Accueil > Environnement | Par Jérôme Latta | 22 septembre 2015

Pollution automobile : le mensonge est dans le logiciel des constructeurs

Le scandale Volkswagen, pris en flagrant délit de bidonnage électronique de ses voitures, révèle jusqu’au peuvent aller des industriels pour mettre impunément en danger la santé publique. La France, patrie du diesel, peut s’alarmer.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dossier de la pollution atmosphérique offre une illustration saisissante du retard avec lequel les "scandales" sanitaires finissent par éclater dans l’espace public. Un retard qui n’a rien d’accidentel, tant il est maximisé par les industriels potentiellement menacés, en lutte contre l’application pleine et entière du principe de précaution (lire "Des racines et diesel : le tardif scandale des particules fines").

Pour cela, tous les moyens sont bons, depuis le lobbying intensif auprès des autorités nationales ou européennes, jusqu’aux trucages les plus grossiers. En quelques jours, les constructeurs ont toutefois encaissé deux revers majeurs qui révèlent précisément à quelles stratégies de manipulation directe ils ne craignent pas d’avoir recours.

Le mythe du "diesel propre"

En début de mois, l’association Transport & Environment publiait un rapport révélant que douze voitures diesel européennes sur treize (modèles récents) ne respectaient pas la norme Euro 6 sur les émissions d’oxyde d’azote (ou NOx). Un modèle Audi atteint ainsi 22 fois ce seuil, tous les constructeurs étant concernés. En cause, le recours à des systèmes de filtrage des gaz d’échappement bon marché, insuffisamment performants, ou les réglages défectueux des systèmes plus modernes. Le constat est d’autant plus embarrassant que les industriels et leurs soutiens ne cessent de dire que les modèles actuels ne polluent plus, entretenant le mythe du "diesel propre" pour s’opposer à toutes les restrictions de circulation.

Également pointé, le système actuel de mesure d’émissions. Baptisé NEDC, il est qualifié d’obsolète et se voit reprocher de ne reproduire en rien les conditions réelles d’utilisation des moteurs. En sus de quoi, les constructeurs ont développé des procédés pour abaisser encore les données obtenues. Si de telles manipulations sont possibles, estime Transport & Environment, c’est parce que les marques financent les organisations supervisant les tests et réalisent ceux-ci dans leurs propres laboratoires…

L’introduction de la norme Euro 6 en 2007, avait pourtant pour objectif de s’orienter vers la mise au point de tests capables de fournir des données réalistes sur les émissions de polluants, tests qui devaient être opérationnels en 2015. Les constructeurs ont freiné des quatre fers, ralentissant les discussions et prônant en parallèle de porter à 220g/km la quantité de NOx produite – contre 80 avec la norme Euro 6. On comprend bien pourquoi.

Volkswagen en flagrant délit de trucage électronique

Si les informations évoquées plus haut sont relativement connues, quoique peu médiatisées, le scandale qui frappe Volkswagen aux États-Unis a d’ores et déjà pris une tout autre ampleur. L’agence environnementale américaine (EPA) a en effet révélé que l’industriel allemand avait équipé ses véhicules diesel d’un logiciel espion permettant de détecter automatiquement à quel moment ils étaient soumis à un test antipollution des autorités, et de limiter l’émission de polluants durant la durée de ce test. Par la suite, le moteur pouvait de nouveau émettre jusqu’à 40 fois plus de dioxyde d’azote. Un procédé d’une remarquable malhonnêteté, poussant à son paroxysme le greenwashing en intégrant ce dernier dans les technologies employées – le constructeur pouvant ensuite se vanter de son respect de l’environnement.

Comme l’indique l’AFP, la supercherie aurait pu longtemps passer inaperçue, si l’ONG International Council on Clean Transportation n’avait pas missionné des chercheurs qui ont constaté des écarts de mesure d’une ampleur suspecte. Sur injonction des autorités américaines, Volkswagen devra rappeler près de 500.000 automobiles vendues depuis 2008 (sous sa marque et celle d’Audi) pour les mettre – vraiment – conformité. L’opération aura un coût considérable en soi, auquel s’ajoutera une amende potentiellement très lourde, le département de la Justice ayant ouvert une enquête, et un impact désastreux sur l’image du constructeur.

