photo cc PCF Bourges
Accueil > Politique | Par Karine-Gabrielle Bertrand | 22 février 2016

Pierre Laurent : la primaire à quel prix ?

En cautionnant une primaire "de toute la gauche", le secrétaire national du PCF prend un risque considérable : celui de soutenir in fine un candidat social-libéral, de précipiter la fin du Front de gauche… et de perdre ses propres troupes en chemin.

Vos réactions (71)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce mardi se tient une réunion du Front de gauche qui pourrait bien être la dernière. Les points de vue des trois composantes du rassemblement antilibéral semblent en effet s’éloigner irrémédiablement. Après l’annonce à la hussarde de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, c’est au tour de Pierre Laurent d’affirmer son option : pour le PCF, ce sera la primaire de toute la gauche.

Depuis l’élection présidentielle de 2012, chaque consultation électorale nourrit la discorde. Faute d’accords entre le Parti communiste et le Parti de gauche, le Front de gauche est demeuré un cartel d’organisations : il n’a pas pu franchir le pas d’être mieux qu’une alliance électorale. Plutôt boiteuse.

Coup de grâce pour le Front de gauche ?

Les vues du PCF se sont exprimées de façon continue avec un double objectif. D’abord, ne pas rompre avec les électeurs de François Hollande dans l’espoir de les rallier à une proposition politique vraiment de gauche. La première partie du quinquennat fut donc celle d’une invocation du "discours du Bourget" pour faire signe aux électeurs déçus de François Hollande… au grand dam du PG qui faisait, lui, le pari de la rupture avec les choix gouvernementaux.

La seconde préoccupation du PCF est de ne pas perdre de positions électives. Dès le lendemain de la présidentielle, 80% des candidats aux législatives étaient communistes. Cette ultra-domination du PCF ne s’est jamais démentie, élection après élection. Et elle s’est accompagnée d’une ligne politique aussi variable que les situations locales. On pensait que la tension entre les deux principales forces du Front de gauche avait atteint son comble avec les municipales. Mais les régionales ont été encore plus grandioses : c’est-à-dire d’une totale confusion, avec autant de régions que de configurations d’alliance.

Sur toute cette séquence, les résultats furent très mitigés. Le PCF perd la moitié de ses députés, un tiers de ses élus municipaux et les deux tiers de ses conseillers régionaux. Après les piètres résultats de Robert Hue en 2002, de Marie-George Buffet en 2007, la candidature de Jean-Luc Mélenchon a certes permis au PCF de passer honorablement l’élection présidentielle, mais elle ne lui a pas apporté la relance espérée.

Pourtant, bon an, mal an, les affrontements, parfois de personnes, ont été surmontés. Le Front de gauche en a été à chaque fois affaibli, mais personne n’avait intérêt à son explosion. Après l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, la prise de position de Pierre Laurent en faveur de la primaire de toute la gauche risque bien d’être le coup de grâce.

Pari hasardeux et calculs électoraux

Ce week-end, sur France Inter, sur liberation.fr et lemonde.fr, Pierre Laurent s’est engagé dans le processus des primaires de "toute la gauche" proposées par Libération et quarante personnalités, aujourd’hui acceptées par le PS. Selon Le Monde, « M. Laurent a affirmé n’avoir "aucun problème" avec [une participation de François Hollande à la primaire] car il a "confiance dans le choix que feront les citoyens de gauche". Mais "si la gauche va à l’élection présidentielle avec un représentant qui défend le bilan du quinquennat actuel, qui est rejeté par les électeurs de gauche, la gauche va être éliminée", a-t-il pronostiqué ».

Comment Pierre Laurent peut-il espérer qu’un tel processus, avec le poids du PS, déboucherait sur un autre scénario ? Ce faisant, Pierre Laurent légitime cette primaire. Il ne peut penser la gagner, mais il s’engage à en accepter le verdict et à soutenir un ministre ou un ancien ministre, voire l’actuel président. Et cela face à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Le PCF espère-t-il un bénéfice pour les législatives de 2017 ? En soutenant le candidat issu des primaires, le PCF escompte sans doute un gentlemen agreement avec le PS et l’absence de candidatures socialistes, notamment face à ses députés sortants.

Comment cet engagement dans la primaire socialiste va-t-il être accepté par le corps militant communiste ? Ce dernier en a certes vu d’autres, mais se laissera-t-il convaincre qu’il faut à tout prix un candidat unique de la gauche pour assurer une présence au second tour, quitte à se rallier à un candidat social-libéral ? C’est le pari de Pierre Laurent. En cela, il pourrait engager son parti dans la voie de la radicalisation… au sens "radical de gauche".

Vos réactions (71)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Le PCF n’a rien à faire dans cette primaire. Qui dit primaire dit candidat unique, qui signifie projet unique. Qui eut croire que sur l’Europe on pourrait trouvera position commune entre un PCF qui veut une EUrope sociale et qui rompt bec l’austérité et EELV qui est pour une EUrope fédérale et libérale.

    Redream Le 22 février à 18:56
       
    • à lire JLM à ce sujet :
      melenchon.fr/2016/02/22/ou-le-solo-nest-pas-la-ou-lon-croit/

      klaus Le 22 février à 20:10
    •  
    • Pierre Laurent ou l’art de la compromission déjà pour garder son poste de sénateur ! Mais là que faire dans cette primaire ? Légitimer Hollande ?
      *

      jean marc debachy Le 23 février à 16:06
    •  
    • Les désaccords sont tels entre ceux qui promeuvent la primaire, que celle ci ne peut apparaitre que comme une opération politicienne.
      Cela d’ailleurs commence par une hypocrisie, personne n’ose dire, nous ne voulons pas de Hollande comme candidat.
      enfin tous les ingrédients sont la pour décourager un peu plus les Français d’aller voter
      et devinez qui se frotte les mains

      daniel Le 1er mars à 15:57
  •  
  • Fin d’une étape : le FDG
    Le FDG était mort et enterré depuis la dernière série d’élections municipales et régionales, notamment, mais pas seulement. Les divergences étaient et sont encore nombreuses et pour le moment insurmontables entre les ex-alliés. Le PCF et Ensemble ont choisi une autre stratégie, une alliance fourre-tout avec certains Verts, qui n’ont d’yeux que pour Hulot ou Cohn-Bendit et la mouvance dite des frondeurs dont nombre ne se feront pas prier pour retourner au bercail, au moment des investitures de leur parti aux législatives de 2017. Tous croient ou voudraient croire que le PS tel qu’il est devenu, un parti de droite très libéral, (comme le détricotage du code du travail le démontre...), pourrait infléchir sa politique sociale et économique. Il n’en sera rien pour la simple raison que le PS, tel qu’il a existé, est mort avec sa soumission à l’Europe libérale et à l’Allemagne. Un autre PS est né sans que les militants, eux-mêmes, ne s’en rendent encore compte. La primaire telle que l’on veut nous la vendre est à la gauche, ce que le mirage est au désert, un phantasme au mieux, une escroquerie au pire.
    Les divergences entre ex-partenaires du FDG sont sérieuses mais pas insolubles. La stratégie du PCF butte toujours entre une forme de radicalité qu’il a dans son discours et la cohérence avec ses actes qu’il n’a pas. C’est ce qui lui a fait perdre, en partie, sa crédibilité. Des approches divergentes subsistent sur le nucléaire, la sortie de l’Euro, les enjeux internationaux, le second tour de la présidentielle. Dernier point de friction et pas des moindres, l’animation de la campagne électorale. Ce n’est pas un problème d’ego comme on voudrait nous le faire croire, mais un problème d’intérêt de parti...
    Qui s’intéresse aux lundis de la gauche organisés par le PCF ? Personne ou presque, sinon une frange de militants déboussolés, d’accord sur rien dès que l’on rentre dans le détail du programme ou le nom de l’éventuel candidat. Toutes ces constructions ne sont que des leurres, en attendant la tête de gondole qu’auront décidée les grands-maîtres de la finance : Hollande, Valls, Macron, Sarkozy, Juppé, Le Pen… Ils sont tous interchangeables. Rien d’impossible dans ce monde de brute...
    Jean-Luc Mélenchon a pris ses responsabilités. C’est tout à son honneur. Il oblige ce qui reste du FDG à se positionner, sans attendre la fin des palabres qui risquent de s’ éterniser et de se terminer comme ils ont commencé, par un flop retentissant. Jean-Luc Mélenchon met un coup de pied salutaire dans la fourmilière du consensus mou. Il met fin à des carambouilles d’initiés et d’entourloupes politiciennes. Imaginons-nous un instant, un Cohn-Bendit soutenir un Laurent et vice et versa ?
    Reste aux partisans de la primaire et leurs soutiens peu d’alternatives. Trois alternatives restent aux deux autres composantes de l’ex- Front De Gauche :
     continuer à croire qu’il serait encore possible de fédérer sous un même drapeau ( programme et candidat) ce qui reste comme acteurs de la primaire. Ce scénario est mort-né sauf si le PS l’utilise à son seul profit, en désespoir de cause. Le PCF pourrait y avoir intérêt pour négocier avec le PS un groupe de députés dans le cadre d’une dose de proportionnelle ;
     La désignation d’une candidature commune au PCF et à Ensemble. C’est risqué, compte tenu des rapports de force et de la personnalité de Mélenchon. Peu probable, mais avec le PCF, on ne sait jamais. Il doit avoir en mémoire le score de MG Buffet en 2007 (1,93%) ;
     Faire contre mauvaise fortune bon cœur avant qu’il ne soit trop tard, en prenant acte de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Reconstruire avec ce qui avait déjà été élaboré en 2012 sur la base du programme l’Humain d’Abord. C’était encore jouable avant que Pierre Laurent referme presque définitivement cette hypothèse.
     Reste un dernier scénario, le retrait de JL Mélenchon. Peu envisageable dans la configuration actuelle, d’autant que les dernières péripéties du vote par les députés de la déchéance de nationalité, l’attitude lamentable des Verts et la disqualification morale de Hollande et son clan donnent raison au Parti de gauche et à Jean-Luc Mélenchon sur leur stratégie.
    D’ici 2017, le chemin est fortement miné. Les coups vont pleuvoir de tous les côtés.

