflexion collective. À la relecture, on peut penser que c’est dommage. Un grand nombre de fragilités structurelles qui menaçaient l’implantation communiste y étaient décrites. Et quelques suggestions y étaient formulées, de façon très générale, pour une relance possible. Ce rapport était accompagné d’un important volume de données, éclairant l’évolution sociodémographique et sociopolitique du département.

Nous mettons ce rapport et ces données (voir les documents ci-dessous) à la disposition de celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire récente et à la vie de ce territoire attachant, caractéristique de l’évolution urbaine contemporaine. Il s’agit d’un rapport daté (2004), à un moment où les communistes étaient encore à la tête de l’institution départementale. Les données n’y sont donc pas à jour, et certaines formulations prospectives paraissent optimistes. Il est vrai que ce rapport d’analyse se voulait aussi une aide pour l’action.

Il partait du constat d’un département autrefois plutôt homogène, que l’évolution urbaine et la crise ont peu à peu déstructuré. Le processus de désagrégation, que cela soit juste ou non, pouvait être imputé à la force politique localement dominante, donc au PCF. Cette imputation défavorable était alors d’autant plus préoccupante que les bases communales de l’implantation communiste étaient fragilisées dans un grand nombre de communes, dont la typologie est esquissée.

Trois grands enjeux territoriaux

Le rapport, sans être alarmiste et fataliste, ne cachait donc pas les risques d’une déstabilisation maximale du fait communiste séquano-dionysien. Celle-ci profita d’abord à la droite, au début des années 1980, puis au PS à partir des années 1990, jusqu’à ce que la droite reprenne la main aujourd’hui.

Les recommandations suggérées portaient à la fois sur l’action publique et sur l’activité proprement politique. Il était ainsi proposé une dynamique politique nouvelle, alors que n’existait pas encore le Front de gauche. Cette dynamique tournait autour de trois grands axes : préciser les grandes lignes d’une ambition communiste départementale ; construire un mode de rassemblement cohérent, qui puisse permettre à des formations politiques, syndicales, associatives, et aux citoyens en général de participer ensemble à la construction de perspectives politiques départementales ; concevoir l’outil communiste qui soit à même de reconstruire du sens politique commun.

Il énonçait enfin trois grands enjeux territoriaux, autour desquels se noue la crédibilité de toute construction politique départementale. Le premier portait sur la gestion collective de la question de la petite couronne, pour ne pas laisser chaque territoire communal seul face au risque d’attraction parisienne. Le second consistait à raccorder le développement des trois pôles de développement excentrés (Plaine de France, Roissy, Marne-la-Vallée) à un projet départemental de développement, pour éviter la polarisation croissante du département. Le troisième portait sur la nécessité de repenser le centre du département, à l’écart des pôles de développement. Il n’est pas indifférent de noter que c’est ce centre, loin des pôles, qui a viré massivement au "bleu" depuis 2001.

Nous citons ici la conclusion de ce rapport :

« Au total, l’analyse électorale confirme l’extrême fragilisation de l’impact communiste en Seine-Saint-Denis. Pour une part, elle apparaît comme le versant politique d’une évolution difficile du département lui-même. En même temps, cette évolution n’a rien d’une fatalité. La Seine-Saint-Denis, défavorisée par l’histoire récente, n’est pas qu’une terre du mal-vivre. Elle est un territoire vivant, populaire, qui ne manque pas d’atouts. Mais ces atouts ne peuvent se déployer, ils ne peuvent prendre du sens positif que s’ils se raccordent à des dynamiques innovantes, mariant justice et efficacité. Ni la logique destructrice du libéralisme, ni celle de l’accompagnement social-libéral ne sont à même de les fournir. Il y a donc une place pour une vision et une ambition différentes, que les communistes peuvent contribuer à faire mûrir. Encore faut-il qu’ils veillent à ne pas tenir pour acquise la constitution, à défaut du "bantoustan rouge" originel, de poches réduites d’influence vivant plus ou moins sur le souvenir d’un passé glorieux. Mais cela suppose une volonté commune, une mise en commun des singularités, la recherche plurielle d’un avenir partagé. »

Dix ans plus tard, les questions posées par ce document restent d’actualité. Il n’est donc pas trop tard pour s’atteler à y répondre.