Depuis le siège de Wolfsburg, le PDG Martin Winterkorn a déclaré regretter « personnellement, et profondément, que nous ayons déçu la confiance de nos clients et du public ». Regretter ce que l’on a commis sciemment, c’est ajouter une couche d’hypocrisie à plusieurs épaisseurs de mensonge.

Dans la logique des constructeurs

« Mais à quel point un groupe mondial peut-il être bête ? », s’est interrogé le quotidien allemand Frankfurter Rundschau (cité par Courrier international). Il faut cependant quelque candeur pour voir dans cette tricherie à grande échelle, parfaitement calculée, la marque de la bêtise plutôt que celle d’une logique consubstantielle à la défense des "intérêts" de l’industrie automobile. Celle-ci a adopté très précocement un discours publicitaire totalement mensonger sur la voiture écologique, qui nettoierait même l’environnement, à l’en croire. Comme il est impossible d’y parvenir dans les faits, on ne peut s’étonner que les constructeurs aient choisi de bricoler le thermomètre pour nettoyer les chiffres.

« Au-delà de VW, tous les constructeurs allemands essaient d’imposer la technologie diesel aux États-Unis, où ce carburant est minoritaire. En faisant campagne… sur le thème d’un moteur "propre" », note Le Monde (voir la publicité pour le "clean diesel" d’Audi). Comme il est difficile d’imaginer que seul ce constructeur a pensé recourir à un tel artifice, il faut espérer que des investigations seront menées auprès des autres fleurons du secteur. Particulièrement en France, où la "diésélisation" du parc automobile a été menée à marche forcée, et où désormais l’on bat des records de pollution aux particules fines. Selon Challenges, "Volkswagen n’est sans doute pas le seul à tricher").

En résumé, un constructeur automobile (au moins), un des plus prestigieux, a sciemment truqué ses véhicules pour faire croire qu’ils sont infiniment moins polluants qu’en réalité. Cette manipulation dit quel degré de malhonnêteté peuvent atteindre les multinationales pour continuer à mettre massivement en danger la santé des populations, si la santé des populations est contraire à leurs intérêts. Elle dit aussi à quel point il est temps de mettre à jour le système par lequel les pouvoirs publics les protègent en se mettant à leur service plutôt qu’à celui des citoyens et de la santé publique. Un système qui ne devrait pas être seulement dévoilé par les scandales, mais combattu à la racine.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Sans compter que lorsqu’on achète du diesel dépollué et qu ’on paie plus cher à la pompe. Tout les déchet de cette dépollution" est ajouté au fioul lourd que consomme les cargo en haute mer, au delà de la zone économique européenne.

    Belle foutaise, non ?

    La Renaudie Le 22 septembre 2015 à 11:50
  •  
  • Fallait pas être un peu niais pour croire au diesel propre ? Beaucoup de voitures diesel récentes émettent des gros nuages de fumées noires à l’accélération. Nuages qui noircissent misons de ville et bâtiments publics. Et poumons par la même occasion. Et la France comme d’habitude champion du diesel a servi de déversoir.

    totoLeGrand Le 22 septembre 2015 à 15:37
  •  
  • Finalement, nous vivons dans une société cohérente, une société néolibérale.

    Il est tant de responsabiliser les personnes sur leurs choix et leurs actions et d’arrêter de toujours accuser le système. Le système n’existe que par l’être humain - qu’on soit producteur ou consommateur, on est un être humain agissant et particulièrement en démocratie.

    La Renaudie Le 23 septembre 2015 à 08:16
       
    • Je crois que tout ça n’a rien à voir avec le libéralisme (cf pollution dans l’ex URSS). Et la preuve qu’il y a quand même des contrôles dans une société néo-libérale et que les tricheurs se font ratrapper.

      totoLeGrand Le 24 septembre 2015 à 02:24
  •  
  • Le diesel est par définition polluant ! Qu’on arrête avec cette hypocrisie !! Les tests antipollution sur les voitures sont tous bidonnés depuis des années !

    franck Le 23 septembre 2015 à 14:38
  •