    rody Le 22 février à 19:04
       
    • Il reste encore une possibilité : Que le PCF fasse un congres extraordinaire et mette a la porte ce Laurent pour retrouver une autre direction qui soit plus d’accord avec ce qui devrait etre un PCF. Si le propre PCF fait bilan de la présidence de Laurent je ne voit pas comment il pourrait rester a la tete de ce parti

      gabriela Le 23 février à 02:34
  •  
  • "Celui qui arrive trop tard sera puni par la vie !"
    Michael Gorbatchev en 1989 devant la direction politique de la République démocratique allemande, à Berlin Est, quelques mois avant la chute du mur.

    Goldwasser Le 22 février à 19:53
  •  
  • citation : c’est au tour de Pierre Laurent d’affirmer son option : pour le PCF, ce sera la primaire de toute la gauche.

    Question : comment peut il imaginer ou programmer cela alors qu’il sait DEJA qu’une grande partie de la Gauche ne participera pas à cette mascarade ? Désolé il nous fait perdre du temps ....heureusement que les motivés bien à Gauche occupent les medias et le terrain à sa place !

    bob.polet Le 22 février à 20:39
  •  
  • Quel "ovni" est tombé sur la tête de Pierre Laurent ?..Sait-il encore ce que veut dire le mot COMMUNISTE ou bien se paye-t-il la tête des électeurs faisant confiance au PCF ?....

    pontvianne Le 22 février à 21:10
  •  
  • "Ce n’est pas un problème d’ego comme on voudrait nous le faire croire, mais un problème d’intérêt de parti... ", a écrit rody.
    Le malheur, c’est qu’en croyant sauver son parti, Pierre Laurent l’enfonce encore un peu plus dans la perte totale de sens.

    Autrement Le 22 février à 21:12
  •  
  • restent la question : un tel virage de la direction du PCF (qui reproche non consultation du Front de gauche) peut il se faire sans consulter la base du PC ?

    Bobo Le 22 février à 21:19
  •  
  • la gauche c’est aussi les militants et les électeurs socialistes ! Ils font parti du peuple de gauche !!

    janpin Le 22 février à 21:34
       
    • Janpin : Mais ils avaient très majoritairement voté NON au TCE ! Va-t-on continuer à les pousser maintenant dans le bras d’un PS de droite, et les faire voter pour la soumission à Juncker et Dijsselboem ?

      Autrement Le 22 février à 23:52
    •  
    • S’ils sont encore au PS, c’est qu’ils ne sont plus de gauche, ou alors c’est encore plus grave !

      René-Michel Le 23 février à 00:06
    •  
    • Je ne peux vous suivre. Si avant l’élection nous pouvions à la limite les estimer de gauche, avec ce qui se passe actuellement, ils ne peuvent plus bénéficier de ce qualificatif. Ils se doivent de déchirer leur carte du parti

      Soyer Le 23 février à 18:00
  •  
  • La position de Pierre Laurent que vous critiquez avec véhémence s’oppose pourtant très justement à la candidature que nous a imposé Mélenchon dans un déni de démocratie

    clément Le 23 février à 00:02
       
    • Tout comme la position du PS. C’est la primaire qui est un déni de démocratie. Mélenchon s’adresse au peuple qui est le seul juge.

      René-Michel Le 23 février à 00:11
    •  
    • ben voyons ! ..l’hopital qui se fout de la charité !..vous avez demandé son avis à Melenchon avant de vous engager dans cette primaire ?..on va vous la mettre bien profonde,mais chez nous ,voyez vous ,on n’aime pas les traitres..quant à JLM ce sont nous qui lui demandons de se présenter ,et surtout sans vous..PAS ENVIE DE NOUS TIRER UNE BALLE DANS LE GENOU..vous etes des boulets..

      ernieDiscall Le 23 février à 00:53
    •  
    • Pardon ? Quel déni de démocratie ? Depuis quand proposer sa candidature au peuple est-il anti-démocrate ? Qui impose quoi ? Quels sont les autres candidats qui portent et défendent un projet de rupture écologique et économique à mettre au point collectivement ? En quoi le choix d’un candidat dans une primaire organisée sur la base d’un programme a minima (car comment imaginer un projet commun entre des capitalistes verts, des libéraux plus du tout sociaux, des européanistes forcenés et nous ? Il ne peut s’agit qu’un d’un compromis sur détails à la marge) est-il plus démocratique ? Que serait un processus démocratique ? A quoi sert le premier tour de l’élection présidentielle ? Pourquoi ne pas s’indigner, plutôt, des restrictions qu’apporte la loi au droit d’expression des candidats ? J’en ai marre ! Merci Jean-Luc Mélenchon d’avoir enfin réveillé les cœurs, les esprits et le militantisme. Notre seul espoir, c’est un engagement dans la guerre idéologique qui bat son plein. Pierre Laurent se trompe, et j’en suis désolée. Mais il n’appelle pas à suivre Hollande ou l’un de ses sbires. Il fait le pari mortel qu’un candidat se présentera qui s’affirmera suffisamment à gauche pour satisfaire tout le monde et son père... Sauf qu’il n’y a personne ! Excepté Mélenchon, qui a donné suffisamment de gages pour qu’à défaut de lui accorder une confiance absolue (ce dont je ne suis pas vraiment capable), je lui accorde qu’il est le seul à faire avancer nos idées et la réflexion politique, et le seul dont je peux le croire capable d’appliquer le programme qu’il défend.

      Ethel Le 23 février à 08:55
    •  
    • Le PCF et Laurent nous ont imposé des candidatures PS/PC aux municipales, législatives, cantonales, régionales, des têtes de liste PCF partout où cela était possible y compris et surtout en Ile-de-France aux dernières régionales, sans aucun avis préalable des autres composantes du FDG. De qui vous moquez-vous, Clément ? Le PCF serait-il définitivement le seul à fixer les règles du jeu, les changer, les tordre, pour au final ne servir que ses seuls intérêts partisans ? Et vous croyez sincèrement que cette mascarade peut durer ? Vous nous croyez si bêtes, ou si faibles ou les deux pour supporter vos camouflets et vos entourloupes indignes ?

