Accueil > Société | Par Catherine Tricot | 21 janvier 2016

Politis change de visage, pas d’esprit

L’hebdomadaire, près de boucler sa troisième décennie d’existence, présente sa nouvelle formule papier et Web. Un changement bienvenu dans une salutaire continuité.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vingt-huit ans après le premier numéro, toute l’équipe de Politis a concocté une nouvelle formule de l’hebdomadaire et de son site Internet. La une d’alors affirmait que « la France a(vait) besoin d’immigrés » et on y parlait déjà de Gaza. Tout ne change pas.

Donc, dans le nouveau Politis, on retrouve le format presque carré, l’édito de Denis Sieffert, l’agenda (réduit). Mais c’est surtout un esprit qui se poursuit. Politis est un peu l’étendard, le point de convergence d’une gauche écologiste, autogestionnaire, souvent rétive aux partis, tiers-mondiste. Sa fidélité à ces idées lui a permis de passer la bourrasque qui a mis plus d’un titre de presse au tapis.

Ses amis étaient nombreux, ce mercredi soir, à se réunir pour lui manifester leur attachement. Ses lecteurs se mobilisent régulièrement pour apporter les subsides qui lui permettront de continuer sa route. Et ils ont, une fois encore, bien fait. Découvrez ou redécouvrez cet hebdomadaire. Il a le ton juste d’un journal modeste et engagé, ouvert et situé. Le dossier sur "La gauche pour demain" en témoigne : toutes les sensibilités politiques sont présentes, le Front de gauche, les écologistes, Laroutourou, les militants de terrain. Ancré et tenace, actuel et utile, c’est Politis.

Politis, 3,30 euros, en kiosque.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions