photo cc Marie-Lan Nguyen
Accueil > Politique | Par Manuel Borras | 19 octobre 2016

Primaires EELV : Cécile Duflot KO au premier round

Énorme surprise lors de la primaire d’EELV : Cécile Duflot est éliminée dès le premier tour. Si elle pense avoir cerné dans ce vote « la volonté d’écrire une nouvelle page de l’écologie politique », c’est plutôt de son crépuscule qu’il est question.

Vos réactions (51)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’échec est cuisant pour Cécile Duflot, et la surprise de taille. Alors que son équipe de campagne pensait parvenir à la qualifier dès le premier tour des primaires d’EELV, l’ancienne secrétaire nationale, arrivée en troisième position avec 24,41% des votes, est éliminée. Yannick Jadot (35,61%) et Michèle Rivasi (30,16%) se disputeront la candidature à la présidentielle le 7 novembre prochain.


L’échec d’un projet d’écologie politique

Depuis sa prise de fonction il y a dix ans, Cécile Duflot incarne le projet d’écologie politique porté par son mouvement, initié à l’époque de la gouvernance Voynet. Après une première période de succès, EELV est ensuite entré dans la crise, entre scores électoraux décevants, divisions internes, gestion contestée car désignée comme clanique, et départs multiples. Une gestion qu’ont probablement sanctionné par leur vote les militants d’EELV, malgré le soutien de poids-lourds du mouvement comme le secrétaire national David Corman, le porte-parole Julien Bayou ou encore le maire de Grande-Synthe, Damien Carême.

Cette élimination marque aussi l’effet raté d’une équipe de campagne constituée en vue d’une élection dès le premier tour. La désignation de Caroline de Haas comme responsable de campagne visait à élargir l’électorat Duflot aux réseaux et aux suiveurs de la militante féministe, à la notoriété exponentielle depuis son rôle de premier plan dans le mouvement contre la loi travail. Idem de la mise en avant de Thomas Porcher, économiste anti-libéral très prisé par les médias. Nul doute que ceux-ci ont vu en la candidature de Cécile Duflot un moyen de « pirater la présidentielle ».

Une "primaire d’incarnation" moribonde

Cécile Duflot paie peut-être aussi le peu d’enthousiasme citoyen – seulement 17.000 inscrits – et médiatique pour le vote. En janvier, la plupart des cadres écologistes s’étaient prononcé en faveur d’une primaire de toute la gauche, se plaçant derrière Nicolas Hulot en cas de candidature de sa part. Las, celui-ci s’est désisté début juillet, entraînant l’organisation d’une primaire interne. Résultat : un processus mis en place dans l’urgence, avec son lot d’approximations techniques.

Les quatre projets politiques concurrents vécus comme similaires, le débat s’est surtout concentré sur la personnalité et l’expérience personnelle des candidats. Peu de débats de fond, une cohésion de façade, et donc peu de passion médiatique pour l’événement, surtout à l’heure où les Républicains se lancent dans une course à l’ultralibéralisme dans une ambiance délétère. Là aussi, ce petit jeu a probablement désavantagé Cécile Duflot et son passif, confrontée à des challengers qui se sont délibérément placés en candidats de rupture.

Quel avenir pour une écologie politique "dépolitisée" ?

L’élimination de Cécile Duflot pourrait-elle finalement constituer l’élément déclencheur d’une réelle dynamique de campagne chez EELV ? Rien n’est moins sûr. Le mouvement semble inextricablement pris entre deux feux : celui d’un Jean-Luc Mélenchon qui a choisi l’écologie comme prisme fondamental de son programme pour 2017 ; celui de l’écologie "réaliste" incarnée par les transfuges d’EELV vers le groupe PS en août dernier.

Quid du futur, alors ? Les résultats de Yannick Jadot et de Michèle Rivasi, tous deux issus du mouvement écologiste associatif, semblent augurer pour EELV d’un retour aux années 1980, c’est-à-dire à un mouvement purement environnementaliste, marquant la fin de la dynamique d’un projet d’écologie politique ancré à gauche. Mais où est l’avenir d’une écologie politique "dépolitisée", quand l’écologie est devenue à ce point un incontournable des politiques publiques ?

Le grand problème de l’écologie est qu’elle hésite depuis plus de vingt ans entre une radicalité qui pousse à conjuguer exigence écologique et rupture sociale, et un réalisme qui fait de l’écologie la roue de secours d’un socialisme "libéralisé" davantage qu’ "écologisé". À ne pas choisir, l’écologie politique tourne en rond… et se perd dans les sables.

Vos réactions (51)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Duflop !
    Ce n’est qu’un signe avant coureur du tsunami politique qui s’annonce pour 2017. Avoir été ministre de Pédalo-La-Pipelette équivaut pour "la base" à complicité avec la trahison sarkollandiste.
    Hamontebourg subira le même sort...

    La France Insoumise est en marche.

    François 70 Le 19 octobre à 21:12
       
    • Le tsumani se prépare si la vraie gauche n’est pas unis, je ne vois pas de mouvement irrésistible pour mélenchon, je peux me tromper, malheureusement je ne le pense pas, la menace de la droite et de l’extrême droite et bien réelle, le malheur et que chaque personnalité pensent être la meilleur. pour moi l’incarnation c’est bidon

      pagnoux Le 19 octobre à 22:15
    •  
    • Pagnoux a raison.
      L’intérêt principal des Francais est non pas que le PS coule, mais que la Droite ne passe pas. A quoi ça sert sinon que des centaines de milliers de Francais de gauche manifestent dans la rue contre une mesure économique de redressement de l’emploi proche de la droite par le PS, et que ceux ci ne disent pas un mot sur la victoire sérieuse prévisible de la droite qui en fera à la pelle des mesures comme cà, et ceci sans aucunes contestations puisqu’ils auront élu démocratiquement pour les appliquer. Si la droite passe, c ’est la mort pour les insoumis, car en refusant une alliance commune de tout les partis de gauche contre la droite et l’extrême droite, ils en deviendront inevitablement selon l’opinion, comme leur plus grand collaborateur dans leur victoire.

