Accueil > Politique | Par Jérôme Latta | 21 avril 2015

PS 1970-2015 : une mise à jour en images

François Hollande a revisité les années 70 du PCF à sa façon. Nous avons revisité les affiches du PS des seventies, et en avons profité pour remettre leurs slogans au goût du socialisme d’aujourd’hui.

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Marine Le Pen s’exprime comme un tract du Parti communiste des années 70. » La petite phrase lâchée par François Hollande sur Canal+, dimanche 19 avril, a tout d’une provocation, et il fort peu probable qu’elle n’ait pas été calculée. Cet amalgame, fût-il amoindri par la précision qui a suivi (« Sauf que le PC ne demandait pas qu’on chasse les étrangers et les pauvres ») est aussi factuellement faux que politiquement infâmant, selon les termes de Roger Martelli.

Sans entrer dans une recherche des motivations d’un tel rapprochement, le président de la République aurait pu manifester plus de pudeur, en la matière, tant les parallèles historiques entre le PS des années 70 et celui d’aujourd’hui sont accablants. Pour illustrer le chemin parcouru, on a retrouvé quelques-unes de ses affiches électorales (sources : ici, ici et ), afin de les réadapter aux orientations politiques actuelles du parti au pouvoir.

Cliquez sur une des images du portfolio.

Portfolio

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bravo ! je partage avec tous mes contacts .

    Georges Ro Le 21 avril 2015 à 13:33
  •  
  • Excellent ! Ca donne envie de sourire... et de pleurer en même temps.

    Bastien Le 21 avril 2015 à 17:06
  •  
  • Le pire , c’est qu’il y a des cons au PS qui croient encore a la première version !

    jean marie Digny Le 21 avril 2015 à 21:41
  •  
  • Les patrons d’aujourd’hui sont les révolutionnaires d’hier.
    Tant que la classe populaire jalousera et rêvera de prendre "la place" des bourgeois, le monde ne changera pas.
    Ces caricatures ne sont qu’hypocrisie.
    Lutter "contre" ne sera jamais aussi efficace qu’agir "pour".

    Kalan Le 22 avril 2015 à 00:35
       
    • Des propos tout à fait creux.

      Monsieur HR Le 26 avril 2015 à 12:19
    •  
    • Tout à fait d’accord. Tant que nous chercherons uniquement à destituer le pouvoir établi pour ensuite se précipiter à établir de nouveaux corps constitués, nous ne ferons que mettre en place une nouvelle oligarchie. Les révolutions arabes nous le montrent, l’Égypte a chassé un dictateur et c’est le corps constitué de l’armée qui a pris la place, Il faut donc détruire toute forme de pouvoir, laisser les masses s’autogérées et fuir toute idée d’assemblée constituante.
      Ce n’est pas le peuple qui fait la révolte mais c’est la révolte qui forge un peuple.

      dirk Le 29 avril 2015 à 11:51
  •  
  • Démonstration parfaite d’une évidence qu’il serait temps de reconnaître et d’en tirer les conséquences :
    Le PS était naguère un parti de gauche, c’est dorénavant un parti de droite .

    François 70 Le 22 avril 2015 à 12:28
  •  
  •  
  • Voilà une belle caricature, qui permettra à la "gauche de la gauche" de continuer de creuser sa tombe et celle de la démocratie française en toute bonne conscience, pendant que le FN continuera d’empocher les dividendes de ses saintes colères.

    Nico Le 22 avril 2015 à 18:10
       
    • Puisqu’il est question des années 70 : Démocratie française, ce fut le titre d’un livre de Valéry Giscard d’Estaing, le promoteur du "Changement sans risques" (pour le Grand Capital)...

      Aubert Sikirdji Le 23 avril 2015 à 14:18
    •  
    • En matière d’immigration par exemple, aujourd’hui le PS parle bien comme le FN le fait depuis une quinzaine d’années.
      Et en matière d’économie, le PS parle aujourd’hui comme Reagan et Thatcher parlaient dans les années 80.
      Assez de confusion et d’impostures.

