photo cc Ze'ev Barkan
Accueil > Société | Entretien par Loïc Le Clerc | 21 janvier 2016

Raphaël Liogier : « L’Etat participe à la mise en scène de la guerre "musulmans contre juifs" »

Le nombre d’actes islamophobes a triplé en 2015, tandis que les actes antisémites restaient à un niveau élevé. Raphaël Liogier, spécialiste du fait religieux, replace ces chiffres dans le contexte de la crispation identitaire générale autour des religions.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’information a été donnée mercredi par Bernard Cazeneuve : « Pour la totalité de l’année 2015, nous constatons une diminution de 5% des actes antisémites, qui restent cependant à un niveau élevé, avec 806 actes constatés. (…) Les actes antimusulmans ont triplé et s’établissent à environ 400. Les lieux de culte et cimetières chrétiens, qui sont en France les plus nombreux, ne sont pas épargnés avec 810 atteintes, en hausse de 20 % ». Raphaël Liogier, sociologue et philosophe, directeur de l’Observatoire du religieux, réagit à ces données.

Regards. Quel lien faites-vous entre ces chiffres et la forte présence du fait religieux et de l’identité dans le débat public ?

Raphaël Liogier. Ce qui m’inquiète, c’est qu’on ait un gouvernement qui rajoute de l’huile sur le feu, qui nourrit une sorte de nouveau système où l’antisémitisme et l’islamophobie finissent par faire système. Sauf qu’il y a quand même une différence entre les deux, car si ces deux types d’agressions sont tout aussi illégitimes, l’antisémitisme est quand même minoritaire dans la population française et l’islamophobie majoritaire, au vu des sondages. Et surtout, l’État participe de cette mise en scène de la guerre "musulmans contre juifs". Dans le débat public aujourd’hui, il y a une véritable obsession du religieux, de l’identité. J’ai essayé de la montrer dans mon dernier livre.

« Il y a une vraie crise narcissique en Europe »

Comment s’est constituée cette obsession ?

La grande crise identitaire des Européens s’est développée à partir de 2003. C’est le début des sites comme Riposte laïque, qui prétendent venir de la gauche alors qu’ils sont à l’extrême droite. C’est le début de ces partis populistes qui mélangent des valeurs progressistes et traditionnalistes. C’est le rapport de François Baroin au premier ministre de l’époque, qui dit que la laïcité peut entrer en contradiction avec les droits de l’homme. Et tous ces débats sur les identités nationales, qui vont se déployer un peu partout, seront accompagnés du concept d’islamisation, selon lequel il y aurait une intention générale des musulmans de grignoter nos valeurs. Tous ces phénomènes sont concomitants dans l’ensemble de l’Europe, c’est-à-dire qu’il y a une vraie crise narcissique, avec un sentiment d’encerclement mêlé à un sentiment de déclin. Cela a engendré une sorte de nouveau populisme avec des leaders qui, comme Manuel Valls ou Marine Le Pen, sont soit des progressistes-réactionnaires, soit des réactionnaires-progressistes.

L’augmentation est alarmante, mais peut-on estimer qu’en valeur absolue – en regard de la population française et des cinq millions de musulmans, et compte tenu du contexte – les attaques islamophobes restent marginales ?

Je pense que ces chiffres sont en deçà de la réalité. Là, ce sont les actes déclarés, et, un peu comme pour les viols, tout le monde ne déclare pas avoir été victime. Le problème de ce qu’on appelle les attaques islamophobes, c’est qu’elles ne concernent que celles qui sont vraiment exprimées. Je peux vous donner un exemple : une jeune fille enlève son voile à l’entrée du lycée. Sous prétexte qu’elle garde une robe noire, le proviseur va aller regarder si la marque est écrite en arabe. Si c’est le cas, il dira : « Ah mais quand même, c’est un signe ostensible, c’est une forme de prosélytisme indirect », et elle va être convoquée. En fait, plus que les actes islamophobes, c’est une sorte de pression islamophobe qui pose problème. Mais on pourrait comptabiliser les attaques islamophobes dans les discours de Manuel Valls…

« Valls est un agent marketing indirect de Daesh »

Le premier ministre prend ce chemin-là, lui aussi ?