      bdpif Le 20 octobre à 20:31
    •  
    • un grand bravo à Caroline de Haas

      dan Le 21 octobre à 12:16
    •  
    • les chances d’une candidature MELENCHON ne sont pas ridicules à certaines conditions : une mobilisation militante d’une ampleur inédite en direction des"sans dents" de HOLLANDE ; une volonté de répondre coup pour coup aux falsifications ds médias et autres mercenaires du patronat, notamment n donnant l’état réel de la richesse du pays et sa répartition ahurissante ! et s’assurer de la dignité de nos représentant.e.s (dehors tous les combinards politiques, il y a du boulot)

      christiancqfd Le 24 octobre à 10:19
  •  
  • Un tsunami dans un verre d’eau. Cette primaire est une vaste blague. 12 000 votants dont 10 000 inscrits sur internet. Qui sont-ils ? Personne n’a l’air de s’en soucier.
    Même pas grave tant EELV était devenu inutile au combat écologique. Il y a un moment que les vrais écologistes ne votent plus pour ce parti.
    Ceux qui sont réellement soucieux de la planète se retrouveront avec la France Insoumise dont le programme est réellement construit sur la base du paradigme écologique. Que ceux qui en doute encore écoute attentivement l’intervention de JL Mélenchon à la convention de Lille de FI.

    choucroute Le 20 octobre à 00:00
       
    • Melenchon ou pas il y a un risque serieux pour qu’une droite revancharde arrive au pouvoir et que la vraie gauche soit au abonner absent, quand il y a urgence il faut savoir mettre ses interets personnel de cote, il faut une vaste union de personnalite, parti et mouvement citoyen,

      pagnoux Le 20 octobre à 00:20
  •  
  • @ pagnoux
    Evidemment que le risque est grand de voir la droite revenir au pouvoir. Hollande, Valls, Macron et les autres ont fait tout ce qu’il fallait pour que ça arrive. Il ont en tête de casser le PS pour créer un mouvement "Démocrate" type USA. Actuellement ils se disputent pour savoir qui sera le nabab de cette chose. C’est Macron qui tient la corde grâce à ses amis fortunés qui abondent son fond d’investissement et les grands élus du PS qui sentent le sol se dérober sous leurs pieds.
    Alors vous proposez quoi pour réussir à unir ceux qui ne veulent pas et n’ont ni les mêmes stratégies ni les mêmes programmes ?
    Comme Pierre Laurent une pétition absurde qui renvoie dos à dos ceux qui participent à la primaire PS (en s’engageant à respecter le résultat même si c’est un libéral qui l’emporte) et ceux qui ont clairement choisis le camps des appauvris du systèmes et des travailleurs ? Pétition qui sent tellement la manœuvre qu’elle réussit le tour de force de ne réunir que 6900 signatures en 6 jours. Et encore en lisant les commentaires on s’aperçoit que nombre de signataires soutiennent la candidature de JL Mélenchon.
    Le mouvement de la France Insoumise est en marche. Il a un programme offensif et il s’organise pour l’avenir, quel que soit le résultat du vote. C’est bien ça qui est important car il ouvre une réelle perspective de régénération de notre mouvement progressiste. La vie ne s’arrêtera pas en Mai 2017. Construisons ENSEMBLE la suite de l’histoire.

    Francis Le 20 octobre à 07:42
       
    • Ha bon, c’est Hollande, valls, macron et les autres qui ont fait monter la droite ? Ils se sont traités d’incapables tout seul afin de perdre les elections, et faire passer la droite au pouvoir ? Etrange, j’ai eu l’impréssion que c ’était Melenchon qui avait passé 5 ans à casser du PS, avant le PCF, et que depuis entre les abstentionistes et les décus de la gauche, ils préferent ne plus voter pour le PS, et laisser les militants de la droite voter eux pour leur représentant unique, parce qu’ils font des primaires, eux, tout simplement. Melenchon (et son truc récent d’insoumis) ne se sont pas ramassés les décus du PS, mais ont favorisés la droite à gagner du terrain. Ca fait 5 ans, qu’on le préviens que sa stratégie ne marcherais pas et qu’on arriverait à un second tous Droite / Extreme droite. IL s’en fout. Et vos insoumis s’en foutent. Il sont là pour faire un chiffre, regarder le massacre des elections, puis rentrer chez soi, tranquillement au chaud , pendant que tout les ouvriers francais vont se ramasser les mesures de la droite.

      Prolétaire Le 20 octobre à 19:05
    •  
    • @ prolétaire
      vous vivez dans quel pays, vous ? C’est Mélenchon qui gouverne ce pays depuis 2012, certainement. C’est lui qui a fait passer la loi contre les travailleurs en utilisant le 49.3 ?
      C’est Mélenchon qui a déclaré aux journalistes qu’il souhaite exploser le PS ?
      Votre partialité est risible pour rester poli.

      Francis Le 20 octobre à 19:38
    •  
    • Restons correct, et pas d’agréssivité , je vous prie. Ici, nous vivons en France, dans une démocratie, figurez vous. Et oui. Je vous invite à faire comme moi, à lire le Blog de Jean Luc Melenchon, cà fait 5 ans qu’il casse du PS, 2 semaines aprés l’arrivée au pouvoir de Hollande, et pratiquement aucune critique contre la droite. Vous n’étiez pas au courant ? Qu’est ce que vous venez nous sortir votre melenchon et vos insoumis sur un article de Duflot. Vous avez un facebook, et un blog pour rester entre vous. C’est une grande dame qui a tenté de faire des mesures humanistes, qui a même quitté le gouvernement en désacord avec la politique economique du ministère. Merci de la « respecter »

      Prolétaire Le 20 octobre à 20:07
    •  
    • @ prolétaire.
      Une précision pour éclairer votre lanterne. J’ai été un des premiers soutiens de Hollande avant même que la primaire le désigne. Donc je suis bien placé pour savoir me faire une opinion sans avoir à lire le blog de Mélenchon. Ceci étant dit, je lis ce blog que je trouve fort intéressant.
      Ensuite parlons des attaques de Mélenchon. Il a exactement décrit bien avant les autres ce qui allait se passer avec Hollande.
      C.Duflot et son parti en ont tiré leur analyse et ont décidé de quitter le gouvernement. Vous êtes-vous posé la question de savoir pourquoi ? Les frondeurs du PS qui exprimaient leurs désaccords, vous êtes-vous posé la question ?
      Vous prenez bien soin de ne pas répondre sur le fond. Par exemple la loi Macron/El Kohmri et le 49.3
      Alors de grâce laissez-nous exprimer en toute liberté sur ce site comme ailleurs notre opinion et notre soutien au mouvement qui est le seul à respecter ses engagements prise devant les électeurs en 2012 avec l’Humain d’abord (pour lequel je n’avais pas voté)

      Francis Le 21 octobre à 07:46
  •  
  • Ce qu’ il y a des très positif et de très encourageant dans l éviction de Cécile Duflot , c’est de constater que celles et ceux qui ont participé a la mascarade du gouvernement " socialiste " d’ hollande , sont balayés comme des fétus de paille.

