Accueil > Vous et nous | Par La rédaction | 17 juillet 2017

Regards, le numéro d’été

Les élections de 2017 ont spectaculairement sanctionné la crise des partis, mais peuvent-ils vraiment disparaître ? Clivages, mobilisations, organisations, discours : comment la vie politique se reconfigure-t-elle ? Découvrez notre dossier et le sommaire de 120 pages d’enquêtes, d’analyses, de chroniques et de rencontres…

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Liste des points de vente
Le commander en ligne

 

SOMMAIRE


ÉDITO

PDG de la République

ANALYSE

Les enfants sont-ils de droite ?
Loin de la vision idéalisée de l’enfance, nos chers bambins expriment dans les cours de récréation des penchants pour les inégalités, les discriminations
et la répression. En contradiction apparente avec leur éducation, mais en phase avec la société. Les enfants sont-ils politiquement pires que les adultes ?



ANALYSE

Comment est-on passé de "l’Arabe" au "musulman" ?
Il y a cent ans, on haïssait au nom de la couleur de peau. Dans les années 1970, le racisme prend une forme culturelle : au pied des tours HLM, c’est désormais “l’Arabe” que l’on dénonce comme “l’envahisseur”. Jusqu’à subir une nouvelle mutation, plus récente, en la figure du musulman. Quel chemin les mots ont-ils suivi ?



PORTFOLIO

Reconstruction en Haïti : chaotique et incongrue
Corentin Fohlen a photographié la construction chaotique et inachevée d’un “village nouveau” en Haïti que ses habitants ont dû peupler avec les moyens du bord.



ENQUÊTE

La lente levée du voile sur les violences sexuelles
Deux études sur les agressions sexuelles dressent un état des lieux du nombre de victimes en France. Elles éclairent l’étendue d’un éau encore insuf samment reconnu, qui touche essentiellement les femmes, et orientent les actions à mener pour lutter plus ef cacement contre lui.



DOSSIER

Les partis ont-ils un avenir ?
Longtemps annoncée, l’heure de la refondation politique a sonné. Au cœur du chantier, la reconstruction d’organisations. Pour les réinventer, il faut comprendre leurs succès et leurs échecs, revoir les conceptions les plus établies, regarder ailleurs en Europe. Mettez vos casques : gros travaux en perspective.


 Et pourtant, une attente de politique
 Pourquoi cela ne pouvait plus durer
 « C’était social, c’était politique, c’était fabuleux »
 La gauche a perdu ses bases
 « La forme partisane est ce qui permet à un mouvement de durer »
 Mélenchon, le politique des émotions
 Comment refonder les clivages politiques
 Le communisme était un parti et il n’était pas que cela
 Tension entre arrogants et suffisants
 Être ou ne pas être insoumis ?

AU RESTO

Le genre, terrain d’étude et de combat
Objet de polémiques, les études de genre sont avant tout un objet de recherche pour un domaine émergent des sciences sociales, dont une particularité est d’entretenir des échanges constants avec le monde militant. Juliette Rennes, sociologue spécialiste de la question, et Alice coffin, journaliste et activiste LTGB, confrontent leurs expériences et discutent des passerelles entre chercheurs et activistes.



PORTRAIT

Manuel Bompard, le meilleur d’entre nous ?
À la fois tête pensante et artisan de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard rallie les éloges des militants – à défaut des suffrages des électeurs puisqu’il a échoué aux législatives. Mais c’est encore lui qui devrait piloter la transformation de la France insoumise en mouvement politique.



DANS L’ATELIER

Boijeot-Renauld, la traversée du 9-3
Des chaises, des tables, des bancs nomades fabriqués et “habités” sur place... Entre activisme radical et performance artistique, le duo d’artistes Boijeot.Renauld investit l’espace public avec son mobilier urbain réinventé. Pour y provoquer des rencontres et inviter chacun à questionner ses usages.



LES RUBRIQUES

Cet hiver L’Agenda politique, culturel et intellectuel.
Le mot Bonapartisme.
L’objet La pyramide.
L’image Montagnes de verre.

ET LES CHRONIQUES DE…

Bernard Hasquenoph Artivisme
Rokhaya Diallo Quand les afro-féministes brisent le déni républicain
Arnaud Viviant Pour une déclaration des droits du vivant
Clémentine Autain L’arme de la parole


Liste des points de vente
Le commander en ligne

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Comment est-on passé de "l’Arabe" au "musulman" ?

