Accueil > La Midinale | Par Pierre Jacquemain | 17 mai 2017

Robert Guédiguian : « Le futur ministre de la Culture devra se battre contre son propre gouvernement »

Cinéaste engagé, Robert Guédiguian évoque le festival de Cannes qui s’ouvre aujourd’hui, regrette la manière dont la gauche aborde les législatives et cerne les enjeux auxquels son prochain ministre de tutelle sera confronté.

Vos réactions (17)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (17)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Mr Guédiguian ne prend pas parti...

    mais, en même temps, sa "question" à la candidate Insoumise
    ressemble honnêtement beaucoup plus à une accusation qu’à une question...
    c’est une question de procureur qui fait plus entendre son opinion à lui qu’elle ne pose réellement une question à l’autre...

    J’ai eu, autrefois, un prof de philo qui disait :
    "On ne pose pas un problème philosophique en posant une question...
    parce qu’une question, en fait, c’est déjà une réponse".
    Il avait raison.

    Mr Guédiguian n’a pas identifié le problème politique...
    et, sans vraiment s’en rendre compte,
    pose une question à la place des élus PCF anti-Mélenchon
    qu’il connaît bien...
    depuis le temps qu’ils sont en place... :)

    Une question qui affirme une chose fausse
    (car la FI n’est pas un parti,
    le PCF, oui , c’est un parti :))
    pour poser un cadre dont la réponse aura du mal à se sortir...
    puisque ce cadre trompeur a préalablement été établi par le questionneur comme étant la réalité...

    J’ai été traité de Beria par un troll sur une page précédente...
    Pourtant, si il y a une chose qui ressemble à du Beria...
    c’est bien cette question finale de Mr Guédiguian.

    Je ne dis pas, par contre, que Mr Guédiguian est Beria
    (je ne suis pas un troll :)
    et j’aime bien Mr Guédiguian)...

    Je dis que sa question est objectivement une question de procureur...
    comme celles de Beria.

    Si Mr Guédiguian ré-écoute son interview sérieusement,
    il s’en rendra compte lui-même. :)

    Je ne suis d’accord qu’avec une chose dans ce qu’il dit :
    Il n’est pas un stratège politique. :)

    cavalierbleu Le 17 mai à 13:45
  •  
  • On n’est d’accord en théorie avec R ; GUEDIGIAN ; le mieux naturellement c’est qu’on soit tous uni HAMON, JADOT, PCF, Insoumis, NPA,LO ; ce serait l’idéal. Nous les insoumis avons essayé avec le FDG mais le PCF a vu dans ce beau rassemblement que le prétexte à se refaire une santé, s’alliant avec les uns et les autres au gré des chances de récupérer des mandats et quant à Hamon et Jadot ; l’un incompréhensible et pusillanime refusant de quitter sa mère nourricière, l’autre fluctuant dans ses alliances et je ne parle pas du NPA et de LO incapables même au moins de s’unir.
    Constat triste mais il nous faut le surmonter et c’est dans ce sens que nous affirmons que, ouvert nous sommes mais aucunement désireux de reproduire les erreurs du FDG.
    Donc on construit pas à pas la gauche qui combat, ne renie pas ses valeurs pour un plat de mandats et ce la marche pas si mal, 540000 insoumis, des milliers chaque semaine nous rejoignent et si il avait fallu se plier aux chants des primaires et des cris "unité, unité , jamais nous n’aurions pu rassembler et donner de l’espérance à plus de 7 millions de nos concitoyens et ce n’est pas fini n’en déplaise aux bavards donneurs de leçon .

