Vladimir Poutine visite une exposition consacrée aux dix ans de RT, déc. 2015 (photo kremlin.ru)
Accueil > Monde | Par Manuel Borras | 28 décembre 2016

RT, Sputnik : la propagande du Kremlin en orbite

Traitement orienté des crises ukrainienne et syrienne, promotion du FN en France et des courants identitaires ailleurs : RT et Sputnik sont de plus en plus influents. Comment cet empire médiatique international, armé par l’État russe, s’est-il étendu ?

Vos réactions (72)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

2008. La Russie gagne la guerre en Ossétie du Sud, mais son gouvernement comprend qu’il perd celle de l’information, selon la journaliste et chercheuse Nina Bachkatov. En 2013, un décret de Vladimir Poutine crée Rossia Segodnia, nouvelle agence officielle de communication du Kremlin. En son sein, deux antennes médiatiques : Russia Today – désormais RT - et Sputnik. Objectif affiché : proposer « un point de vue alternatif sur tous les grands évènements du monde et [offrir] au public étranger un aperçu de la position russe ». Trois ans plus tard, le Parlement européen dénonce dans un rapport une « guerre de désinformation et de propagande russe ».

Lancé en 2005, Russia Today fait dans le multimédia. Sa chaîne de télévision diffuse aujourd’hui en anglais, arabe et espagnol dans une centaine de pays, et dispose de studios à Londres et Washington. Elle s’appuie sur un site Internet d’actualité et d’analyses politiques, et sur une chaîne de documentaires YouTube revendiquée à plus d’un milliard de vues [1].

De son côté, l’agence Sputnik se décline en trente-trois sites à l’architecture similaire, produits en autant de langues. À un traitement identique de l’actualité internationale s’ajoutent des rubriques d’information adaptées à chaque pays cible. Là aussi, des bureaux éditoriaux sont délocalisés : à Washington, au Caire, à Pékin et à Montevideo. Dans chaque pays, Sputnik dispose d’une radio à diffusion quotidienne

Médias d’État pour intérêts nationaux

Les deux médias sont implantés en France, où ils ont connu une rapide croissance d’audience, grâce à un usage efficace de formats variés. En première ligne de la couverture des manifestations contre la loi travail, RT atteint aujourd’hui d’importants chiffres d’audience sur l’ensemble des plateformes exploitées : 42.000 abonnés sur Youtube et presque 263.000 mentions "j’aime" sur Facebook, par exemple. Doté d’une rédaction d’une quinzaine de professionnels basée à Paris depuis le printemps 2015, le site prévoit l’ouverture d’une chaîne de télévision en français pour l’année 2017. Le CSA lui a délivré son accord l’année dernière. Pour sa part, Sputnik radio diffuse en français et en continu depuis janvier 2015.

RT et Sputnik sont frileux quand il s’agit d’aborder leur qualité de voix du Kremlin. Pourtant, Maria Simonyan, la rédactrice-en-chef de RT et Sputnik, est aussi celle de l’agence gouvernementale qui les englobe, Rossia Segodnia. Elle est titulaire, en compagnie d’autres journalistes, d’une médaille pour leur « couverture objective » de la crise ukrainienne, remise en toute objectivité par… Vladimir Poutine. Le directeur général de Rossia Segodnia, Dmitri Kisselev, également vice-président du groupement des médias d’Etat russes (VGTRK), évoque sous ces termes sa conception du service public [2] : « Je suis à la tête d’une agence publique, et en cela il est clair que je me place du côté de mon gouvernement. Notre agence incarne les intérêts nationaux de la Russie ».

Le fonctionnement interne, notamment dans le choix des sujets, est décrit comme « très vertical, avec une tutelle très forte » par un ex-journaliste de RT France cité par France TV Info. Quant aux financements, de nombreux médias occidentaux affirment qu’ils proviennent « à 100% du Kremlin ». Selon une enquête de News Statement citée par Libération, l’État russe a versé, en 2013, 300 millions d’euros à RT.

Relais des mouvances identitaires

C’est ainsi tout logiquement que les idées promues sont en adéquation avec les intérêts du Kremlin, voire les appuient, lorsque cela se révèle nécessaire. Sur le cas syrien, RT et Sputnik défendent l’idée d’une Russie en soutien d’un gouvernement légitime, celui de Bachar Al-Assad, dans sa lutte contre l’État islamique, et d’une population syrienne en liesse à la "libération" d’Alep. Les exactions commises contre les civils à Alep-Est seraient ainsi exclusivement le fait des "rebelles".

Plus globalement, la technique employée se rapproche de celle du whataboutism, initiée par l’Union Soviétique, qui consiste à répondre à des dénonciations en formulant des accusations sur d’autres activités menées par le camp adverse. Dans son dernier sondage en date, Sputnik International interroge ses lecteurs : « Selon vous, quelle fut l’efficacité de l’intervention menée par les États-Unis dans la lutte contre Daesh ? »

Ces plateformes n’hésitent pas non plus à promouvoir, dans chaque pays, les personnalités et courants politiques propices aux intérêts russes et à la vision du monde traditionaliste portée par le Kremlin. Une exploration de Sputnik France permet d’en cerner l’orientation idéologique identitaire : relais intense de l’activité du Front National ; chroniques régulières de personnalités comme Jacques Sapir, Édouard Chanot (rédacteur sur le site d’extrême droite Boulevard Voltaire) ou Nicolas Bonnal (Boulevard Voltaire, Eurolibertés). Les méthodes et vocabulaire de RT et Sputnik se rapprochent d’ailleurs de ceux employés par la fachosphère française : objectif affirmé de "réinformation" ; critique des médias de masse occidentaux – dont les accusations ne semblent déboucher que sur la promotion des médias incriminés ; hiérarchisation de l’information relativement similaire.

Un régime de confusion

La dilution de la propagande dans un vaste ensemble d’articles et émissions aux sujets variés jette un flou sur la réelle nature des deux médias. Le 26 décembre dernier, le juriste Raphaël Dalmasso était, par exemple, invité sur Sputnik radio pour une émission au contenu sérieux, consacrée aux ressorts de la montée du chômage en France. Des personnalités de gauche – très minoritaires parmi les interviewés – comme Bernie Sanders ou Pierre Laurent ont accordé des entretiens à RT, Yanis Varoufakis à Sputnik. Jeremy Corbyn faisait même l’éloge de Russia Today sur Twitter en 2011.

Russia Today est devenu RT, et les deux médias « réutilisent les méthodes innovantes » des médias indépendants muselés en Russie, comme le relève la chercheuse Françoise Daucé pour France 24. La confusion porte alors ses fruits auprès d’une audience large qui ne réalise pas qui lui parle. Une audience, également, en recherche d’information alternative aux médias occidentaux de masse dont le positionnement apparaît tout aussi partisan.

L’opacité de la stratégie médiatique du Kremlin ne s’arrête pas là. L’Agence d’investigation de l’Internet, basée à Saint-Pétersbourg, comporte une armée de trolls dont l’activité consiste à intervenir sur les réseaux sociaux et sites Internet de toutes langues, en usant de faux comptes, afin de faire basculer le débat d’idées vers les thèmes chers au gouvernement russe. Dans leurs commentaires, ces activistes conseillent souvent au lecteur de se réinformer sur... RT.

Notes

[2Dans le documentaire La propagande selon Poutine, diffusé sur ARTE (2015).

Vos réactions (72)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Quelle honte ! La Russie sous la botte de Poutine se livre à une guerre idéologique contre nos démocraties paralysées par la déontologie journalistique des bisounours de la CIA, de Bolloré, Drahi, Dassault et autres grands groupes financiers sans lesquels notre système d’information pluraliste et citoyen ne pourrait accomplir quotidiennement sa mission émancipatrice et désintéressée seule antidote à l’obscurantisme ! Vade retro Poutinas, Dieu te protège Borras.