      Vassivière Le 25 février à 16:08
    •  
    • Comme vous partez vite tous ! Oui il est bien triste de voir un candidat comme Jean-Luc se proposer et dans son cas s’imposer oui, comme candidat de la gauche alors que nous - nous la "gauche de la gauche" les militants associatifs etc - venions de faire le souhait d’une gauche rassemblée et en mouvement. Jean-Luc se place à froid à la tête d’un mouvement qui l’empêche de naître. Mais je regrette tout autant les avancées de Pierre Laurent seulement, nous la gauche ne pouvons rien espérer’ et surtout pas retrouver l’électorat FN en tout cas les voix du peuples en colère en suivant et défendant l’attitude solitaire et unilatérale de Jean-Luc. Alors oui il faut construire une alternative en - et c’est mon avis - s’opposant à ces attitudes.

      encore clément Le 5 mars à 12:58
  •  
  • L’article commence par " en cautionnant une primaire de toute la gauche ........." en fait ce qui est terrible pour le PCF avec ce "cautionnement " c’est qu’ il y a fort a parier qu’ il s’agit d’une initiative, tout aussi personnelle de jean pierre Laurent , que celle qui a été prise par JLM .
    Aucun des deux n’a consulté les militants, voir leurs conseils nationaux , il s’agit de fait des princes , disons plutôt de baronnets .
    Cependant si celle de JLM a causé un buzz médiatique et politique , il y a fort a parier que celle de JPL reste dans l’anonymat du microcosme de la gauche de la gauche ,c’est a dire pas grand monde.
    L initiative suiviste de Jean pierre Laurent n’a que peu d ’importance , pour deux raisons bien simple, d’abord faite le tour auprès de vos voisins , amis, collègues et famille et dites nous combien vous en trouverez pour vous dire " super je v’ai voter PCF ou Jean pierre Laurent quel homme politique ! Tout le monde s’en fout !
    Ensuite il n’ y a pas si longtemps que ca, je pense a l époque marie Georges Buffet , jamais jean Luc Mélenchon , n’aurait tenté un coup pareil , malgré son culot légendaire et malgré tous ceux qui pensaient que le PCF déjà n était plus qu’ une coquille vide .il l’aurait consulté a minima.
    C’est donc que JLM fin politique pense avec raison que de toute manière ; l électorat du PC ne votera plus jamais pour un candidat social démocrate fut il adoubé et béni par un apparatchik héritier d’apparatchik lui même .
    Ensuite , la dérive droitière du PS étant a ce point , il faut être bien naïf pour penser qu’ un HOLLANDE , VALS et autre MACRON ,vont participer a une primaire sinon pour la remporter ou pour la pervertir.
    Enfin et c’est que qui fait dire que Jean pierre Laurent n’est pas un secrétaire d’envergure c’est que quitte a se rallier au PS autant alors faire comme les verts l’ont fait : négocier des ministres communistes comme au temps de l union de la gauche.
    Donc le plus vite possible hâter l’enterrement de ce Front de gauche inaudible et rejoindre la seule dynamique existante a gauche c’est a dire celle de JLM 2017.

    buenaventura Le 23 février à 00:16
  •  
  • Laissons les dirigeants du FdG se disputer autour de la gamelle tendue par le capital...Ils n’ont jamais fait autre chose, comme sénateurs, secrétaires d’Etat, députés et autres sinécures...
    Restons sérieux. Essayons de comprendre la situation sociale et politique et les tâches qui en découlent
    Ce qu’il y a de commun entre la période qui a précédé mai 1968 et aujourd’hui

    http://wp.me/p5oNrG-k56

    Louis Le 23 février à 01:45
  •  
  • C’est historique, le PCF a toujours préféré la tambouille électorale, les alliances pour placer ses incompétents, dans une mascarade de démocratie centralisée.

    En interne, beaucoup de militants en ont eu marre et on a cessé de militer.

    Ce gouvernement n’est pas de gauche, l parti socialiste dans sa grande majorité soutien ce gouvernement et le PCF croit (oi il s’agit ici de la pensée magique) pouvoir infléchir ces libéraux ?

    Tous ces partis me dégouttent. TOUS. Il ne reste que les instances syndicales et les associations sportives et culturelles, surtout en local, pour pratiquer une saine et efficace démocratie et un salutaire combat social.

    La Renaudie Le 23 février à 05:28
  •  
  • L’article publié ici reprend point pour point les thèses et les positions mélenchonistes. Faut-il s’en étonner ? A mon sens, le débat mérite mieux que les affirmations péremptoires, supposées incontestables. En outre les fausses perspectives et le strabisme avec lequel est raconter l’histoire pollue la discussion et stérilise la pensée.
    Ainsi, dès l’entrée, l’accusation assène :"En cautionnant une primaire "de toute la gauche", le secrétaire national du PCF prend un risque considérable : celui de soutenir in fine un candidat social-libéral, de précipiter la fin du Front de gauche… "
    A moins de ne point entendre Pierre Laurent clamer sur tous les tons que ni Hollande, ni Valls, ni ceux qui participent à l’exécutif gouvernemental ne serait concerné par cette recherche d’une réponse de gauche, à la catastrophe annoncée.

    Que les points de vue des 3 composantes du FDG divergent n’est pas une révélation.
    "l’annonce à la hussarde de la candidature de Jean-Luc Mélenchon", est selon l’article une péripétie mais "c’est Pierre Laurent" qui en d’affirmant son option de la primaire de toute la gauche, fragiliserait le front de gauche. Primaire pour laquelle Pierre Laurent fait des propositions concrètes, sur le contenu d’abord (options, socle commun, plate-forme programmatique), puis ensuite seulement alors, discussion sur les candidatures, qui pourrait déboucher sur une personnalité désignée en commun ou, à défaut, par une primaire.

    Dans cet article, il est mis au passif du PCF l’absence "d’accords entre le Parti communiste et le Parti de gauche", qui aurait donné le "coup de grâce" pour le Front de gauche ?

    Ainsi on somme le plus gros "contributeur" du cartel de se ranger à l’avis des autres "partenaires" sans coup férir, afin de ne point être accusé de division et de rupture du front, tandis que le "leader" du Front de Gauche se pavane de chaîne de télés en radios pour expliciter sa décision de candidature en solo, avec des journalistes complaisants.

    En quoi "ne pas rompre avec les électeurs de François Hollande dans l’espoir de les rallier à une proposition politique vraiment de gauche." fait-il du PCF un soutien aux thèses gouvernementales alors que ses militants, ses députés et sénateurs sont sur la brèche pour les faire échouer ? "la rupture avec les choix gouvernementaux" est actée dès 2012 en ne participant pas au gouvernement tandis que Jean-Luc Mélenchon se voyait premier Ministre.

    En quoi "La seconde préoccupation du PCF"..." de ne pas perdre de positions électives" serait-elle un contre-révolutionnaire ? Et en quoi une différence de position "aussi variable que les situations locales" à Paris 5 millions d’habitants et Trifouillis-les-Oies serait-elle incompréhensible A moins de définir d’en haut, de la façon dont il faut faire cuire les carottes..Ce que fait allègrement Mélenchon du haut de sa stature de "Commandeur" acquise grâce à l’obligeance de PCF. L’achoppement sur ce point, mis en exergue par JLM, avec le soutien et la complicité médiatique (on ne compte plus les invitations dans les médias) et la reprise des accusations contre Pierre Laurent, traité tour à tour de "traitre", de "vendu" et de "pleutre". On pourrait mieux faire pour débattre.

    Avec le Front de Gauche, le PCF a permis à Jean-Luc Mélenchon de se sortir de 30 ans "socialisme" et d’incarner, grâce à lui et ses militants le candidat à l’élection présidentielle. Choix judicieux mais risqué, comme on en voit les soubresauts aujourd’hui.
    "l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon" a surpris tous les partenaires du front de gauche. Cette décision unilatérale, irrespectueuse, est la suite, logique, pourrait-on dire, de la stratégie annoncée dès le 1er décembre 2012 au grand rassemblement de la Bastille à Paris et poursuivit depuis, celle de la division de la gauche et la stratégie du recours, qui a échoué, avec comme conséquences des pertes électorales principalement du PCF, le PG étant inexistant. Les péripéties des discussions entre partenaires pour la désignation des équipes aux municipales et la désignation des candidats aux régionales font grand cas de la virginité révolutionnaire et désintéressée du PG." le coup de grâce"du front de gauche était déjà à l’oeuvre et l’ambition, personnelle de JLM, réaffirmée.