    Montebourg subira le même sort ainsi qu’ Hamon malgré leurs démissions ( du gouvernement et non pas du PS) tardives et opportunistes.

    Jean pierre Laurent ,avec son entêtement a ressusciter la "gauche plurielle" sera lui aussi laissé au bord de la route .

    Car l illusion des primaires et du rassemblement de la GAUCHE, laquelle ? ne peux passer dans l’esprit des socialistes que par un ralliement sans conditions au candidat socialiste a venir quel qu’ il soit .

    L’ hégémonie idéologique qu’ impose le parti socialiste a ses "partenaires " n’est plus a démontrer depuis 30 ans.

    Si le plat principal des dirigeants communistes est la couleuvre ,pour sauver ses élus et "faire des choses dans les villes " rengaine entendue depuis 30 ans également , le peuple ( hé oui le peuple !) , ne veux plus en manger et renverse la table.

    Depuis 5 ans , JLM prône et milite pour la rupture avec la social démocratie. Avec l éviction de Duflot c’est le début de la prise de conscience des gens de gauche, et il y a fort a parier que désormais le seul candidat de la GAUCHE, qui incarne l’anti libéralisme et l éco- socialisme soit Jean Luc Mélenchon.

    buenaventura Le 20 octobre à 10:25
       
    • Monsieur Prolétaire, ou vous faites l’autruche, ou vous ne voyez pas que la politique menée par le gouvernement PS est une insulte pour les valeurs de gauche. Et ce serait celles et ceux comme JL Melenchon qui dénoncent cette politique qui seraient les responsables de la chute de cette gauche qui n’est plus de gauche. Vous avez des mots plutôt méprisants envers les militants Insoumis. Ils ont pourtant toutes les raisons du monde de vouloir une rupture claire avec le PS, ils ont le courage d’avancer, de croire encore et de se mobiliser afin qu’une gauche de lutte demeure et reste crédible. Le PCF calcule ses intérêts d’alliance, EELV se focalise sur les législatives pour des places.....Alors Oui M.Melenchon se devait de se lancer pour donner de l’espoir aux citoyennes et citoyens désabusés, aux militants du FDG qui souhaitent poursuivre l’Humain d’Abord, aux militants des partis de gauche qui sont insoumis à ce système. Autrement nous ne serons plus rien. Nous devons essayer de peser ensemble.

      Victoire belle Le 20 octobre à 22:27
  •  
  • Cette primaire est un non évènement politique.
    Personne autour de moi n’en parle : ni les salariés, ni les voisins, ni la famille, ni les copains insoumis, personne...
    Il n’y a pas de place pour un parti écolo en France : ou on se situe à Gauche ou à Droite.
    Et si on se situe à gauche, faut choisir entre accompagner le système K ou le combattre pour construire autre chose.
    La France est un pays très politisé, très clivé et depuis des siècles : toute tentative de biaiser la question sociale est vouée à l’échec.

    pierre93 Le 20 octobre à 10:28
  •  
  • Quoique jeune à l’état civil, C.Duflot a été perçue, à juste titre, comme une vieille politicarde liée à la clique de prébendiers de la rue de Solférino.
    ... Qu’en pensez-vous, P. Laurent ?

    François 70 Le 20 octobre à 10:56
  •  
  • Je m’étais promis de ne pas contribuer à des débats stériles sur la place publique mais quand je lis Buenaventura je ne peux pas me retenir :
     le rassemblement appelé par P. Laurent, depuis le début, est sur une base antigouvernementale
     vous ne trouvez pas déplacé de critiquer le ralliement sans condition demandé par le PS alors que la France insoumise fait exactement pareil ?
     De même pour la dénonciation d’une hégémonie idéologique
     La couleuvre ? voir mon premier tiret
     JLM prône et milite pour la rupture avec le social libéralisme mais s’est bien allié avec le PS dans de nombreuses villes et régions pour obtenir des élus. De même j’ai quelques doutes sur la politique de la Ville de Grenoble soutenue par le PG...
    Et sinon ça va le melon ? vous savez ce que veut le peuple et parlez en son nom ?
    Fraternellement
    ou pas

    Flutiot Le 20 octobre à 12:51
       
    • "Le rassemblement appelé par P. Laurent, depuis le début, est sur une base antigouvernementale"... avec des Hamon et Montebourg ministres de Hollande !
      Vous avez un coup de fatigue ?

      François 70 Le 20 octobre à 13:04
    •  
    • L’initiative de JL Mélenchon avec la France Insoumise n’est rien d’autre que la mise en pratique d’une orientation qu’avait pris les partis du Front de Gauche. Il s’agissait de dépasser ce Front cartélisé en donnant la possibilité à tous ceux qui le désiraient adhérents de partis ou non de s’inscrire dans un mouvement porteur de changements profonds. Il n’y a donc aucune volonté hégémonique de la part de JL Mélenchon. Ce sont ceux qui se tiennent hors du processus qui prétendent l’inverse pour masquer leurs réticences si ce n’est leur refus d’un tel mouvement de masse. La direction actuelle du PCF n’a jamais rompu les liens avec le parti gouvernemental. Fort heureusement de nombreux militants de ce parti n’attendent pas les consignes pour prendre part à cette belle aventure.