    Qui dans ce "on" ?
    Pour le Musulman il suffit de se rendre sur le site de l’ISESCO :

    Extraits :
    ...... en vue de
    les protéger contre la dilution culturelle et la perte de l’identité islamique,
    notamment les deuxième, stroisième et quatrième génération, l’ISESCO a décidé
    de mettre en place un cadre référentiel de l’action culturelle à l’extérieur du monde
    islamique que les centres culturels, leurs instituts affiliés et les associations
    islamiques adopteront comme document de référence.
    L’ISESCO a toujours accordé une grande attention aux musulmans établis à
    l’extérieur du monde islamique, qu’ils soient issus de l’immigration ou de souche,

    ..... Stratégie de l’Action culturelle islamique à l’extérieur du
    monde islamique.
    Puisse Dieu nous assister pour le bien de notre Oumma et de l’humanité tout entière..
    A quoi s’ajoute la dimension CIVILISATIONNELLE revendiquée par cette organisation.

    buda Le 18 juillet à 01:05
  •  
  • Boijeot-Renauld, la traversée du 9-3

    9-3 ? quand bobo s’encanaille et emploit le vocable de Fleury !
    Seulement voilà,s’il sortait de son loft relooké sur les structures d’une usine dont on a chassé l’ouvrier , il saurait que les bancs publics notamment en Seine Saint Denis (c’est son nom !) beaucoup trop ont été supprimés car squattés par des adeptes de la 8,8 et flasques d’alcool ...chassant les Retraités , poètes et amoureux.......

    buda Le 18 juillet à 01:57
  •  
  • En 1924, la commission temporaire sur l’esclavage de la Société des Nations écrit : « la traite des esclaves est ouvertement pratiquée dans plusieurs États musulmans, dans la péninsule arabique en particulier, et surtout dans le Hedjaz ».

    La dernière caravane d’esclaves noirs signalée passe à travers le Sahara en 1929.

    Il y avait entre 100 000 et 250 000 esclaves en Arabie saoudite avant l’abolition officielle de l’esclavage en 1962.

    La fin réelle de la traite des esclaves à Zanzibar n’eut lieu qu’en 1964.

    Selon la Commission des droits de l’homme des Nations unies, en 2000, entre 5 et 14 000 personnes sont esclaves au Soudan ; selon l’organisation Christian Solidarity International, environ 100 000.

    Selon le Global Slavery , les pays où se situent en 2014 les taux les plus importants de personnes encore en esclavage se trouvent majoritairement en Mauritanie}***}, en Ouzbékistan, en Haïti et au Qatar.
    *** le FLAM pour libérer les Mauritaniens du racisme,esclavagisme , unir les forces progressistes contre le système racial arabo-berbère des Bidan.

    buda Le 18 juillet à 11:53
  •  
  • Rien que le titre du soi-disant portrait de Manuel Bompard en dit long sur les intentions de l’auteur qui intitule son papier" le RE-MELENCHON". Manuel Bompard serait le clone de JLM, bien évidemment, sous-entendu, dans ses pires excès, c’est que l’on découvre un peu plus loin dans l’article, notamment lorsqu’il s’agit des partenaires de gauche !!! insiste t-il. Le redacteur n’hésite pas d’ailleurs à aller chercher dans les poubelles quelques faits vrais, véracibles ou pas qui n’ont pour seul objectifs de décrédibiliser, avant l’heure, l’éventuel successeur du maître, sans jamais apporter d’élements convainquants à ses critiques (lettres lapidaires recus par certains !!! militants ou cet anciens secrétaire du PCF qui ce souvient de Bompard comme quelqu’un d’irraisonnable, préférait toujours contredire !!!).
    Au total un article totalement inutile digne d’un format journalistique que l’on trouve dans de nombreuses salles d’attente. On n’apprend pas grand chose du personnage, car la politique est assez loin, l’analyse également, les ragots font office d’arguments. Le seul but semble de vouloir nuire à la France Insoumise. L’article se termine par "pas de crainte, donc, la relève de (notez, il n’a pas de prénom) Mélenchon est prête - mais (coup de poignard sibyllin) c’est quand, déjà l’après Mélenchon ?
    On aura pu y lire : quand est-ce qu’il va enfin disparaître ce Mélenchon ? Il nous empêche de continuer nos petites affaires, celui-là.
    Je devais me réabonner. Je vais réfléchir, l’été s’y prête, en attendant de voir la relève du journal Regards ? C’est quand déjà, l’après Pablo Pillaud-Vivien ?
    Un abonné Insoumis

    rodydecoue Le 22 juillet à 19:12
       
    • Abonnez vous à L’Humanité

      buda Le 23 juillet à 01:41
  •  
  • J’ai acheté Regards et lu avec un grand intérêt le dossier central sur l’avenir des partis politiques.

    Pour ma part, je ne crois pas du tout que les partis politiques, avec leurs sections locales, leurs fédérations départementales, leurs congrès, leurs textes de tendances et leurs directions démocratiquement élues par les adhérents-cotisants soient finis et amenés à être remplacés par des "mouvements" appuyés sur des plate-formes internet.

    Entre le PCF et la France insoumise, c’est le PCF qui est une organisation démocratique respectueuse de l’autonomie de ses sections et la France insoumise qui est une organisation caporalisée où tout est décidé d’en haut par Jean-Luc Mélenchon et sa garde rapprochée.

