Accueil > Société | Entretien par Jérôme Latta | 21 octobre 2014

Sébastien Fontenelle : « La presse dominante est subventionnée pour débiter de la propagande libérale »

Auteur de Éditocrates sous perfusion, le journaliste Sébastien Fontenelle démonte un système des aides à la presse dévoyé, incapable d’atteindre ses objectifs de pluralisme et mis au service de ceux… qui fustigent constamment la dépense publique.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sébastien Fontenelle écrit notamment pour Politis et CQFD, et il anime le blog Vive le feu. Il est l’auteur de Poste stressante (Seuil, 2013) et de La Position du penseur couché (Libertalia, 2007). Il a contribué à l’ouvrage collectif Les Éditocrates (La Découverte, 2009).

Regards. Où réside principalement le « dévoiement » des aides publiques à la presse que vous dénoncez dans votre livre ?

Sébastien Fontenelle. Objectivement – disons comme ça pour aller vite –, ce dévoiement réside, pour l’essentiel, dans l’attribution de ces aides à des publications qui, d’une part, n’en ont pas forcément besoin, parce qu’elles sont par exemple adossées à des groupes industriels dont les ressources financières sont (à tout le moins) très considérables, et / ou qui, d’autre part, et surtout, ne remplissent aucune, ou presque, des conditions qui devraient présider à l’octroi de ces subsides. En effet, les aides publiques à la presse ont d’abord été pensées par le législateur comme une contribution de l’État à une forme d’éducation populaire par la lecture des journaux : il s’agissait notamment de garantir un accès facile « à l’écrit », en même temps qu’à une information de qualité – pour faciliter la participation de tous à la vie publique. Or, aujourd’hui, Closer reçoit plus de subventions que Le Monde diplomatique… D’autre part, il est permis de supposer que certains titres éprouveraient quelque difficulté à assurer leur propre survie sans cette perfusion d’argent public : coupez le robinet des aides versées par exemple à Libération, et la situation de ce quotidien, qui n’est déjà pas exactement brillante, va tout de suite devenir beaucoup plus compliquée encore.

« Les incantations relatives au "nécessaire pluralisme de la presse" sont dites pour la défense de titres qui débitent tous le même discours »

Vous pointez aussi la contradiction entre l’acceptation de ces subventions et le discours d’une majorité de leurs bénéficiaires…

On peut en effet se demander – c’est le propos de mon livre – s’il est tout à fait normal que des dizaines de millions d’euros d’argent public soient distribués chaque année, à l’insu des contribuables, à des journaux et magazines – je pense notamment à l’hebdomadaire Le Point, où la fustigation de « la dépense publique » est devenue une espèce d’inquiétante manie – dont le fond de commerce consiste, pour une importante part, à psalmodier que l’État est trop libéral de ses deniers lorsqu’il finance des sécurités / solidarités sociales, puis à hurler qu’il est temps d’en finir avec « l’assistanat » où se gobergent les miséreux.

Est-ce l’utilisation et la répartition actuelles des aides à la presse que vous contestez, ou leur principe même ? Vous indiquez qu’une simple réforme serait vaine…

L’utilisation et la répartition actuelles de ces aides posent problème, nous venons de le voir. Sur leur principe, je n’ai pas d’avis définitif – et ne tiens d’ailleurs pas à trancher à tout prix : je suppose seulement que des libéraux conséquents (et un peu insistants) comme les patrons des publications dominantes qui réclament tous les jours que les aides aux – véritables – nécessiteux soient « réformées » devraient commencer par s’appliquer à eux-mêmes les règles d’économie(s), un peu sévères, qu’ils préconisent pour les chômeurs, les malades, les pauvres, etc.

Vous dites que sans ces aides, la survie économique de nombreux médias serait impossible. Cela ne justifie-t-il pas leur existence ?

Peut-être que si – dès lors que l’on peine à envisager ce que serait la vie sans Libération, par exemple, ou sans telle ou telle autre des publications où se fabrique jour après jour le consentement au libéralisme décomplexé. Mais très franchement, ce n’est pas mon cas – et les incantations relatives au « nécessaire pluralisme de la presse » me font toujours un drôle d’effet, quand elles sont dites pour la défense de titres qui débitent tous exactement le même discours.