    René-Michel Le 28 décembre 2016 à 10:34
       
    • ça ne vous pose aucune question que ce soit Regards, peu suspect d’atlantisme, qui publie ça ? OU vous faites partie de ceux qui exercent leur exégèse sur la presse française - avec de bonnes raisons- mais gobent avec la foi du charbonnier tout ce que raconte Russia TOday (connu notamment pour une intox sur le viol d’une ado allemande pour salir les réfugiés, dans sa grande complicité avec les fachos de Pegida).

      Valdo Le 28 décembre 2016 à 15:13
  •  
  • Évidemment que les Russes et les non-occidentaux veulent influencer l’opinion internationale avec un autre point de vue sur les évènements en cours où ils ont des intérêts complètement divergents.. qu’est ce qu’il y a d’incroyable ?

    Comment ça !! Vous vous rendez compte ; ces despotes orientaux de Russes, ces demi-barbares Chinois et peut être même les nord -Coréens se prennent pour des communicants maintenant ?

    C’est une blague cet article ?

    Ca me rappelle un de mes oncles, un grand scientifique... qui se vantait d’être abonné au « petit parisien libéré » parce qu’il était un esprit libre, et qu’il voulait être informé de la vérité et pas endoctriné par les cocos avec l’huma ni embrigadé par la droite avec le figaro.

    Arouna Le 28 décembre 2016 à 12:06
       
    • ça devrait vous frapper que RT et Sputnik, c’est précisément la voix de la droite la plus moisie.

      Valdo Le 28 décembre 2016 à 15:11
    •  
    • Qui a dit qu’on était en accord avec les versions des médias pro-russes ?
      il s’agit de propagande de guerre et donc on peut essayer de discerner qui sont les belligérants, quels sont les conflits d’intérêts.
      Il me semble qu’on est en droit de se poser de sérieuses questions depuis le démembrement de la Yougoslavie, l’invasion de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, la partition du Soudan, la recrudescence des nationalismes dans les pays où ont eu lieu les révolutions colorées Etc etc.

      On peut aussi se demander pourquoi des jeunes sacrifient leurs belles années pour combattre et peut être mourir avec daesh.

      On peut aussi affirmer, comme Mr Vals ; « qu’expliquer c’est excuser ! »

      Arouna Le 28 décembre 2016 à 16:05
    •  
    • Je pense qu’il est toujours préférable de se renseigner auprès de différentes sources d’info.
      Internet permet d’avoir accès à l’huma, au figaro, à la tribune, au monde diplo, à jacobin, au midi libre, à haaretz, à russia today, au gardian, au wall street journal.. Autant en profiter non ?
      Un média objectif ; cela n’existe pas, n’a jamais existé ; ce postulat fait partie du kit de propagande de l’idéologie dominante, celle de l’extrême centre qui veut aussi nous faire avaler que nos décideurs sont guidés par des aspirations pragmatiques, garanties 100% sans idéologie partisane…. Et si ma tante en avait…

      On peut toutefois fort bien se passer du gavage de cerveau d’anciennes gloires hexagonales comme le monde ou libé qui ont fait leur coming out liberal-totalitaire lors de la campagne pour le oui au traité européen de 2005.

      Arouna Le 29 décembre 2016 à 18:22
  •  
  • Abonnée à Regards je sais estomaquée par le contenu de cet article. L’auteur est-il à ce point petri de l’intox officielle qu’il n’a aucun recul et enfile la propagande officielle, otanesque et américaine ? Lisez Noam Chomsky. Le caractère réactionnaire de certains éléments de la politique russe cohabite avec des éléments très positifs pour la politique étrangère. Du moins c’est ce que je pense avec un certain nombre, grandissant, d’ Européens. Comment peut-on dans ce mensuel s’en tenir, par exemple, à l’analyse (?) de la " crise" ukrainienne fournie par l’U.E ou la France, la même...D’ailleurs. bref, pas ça ici !

    Boyer Le 28 décembre 2016 à 13:50
  •  
  • Donc apparemment, ça ne gêne aucun des commentateurs ci dessus que ces médias au dessus de tout soupçons soutiennent l’extrême droite un peu partout. Apparemment, quelques nostalgiques de l’URSS y associent la Russie très oligarchique et réactionnaire de Poutine ; Campisme quand tu nous tiens...

    Valdo Le 28 décembre 2016 à 15:10
       
    • Et vous, de quoi êtes vous nostalgique ? Cela fait partie des clichés : si vous pensez que la Russie, oui celle de Poutine, est le grain de sable dans la stratégie US et consorts, dont notre pays, demandez aux Irakiens, Libyens etc, etc, vous êtes un nostalgique de l’URSS. Impossible débat.

      Boyer Le 2 janvier à 13:20
    •  
    • ah, la réponse est magnifique et conforte toute la bêtise du campisme ! ! un pays peut être oligarchique, dictatorial, assassiner ses opposants, commettre des crimes de guerre ; son dirigeant ouvertement raciste et homophobe, ; l’important c’est qu’il soit un "grain de sable" anti US, à partir de là, tout lui est pardonné !

      Valdo Le 2 janvier à 15:29
    •  
    • ah, la réponse est magnifique et conforte toute la bêtise du campisme ! ! un pays peut être oligarchique, dictatorial, assassiner ses opposants, commettre des crimes de guerre ; son dirigeant ouvertement raciste et homophobe, ; l’important c’est qu’il soit un grain de sable anti US, à partir de là, tout lui est pardonné !

      Valdo Le 2 janvier à 15:30
  •  
  • Ancien abonné à regard, je pense qu’il devrait aujourd’hui s’appeler " le Nouvel Obs".. Cet article est à la hauteur des révisionnistes que sont les Martelli et Autin.. A VOMIR et parfaitement digne des merdias d’aujourd’hui... Vous aurez surement plus de subventions...

    moret Le 28 décembre 2016 à 15:16
       
    • Je réponds, et j’arrête, car c’est l’invective réciproque. J’ai appris un mot dans ces échanges " campisme" . Génial ! Et dans la série de qualificatifs pour dessiner la Russie, vous êtes sûr que vous n’en oublies pas ? N’en jetez plus !!!

      Boyer Le 2 janvier à 18:52
  •  
  • Fascinantes réactions (René-Michel, Arouna, Boyer – la palme revenant à celle de moret), sempiternelle logique binaire… On ne pourrait donc exposer le système idéologique et médiatique mis en œuvre par la Russie sans cautionner les médias occidentaux dominants ? On ne pourrait dénoncer la propagande de Poutine sans adhérer à celle de l’OTAN ? J. Edgar Hoover ou Staline, il fallait et faut encore choisir ? Quelle misère.

    Quant au volet de ce procès infantile fait à l’auteur, parmi les liens suggérés en fin de cet article figure une interview, réalisée par lui, de Laurent Mauduit qui vient de consacrer un ouvrage à la faillite journalistique et démocratique des médias français.

    Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 15:30
       
    • "Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques " - Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, Juillet 1903.

      René-Michel Le 28 décembre 2016 à 17:04
    •  
    • Tout ça pour en arriver à Mélenchon=Poutine=Le Pen ! Le non-dit petit-bourgeois structure toujours le dit. Grosse fatigue !

      Et en plus vous ne lisez pas, M. Latta, ce qui pour un journaliste est une faute, mais si répandue que ça fait mode. Kuzmanovic s’explique justement dans sa longue note de blog sur ce faux procès et analyse en profondeur l’ensemble de la période orwellienne que nous vivons actuellement avec la guerre en Syrie, Poutine et les autres.

      Lorsque Regards sera capable de produire une seule analyse de cette qualité on pourra dire qu’il y a un espoir pour le "journalisme" français que d’être autre chose qu’un bréviaire mâché pour débiles profonds.

