Accueil > Monde | Par Dominique Vidal | 25 février 2016

Syrie : pourquoi Jean-Luc Mélenchon se trompe

Dominique Vidal, spécialiste du Proche et du Moyen-Orient, a regardé Jean-Luc Mélenchon lors de l’émission On n’est pas couché du samedi 23 février. Il décrypte les analyses de Jean-Luc Mélenchon sur la Syrie, qui ont fait polémique.

Vos réactions (67)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Propos recueillis par Catherine Tricot.

Il est rare que, dans une émission de grande écoute, la situation syrienne occupe une telle place : près d’un quart d’heure. Mais ce fut, hélas, le trou noir d’une intervention par ailleurs brillante de Jean-Luc Mélenchon [voir la vidéo ci-dessous ndlr].

Car le candidat à l’élection présidentielle opère un grand écart incompréhensible dans son raisonnement. Dans un premier temps, il considère à raison qu’il n’y a pas de solution militaire à une crise politique et s’oppose donc à toute intervention militaire occidentale, en particulier française, en Syrie. Et on le suit. En revanche, mystère de la logique mélenchonienne, il soutient l’intervention russe. Et il le fait au nom de la lutte contre Daesh et de la solidarité envers les Kurdes assaillis par l’armée turque.

L’intervention russe a pour but de sauver Bachar El Assad

Malheureusement, je crois que Jean-Luc Mélenchon connaît mal le dossier. La Turquie est constante : de tout temps, elle s’est focalisée sur les Kurdes. Le fait qu’elle intervienne désormais en territoire syrien n’est qu’une question de degré. Il n’y a rien là de radicalement neuf.

De surcroît, Jean-Luc Mélenchon tait la réalité de l’intervention russe. Tous les observateurs, en dehors des Russes, relèvent que l’action russe est principalement dirigée contre les opposants modérés au régime de Bachar El Assad. Le type de bombardement – le carpet bombing : tapis de bombes – s’inspire des actions de l’armée russe en Tchétchénie. L’aviation russe bombarde civils et militaires de façon indifférenciée. C’est très choquant. Un hôpital d’une ONG vient même d’en être la cible.

J’ai accueilli récemment à l’Institut de recherches et d’études Méditerranée Moyen-Orient (Iremmo), pour un débat, l’ambassadeur russe en France, Alexandre Orlov : il n’a pas même présenté le combat contre Daesh comme objectif de l’intervention de son pays en Syrie. Le but de celle-ci, a-t-il dit, c’est de sauver Bachar El Assad et son régime. Car, s’ils tombaient, ce serait la porte ouverte à une extension du djihadisme, notamment dans le Caucase. Qu’est-ce qui permet à Jean-Luc Mélenchon de dire que l’objectif des Russes est d’abattre Daesh ? D’autant que, je le répète, l’écrasante majorité des bombardements russes ne visent pas les djihadistes.

Poutine ne défend que les intérêts de Moscou, du moins ce qu’il considère comme tels

Jean-Luc Mélenchon a pris l’habitude de se faire l’avocat de Poutine, en Syrie comme en Ukraine. Visiblement, il croit déceler une continuité entre l’URSS et la Russie. Cette filiation est une vue de l’esprit. À supposer que l’URSS ait agi au plan international pour défendre des causes justes, Poutine ne défend plus ni ces causes, ni les valeurs qui les inspiraient. Poutine ne défend que les intérêts de Moscou, du moins ce qu’il considère comme tels. Car il y a un grand écart entre les véritables intérêts de la Russie et la manière dont le groupe dirigeant les conçoit.

Je pense que Jean-Luc Mélenchon reproduit la même erreur d’analyse en ce qui concerne les régimes arabes. Le nationalisme arabe, laïque et socialiste a disparu depuis longtemps. Les régimes de Saddam, hier, ou d’Assad, aujourd’hui, n’ont aucun rapport avec ceux des années 1960-1970. La politique progressiste a été remplacée par une politique libérale, marquée par les dénationalisations. De véritables mafias dominent l’Irak comme la Syrie. Et la dimension laïque s’est réduite au point de n’être plus qu’une façade pour Occidentaux de passage. Saddam Hussein faisait de plus en plus référence à l’islam dans les dernières années de sa dictature. Et Bachar Al-Assad instrumentalise les minorités comme un fond de commerce politique. Il y a eu fondamentalement une rupture au tournant des années 1980. Étrangement, Jean-Luc Mélenchon semble l’ignorer.

Lire aussi : Dominique Vidal : « Le "choc des civilisations", une idée fausse qui prend corps »

Vos réactions (67)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • M. Vidal, pourquoi ne pas inviter JLM à débattre à l’Iremmo ? Il est malheureusement vrai que sur ce dossier, JLM, que je soutiendrai en 2017 au demeurant, a de nombreuses lacunes. L’homme étant loin d’être bête, ce type de rencontre ne peut que lui être bénéfique !

    Djoub Le 25 février à 11:01
       
    • Le principe des débats de l’Iremmo, c’est d’inviter des spécialistes compétents..

      Dominique Vidal Le 25 février à 15:38
    •  
    • Dommage. Vous y avez pourtant invité Hubert Védrine qui, s’il connait certainement bien la région de par son ancienne fonction de ministre des affaires étrangères, est un homme politique et un énarque avant d’être un expert du Moyen-Orient. Vous avez aussi invité Ghannouchi qui, il est vrai, est un acteur direct de ce qu’il se passe en Tunisie. Dans le même registre, rien ne vous empêche d’organiser des tables rondes sur le thème "Quelle politique française au Moyen-Orient" (comme vous l’avez fait très récemment d’ailleurs) avec n’importe quel(le) homme ou femme politique français prétendant un jour gouverner. En tous cas, merci beaucoup pour les nombreuses conférences de qualité que vous nous proposez sur votre chaîne Youtube.

