Accueil > Politique | Par Jérôme Latta | 3 octobre 2016

Primaires de tous les vices

La séquence électorale va être terrible, affrontons-la avec nos armes et marchons vers la débâcle dans la bonne humeur. Dans cet épisode : le surmoi de Mélenchon, Sarkozy qui sent le fauve, le clash entre l’humour et la politique, etc.

Vos réactions (29)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Un surmoi pour insoumis

Cette semaine sur Regards, André Chassaigne a en quelque sorte répliqué à Éric Coquerel sur la question d’une candidature de la gauche de gauche. Le débat se cristallise évidemment autour de celle de Jean-Luc Mélenchon – à croire qu’il le fait exprès – et autour du "rassemblement". Résultat : tout le monde s’est divisé. D’un côté, ces salauds de cocos mélenchophobes qui se compromettent avec ces salauds de socialos pour sauver leurs mandats ; de l’autre, ces mélencholâtres irresponsables qui cautionnent les dérives égotistes de leur leader. On a de l’énergie, à gauche. Presque exclusivement pour se déchirer, mais ça force l’admiration. Même les lambeaux, il faut les lacérer. Et quand il ne restera que des fils, on les coupera en quatre.

Il est vrai que pour rassembler (ou moins cliver), il faudrait que Mélenchon y mette du sien. Et moins de soi. Qu’il apprenne à s’effacer, qu’il comprenne qu’en dehors de son fan-club, personne n’a envie qu’il – lui candidat – démontre la singularité de ses opinions sur tout et n’importe quoi. Il lui manque quelqu’un pour lui taper sur l’épaule au moment où il s’apprête à faire son intéressant. « Non, Jean-Luc, pas la Syrie. » « Wop hop hop, le pain des Français, t’es gentil mais t’évites. » « Nos ancêtres les Gaulois, on s’en fout et c’est pas le moment, merci. » Il lui manque un surmoi, en fait.

Entendu (au Parc des Princes)

« Di Maria, il n’y a que Sarkozy pour enchaîner plus de mauvaises passes que lui. »

Sarkozy, fauve qui peut

Nicolas Sarkozy a donc encore plein d’ennuis. De vieux ennuis, qui remontent à la surface comme des corps mal lestés. Coup sur coup, un Envoyé Spécial sur Bygmalion, le livre de Patrick Buisson et les carnets de Choukri Ghanem. Ce n’est pas très charitable de contrarier sa campagne 2017 avec celles de 2007 et 2012 : un homme qui a si souvent "changé" ne devrait pas être tenu responsable de ses agissements passés. Heureusement, il a encore des défenseurs invétérés. Comme Catherine Nay, qui a une méthode simple : elle ne veut rien savoir. L’éditorialiste, deux jours auparavant, avait signé une chronique extatique sur le retour du « fauve Sarkozy ».

Mur du son

L’adversité est forte contre Donald Trump, qui a même mis en cause le micro de son débat avec Hillary Clinton.



Dialogue moral

« Évoquer l’interpellation du fils de Valérie Pécresse en possession de cannabis, c’est malhonnête et c’est mettre la vie privée sur la place publique.
– Entièrement d’accord. Mais vu ses énormités sur le dépistage du cannabis dans les lycées, j’ai quand même bien rigolé. »


Humour vs politique : match nul

Les temps sont certes difficiles pour elle, mais la gauche radicale est un peu fâchée avec l’humour. Aussi faut-il accueillir avec bienveillance cette nouvelle inattendue : Danielle Simonnet, la remuante élue Front de gauche de Paris, va donner trois représentations d’un one-woman show au théâtre Clavel à Paris. Intitulé Uber. Les Salauds et mes ovaires, elle y « confronte ses rêves de petite fille à la réalité de ses engagements politiques actuels ». Enfin une vraie prise de risque au Parti de gauche.


Le crossover entre l’humour et la gauche est décidément de mise, puisque vendredi, Anne Roumanoff recevait Pierre Laurent dans son émission sur Europe 1. « J’aime bien me marrer, j’aime bien me détendre », a annoncé d’emblée l’invité, mais sans promettre de faire rire : c’est bien de connaître ses limites.

L’humour de droite, c’est compliqué aussi. D’abord, le "sketch" de Fabrice Éboué sur Facebook, en direct de sa voiture pendant la Journée sans voiture (c’était du comique involontaire), auquel Anne Hidalgo avait assez efficacement répliqué. Ensuite, la blague de Michaël Youn sur les impôts – ni de lui, ni drôle. Cette fois, ce sont Axelle Lemaire et Cécile Duflot qui se sont chargées de claquer ce beignet. Dommage de se demander, à chaque fois que des politiques sont un peu drôles ou pertinents, s’il faut en attribuer le mérite à eux-mêmes, ou à leurs conseillers.