      Monsieur HR Le 26 avril 2015 à 12:23
    •  
    • Entre parenthèses, dans ces circonstances où est interrogée la constance et la loyauté de l’orientation de chacun en politique : je rappelle que Jean-Luc Mélenchon a défendu présentement le PCF, face au rapprochement d’analogie abusive avec le FN, de la part de Hollande, qualifié de « bassesse »... Alors que lorsque, oui, Monsieur HR, le PS, en l’occurrence Valls, il y a bientôt... deux ans ( ?), a EFFECTIVEMENT adopté le langage de la droite extrême, face au Rroms, Pierre Laurent avait considéré que ce n’était pas de bon ton !... Voilà comment, à terme, il est remercié par Hollande !... Comme quoi, il peut toujours demander des excuses : il vaut mieux être clair, et dénoncer à l’unisson ce qui doit l’être, sur le moment, en matière de politique réelle suivie !...

      Aubert Sikirdji Le 26 avril 2015 à 13:12
    •  
    • D’accord avec vous aubert

      Monsieur HR Le 26 avril 2015 à 14:40
  •  
  • Pourquoi avoir conservé le S de de PS ?

    Monsieur HR Le 26 avril 2015 à 12:17
  •  
  • et le G,dans pdg ?

    eric Le 26 avril 2015 à 21:03
  •  
  • De : rle-bris@laposte.net

    Objet : LE PS PARTI DE GAUCHE ?

    LE PS , TOUJOURS PARTI DE GAUCHE ?

    La spécificité française au sein du mouvement ouvrier a été
    d’avoir avant la deuxième guerre mondiale et après un Parti
    Communiste de masse , implanté dans la classe ouvrière
    s’expliquant notamment par la faiblesse de la social démocratie,
    effets de sa position dans la guerre de 14/18 après l’assassinat
    de Jaurès concernant la première période, rôle moteur des
    communistes dans la Résistance ( parti des fusillés, programme
    de gauche ) après évidemment le pacte germano-soviétique de
    Staline.

    Mitterrand a réussi en 1981 à capter les électeurs communistes
    en sifflant la fin de grandes mobilisations populaires avec la mise
    sous tutelle de ministres communistes, expérience renouvelée
    dans le deuxième gouvernement d’Union de la Gauche qui a eu
    pour résultat un record de privatisations et le début de la casse
    du service public, notamment La Poste et France Télécoms.

    Depuis, le PCF n’a fait que baisser d’audience lors des élections,
    l’obligeant à s’accrocher à certaines places dans des postes de
    gestion, notamment au niveau régional et en même temps à
    essayer d’ouvrir un Front à gauche du PS, notamment avec le
    Parti de Gauche et d’autres organisations aujourd’hui regroupées
    à Ensemble, le NPA restant isolé sur une ligne sectaire notamment
    sous l’influence d’une tendance provenant de Lutte Ouvrière.

    La politique dominante du PCF n’était pas le renversement du capitalisme.
    D’où au niveau de sa direction relayée par la CGT en 1968 la chasse aux
    gauchistes. Pour faire court, la préoccupation était d’adopter la
    coexistence pacifique entre l’URSS et les USA. Donc pas de trop
    grosses vagues au niveau national.

    Mais la prolétarisation croissante de jeunes issus du milieu rural,
    la croissance économique créant de nouveaux lieux de production
    et notamment la féminisation du marché du travail, l’emprise de
    la CGT allait diminuer avec l’apparition d’une aile gauche influente
    au sein de la CFDT. Le conflit de LIP a servi de révélateur de ce
    changement de rapport de forces mais c’est surtout le conflit de
    1974 aux PTT puis dans la Fonction Publique qui allait faire adopter
    une ligne plus habile de chevauchement pour mieux maitriser les
    conflits sociaux.

    La reprise en main de la confédération CFDT, favorisée par le décès
    du responsable d’Hacuitex, la prise en main de la confédération
    CFDT par des socialistes de la deuxième gauche comme Edmond MAIRE
    avec le rapport MOREAU, allait permettre à la CGT de laisser une image
    de combativité avec ce triptyque revendication, mobilisation,
    négociation. Sachant que tout le monde se retrouvait avec comme
    toile de fond le programme commun, et des slogans différents :
    unité, action programme commun pour les uns, unité, action,
    autogestion pour les autres.

    Contrairement à aujourd’hui, il y avait donc une dynamique
    qui permettait d’unifier dans les luttes et dans les urnes les
    mobilisations sociales et le désir de changement de société.