« Depuis 1985, de très nombreux rapports ont précisément documenté qu’il y avait là des gaspillages ahurissants »


Le risque n’est-il pas de parvenir à leur suppression, au nom du dogme de la réduction des dépenses publiques ?

L’histoire récente – depuis trois décennies – de ces subsides montre qu’un tel risque est totalement inexistant. Depuis 1985, de très nombreux rapports, rédigés – à la demande, souvent, du gouvernement – par des magistrats de la Cour des comptes ou des parlementaires a priori peu suspects de vouloir s’aliéner la presse, ont très précisément documenté qu’il y avait là une gabegie chronique, et des gaspillages ahurissants. Est-ce que ces alertes à répétition ont été entendues ? Est-ce qu’une « réforme » a été envisagée ? Est-ce que Le Monde a publié des dizaines d’éditoriaux pour exiger qu’on la hâte ? Absolument pas. Quand les oligarchies exigent une réduction des dépenses publiques, il s’agit évidemment – on le vérifie encore ces jours-ci dans les saillies de MM. Valls et Macron relatives à la nécessité de « réformer » l’assurance-chômage, et dans les applaudissements nourris qu’elles suscitent dans l’éditocratie – des dépenses sociales, et pas du tout des millions d’euros dont Le Figaro continue d’être gavé.

Est-ce que les aides ont, selon vous, contribué à la crise de la presse écrite, en retardant son adaptation ou en la dissuadant d’innover ? Le rapport du député socialiste Michel Françaix fait le procès d’une offre médiocre, clientéliste…

Je ne suis pas du tout sûr que le problème de la presse soit dans sa difficulté « à s’adapter », aux nouvelles technologies par exemple, ou à innover. Il suffit de consulter le site du Point pour constater (sans le moindre étonnement, car c’est le contraire qui serait surprenant) que son contenu est exactement le même, quant à son fond de sauce idéologique, que celui de l’édition hebdomadaire. Pour le dire autrement : le clientélisme (liste non exhaustive) peut survivre – et survit, de fait – aux adaptations et aux innovations.

Comment définir ce que serait une « presse citoyenne de qualité », selon les termes de Michel Françaix ?

Lisons n’importe quel éditorial de Christophe Barbier dans L’Express ou le bloc-notes d’Ivan Rioufol dans Le Figaro, puis un éditorial de Serge Halimi dans Le Monde diplomatique ou de Denis Sieffert dans Politis, et je suis presque certain que nous allons pouvoir définir quelques premiers éléments de réponse…

« Tout le monde – gouvernants et journalistes dominants – sait que le système est profondément scandaleux »

Vous soulignez la contradiction entre le discours thatchérien des éditocrates, mais on ne peut de toute façon pas conditionner les aides à telle ou telle opinion. Le problème ne réside-t-il pas ailleurs que dans les aides ?

Vaste débat que celui du conditionnement des aides. À titre personnel, je ne suis pas du tout certain d’être complètement content, par exemple, que des centaines de milliers d’euros de fonds publics soient distribués chaque année à un quotidien d’extrême droite. Non plus d’ailleurs qu’à d’autres titres, jugés plus convenables, où le colportage de certaines xénophobies est devenu depuis le début des années 2000 une banalité. Et je crois, encore une fois, que le gavage de publications spécialisées dans la répétition obsessionnelle qu’il faut « réduire la dépense publique » n’est pas exactement satisfaisant. Ceci posé, le problème, répétons-le sans jamais nous lasser, réside dans le fait que la presse dominante est devenue une gigantesque machine à débiter de la propagande libérale : de ce point de vue, le constat qu’elle est de surcroît subventionnée pour œuvrer au formatage de ses publics n’est peut-être effectivement pas le plus alarmant.

Le système témoigne-t-il de formes de complaisance réciproque entre les gouvernants et les médias dominants, lorsque par exemple le plan d’aide qui a été déployé durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy a quasiment doublé leur montant entre 2008 et 2013 ?

La réponse est dans la question. Et le maintien, en l’état, du système des aides à la presse, dont tout le monde – gouvernants et journalistes dominants – sait qu’il est profondément scandaleux, confirme cette connivence.

Comment les gouvernants font-ils, les uns après les autres, pour continuer à ignorer des rapports tous à charge contre le système ?

