Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 6 décembre 2015

Régionales : triste et prévisible soirée

Nouvelle déroute du PS, contre-performance de la droite, incontestable victoire du FN… Les résultats des élections régionales confirment l’ampleur du désastre attendu, et l’urgence de retrouver une perspective commune à gauche.

Vos réactions (31)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Tous les sondages prédisaient un désastre, il est là, sous nos yeux. Le Front National triomphe. Sur les douze régions métropolitaine (hors Corse), il est en tête dans la moitié et semble en mesure de l’emporter au second tour dans certaines d’entre elles, notamment dans le Nord-Pas de Calais Picardie et en Provence Alpes Côte d’Azur.

La droite qui espérait il y a encore quelques mois opérer une razzia à ces élections est à la peine. Asphyxiée par la politique du gouvernement Valls qui occupe tout son espace tant sur le terrain économique que sur la politique sécuritaire, elle semble incapable de s’opposer sans tomber dans une surenchère qui ne profite qu’à l’extrême droite. Dans certaines régions, une fraction massive de son électorat a basculé au profit du FN, en particulier en PACA et en Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon.

Le Parti socialiste subit une nouvelle déroute, une de plus. Dans le Nord-Pas-de-Calais, berceau du mouvement ouvrier français, le voilà réduit à envisager de se retirer (ou de fusionner avec la droite) au second tour pour empêcher l’élection de Marine Le Pen – et même dans cette hypothèse, le résultat est incertain. Pour les écologistes, comme pour le Front de gauche, le résultat est amer : dans bien des régions, ils ne seront pas présents au second tour.

Renforcement et enracinement du FN

Certes, ces élections régionales ont eu lieu dans un climat particulier, mais les attentats du 13 novembre n’ont été tout au plus que l’accélérateur d’une dynamique à l’œuvre ces dernières années. Depuis la présidentielle de 2012, successivement les municipales, les européennes, les départementales et aujourd’hui les régionales ont chaque fois enregistré un renforcement et un enracinement du parti d’extrême droite. Sa place de premier parti de France ne peut hélas être contestée aujourd’hui.

À n’en pas douter, les analyses sociologiques du vote dont nous disposerons dans les prochains jours vont souligner l’emprise du parti de Marine Le Pen parmi les couches populaires, au sein de la jeunesse et plus généralement dans toutes les catégories de la population hormis les cadres supérieurs et les plus de soixante-cinq ans.

Ces résultats sont donc d’abord le bilan de la politique menée depuis trois ans et demi par François Hollande. Songeons qu’aux élections régionales de 2010, Marine Le Pen, déjà candidate, réalisait 17,5% sur l’ensemble Picardie- Nord-Pas-de-Calais, en 2015 son score tourne autour de 40%. En cinq ans, elle aura donc plus que doublé ses suffrages.

Contre la gauche de gouvernement et la droite libérale

Un tel désastre n’est pas le fruit d’une quelconque politique aventureuse du tandem Valls-Hollande, mais bien le produit d’un projet politique, celui de rassembler gauche de gouvernement et droite libérale sous une même bannière. Puisque si peu les sépare et que le danger du FN est si grand, pour ces deux-là, il n’y a pas de doute, la concrétisation de leur ambition fait un pas supplémentaire au soir du premier tour des élections régionales.

Face à ce projet qui méprise toute l’histoire politique de ce pays, l’enjeu est immense. Il faut désormais reconstruire la gauche tant que c’est encore possible. Il n’est pas l’heure de planter fièrement un drapeau pour l’histoire, mais de se retrousser les manches pour trouver des solutions. Si le sinistre tandem de l’exécutif et sans doute une bonne partie de la direction socialiste est acquise à cette évolution, des éléments de résistance existent. Organisons-les.

Une partie du peuple de gauche déboussolé, écœuré, refuse désormais de se rendre aux urnes. D’autres continuent à penser que le vote PS est un moindre mal et permet d’éviter le pire sans adhérer le moins du monde aux politiques menées. Il faut trouver les moyens de les réunir. Gageons que la meilleure manière de faire n’est pas de cultiver son petit jardin, mais d’offrir une perspective politique commune pour reconstruire un espoir de transformation sociale. Ce ne sera pas facile, on en est là.