François Fillon, Son of Anarchy

Attention, il ne s’agit pas de se moquer des croyants – leurs églises s’en chargent. Mais rien ne pouvait modérer le potentiel comique des images de François Fillon, en visite dans un temple sikh de Bobigny, coiffé d’un turban lui donnant des allures de Droopy devenu Biker. Une figure de carême dans une situation imprévue : Fernandel en avait fait, jadis, l’essence de son comique.

De tous les détournements d’image, on retiendra celui de @GuillaumeTC, qui envoie le très à droite candidat aux primaires dans les bras de Mike Muir, le chanteur du groupe Suicidal Tendencies. Dont le titre phare est You Can’t Bring Down : une bonne devise pour François, et une piste pour rivaliser avec Jean-Luc remixé façon PNL.



Le titre de la semaine

Vos réactions (29)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • On peut reprocher beaucoup de choses à Jean-Luc Mélenchon et parfois avec raison, il en fait trop pour certains et pas assez pour d’autres, certains propos maladroits ou excessifs, ces rodomontades contre les journalistes, mais on ne peut pas lui reprocher son engagement dans cette campagne électorale. Latta pourrait en prendre exemple. Il déglutirait moins de propos abjectes.. Les 12 à 15 % d’électeurs qui pourraient mettre un bulletin « mélenchoniste » savent bien qu’ils se sont faits couillonner depuis assez longtemps par le PS. Point barre ! Monsieur Latta, c’est finit. Mettez-vous bien ça dans la tête. Vous pouvez gémir, le regrettez, faire votre « caca nerveux ». Ça ne changera rien. De ce côté les dés sont jetés. Et surtout ne vous inquiétez pas de l’hygiène mentale des Insoumis. Inquiétez-vous plutôt de vos frustrations. Seraient-elles mauvaises conseillères ? Intéressez-vous plutôt au contenu des projets au lieu de ce qui se dit dans les vestiaires du Qatar Parisien. Mélenchon est Trotskiste, Mitterandien, Poutinien, Bachariste, populiste…

    Le PCF se cherche encore, joue la montre, est incapable d’avoir une ligne cohérente à un peu plus 6 mois de l’élection. Notons que parmi leurs militants et électeurs beaucoup ont rejoint la seule alternative actuellement crédible à Gauche Jean-Luc Mélenchon. Monsieur Latta lui vomit des insanités. C’est son droit. On ne lui demande rien. Il votera bien pour qui il veut. Hollande ou Montebourg ou un candidat communiste. Au train ou il va, Monsieur Latta ne tardera pas à traiter Jean-Luc Mélenchon de National Populiste comme un certain nombre d’éminents responsables PCF.

    Le PCF (sa structure) est résigné à ne pas mener la campagne des présidentielles 2017 (certains ne l’avaient déjà pas fait en 2012 comme dans mon département) ou a minima pour paraître sur la photo. Il attend de savoir de quel côté le vent de la primaire socialiste va tourner. Jean-Luc Mélenchon n’est pas leur premier choix, dont acte. Ne pas appeler à voter pour lui, on peut l’entendre, mais pas le comprendre. Mais aller au-delà pour lui nuire, c’en est de trop, c’en es trop monsieur Latta. Nous voulons encore croire que le programme de 2012 l’humain d’abord n’est pas au fond d’un tiroir ou dans la poubelle.

    De notre côté, il ne nous reste qu’à avancer, sans se retourner. Rendre coup pour coup lorsque cela s’impose. On comptera à la fin. Dans notre cas, le joueur Latta se comporte comme Platini : un mauvais joueur, sans fond de jeu et un peu malhonnête. Carton rouge !

    Rodriguez Insoumis Le 3 octobre à 20:09
       
    • [ce qui suit est valable pour la majorité des réactions ci-dessous]

      Ainsi, une critique – très largement partagée parmi les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon, formulée sur un ton léger mais qui exprime une inquiétude pour sa campagne et ses résultats – déclenche-t-elle anathèmes, procès d’intentions, interprétations binaires et contresens… Ce n’est en rien une surprise, mais cela illustre parfaitement la stérilité des affrontements entre mélencholâtres et mélenchophobes que j’évoquais justement dans cette chronique (laquelle a bien entendu été réduite à ce seul point).