    "Pierre Laurent s’est engagé dans le processus des primaires de "toute la gauche" proposées par Libération et quarante personnalités, aujourd’hui acceptées par le PS, comme une démarche susceptible de favoriser les discussions et les rapprochement à gauche en vue d’éviter le scénario catastrophe droite/FN ou libéralisme /social-libéralisme. La "confiance dans le choix que feront les citoyens de gauche" évoqué par Pierre Laurent met l’accent suer la nécessité du débat, pour avancer, pour construire un rassemblement "au-delà de nous-mêmes"(du front de gauche) et des convaincus, pour dégager une perspective à vocation majoritaire. Mais cette perspective, d’un choix ultime du ou de la candidate ne sied guère à Jean-Luc qui se voit un "destin" personnel"et cette incarnation justifié par le score de 4 millions de voix en 2012. Comme si la situation politique et les enjeux n’avaient pas changé. Selon moi, vous l’aurez compris la candidature de Mélenchon est trop étroite. Et en disant cela je ne remets pas en cause ses qualités personnelle ni son apport passé, ni son potentiel. Car en effet, comme le rappelle Pierre Laurent "si la gauche va à l’élection présidentielle avec un représentant qui défend le bilan du quinquennat actuel, qui est rejeté par les électeurs de gauche, la gauche va être éliminée", et j’ajoute, que si elle y va avec un candidat clivant, brutal, qui n’est pas rassembleur déjà dans son camp, comment peut-on espérer triompher du piège dans lequel le libéralisme voudrait nous voir tomber. En ce sens, à mon avis, "le meilleur d’entre-nous" est aussi le plus mauvais candidat. Et ce n’est pas faire offense.

    Prêter à Pierre Laurent des intentions électoralistes alors que JLM engage "SA" campagne électorale "sans les partis" est un contre-sens malveillant et trompeur. A aucun moment comme il est dit dans ce papier Pierre Laurent "s’engage à en accepter le verdict et à soutenir un ministre ou un ancien ministre, voire l’actuel président... cela face à la candidature de Jean-Luc Mélenchon" La courte-vue électoraliste décrite ici ne concerne pas le PCF. Ce dernier n’a pas, pour l’heure d’ambition électorale. La seule ambition à laquelle il travaille d’arrache-pied est de créer, malgré les difficultés et elles sont nombreuses, venant de gauche et de droite, les conditions d’un rassemblement indispensable pour changer vraiment et non témoigner peut-être.

    "Le corps militant communiste" se mobilise en préparant, dans le soutien aux luttes, en proposant des solutions alternatives, leur congrès début juin, qui marquera on l’espère un renouveau du parti lui-même et de sa feuille de route. Le ralliement à un "candidat social-libéral" comme le laisse supposer cet écrit rocambolesque n’est pas "le pari de Pierre Laurent". En cela,les communistes peuvent être tranquilles. L’appel à Mélenchon pour rejoindre le collectif sera-t-il entendu ? rien n’est moins sûr. Et là encore, cette fausse bonne idée de sa candidature "en dehors" risque, si elle était maintenue, de jouer le rôle de ’l’idiot utile’ au mieux et au pire de complicité avec ceux qu’il dit combattre. On ne peut avoir raison seul, comme on ne peut gagner sans le soutien de tous, à gauche.

    Bruno FORNACIARI Le 23 février à 07:30
       
    • pfou, j’ai arrêté ma lecture au premier mensonge

      Labat Marie Le 23 février à 08:59
    •  
    • Ouf ! voilà enfin une analyse sérieuse qui nous change avec la plupart des mails anti-PCF.
      Entièrement d’accord.

      milhac Le 23 février à 08:59
    •  
    • va lire le post de jlm sur son blog et tu la ramènera moins.

      philippe m. Le 23 février à 09:59
    •  
    • pour Phlippe : vous n’avez aucune tenue vous n’êtes qu’un beauf !!!

      milhac Le 23 février à 10:30
    •  
    • merci pour cette intervention qui se situe dans le débat nécessaire. Oublier l’adversaire, ne pas prendre en compte la situation serait la pire des choses pour élaborer une stratégie de rassemblement à vocation majoritaire. Candidature de témoignage ou volonté de gagner ? Il y a -au vu des interventions- un pessimisme poisseux. Espérons que les luttes sociales qui sont en train de se construire permettront d’en sortir !

      François Got Le 27 février à 11:44
    •  
    • 33 ans après le virage libéral (mars 1983), il serait temps de prendre acte que le Parti d’Epinay (“Qui n’est pas pour la rupture avec le Capitalisme, n’est pas Socialiste” ) avait dit Mitterrand n’existe plus. ... Et par conséquent l’union de la Gauche à l’ancienne ça ne peut plus marcher. (Voir la Gauche plurielle au pouvoir en 1997/2002... Avec son élimination du second tour de la présidentielle) Quant au Front de Gauche il a été plombé par Pierre Laurent lors des dernières municipales avec sa stratégie à géométrie variable. ( Et Clémentine Autain a-t-elle "vitaminé" Sevran comme l’indiquait son slogan ?)... Mélenchon avait raison quand il disait qu’il n’y avait rien à attendre de Hollande... C’est dès juin 2012 qu’il fallait, au parlement et dans le pays, assumer totalement l’opposition de Gauche... Et non chercher à peser sur le PS... Oui Mélenchon a bien fait de proposer, sans plus tarder, sa candidature directement aux Citoyens..

      Sodol Colombini Le 27 février à 13:26
    •  
    • Bernie Sanders : " Not me, us ! " " Pas moi, nous ! ".
      Mélenchon : " Pas nous, Moi ! "

      tomaz Le 31 mars à 17:19
  •  
  • "Prêter à Pierre Laurent des intentions électoraliste..." Qui a osé ?
    C’est un scandale !!!

    René-Michel Le 23 février à 09:56
       
    • pour "milhac" tu as raison, je retire. Bon courage.

      philippe m. Le 23 février à 13:15
  •  
  • Les position entre les ex partenaires du FDG sont à ce stade pas réconciliables. Le coups pleuvent déjà.
    Qualifier Jean-Luc Mélenchon d’idiot utile au mieux et au pire de complice de la droite et du Fhaine, cest comme passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.

    rody Le 23 février à 10:08
  •  
  • 1)Il n’y a rien à attendre des appareils de la "gauche de gauche".

    2)Il existe bien,au-delà, un front de gauche des Citoyens sur le terrain qui devrait jouer son rôle, en s’autonomisant.

    3)Les adhérents du PCF ont des cartes (!) en mains pour réorienter leur politique,rompre avec la compromission (toujours) finale avec les libéraux-socialistes.

    4)JLM est bien conscient de ces impasses mais joue la 5ème République au lieu d’une 6ème.

    5)Conscience individuelle + action commune=solution ?

    Blog libre d’un citoyen libre "Alternatives & Révolutions" Le 23 février à 11:06
       
    • sur le point 6 relisez Gramsci.

      choucroute Le 28 février à 12:18
  •  
  • En tant que militant du PCF je dirai modestement ceci : "Pierre Laurent propose que les communistes s’engagent dans une grande primaire des gauches (L’Humanité du 23-02-2016)" me parait une initiative stratégique majeure. La base du PCF n’a aucunement été consultée sur ce tournant, et dans ma région il n’y a toujours pas eu de réunions sur cette initiative.
    En attendant cette perspective me révulse politiquement, et je ne changerai pas d’avis.

    François Châtelet Le 23 février à 11:23
       
    • C’est courageux de ta part et je le dis en connaissance de cause.
      Espérons, pour une fois, que ce sera contagieux. Mais les "meilleurs" étant pour beaucoup déjà partis au cours de ces quatre dernières décennies, (nous fûmes plus de 700 000 à l’époque !). Je n’y crois plus. Courage quand même car il en faut !