Vos réactions (31)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Tous les sondages prédisaient un désastre"

    C’est un désastre pour les pro-système. Tous les anti-systèmes peuvent au contraire se réjouir : 50% d’abstention, vote FN, percée de Dupond-aignant (qui diminue d’autant le vote FN, ce qui est plutôt une bonne nouvelle).

    Le FDG se prend un raclée faute d’incarner un vote de protestation.

    Il nous manque un parti de gauche national-populiste.

    Coma81 Le 6 décembre 2015 à 23:47
       
    • Le FN est un parti complètement intégré au "système" contrairement à ce que vous dites. La preuve ? Le pont d’or que lui ont tendu les médias de l’oligarchie. Le FN - complètement intégré au système - bouffera dans la main de l’oligarchie (juste retour d’ascenseur) une fois parvenu au pouvoir. Votre commentaire montre que vous ne percevez pas la nature des médias dominants et leur rôle dans la montée du FN.

      Daniel Le 7 décembre 2015 à 00:02
    •  
    • Une étude de la fondation jean jaurès montre parfaitement que les électeurs "anti-système", les plus fragiles, les plus éloignés de la politique sont surreprésentés dans le vote FN. Au contraire, les électeurs du FDG ne sont pas plus antisystème que la moyenne.

      Coma81 Le 7 décembre 2015 à 10:16
    •  
    • Ce n’est pas parce qu’on est fragile qu’on est ppour autant anti-sytème. votre raccourci est rapide. Les pauvres parfois adhèrent davantage à l’idéologie dominante de la compétition (contre les immigrés par exemple). Conséquences de médias de l’oligarchie, de la désespérance, de l’effet du repli sur soi ..

      Daniel Le 7 décembre 2015 à 13:11
    •  
    • Le FDG est mort. Merci Melanchon le Georges Marchais bis !

      Alain Le 8 décembre 2015 à 08:37
  •  
  • Effectivement le FN est devenu le parti numero un du système, avec son implantation dans la colonne vertébrale du système, à savoir tout l’appareil de répression de l’Etat. C’est pourquoi il est une menace mortelle pour ce que le PS et ses affidés, élus FdG compris, n’ont pas encore détruit.
    Mais le rassemblement pour la résistance à cet Etat et ses serviteurs va maintenant s’accélérer. Ici déjà un bon appel à la riposte.

    Luis Le 7 décembre 2015 à 02:30
  •  
  • Arrêter les pleurades !

    Ne commencez pas à confondre les électeurs et ce parti.

    Les électeurs ont surtout rejeter la République de l’ENA.

    Ils oublient, ou ne se sont pas encore aperçu que le FN est aussi un parti commandé par des énarques. Il n’y a pas Filppo, deux anciens conseillers de Juppé et énarques sont venu grossir la machine lepeniste dernièrement.

    Les autres n’ont qu’à être plus en symbiose avec le peuple. Le Front de Gauche a la même approche que tous les autres : on balance des profession de foi aux quelles les électeur doivent eux êmme en fantasmer les raison et la description du réel ; ainsi elles répondent artificiellement aux besoins des gfens qui sont censés dès lors voter pour la liste salvatrice.

    Où était "l’éducation populaire", où étaient les éléments objectifs de description sociale, économique, environnementale et culturelle de la région . Nulle part. Juste un catalogue de bonnes intentions. A quand un "wikipedia" correspondant à la zone géographique de la région où l’on puisse comprendre objectivement, matériellement et historiquement son vécu et porter soi-même une analyse ; vous laissez cela à la presse bourgeoise et connivente, après on perd - mais dans de telles conditions c’est tout naturel !

    Dimanche, je n’irai pas voter pour des gens qui se sont moquer de moi. pour des gens qui aux lendemains de chacune des précédentes élections nous ont expliqué qu’ils n’étaient pas engager par la sociologie du vote qui les a élu.

    LE FN, les Républicains et les socialistes ne sont que des mouvements d’une même idéologie capitaliste. Ils suffit de voir la demande de criminalisation des actions syndicales des salariés qui défendent leurs emplois ces dernières années : ces 3 partis n’ont fait qu’envoyer les salariés aux tribunaux, mais laisser libres les agriculteurs et autres bonnets rouges antidémocratiques.

    Nous portons une vie différente, soyons différents !

    LA Renaudie Le 7 décembre 2015 à 08:31
       
    • Enfin ! Merci beaucoup pour ce commentaire.