      Les supporters hardcore de JLM devraient comprendre qu’une écrasante majorité de ses électeurs potentiels se contrefoutent ou déplorent amèrement ces affrontement rituels et stériles entre ces deux camps intégristes. Que ces électeurs potentiels souhaitent simplement que Mélenchon (ou tout autre candidat) les représente plus qu’il ne se représente lui-même, et donc fasse l’effort de se départir de l’affirmation de sa singularité personnelle – à son propre détriment.

      À la gauche de la gauche, nous autres non-alignés – bien plus nombreux et seuls à même d’offrir à Mélenchon (ou tout autre candidat) un succès électoral un tant soit peu significatif – voulons de l’élan, de l’espoir, des idées, des convergences, un projet. Pas ces imbéciles guérillas de chapelles qui traduisent l’étroitesse de votre vision politique et surtout l’impuissance à laquelle vous voulez tous nous condamner.

      Jérôme Latta Le 4 octobre à 11:17
    •  
    • Ha, parce que vous les melenchonistes, même l’humour c ’est interdit ?

      Putaing, vous me faites froid dans le dos. Vous me faites penser à la Corée du Nord. Latta à fait un très bon article rigolo. Il est pas méchant avec Chonchon.

      bdpif Le 4 octobre à 11:21
    •  
    • On voit la paille dans l’œil de son voisin, mais pas la poutre dans le sein. Qu’il ne soit pas étonné notre ami Jérôme Latta que ses propos puissent faire également l’objet de critiques surtout lorsque le débat qu’il réclame lui donne le droit d’avoir la dent très dure (c’est le moins que l’on puisse dire) contre Jean-Luc Mélenchon. Le voilà plus doucereux notre Jérôme. Il n’en est pas encore à faire amende honorable puisqu’il reconnaît : » s’il est permis – j’insiste : en tant qu’électeur potentiel (dis-nous pour qui tu votes, je te dirais qui tu es) d’adresser des critiques relatives (si ses critiques n’étaient que relatives, je n’ose penser ce qu’elles seraient si elles avaient été valeurs absolues) à sa campagne et à ses propos, sans être automatiquement renvoyé dans le camp de ses contempteurs… (Monsieur Jérôme Latta, à partir du moment où vous vous êtes engagé sur le chemin de la polémique crasse, attendez-vous à ce que nous autres avec « notre étroitesse d’esprit », nous autres les «  mélencholâtres irresponsables qui cautionnent les dérives égotistes de leur leader » comme vous le dites, nous répliquions à la hauteur et au niveau de vos insinuations déplacées pour ne pas dire blessantes. Que l’on ouvre le débat bien évidemment (le projet est sur le site de Jean-Luc Mélenchon) mais avec des mots et pas des insultes ou des insinuations comme vous le faite. Et en matière de pensée binaire, Monsieur Jérôme Latta est sans gêne, aucune, lui qui envoie des volées de bois vert comme par exemple : « Qu’il apprenne à s’effacer, qu’il comprenne qu’en dehors de son fan-club, (merci pour eux, les 130 000 insoumis) personne n’a envie qu’il – lui candidat – démontre la singularité de ses opinions sur tout et n’importe quoi ». Il faut une sacrée dose de mauvaise foi pour vouloir maintenant tenter de faire passer ses propos comme nécessaires au débat, propos plus proche des discussions de comptoir que du débat contradictoire.
      Et de renchérir, comme si Jérôme Latta voulait s’en tirer par une pirouette d’un citoyen en pleine incertitude, je cite : « Pas ces imbéciles guérillas de chapelles qui traduisent l’étroitesse de votre vision politique et surtout l’impuissance à laquelle vous voulez tous nous condamner ». Nous autres, nous ne condamnons personne. Il semble bien que vous vous condamnez vous même à l’errance. Nous n’obligeons personne à voter Jean-Luc Mélenchon. Nous déployons notre stratégie qui n’est pas la vôtre. Ce qui ne vous donne pas le droit de nous traiter de fan-club et autres qualitatif tout aussi irrespectueux, de travestir les propos de Jean-Luc Mélenchon et de participer à cette campagne de dénigrement soft (TSM Tout Sauf Mélenchon). Qui dans cette affaire a allumé la mèche ? N’est-ce pas vous Monsieur Latta. Vous voulez maintenant apparaître le pompier alors que vous avez été le pyromane. On le sait maintenant, le joueur Latta joue au centre (non-engagé comme vous vous présentez) et qu’il met parfois des buts contre son camp. Il se peut même qu’il pourrait changer de club avec ses millions de supporters non-engagés chercher fortune chez les… Poutiste (Poutou), Chassaigniste, Laurentiste, Montbourgriste… et des belles et des meilleurs. Qu’à cela tienne.
      On regardera votre prochain match avec impatience pour connaître enfin le nom de votre capitaine. Il se pourrait alors que les masques tombent et que la messe soit dite. Nous souhaitons nous tromper.