    centuri Le 17 mai à 15:11
  •  
  • Robert Guéguidian est un artiste attachant, généreux, d’un bel idéalisme politique mais hélas quelque peu naïf ou angélique.
    Bien évidemment, tous les gens de la gauche sociale antilibérale, encartés, adhérents ou non aspirent à la plus large, à la plus "belle alliance populaire" comme disaient les solfériniens. Mais tout le monde sait bien que la réalité des combats politiques est toujours plus compliquée, difficile à appréhender que les rêves les plus doux. Oui, l’unité est un combat, mieux une construction, pas simplement une prière ou un miracle. Un combat de "stratégies" certes, mais d’abord d’idées, de programme, de projet.
    Il est étrange (pas tant que cela finalement) que R. G n’ait tiré aucune leçon justement de "stratégie" politique (et non pas de tactique manœuvrière) de l’échec du candidat du P"s" Hamon qu’il souhaitait voir faire alliance avec La France Insoumise-JL Mélenchon, à savoir la question de la compatibilité des programmes politiques. Les leçons de l’Histoire ne semblent pas compter ; ne reste que les vœux pieux. Effectivement le besoin de gauche, la vraie, est majoritaire dans ce pays et de longue date.
    Mais les "212 circonscriptions gagnables" pour la gauche ne le sont qu’à la condition que leurs prétendants soient effectivement d’accord sur les enjeux politiques, et ce n’est pas le cas, loin de là.
    R.G. renvoie toute le monde dos-à-dos avec quand même une petite pichenette supplémentaire pour la France Insoumise et JL Mélenchon. Certes maladroitement et contradictoirement : il aurait préféré voir JL Mélenchon renoncer à la bataille pour la députation à Marseille pour "s’occuper de la France Insoumise". Cela dénote une conception bureaucratique de l’action politique (syndrome du petit ou grand chef) et surtout une ignorance profonde ou peut-être un déni quelque peu méprisant de ce qui fonde et anime la France Insoumise et qui faitr sont succès notamment auprès des jeunes : la démocratie réelle à la base dans une dynamique de construction politique du mouvement ascendante, de bas en haut, ayant permis ainsi l’élaboration de l’ "Avenir en Commun", programme/projet d’une ample et profonde ambition de changement de société, celle de l’Humain d’Abord.
    Il serait totalement irresponsable et mortifère de briser là cette magnifique entreprise d’espérance pour quelques misérables accords de coin de table et d’arrière-boutiques entre partenaires que tout n’oppose pas mais que - pour l’heure, fût-elle grave - pas grand-chose ne rassemble quant à la manière d’y parvenir. Je renvoie aux terribles calomnies qui ont été portées par certains de ces prétendus aspirants à l’unité contre JL Mélenchon et la France Insoumise (Poutine, Bachar El Assad etc) que nomme R. G.
    Je renvoie à toute cette malhonnêteté politique et intellectuelle qui veut que la France Insoumise soit une secte alors que rarement dans l’Histoire de France mouvement politique n’aura su s’ouvrir aux autres, rassemblé tant de gens désireux de prendre leur destin en mains.
    Tous ceux-là confondent à dessein rectitude politique et sectarisme, tant les défaites et trahisons politiques dont a été victime toute la gauche depuis si longtemps aura ravagé, dénaturé leurs pratiques politiques mais aussi leur sens de la lutte, par-delà leurs belles aspirations à l’union, l’unité, termes tellement galvaudés par eux qu’on ne sait même plus quelle réalité politique ils recouvrent au juste.

    Victor Le 17 mai à 16:34
  •  
  • Quand on voit Hulot s’allier à Le Maire dans un gouvernement Macron, ça refroidit pour les alliances avec les "écologistes" à la mode Jadot, Placé et Cie !
    A part cela, j’aime les films de Guediguian et la fidélité de l’homme à la cause des gens ordinaires.

    DMc Le 17 mai à 17:03
       
    • Pour ce qui est de Hulot, je suis sceptique...Peut être est ce pour lui l’opportunité dernière de se voir au pouvoir ?
      Être dans l’action, oui, comme il le dit, il y a urgence, mais que n’a t il soutenu Mélenchon qui présentait d’autres garanties que Macron ?
      Enfin mettre "les mains dans le cambouis", comme on dit ; c’est bien, sauf que là, c’est plutôt dans la merde qu’il va les mettre, les mains.

