Accueil > Vous et nous | Par La rédaction | 20 juillet 2015

Regards, le numéro d’été

On ne peut lutter contre le dérèglement climatique sans remettre en cause le capitalisme mondialisé : c’est la thèse de notre torride dossier. Aussi au programme : Irlande, Taubira, élites, socialistes, Nord, FN à Marseille, Marx, Moriarty, Despentes, etc. Présentation.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Liste des points de vente
Le commander en ligne

 


SOMMAIRE

 


REPORTAGE

La taxe sur l’eau enflamme l’Irlande
La fin de la gratuité de l’eau a déclenché une colère qui couvait chez de nombreux Irlandais. Un moyen de rejeter enfin des politiques d’austérité dont ils sont les grands perdants. Sur le terrain, un large front commun s’est constitué, et va en s’amplifiant.



PORTRAIT DE POUVOIR

Icône et caution, Taubira la funambule
Devenue une figure majeure du gouvernement après l’adoption du mariage pour tous, Christiane Taubira a imposé son talent oratoire et sa force de conviction. Mais la garde des Sceaux joue aussi le rôle d’ultime fantassin “de gauche” dans une équipe qui ne l’est plus du tout. Une tension qui nourrit les critiques.



ENQUÊTE

La fabrique des élites
La France est l’un des pays où la reproduction sociale est la plus puissante.
La faute à l’école qui, loin d’enrayer ce phénomène, conforte les inégalités ? Les réformes scolaires se suivent mais 
les élites continuent
de se ressembler : pour les renouveler, c’est tout une logique qu’il faudrait démanteler.



DOSSIER

Le climat, carburant de la révolution
Plus il devient une réalité, plus le réchauffement de la planète se transforme en une question politique. Et plus le “mouvement climatique”, qui se fédère et s’élargit, est en mesure d’ébranler le capitalisme mondialisé. Si ces luttes revendiquent une révolution du modèle économique, elle imposent aussi de mettre à jour le logiciel de la gauche.



AU RESTO

Comment être "socialiste" quand le PS ne l’est plus ?
Les députés “frondeurs” Laurent Baumel et Barbara Romagnan ne se résignent pas à la dérive du PS vers sa droite. Malgré les doutes et les revers, et même s’ils regardent vers l’extérieur, ils veulent encore croire que leur parti puisse être le lieu
d’un renouveau...



PORTFOLIO

Face Nord, voyage au pays des terrils
Le photographe Charles Delcourt a rencontré des gens du Nord…



REPORTAGE

À Marseille, le FN prend ses quartiers Nord
C’est un Front national brutal et sans complexe qui s’est emparé du 7e secteur de Marseille, à la faveur de l’abstention des cités et de la division des populations. Pour regagner du terrain, l’opposition s’organise, mais va devoir se réinventer.



ENQUÊTE INTELLECTUELLE

« Le Marx qui importe aujourd’hui, c’est le Marx qui fâche, le Marx politique »
Karl Marx est réputé n’avoir pas su penser la politique en tant que telle. Pourtant, il suffit de se pencher sur les textes pour faire apparaître un théoricien inventif et surprenant par son actualité. Discussion, avec Isabelle Garo et Stathis Kouvélakis, sur le trajet d’un Marx penseur de formes inédites de la politique.



DANS L’ATELIER

Moriarty, belle famille
Huit ans après le succès de la chanson Jimmy, Moriarty sort Epitaph, son quatrième album. À la fois électronique et folk, explosive et mélancolique, rétro et incroyablement créative, la musique de Moriarty ne ressemble à aucune autre : le fonctionnement du groupe non plus.


LES RUBRIQUES

Cet été L’Agenda politique, culturel et intellectuel.
l’Édito La calvitie de Lénine.
Le mot Radicalité.
L’objet politique La cravate.

ET LES CHRONIQUES DE…

Gustave Massiah Les vétérans masqués de Lynn Johnson.
Rokhaya Diallo : Rachel Dolezal et le privilège blanc.
Arnaud Viviant Subutex intégral
Clémentine Autain : Préavis de rêve.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Taubira est surtout le symbole de l’anti-démocratie. Une secte au pouvoir qui parvient à imposer à tout un peuple dans la rue, une loi dont il ne veut pas.
    Elle est le symbole d’une organisation sectaire qui a réussi à se hisser au pouvoir et ne veut rien lâcher.
    Elle est la responsable de l’effondrement de la gauche. C’est à partir de la loi Taubira que ce gouvernement a décroché.
    Elle est l’apothéose (encore que c’est loin d’être fini) de la déconstruction de toutes les valeurs qui ont fondé notre civilisation basée sur la famille.
    Elle est aussi une grande magouilleuse qui a réussi a faire condamner une adversaire politique pour une satyre de type Charlie , alors qu’elle est garde des sceaux, par une association fondée par elle même, domiciliée chez elle en Guyane par un tribunal de Guyane (alors que la supposée infraction avait lieu en Alsace) alors qu’aucun avocat Guyanais n’avait accepté la défense (peur des représailles ?), condamnation à une peine délirante : 1 an de prison ferme et 80 000 Euros d’amende.
    Elle avait de surcroît pris les gens pour des imbéciles en disant : "Mesdames , Messieurs, les juges ont dit le droit". Et bien non, ils n’ont pas dit le droit car ce procès a été purement annulé ensuite par la cour d’appel de guyane, jugé irrecevable.
    Enfin elle est la promotrice du pseudo anti-racisme bidon qui a pour fonction de vouloir culpabiliser les français sur l’esclavagisme d’il y a 250 ans, alors même qu’il n’y a jamais eu d’esclaves sur le territoire français métropolitain.
    Le bilan est pas terrible.

    totoLeGrand Le 21 juillet 2015 à 12:48
  •  
  • Les français contre le mariage pour tous ?
    "déconstruction de toutes les valeurs qui ont fondé notre civilisation basée sur la famille" ?
    Représenter une femme noire en singe, une satyre type charlie ?
    Ce qu’on voit bien dans votre commentaire homophobe et raciste, c’est que Taubira est surtout le symbole de ce que déteste les réactionnaires.

    Lucie Le 27 septembre 2015 à 10:29
  •  
  • Ce que l’on peut observer, c’est qu’il y a une évolution lente. Il peut très bien avoir beaucoup d’affronts politiques, rien de bouge vraiment.
    Ca s’empire pour les uns, ça s’améliore pour les autres. Faut-il vraiment continuer à prêter de l’attention à la scène politique ? Est ce qu’il faut vraiment compter sur elle pour régler nos problèmes personnels et communautaires ?

    Philippe - Plan Marseille

    Philippe Le 23 décembre 2015 à 10:29
  •