      Alain Le 7 décembre 2015 à 09:36
    •  
    • on se fout des responsabilité désormais, il faut construire !

      Ce jeu est du passé.

      LA Renaudie Le 7 décembre 2015 à 10:09
    •  
    • Oui, il faut construire mais je ne comprends pas pourquoi cela est si difficile.

      Alain Le 7 décembre 2015 à 16:55
  •  
  • Si le pcf n’avait pas tambouillé avec le p$ tout au long des dernières élections, malgré son appartenance au fdg, on n’en serait pas là.

    cantaous Le 7 décembre 2015 à 10:10
       
    • Peut-être mais il aurait quand même fallu que le Front de gauche propose quelque chose de concret depuis toutes ces années. La seule chose que j’ai vu c’est le projet d’une nouvelle constitution mais ce n’est absolument pas la priorité des gens.

      Alain Le 7 décembre 2015 à 10:47
    •  
    • "Si le PCF n’avait pas tambouillé avec le P$ tout au long des dernières élections, malgré son appartenance au FDG..."

      "Tambouillé ?" Clairement, ce mot est trop faible. Missionnés par le P$, les dirigeants du PCF ont fait entrer leur parti dans le FDG dans le but évident de torpiller ce dernier.

      Il faut avouer qu’ils ont brillamment réussi, cocufiant du même coup la base de leur Parti qui, elle, adhérait sincèrement au programme du FDG. Place du Colonel-Fabien, on est tout prêt à faire le sale boulot du moment qu’on garde les postes (juteux) octroyés par le P$ comme prix de la trahison...

      WildeJagd Le 7 décembre 2015 à 12:58
  •  
  • Depuis plusieurs décennies, les oligarchies gouvernent avec arrogance et cynisme. Elles imposent leurs vues. Les citoyens ont appris que leurs votes ne servent plus à rien, qu’ils ne contrôlent plus les élus professionnels, la noblesse d’Etat, qui agissent uniquement selon leur bon vouloir. Que restent-ils comme solution ? ne plus voter par dégoût, se réfugier dans un vote protestataire plein de rancœur et de haine, ou changer les institutions pour revenir à un régime démocratique où les citoyens contrôlent les élus. Saint-Just disait : "Un peuple qui n’est plus craint est asservi". La Vème République n’est pas démocratique. Mais dés qu’ils sont élus, ceux qui voulaient la changer s’y complaisent car elle leur permet de gouverner en monarque républicain. Ils ne visaient que le pouvoir. Il faut le leur reprendre. Mais ils ne le lâcheront pas facilement.

    Bernard de Lyon Le 7 décembre 2015 à 10:54
       
    • Non, les citoyens n’ont pas appris que leur vote "ne sert à rien" que lorsqu’ils votent pour des partis liés à l’oligarchie. Puisqu’ils continuent à se méprendre en votant FN.

      Daniel Le 7 décembre 2015 à 11:33
    •  
    • @daniel
      C’est vrai que les citoyens sont très contents d’avoir voté pour la gauche radicale. Tellement anti-système.

      Coma81 Le 7 décembre 2015 à 12:35
    •  
    • Je voulais dire les citoyens grecs. La trahison de tsipras est le signe que l’électorat petit bourgeois caractéristique de la gauche radicale choisira toujours la compromission plutôt que la rupture avec l’ordre néolibéral européen.

      Coma81 Le 7 décembre 2015 à 12:42
  •  
  • J’ai voté FDG au premier tour parce que je voulais que l’on puisse se compter. Tout en sachant que je n’irais pas au 2°tour, parce que les désistements annoncés en faveur du PS, ce parti de droite qui favorise la montée du FN me faisaient vomir de rage. Je ne regrette pas mon vote, je sais où nous en sommes : nulle part. La stratégie des P.Laurent , C.Autain et consorts était indéfendable, suicidaire, comme les autres ils ont surfé in extrémis sur la peur avec leur dernier tract double page intérieure pour commenter le 13 novembre après que les députés PC ont voté comme un seul homme la prolongation de l’état d’urgence. Ils sont coupables de leur renoncement, de leur manque de vision politique, de leur bêtise. Ils ont perdu, tant pis pour eux.