      Michel 65 Le 17 mai à 17:20
    •  
    • @ DMC, bonjour,
      Comme vient de le déclarer JL Mélenchon "C’est un crève-cœur" d’autant que Hulot avait reconnu que c’était "le seul homme qui avait bossé sur la question écologique". Mais ceux qui n’inscrivent pas leur combat pour la transition écologique dans le cadre plus large du combat contre le productivisme (néolibéral ou autre) lié à la politique économique de l’offre finissent soit dans l’impuissance soit dans la contre-performance . La période que nous vivons en ce moment a au moins ceci d’intéressant et de positif c’est que soit les masque tombent pour les plus cyniques soit que les illusions des naïfs deviennent manifestes. Je parle des "personnalités". A mon avis Hulot aura bientôt le choix entre la démission ( et l’insoumission au système) ou la compromission.

      Victor Le 17 mai à 17:50
    •  
    • Victor a raison, la seule question posée avec Hulot c’est dans combien de temps sa démission sera sur la table ...
      On lui a souvent reproché de ne pas avoir saisi les commandes lorsqu’on lui avait proposé, c’est chose faite aujourd’hui, mais il risque fort d’y perdre sa crédibilité...

      Carlos Le 18 mai à 07:07
  •  
  • @victor

    Je regrette d’avoir pollué ce fil de discussion en parlant de HULOT.
    Nous avons un grand cinéaste qui parle de son regard depuis son balcon du Marseille populaire , apprécions car c’est beau et ça nous dépollue de la macronade à l’huile rance.
    Pour le reste, il n’est pas plus malin que nous et dit des bêtises comme tout un chacun, même si ça part d’un bon fond.

    DMc Le 17 mai à 18:13
       
    • Vous regrettez d’avoir pollué le fil de discussion en parlant de Hulot.
      Pourtant, je vois une symbolique de la situation à gauche et la demande d’unité formulée Guédiguian. Comment ne pas voir les divergences d’appréciation d’une situation politique afin de faire l’unité.
      Cela me renvoie à une intervention de Lordon à propos du ni droite ni gauche. Il indique l’aberration que représente le refus de la conflictualité sociale pour atteindre l’union..
      Je pense que Hulot croit aux "bonnes volontés", l’unité et l’action sont des combats qu’ils faut construire dans la clarté.

      Michel 65 Le 17 mai à 18:29
  •  
  • @ Michel 65
    Absolument d’accord avec vous. Comme vous je constate chez l’un comme chez l’autre, toute comparaison gardée, le même besoin d’unité factice. Comme vous le dites les deux occultent les divergences d’appréciation d’une situation politique. En ce sens Hulot se comporte comme l’idiot utile de Macron, le temps du casting pour les législatives du reste car ensuite le choix pour lui sera Marche ou Dégage.
    et @ DMC : il y a bien un rapport entre ces deux cas.

    Victor Le 17 mai à 19:52
  •  
  • Hulot ne sera rien d’autre qu’une "caution" temporaire effectivement le temps que les législatives passent... Tout le monde le sait... Sauf lui même.
    C’est triste.

    Carlos Le 18 mai à 07:10
  •  
  • Eh bien là c’est raté. La Ministre est avant tout une commerçante.

    La Renaudie Le 18 mai à 08:41
  •  
  • R.Guédiguian semble un peu "hors sol" lorsqu’il renvoie dos à dos les leaders politiques quant à leurs responsabilités vis à vis de la situation à gauche. Il ne s’agit pas de tresser des lauriers à telle ou telle composante mais d’analyser la construction de cette déconstruction de la gauche. Les options individuelles d’une part (toutes les personnes citées sont des "professionnels" de la politique et de longue date donc avec des stratégies individuelles à décrypter), d’autre part les collectifs y afférant sont soumis aux phénomènes de "communautarisme idéologique" qui ont fait tant de mal au PCF par exemple et sont touchés comme tout le monde par la déferlante libérale qui s’insinue dans tous les esprits. Même les anciens communistes-intellectuels sont touchés par ce fléau...avouer ne pas comprendre est preuve d’humilité, mais le danger serait de mettre un signe d’égalité entre tous en ce qui concerne le niveau de responsabilité. Nous risquerions de nous interdire toute compréhension en psychologisant les attitudes et choix politiques.

    gredin Le 18 mai à 11:35
  •  
  • Malheureusement Robert Guédiguian en est resté au programme commun . L’important c’est " l’UNION " à tout prix , cet à dire , á n’importe quel prix . Nous avons des désaccords, n’en parlons pas , parlons uniquement de nos points d’accords . Pour faire quoi ? La politique du moindre mal , c’est la position du PCF.