      Rodriguez Insoumis Le 5 octobre à 09:53
    •  
    • A X moi de l’élection restons prudent, pour le moment il bénéficie de la notoriété de la campagne de 2012, l’élection présidentiel n’est pas la préoccupation la plus présente dans la tête des gens, soyons prudent, on ne connait pas la liste des participants, et la mise en avant 130 000 "insoumis" pour moi 130000 clicqueurs ne remplaceront les militants du quotidien

      GAVALDA Le 5 octobre à 12:25
  •  
  • par les temps qui courent,l’humour,le rire, la joie sont des valeurs a préserver coûte que coûte et que Regards s’en préoccupe me réjouit, mais où est l’humour dans ce billet minable ? l’auteur montre surtout son hostilité à peine larvée envers J L Mélenchon. C’est son droit mais ce n’est sans doute pas le lieu le mieux approprié !
    Mais, me direz vous ce n’est pas méchant ! Certes, les propos ne sont ni diffamatoires,ni immondes,ni même haineux, mais,n’étant pas non plus humoristiques, ils n’en rejoignent pas moins, le flot d’injures et d’ordures en tous genres qui ne va cesser de grossir à l’approche de 2017. Ils participent, qu’on le veuille ou non de la confusion des idées.
    Mr Latta n’aime pas Mélenchon c’est clair mais qu’il latta...que dans les colonnes de Regards me déçoit .
    Jale.

    lelièvre Le 4 octobre à 09:10
  •  
  • Êtes-vous le Jérôme Latta du "fan-club" footballistique ?
    Si oui, merci de répondre à cette question : rédigez-vous vous-même vos papiers ou en confiez-vous la rédaction à Ribéry ou Benzema ?

    François 70 Le 4 octobre à 10:03
  •  
  • Les sympathisants ps anti Mélenchon sont cohérents, il représente un danger potentiel et il faut le mettre HS.

    Les lcr, npa, lo sont aussi fidèles à leur rôle qui était autrefois de gratter des points au parti communiste (et aussi à la CGT avec FO), puis ensuite d’empêcher la création de tout nouveau mouvement révolutionnaire ou réformiste prétendant à l’hégémonie.

    La direction du PCF, qui avait remonté à l’époque de Marie-George Buffet, revient à la version Robert Hue ; bientôt un défilé dolce et gabana au colonel Fabien ?

    Bref, les réactionnaires de gauche font le boulot pour que tout change et que rien ne change..
    Tout est réuni pour soutenir le seul mouvement qui avance ; celui de Melenchon.

    Claude Le 4 octobre à 10:15
  •  
  • Cet article de Latta correspond bien à ce qui va suivre ... Une suite d’attaques continuelles ... Je ne me fais pas d’illusions. Pour ces messieurs, il faut que Mélenchon fasse le plus petit score possible à la Présidentielle pour que des candidats communistes aux législatives puissent faire de meilleurs résultats (financement du PCF), ou quelques fois être élus ! Car pour beaucoup d’électeurs, aujourd’hui, PCF = PS !

    Si la direction du PCF finalement soutient la candidature de Mélenchon, ce sera comme pendant les Européennes dans ma région. La candidate n’était pas communiste alors que la sortante l’était ! Il ne l’ont jamais digéré, et les affiches, dans beaucoup d’endroits, ils les ont arrachées ou recouvertes des affiches PCF sans rapport avec l’élection.
    .
    J’espère donc que la direction du PCF décidera de ne pas soutenir Mélenchon. Ce sera plus clair pour tout le monde. De toute façon, ils sont certains que leurs candidats à la Présidentielle et aux législatives seront devant les insoumis ! Si, si, ce sont les sondages (qui ne veulent rien dire) qui le disent !
    Quant aux vrais communistes, ils ont complètement leur place parmi les insoumis.
    Le programme "l’Avenir en commun" est maintenant disponible sur jlm2017.fr

    Pierre Magne Le 4 octobre à 10:34
       
    • Bonjour monsieur Pierre Magne, ecoutez, je n’arrive pas à le trouver votre programme. j’ai beau chercher sur le site de Melenchon, je n’y arrive pas. il est où ce programme ?
      Pourriez nous nous mettre un lien tout simplement ? Cordialement.