Ce qui est embêtant, c’est que Manuel Valls prétend défendre la laïcité alors qu’il l’instrumentalise au service d’une hygiène identitaire, d’une laïcité d’exception. Devant le CRIF, Valls vient au secours d’Elisabeth Badinter, lorsqu’il dit qu’il est absolument illégitime de se dire antisémite, mais par contre, qu’on ne devrait pas avoir peur de se dire islamophobe. Cela participe à la mise en scène de l’équation : "Islam = guerre des civilisations = Islam, civilisation antioccidentale donc antisociale = Islam désirable chez les djihadistes dont on sait qu’ils ne sont pas musulmans à la base". Valls fait le jeu de Daesh. On pourrait dire qu’il est un agent marketing indirect de Daesh, un représentant de commerce sur le marché de la terreur dominée par l’entreprise Daesh. S’il le fait de façon consciente, c’est qu’il est électoraliste. Si c’est inconscient, ça veut dire qu’il est réellement islamophobe et qu’il ne s’en rend pas compte.

La notion de laïcité a été vidée de son sens pour servir des idéologies réactionnaires et xénophobes ?

La laïcité est devenue un patrimoine à défendre, comme le château de Versailles qu’on n’habite plus, mais qu’on fait visiter. C’est comme ça que Marine Le Pen peut dire : « La laïcité, c’est génial », alors que son père disait : « La laïcité, c’est le complot judéo-maçonnique ». C’est le début du racisme culturel. Ce qui est incroyable, c’est que Manuel Valls récupère la logique du FN, avec une vraie dérive autoritaire. Je n’ai jamais été aussi en colère, surtout que je n’ai pas l’impression que cela entraîne énormément de réactions dans l’espace public.

La guerre des civilisations n’aura pas lieu. Coexistence et violence au XXIe siècle de Raphaël Liogier, CNRS Editions, 19 euros.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • 800 actes anti-sémites !
    400 actes anti musulmans !
    Grâce à l’état d’urgence,les ’fascistes tout couleurs’ sont bridés mais uniquement pour quelques jours encore.Puis ça reprendra de plus belle..
    Quand tout ça,cessera t il ?
    Combien d’actes anti noirs ?anti femmes ?
    anti mécréants ?
    anti athées ?anti jeunes ?anti vieux ?anti intégrité personnelle ?
    Depuis la nuit des temps ,ces actes sont commis.
    Heureusement qu’en France nous avons un mis en place un dispositif anti violence,appelé lois laïques malheureusement critiquées par des irresponsables.Où va t on,vers la guerre ethnico/religio/raciale ?
    C’est tellement stupide..

    bref Le 21 janvier à 06:36
  •  
  • Bientôt avec Raphael Logier et toute la clique du Front de gauche Marseille centre GA 13 , on en arrivera à écrire à l’ extrême gauche relativiste anti Fourestienne , que :

    " Les agressions de Cologne sont une preuve de la montée de l’ islamophobie , au vu des réactions des personnes qui défendent les femmes contre les attaques des migrants "

    Allez va , comme dirait Courcuff , cette gauche là est dans le brouillard , et à Marseille elle est déjà dans le mur

    Combien de perdus aux Ruines des Chantiers d’ Espoir du Toursky demain ?

    STORA Antonin Le 22 janvier à 22:06
  •  
  • Liogier est un islamophile délirant ( en bon disciple de Baubérot) : un passage le révèle parfaitement ici : il explique que la différence entre l’antisémitisme et l’islamophobie c’est que l’islamophobie est majoritaire.
    La différence c’est qu’en France l’antisémitisme tue, pas l’islamophobie. Que ce monsieur puisse danser sur les cadavres des victimes de Coulibaly de Foffana ou de Merah est simplement abject.

    citoyen de gauche Le 24 janvier à 16:47
  •  
  • On appelait ça autrefois un "idiot utile" !!

    On oublie que Michel foucault et d’autres intellectuels se sont enthousiasmés pour l’ayatollah Khomeiny à la fin des années 70 !