    L’histoire nous a montré où cette stratégie à mener la gauche, et comment elle a contribué à faire progresser le FN . Vous avez raison Mr Guédiguian vous n’êtes pas un stratège politique. Mais ce qui regrettable c’est que vous rameniez ce qui se passe aujourd’hui à des affaires de boutiquiers , alors qu’il s’agit de désaccords sur le fond . Cet à dire des désaccords sur ce qui doit être fait pour qu’il soit possible de mettre en place , en France , aujourd’hui, une autre politique que celle qu’on nous inflige depuis plus de 30 ans . C’est la question des conditions minimums et nécessaires pour un véritable changement.

    Je prend un seul exemple, le cas de B Hamon et de son "revenu de base" . Ce dernier, dans le droit file de la flexisécurité de la CFDT , veut mettre en place un "revenu de base universel . Je vous invite tous à allez voir sur YouTube,ce qu’en dit B Friot d’en une conférence, lui qui se bat pour un " salaire universel à vie ". Son hypothèse, qui se vérifie dans la réalité aujourd’hui, c’est que le capital ne veut plus s’emmerder avec le salariat . Pour le capital le salariat c’est des obligations, cotisations , réglementations, protections , préventions , etc...
    Le capital ne veut plus que des auto entrepreneurs , des salariés qui deviennent sous-traitants , avec qui on passe un contrat relevant du droit du commerce et non plus du droit du travail. Et pour obtenir cela le capital sera prêt à lâcher 1000€ à chacun de revenu de base , pour qu’il se débrouille avec sa précarité, sa santé, sa prévention, sa retraite etc ...

    C’est le programme de Macron .

    On voit là tout le danger qu’il y a dans la proposition de " revenu de base " de B Hamon , nous sommes très loin des questions partisanes Mr Guédiguian

    GG Le 18 mai à 12:34
  •  
  • La question finale de l’interviewer (l’inénarrable Pierre Jacquemain himself) est un petit chef-d’œuvre de manipulation...

    hopfrog Le 20 mai à 21:17
  •  
  • Sur ce site ouvrant "débat" comme sur Bella Ciao et bien d’autres
    on ne peut qu’observer une dizaine d’égo en mal de reconnaissance ,qui étalent une culture Wikipedia mal digérée,qui endossent des costumes trop grands pour eux .
    Incapables de factoriser, de dialectiser, ils se noient dans un verre d’eau.
    Dommage pour Regards , l’analyse Marxiste et les perspectives de l’idéal Communiste échappent à ces jeunes-vieillards.

    93 Le 21 mai à 14:46
  •  
  • Et sur ce site,
    comme sur bien d’autres,
    il y a de vieux vieillards de trolls
    qui se font passer pour Karl Marx...
    en ressassant les argumentaires du FN
    à propos des Insoumis.

    93 est quand même un troll
    qui n’a pas encore écrit le moindre texte intéressant
    sur ce site...
    et sur bien d’autres... :)

    Il se fait passer pour un communiste
    en s’appropriant Karl Marx...
    auquel il a ajouté un petit c dans un cercle
    qui signifie "copyright"...

    Un communiste qui a privatisé Marx pour son propre usage. :)

    Mais remarquez bien qu’il n’a jamais écrit,
    ni sur ce site ni sur aucun autre,
    le moindre texte indiquant qu’il connaît le contenu de l’analyse marxiste
    ou les perspectives de l’idéal communiste... :)

    Je pense que quand il parle de culture Wikimedia mal-digérée,
    il parle en fait de lui-même. :)

    Personnellement,
    mon ego va tellement bien
    qu’il n’a besoin de la reconnaissance de personne. :)

    Et surtout pas d’un vieux troll du FN. :)

    Enlève ton masque Gollnisch, on t’a reconnu. :)

    cavalierbleu Le 21 mai à 18:13
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.