Accueil > Idées | Par Gildas Le Dem | 19 janvier 2017

Que reste-t-il d’Althusser ?

Un documentaire d’Arte sur Althusser invite à revenir sur la figure du philosophe et sur une pensée qui donna ses lettres de rigueur au marxisme. Le retentissement qu’eut son œuvre à l’époque est-il encore d’actualité aujourd’hui ?

Vos réactions (13)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est rare que la télévision consacre un documentaire à un philosophe. Il est encore plus rare que la télévision produise un documentaire consacré à un philosophe marxiste. Mais, dira-t-on, pourquoi s’interroger encore sur la figure d’un de ceux-là – Louis Althusser – dont l’œuvre aura sans doute fait sensation, mais dont le rayonnement s’est, peut-on imaginer, limité aux seules années 60 ? Et qui est, hélas, mieux connu, aujourd’hui, pour le drame qui aura césuré sa vie : le meurtre de sa femme, Hélène, dans les locaux de l’École normale supérieure ?

C’est qu’à vrai dire, L’aventure Althusser, diffusé par Arte, est un moins un documentaire sur Althusser qu’une radiographie de "l’effet Althusser", des raisons pour lesquelles l’œuvre d’un philosophe marxiste, au détour des années 60, a pu connaître, jusqu’à nos jours, un tel retentissement.

Penser ensemble philosophie et politique

On imagine mal aujourd’hui, il est vrai, l’effet de délivrance, de libération qu’a pu représenter le travail d’Althusser. Le PCF est alors un parti de masse, et le marxisme, en-dehors même des cercles communistes, est présenté (par Sartre) comme un horizon théorique indépassable. Mais précisément, le marxisme doit-il son poids, sa légitimité théorique, à sa relation avec un parti de masse – ou bien le marxisme, la philosophie marxiste ont-ils une force et une rigueur théoriques propres ?

La question est d’autant plus embarrassante que le marxisme se donne pour une rencontre inédite : celle de la philosophie et des masses, de la théorie et de la pratique réalisée dans l’histoire. Et que les dirigeants communistes – de Lénine à Staline et Mao – se donnent également comme des figures intellectuelles incontestables, au moins dans l’espace communiste. Comment, dès lors, alors que s’amorce la déstalinisation après la publication du rapport Khrouchtchev, penser ensemble philosophie et politique ? Sans sacrifier la première à la seconde, ni renoncer, pour autant, à leur unité ? Autrement dit, comment concilier rigueur théorique, exigence de vérité et politique de masse ?

Althusser s’en explique dans une remarquable interview à la RAI, qui ouvre le documentaire : « Je pense que, d’une certaine façon, dans certains cas, pour rectifier une erreur il y a besoin de persévérer dans l’erreur. Pourquoi ? Il s’agit d’un problème de masse. Si comme intellectuel tu découvres une erreur, que tu la rectifies pour ton compte, et si tu te mets à dire, à proclamer "Moi, j’ai compris que c’était une erreur !", "Je l’ai rectifiée et vous devez tous la rectifier". Si tu ordonnes la rectification, hein ! Eh bien tu fais une sottise. Les gens doivent comprendre les choses par eux-mêmes. Sinon, c’est un ordre venu d’en haut, et rien ne change ».

Changer le parti, changer le marxisme, changer le monde

Il y a là tout le style d’Althusser, condensé : le souci extrême de la rigueur théorique, mais aussi de l’adresse, de la souplesse, de la "justesse", arraché par conséquent à tout ce qui ressemblerait à un dogmatisme, un autoritarisme théorique, procédant par injonction et "interpellation", assujettissement des individus et des masses à un régime et un appareil idéologique (serait-il celui de l’école ou du parti). Bien sûr, Althusser rusera pour lui-même avec le parti et l’école. On le sait, il ne quittera jamais le cercle du PCF ou de l’École normale supérieure. Et il arrivera que, parfois, par-dessus la tête de ses élèves comme ceux-ci le reconnaissent, il continue à s’adresser aux dirigeants du PCF pour tenter de se les rallier.