    Seule la journaliste Oriana Fallaci, résistante maquisarde pendant la 2nde guerre mondiale, devenue une grande figure du journalisme italien osa alors jeter son tchador - on ne disait pas encore voile - aux pieds de la nouvelle idole qu’elle interviewait !

    Que Raphaël Liogier comme tous les islamophiles fassent leur hijra vers toutes ces belles démocraties arabo ou non-mahométanes.

    vlad Le 27 janvier à 01:41
  •  
  • Bonjour
    Peut être suis - je dépasser, plus dans le coup, génération out ; a une époque je défendez les immigrés,je dénoncé le racisme, mais la religion on en parlez pas des deux cotés (Français , comme immigrés). les immigrés , ne se définissez pas comme Musulmans, et nous , on ne les considérez pas, ni désignons pas comme Musulmans. Heureuse époque, d’internationalisme, ou les critères, références, idéologiques, était autres. On parlez de révolution, tiers- mondisme, trotkysme, maoisme, anarchisme ,,,,,
    Et la religion était trés mal vue, elle était un facteur d’arriération idéologique, de régression idéologique, il fallait absolument la critiquer , la combattre.
    maintenant les immigrés, les habitant des banlieues, se collent l’étiquette Musulman, et les médias , politique, leurs colle l’étiquette Musulmans (sans généraliser)..l’air du temps a changer...sa pue.
    Le premier des amalgames , c’est de pas faire de généralités !.
    Tout les immigrés ne sont pas Musulmans, tout les Musulmans ne sont pas intégristes ou terroristes. il faut faire aussi la différence entre Origine, nationalité, religion.Tout Musulmans , ne sont pas arabe.....ainsi de suite. arrêtons de nous définir par rapport à une religion. Bon il y aurait beaucoup a dire sur ce sujet :religion, laïcité,
    Mais j’en et marre que l’on ne voie les choses que sous cette angle de religion, et je suis sur que beaucoup d’immigrés, de gens de banlieue populaire, on on marre qu’on les étiquette musulman.Sans doute , y a t-il parmi eux , des personnes qui en on rien a foutre de la religion, qui sont athée , qui pratique pas. Mais j’ai la dessus une petite amertume, tristesse, des gens bien" intentionné", on déclarer que l’islam était la religion des pauvres, et qu’il ne fallait pas critiquer l’islam, car religion des immigrés, sinon on était raciste, islamophobe...je trouve cela d’autant plus déplorable qu’il se disent révolutionnaire, très a gauche ?. Désolé, mes " saintes" de référence , sont Louise Michel, rosa Luxembourg , et bien d’autres penseurs qui rejeter la religion, et la critiquer.Mais peut être je n’aie rien compris ???