      René-Michel Le 23 février à 13:33
  •  
  • Les communistes risquent de signer leur acte de décès, sauf à provoquer comme cela été dit dans les interventions un congrès extraordinaire (celui de juin arrivera avec toutes les décisions prises, formatées, ce sera joué d’avance) afin de retrouver ses marques. Pierre Laurent n’en représente pas la majorité. Ensemble qui regroupe une myriade de micro-organisations a tout intérêt à se diriger vers JL Mélenchon. Bref il ne faut pas être grand clerc pour deviner que la direction du PCF a TOUJOURS eu à l’esprit que le Front de Gauche était fait pour leur servir de marche-pieds. C’est la raison pour laquelle le PCF a toujours refusé de faire du FdG une organisation politique regroupant ce que j’appelle maintenant la France Insoumise, il l’a démontré lorsque’il s’est accaparé 80% des candidatures aux législatives 2012. Les communistes doivent se rappeler que 60% d’entre eux avaient ont choisi en 2011 de soutenir le candidature de Mélenchon. C’est peu pour la majorité, mais cela a été suffisant. Et payant pour la gauche, elle renouait avec sa capacité de rassembler.
    Aujourd’hui Pierre Laurent a pris une position lamentable, politicienne, ce n’est pas digne pour un représentant du PCF. Quel gâchis !

    morelle noire Le 23 février à 11:36
  •  
  • Ce n’est absolument pas la lecture que je fais de la position de Laurent , et la lecture des différentes déclarations va bien dans le sens d’une primaire de ceux qui sont en rupture avec la politique gouvernementale. Le CN du PCF a lieu en mars , qui précisera sans doute tout cela, j’ai lu les explications alambiqués de Mélenchon sur son site , il "oublie" de dire qu’un des appels à la primaire a recueilli 70000 signatures et bien sûr mélange tout , ce n’est pas très honnête. Alors qu’ Ensemble et le PCF ont des positions relativement modérées sur sa candidature il est en train de faire croire comme à son habitude qu’il est une victime et d’hypothéquer gravement les rassemblements futurs possibles . Si le PG n’a pas été capable de structurer ces 4 millions de votants ce n’est ni la faute d’Ensemble , ni celle du PC peut être devrait il se poser des questions sur leurs propres pratiques et propositions mais c’est tellement plus facile les fuites en avant dans le plus à gauche que moi tu meurs et les analyses simplistes sur la crise du politique.

    armogan Le 23 février à 13:54
       
    • C’est faux. Laurent est prêt a faire une primaire avec Hollande. C’est vous qui êtes malhonnête.

      alain Le 23 février à 14:09
  •  
  • @Bruno FORNACIARI

    Qui sert d’idiot utile ? Réponse de l’intéresé mis en cause :
    le fond de l’affaire n’est donc pas dans la dialectique du solo et du « collectif », cette grossière mise en scène rhétorique. Il y a vraiment entre nous une divergence sérieuse sur cette primaire et sur la voie à construire. D’un côté la ligne du « rassemblement de la gauche » avec ses primaires de « Macron à Mélenchon » de l’autre, l’objectif de « fédérer le peuple ». La seconde est impossible dans le cadre de la première aussi longtemps qu’il s’agira de réunir sous une même étiquette des gens comme Valls, Macron, Hollande et leurs victimes chez les salariés. Dès lors, la formule « fédérer le peuple » se décline comme une ligne d’action globale. Elle doit se doter d’un instrument d’action et d’un programme.

    Voilà pourquoi j’ai proposé à la coordination du Front de Gauche, avec d’autres et sans jamais avoir eu l’honneur d’une réponse, depuis janvier 2015 la construction d’un mouvement qui dépasse les anciennes structures et mette fin au système du cartel des partis qui a étouffé le Front de Gauche. Je n’ai pas réussi à convaincre de cette idée ni pour les départementales ni pour les régionales. Ensuite, comme tout le monde, j’ai été mis au pied du mur de la déclaration de « mort clinique » du Front de Gauche par le porte-parole national du PCF, en solo. Puis j’ai dû découvrir par la presse le ralliement sans condition ni délibération collective aux « primaires de toute la gauche ». Puis j’ai appris à la télé la non candidature « à l’heure actuelle » de Pierre Laurent et de celle « qui peut s’envisager » de Clémentine Autain, sans oublier la prise de position parmi tant d’autres inamicales et souvent blessantes d’André Chassaigne s’enthousiasmant pour la candidature de Christiane Taubira. J’ai donc compris que l’illisibilité des précédents épisodes était repartie de plus belle. Et j’ai pris mes responsabilités.
    Si intérêt, le complément à lire sur le bloc de Jean-Luc

    rody Le 23 février à 14:09
       
    • @Rody, j’ai dû louper un épisode. Pour ce qui le concerne P. Laurent n’évoque à aucun moment de se mettre en ligne avec Macron et consort, c’est le contraire, il les considère comme, je cite : "disqualifiés". C’est on ne peut plus clair. Alors pourquoi ce charabia ? Faire croire que son chien à la rage est peut-être une bonne méthode pour justifier l’euthanasie. Mais en politique, il faut se garder de justifier sa position en contraste avec ses propres lubies.
      En effet, il est facile de déclarer sa candidature. Clémentine Hautain l’a évoqué, pas P. Laurent. Pourquoi ? pas par incapacité, mais parce que l’heure est à construire l’alternative, le plus largement possible pour gagner et changer cette politique libérale. Notre problème à tous, à toi, comme à moi, n’est pas de savoir quel est celui ou celle qui fera le meilleur score du 3e ou de 4e, en laissant en friche et gâchant les potentiels de rassemblement et de victoire. Que Mélenchon revienne, qu’il défende son point de vue , le programme qu’il propose à tous, qu’il entende les différence que l’on peut rassembler. Non la question d’aujourd’hui n’est pas d’instaurer le socialisme qu’il soit à la Chavez ou cubain. Mais d’inverser la tendance droitière et libérale qu’à emprunter notre société depuis très longtemps, avec tous ceux qui, déçus et mécontents de "l’oeuvre" Hollandaise veulent bien s’associer pour rechercher une base commune sur laquelle nous pourrions nous entendre (donc y compris JLM) pour partir à l’assaut d’une nouvelle société démocratique dans laquelle des mesures anti capitalistes et de progrès pourraient constituer le socle d’un projet gouvernemental à construire avec toutes les forces disponibles.

      Bruno fornaciari Le 23 février à 14:38
    •  
    • @Bruno FORNACIARI Peut être avez-vous loupé une page du pense-bête du camarade Laurent.
      On pourrait résumer ainsi : Je me répète : Pierre Laurent propose une primaire de toutes les gauches. C’est lui qui le dit. Mais, vous dites sans Hollande, Macron... donc sans le PS institutionnel. Donc, alors avec qui ? Et ses qui représentent qui ? Avec les Verts, ceux du gouvernement ou ceux qui restent ? Et sur quelles bases, sur quelle plate forme, puisqu’il n’y a plus de programme ? Avec ceux qui restent du PS et que vous considérez fréquentables. Qui sont-ils et surtout prendront-ils le risque d’aller à contre-courant de la direction ? Et avec les Verts, le PCF mettra t-il son mouchoir dans sa poche sur sur la décroissante, l’aéroport de MD Landes, le fédéralisme ?
      Et les autres, qui sont-ils ? Ensemble ? et qui après !!!
      Vous le voyez bien, ces primaires sont déjà pliées si le PS n’y participe pas. Majoritairement, les frondeurs comme les Verts rentrerons au nid dès qu’il entendrons l’appel du père nourriciers à becquées des investitures.
      Ne pleurez pas, la droite ce n’est pas une crainte pour demain, c’est malheureusement déjà la réalité d’aujourd’hui. Comme le dit Jean-Luc Mélenchon sur son blog, la déchéance de nationalité ou la disparition du code du travail sont deux mesures d’extrême droite prises aujourd’hui par le PS.
      La base programmatique avancée par Jean-Luc est celle de l’Humain d’Abord et non un socialisme à la Chavez ou la Cubaine. Je ne sais pas ou vous avez lu cela. Pourquoi pas à la "Bolchévik", non plus. C’est du n’importe quoi. Vous allez bientôt nous ressortir le phantasme du couteau entre les dents.

      rody Le 23 février à 15:33
  •  
  • le fdg est mort depuis longtemps, assassiné par les errements électoralistes du pcf depuis 2012 et son reniement de l’appel de Versailles...
    Ici par chez nous, le fdg n’existe plus mais les apparatchiks du pc continuent à publier des infos en son nom alors que pas une (pas 1, zéro, nib, que dalle) ) réu ne s’est tenue en présence du pg local depuis des mois.
    Pas glop, mais alors pas glop du tout et les voilà que maintenant ils se lancent dans un antimélenchonnisme primaire alors qu’il est venu ici maintes fois leur faire la courte échelle.

    cantaous Le 23 février à 14:13
  •  
  • Primaires avec le p$ + antimélenchonisme primaire = pcf

    cantaous Le 23 février à 14:14
  •  
  • @alain "En 2017, la gauche ne peut pas être représentée par la déchéance de nationalité et le dynamitage du Code du travail. Donc, pour gagner, il faut un candidat commun sur des engagements de gauche. Si la primaire échoue, on va se retrouver piégé dans un choix entre la droite, le FN ou Hollande. Ce n’est pas possible. Je ne m’y résous pas », Pierre Laurent dans l’huma d’aujourd’hui . Certains médias ont titré sur un extrait tronqué , l’article qui nous est proposé ici embraye dessus , la décision sera faite en CN du PCF vous verrez bien alors qu’elle est la position du PCF . Quand je dis que Mélenchon est malhonnête c’est parce qu’il fait semblant de croire que la primaire c’est les 40 d’un des appels alors que des dizaines de milliers de personnes sont déjà signataires , certes ce qui va s’organiser n’est pas clair mais Mélenchon n’a rien a gagné à se montrer aussi clivant sur des bobards.