Il n’empêche. Althusser aura voulu, en théorie et en pratique, changer le parti, changer le marxisme, changer le monde. Et cette aspiration – sans doute traversée par la folie maniaque qui s’emparait de temps à autre d’Althusser – fut bel et bien partagée. Par ses élèves, les étudiants, et au-delà, une partie non négligeable du monde intellectuel et militant (les étudiants communistes engagés contre la guerre d’Algérie, notamment). Et c’est justement là ce qu’on a appelé "l’althussérisme" : une manière d’interroger avec rigueur les évidences de son temps, sans que cette rigueur et cette interrogation ne dégénèrent en radicalisme, en violence dogmatique.

Bien sûr, dans cette mise en question du marxisme par lui-même – les titres des grands livres d’Althusser, Pour Marx, Lire le Capital, ne peuvent pas ne pas résonner comme des mots d’ordre – il y a la tentation du radicalisme propre à toute grande tentative hérétique. Relire Marx, et relire Marx en revenant au texte de Marx comme le firent Althusser et ses élèves, est une manière de revenir aux sources et à la pureté des sources, et par conséquent de disqualifier les interprétations concurrentes (celle de Sartre bien sûr, mais également toutes les interprétations humanistes de Marx qui, au sortir de la seconde guerre mondiale, avaient fait les beaux jours du stalinisme).

Conjuguer Marx au présent

Seulement, cette relecture de Marx se fera également au nom des droits du présent, et d’une rupture théorique et pratique avec un marxisme étroit. C’est en s’emparant des outils de la psychanalyse, de l’épistémologie contemporaine, et de ce qu’on appellera le structuralisme, que Louis Althusser et ses élèves rénoveront le marxisme. Et réveilleront ce qui, de Marx et de la philosophe marxiste, pouvait encore revenir pour notre temps. Si bien que l’on peut dire qu’il s’est moins agi, de fait, d’un retour à Marx, que d’un retour de Marx, dans l’espace de la conjoncture théorique et politique la plus actuelle. D’où, sans doute, l’effet de surprise, de saisissement qui s’est alors emparé des lecteurs d’Althusser. Soudain, l’on pouvait croire rencontrer Marx pour son temps. Non plus le Marx figé dans l’académisme universitaire, ni même le Marx précautionneusement embaumé, au fond, dans les pieuses déclarations des dirigeants du Parti communiste – mais un Marx au présent.

Tous ses élèves, ses amis (notamment Lucien Sève) en conviennent. Ses lettres à Franca, sa maîtresse italienne, en témoignent également. Althusser était rigoureusement marxiste et communiste, mais il haïssait le dogmatisme et la violence. Althusser était, bien plutôt, un homme d’une grande douceur, d’une grande bonté même, et l’on s’expliquerait mal, sinon, qu’il ait pu aussi longtemps dialoguer avec des penseurs relativement étrangers au marxisme : Foucault, Lacan, ou Derrida. Toujours dans l’interview à la RAI, l’on peut entendre Althusser prononcer cette phrase, qui n’a quelque chose d’étonnant que pour ceux qui ne comprennent pas, ne veulent pas comprendre que l’antihumanisme théorique d’Althusser n’excluait pas, mais impliquait au contraire une forme d’humanisme pratique : « Le communisme, c’est le respect de l’homme ».

Respect de la rigueur théorique, respect des masses, respect de cet événement, de cette nouveauté théorique et pratique que représenta l’irruption du marxisme sur la scène intellectuelle et politique, c’est sans doute, au-delà des grands concepts althussériens (la "coupure épistémologique", la "détermination en dernière instance"), le geste d’Althusser que nous devenons retenir pour notre propre présent. C’est-à-dire apprendre, pour notre temps, à ne traiter Marx et le marxisme ni en chiens crevés, ni en idoles statufiées, mais en faire l’élément d’une critique du présent – en répéter la force de rupture encore inouïe.