      bdpif Le 4 octobre à 11:27
    •  
    • Vous vous connectez à jlm2017.fr.
      Ensuite vous cliquez sur j’appuie la candidature de Mélenchon.
      Vous donnez votre e-mail ... Et vous cliquez sur j’appuie. Ensuite vous pourrez lire le les 7 chapitres du programme en cours de validation par les signataires. A la fin pour pourrez accepter le programme, le refuser ou vous abstenir. Donc le lire ne vous engage à rien.
      Personnellement je l’ai lu et je l’ai accepté.
      Il y aura discussion et vote par ceux qui ont été retenus pour les 15 et 16 octobre à Lille.
      Dans les semaines suivantes ce programme sera diffusé largement sous forme de cahiers par sujet.
      Recontacter moi si vous avez un problème pour y accéder.

      Pierre Magne Le 4 octobre à 17:28
    •  
    • Ok, j’ai fait comme vous m’avez dis, je me suis inscrit. Vous avez donc une signature de plus pour la candidature de Jean Luc Melenchon, mais je n’arrive toujours à aller sur la page des programmes, je tombe sur cette page, mais personne ne me demande si j’accepte ou pas. Nous parlons bien de la même page ? http://www.jlm2017.fr/le_projet

      bdpif Le 4 octobre à 17:44
    •  
    • C’est vers la fin du chapitre 1 du programme "l’Avenir en commun" ,que se trouvent les choix : j’accepte, je refuse, je m’abstiens

      Pierre Magne Le 5 octobre à 15:34
    •  
    • Bonjour, monsieur Magne,
      tout d’abord, un grand merci pour votre cordialité, la politesse, et le temps dont vous faites preuve.

      Je me suis donc inscrit sur le site de Jean Luc Melenchon, et pour lire, le projet, j’ai donc été obligé de lui donner mon soutien pour sa candidature avant de lire le projet. Cà commence donc mal, j’ai déjà l’impréssion de m’être fait escroquer. Passons. Ils se sont plantés avec mon mot de passe, j’attends qu’ils m’en renvoie un pour lire le projet. Cordialement.

      bdpif Le 5 octobre à 16:49
    •  
    • Je vous garanti que vous aurez accès au programme. Vous ne vous êtes pas fait escroqué car quand vous y aurez accès vous pourrez, si vous le jugez bon, le refuser. Je ne sais pas moi non plus communiquer avec la messagerie regards, je suis un vieux ! Je ferai des essais la semaine prochaine. Amitiés. Pierre Magne.

      PS : je vous connais car je lis les commentaires dans l’Huma. Mais ayant quitté le PC depuis longtemps je ne commente pas !

      Pierre Magne Le 5 octobre à 17:34
    •  
    • Ensuite, deuxième problème, chapitre 1, soit on clique j’aime pour cautionner tout les Points du chapitre, soit on est pas d’accord avec tout le chapitre ?

      Voilà, bon les financements pour faire tout ce qu’il dis , il và les trouver où l’argent ? Augmentation du smic, des fontionnaires, toussa, toussa ? Mystère.

      Et je décroche au chapitre évoquant la Syrie.
      Je m’excuse, mais dans la suite du printemps Arabe, le peuple Syrien à choisi de se battre pour récupérer la démocratie, Hollande et Obama ont voulu faire militairement ce qu’il fallait pour dératiser le pays d’Assad, meurtrier de son peuple (et je milite pour la syrie depuis 5 ans) et aider le peuple ils en ont étés empéché par la Russie et la chine, donc il veut changer de moyen d’action ? Comment ? Je crois deviner, tout simplement en soutenant la Russie, et donc Assad. Allez, je décroche. Et vous savez pourquoi ? Mon grand père était commandant des collones Durruti en Espagne contre Franco, Blum voulait les aider mais pas la gauche radicale comme Herriot, le programme nous fait la même chose, on aide pas les rebellles, et on soutient les autres, Assad, l’équivalent de Franco. J’essaie de désinscrire mon soutien à Melenchon et je ne peux plus Je me suis donc fait escroquer. Et vous aussi Monsieur Magne, vous vous êtes faites escroquer, car pour présenter le programme des insoumis , vous avez soumis quelqu’un à donner son soutien à Melenchon. Cordialement

      bdpif Le 5 octobre à 17:35
  •  
  • JOURNAL D’UNE CURÉE DE CAMPAGNE !

    Au moins Latta ne cache pas ses sentiments ! Titre ignoble !
    Il participe à la curée contre Mélenchon et les Insoumis !