      Francis Le 20 octobre à 13:39
    •  
    • les mélenchonistes sont de plus en plus pénibles à tout ramener à leur " démarche " des insoumis qui n’est qu’une grossière manipulation pour créer un parti populiste derrière Mélenchon avec l’argent récolté aux législatives de 2017 , vu que le PG est en chute libre ....

      et puis les " sans compromis avec le PS " et les purs et durs " rappelez-vous ! sur quelle liste Coquerel , lieutenant de JLM, a-t-il été élu conseiller régionale en Ile de France ??

      ...allons un p’tit effort de mémoire ...

      Vent d’Ouest

      vent d’ouest Le 22 octobre à 14:15
    •  
    • nier l’acharnement des dirigeants communistes à sauver leur appareil est inquiétant et non productif ; tous les appareils sont pareils : ils consomment une énergie folle pour leur propre logique interne. Le drame du PCF est d’avoir perdu pied avec la réalité sociale (le combat social) sous la houlette de militants qui n’avaient d’autre identité que celle construite à l’intérieur du parti. Lucien Sève a même reconnu que pour G.MARCHAIS le communisme n’était pas un but à atteindre mais une utopie livresque ! le coup de l’alliance avec bartolone (bouffeur invétéré de coco du 93) est une illustration de la duplicité mortifère de la bande à laurent et tartignolles

      christiancqfd Le 24 octobre à 10:28
  •  
  • l’éviction de C. Duflot aux primaires écolos est une bonne chose pour notre gauche de rupture

    gastebled Le 20 octobre à 13:14
  •  
  • en laissant un peu dorgueuil et quleques convictions duflot aurait pu rejoindre JLM
    dommage....

    ducono Le 20 octobre à 13:23
       
    • Duflot n’aurait jamais rejoint jlm2017. N’a-t-elle pas été ministre de Hollande ? C’est tout dire, sans parler de la position d’EELV sur l’Europe...

      René-Michel Le 20 octobre à 18:36
  •  
  • lL y aura un candidat porteur des chantiers de l’écologie, amplificateur des batailles engagées déjà sur le terrain par les citoyens. Il s’appelle JL Mélenchon.
    Parce que côté écolo, faut pas compter sur le pc favorable au nucléaire et à notre dame des landes. Une salamandre a plus de jugeote qu’eux

    cassm@orange.fr Le 20 octobre à 13:54
       
    • Pendant que l’on y est, il faudrait fermé les entreprises de la chimie, l’accident industriel qui a provoqué le plus de victimes que tchernobyl et fukushima c’est Bophal en Inde 35000 victimes et une pollution sévère. Par contre je suis un partisan du désarment nucléaire mondial

      leon Le 20 octobre à 17:13
  •  
  • EEVL se soucie-t-elle vraiment d’écologie ?

    (à la lecture de ce programme on comprend que Pierre Laurent préférera sans doute X à Mélenchon !)

    Voici la parte écologie du programme de La France insoumise. Si EEVL veut ajouter des points qui à leur avis manquent, il est encore temps, tous les insoumis voteront ensuite pour savoir si l’on les ajoute.

    Chapitre 3 : La planification écologique
    17% des contributions totales ont concernées ce chapitre. Elles concernent principalement l’agriculture, les déchets, l’énergie, les transports et l’aménagement du territoire, les forêts et les biens communs. Plusieurs mesures récurrentes sont listées ci-dessous.