Vos réactions (13)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Merci à ARTE (dont je n’ai pas souhaité regarder l’émission) qui a donné à Gildas Le Dem l’occasion de commettre cet excellent article qui je l’espère stimulera la curiosité de nombre de lecteurs pour le travail essentiel, on ne peut plus en prise sur l’actualité, d’un des plus grands philosophes, penseurs et pédagogues du XXème siècle. Merci encore.

    René-Michel Le 19 janvier à 22:51
  •  
  • Je regrette la censure de Maurice qui, une fois n’est pas coutume, apportait quelques précisions intéressantes.

    rené-Michel Le 20 janvier à 14:42
  •  
  • Merci à ARTE pour ce documentaire - Émouvant et nécessaire - de Bruno Olivier sur ALTHUSSER, vu surtout par ses compagnons de route philosophique... . Souvenir de Louis que l’on peut prolonger par le « Althusser et nous. 20 contributions » de Aliocha Wald Lasowski. Paru aux PUF en 2016.
    Signé d’une "pro-LGBT et théorie du Genre" ET fidèle d’Althusser !

    Françoise ARNDT Le 21 janvier à 20:46
       
    • NB ! Bruno OLIVIERO (avec O final) ! Pardon à lui !

      Françoise ARNDT Le 22 janvier à 02:22
  •  
  • doc trop court mais c’est mieux que rien ...pour rester dans la dernière thèse sur Ludwig Feuerbach ( les philosophes n’ont fait qu’interpreter le monde ....)demeure un oublié de cette époque ; Henri lefebvre .Et puis ce serait tellement intéressant d’écouter lucien séve évoquer son œuvre et sa vie tant qu’il vit encore.

    rinaldo Le 22 janvier à 11:00
  •  
  • Un slogan de 1968 me revient en mémoire : "Althusser-à-rien !".
    Il semblerait que ce soit maintenant vérifié.

    Bernardino Le 22 janvier à 11:42
       
    • Ce type de brillant de commentaire donne à lui seul une notion de l’infini...Bernardino futur.

      René-Michel Le 24 janvier à 10:33
  •  
  • @rinaldo
    Lucien Sève, philosophe officiel du PCF, me semble mal venu pour parler d’Althusser, l’ayant combattu sans relâche et ayant accompagné l’abandon continu du marxisme par la Place du Cl Fabien.

    René-Michel Le 22 janvier à 13:45
  •  
  • Eh oui René-Michel, je persiste : Althusser à rien !
    Soyons alors plus explicite :
    à part dans les milieux intellectualistes où la réflexion remplace l’action, quelle emprise sur le réel, sur l’action, a encore l’althussérisme ?
    La lecture du Capital selon Althusser est-elle une référence ? Et si oui, pour qui ? Et sa vision des idéologies ?
    La rénovation idéologique que voulait Althusser a-t-elle donnée quelque-chose aujourd’hui en dehors de quelques épigones qui noircissent du papier ?
    L’Althussérisme ne fut-il pas qu’une mode cantonnée principalement au monde universitaire et très vite passée ?
    Mais il est vrai que je ne suis pas un grand penseur. Juste un vieux marxiste qui en a beaucoup vu passer.

    Bernardino Le 24 janvier à 17:31
  •  
  • Je découvre la revue Regards dont je n’avais jamais entendu parler ce soir en pianotant sur google. Au fil des liens, je suis passé de Hamon (l’homme du jour) à Chantal Mouffe et j’ai fini par atterrir ici. Apparemment le documentaire n’est plus disponible en streaming depuis quelques jours. Si quelqu’un l’a enregistré , je veux bien lui envoyer une clé USB. Cordialement

    Denis Le 30 janvier à 03:01
       
    • Bonjour,
      Si votre question est toujours d’actualité, après avoir pas mal fouillé, j’ai trouvé un lien :
      mega :# !ldZAyKDJ !ALX4uC10X01ec6x8dZIGOOwDPOyzbvB7ogLIf0MG-a0

      si le titre est en espagnol, la video est bien en français
      bien cordialement

      c Le 16 avril à 17:32
  •  
  • J’ai aussi été très intéressé, parfois ému, et perplexe encore plus : l’impression que les disciples qui étaient là ne faisaient que raconter l’histoire exactement comme ils l’avaient vécue, avec une certaine complaisance, sans le moindre recul critique et encore moins historique. Finalement le seul qui a un peu parlé politique, et qui a été capable à la fois de se remettre en cause et de dire qu’Althusser se trompait est ce bon vieux Lucien Sève.