      Cf. blog.mediapart.fr "Alep, plaidoyer pour la liberté d’analyse et une géopolique cohérente de la France par Djordje Kuzmanovic

      Vassivière Le 28 décembre 2016 à 17:38
    •  
    • Dans 10 ans, Laurent Mauduit fera un livre sur Médiapart . Il nous expliquera à la solde de qui ils sont, comme il le fait sur "Le Monde" où il travaillait avec son collègue Edwy Plenel.

      franck rigaud Le 3 janvier à 10:54
  •  
  • "RT et Sputnik sont de plus en plus influents. " peut-on lire. "Influents" je ne suis pas sûr : bien plus de lecteurs qu’on ne le pense sont tout à fait capables de faire la part des choses et des idées. Mais de plus en plus consultés, certainement. A l’instar d’autres médias étrangers francophones. On peut le regretter mais il est étonnant que l’auteur de cet article ne se demande pas pourquoi. Il n’est pourtant que de consulter nos principaux médias dominants pour le savoir : on ne peut plus les distinguer les uns des autres tant leurs discours et "regards" sont similaires et passés aux mêmes prismes et cribles idéologiques. Cette absence de réflexion dans cet article qui s’inscrit dans le maelstrom actuel de russo-poutino-obsession/hystérie en fait une illustration de plus : celle de la paille et la poutre.

    Victor Le 28 décembre 2016 à 16:51
       
    • Merci de votre commentaire. Ce que vous observez aurait en effet pu faire l’objet d’une mention, mais devrait surtout faire l’objet d’un autre article, tant la question requiert plus de développements et soulève plus de problématiques que n’avait vocation à en traiter celui-ci. Le prochain numéro de Regards aborde justement la question du succès des médias de la "fachosphère", et des discours qu’elle véhicule.

      En tout cas, rien dans ce texte – sauf à verser dans cette logique binaire déjà évoquée – ne cautionne la faillite des médias "occidentaux" dominants, ni leur discours sur les crises ukrainienne et syrienne. Faillite abordée régulièrement sur ce site, dans des articles… dont c’est bien le sujet.

      Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 17:42
  •  
  • Aucun de ceux qui s’offusquent de ce médiocre papier ne tresse de lauriers à Poutine pour son sens de la démocratie. Ce qui pose problème c’est quand Regards publie un article qui s’inscrit activement et consciemment dans la vaste entreprise de désinformation des boutefeux de l’OTAN (dont la Turquie) et de leurs alliés saoudiens et qataris sans parler des fascistes ukrainiens entre autres. La situation complexe, dramatique et oh combien dangereuse méritait de la part de Regards un traitement respectueux de ses lecteurs plutôt qu’une provocation du genre "Un Président ne devrait pas dire ça". Pour une analyse plus "fine", lire le blog de Kusmanovic sur le site Médiapart.

    René-Michel Le 28 décembre 2016 à 16:56
       
    • Kuzmanovic (avec un z), le brillant auteur de ce fameux tweet sur l’hôpital d’Alep ?

      Quant à voir dans cet article une "provocation" et une volonté de s’inscrire "activement et consciemment dans la vaste entreprise de désinformation des boutefeux de l’OTAN", qu’en dire sans être désobligeant ? Cela confirme à tout le moins ce que je disais plus haut à propos d’une vision manichéenne qui renvoie obsessionnellement chacun dans un camp ou dans l’autre.

      Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 17:16
    •  
    • Je partage complètement votre critique. Ce billet est indigne d’une certaine intelligence critique que nombre de lecteurs de Regards *** en attendent. Non pas parce que ce qui y est affirmé à propos de RT/Sputnik soit faux ou mensonger, mais parce que ceci peut l’être également à propos de tout le système médiatique dominant occidental (à propagande, propagande et demie "ennemie" !). Cette approche univoque et obtuse occulte une grande part de la réalité qu’elle magnifie du simple fait de l’ignorer. Par ailleurs l’effet de stigmatisation est partiel et partial : nombre de nos médias aussi bien papier qu’ audiovisuels n’ont pas attendu RT/Sputnik pour faire la promotion du FN et de sa cheffe par la complaisance publicitaire et politique qu’ils lui leur ont largement prodiquée, il y a de cela pas si longtemps, et ce pour des raisons avant tout commerciales.
      *** Puisque vous citez Mediapart, on peut observer que cet organe s’inscrit pareillement pleinement dans cette "vaste entreprise de désinformation des boutefeux de l’OTAN ".
      Il reste à dire pourquoi : par delà leurs arguments et critiques politiques qui pour partie peuvent être tout à fait recevables, il me semble le mythe, chez nous, Russie/Poutine procède pour beaucoup d’un tropisme fortement imprégné de valeurs (staliniennes) aujourd’hui largement obsolètes ou tout du moins à réactualiser.

      Victor Le 28 décembre 2016 à 17:52
    •  
    • @victor
      Je vous ai déjà répondu plus haut. Je ne vois toujours pas par quelle opération – sinon, encore une fois, par celle d’une déplorable logique univoque ou binaire – un article critique pour le système propagandiste mis en œuvre par le Kremlin (article dont vous-même dites qu’il n’est ni faux ni mensongers) devrait cautionner "le système médiatique dominant occidental"… que nous critiquons aussi sur ces pages.

      Même observation concernant l’évidence que d’autres stratégies et déterminismes concourent à la promotion de l’extrême droite. En somme, il ne faudrait jamais évoquer les unes sans évoquer les autres, sous peine d’être renvoyé à une complicité envers les unes ou les autres ? Mais je m’escrime très probablement en vain, tant en réalité l’agenda de bien des commentateurs, ici, est infiniment plus dissimulé que celui qu’ils nous prêtent.

      Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 18:03
  •  
  • …vite la suite, saison 2 ou 3, 4, 5 et plus. Encore ! Ne faudrait-il pas en faire une série ? Type…
    Mais en lisant ce papelard, il me vient une idée (hé oui) : si je résiliai mon abonnement à Regards ? Non ! Ne fais pas cela ! Attends la suite. T’as raison, subconscient, j’attends. J’attends plus de Mr Borras, encore des efforts, prenez ou reprenez contact pour votre prochain brouillon avec l’intelligentsia médiacratique. Si Regards change à ce point, OTAN partir. Il faut peut-être CIA ?

    Desbois Christian Le 28 décembre 2016 à 17:17
       
    • Ou alors Monsieur Borras est tout simplement un agent de la CIA, déguisé en journaliste pour regards. Et les medias seraient controlés par les martiens déguisés en humains ?

      Allons y gaiment, les trolls ... Plus c ’est gros, plus cà passe.

      bdpif Le 28 décembre 2016 à 17:51
  •  
  • Yiiiipa, les trolls sont de sortie ! J’espère que vous êtes bien payés pour balancer vos inepties.

    Pierre Le 28 décembre 2016 à 17:30
       
    • "j’espère que vous êtes bien payés" Tu te crois où Pierre ? Chez Macron, LR ou au château de Montretout ?

      René-Michel Le 28 décembre 2016 à 18:02
    •  
    • Vous sentiriez-vous visé, René-Michel ?

      Pierre Le 28 décembre 2016 à 18:18
    •  
    • @Pierre. Facile d’insulter sur un clavier, plus difficile les yeux dans les yeux.

      René-Michel Le 28 décembre 2016 à 20:04
  •  
  • En même temps c’est sympa de venir illustrer l’article en direct, c’est un peu comme les TP après les cours.

    Pierre Le 28 décembre 2016 à 17:33
  •  
  • Un grand merci à monsieur Borras pour son article !!!

    Je pensais finir seul sur cette terre à dénoncer cette propagande Russe qui elle est bien réelle.