    Laurence Le 7 décembre 2015 à 12:47
  •  
  • Marine Le Pen aux portes du pouvoir, ses lieutenants commencent à prendre place dans les pouvoirs locaux et régionaux.
    Qui a conduit à cela, l’évidence est là, le gouvernement de Francois Hollande et ses équipes de notables bien nourries de la mondialisation capitaliste.
    Il faut le dire haut et fort et faire le bilan de cette pseudo gauche, pseudo socialiste.
    Qui a choisi comme ministre du budget grand prêtre de l’austérité pour tous Jérôme Cahuzac ?
    Combien de dirigeants socialistes ayant déclaré force oblige leur situation patrimoniale se situent très haut dessus des revenus médians de la population
    Etre de gauche, être socialiste, comment le définir...Est-ce vraiment séparer totalement vie privée choix personnels et vie publique ?
    Comment ces gens là peuvent-ils comprendre comment vivre payer ses factures de chauffage, son loyer, sa culture, l’éducation de ses enfants avec 1200 euros par mois ou comme 7 millions de français moins de 1200 euros ou encore 350 euros pour plus d’un million ?
    Il faut un grand débat sur ces sujets et évidemment sur ce que serait une société "de gauche"...
    Mais comment le mener comment toucher nos compatriotes des banlieues des campagnes qui sont dans cette situation de pauvreté matérielle et sans idéal de société, sans projet sans avenir..que le combat au quotidien pour survivre...
    Se réunir avec la LCR, le parti communiste , europe écologie ...
    Il n’y avait qu’à écouter Pierre Laurent ou Cécile Duflot hier sur les chaines publiques, quelques petits mots suggérés sur la politique d’austérité, pas une critique réelle ouverte sur François Hollande même pas cité une fois... la langue de bois liée aux calculs sur les alliances futures...PITOYABLE mais surtout illisibles pour les gens de gauche désemparés par la figure rayonnante de Marine Le Pen
    Il n’y a pas d’autre issue que de réduire ce faux parti socialiste à zéro, que de construire une vraie alternative de gauche.
    Et ceci ne peut se construire par l’addition de groupuscules eux même divisés, la réalité médiatique, la réalité de la vie politique (qu’il faut changer) passe par la candidature à la présidentielle..comme le montre l’exemple Le Pen..il faut dés aujourd’hui avoir une candidature d’une personne qui va déclencher un SIRIZA Français ou un podémos français.. avec une intrusion dans le PAF médiatique et une méthode qui ouvre vers la multiplication des débats partout en France.
    Aucune nécessité de soutien d’appareils, un large débat sur les réseaux sociaux une sollicitation des médias, des comités de soutien où le débat sociétal soit ouvert.
    Je propose et je souhaite que cette candidature soit celle de Clémentine Autain.
    Evidemment en total décrochage avec le Front de Gauche, une candidature à la pérsidentielle soutenue par une pétition nationale sur les réseaux sociaux accompagnée de la démarche de multiplication de débats citoyens pour élaborer son programme présidentiel.

    Yanush Le 7 décembre 2015 à 16:02
       
    • @yanush
      Belle démarche, qui n’a pas besoin d’une personnalité médiatique pour démarrer, tout comme les mouvements dans le Sud de l’Europe se sont passé des partis traditionnels, ossifiés.

      Pour être plus précis, je ne suis pas du tout convaincu que C. Autain soit la femme de la situation. Elle a précisément refusé de s’engager, après le 21 avril 2002 (Le Pen au second tour déjà) dans la construction d’un mouvement démocratique indépendant des petits appareils de parti, mais a préféré les clubs souverainistes (pex une association sans avenir baptisé "à gauche" avec Picquet, aujourd’hui rallié au PCF, Martelli et des ex-Chevènementistes). Depuis hier, elle retrouve ses amis de l’union de la gauche pour siéger dans une future majorité Bartolone, représentant direct d’Hollande en IDF.

      Ces recettes de la gauche plurielle ont déjà conduit vers le désastre de 2002 et à la débandade actuelle, les porte-parole du FDG sont décidément incorrigibles !
      Allons lancer autre chose :)

      Goldwasser Le 7 décembre 2015 à 18:05
    •  
    • Oui, mais alors comment démarrer ?
      Comment lancer un "Révoltons-nous", le texte est pas difficile à écrire...