Cela s’appelle un retard historique

Paul Chemetov a retrouvé dans ses archives une note adressée en son temps aux acteurs communistes de la région parisienne (la commission logement du PCF, Georges Valbon, qui est alors maire de Bobigny et président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, ainsi que d’autres responsables.). Il réagissait à un article paru dans le bulletin des élus communistes de Bobigny. C’était en 1987. "Banlieue 89" était lancé. Et la question du Grand Paris était déjà en débat.
Cette note est, elle aussi, restée sans suite.

PS : ce texte porte des traces de son temps. Il est aussi fait référence à un débat d’alors "faut-il encore construire des HLM ?" Paul Chemetov évoque une de ses positions de l’époque : conserver au logement populaire ses caractères et non les déguiser au risque d’un renchérissement et d’une perversion du logement social...

Portfolio

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Habitant Dugny d’une famille communiste (reconverti dans Attac et le FG), l’analyse me semble pertinente. Pour le PC, trop d’attachement au "glorieux passé" , trop de bureaucratisme et de routine. Pas assez d’ouverture au monde qui change ! Cela dit la critique étant facile, l’art politique est plus difficile. Car après tout tous les PC mondiaux ont connu la même évolution, je dirais même plus tous les "partis ouvriers" !! Le 93 se désindustrialise au moins depuis 1960, la classe ouvrière consciente a disparu remplacée par des précaires ou classes populaires souvent immigrées et sans mémoire politique.Sans compter l’échec du "socialisme réel" !! En clair, dans ces conditions périlleuses, très difficile de "s’adapter" tout en restant révolutionnaire ! 1/2 des gens ne votent plus et les progressistes qui votent encore sont souvent des "classes moyennes" comme à Paris-bobo, plus attirés par le PS ou les écolos. Alors il reste un "peuple de gauche" qui manque de jeunes, désabusé face à un "peuple de droite", sinon FN, apeuré par l’insécurité et les "étrangers", mais mobilisé contre les "cocos" sinon la gauche "laxiste" dont elle ne bénéficie même plus des avantages sociaux ! Alors, que faire ?? Difficile de développer ici sur ce mel, mais bon, c’est sûr, il n’y pas de solution miracle !!. Certes, élargir la base, certes, le FG, certes, intégrer les problématiques écolos en matière d’urbanisme, mais aussi, paraitre moins "laxiste" (Je suis prof et je constate l’effet du "laxisme" dans l’EN, il serait temps que là l’ensemble du FG revoit sa copie ! Plus généralement, en finir cette espèce d’angélisme en cette matière d’insécurité sous prétexte que ça fait FN ! ), moins gestionnaire dans les villes PC souvent administrées à "l’ancienne" , une meilleure utilisation du net qui devrait être plus interactif et moins tract classique..etc..Bref, j’arrête là car la place manque..

    LACAN GEORGES Le 3 avril 2014 à 15:37
  •  
  • Cette vision gestionnariiste de la politique n’explique pas le déclin inexorable de l’influence idéologique donc politique du PCF notamment en Seine-Saint-Denis.

    Ce déclin et plus généralement la stagnation de l’influence électorale de l’Autre gauche aux alentours de 10 % au niveau national s’explique principalement pour deux raisons :
    – le rôle très sous-estimé et pas analysé des médias dans la dépolitisation la neutralisation et le formatage libéral marginalisant toute gauche alternative au PS.
    – L’absence de politique de formation des militants et des citoyens pour contrer cette télé programmation des cerveaux à distance qui met en œuvre des moyens techniques multisupport diversifiés d’une puissance sans précédent dans l’histoire de l’humanité.
    La politique du clientélisme social est en bout de course.
    Voir mes articles

    La grande bourgeoisie propriétaire des médias privés et contrôlant les médias publics par leurs serviteurs politiques utilisent des moyens sophistiqués qui échappent à la conscience du plus grand nombre
    pour assurer sa reproduction comme groupe dominant.
    J’ai expliqué ailleurs comment s’opére la mise en œuvre du système Tina
    Le FN a été fabriqué dès 1972,pour lutter contre le "socialocommunisme" et est un moyen de neutralisation politique (du front de gauche) instrumentalisé par la classe dominante.
    Plus de détails dansmes articles :
    Electoralisme et activisme, les deux maladies infantiles du militantisme.
    http://www.gauchemip.org/spip.php?article19781
    La télé implémentation du biologiciel libéral dans les 45 millions de cerveaux connectés aux médias. http://www.gauchemip.org/spip.php?article18907#forum25249

    Hervé Debonrivage

    Debonrivage Le 4 avril 2014 à 01:17
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?