    Bdpif
    (Petit fils résistant, petit fils commandant Durruti, à Paris avant de Gaulle, et résistant jusqu’en 1974)

    bdpif Le 28 décembre 2016 à 17:43
  •  
  • "Seul sur cette terre à dénoncer cette propagande russe..." ? Ben c’est le credo de tous les médias aux ordres. J’espérais que Regards s’en distinguerait quelque peu, eh bien non. Regards préfère reprendre les "thèses" (il ne peut évidemment pas s’agir ici d’information) de la propagande otanesque (pour faire simple). Désolant !

    Xan ANSALAS Le 28 décembre 2016 à 18:14
  •  
  • @ Jérôme Latta (en réponse à 18:03)
    Mon commentaire ne s’adressait pas à vous mais René-Michel dont j’approuve le commentaire.
    Voici pour vous répondre, car je m’attendais à votre genre d’argumentation :
    1° - Question de méthode déontologique : ce qui nous est donné à lire dans ce billet c’est ici et maintenant et non pas en relation avec un (des) discours d’ ailleurs et d’ auparavant, supposés connus de tous. Ce qui signifie que si le thème abordé par l’auteur ici et maintenant dans ce billet (la propagande russo-poutinienne + ses accointances avec l’extrême droite) n’est qu’un aspect d’un thème plus général (la propagande dans les médias y compris occidentaux dominants) déjà abordé, l’honnêteté intellectuelle aurait voulu qu’il situe son présent topo dans ce cadre, à savoir poser en préambule les 2 termes de son objet d’analyse explicitement, en regard. Car quelle est l’intention de l’auteur de ce billet ? Bien évidemment d’inciter les lecteurs du site/revue "Regards" à la méfiance vis-à-vis de RT/Sputnik (voir sa conclusion).. Ce manque d’objectivité me gène car je constate que le procédé est identique à celui (entre bien d’autres) de propagandistes. Or de ce dont nous avons besoin (j’ai besoin) c’est bien de "Regards" et non pas d’une Vision formatée.
    2° - Qu’on le veuille ou non, condamner la peste sans condamner le choléra, pour qui en a vraiment l’intention, dans un contexte où la guerre des propagandes fait rage, ne peut faire que le jeu du choléra. Là aussi il faut être extrêmement attentif et conscient du point de vue d’où l’on juge et s’exprime pour ne pas hurler avec les loups, y compris "à l’insu de son plein gré".
    Telle est ma préoccupation première, car dans les systèmes de discours et représentations propagandistes, la méthode, la posture du locuteur et la forme comptent pour autant, si ce n’est davantage, que le contenu du message lui-même, du point de vue de l’efficacité. Quand on prétend s’en et s’y mêler, il vaudrait mieux en être conscient, au risque sinon de faire le jeu de l’ennemi.
    A votre question pertinente : "En somme, il ne faudrait jamais évoquer les unes sans évoquer les autres, sous peine d’être renvoyé à une complicité envers les unes ou les autres ", je réponds : dans un tel contexte de déchaînement des passions polémiques où les émotions prennent le pas sur la raison éclairée et le débat sérieusement documenté, il faudrait toujours évoquer les unes et mentionner les autres (ou inversement selon) ou bien (cela vaudrait mieux souvent)... se taire.

    Victor Le 28 décembre 2016 à 19:23
       
    • @Victor. Net et sans bavure. Les commentaires de certains lecteurs redonnent la stimulation et le plaisir de lire que d’autres font profession de saper. Ne lâchons rien .

      René-Michel Le 28 décembre 2016 à 20:22
    •  
    • Merci d’avoir produit l’effort de nous proposer une méthodologie. Néanmoins, en premier lieu, si le problème que soulève cet article est "d’inciter à la méfiance vis-à-vis de RT/Sputnik", vous nous permettrez d’assumer pareille conclusion – et accessoirement de vous demander en quoi diable cela constituerait un "manque d’objectivité" si l’on établit que telle méfiance est parfaitement justifiée.

      Par ailleurs, si cette méthodologie consiste en réalité à multiplier préambules, précautions, définitions, avertissements et appendices, elle peut difficilement s’appliquer aux formats journalistiques, puisqu’il faudrait écrire un article en parallèle de tout article (et pourquoi pas doter cet article supplémentaire d’autant d’autres articles de précaution que nécessaire). Ce sont là des dispositifs propres, par exemple, à des travaux universitaires.

      Ensuite, il s’agirait justement, en réalité, de se prémunir contre les procès d’intentions et les accusations fallacieuses que suscite tel ou tel sujet… c’est-à-dire de le faire en pure perte, auprès des personnes sous l’emprise des lectures binaires et de la mauvaise foi pathologique que j’évoquais plus haut – dont leurs réactions sont beaucoup plus le symptômes que l’expression d’une critique légitime et étayée. Ceci vaut d’autant plus, évidemment, pour les trolls et autres agents provocateurs (mentionnés justement dans l’article), dont le but est de semer le trouble et la confusion.

      Au passage, je m’interroge : où et auprès de qui est-il vraiment nécessaire de condamner la peste à chaque fois que l’on condamne le choléra ? Posé autrement : comment s’appelle la rhétorique qui consiste à accuser quiconque lutte contre le choléra de soutenir la peste ? Et qui aurait donc intérêt à ce que, faute de parler des deux en même temps, les médias se taisent aussi bien sur la peste que sur le choléra, comme vous le suggérez ? En l’occurrence, la sensibilité du contexte a bon dos, et il suffit de bien peu de clairvoyance pour distinguer les propagandistes de ceux qui cherchent – du mieux qu’ils peuvent – à informer honnêtement.

      En fait, si l’on veut honnêtement s’assurer de l’honnêteté d’un article dans un contexte donné, on peut tout aussi bien, à peu de frais, s’enquérir des autres articles publiés sur le même sujet par le même média ou le même auteur. En l’espèce, les accusations de parti pris atlantiste apparaîtront vite pour ce qu’elles sont : de grotesques élucubrations, pour une part malveillantes et mal intentionnées. Les autres imprécations et anathèmes lus ici sont exactement du même tonneau.

      Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 21:30
  •  
  • @ Latta." les accusations de parti pris atlantiste apparaîtront vite pour ce qu’elles sont : de grotesques élucubrations, pour une part malveillantes et mal intentionnées. Les autres imprécations et anathèmes lus ici sont exactement du même tonneau."
    Tout ça pour finir par ce mépris butté qui ne révèle qu’une chose :
    vous connaissez bien mal vos lecteurs dont vous méprisez l’engagement, la culture et la pratique politiques. Sinon vous n’auriez pas publié un tel papier, en l’état, dans le contexte actuel de barbaries quotidiennes, d’obscurantisme sanguinaire et si lourd de menaces pour la paix mondiale. Vos justifications en sont d’autant plus dérisoires.

    René-Michel Le 28 décembre 2016 à 23:14
       
    • Je vous trouve bien délicat, pour quelqu’un qui a écrit plus haut : "un article qui s’inscrit activement et consciemment dans la vaste entreprise de désinformation des boutefeux de l’OTAN (dont la Turquie) et de leurs alliés saoudiens et qataris sans parler des fascistes ukrainiens entre autres". Ce que rien ne fonde, évidemment, et qui indique les limites que peut avoir toute tentative de vous faire entendre raison.