Je ne crois pas qu’ils éprouvent de réelles difficultés à les ignorer – comme ils font rituellement de tout ce qui vient documenter l’inanité de leurs choix économiques et politiques. Et certes : la presse pourrait essayer d’attirer un peu leur attention, en s’emparant par exemple des rapports où la Cour des comptes met en évidence que ce système est très sérieusement grippé. Mais, curieusement, et alors même qu’en règle générale ils ne manquent jamais d’appuyer sur les travaux de cette Cour leurs dénonciations – éventuellement justifiées – des gabegies étatiques, dans ce cas précis, ils s’abstiennent. Réfléchissons : d’où peut bien venir que M. Giesbert, lorsqu’il dirigeait Le Point, a toujours négligé de s’offusquer de ce que les contribuables nantissent tous les ans (et sans jamais être consultés sur leur envie de pérenniser cette philanthropie) Le Point de plusieurs millions d’euros d’aides publiques ?

Avons-nous des chances de voir l’imposture éditocratique démasquée, ou bien le système est-il trop efficacement protégé, par lui-même en premier lieu ?

En même temps que je vous réponds, je relève un pic impressionnant, et difficilement croyable tant j’avais déjà l’impression de les voir partout, dans l’omniprésence médiatique de MM. Attali, Barbier, Joffrin et Zemmour. Nous sommes en octobre 2014, et vous ne passerez pas une journée sans vous cogner contre l’un de ces quatre-là – ou contre tel ou tel autre éditocrate – à tous les coins de médias. Mais je ne veux pas vous gâcher cette belle journée, et je ne vous dirai donc rien de la réception "critique", incroyablement burlesque, du dernier ouvrage de M. Duhamel…

Éditocrates sous perfusion. Les aides publiques à la presse : trente ans de gabegie, de Sébastien Fontenelle. Éditions Libertalia, 2014, 12 euros.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Les chiens de garde" Et encore nous ne parlerons pas ici des 7500 euros que chaque journaliste peut déduire de sa feuille d’impôts . Il nous faut redéfinir la société à laquelle on aspire et tout remettre sur la table en commençant par le haut de la crème avec les citoyens en décideur en vraie démocratie.

    Jacques Delache Le 29 octobre 2014 à 16:21
  •  
  • Oui, après la réforme des institutions par une assemblée constituante, pour une nouvelle constitution par le peuple et pour le peuple, il faudra bien, dans le temps suivant, "remettre à plat" ce qui touche au "4° pouvoir" : les (nouveaux) ’chiens de garde’ avec leur ’novlangue’, la médiacratie, tout cela est devenu insupportable.

    Puisque, dans la Manche, on se trouve sous influence de Ouest-France (quotidien au ’plus fort tirage de langue française’), tout le monde sait-t-il que l’organe de F.R. Hutin, grand faiseur d’opinion devant l’Eternel pour tout le grand ouest , bénéficie largement des subsides d’Etat dont il est question - et ce au 3°rang derrière Figaro et Monde, (du moins en 2012, me semble-t-il) ?... Et puis qu’une haute figure siège à son CA : Michel Camdessus, grand tourmenteur de l’Amérique latine, à commencer par l’Argentine, de 1987 à 2000, en sa qualité, alors, de patron du FMI. (Pour actualiser, son organe O-F publie le 23 octobre, p.4, une pub pour son livre "La scène de ce drame est le monde" - tout un programme en... 444 pages ! Il reste offensif : "il garde un oeil attentif sur le présent", prévient l’article au titre significatif : "Les crises ont aussi des vertus"... L’influence confessionnelle est toujours là à O-F).

    Pour autant, je ne ferai pas l’amalgame avec les journalistes (voir J. Delache, malgré mon accord sur sa conclusion) : ce sont des salariés qui, souvent, luttent, même s’ils échouent : cf. par exemple à O-F, deux échecs, je crois, de démarche vers une société des rédacteurs, pour avoir (un peu) voix au chapitre.

    Bien que sachant que la presse-papier doit garder une place légitime, il est positif de constater le développement de médias sur le web : après Arrêt sur image et Médiapart, Là-bas si j’y suis s’annonce !
    Mais restons plus que jamais vigilants !

    Jean-Pierre CARLIN Le 3 novembre 2014 à 12:50
  •