    Pierre Magne Le 4 octobre à 10:40
  •  
  • [A Jérôme Latta]

    Je comprends les réactions des supporters de JLM à votre article.

    Il est vrai qu’on aimerait lire un tant soi peu de soutien à JLM et la France Insoumise dans ces colonnes. Dur, dur ! Non, vous préférez ironiser et faire de l’humour, pas méchamment certes, la critique est douce, mais c’est encore de la critique, qui plus est infondée selon moi.

    Que JLM continue de parler de la Syrie, du pain des Français qu’on vole et qu’il débatte avec Sarkozy sur France 2. Ca me va. Tout ça fait partie du débat public.

    Et puis qu’on arrête deux minutes avec son ego... S’il ne se représentait que lui-même, il n’y aurait pas "la France Insoumise".

    Franchement à gauche, vous n’en avez pas marre de taper du matin au soir sur la seule chance qu’on a ? A quoi ça rime ?

    Vous voulez parler projet, vision, etc.? Et bien faites-nous un article là-dessus, plutôt que ces histoires de surmoi...

    fred Le 4 octobre à 12:16
       
    • Merci de la mesure de votre commentaire. Mais on parle ici d’un paragraphe, dans une chronique qui aborde d’autres sujets, sur un site qui propose bien d’autres articles dont la teneur à l’égard de Jean-Luc Mélenchon peut aussi être bienveillante.

      Dès lors, la question est bien de savoir s’il est permis – j’insiste : en tant qu’électeur potentiel – d’adresser des critiques relatives à sa campagne et à ses propos, sans être automatiquement renvoyé dans le camp de ses contempteurs, sans être accusé de toutes sortes d’arrière-pensées complètement imaginaires et parfaitement ridicules (conformément à la grille de lecture aussi binaire qu’étroite que j’évoquais). De manière très systématique, beaucoup de commentateurs de nos articles déduisent d’éléments particuliers de grandes vérités définitives sur le positionnement de notre média (quitte à nous prêter successivement des positions complètement contradictoires). Et semblent ainsi incapables de concevoir que Regards puisse exprimer des points de vue divers, non-univoques.

      Encore une fois, l’enjeu me semble suffisamment important pour que le débat et les critiques soient autorisés. Ce que je pointe dans cette chronique, même sur un ton léger, est quelque chose qui pose objectivement problème à bien des personnes qui ont pourtant toutes les raisons de se reconnaître dans le projet des Insoumis. Des personnes infiniment plus nombreuses que les "ultras" de ces deux camps retranchés dans leurs bourbiers respectifs. Il me semble qu’adopter des comportements aussi sectaires (je ne parle pas du vôtre) rend un très mauvais service non seulement à JLM, mais aussi au projet politique vers lequel nous devrions converger.

      Jérôme Latta Le 4 octobre à 12:56
    •  
    • Mélenchon c’est 10 fois plus de soutiens que d’électeurs inscrits à la primaire de EELV. Un homme seul qu’on vous dit.

      Francis Le 4 octobre à 19:12
  •  
  • Bilan "mesuré" outrancier ;

    Pendant le quinquennat, hollande a fait avancer le programme de réformes structurelles exigé par le patronat français et les multinationales bien plus efficacement que sarkozy.

    Avec la loi El khomri il a été épatant, très efficace.

    Problème ; il est devenu très impopulaire.
    Les classes dirigeantes doivent changer de cheval, celui-là n’a pas vraiment le charisme d’un Obama.

    Elles ont aujourd’hui* déniché 2 poulains pour continuer à réformer ; macron ou juppé c’est à dire giscard ou giscard … (sauf que pendant la période giscardienne il y avait encore un puissant parti communiste qui défendait les salariés). La campagne de presse qui va être mis en branle pour les vendre comme les plus compétents va être redoutable, rappelez vous la mise en route médiatique du phénomène DSK avant l’arrestation à New york.

    Alors qu’est ce que la gauche d’opposition propose ?
    On continue à s’engueuler ?

    * Aujourd’hui parce que demain, qui sait ? ce seront peut être vals ? le pen ?
    Un mouvement social vraiment puissant, des nouveaux crimes de masse terroristes pourraient les faire changer d’avis.

    Claude Le 4 octobre à 14:38
  •  
  • Mais qui se cache donc derrière Rodriguez l’insoumis ?
    Le style, la virulence, le "nous", le choix des mots ("propos abjectes"...) , l’invective personnelle, la leçon, la violence du propos !!!
    On croirait du JLM pur jus.
    Est il possible qu’un autre que lui utilise le même style ?