    1. Une agriculture paysanne et écologique
    Une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement est défendue par beaucoup de contributions. Cela se traduit concrètement par plusieurs propositions :
     Soutenir l’agriculture biologique, l’agroforesterie, la permaculture.
     Supprimer les droits de propriété sur les semences paysannes.
     Faire appliquer et renforcer les règlements concernant le bien-être animal, de la naissance à l’abattage. Stopper les formes d’abattage industriel.
     Soutenir l’installation et limiter l’endettement initial des jeunes agriculteurs.trices, sur des fermes à taille humaine.
     Améliorer la transparence et la lisibilité de l’étiquetage des produits (origine, composition, etc.).
    2. Arrêt des gaspillages et gestion des déchets
    La question des déchets est une réelle préoccupation, il s’agit de :
     Généraliser le compostage des déchets verts, y compris en ville, ainsi que le recyclage, dans le cadre de « l’économie circulaire », et la réparation.
     Obliger les producteurs à accompagner leurs objets d’une notice permettant leur réparation.
     Inciter les entreprises à posséder également une activité de réparation-démontage-recyclage de leurs produits.
     Lutter contre le suremballage, les emballages polluants et l’obsolescence programmée (garanties).
     Développer les alternatives aux produits et matériaux non recyclables (voire « moratoire » sur leur utilisation).
     Mettre en place une taxe kilométrique sur l’éloignement entre la collecte des déchets et leur traitement.
     Interdire ou limiter fortement la publicité « consumériste ».
    3. Énergie
    Un programme ambitieux de transition énergétique doit mettre l’accent sur la réappropriation citoyenne de la gestion des entreprises d’électricité, la promotion des initiatives locales visant la sobriété énergétique et la production d’énergies renouvelables (qui doivent être pensées et bien dimensionnées en fonction des ressources locales). Cela se traduit par exemple par :
     La création d’un pôle public de l’énergie en lien avec des initiatives locales comme des coopératives locales de production et consommation d’énergies renouvelables et favorisant l’autoproduction et le partage des excédents.
     Le refus de l’énergie nucléaire et des risques qu’elle représente.
     Une plus grande sobriété énergétique, notamment dans l’éclairage public et privé (commerces, panneaux publicitaires, etc.).
    4. Transports et aménagement du territoire
    Le développement des transports en communs permet de sortir du système actuel fondé sur la voiture individuelle. Selon les contributions abordant ce thème, il est nécessaire de développer les transports en commun, accessibles pour tous voire gratuits, favoriser l’intermodalité (par exemple en proposant un pass multimodal), démocratiser leur usage, multiplier et diversifier les formes de mobilité (en particulier modes en partage, formes de mobilité propres et décarbonées).
    Un certain nombre de contribution invitent à repenser l’aménagement du territoire : rapprocher les lieux de travail des lieux d’habitation, stopper la spécialisation des territoires (emploi, logement, loisirs, services dont services publics) et leur mise en concurrence.
    5. Forêts
    Mobiliser et transformer les ressources forestières dans le cadre de filières écologiques, pour approvisionner des scieries locales et éviter les exportations de produits bruts et les importations de produits transformés. Un exemple dans le Jura montre que l’utilisation de 300 à 500 m² de forêt pourrait créer entre 15 et 24 emplois pendant un an, avec un rapport investissement/retombées locales de 1/7.
    6. Démocratisation écologique
    Des contributions proposent de repenser la place de l’écologie dans la société :
     Créer un réseau d’eau grise, pour économiser l’eau potable lors de certains usages (toilettes, etc.) sur la base de la réflexion autour des « biens communs ».
     Planter des arbres fruitiers en accès libre dans les espaces verts urbains.
     Créer un nouvel indicateur (fusionnant PIB, IDH, etc.) en incluant les impacts écologiques positifs ou négatifs de la société.
     Intégrer l’écologie aux programmes de l’enseignement secondaire.
    Chapitre 4 : Sortir des traités européens
    La seconde vague de contributions sur ce chapitre se rapproche beaucoup des thèmes exposés par la première synthèse. Certaines propositions proposent de préciser la stratégie vis-à-vis de l’Union Européenne.
    Le constat partagé d’une « UE contre les peuples » est réitéré dans cette vague de contributions (rôle de l’OTAN, conséquences de Maastricht, privatisations et libéralisation, pillage des richesses du Sud, lobbys, etc.).
    La stratégie plan A / plan B se précise et le résultat de la négociation sera soumise à référendum. Les concessions européennes devront être suffisantes pour que les Français les acceptent.
    1. PLAN A : des mesures immédiates pour lancer le rapport de force
    Identifier les ennemis :
    Le gouvernement allemand et les politiques d’austérité ;
    La BCE qui sort de son rôle monétaire ;
    L’ordo-libéralisme de la Commission ;
    La Cour de justice qui influence l’UE, par son droit européen qui prime (de manière jurisprudentielle) et ses arrêts de dérégulation.
    Mener des actions unilatérales pour rendre nos menaces réalistes :
    Réquisition de la Banque de France ;
    Liquidation des paradis fiscaux de manière « volontariste » ;
    Mise sous contrôle des mouvements de capitaux ;
    Pratique des politiques d’« opt-out » sur la libéralisation des services publics.
    Se donner un mandat de négociation, par l’élection présidentielle et le rôle du Parlement :
    Rachat de la dette des États par la banque centrale, pour mettre fin à la pression des créanciers et réorientation du rôle de la BCE afin que ses activités se focalisent sur le développement du plein emploi et financement direct des États auprès de la BCE.
    Suppression de la surveillance budgétaire des États, afin que les peuples décident eux-mêmes de la manière dont les impôts et les cotisations sociales sont employés.
    Transformer la monnaie unique en monnaie commune avec les partenaires européens volontaires afin que chaque État puisse retrouver des marges de manœuvres d’ajustement monétaire : pour « une création de monnaie complémentaire nationale, sur le modèle des créations de monnaies locales. Cette monnaie complémentaire concernerait tous les échanges productifs en France, ne serait pas soumis au marché financier et donc pas attaquable. Et l’euro serait conservé pour les échanges internationaux ».
    Harmonisation fiscale et salariale en Europe, pour mettre fin au dumping, ainsi que la lutte contre la finance, pour retrouver des marges de manœuvre. Il est intolérable de garantir une Union économique, donc la circulation des capitaux, avec des pays qui revendiquent leur statut de paradis fiscal comme le Luxembourg ou la City de Londres.
    Protection des services publics et agriculture paysanne et opposition de la France aux TAFTA/CETA par le protectionnisme.
    2. PLAN B : Une refondation démocratique, sociale et écologique de l’Europe par la rupture avec l’UE
    La sortie de l’UE est centrale : elle peut prendre plusieurs formes en restaurant par exemple la primauté du droit national sur le droit communautaire ou par l’article 50 du TUE, dans certains domaines et la question monétaire, plusieurs scénarii de sortie de l’euro sous sa forme actuelle ou de refondation de la politique monétaire sont avancés.
    Le non paiement (restructuration) de la dette illégitime est au cœur du scénario du plan B.
    Protectionnisme solidaire aux frontières : « pour le respect des droits du travail et environnementaux » ; opposer la règle verte écologique à leur « règle d’or » comptable.
    Refondation de la coopération européenne et au-delà :
    Demande forte de développer, en plus de nos propositions nationales, un nouveau type de coopération, pas uniquement monétaire, avec d’autres pays.
    Proposition que la France soit à l’initiative d’un traité de refondation de ces coopérations.

    Pierre Magne Le 20 octobre à 14:46
       
    • @Pierre Magne
      Bravo ! On sait dorénavant de quoi on parle...et où sont les vrais écolos !

      René-Michel Le 20 octobre à 18:45
    •  
    • Bla bla bla et bla. Vous nous présentez un poême. Ou des redactions fait par les écoliers insoumis de votre derniers congrés. Rien de réel, quoi. Zéro. Le néant.

      Qu’a fait Cecile Duflot ? Elle a produit du concret, elle.

      Loi Duflot
      La loi dite « Duflot I » du 18 janvier 2013 porte sur la mobilisation du foncier public et le renforcement du seuil minimal de logements sociaux de 20 % à 25 %. Le 18 janvier 2013, la loi Duflot est effective et permet ainsi d’investir dans l’immobilier neuf et d’obtenir en retour une réduction d’impôts. Le but du gouvernement est de commercialiser 40 000 logements par le biais de ce dispositif en 2013. Pour le premier trimestre 2013, le chiffre atteint n’est que de 4 165 biens. Les ventes aux investisseurs baissent de 23 % par rapport au 1er trimestre 2012, alors que la nouvelle réglementation est attractive pour les plus modestes d’entre eux. Le quotidien La Tribune note un désintérêt des investisseurs immobiliers75.

      Le dispositif d’incitation fiscale en faveur de l’investissement locatif, dit « Duflot », a permis la réalisation d’environ 30 000 « dispositifs Duflot », contre un objectif initial de 40 000.