      Yanush Le 7 décembre 2015 à 18:46
  •  
  • Force est de constater que la gauche de la gauche, toutes formations confondues est aujourd’hui quasi inaudible dans les classes populaires. Le vote FDG ou EELV et même NPA est avant tout un vote de classes moyennes supérieures urbaines éduquées (les bobos, même si je déteste cette expression)
    Il convient de s’interroger sur les raisons. N’a t on pas priorisé la défense du lumpenprolétariat au dépens du prolétariat.
    Ne parle t on aux ouvriers que lorsqu’ils sont sans papiers ?
    Les banlieues populaires se résument elles aux racailles, aux émeutiers de 2005 promus aux rangs de nouveaux révolutionnaires ?
    Y a t il une priorité à défendre les toxicomanes rebaptisés pour faire politiquement correct "usagers de drogues" ?
    les prolos c’était en 36 Gabin dans "la belle équipe" c’est aujourd’hui la famille groseille dans l’imaginaire de beaucoup.
    Qui ira parler aux pauvres de Calais qui se plaignent de voir les migrants recevoir des chaussures gratuitement alors qu’ils n’ont pas de quoi payer des pompes à leurs gamins, sans leur donner des leçons de morales ?
    Il est urgent pour certains de passer le périph.

    Daniohannis Le 7 décembre 2015 à 16:37
       
    • Tout n’est pas faux.

      Alain Le 7 décembre 2015 à 16:54
    •  
    • "la gauche de la gauche" expression éculée, élimée, rapée, dépassée car le p$ ce n’est pas la gauche.

      cantaous Le 7 décembre 2015 à 17:32
    •  
    • Belle brochette de fausses évidences, de petites provocs sans fond contre le "politiquement correct", donc au mieux un propos incohérent ou au pire un discours de troll réac.

      antitrollperdsonsangfroid Le 7 décembre 2015 à 18:09
    •  
    • Le problème de cette élite est qu’elle se parle avant tout à elle même. elle se moque de l’Histoire, des autres et surtout du réel : en philo, ce sont de purs idéalistes.

      Ces gens ne considèrent réel et vrai que ce qu’ils ont imaginé ou considéré. Toi, nous et notre vécu, notre expérience tangible et concrète, ils s’en foutent, "on" a toujours tort.

      Regarder cette aventure ridicule de la 6ème République. tout y est. Bien sûr qu’il va nous falloir inventer un nouveau monde, mais qu’est ce qu’a été cette mascarade d’élection d’assemblée constituante ? de délégués de je ne sais quoi ? Il n’y avait rien dans le monde réel et actuel, ici et maintenant à s’occuper ? Plutôt que cette aventure dans l’onanisme parisien !

      Et ces comportement de toujours rechercher une place dans une assemblée, faire n’importe qu’elle alliance même avec un parti socialiste capitaliste ! Non, l’important à gauche de la gauche a été le fric des émoluments d’élus plutôt que de rendre les citoyens directement acteur du changement ; toujours à mettre un intermédiaire, un délégué, un porte parole enfin où sont passé les principe d’autogestion et d’autonomie citoyenne ?

      Et tout fonctionne comme si à gauche de la gauche, on était incapable d’exister sans le monde capitaliste, toujours dans la réaction, dans l’opposition, jamais dans la proposition et l’application d’une vie différente. C’est tellement plus facile de brailler que de fabriquer -si on se trompe, c’est la faute de l’autre, nous on est ainsi toujours vainqueur et on a toujours raison envers et contre tous.

      Je garde espoir car tout cela sont les signes d’un monde en mutation et qu’en fait demain est en train de se construire. Comme disait Mélenchon, il faut pratiquer le grand coup de balais, c’est tout. Retournons à nos origines, renouons avec les syndicaliste de la fin du 19ème et début 20ème, relisons Proudhon (pour apporter ce morceau d’esprit libertaire qui nous manque) et refaisons route vers une société plus solidaire et culturellement humaine.