    Jeune militant PCF dans les années 70, enthousiaste et discipliné, très marqué par l’althussérisme, j’ai commencé dans les années 76-78-81à "me poser des questions" comme disait la pensée-Marchais, et aussi à y répondre, donc "rouler-pour-la-droite-et-le-ps" selon la pensée-Marchais, alors que je le critiquais d’un point de vue de gauche et en passant à l’action organisée (o horreur, tendance ! fraction !) ; et j’ai été de plus en plus stupéfait que parmi les "communistes critiques", dont de célèbres althussériens, on se contente de variations sur la théorie et de l’histoire du mouvement ouvrier et du marxisme tel qu’il s’était congelé en Russie à la fin des années 20 : pour les uns c’était une "déviation stalinienne", pour les autres il suffisait d’y ajouter des libertés démocratiques, mais c’était le socialisme ! Et moi jeune blanc-bec je découvrais l’ignorance de ceux qui avaient été mes maîtres à penser, qu’ils n’avaient jamais étudié les autres courants du mouvement révolutionnaire d’inspiration marxiste, ne savaient à peu près rien de Rosa L., des débats internes aux communistes soviétiques jusqu’à ce que Staline les assassine tous, ne savaient rien des mouvements conseillistes, de l’autogestion yougoslave, des marxismes critiques en Europe de l’Est — il m’arriva même d’écrire des topos sur ça dans certaines des revues "oppositionneles", pas eux qui avaient 20, 30 ans de PCF, qui écrivaient dans sa presse pour intellectuels etc. Et ils écrasaient de leur mépris ce qui s’était fait en langue française, notamment du côté de Henri Lefevre, Goldmann, etc ; je me souviens des ricanements de l’un d’eux évoquant pendant un de ses cours une jeune philosophe trotskyste qui étudiait Max Weber… ils n’ont jamais eu un débat sérieux à ce propos, ça se jouait entre eux et Le Parti, un point c’est tout. Et arrivés à un point de rupture ils n’étaient guère armés pour comprendre ce qui leur arrivait…

    Plus tard, ce que j’ai retrouvé l’expression de ce que j’avais éprouvé et découvert au tournant des années 70-80 en lisant ce qu’a écrit Daniel Bensaïd à la mort d’Althusser http://www.danielbensaid.org/La-mort-de-Louis-Althusser
    http://www.danielbensaid.org/Althusser-et-le-mystere-de-la
    http://www.danielbensaid.org/Visages-et-mirages-du-marxisme

    Tout ça ne nous rajeunit pas… ou alors oui,peut-être.

    Zeca Le 17 février à 01:35
  •  
  • Bonjour
    le reportage d’arte, m’a enfin apporté un éclairage intéressant sur le personnage et un peu sur ses idées. Bon reportage.
    mais en général, les intellectuels dit marxistes, principalement universitaire, ont plus rajouté a la confusion, renforcé le confusianisme, que éclaircie , la pensée de Marx. Mais surtout, pour la plupart, ils ont "castré" le mouvement ouvrier, de ses potentialités révolutionnaires .En faisant de Marx, et sa pensée , tout sauf un révolutionnaire, pour son époque, et encore actuellement ,ne remarque pas son potentiel révolutionnaire, toujours présent. Qui ne mais pas Marx a toutes les sauces, pour le détouner, le récupérer.....en faire un petit bourgeois, un réformiste, un écologiste, un partisan du travail, et j’en passe.

    bob Le 12 mars à 17:52
  •