      Les administrations auraient tardé pour donner la liste de leurs terrains mobilisables, et en 2014 les cessions sont encore peu nombreuses. Les communes ont jusqu’en 2025 pour atteindre le seuil de 25 % d’habitations à loyer modéré (HLM).

      Enfin, le dispositif de cession gratuite ou avec une forte décote de terrains constructibles appartenant à l’État, est un échec complet. Depuis sa mise en œuvre jusqu’en juin 2014, seulement six ou sept opérations ont été concrétisées.

      Loi Robien
      Le 10 mai 2013, elle fait adopter le report d’un an du deuxième volet de la loi de Robien aussi dénommée loi SAE (Sécurité des ascenseurs existants) et un « moratoire » sur le dispositif concernant la précision de l’arrêt des cabines (ERP exceptés).

      Loi ALUR
      Mi-2013, elle porte le projet de loi ALUR (Accès au logement et urbanisme rénové). Elle précise, dès janvier 2014, que la mesure la plus importante du projet, la garantie universelle des loyers, ne sera finalement pas obligatoire, comprenant notamment :

      l’instauration de l’encadrement des loyers en « zones tendues »
      la garantie universelle des loyers
      le plafonnement des indemnités de retard à 5 % du loyer, la réduction à un mois du délai de préavis dans les « zones tendues »
      la lutte contre l’habitat insalubre.
      Si la loi a été saluée par les associations d’aide aux plus démunis, comme la Fondation Abbé-Pierre ou l’association Droit au Logement (DAL), elle est très critiquée par les agents immobiliers83. Selon le quotidien Le Figaro, la loi ALUR se traduit par une complexification des transactions immobilières. Pour Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment, la garantie universelle des loyers est une « usine à gaz » inapplicable. En octobre 2015, alors que la loi commence à être appliquée, les loyers des petites surfaces baissent de 15 à 20 % à Paris

      bdpif Le 20 octobre à 19:56
  •  
  • Bien envoyé BDPif !
    Ah il faudra les voir tous ces vieux aigris du troupeau de Melanchon comme ils regretteront ce gouvernement Hollande.
    Ils vont s’en mordre les doigts quand Estrosi sera premier ministre !
    Là ils regretteront tous Manuel Vals, un homme vif et responsable et même Mme El Khomri, une femme dont le courage aura permis à la France de faire partie du monde moderne.

    Claude Le 21 octobre à 08:48
       
    • Nos zélateurs bornés dont on voit bien qu’ils cultivent plus le ressentiment que la salade bio, devraient savoir que la crise du logement ne faiblit pas. En effet, il est noter qu’un tiers des ménages en France peuvent prétendre à un logement social et 1,9 millions de demandes sont en souffrance fin 2015.
      Par ailleurs, les aides à la pierre sont passées de 607 millions à 100 millions d’euros entre 2010 et 2015, que les organismes HLM auront été ponctionnés de 750 millions entre 2015 et 2018 ou encore que le projet de loi de finances 2017 a oublié les 250 millions d’euros de financement promis pour le Fonds National des Aides à la pierre crée en juillet… Dixit : dernier congrès du logement social Nantes du 27 au 29 sptembre 2016.

      Il se trouve quelque courageux qui défendent encore le bilan du PS social-libéral. Nous NON comme beaucoup de gens de gauche, d’ailleurs. Pas question de voter PS libéral, parfois sur le registre rose-marine, ni à la présentielle et encore moins aux législatives. Ils doivent être durement sanctionnés pour toute l’œuvre de casse et politique anti sociale accomplies durant ces 5 années. Il n’est pas question de choisir entre se faire couper la main droite ou la main gauche. C’est du pareil. La seule porte de sortie est le vote Jean-Luc Mélenchon. Voter PS, c’est faire le jeu de la droite et de l’extrême droite.

      Rodriguez Insoumis Le 21 octobre à 09:56
    •  
    • Bla bla et bla. Avec vous , les melenchonistes, il y a juste à claquer des doigts et tout s’arrange. Hop, un claquement de doigt, et pendant la nuit, 400 000 logements apprarraissent sortant de terre, sans aucuns euros à depenser. Et si pousse pas, c ’est bien la faute du PS, il n’a pas planté les graines. Preuve qu’il fait exprés de ne pas les avoir planté, parce qu’il fait partie de la droite.

      Nous les insoumis, on est de gauche, la vrai, celle qui sait qu’en mettant des graines dans la terre, des logements poussent dans la nuit. Donc, le PS n’étant pas de gauche, c ’est une évidence même que les electeurs de gauche vont voter pour nous !!!!

      bdpif Le 21 octobre à 12:19
    •  
    • Vous voyez, j’essaie d ’être gentil, je deviens "Inoumis, moi aussi par solidarité avec les militants.

      Première mesure. Ramasser du fric pour faire la campagne, vu qu’aprés l’OPA raté sur le Ps, le PCF, et EEVV, on a plus personne pour nous financer. ( on s’est engeulé avec tout le monde, ce sont tous des traitres) Alors, bien evidement, vu que nous sommes la vrai gauche, c ’est à vous militants de nous faire des chêques ou des petits credits sur trois mois pour payer la campagne de Jean Luc, allez, on sort les billets !!!! Pour le projet economique de la france, n’ayez pas peur, on a encore pleins d’idées que nos militants nous ont envoyés sur Face book ;) Ayez confiance :)

      bdpif Le 21 octobre à 12:30
    •  
    • Je me sens bien depuis que je suis nouveau insoumis.

      Pour l’EUROPE, pas de problème, Tsipras a echoué parce qu’il n’avait pas de plan B. Nous on a le plan B. Je sais pas ou il est, j’ai perdu le papier qui explique le plan B, ce que c ’est. Mais pas de soucis, vu les milliers de personnes qui parle de plan B chez nous, c ’est bien une preuve qu’ il existe un plan B. Notre plan B, il prends pour l’instant une seule lettre, la lettre B. Mais tranquille, ayez confiance ;) Nous on est la vrai gauche.

      Pour l’OTAN, (ha, j’aime pas les américains), je suis pour qu’on s allie plutôt avec la Russie, la chine et l’Iran. Ils sont pires, mais j’aime pas les américains. j’interdit d’ailleurs de boire du coca cola à mes enfants.