    1983 et le premier plan de rigueur du gouvernement MAUROY
    allait briser cette dynamique. La confédération CFDT allait faire
    la chasse à ses oppositions internes, ce qui allait provoquer la
    naissance du SUD. Mais cette nouvelle force syndicale allait
    très vite plafonner son influence au sein des services publics
    et sa direction faire le grand écart entre un ouvriérisme local
    et une propagande parfois efficace sur le terrain sous l’influence
    des militants(tes) LCR.

    Dans le même temps, la sociologie de la population et les
    transformations du tissu industriel allaient transformer
    radicalement les influences politiques dans la population.

    Petit à petit, ce ne sont pas des conjonctures qui allaient faire
    des alternances entre la droite classique et la gauche libérale
    avec toujours à la chaîne la direction du PCF , c’est la période
    qui allait directement changer, notamment à cause de la crise
    monétaire du capitalisme, du poids des multinationales
    contrôlant le secteur financier international, la concurrence
    exacerbée avec les nouvelles puissances, la fin de l’autonomie
    au sein de l’Europe des Etats nationaux.

    Cette nouvelle période allait se concrétiser par l’explosion du
    chômage, l’augmentation de la précarité, l’industrialisation
    croissante de l’agriculture, du commerce, la prise en main
    des médias par les oligarchies financières.

    Mais surtout cette période va signifier pour le mouvement
    syndical de se battre non plus pour un peu plus d’acquis
    mais pour le moins possible de remise en cause d’acquis.

    Dans le même temps et contradictoirement, les problèmes
    écologiques allaient mettre en avant le pourquoi de la
    production, la lutte contre l’empoisonnement de la population
    et le développement des cancers, l’utilisation de nouvelles
    technologies pour la qualité de la vie, la conception d’autres
    rapports économiques que le rapport de domination financier
    mais une conception de coopération véritable outil contre
    le fanatisme religieux ayant pour corollaire les actes terroristes
    faisant le jeu de toutes les sortes d’ extrême droite à travers le
    monde.

    En France, cela allait donner de nouvelles forces politiques
    comme EELV, mais qui connait la gangrène du carriérisme en
    son sein, ou plus récemment Nouvelle Donne.
    Sur le plan syndical, la confédération CFDT a adopté une ligne
    de renoncement à tout progrès social et un débat feutré commence
    à apparaître au sein de la CGT, mais là encore dévié par des
    comportements de permanents qui oublient leur rapport essentiel
    avec leurs syndicats de base souvent happés par des appâts patronaux
    comme savent très bien faire les labos avec les médecins !

    Ces contradictions allaient provoquer des défaites électorales,
    accentuer la politique des ciseaux, c’est à dire entre la volonté de
    ne pas se couper des réalités sociales de plus en plus dégradées
    de la population mais dans le même temps de se couper de points
    de pouvoir, les permanents du PCF répétant sans cesse que ce sont
    des " points d’appui " pour la population, niant ainsi le changement
    de période !

    Devant les attaques de plus en plus violentes du capitalisme,
    personnifié en France par le triptyque Hollande, Valls et Macron,
    les forces alternatives doivent se poser la question de la nature
    du Front Unique aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que retour en
    une énième union de la gauche à l’ancienne, avec donc le PS, est
    vouée à l’échec !

    D’où le débat à travers les chantiers d’Espoir où sont posées les
    attitudes à adopter pour les prochaines régionales, certains disant
    à juste titre qu’il faut rompre avec le PS alors que d’autres,
    frileux pour le moins, voulant attendre ce débat pour d’autres
    temps ! Or, on n’avance pas en reculant, sauf si un pas en
    arrière amène à deux pas en avant pour reprendre une formule
    célèbre !

    La dégradation de la planète, les menaces fascistes, les dégâts
    sociaux d’une population de plus en plus appauvrie n’attendent
    pas ! La mobilisation politique pour une sixième république,
    la proportionnelle, un programme de développement écologique
    aussi bien dans les secteur industriel qu’ agricole, le partage du
    travail pour lutter contre le chômage mais aussi pour le développement
    culturel de chacun(e) tout le long de sa vie, oui tout cela demande
    à rompre avec un parti qui n’est plus un parti de gauche.