    armogan Le 23 février à 14:23
       
    • Laurent et le PCF, puisqu’il parle en son nom, ont décidé coûte que coûte d’accepter une primaire "des gauches" avec non pas un programme (l’Humain d’Abord est enterré) mais un socle commun avant tout candidat. (site Huma aujourd’hui).
      Sur cette base la primaire est un leurre. Ni le PS ni les Verts n’accepterons un autre candidat que le leur et n’accepterons ne serait-ce le début d’un commencement d’une politique qui ne soit pas libérale.
      Mélenchon n’a rien à voir la dedans, ni moi d’ailleurs. Nous sommes déjà plus de 40000 à soutenir sa candidatures et plus de 1000 syndicalistes.
      Pour le reste, faites avec le PS, ses frondeurs et leurs lance-pierres et les Verts européiste et fédéralistes.

      rody Le 23 février à 14:45
    •  
    • Melenchon ? Il s’impose en tant que candidat et en plus il soutient Poutine et a un drole de discours sur Assad, n’a pas un mot sur les bombardements des russes sur les rebelles ni un mot sur le soutien militaire de la Russie sur Assad de uis 5 ans qui massacre rebelles et civiles et vous appelez cà de la gauche ? Moi qui votait Melenchon Jadis, vous voulez en tant que petit fils de resistant contre Franco et les nazis voter pour cà ? Le mettre en tant que chef des armées ? Vous avez été 10 000 à cliquer j’aime sur sa vidéo qui parle de la syrie et qui nous ressort la propagande Russe et personne n’a un mot sur les milliers de civils morts par le regime Assad ni par la rebellion desaxée et vous voulez qu’on vote pour cà ? Hollande ne repassera pas, ni le ps, il restera juste la droite et l’extreme droite qui a le meme discours que Melenchon sur la Syrie et la Russie, et vous voulez que moi en tant que gauchiste je vote pour cà ? Mais nous prenez vraiment pour des bargeots ou des andouilles. C ’est un beau 3 % au elections pour Melenchon et la droite ua pouvoir que vous nous avez mis en p)lace pour 2017. Honte sur cette gauche.

      Lucide Le 24 février à 10:42
  •  
  • @cantaous je n’ai pas vu la moitié des insultes proférées par les membres du PG à l’encontre du PCF et de ses dirigeants à l’encontre de Mélenchon de la part de membres du PCF , des divergences oui, une analyse modérée de la candidature de Mélenchon qui prend garde de ne pas fermer de porte oui, ce que je lis dans différents forums de la part de soutiens de Mélenchon m’amène à penser que le sectarisme, les analyses simplistes et boiteuses de la situation politique ne sont pas où vous prétendez qu’elles sont , j’ai moi aussi mon expérience de militants j’ai fait la campagne de 2012 avec tout les partis sans exclusives , puis celle de Delapierre aux législatives et j’ai progressivement pris mes distances avec le PG, j’ai assisté à des assemblées citoyennes avec les synthèses façon congrès du PS vu les analyses tronquées d’un Mélenchon sur nos difficultés aux élections locales , c’est tellement facile même quand le PG se plante c’est la faute du PCF , tout cela ne tient pas la route, je n’ai pas encore déterminé qu’elle sera mon attitude pour cette présidentielle et le transformation de partis politique en staf de campagne à l’américaine d’élection en élection c’est pas trop mon truc , ce qui est certain c’est que ce genre d’articles et les prises de position du style des votres ne m’encourageront en rien à m’embarquer à nouveau avec Mélenchon et je ne suis pas le seul...

    armogan Le 23 février à 14:36
       
    • Rassurez vous armogan, rody et autre forniciari , on ne vous demande pas ni a vous ni au PCF de rejoindre JLM.
      Surtout ne nous rejoignez pas ! par pitié ! oui ? si vous avez mieux a faire dans une primaire avec jean pierre Laurent ou avec hollande ou le roi de Prusse faite le ! .
      Comme je le dit plus haut, a part dans le microcosme , tout le monde se fout de savoir si jean pierre Laurent appelle a des primaires ou pas !
      Le parti communiste chez 95 % de la population c’est comme les "bombons kréma, la DS21 , Manufrance ce sont des madeleine de Proust ca s’arrête là .
      Mélenchon et le PG ont tiré les leçons des régionales , le front de gauche est devenu un truc obsolète qu’ il convient non pas de détruire mais de laisser s étioler comme une crouton de pain sous un meuble.
      Certains au PG pensaient que le PCF tirait avantage du front de gauche en étant un coup dedans , un coup dehors, les naïfs , en fait le front de gauche a siphonné le peu d’électeur qui votaient PC des le premier tour et qui clament sur l’air des lampions unité, unité , en fait le front de gauche a servi au PG a exister et participer à toutes les élections depuis 2009 , sinon ,nous l’aurions fait avec quel argent ?.
      Le pire c’est que d’autres au PCF veulent garder le front de gauche comme " outil " , hé oui ! qui va prendre le risque de casser le FDG le premier ? le PG , ensemble ? surement pas , utilisez le logo FDG tant que vous voudrez, l élection de 2017 sera ultra personnalisée, JLM 2017 suffira ,pas besoin de LO , NPA , PCF ,POI et autres coquilles vides qui représente moins de 2% des voix .
      Si le PCF veux organiser des primaires avec hollande, Cohn bendit et cambadélis grand bien vous fasse , pendant que vous finirez de perdre le peu d électeur qui vous reste , nous avancerons plus vite.
      Les campagnes politiques désormais ne se font plus avec des " copains qui collent des affiches" , mais avec des medias , des blogs, des réseaux sociaux , de la présence médiatique, continuez a vendre des brioches et organiser des concours de belotes.

      buenaventura Le 23 février à 15:29
    •  
    • entièrement d’accord avec armogan

      milhac Le 23 février à 17:40
  •  
  • "Le patron du communisme hexagonal, qui publiera un livre, 99 %, au mois d’avril."
    99% c’est le titre du bouquin je présume
    1,4% c’était le résultat du pcf aux présidentielles de 2007

    cantaous Le 23 février à 16:41
       
    • @buenaventura @cantaous
      M.G Buffet 1.4% en 2007, Mélenchon 11% en 2012 ,11% ! bravo c’est bien, mieux que Bayrou mais moins que Marine ! on peut s’en gargariser longtemps de ce résultat mais de toute façon ce n’est pas suffisant pour arriver au second tour, alors 11 % pour quel résultat en 2013, 2014, 2015 ? un soufflet qui retombe, un P. G sans militant qui met sur le dos du P.C.F toutes les défaites électorales... Le P.C.F complice du P.S ? Ne me faite pas croire qu’une majorité de ceux qui ont voté Mélenchon aux premier tour n’a pas voté Hollande pour éliminer Sarkozy au deuxième tour avec les résultats catastrophiques que l’on sait.

      Au final il n’y a aucune différence entre 11% et 1.4% s’il n’y a pas un véritable engagement sur la durée, alors plutôt que d’attendre l’homme providentiel, plutôt que de s’épuiser dans des débats stériles et des rencontres citoyennes où l’on se tient chaud en prétendant réinventer la politique, plutôt que de tenter de faire moderne en utilisant des réseaux sociaux versatiles où l’on ne prêche qu’au convaincu, plutôt que d’espérer qu’un jour les médias à la solde des nantis laissent une juste place à la voix du peuple, peut -être devrions-nous regagner la rue et les usines et illuminer les murs d’affiches colorées aux slogans porteurs d’espérances et même oui, vendre des brioches pour engager le dialogue avec ceux qui ne votent plus fatigués qu’ils sont des querelles incessantes d’une "gauche" incapable d’unité préférant rejeter sur l’autre composante du Front de Gauche les raisons d’une défaite.