    Certains plaident pour que le PCF intègre ce que la France insoumise appelle son "espace politique" en ajoutant qu’ils ne sont pas "anti-partis", que les partis ont toute leur place à l’intérieur du mouvement, qu’ils continueront à exister...
    Mais c’est le mouvement qui fixe la ligne stratégique, c’est le mouvement qui interdit tout accord électoral avec d’autres partenaires aux élections locales, c’est le mouvement qui fournit les tracts avec la même identité visuelle partout en France, c’est dans les réunions du mouvement que se décideront les actions...
    A quoi servira donc le parti ? A rien. Ceux qui sont sur cette ligne pourront bien faire cette proposition lors du prochain congrès du PCF, mais je me battrai contre cette idée folle.

    David Noël Le 24 juillet à 11:52
       
    • Que peut à lui seul, un PCf tombé (par sa faute) à 1,3% ? La question n’est pas théorique mais pratique.

      Avec sa bureaucratie avant tout au service de sa propre organisation, son sectarisme qui consiste à croire que seul le PCf est "l’’instrument privilégié" de la lutte contre le capitalisme, et surtout avec sa tendance tout aussi opportuniste aux compromissions tant locales que nationales avec un PS entièrement acquis à l’ordo- libéralisme, et enfin avec sa dérive qui consiste à personnaliser la vie politique au lieu d’analyser la situation et le sens du mouvement - justement -, le PCf est devenu incapable de mobiliser en grand les classes populaires sur un projet révolutionnaire, susceptible d’offrir une issue pleinement actuelle aux luttes sociales.

      C’est en réalité en dehors du mouvement d’ensemble que le PCf "ne sert à rien", alors qu’en tant que parti (vraiment) communiste, il pourrait apporter, de part son histoire et ses diverses expériences, une utile contribution à la nécessaire éducation populaire et au décryptage du capitalisme euroïsé et mondialisé.

      Ajoutons que le PCf n’est plus depuis longtemps le seul détenteur de la pensée et de la pratique marxiste, comme si, il faut le redire, lui seul était "communiste", et s’auto-proclamait ainsi "expert" en pensée et en stratégie du "rassemblement" mobilisateur.

      J’ai longtemps milité au PCf et connais ses défauts comme ses qualités. Il est entièrement faux de dire que la FI est aux ordres de Mélenchon et manque de débat et d’élaboration démocratiques : c’est fantasmer son fonctionnement sur le modèle du PCf lui-même ! Il serait plus juste de dire que de nombreux communistes du PCf sont asservis à leurs cadres, refusant de faire campagne pour les présidentielles quand ceux-ci en décidaient ainsi, puis faisant campagne tout en traînant les pieds, quand Pierre Laurent se fut avisé qu’il y avait peut-être quelque chose à tirer des résultats de la campagne du "gourou à l’égo surdimensionné" pour les législatives.

      Les communistes du PCf ont tout intérêt à dialoguer avec les communistes de l’extérieur (qui sont les plus nombreux !), et avec toutes les autres composantes possibles du mouvement d’émancipation des classes populaires.

      Pour conclure, cela fait plus de trente ans, de congrès en congrès, que le PCf proclame comme vérité d’évangile qu’en dehors de lui-même ou du rassemblement autour de sa propre "stratégie", il n’est point de salut. Normal que plus de 500.000 libres citoyens - quel mépris du peuple que de penser qu’ils ne sont que des "clics" ! - et parmi eux de très nombreux militants de terrain - pensent différemment !

      Un ancien de l’Ecole d’un mois à Choisy-leRoi. Le 27 juillet à 14:56
  •  
  • Bonjour,

    On appelle ça comme on veut (association, parti politique, entreprise...) : il s’agit de poser des statuts pour définir un cadre commun de fonctionnement.

    Sinon j’aimerais bien connaitre l’origine du mot "parti" ? Peut-être qu’au moment où il a été popularisé il faisait écho à autre chose dans la société où il convenait de prendre parti ?
    Aujourd’hui il me semble que ce terme a tellement été utilisé qu’il n’évoque plus que la notion d’appareil et plus la dimension d’engagement.

    Flutiot Le 26 juillet à 17:16
       
    • Le Parti pour les Communistes est un Intellectuel Collectif dont le Marxisme est l’outil d’analyse d’une Société et qui conclut à la nécessité de dépasser les contradictions d’une époque par une Révolution, l’Histoire de l’Humanité c’est l’Histoire des luttes de classe.

      buda Le 26 juillet à 21:36
  •  
  • Un ancien de l’Ecole d’un mois à Choisy-leRoi.
    Les communistes du PCf ont tout intérêt à dialoguer

    Les colonnes du Journal l’Humanité sont là pour en témoigner.
    A propos ce quotidien seul titre national non patronal est en danger , vous pourriez l’aider dans sa souscription.

    buda Le 27 juillet à 15:45
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?