      La Renaudie Le 8 décembre 2015 à 08:07
  •  
  • J’apprends que Clementine Autain sera deuxième sur la liste Bartolone, Pierre Laurent a aussi une place, Emmanuelle Causse et tout cela aurait une influence nationale...
    Désespérant.
    Le programme est différent jusqu’au soir du premier tour de toutes élections, en 24 heures comme par magie il y a accord sur un autre programme..."parole et parole et parole"
    On a vu les grands changements apportés par la participation des écologistes au gouvernement Hollande....
    Depuis Francois Mitterand (et la disparition programmée par le PS du PC)et bien avant sans doute on a vu que le PS était de gauche avant une élection ("la finance est mon ennemi" c’est pour cela que mon plus intime conseiller est Emmanuel Macron qui devient avec les lois Macrons l’espoir principal du président pour réformer la société) et acteur d’une société libérale inégalitaire après l’élection.
    Continuons à maintenir les dirigeants du PS au pouvoir en pensant qu’on peut infléchir un chouya leur idéologie libérale !!!
    Tant que le rapport de force n’aura pas changé avec le PS grâce au combat idéologique concret, pratique redonnant aux idées écologiques, aux pratiques solidaires, aux combats contre les inégalités de revenus, à l’accès à la culture ( y compris dans les médias de masse), aux combats contre tous les obscurantismes religieux, à la dépeopolisation de la société.... tant que ce rapport laissera des notables fortunés du PS se revendiquer de gauche...rien ne changera.
    Les écarts de revenus continueront de flamber ... même si déjà ils sont indécents .
    Il n’y aura jamais de PODEMOS en France, jamais de réel changement de gauche tant que toute la gauche servira de béquille ou de marche pied au PS.
    C’est consternant.
    Et ainsi idéologiquement et dans la pratique politique la gauche de la gauche valide le message du Front National /les mêmes têtes politiques depuis trente ans et qui veulent rester trente ans de plus...
    Abstentionistes restez chez vous !! Il n’y a pas d’alternance possible, pas d’espoir.

    Yanush Le 8 décembre 2015 à 09:26
  •  
  • Je suis d’accord avec vous sur beaucoup de choses mais en tout cas pas quand vous dites "Il n’y a pas d’alternance possible, pas d’espoir". Ce n’est pas vrai. Si nos "ancêtres" avaient pensé cela, rien n’aurai jamais changé.

    D’ailleurs, vous croyez à cet espoir car vous dites aussi (dans une autre réponse) "Oui, mais alors comment démarrer ? Comment lancer un "Révoltons-nous", le texte est pas difficile à écrire..."

    Je ne sais ni quand ni comment mais nous y arriverons.

    Alain Le 8 décembre 2015 à 10:23
  •  
  • Autain 2ème sur la liste de Bartelone !!!!???

    On imagine le contenu des négos quand Bartelone dit à C Autain : "Dites que je suis de gauche et je vous dnne une place de vice présidence"
    glop ou pas glop ?

    cantaous Le 8 décembre 2015 à 11:11
  •  
  • Je pense vraiment que la reconstruction de l espoir ,pour les antilibéraux,passe par l effondrement de ce PS indécent,qui se permet de décider, sans débat,depuis son bunker solférinien,le retrait de listes,et appelle à voter UMP.
    Quel aveu !!Les libéraux honteux appellent à voter pour les libéraux décomplexés,avec qui ils ont vocation à gouverner.Quitte à humilier Masseret(PS grand est),qui pensait sans doute porter les couleurs d une "gauche démocratique" !!
    Et toute la meute(dont Filipetti !!)de la région,qui prend fait et cause pour la direction PS,en bon petits godillots qu ils sont.

    Alors,Filoche,toujours au PS ?Combien de couleuvres à avaler encore,avant de le quitter ?

    Mais Emmanuelle Cosse,Clémentine Autain et Pierre Laurent n ont pas l air d être rebutés par un tel scandale.Eux aussi voteraient Xavier Bertrand ou Christian Estrosi,si la "défense de la démocratie" l exigeait ?
    Ajoutons à cela Gattaz qui dit :"le FN au pouvoir,c est le retour à ...la retraite à 60 ans."On se demande bien pourquoi,après tout ça,le FN se situe aussi haut...

    HLB Le 8 décembre 2015 à 11:31
  •  
  • Que nos têtes de liste PCF ou EELV fusionnent avec le PS, c’est déjà pire que ce que l’on craignait (on pensait juste les regarder ramper devant le PS avec un appel à voter), mais que les candidats Ensemble ou PG se prêtent au jeu, là c’est le comble ! Lisez un peu les commentaire sur tous les blogs et forum : quel décalage avec l’avis des électeurs et militants ! Je crois que le Fdg vient de se faire hara-kiri, mais surtout éteindre l’espoir d’une alternative à gauche. Honte à vous, allez donc voter tout seuls... quant à moi, je vais rejoindre mes compatriotes abstentionnistes.

    nath Le 8 décembre 2015 à 11:41
  •