    Soutient total à Jérôme Latta (pour une fois) face à ce déferlement de haine, qui ne fait qu’appuyer l’analyse qu’il fait dans cet article.

    Thomas Le 4 octobre à 16:39
       
    • @Thomas Je ne me cache pas contrairement à vou. Rodriguez, est mon nom et Insoumis je le suis. Je soutiens Mélenchon avec enthousiasme comme 130000 Insoumis et entre 12 et 15% de potentiels électeurs.
      Jérôme latta dans ses propos a dépassé les bornes de l’indicible. Ne pas s’étonner qu’il y ait un retour de battons. Vous cautionner. C’est votre droit. Moi pas.
      Non, ce n’est pas Jean-Luc qui a écrit ce texte. Me comparer à lui n’honore. Je n’ai pas son talent.

      Rodriguez Insoumis Le 4 octobre à 21:18
  •  
  • [A Thomas]

    Déferlement de haine, il ne faut pas exagérer. Le JLM-bashing, moi aussi j’en ai assez.
    Déferlement de haine, il vient plutôt de votre fait.

    [A J Latta]
    La critique est permise, heureusement. Mais j’aimerais qu’elle soit un tant soit peu constructive.

    Imaginez une seconde que JLM n’ait pas ses parrainages. Je ne sais pas si c’est possible, mais imaginez. On mettrait qui à la place ? Voilà la gauche dans de bien mauvais draps.

    Personnellement, les 2-3 choses que vous pointez et qui selon vous posent problème "à bien des personnes", ne me posent aucun problème. Il représente le mieux les idées auxquelles je crois et il est seul capable à mon avis de les amener au second tour.
    Il faut savoir prendre du recul et regarder les choses en face. (je ne dis pas ça pour vous). JLM devrait remporter l’adhésion de tous les électeurs qui ont un peu le cœur à gauche. Je le répète : c’est notre seul chance pour cette élection.

    Pour la prochaine (2022), je doute que JLM se représente une troisième fois (Paris Match : "la campagne décisive de (sa) vie politique"). Le PCF aura donc tout le temps de se trouver un bon candidat (moi aussi je sais faire de l’humour).

    Sinon continuez, sur Sarkozy ou Pécresse c’est facile mais ça marche quand même. :)

    fred Le 4 octobre à 17:07
  •  
  • Il y a 2 éléments dans la France insoumise :
    1/ le candidat, Mélenchon,
    2/ le programme.
    .
    1/ vous ne parlez que du candidat, qui visiblement ne vous plait pas. Je ne développerai pas ce point que vous abordez sans cesse et de façon extrême. Nous sommes tant attaqué sur la personne de Jean-Luc Mélenchon de tout côté, que nous ne supportons plus ces ironies, ces plaisanteries (souvent de mauvais goût). J’utilise à dessein des mots qui minimisent la nature réelle de vos propos.
    .
    2/ mais vous ne parlez jamais du programme ? Vous pouvez le lire aujourd’hui, bien qu’il n’ait pas encore reçu la validation des signataires et la discussion et le vote de ceux qui vont nous représenter à la réunion des 15 et 16 octobre à Lille.
    .
    C’est le programme des insoumis qui est la cause de votre opposition au candidat, Mélenchon.
    .
    Attaquer sur le programme dévoilerait en effet vos objectifs, garder le nucléaire, garder le productivisme, garder la 5ème ... Il est bien plus facile de lancer la curée comme vous dites en reprenant tous les arguments que l’on dit ou écrit sur Jean-Luc Mélenchon depuis plus de 5 années. Votre titre est ignoble et résume bien ce que vous avez décidé de faire et ce que vous faites.