      Ect, ect, ect ....

      bdpif Le 21 octobre à 12:44
    •  
    • @ PIF PAF
      Nous ferait-il son caca nerveux hebdomadaire ? Ça en à tout l’air et l’odeur. Souhaitons-lui qu’il s’en remette rapidement.

      Rodriguez Insoumis Le 21 octobre à 13:52
    •  
    • Commencez vous même par écrire politique sur des forums qui parle de politique, plutôt que de continuer à nous vendre de la politique contes de fées,. Allez on và reprendre le début de la conversation : Cecile Duflot. Et évitez de nous ressortir votre histoire d’insoumis à chaque sujet qui ne parle pas du sujet. On en veux ou en veux pas de vos insoumis, c ’est notre choix, notre liberté :) Bonne journée.

      bdpif Le 21 octobre à 14:47
    •  
    • @Pifflop

      Duflop c’est un peu comme Piflop, Ils ont un ego surdimensionné. Au final, il arrive ce qui doit arriver, il tombe de haut. Et paf et flop !

      Rodriguez Insoumis Le 21 octobre à 18:46
    •  
    • @Pifflop

      Duflop c’est un peu comme Piflop, Ils ont un ego surdimensionné. Au final, il arrive ce qui doit arriver, il tombe de haut. Et paf et flop !

      Rodriguez Insoumis Le 21 octobre à 18:47
    •  
    • Mon cher Claude , tout comme bipf et le "prolétaire " vous nous relayez le bon vieux discours "républico- realisto " si cher au PCF , qui a oublié la lutte des classes pour la lutte des strapontins.
      Ne pas votez social libéral c’est faire le jeu de la droite !
      et si d’aventure la mémère Lepen était validée pour le second tour , vous nous feriez le coup de 2002 ? " Votez sarko ( ou jupé) pour faire barrage au FN.
      C’est terrible ce moins disant politique que les vieux socialo comme vous professent depuis 30 ans ! à vous écoutez , hors du PS point de salut . Et vous vous dites de gauche ? expliquez nous dans cette tribune la différence entre la répression policière de VALS et celle de Pasqua , entre le 49/3 de vals cet celui de Sarkozy ente la loi antisociale d’el konnerie et celle de jupé en 95 .( retraite)
      ah si moi j’en vois une en 95 jupé avais reculé sur les retraites pas vals sur la loi "travail "
      Pour vous c’est tout sauf JLM, tout sauf l’écologie sociale, tout sauf la lutte des travailleurs , tout sauf la ? la gauche finalement ! non ?

      buenaventura Le 22 octobre à 16:34
    •  
    • l’ami,
      @buenaventura
      Charabia inutile qui confond les tenants et les aboutissants, les causes et effets... On n’en sait pas plus à la fin de l’histoire sinon que le vote inutile, c’est à coup sûr la muertaaventure du PS libéral (qui doit être sanctionné) et le vote utile celui de Jean-Luc Mélenchon, ne vous en déplaise.

      Rodriguez Insoumis Le 22 octobre à 17:24
    •  
    • A buenaventura

      Vous avez bien raison de comparer Manuel Vals à Mr Pasqua, ils sont en effet des beaux exemples de dévouement désintéressé pour la France.
      J’ajouterais que Manuel Vals a tout d’un homme d’état de premier plan alors que Charles Pasqua était plus un grand cerveau de l’ombre, une sorte de Henry Kissinger méridional.

      Et dans un nouveau parti du progrès, moderne et ouvert et avec des gens solides comme Alain Juppé, NKM voire Mr Macron (même si il est encore un peu timide) la France pourrait rejoindre le rang des nations AAA exemplaires.

      Rêvons un peu !

      Claude Le 22 octobre à 18:50
    •  
    • j’aime bien les provoc mais pas forcément sur des sujets qui vont potentiellement nous mettre tous minables si la droite passe !

      christiancqfd Le 24 octobre à 10:32
    •  
    • A christiancqfd

      J’ignore ce qu’il en est pour les vôtre mais pour les miens, la gauche gouvernementale a été tellement fantastique !

      Claude Le 24 octobre à 12:28
    •  
    • J’espère grandement pour vous Madame, si vous êtes salariée, que vous serez l’heureuse bénéficiaire des dispositifs de la loi dite El Khomri (celle du MEDEF en réalité) et que vous pourrez ainsi savourer les effets de la "France moderne", grâce à un droit du travail à géométrie variable, d’une entreprise à l’autre. Je forme le vœu pour vous, si vous êtes salariée Madame, que vous ferez partie du personnel d’une entreprise qui se livrera à un dumping social des plus virulents, à un moins-disant de chez moins-disant quant à vos droits de salariée. Vous vivrez ainsi un grand moment de modernité. Comme je suis aussi moderne que vous, je n’aurai pas l’inconvenance de vous affubler une étiquette qualificative de la même nature que vous octroyez à certains.

      Un vieil aigri du troupeau de MélEnchon (avec "e" s’il vous plaît)

      Babeuf Le 25 octobre à 10:13
  •  
  • Cette primaire est sauf pour les médias un non événement. cela faisait belle lurette que sur le terrain les équipes militantes d’EELV après les débâcles électorales vivotaient, perdaient malheureusement inexorablement leurs militants écœurés par le sauve qui peut des Placé, Pompili, De Rugy and co partis à l’abreuvoir et des manœuvres de boutique de DUFLOT pour survivre . Alors bon vent et surtout aucun enterrement de l’écologie politique qui je l’espère va se renforcer autour de la campagne des insoumis

    centuri Le 21 octobre à 11:19
  •  
  • Les verts, Europe écologie.. sont un assemblage de personnes qui vont de la gauche gentiment libertaire au modem, la tendance majoritaire a toujours eu pour seule programme "l’Europe, l’europe, l’europe ".
    Pour que tout aille mieux il faut plus d’Europe car c’est à cause des états nations que les gens sont pauvres, racistes et laids parce qu’ils s’intoxiquent avec le diesel et la malbouffe.

