photo Thomas Wieder / Twitter
Accueil > Société | Par Loïc Le Clerc | 18 novembre 2015

Répondre à la terreur sans répandre la peur

Après des événements aussi graves que les attentats de Paris, la tentation de la politique de la peur est grande. Le gouvernement a déjà annoncé qu’à la terreur, il répondrait par la guerre. L’émotion l’a emporté sur la raison.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Bien sûr que nous avons peur, bien qu’on aimerait ne pas le laisser paraître. "Même pas peur" comme mot d’ordre. Une invective, comme le reflexe de celui qu’on a fait sursauter, mais qui ne s’y fera plus prendre. Même pas peur du terrorisme. Terrorisé, oui. Meurtri aussi, mais vivant.

Alors les Français ont continué à sortir, à vivre. Et si on a pu observer certaines scènes de panique, ça n’est pas de la peur du terrorisme. Le terrorisme n’a pas fait fuir, il a rassemblé, autour d’une même douleur.

Edwy Plenel résume avec justesse ce qu’il nous arrive :

« Le terrorisme parie toujours sur la peur. Non seulement la peur qu’il répand dans la société mais la politique de la peur qu’il suscite au sommet de l’État. […] Non, nous n’avons pas peur. Sauf de nous-mêmes, si nous y cédions. Sauf de nos dirigeants s’ils nous égarent et nous ignorent. »

La peur de toute part

Bien sûr que nous avons peur, mais nous ne pensions pas avoir peur de vous ! Vous, les dirigeants, représentants, élus ou porte-paroles du peuple. Tous les dirigeants ne jouent pas avec notre peur, mais certains parmi les plus haut-perchés s’y essayent. Ceux-là nous lancent des :

« Si j’ai des nuits blanches, c’est parce que je savais que ça pouvait se produire. »

« À chaque moment nous pouvons subir un attentat. Je suis marqué par ces événements et ça m’obsède. »

« La lucidité, la vérité nous oblige à dire que nous sommes en guerre. Le terrorisme peut frapper encore. Ces jours ci, dans les jours qui viennent, dans les semaines qui viennent. […] La vie doit reprendre, mais nous vivons et nous allons vivre longtemps avec cette menace. »

Ces trois citations sont d’un seul homme, prononcé le même jour, ce lundi 16 novembre. Manuel Valls, seul, nous impose ce message : n’ayons pas peur, parce que ça va arriver à nouveau et c’est pour bientôt. Si les mots du premier ministre sont terribles, le ton avec lequel il les assène est pire encore. A travers ce message, il nous avoue sa peur à lui, sa peur immense de manquer "l’union sacrée". Une peur qui lui fait perdre totalement ses moyens.

On aurait pu imaginer un chef de gouvernement soucieux d’apaisement et de mesure, comme Jens Stoltenberg, le premier ministre norvégien, qui après le drame d’Utoya en 2011, clamait : « La meilleure réponse au terrorisme, c’est plus de démocratie, plus d’ouverture. » Trop utopiste ? Pas assez ferme ? Alors pourquoi ne pas avoir essayé ces mots de Nelson Mandela : « Nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l’espoir là où règne le désespoir. » Cela ne l’a pas empêché de marquer l’histoire, avec crédit et stature.

Le peuple est plus cohérent que sa classe dirigeante

« Installer la peur, l’effroi, la sidération dans la population est un moyen efficace afin d’instaurer des lois extrêmes intrusives et liberticides », analyse André Gunthert. Quel est le pari ? La peur nous ferait nous tourner vers ceux qui incarnent la stabilité ? Donc le pouvoir en place, et non les extrêmes. Donc, en l’occurrence, le social-libéralisme pur, dans ce qu’il est d’ordre et d’interventionnisme. Tout ça pour des élections ? La peur nous mène droit à une guerre, alors que nous ne voulions rien de tout cela. Corey Robin, auteur de La Peur : histoire d’une idée politique, faisait cette remarque, fin 2014 : Il n’y a pas de corrélation directe entre le vécu psychique d’une population donnée et l’adoption d’une politique de la peur ».

Pourquoi vouloir nous faire peur ? A quoi bon craindre nos réunions, nos débats ? Pour permettre d’exister ceux qui nous nient en tant que diversité ? Quelle autre issue que de laisser la voie à tous ceux qui haïssent ce mélange d’idées et de cultures ? Ceux-là faut-il qu’ils gagnent par la peur que chaque camp de cette guerre insuffle ? La peur de l’autre et la peur de la mort. « J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité de la vaincre. » Mais, Nelson Mandela est mort.

À lire : Revue Lignes, Politiques de la peur, octobre 2014.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Soyons réalistes, on a rien vu venir. Le mouvement social doit se poser des questions et faire son auto-critique. Avant de savoir si on a peur ou pas, il faut poser la vraie question qui est celle du capitalisme et de l’exploitatin des musulmans pauvres dans le monde. La part incroyable dans la résponsabilité des exploiteurs doit faire réfléchir sur la nécessité de mettre en oeuvre la révolution rapide de libération des masses exploitées.

    Sisi Le 19 novembre 2015 à 13:24
  •  
  • On assiste à une saine réaction des français qui refusent de se laisse intimider par ces barbares abjects et continuent de sortir, d’aller au bistrot au concert et dans tous ces "lieux de dépravation" que détestent ces décérébrés.
    Un grand coup de chapeau à nos forces de police qui ont éliminé un responsable terroriste qui ne fera plus le kéké sur les réseaux sociaux. Je vais boire un verre de beaujolais nouveau pour fêter cela.
    On a le droit de se poser des questions d’ordre plus général en particulier sur la politique française en Syrie (y en a t il une ?), il est nécessaire de tirer les leçons du passé et des interventions militaires hasardeuses. Tiens on n’entends plus BHL.
    Mais l’heure n’est pas à pleurer sur le lait sur le feu, il faut combattre encore plus résolument le terrorisme : action policière et judiciaire, renseignement, coopération entre services de police..
    L’action diplomatique doit s’intensifier pour trouver une solution politique en Syrie qui garantisse non seulement le retour à la paix, mais la protection de toutes les minorités ethniques et religieuses de ce pays. Ce n’est pas facile et aucun des groupes armés qui combattent l’armée syrienne ne garantit que les minorités seront protégées . Qui combat Assad ? Outre daesh, al nosra(al qaida), des katibas salafistes, et la fameuse armée syrienne libre proche des frères musulmans. pas rassurant !
    Si la situation n’était pas tragique, j’aurai envie de rire en lisant le commentaire de sisi "nécessité de mettre en oeuvre la révolution rapide de libération des masses exploitées" Mdr !!
    Sisi ou est le bouton pour activer la révolution ?
    Le terme masse est très méprisant et condescendant. Nous sommes des citoyens constituant un peuple.

    Daniohannis Le 19 novembre 2015 à 15:49
  •