    Pierre Magne Le 4 octobre à 18:05
  •  
  • Le problème sur ce champ de ruines que certains continuent de nommer la GAUCHE, c’est qu’ils ne savent plus à quel "saint" se vouer. Persuadés qu’ils étaient qu’inévitablement ceux-ci ne pouvaient pas gagner car même une chèvre battrait Hollande, ils ont commencé par dire qu’ils étaient ouverts à une primaire large de toute la gauche de Mélenchon à Macron en passant par Valls et Hollande. Puis ils ont réfléchi et ben non pas Macron et pas Valls et Hollande, on ne sait jamais, au cas ou. Alors la danse du ventre des "frondeurs" a débuté ? On y va ou pas ? Oui, non, OUIIIIII. Ha, pas tous. Montebourg a fait monter la pression, qu’on en pouvait plus. Primaire or not primaire. Ok, j’y vais. Les écologistes tout pareil, ils espéraient Nicolas Hulot (qu’ils avaient méthodiquement détruit en 2012) Il n’y va pas. Même pas mal, on va faire notre petite (toute petite) primaire rien qu’à nous. Vous imaginez le séisme politique. 17 000 inscrits dont environ 5000 d’office, les adhérents restants à EELV. Donc, ça ne fonctionne pas comme on avait tout bien prévu avec Dany et les autres. La direction du PCF ne sait plus sur quel pieds danser. Si quelqu’un arrive à expliquer ce que veut Pierre Laurent, je suis preneur. Un socle commun, soit mais commun à qui ? Le seul qui a compris que la gauche est en crise profonde et qu’il faut résolument passer à autre chose, c’est JL Mélenchon. P....... il va ou celui-la ? Plus de tractations entre appareils mais un appel direct aux citoyens. Populiste, pardon national populiste. Non, égocentrique national populiste. Adepte du solo, démago, mégalo, pédalo, non pédalo c’est l’autre, celui pour qui j’avais voté en 2012. Bref on ne sait plus à quel saint se vouer, sauf que ça ne peut pas être St Jean-Luc. Mais c’est bien sur, voila, le socle commun de Laurent, c’est TOUT SAUF MELENCHON.
    Et puis on verra bien ce qui sortira de la primaire du PS. Il sera toujours temps de se déterminer trop tard.

    Francis Le 4 octobre à 19:46
       
    • Le problème essentiel à gauche, est qu’elle ne sera pas présente au second tour. Et elle le sait, alors elle se débat, dans tout les sens pour donner l’impréssion qu’elle n’a rien à se reprocher, qu’elle n’a rien à voir avec le fait qu’elle ne soit pas arrivé à convaincre les electeurs. Alors elle occupe le temps d’attention à se quereller, "C est pas ma faute, c ’est la faute à l’autre" "Non, non, c ’est plutôt la faute à l’autre"

      bdpif Le 4 octobre à 20:02
  •  
  • Bonjour,
    On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui !
    C’est une curée effectivement, et c’est là que ce n’est plus drôle du tout.
    A nouveau la France Insoumise est réduite au soit disant égo de Jluc Melenchon, il est certain qu’il faut effectivement pas mal de courage et de confiance pour avancer comme il avance malgré cette curée. C’est cela qui dérange ses anciens camarades, alors on dit qu’il à un fort égo ! Pendant ce temps là les autres, de réunions en réunions, calculent comment s’en debarrasser, et ça dure depuis des mois. Déformation des propos en les sortant du contexte, obsession dans la recherche de chaque petite phrase qui pourrait lui nuire, tribune largement ouverte aux faux frondeurs qui se rangent dans les primaires PS. Bref, Hulot a déclaré que Melenchon et les Insoumis ont le programme écologiste le plus abouti, nous avons à enrichir bien des choses encore sur l’Europe que nous voulons construire, sur la 6eme Republique, sur les conditions de travail, les filières créatrices d’emplois. Alors l’humour a 3 balles de certains, si ça les amuse ! Nous, nous avons un autre objectif, plus sérieux certes, mais plus fraternel, plus solidaire, et nous avons l’avenir en commun !

    jean Vareck Le 5 octobre à 07:04
       
    • Présidentielle : Mélenchon ou pas Mélenchon ? (Hors-Série)
      Par la rédaction le 04/10/2016 - 17h27 - Hors Série

      Que faire de la présidentielle quand on est (vraiment) de gauche ? Cette semaine, dans Hors-Série, Judith Bernard pose la question à ses deux invités Christophe Aguiton et Laurent Lévy. Le premier, militant syndical, est signataire d’un appel à faire Front Commun en soutien àla candidature de Jean-Luc Mélenchon. Quant au second, membre du mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire Ensemble !, il voit dans cet appel "une coupable résignation" comme il l’explique dans une tribune publiée sur le site Contretemps.

      Selon Lévy, "prétendre que faire de la politique soit nécessairement prendre parti pour un candidat dans une élection est une imposture que nous avons dépassé depuis tellement longtemps que j’ai dû mal à comprendre qu’on en parle encore dans la gauche radicale". En effet, concède Aguiton, faire de la politique ne se limite pas à ça, mais c’est un peu ça aussi. Ce dernier ne voit pas le Front commun autour de Mélenchon comme une résignation mais comme une façon de se positionner dans le rapport de force électoral.

      >> Pour regarder en intégralité le débat entre Christophe Aguiton et Laurent Lévy, c’est ici : A gauche de la présidentielle.

      Ferdinand14 Le 5 octobre à 11:04
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.