    Contrairement aux partis libéraux qui prônent plus d’Europe pour défendre des intérêts bien compris, notamment la mise en place d’un super état pour contraindre les pays récalcitrants à mettre tous les services encore publics à disposition des investisseurs privés et du marché, les écolos sont souvent des braves gens, humanistes et pacifistes qui croient sincèrement à cette belle histoire d’Europe de la paix.

    Leur programme social c’est un meilleur partage des richesses, style catho de gauche en fait, doctrine jésuitique qui a fait ses preuves dans l’histoire pour combattre le communisme sous un angle moral.

    C’est complètement vain cette écologie soit disant politique car la sortie du néolibéralisme nécessite obligatoirement une mise à bas de ce système économique et une autre façon de créer ces richesses, en faisant disparaître la propriété lucrative notamment.
    Par contre leurs courageux combats dans le milieu associatif sont très importants et doivent être salués.

    Arouna Le 22 octobre à 10:16
  •  
  • Prolétaire et consort , vous êtes dans les bavardages, rejoignez la caravane des insoumis dans les quartiers des abstentionnistes et militez ! Lisez le programme des insoumis et là vous trouverez beaucoup de réponses !
    Les insoumis et son candidat seront la surprise du chef au premier tour des présidentielles !
    un ex secrétaire de section du PCF

    gimenez Le 22 octobre à 14:39
       
    • Le programme, on aimerait bien le lire, mais il n’est pas consultable pour les non-inscrit.

      Par contre, à en croire les synthèses, de nombreuses contributions sont intéressantes, en espérant qu’on sache les appliquer. Je regrette seulement un manque d’analyse d’une système capitaliste mondiale, dont l’UE n’est que le reflet, et non la cause, ainsi qu’un centralisme (l’État LA solution) qui me semble erroné. Nous pouvons seulement espérer, qu’une fois au pouvoir, JLM s’appuiera sur le peuple et notamment sur les espaces où il est regroupé comme les associations, les syndicats ou les partis. En effet, ne fonder sa politique que sur un lien dirdct entre UN peuple non defini et UN Homme ne semble pas permettre un changement politique durable à en croire les exemples sud-américains et le contre révolution violente qui est en cours dans ces pays. Espérons donc que malgré la personnalisation actuelle et la fermeture d’esprit de certains Insoumis-es, au vu de leur critique de tout ce qui n’est pas elleux, la politique porté par JLM s’il arrive au pouvoir sera du niveau de sa prétention affichée, c’est à dire, il me semble, le pouvoir des citoyens. Sans doute y a t il en ce sens des éléments à prendre chez EELV, qui bien que fervents défensseur de l’Europe comme lieu possible voire nécessaire de la lutte anticapitaliste mondiale, sont aussi depuis longtemps des défenseur de la décentralisation et de la démocratie locale ; d’autant plus que les voilà dèbarassé des écolos libéraux.
      Camarades, commençons sur ce site même à être ensemble dans la discussion, même lorsque nous sommes en désaccord, plutôt que dans l’invective, sinon, comment voulez vous que nous nous parlions demain dans une république nouvelle mais toujours composée de 67 millions de personnes qui, évidemment, non pas la même analyse ni les mêmes avis sur notre monde. Et pourtant, ces 67 millions de personnes veulent un bon logement, une bonne nourriture et du temps pour faire ce qui leur plait. Rappelez vous qu’il s’agit aussi de convaincre les électeurs de la possibilité d’une démocratie réèlle,et c’est pas gagné dans un système productif fondé sur la concurrence : souvenez vous de ce que pensait Marx, contre Hegel, de la re lation entre l’infrastructure et la superstructure.

      Bonne lutte !

      PS : en parlant de lutte, croyez-vous que JLM, si l’occasion se présente, serez capable de retirer sa candidature si ce la permettait de la faire avancer. Pour celleux qui en douterait je n’ai aucune idée derrière la tête en posant cette question, mais elle vient de me traverser l’esprit.

      Fraternellement,

      cazueladepolo Le 23 octobre à 20:00
  •  
  • Résultat brillant d’un processus ridicule de primaires, d’incohérence politique, de zig-zag incontrôlés. Oui, rejoignez les insoumis, nous avançons à grands pas

    Titus Le 22 octobre à 18:41
  •  
  • Pas convaincu par l’opposition, en fin d’article, entre écologie "radicale" et écologie "réaliste".

    Le réalisme c’est de voir que socialisme (donner la priorité à l’humain) et protection de l’environnement sont indissolublement et radicalement liés, parce que défendre l’un et négliger l’autre n’aurait aucun sens, et parce que les gens et la planète ont un ennemi commun : le capitalisme prédateur.

    Citoyen74 Le 23 octobre à 14:48
  •  
  • @cazueladepolo
    « PS : en parlant de lutte, croyez-vous que JLM, si l’occasion se présente, serez capable de retirer sa candidature si ce la permettait de la faire avancer. Pour celleux qui en douterait je n’ai aucune idée derrière la tête en posant cette question, mais elle vient de me traverser l’esprit. »

    Retirer sa candidature, au profit de qui ? Un de ces objets politiques non identifiés qui dit blanc avant l’élection et noir après ? Montebourg qui déclarait que les divergences avec Macron n’étaient rien et qu’il était heureux que ce soit lui qui lui succède au poste de ministre de l’industrie ? Dites-moi dehors de FI et de son porte parole qui a un programme réellement anticapitaliste car éco-humaniste car les deux choses sont fondamentalement antinomiques.
    Rien ne changera pour l’humanité sans une rupture avec le paradigme capitaliste ultra-libéral tant la puissance des multinationales financiarisées est létale pour la planète et ses occupants. Il est donc clair que le programme, l’Avenir en commun est un programme anticapitaliste. Il ne suffit pas de se prétendre anticapitaliste pour l’être réellement, le PS se prétend bien de gauche. Indiquez moi un programme qui part de la nécessité de miner les bases de ces sociétés prédatrices. Le discours prononcé par Jean-Luc Mélenchon à l’ONU (disponible sur sa chaine YouTube) ouvre des perspectives dans cette lutte acharnée à l’échelle de la planète.
    Quand au programme de FI, il sera disponible début décembre.

    Francis Le 29 octobre à 08:10
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.