    Les chantiers d’Espoir doivent donc éviter de mettre à l’écart ce
    débat stratégique. Il intéresse toutes les formations se réclamant
    de la transformation sociale et écologique des sociétés capitalistes
    tout en refusant le repli sectaire comme le font depuis des dizaines
    d’années les camarades de Lutte Ouvrière !

    Je demande donc que ma contribution soit mis en débat aussi bien
    localement que nationalement. Le 26/04/2015 . René LE BRIS .

    LE BRIS RENE Le 27 avril 2015 à 21:43
  •  
  • je crois qu’il est temps de passer à l’aprés-mutation.
    Voici une critique d’un membre comme moi, d’une organisation le PCF,composée d’individus libres et exigeants.
    Depuis,’le mouvementisme,’ ,Regards,’les gens’,la mutation,et ’la chose ’ qu’elle engendra,les comités antilibéraux,le pge,le fdg,le M6r,’allumer les étoiles’,’les chantiers de l’espoir’ ,’AAA’,et autres gadgets,seule survit,se développe et m’intéresse,comme pour les millions de gens de France, le PCF.
    Faisons les comptes sur l’évolution de mon organisation,le PCF.
    Force est de constater que son potentiel d’élus et organisationnels a considérablement diminué depuis 2013.
    En plus, beaucoup de communistes ont quitté sans rejoindre d’autres(improbables) organisations ou sont allés à InitiativeCommuniste,Vive le pcf,ou réveil communiste.
    En 2015,il faut arrêter de se disperser et revenir à l’essentiel:l’union,dans des blogs certes mais aussi dans le pc, ?ne le croyez vous pas ?
    Il est temps d’arrêter de dénigrer le PCF,temps de promouvoir le PCF,de faire voter PCF,avoir des élus PCF,de se rassembler autour du PCF,de pousser ensemble pour le PCF !
    Vieux,jeunes,sans idées clivantes(frontdegauchistes,trotskystes ou bolchéviks),nous sommes très nombreux,à vouloir que le PCF ressurgisse comme force politique sur la scène nationale.
    Car le bilan du PCF est extraordinaire depuis 1947 et nous nous cachons !!!!!!!!!!!!
    Aucun parti en France n’a un tel bilan de progrès social.
    Seul l’aspect bureaucratique,limité,somme toute chronique et désagréable mais sans drames,est à déplorer.
    Le pcf a effectué son auto-critique sur cette question,y compris du temps de l’URSS avec l’eurocommunisme de Marchais.
    Pour le reste,en peu de mots ..et j’en oublie:Internationalisme,décolonisation,résistances,antiracismes,pacifisme,état providence,animations locales,cuilture,sciences,santé,aides sociales,moeurs,éducation,avancéessyndicales, démocratiques et développements... bravo le PCF !
    Il faut le dire,avancer notre sigle,PCF,et arrêter de travailler pour d’autres orgas... F.Hollande,les comités anti-libéraux et les blogs mélenchonistes ,nous démontre qu’aucune ’reconnaissance’ ne compensera l’effacement du pcf au profit d’autres,anti-pcf de toutes façons.

    Maurice Le 29 avril 2015 à 15:14
       
    • Le futur ne sera pas un passé recomposé.

      Aubert Sikirdji Le 29 avril 2015 à 21:09
    •  
    • Sinon, de qui parlez-vous ? La "critique" ci-dessus de René Le Bris, que vous désignez comme "un membre comme vous, d’une organisation le PCF,composée d’individus libres et exigeants" n’est pas, non, d’un membre du PCF : René Le Bris, que je côtoie en Normandie, est à "Ensemble !"

      Aubert Sikirdji Le 30 avril 2015 à 07:09
  •  
  • (...La preuve ici : http://www.regards.fr/web/article/andrei-gratchev-la-russie-ne-veut#comments , voir le post de RENE LE BRIS, le 14 mars à 18 heures 50.)

    Aubert Sikirdji Le 30 avril 2015 à 07:19
  •  
  • Pour moi,les gens d’Ensemble sont des amis ,appartenant à la mouvance commune,entre autre communiste comm les communistes sont des ensemblistes.
    Rien à voir avec les teignards du pédégé.

    Maurice Le 1er mai 2015 à 16:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.