      Continuez comme ça camarades, continuez de taper sur ceux qui luttent ou qui espèrent différemment, continuez de voir en l’autre l’origine de votre incapacité à redonner espoir, continuez de croire qu’une élection présidentielle peut changer quoi que ce soit à la vie de ces millions de citoyens incapables de discerner un membre du P. G d’un militant du P.C.F ignorant même l’existence d’Ensemble, continuez comme ça camarades et Bernard Arnault amassera de longues années encore 10 000 € par minute pendant que le peuple se satisfera de survivre en pensant que le capitalisme est une bonne chose puisqu’il permet à certains de devenir milliardaire.

      Kilgore Le 24 février à 20:55
  •  
  • Le PS a choisi (depuis longtemps) la voie du social-libéralisme ou, écrit autrement, la voie du capitalisme teintée de social et de sociétal pour annihiler les montées de révoltes des prolétaires. Ceux qui pensent ou qui veulent faire croire que ce parti est encore de gauche sont des aveugles ou des criminels ; et la direction du PCF comme Ensemble et autres en font partie.
    Vouloir des primaires à gauche en comptant le PS dedans (avec ou sans ses frondeurs) c’est criminel.
    Donc, le PCF, Ensemble et consorts ont choisi leur camp (il faut garder ses élus), nous les rejetons de la gauche, la vraie, sociale, démocratique, de progrès et laïque et donc si primaire il y a à gauche c’est sans eux. Qu’ils aillent tout de suite négocier leurs voix pour des strapontins d’élus.
    Le PCF n’a pas tiré les leçons de son dépeçage apr le PS ; les prolétaires en révolte et les militants clairvoyants ne suivront pas, ne suivront plus.
    Nous refusons de sauver le soldat PS une nouvelle fois avec ou sans le PCF, Ensemble et consorts.
    Passons à l’étape suivante, organisons les primaires de la vraie gauche avec JL Mélenchon comme un des postulants (mais pas le seul, je souhaite).

    PierreP Le 23 février à 17:20
  •  
  • Décidément, même venant de prétendus intervenants de gauche, on voit que l’anticommunisme a la peau dure. Mais qui JLM a-t-il informé ne serait-ce qu’au FDG de sa décision ? Décision qui a pour premier résultat de faire de le faire exploser, de diviser la gauche au lieu de contribuer au rassemblement populaire . JLM entend mettre la gauche devant un fait accompli. Je suis convaincu qu’il se trompe de route. Il prétend prendre appui sur les citoyens, mais lesquels ? Car pour mener campagne, encore faut-il pouvoir s’appuyer sur des militants organisés et avec sa candidature solitaire il crée les conditions d’être un homme seul et au résultat évident il brise tout espoir d’une conquête du pouvoir par la vraie gauche.Ce que cette gauche a besoin c’est d’un bon programme et non pas d’un homme, lui ou un autre qui se veut providentiel. Pour ça le peuple a déjà donné. Alors assez d’élucubrations autour des des prises de positions, des propositions de P. Laurent Vouloir être constructifs, ne passent ni par des injures, ni par de faux procès. Pour ma part les arguments utilisés par certains intervenants ne plaident aucunement en faveur de JLM. Comme le dit avec bon sens le dicton populaire " Pour tuer son chien........etc

    Wilkowsky Albert Le 23 février à 17:33
       
    • Je souscris totalement à ce propos

      milhac Le 23 février à 17:35
    •  
    • mais oh combien melenchon a eue rasion de ne surtout demander quoi que ce soit aau pcf ou autres.
      si on avait attendu, on aurait eu droit au couplet du Pcf " nous le plus grand parti de France et de la classe ouvrière on doit consulter nos militants ! , ( comprendre réveiller les grabataires) et on vous donnera une réponse en mars 2017 ; comme pour les législatives, les municipales et les européennes , pour qu’à la finale on entende Laurent déclarer sans rire " on se doit de respecter la le désistement républicain ,bien entendu ,ce n’est pas pour sauver nos élus.

      Si on avait attendu les écologistes, suivant lequel ou laquelle des candidats ou candidates on s’adressait, on aurait eu droit a deux réponses différentes, voir 3 ou 4 ou 5 suivant, les régions, les villes, les cafés et les calculs tacticien.

      Si on avait attendu, Ensemble, la Fase, les alternatifs, dans ce cas nous aurions du attendre les avis des réseaux emails des retraités d’Attac, les réunions des repaires de la bas si j y suis, les réunions de collectifs, de groupes de paroles, de citoyens, de groupes alternatifs (pas toujours au courant) bref la réponse aurait eue lieu après les élections.

      En se positionnant seul et sans demander l’avis a quiconque et y compris aux militants, et bien il évite la comédie du FRONT de GAUCHE, qui intéresse le PCF suivant le nombre d élus à sauver selon les régions et les circonstances.

      Si le front de gauche est mort, tant mieux, de toute manière le sigle appartient au PG (marque déposée) et cela évitera la comédie des européennes.

      Enfin , de vrais positionnement vont devoir se produire , Montebourg, LIENEMAN, Aubry , Hamon , Dufflot , Laurent ,et évitera la comédie des Primaires ( concept US) qui ne servent qu’a détruire le débat politique pour servir la soupe a Hollande et aux socs.

      En fait ou Mélenchon reste un vrai visionnaire et un politique avisé, sur ce coup là, son annonce de candidature, il coupe l herbe sous le pied des Con-bendits et autres Cambadélis qui sont les pompiers de service d’ Hollande.

      Un petit rappel, la primaire historique c’est celle qui en Italie a vu Romano Prodi émerger de la primaire avec la suite que l’on connaît, c’est a dire la disparition totale de toute opposition de gauche en Italie.

      Ensuite, la primaire "socialiste " de 2011 qui a vu le candidat Hollande être plébiscité, on est en train d’en savourer les conséquences, la liquidation de la gauche justement par celui qui était censé incarner ses mêmes valeurs.
      En se déclarant candidat et donc en refusant de fait, des primaires encadrées dans les thèmes abordés, Jean Luc Mélenchon, redonne toute sa place au débat politique.
      Sans les primaires et son périmètre bien quadrillé par de savants sachant, se méfiant du peuple, vont pouvoir enfin s’exprimer sans les partis, les paysans qui crèvent, les ouvriers, les chômeurs et plus génialement tous ceux qui ne veulent pas débattre dans les clous de la social démocratie et la « valse Macrobendisé » a la sauce Hollandaise.

      buenaventura Le 23 février à 17:58
    •  
    • L’explosion du FdG a eut lieu bien avant la proposition de candidature de Melenchon.Faut-il vous rappeler les scores calamiteux du FdG lors des dernières consultations électorales ? C’est trop facile ,cher Monsieur ,de mettre la mort du FdG sur le dos du seul Melenchon.Quand au mythe de Melenchon l’homme seul, là encore, laissez moi rire. A ce jour, 63000 signatures pour soutenir sa candidature, plus de 400 comités de soutien et ce n’est certainement pas fini. Une plate forme internet qui marche du feu de dieu.Sinon, qui Pierre Laurent a t’il informé ne serait-ce qu’au FdG de sa décision de soutenir des primaires ? Faut dire que les magouilles avec le PS, c’est pas ce qui dérange le Monsieur,ce ne sera pas la première fois. Mais voyez -vous, quitte à choisir une route, je préfère prendre celle que me propose Melenchon , car même si le bonhomme m’irrite parfois ,je le sais sincère ce qui est une qualité rare en politique.

      alain Le 23 février à 18:33
    •  
    • Je n’ai jamais entendu ni lu Jean-Luc Mélenchon insulter qui que ce soit au PCF et Ensemble. Critiquer, oui et c’est logique, encore que je trouve qu’il est patient, sans doute pour ne pas fermer la porte, c’est encore acceptable.

      Depuis 2012 le FdG s’effondre pour terminer là où il est, c’est à dire au point mort. Les élections qui ont suivi, les communistes ont fait un patchwork électoral, ciblant préférentiellement des accords avec les socialistes, Paris en est un exemple lumineux. (Voir l’attitude certains responsables communistes de Paris !).

      Les régionales ont vu fleurir des candidatures communistes sans qu’à aucun moment le FdG n’ait été consulté. pour les territoriales, les européennes, les conditions pratiquées par le PC rendaient inaudibles les autres partis. Si c’est ça l’unité, je trouve normales les réactions du PG et des autres, sans parti comme moi.

      J’insiste sur le fait que le FdG a servi de point d’appui au PC pour reprendre des forces qu’il a perdu depuis 30 ans. Ce n’était pas le but du FdG, il aurait fallu en faire un mouvement politique indépendant, le PC s’est arc-bouté sur son refus : cela ne le servait pas et c’est bien là toute l’attitude du PC, ce n’est pas d’aujourd’hui : le Parti d’abord et avant tout, je me souviens de ça déjà il y a 40 ans, cela n’a pas changé. Curieuse évolution de la conception marxiste et de la dialectique...