      Jérôme Latta Le 28 décembre 2016 à 23:34
  •  
  • @Jérôme Latta (21:30)
    Je crois avoir déjà répondu ci-dessus à toutes vos objections. Il faut donc préciser au risque d’être lourd.
    1/ C’est l’auteur qui a fait le choix d’un format d’expression journalistique polémique (en particulier les parties 3 et 4) pour un tel sujet brûlant aux risques et périls de sa crédibilité, compte tenu du contexte de guerre des propagandes à l’échelle mondiale mais plus particulièrement hystérisé à l’échelle de la France, dans lequel intervient. Rien ne l’y obligeait. Mais au fond là n’est pas pour moi le problème, n’étant pas spécialement accroc au média incriminé.
    2/ Le « problème » n’est pas non plus « d’inciter à la méfiance vis-à-vis de RT/Sputnik », comme je le dis en effet. Libre à chacun de sa (contre)propagande. Cela est l’intention (polémique) de l’auteur. Autrement dit la finalité du texte est tout autant incitative, injonctive qu’analytique et informative. Si ce n’est plus : il n’est que de lire les premiers mots du chapeau pour s’ apercevoir que le parti pris et l’orientation de l’auteur sont premiers : « Traitement orienté des crises ukrainienne et syrienne, promotion du FN en France et des courants identitaires ailleurs : (…) » Mais pourquoi pas après tout ? Sauf qu’il ne faudra pas s’étonner que la polémique appelle la polémique qui n’est pas forcément du trollage.
    3/ Le problème, pour moi, se situe dans l’implicite, ou plutôt le non-dit de l’auteur. Si effectivement RT/Sputnik traite de manière orientée les crises ukrainienne, syrienne etc, quid des médias opposés occidentaux en la matière ? On ne sait pas (sauf à consulter les archives, et encore il faut faire confiance !). Alors de deux choses l’une : ou bien l’auteur estime que le scandale n’est que le fait de Poutine et des siens, de son camp, ou bien il pense qu’il est aussi le fait des deux parties en guerre. Et de cela il ne pipe mot. C’est en ce sens qu’il y a manque d’objectivité, pour qui –comme moi- y aspire et l’espère d’un organe comme « Regards ».
    Ce qui me scandalise d’autant plus que la description du système médiatique propagandiste russo-poutinien n’est, sur bien des aspects structurels de fond, pas si éloignée de la réalité de nos propres systèmes dominants et dominés.
    Question tout bête : pourquoi ne pas avoir publié en place et moment de ce billet un texte dénonçant le traitement manipulatoire de l’info dans nos médias ? A ce jour le site ACRIMED ne s’est pas encore autorisé à l’équivalent du présent billet (Julien Salingue qu’ACRIMED publie parfois vient de commettre un brûlot de la même veine mais pas au nom d’ACRIMED).
    4/ Il faut condamner la peste et le choléra auprès de tout le monde, toujours et partout, trolls ou pas trolls.
    5/ Accuser l’auteur de parti pris atlantiste est un raccourci inacceptable et relève du préjugé. Mais je pense qu’objectivement (et non pas subjectivement) son billet tel qu’il l’a conçu ne peut que satisfaire les russo-poutinophobes atlantistes et in fine servir leur cause.
    J’espère que vous aurez compris que mon commentaire ne vaut pas caution en quoi et pour qui que ce soit.
    Merci de votre attention

    Victor Le 29 décembre 2016 à 00:01
  •  
  • incroyables réactions des campistes de tout poil. Non, les ennemis de mes ennemis ne sont pas fatalement mes amis. et oui, on peut écrire un papier sur la propagande d’un état capitaliste, impérialiste, en l’occurrence la Russie, sans pour autant adhérer à la propagande de l’autre camp impérialiste. On peut dénoncer la dictature de Bachar El Assad et de ses alliés russes sans pour autant penser que Alep Est était peuplée de révolutionnaires sympathiques. On peut même penser que c’est la dictature qui, en écrasant la révolte populaire, a livré les populations aux fondamentalistes de tout poil.
    Votre aveuglement par rapport à cette propagande est terrifiant, à moins que vous ne soyez gagnés à l’idée qu’il faut choisir son camp dans les affrontements entre impérialistes et que n’ayez choisi le votre. Moi, je ne choisis pas entre la peste et le choléra.

    Marcel de Montauban Le 29 décembre 2016 à 11:19
       
    • Il y a aussi tout simplement le fait qu’il y aurait pu avoir , tout simplement, une intervention militaire de l’ OTAN, tout simplement pour mettre dehors Assad, et laisser au peuple, le choix, dans la continuité du printemps arabe, de pouvoir voter librement et se choisir un autre président.
      Il n’es tpas trop tard.

      Maintenant, des millions de refugiés, des centaine de milliers de morts, et le choix entre des faschistes meutriers comme le régime, ou des djiadistes meurtriers, ou des rebelles partiellement morts ou détruits (source à confirmer, sont ils encore vivants et apte à reprendre leur pays) .

      L’opinion international n’en avait rien à fiche au début de la guerre Civile. Maintenant, elle pleure, se ramasse des attentats. La Russie en avait aprés le pétrole, comme en Chrimée, ou Gazprom est venu en suivant s’installer. Les intérets de la France et de Obama ? Le pétrole ? Les USA se fournissent eux memes, et la france n’en a rien à fiche.

      On a laissé crever le peuple syrien, malgrès leur appel à l’aide l’addition est là. Des centaines de milliers de morts pour eux. Et pour nous, nous revoilà en état de guerre, en France en Allemagne, en Russie. Quel désastre. J’ai honte de notre siècle.

      Il faut faire comprendre à Poutine d’arréter de soutenir et d’armer le criminel contre l’humanité qu’est Assad, et de participer à une intervention internationale commune pour mettre regime et djiadiste dehors, DE RENDRE LE POUVOIR AU PEUPLE , et se barrer, enfin.

      bdpif Le 29 décembre 2016 à 11:47
    •  
    • @ Marcel de Montauban
      Pour quelqu’un qui fustige l’ "aveuglement terrifiant" et le "campisme" (terme oh combien prisé médiatiquement avec celui de "binaire" en ces temps de maccarthysme) vous avez une lecture ou compréhension quelque peu incomplètes, fausses et extrapolées de ce que j’exprime, si c’est bien à moi que vous vous adressez. Mon propos ici porte sur l’impact et l’opportunité d’une publication dans un contexte de discours bien spécifiques et non pas sur autre chose quand bien même on peut trouver un rapport entre les deux. Du reste vous prêtez à l’auteur de cette publication des considérations qu’il ne développe pas. Si je suis aveugle, vous êtes halluciné. "Campistes de tout poil" dites-vous ?

      victor Le 29 décembre 2016 à 13:48
    •  
    • On vous parle de la protection de civil Syriens, vous nous parlez de campisme ...

      Je crois que ... Vous n’en avez rien à fiche des civils. Comme depuis 5 ans, rien ne change, Comme en Espagne, en 1936. Vous etes là, pour parler, parler, parler, à coté des choses .

      Les morts, personne n’en parle, les morts que nous aurions pu éviter. Jusqu’au jour où la guerre frappera à votre porte, et là il n’y aura plus personne non plus pour vous aider. Rappelez vous les années 30, du moins vos cours d’histoires On a laissé faire Franco, on a eu Mussolini, puis on les a laissés, et finalement, Hitler et Staline. Vous nous refaites la même chose aujourd’hui. Contre Franco, c ’était pareil. Blum voulait aider les civils, les republicains, comme Hollande et Obama avec les rebelles Syriens , et Herriot, la gauche de la gauche, disait "Non à la guerre, aux bombes", ils ont eu la seconde guerre mondiale pour résultat. Chamberlain, Melenchon, lepen, Petain, rien ne change. Triste humanité, triste Gauche.

      bdpif Le 29 décembre 2016 à 16:15
  •  
  • Il y a peut être des activistes Pro Poutine ici même !
    "I love Poutine !" "Poutine président du monde 2020 ! <3"

    Jonathan Le 29 décembre 2016 à 15:20
  •  
  • Mais oui vous avez raison, RT, spunik propage un regard partial sur l’actualité. Un point de vue du gouvernement russe.
    Mais vous nous prenez pour des billes, parce que la plupart des médias chez nous, propose uniquement des versions otanesques, américaines, de la même actualité.
    Mais comme aujourd’hui nous avons les moyens d’aller pêcher ici et là des points de vue différents, votre tentative de nous enfumer est vaine.
    Passé plutôt du temps à vraiment décrypter les vrais infos, peut-être que nous consentirons à vous lire

    tchoo Le 29 décembre 2016 à 16:32
       
    • Oui 5 ans d’histoires de la guerre civile en Syrie, des millions de témoignages des réfugiés, et cà, c ’est de la propagande Otanesque ? Et les cadavres, des figurants, ou des manequins en cartons pates ?

      Vous essayez de renverser la situation avec l’expréssion " Vous nous prenez pour des billes", je crois que c ’est vous qui nous prenez pour des billes avec votre revisionisme de l’histoire et concept de "propagande Otanesque", sorti par la Russie, il y a juste deux ans. C est mathématiquement impossible de résumer autant de témoignages Syrienss comme des "Faux temoignages", avec juste un ou deux journalistes de SPutnik pour chaque pays, et quelques centaines de trolls pour contredire la réalité.

      bdpif Le 29 décembre 2016 à 21:16
  •  
  • Je pense qu’un certain nombre de personnes qui considèrent RT comme une source "alternative" d’information n’ont absolument aucune idée du traitement ordinaire de l’information dans les JT sur les principales chaînes publiques russes (en russe, évidemment). Le langage employé pour parler des réfugiés ou des personnes installées et travaillant en Russie provenant d’autres pays de la CEI et notamment d’Asie Centrale est éloquent, tout comme l’est la rhétorique homophobe et transphobe sitôt qu’il s’agit d’évoquer la situation des personnes LGBTQIA en Russie ou ailleurs. Ce langage, bien loin d’être une réalité isolée ou de traduire une quelconque "différence culturelle" correspond à des décisions et à une situation politique bien précise que l’on aurait tort d’ignorer. Quant au soutien du gouvernement russe à l’extrême-droite française, il s’agit tout simplement d’un fait avéré - ou si l’on veut, d’un secret de polichinelle ;)

    Lise Le 30 décembre 2016 à 08:54
  •  
  • Le dernier lien de l’article semble erroné... En complément, je poste ici un ou deux liens sur le même thème. Merci à Regards de s’attaquer au sujet malgé les tentatives d’intimidation dont personne ne sera dupe. Il est urgent pour chacun de se documenter sur le sujet.

    Rue89 : "Propagande : la redoutable usine à trolls du Kremlin"
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/03/propagande-redoutable-usine-a-trolls-kremlin-259526

    Courrier international : "Russie. Une armée de trolls au service de Poutine" http://www.courrierinternational.com/article/russie-une-armee-de-trolls-au-service-de-poutine

    Et cette enquête du Temps, qui illustre bien votre très bon article : Le Temps, Désinformation, l’offensive russe. "Après l’Ukraine, les Etats européens sont de plus en plus la cible de campagnes de désinformation pilotées par le Kremlin..."
    https://www.letemps.ch/monde/2016/12/27/desinformation-loffensive-russe

    Romain G Le 30 décembre 2016 à 11:16
       
    • il me semble que dans les sites et organes que vous citez, il y a surtout des trolls otaniens (ou otariens, si on les considère comme des amuseurs publics, l’obs, le monde, libé, aux mains de puissants capitalistes, partagent la russophobie de BHL et consorts. poutine a raison de vouloir se défendre contre l’encerclement otanien. lorsque le pacte de varsovie a disparu, on aurait pu penser que l’otan allait disparaître aussi, c’eût été le gage de l’établissement d’une paix durable. voire : l’otan bras armé de washington n’a eu de cesse de se renforcer, d’encercler la russie, d’intégrer toujours plus de pays de l’est, de fomenter des complots dans ces pays, comme washington le fait en amérique du sud depuis toujours !les trolls de l’Empire sont partout !

      georges glise Le 6 janvier à 20:59
  •  
  • Tout à fait, cela fait froid dans le dos, ce régime donne envie de vomir .

    Un symptôme de plus ; En novembre le confusionniste Noam Chomsky était de passage à Paris.
    Quels journaux ont osé ouvrir leurs pages à ce triste sire ?
    Je vous le donne en mille : Russia today et les bolchos arriérés de l’Humanité en sont !

    Heureusement notre Churchill actuel, le ferme et résolu Manuel Vals, a fait annuler la remise d’un prix à ce sinistre personnage dans l’enceinte de notre assemblée nationale.

    L’honneur de la France est sauf .

    Claude Le 30 décembre 2016 à 12:36
  •  
  • honteux cet article, comme si les Russes avaient le monopole de la propagande ! ce n’est pas eux qu’on entend le plus, c’est le moins qu’on puisse dire et par contre ... ce qu’on entend sur la Syrie et sur leur participation à la guerre est totalement insupportable et mensonger !
    je me sens de nouveau transportée en 1999, quand Francis Wurtz expliquait qu’il fallait empêcher le génocide des Kossovars planifié par le nouvel Hitler Milosevic (innocenté de ce forfait par la Cour pénale de la Haye depuis) et soutenait l’UCK (reconnue depuis organisation mafieuse trempant dans le trafic d’organes). Et les ministres communistes alors au gouvernement ont endossé sans état d’âme les bombardements de l’OTAN...
    Regards est vraiment une revue communiste ?

    Joëlle Fontaine Le 30 décembre 2016 à 13:10
  •  
  • D’accord 100% avec Joelle Fontaine et autres contradicteurs : dans le contexte médiatique actuel, cet article place Regards dans le camp (oui !) de la propagande mensongère de l’OTAN, suivie par nos Medef-Media, qui préparent l’opinion à un conflit avec la Russie - laquelle espionne les USA (!!!) et a fait élire Trump. Tissu de sottises ! Et la fausse "objectivité" prônée par Jérôme Latta revient à renvoyer dos-à-dos l’aggresseur et l’aggressé. QUI a des bases militaires sur toute la planète, et notamment en Europe, encerclant la Russie, et bientôt en France si nous laissons faire ? Voir (entre autres) : https://www.legrandsoir.info/guerre-en-syrie-peut-on-faire-taire-les-armes.html

    Autrement Le 30 décembre 2016 à 15:55
  •  
  • Amusant de voir le nombre de commentaires réclamer que l’auteur de l’article évoque également la propagande occidentale dans un sujet consacré aux outils de propagande russes (dont la xénophobie et l’homophobie sont insupportables dans les programmes en langue russe, comme l’a justement remarqué Lise, les programmes en langues étrangères étant plus présentables ). J’espère me tromper, mais j’imagine mal ces commentateurs pester contre un article sur la scandaleuse guerre des drones américaine en réclamant de prendre en compte les bombardements russes sur des hôpitaux... Un impérialisme ne devient pas plus sexy en face d’un autre. Un article sur l’impérialisme américain (ou sur la politique glauque de la France au Moyen-orient ou en Afrique) se suffit à lui-même, pourquoi pas un article sur la propagande russe. Manichéisme en gros sabots.

    Loïc Le 30 décembre 2016 à 15:59
       
    • ...et par-dessus le marché, la Syrie et l’Ukraine sont honteusement instrumentalisées au service des options électoralistes françaises !

      Autrement Le 30 décembre 2016 à 16:27
  •  
  • L’objectivité d’une prise de position sans jugement est si complexe qu’elle ne peut que conduire à heurter l’autre dans ce qu’il a de plus sincère tant philosophiquement que politiquement et surtout réellement.

    le lien ci dessous , je lis Tous les médias pour essayer de me faire une opinion la plus proche du Vrai , est à mon sens pertinent à propos de ce type d’échange.

    la Vérité , quelle Vérité ??

    ce qui est vrai pour la science est vrai pour toutes les émotions.

    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2016/12/28/pourquoi-certains-nient-les-resultats-de-la-science/

    equilibrae Le 30 décembre 2016 à 18:13
  •  
  • Bonjour
    Tout cela a un coté "risible", , si on ne parler pas de chose sérieuse !.les Russes utilisent les mêmes méthode que les américains pratiques depuis des années. la "Voix d e l’Amèrique" cela ne vous rappel rien, CNN ,et bien d’autres médias. Le softpower US et bien plus efficace et puissant que les Médias Russes.Il faut aussi ne pas avoir la mémoire courte ou être frappé d’amnésie, la méthode de la lutte de classe a, l’envers utilisé au Chili pour déstabiliser Allende, voir film "la Spirale", utilisé au Chili , mais aussi en Amérique du Sud ou ailleurs sous forme de " révolution orange", via des fondations ou ONG.....
    Les USA et l’occident on l’art de se faire passer pour des blanches colombes, et surtout faire très vite oublier leurs crimes ; Ont parle de la Syrie on oublie complètement l’Irak, la Libye, et les causes de tout ces conflits. Si les USA n’avaient pas allumer la mêche de la guerre au moyen- orient nous n’en serions pas là. Poutine , Assad ne sont que les conséquence de ce mépris occidentale....
    Dans une émission sur la cinq, très suivit, un intervenant oser dire que les USA ne tripatouiller plus par l’intermédiaire de la CIA, depuis longtemps !, non, non...Mais que les méchant Russes eux, continuer a tripatouiller.
    Les USA, comme la Russie manipule, intoxique,tripatouille, en secret.Tant que les grandes puissances, seront dans l’affrontement, ils utiliseront toutes les méthodes pour arriver a leur fins.

    bob Le 30 décembre 2016 à 22:10
  •  
  • Bonjour
    Voir john Pilger "la guerre invisible(2010)vost de deep green resistance partage sur you tube édifiant !!!.

    bob Le 30 décembre 2016 à 22:38
  •  
  • Et voilà, pour les amateurs, un petit supplément de propagande poutinienne, bien explicitement "orientée" :
    "Des « tartuffes », des « hypocrites », des « salauds »... L’essayiste belge Jean Bricmont ne mâche pas ses mots, en s’indignant des intérêts réels de ceux qui prétendent défendre les droits de l’homme en Syrie" :
    https://francais.rt.com/opinions/31480-lettre-ouverte-defenseurs-droits-homme-alep
    Il n’y a pas de défense des "droits de l’homme" sans analyse géopolitique sérieuse.

    Autrement Le 31 décembre 2016 à 12:44
       
    • AH, Bricmont, l’idole des confusionnistes brunâtres, le copain de Sora, bonjour la référence !

      Valdo Le 2 janvier à 15:37
    •  
    • AH, Bricmont, l’idole des confusionnistes brunâtres, le copain de Sorai, bonjour la référence !

      Valdo Le 2 janvier à 15:37
  •  
  • J’y reviens, car les dernières gesticulations "diplomatiques" du clan des mauvais perdants, par la bouche d’Obama, sentent de plus en plus le coup monté : et cette fois ouvertement va-t-en guerre,, contre la Russie, que la France a tout intérêt à avoir pour alliée et non comme puissance hostile. La réponse du Kremlin (après délibération collective) respire heureusement la sagesse et ridiculise notre Big Brother.
    Comme complément à mes précédents messages, je cite donc , - pour ceux que la paresse ou les préjugés empêchent de la lire en entier, - l’exposé des motifs de la Lettre de Jean Bricmont :
    "Tout d’abord, ceci n’est pas une attaque contre les droits de l’homme, comme idéal à atteindre, et le titre complet de l’article devrait être : « Lettre ouverte à ceux qui invoquent sélectivement les droits de l’homme pour justifier la politique d’ingérence des puissances occidentales dans les affaires intérieures des autres pays. »
    En effet, la seule question qui mérite d’être discutée à propos de l’affaire syrienne, ce n’est pas la situation sur le terrain (qui est sans doute compliquée), mais la légitimité de la politique d’ingérence des États-Unis et de leurs « alliés », c’est-à-dire des Européens, de la Turquie et des États du Golfe, dans ce pays."

    Autrement Le 31 décembre 2016 à 13:00
  •  
  • Coucou les trolls !!! Il fait beau à Saint-Petersbourg ?

    Pierre Le 31 décembre 2016 à 16:16
  •  
  • bonjour
    Pour moi, cela reste l’histoire de l’arroseur arrosé ....non ?.
    Les USA n’essayent -ils pas d’influencer le débat, de manipuler les opinions, cela avec plus de moyens que la Russie.
    Regarder le 20 heures sur TF1, ANT 2 ....C’est dans l’air sur la cinq ; le débat est-il objectif ?, ne sommes nous pas trimbaler ?.
    Comment peut -on vérifier l’info, sans compter le commentaire orienté des sois disant journalistes, qui relate un événement a plusieurs milliers de kilométres, pour le simple lambda, c’est impossible.
    Pour moi les droits de l’homme, l’humanitaire ses des contes a dormir debout, on pratique l’indignation sélective, on nous fait pleurer sur telle ou telle causes, telles ou telles enfant mort sur la plage , cette petite fille sous les bombardements, on ne sait pas qui a pris la photo, qui est derrière l’objectif, le but qui est recherché.....
    Je reste très méfiant , sur ces infos, qu’on nous donne.
    Je m’en tiens a quelques analyses, basiques, fondamentaux:les enjeux, luttes de pouvoirs, intérêts, géostratégie, géopolitiques,idéologie, lutte de classes important , très souvent oublier, que l’on vit dans un système capitaliste.
    J’essaye de rester lucide, que les USA sont une puissance mondiale qui défends avec acharnement ses intérêts, la Russie aussi, peu importe Poutine, Obama, ils sont la pour faire le job.
    Assad , aussi défends ses intérêts, comme les dirigeants des autres pays. Peuvent -il le faire avec plus d’humanité, cela dépends de plein de choses , mais pas des intentions.
    On a vu comment les révolutions Arabes , dit démocratiques ont finit, je reste profondément sceptiques, sur la transition démocratique dans ces pays, car les forces qui tirent en arrières sont forte, et imposer la démocratie a coup de bombes, comme la célébre affiche sur la guerre du Viétnam : nous vous apportons la démocratie, avec une photo d’un bombardier qui lâche un tapis de bombe...n’est pas la meilleur façons d’apporter la démocratie.

    bob Le 31 décembre 2016 à 17:51
       
    • Et Bruno Guigue ? Vous savez qui c’est, vous le connaissez ? Alors bonne occasion de faire connaissance :
      https://www.legrandsoir.info/cette-gauche-qui-sert-de-suppletif-a-l-otan.html

      Autrement Le 31 décembre 2016 à 18:53
    •  
    • ne pas oublier que la source unique d’information sur les droits de l’homme en syrie, c’est l’OSDH, observatoire syrien des droits de l’homme, qui se résume à un seul homme basé à londres, selon notamment le canard enchaîné.