    bob Le 3 février à 18:12
       
    • vous avez raison de réaffirmer que tous les habitants des quartiers populaires et tous les enfants d’immigrés du maghreb ne se vivent pas comme musulmans mais ont des identités multiples héritant de la religion de leurs parents dans une pratique souvent apaisée et liée à l’envie de garder des racines et de la culture. Beaucoup d’entre nous ne supportent plus ces identités fabriqués par des politiques qui ne vivent pas la réalité des quartiers - nous sommes passés par tous les adjectifs et toutes le dénominations et aujourd’hui, nous devons naviguer entre ceux qui voudraient faire de nous à tout prix d’un clan des musulmans et ceux qui veulent nous appeler les indigènes afin de pouvoir écrire constamment le "nous" qui n’est en fait rien. Concernant l’islamophobie, on nous cite des chiffres mais si on devait faire le comptage des discriminations quotidiennes, le racisme ordinaire, les insultes dans la rue, le refus de logement, le refus de travail, le refus d’étude et d’echec scolaire, la ghettoisation et toutes les manifestations des injustices et des inegalités liées à l’origine et à la couleur de peau - on serait peut-être plus opérants pour voir la réalité du fonctionnement de la société - pourquoi ne pas compter le nombre d’immigrés qui n’ont droit qu’au logement dans certains quartiers, pourquoi ne compte-t-on pas le nombre de jeunes qui ne peuvent trouver du travail, pourquoi ne compte pas le nombre d’insulte racistes ou xenophobes, pourquoi ne compte pas le nombre de personnes à qui aucun employeur ne répond au lieu de nous bassiner avec les hijab de ces filles ou ces femmes qui ont décidé de militer au travers de la religion. Savez-vous raphael logier ce que c’est d’avoir des filles de 8 -9 ans qui se trimballent voilées en noir alors qu’elles voient leurs copines etre en robes ou en pantalon ? je crois que ces gens n’ont plus aucun contact avec la réalité, on voit les femmes voilées qui sont victimisés alors qu’elles ont fait le choix de leur démarche, mais on ne voit jamais celles qui doivent subir dans les quartiers la pression religieuse et la résurgence du machisme et l’enfermement des femmes qui ne participent plus aux réunions, qui ne peuvent plus s’investir dans les associations, ou ne peuvent pas circuler comme elles veulent et doivnet s’enfermer chez elles faute de travail. Ces militantes qui nous trompent ne vivent pas dans les quartiers, elles vivent à paris et se balladent parmi les hommes et ont des tribunes - elles ne sont pas obligés de se battre pour aller au marche et accepter de subir une condition qui parfois est pire que celle de leur mère. Logier est islamophile - c’est son droit mais si cette islamphobie était à la hauteur de ce qu’il prétend avec ses amis, comment explique-t-il qu’il y ait pas de révoltes ou de manifestation de rues ou de mobilisation massive - comment explique-t-il que la marche de la dignité ait été aussi minable - comment explique-t-il que les mosqués ne sortent pas dans les rues et comment peut-on aujourd’hui dire que la pratique de l’islam est brimé - oui l’expression extrémiste et fondamentaliste est contesté comme l’a été en son temps l’expression de la religion de monseigneur lefebvre dans son expression intégriste - comment la question de l’islamophobie est devenue un étendard pour les sociologues et les militants en quête de public alors que les responsables religieux sont plutôt silencieux. les journalistes devraient faire leur boulot - le coup de la jupe longue est le seul exemple cité par tous ceux qui veulent faire de l’islamophobie le nouveau visage de toutes les inégalités.

      anya Le 11 février à 10:03
  •  
  • je viens de lire qu’Alain gresh sur senat info tape sur ce pauvre imam chalgoumi qui ne serait pas un vrai musulman et qui ne parle pas bien français comme tous ces intellos qui ont prétention à parler au nom du "nous" dont on ne connait pas le contenu - ces gens passent leur temps à délégitimer toutes les personnes qui prennent la parole en leur assignant le role de harki, de traitre, de collabeur manquant de pureté et de sincérité disant en filigrane que ce sont eux qui détiennent la vérité, la pureté et qu’ils seraient les porte paroles légitimes des masses musulmanes, indigènes ou opprimés. je demande donc aux médias de les inviter pour qu’ils servent de repoussoir et que chacun puisse juger de leur duplicité. que proposent ces gens pour résoudre les problèmes à part de polémiquer sur fasse book et twitter en tapant sur fourest, finkelkraut ou boutih ou nadine morano - ils ont leur tête de turc assignant ainsi à toute critique ou tout poind de vue divergent le role de traite à qui on ne sait pas - je ne sais si vous êtes comme moi mais je déteste ces missionnaires armés de la pureté et de la vérité, l’histoire nous a prouvé qu’ils pouvaient vite revêtir les habits des dictateurs et des oppresseurs. Alain Gresh quand il se met à parler ainsi sans avoir ni les compétences ni la légitimité à cracher sur un homme qui peut se tromper, ne pas vraiment comprendre son role ou le comprendre ou l’accepter ni pire ni mieux que la plupart des politiques, de certains militants ou porte parole de ce pays - c’est plus facile de cracher sur la carrière et l’itinéraire de chalgoumi que de cracher sur la carrière ou l’itinéraire de personne qui ont du pouvoir dans ce pays - alain gresh a assez d’expérience et de connaissance pour ne pas se laisser enfermer dans ce rôle de coupeur de tête sans influence à moins qu’il ne cherche à promouvoir certains de ses alliés ou affidés qu’il pense plus respectables et surtout plus diplômes respectant ses propres inclinaisons élitaires.

    tahar Le 11 février à 14:53
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.