      Espérer, comme beaucoup l’ont déjà dit plus haut, que le PS lâche du lest relève du voeu pieux. Jamais Cambadélis ne voudra d’un candidat qui remette en cause la politique à la sauce hollandaise, il ne peut pas. Qui reste ? Cohn Bendit ? Jadot ? Picketty ? Duflot ? La peau de chagrin.

      En fait, cette primaire est une machine à diviser la gauche, en éliminant les gêneurs, c’est couru d’avance. Et le PC prête le flanc à cet illusionisme politique lancé par 40 intellectuels dont on peut largement douter de la sincérité politique, il faut lire et relire l’article de O. Dartigolles pour se rendre compte de cette naïveté politique.

      morelle noire Le 23 février à 20:14
    •  
    • Lire la réponse de Méluche :

      "Où le solo n’est pas là où l’on croit"

      sur son blog

      Sodol Colombini Le 27 février à 13:40
    •  
    • Résumer la critique négative de la direction du PCF à de l’anticommunisme, c’est court camarade. C’est comme assimiler l’antisionisme à de l’antisémitisme.
      Je te rassure, je suis communiste et ce depuis très longtemps mais je n’ai pas adhéré au PCF car sa direction avait trahi le projet. Il va falloir que ceux qui s’accrochent au fait que le PCF est le représentant du communisme en France se mettent à jour sinon, on ne va pas avancer. Ou alors on entretient volontairement le sectarisme pour ne pas aller de l’avant car, dans le fond, on n’y croit plus ...
      Bien sûr qu’il y a des communistes au PCF mais il y en a aussi en dehors.
      Le FdG ancien est mort vive le nouveau FdG sans les traitres du PS , de la direction du PCF, d’Ensemble et de consorts !

      PierreP Le 29 février à 14:32
  •  
  • Aux défeneurs de la primaire. Vous oubliez simplement que ce projet de primaire est téléguidé par Cohn-Bendit-euro-Young-leaders, pour empêcher que se reconstitue en France le camp victorieux du NON de gauche au TCE (un peu plus que les 70000 gogos qui ont signé pour cette primaire de théâtre de poche !). Vous pensez qu’après l’affaire grecque, les eurocrates se désintéressent de la position de la France en 2017 ? Ils ont peur par-dessus tout que le débat se recentre sur la question de la Dette (source de toute leur politique) et de l’euro-UE. Le but est la sauvegarde du bi-tri-partisme favorable aux traités, et du présidentialisme monarchique qui les arrange bien pour maintenir le grand nombre dans une servitude résignée . Apparemment , Mélenchon est le seul à avoir compris ça, et à faire le nécessaire pour organiser une campagne propre à mobiliser les citoyens (qui en ont soupé des combines de partis, façon répartition pour les législatives prévue par Yannick Jadot !) contre la dévastation en cours. Le succès de la pétition contre la loi Khomri (entre autres exemples) montre que la colère gronde : il ne faut pas dévoyer cette juste colère vers des raccomodages de façade.

    Autrement Le 23 février à 23:43
  •  
  • Je pensais, mais sans doute par pure naïveté, que l’anticommunisme était l’apanage de la droite, y compris du PS. Je me suis trompé. Hélas, ils ne sont pas seuls ! Servir le rassemblement pour changer la vie des gens , l’invective n’est pas le plus sûr moyen d’y parvenir. Je veut croire que chacun est capable de se ressaisir pour construire. Si une primaire, à laquelle je ne crois pas trop, peut permettre de rassembler largement, le jeu en vaut peut-être la chandelle.Primaire de laquelle l’équipe Hollande, Valls, Macron, Cosse et consorts sont naturellement exclus . Alors faut’il la rejeter d’un revers de main ? Celles et ceux qui ont une réponse toute faite ne vont pas manquer d’éclairer la lanterne des autres. A bon entendeur.......!

    Wilkowsky Albert Le 24 février à 10:43
       
    • C’est un peu facile comme réponse ! l’anticommunisme, je connais, je l’ai toujours combattu. Mais je revendique le droit de critiquer un parti politique quel qu’il soit. J’appuie ma critique du PC sur des faits, des déclarations que je ne vais pas lire dans Libération ou Le Monde, mais sur l’Humanité ou le site du PC. En l’occurence, il s’agit du rassemblement, lié il y a déjà 4 ans au sein du Front de Gauche et avec un programme, l’Humain d’abord. Depuis 2012, le PC n’a eu de cesse de tourner à son avantage tous les accords électoraux, en noyant le FdG dans des accords impossibles avec des socialistes qui eux aussi désiraient sauver leurs places. L’effet produit, c’est que le FdG est devenu invisible. Le logo FdG utilisé abusivement avec des socialistes à Paris. Bref, je ne poursuis pas le propos, c’est suffisamment explicite ?
      Non, ce n’est pas de l’anticommunisme, il me semble que vous avez une mauvaise compréhension de l’idéal communiste. Pour la facilité, je ne suis membre d’aucun parti, et avec l’initiative de Jean-Luc Mélenchon, je trouve une place dans cet engagement, que le PCF prenne son rôle et sa place au sérieux et tout ira bien, plutôt que de bavarder avec des Cohn-Bendit et consorts qui eux sont vraiment des anticommunistes et depuis longue date !

      morelle noire Le 27 février à 22:51
    •  
    • J’ai été membre du PCF durant une bonne vingtaine d’années et a chaque fois qu’un membre essayait d’ouvrir un débat il était automatiquement cloué au pilori au motif qu’il était sensible aux arguments de l’ennemi de classe. La stratégie de la citadelle assiégée a emmené le PCF la ou il est actuellement à savoir essentiellement une force d’appoint du PS. Les adhérents qui refusent cette stratégie mortifère sont découragés et finissent par partir. Hélas souvent ils ne vont pas ailleurs car ils sentent confusément que ça doit être un peu partout la même chose. Fort heureusement il y a de temps en temps un leader qui sort du lot et propose d’utiliser l’arme de l’audace. Ne laissons pas passer le mouvement qui se construit autour de la candidature de JL Mélenchon même si on est membre d’un parti. Chaque citoyen doit montrer qu’il sait prendre ses décisions de manière autonome. La vraie, la seule liberté.

      choucroute Le 28 février à 12:27
  •  
  • Ce que disent et font les apparatchiks du PCF, quelle importance ?
    Laurent veut garder sa sinécure au sénat et les autres élus PCF tenir jusqu’à leur retraite. On s’en fout ! Que représentent actuellement les restes du cadavre ?

    Bernard de Lyon Le 24 février à 12:05
  •  
  • PLaurent "va forcer sa nature" pour participer aux primaires.
    Un conseil ?
    Qu’il force aussi sa culture.

    Bref le type donne le coup de grâce au fdg et à l’Hulain d’abord, mais qui était déjà mort.

    On ne tire pas sur un ambulance.

    Lui, assassine les morts aux fond du caveau.

    cantaous Le 24 février à 13:43
  •  
  • Ce que nous dit Laurent c’est qu’il est contre le parti libéral socialiste , mais qu’il nous demande comme toujours de voter pour ce capitalisme.

    Le PCF est toujours un parti incapable de gérer, de diriger et de valoriser l’autogestion. Il a besoin du capitalisme pour "s’opposer", donc il a besoin du parti socialiste pour exister, ça fait moins désordre que d’appeler à voter directement à droite.

    Pour militer dans mes valeurs, il ne me reste que le syndicalisme et les associations. Là au moins personnes pour nous trahir, nous avons à penser et à gérer en direct le réel.

    Je me pose très fortement des questions sur l’honnêteté intellectuelle e t morale de tous ceux qui demandent un primaire à gauche. Ils cherchent plus la place et le pouvoir personnel

    La Renaudie Le 29 février à 07:30
  •  
  • Ce n’est pas sérieux,c’est une galéjade !Ou bien le candidat de la gauche d’accompagnement (tendance direction de la CFDT ou tendance Emmanuelle Cosse/Myriam El Khomri)ne souhaite porter qu’une candidature de témoignage ?

    La débâcle qui s’annonce risque fort d’être une véritable Berezina !Ce sera historique.

    jojolepiednickelé Le 11 avril à 02:57
  •