      georges glise Le 6 janvier à 21:29
  •  
  • Bonjour,
    Je lis régulièrement Sputnik ou Itar Tass) depuis 3-4 ans, et depuis le premier jour, je sais que c’est de la propagande. Les articles sont courts, mal écrits, mal pensés, et les éléments de langage sont permanents. D’ailleurs, je rappelle que "Sputnik" s’appelait avant "la voix de la russie", et encore avant "Radio Moscou".
    Je me suis mis précisément à le lire PARCE QUE c’est de la propagande, et que je voulais le point de vue officiel directement du Kremlin plutôt qu’une interprêtation douteuse et partiale d’une publication franchouillarde. Car se faire un point de vue "indépendant" (dépendant a minima de nos sources d’information), c’est justement aller au plus près des sources officielles. Dans le même ordre d’idée, je préfère écouter un discours de Hollande plutôt que son analyse faîte par I-télé.
    La question de la mésinformation se pose beaucoup en ce moment, et avec raison me semble-t-il. Mais je crois que pour une analyse pertinente, il faudrait inclure dans l’équation, la sphère médiatique, française pour le coup, et ses quelques actionnaires aux intérêts bien sentis, n’en déplaise aux journalistes qui se sentent libre de tout... sauf de critiquer leur patron et leurs conditions même d’existence. Il faudrait y inclure France 24, dont l’objectif même est de porter la voix de la France à travers le monde, et aussi Euronews, dont la critique s’arrête aux conditions même de l’existence de l’UE telle qu’elle se fait. On pourrait aussi parler des contre-mesures de l’UE vis-à-vis de la propagande russe... mais sur sa propre population : il ne s’agit pas d’exercer une influence en représailles, mais de contre-influencer ses enfants irrévérencieux.
    Alors on pourra aborder une critique un peu plus générale qui permettrait le cas échéant de développer un modèle bien français (ou européen) d’une information véritablement de qualité.
    Souhaitez vous savoir ce que répond une publication à un lecteur lambda quand il fait état d’une critique argumentée ? Ben rien (ou de le traiter de "facho", "complotiste", etc....) Alors je ne vois pas trop la différence avec un système de l’information façon Sputnik. L’un comme l’autres n’ont aucuns comptes à rendre à leur lecteurs.
    Bref, taper sur une Russie qui agit dans ses propres intérêts bien sentis, c’est trop facile, et à tout le moins inopérant. La Russie souveraine fait bien ce qu’elle veut.

    Et si l’intérêt presque soudain de ces pratiques russes de l’information (et d’une manière générale, d’une Russie qui fait du coude pour qu’on la prenne en compte - c’est le minimum qu’elle puisse faire pour son propre intérêt, comme chaque entité souveraine, du reste) n’étaient que le symptôme ou le contre-point de notre propre système médiatique moribond ?
    La pensée critique, c’est penser contre soi-même, pas contre les russes.

    Bon... on le fait, maintenant, cet état de la critique de l’information en France, ou bien on -la sphère médiatique, donc - continue de se faire peur avec un petit pays et ses petits habitants ?

    Wilemo Le 1er janvier à 22:07
  •  
  • Bonjour
    je pense , mais j’espère me tromper, que cela peut terminer vraiment très mal, je veux dire un conflit nucléaire, peut être, pas volontairement , mais par accident , dérapage, les deux grandes puissances nucléaire ni ont pas intérêt, du moins je l’espère. Cela dépasse la pure question Syrienne, et BDPIF qui intervient souvent et d’autres ne le remarque pas. Il y a un plan d’ensemble pour détruire le moyen orient, qui ne vient pas de la Russie, mais des USA et des projet des néo-conservateur lié a Bush jr, pour changer ces régimes, cela n’est mêmes pas caché. La Russie ne fait que défendre ses intérêts géostratégique, en Syrie, et surtout dit stop cela suffit, cette façons d’agir envers les petits pays (yougoslavie, Irak, Syrie, Libye, Ukraine...), sous couvert de faire tomber des dictateurs. La Russie, Poutine n’a pas peur, et le fait savoir, dorénavent elle ne reculeras pas.
    C’est là ou est le danger du dérapage nucléaire, car jusqu’où irons les deux grand (USA-Russie) dans l’escalade, mais surtout les USA ?.l’élection de Trump, change peut être la donne, car Hillary Clinton était plutôt une partisane de la confrontation avec la Russie. Toujours est-il que les néo-conservateur qui influence aussi bien le parti démocrate que les républicains, les faucons, ainsi que le lobby militaro-industriel, et les médias derriere eux, ne désarment pas , et espèrent bien influencer Trump, soit en lui mettant la pression, soit en lui tordant le bras, en le menaçant de déstitution. Les faucons restent influent , et le camp de la paix, est très faible et divisé , on le remarque ici. La fin de l’affrontement , une politique pacifiste ne viendra , que si tout le monde baisse la garde , décide d’arrêter l’affrontement et désarme petit a petit, cela passe donc par une entente avec la Russie, et a ce moment la, la tension commencera a baisser au moyen -orient, et la lutte contre le terrorisme , commencera vraiment .Mais on en est loin, et un dérapage nucléaire n’est pas impossible surtout si Les USA , continue leur politique d’imposer leur vision du monde. D’imposer un monde unipolaire sous leur contrôle, et non pas multipolaire. d’imposer la "démocratie" a coup de bombe et de mettre en place des régime qui leur soit inféoder.
    Jusqu’ou irons t’il ? , jusqu’en Russie ?....c’est peut être leur but, alors là le conflit nucléaire est assuré !!!
    Par curiosité , un peu de publicité pour RT Voir:incroyable V Poutine dénonce les USA et explique leur petit jeux diabolique par résistance Belge. les dix dernière minute particuliérement

    bob Le 1er janvier à 22:47
  •  
  • Bonsoir
    Lire "les mauvais perdants (et ce qu’ils ont peur de perdre)" de Diana Johnstone, dans legrandsoirinfo, ou mondialisation.ca.

    bob Le 1er janvier à 23:12
  •  
  • Même les anarchistes américains chantaient la marseillaise dans les grands moments ouvriers du début du XXème siècle.

    De toute façon les grandes révolutions russes, chinoises, cubaines, burkinabées n’intéressent pas les organisations d’extrême gauche actuelles.
    Ces organisations se considèrent avant tout comme anti-autoritaires mais sont complètement à coté de la plaque depuis que les gros malins néolibéraux leur ont grugé certaines idées libertaires.

    Aujourd’hui un authentique révolutionnaire comme le capitaine Sankara serait pris pour un fasciste par ces charlots.
    Ces révolutionnaires sont surtout efficaces en com, en fait ils devraient manager des groupes de rock.

    Claude Le 3 janvier à 20:29
  •  
  • la quasi-totalité des medias français a adhéré à la pensée unique à propos de la syrie, à la suite d’un quai d’orsay atlantiste : les méchants poutine et bachar, les gentils "démocrates syriens (dont l’armée, dite syrienne libre est inexistante, surtout depuis que la moitié de ses membres a rejoint daech. et alep-est était bien aux mains de groupes affiliés à al-qaida !les occidentaux se disent défenseurs des "chrétiens d’orient, or l’archevêque grec-catholique d’alep a nettement pris parti pour bachar. merci à sputnik et rt d’avoir rétabli la vérité, suivis en france notamment par le site "les crises d’olivier berruyer. marre de cette russophobie inspirée par les faucons washingtoniens et leurs épigones européens comme fabius et BHL. il faut raison garder.

    georges glise Le 6 janvier à 20:37
  •  
  • Bonjour
    Voir sur youtube intervention de Mr Mèlenchon :Voeux de Mélenchon , une France non alignée pour la paix.

    bob Le 7 janvier à 13:47
  •  
  • Incroyable, inadmissible : il y a des médias russes qui soutiennent l’action du "Kremlin". RT et Spoutnik sont les relais des mouvances identitaires, c.à.d. de la fachospère - parmi laquelle Jacques Sapir est cité - Ils protègent le boucher de Damas qui bombarde la population civile d’Alep-Est, sous la protection de l’autocrate et populiste Poutine. Lequel a même réussi à influencer les élections américaines en sa faveur . Non, mais, ouvaton ? St McCarthy, sauvez notre démocratie !

    Albert Le 9 janvier à 11:32
  •  
  • Bonjour
    Appel de Gorbatchev:Le monde se prépare a la guerre ....lire sur sputnick, justement , et interview au Times.
    Un appel à Trump et Poutine a négocier, discuter pour éviter une confrontation.....

    bob Le 28 janvier à 10:23
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.