      Djoub Le 25 février à 16:59
    •  
    • Une réponse point à point :
      1)L’intervention russe se distingue de la française car elle s’inscrit de part le passif depuis 2000.
      1.1) Une succession de pays où les occidentaux ont détruit les états et laisser le chaos.
      1.2) Le fait historique marquant : En mars 2011, les occidentaux font passer à l’ONU une résolution pour une zone d’exclusion aérienne, en convaincant les russes et les chinois de ne pas mettre leur veto pour protéger les populations. Après le vote de la résolution, cela c’est transformer en l’opportunité pour les occidentaux d’occuper les airs pour faire chuter Kadhafi.
      Evidemment que russes et chinois ont pensé : plus jamais ça.
      1.3) L’intervention Russe défend Assad en défendant l’état Syrien, car sans état syrien il n’y a pas d’avenir pour la Syrie et à plus forte raison lorsque l’on voit dans ce conflit le nombre impressionnant de parties prenantes, financières ou agissantes qui souhaiteront bénéficier d’une part de gâteau satisfaisante lors de la déconstruction de la Syrie. Où comment mettre la Syrie dans le sillage de la Libye.

      2) "’...aviation russe bombarde civils et militaires de façon indifférenciée...Un hôpital d’une ONG vient même d’en être la cible."
      2.1) La guerre c’est terrible évidement et si nous ne sommes pas tous d’accord sur la façon d’en sortir, j’espère que la majorité des personnes souhaitent qu’elle se termine vite. Dominique Vidal aurait elle oubliée de nous parler d’une guerre propre dans la région ??!! Lorsque les américains bombardes un hôpital de MSF en Afghanistan, là c’est pas pareil quoi ??! Comme le syndrome du bon chasseur et du mauvais chasseur des Inconnus.

      3) "Tous les observateurs, en dehors des Russes, relèvent que l’action russe est principalement dirigée contre les opposants modérés au régime de Bachar El Assad."
      3.1) Même ici en occident, on relève que 10 à 20% des frappes russes (seulement) frappes Daesh. Parlons-en : 10 à 20% sur quel volume ? vous sembliez parler de tapis de bombe, voilà un démonstration contradictoire. La réalité c’est qu’en volume, l’aviation russes bombarde plus Daesh que toute la coalition.
      3.2) Daesh a profiter des lignes de conflit entre "les rebelles" et le pouvoir pour s’étaler sur les grandes zones désertiques loin des lignes de fronts. Evidemment, en soutenant les efforts de l’état syrien, les russes n’allait pas en novembre 2014, affaiblir le nouveau challenger à l’arrière front de ceux contre lesquels ils livraient bataille.
      3.3) Maintenant que les lignes de front de l’armée régulière sont largement installées contre Daesh, Poutine qui évidement sait que l’on ne peut pas négocier avec Daesh est prêt à installer le dialogue avec l’opposition pour permettre aux troupes du régime d’avancer sur l’est de la Syrie.

      4) Poutine défend les intérêts de Moscou.
      4.1) La France qui fricote avec les pétromonarchie et Erdogan qu’on accuse de faire reculer la laïcité depuis 10 ans, la France qui défend les intérêts de ces derniers jusqu’à faire dire à notre MAE que le Front al Nosra, filiale de al Qaïda "fait du bon boulot" en Syrie... Est-ce cela les prétendues postures que la France tient au nom de ses valeurs ?

      5) Puisque Dominique Vidal se permet de faire la psychanalyse de Mélenchon, on peut bien tous y aller de la notre.
      5.1) Peut être que Mélenchon à compris au regard des précédents que la démocratie par les canons est une escroquerie intellectuelle et un drame. Les observations de l’Irak, la Libye, les soulèvement au Yémen est en Syrie montrent la volonté d’une majorité d’imposer sa dictature, son modèle de pensée en contrariant les minorités.
      5.2) Peut être que Mélenchon à la gerbe dès qu’il pense à ces gens qui pouvaient manger en famille, partager des choses simples au quotidien, et qui se trouve dans des pays, les uns après les autres, plongés malgré eux dans des guerres civiles sponsorisés par des puissances qui ne défendent que leurs intérêts. Assad si il n’était pas plus populaire en Syrie que Hollande en France n’aurait jamais pu rester au pouvoir.
      5.3) Peut être enfin que Mélenchon à compris qu’un rééquilibrage des forces après 1989 vers un monde multipolaire, complexe et subtile est plus que souhaitable pour la paix. L’émergence (le retour) d’une Russie, avec en plus la Chine, l’inde, bref les BRICS des puissances fortes, celle là permettra de ne plus laisser une seule toute puissance faire le gendarme du monde décider de qui mérite le pouvoir et de qui ne le mérite pas.

      La Floune Le 25 février à 23:59
    •  
    • Non, franchement Lafloune, votre commentaire est d’une imbécilité fulgurante, vous êtes hors sujet dans vos arguments, pro Assad, pro Russe ou bric. Vous ne semblez rien connaitre à la guerre civile en Syrie et je vous cite juste sur la plus grosse imbécilité qu’il m’ait été donné de lire depuis 4 ans que j écris sur la syrie :

      Assad si il n’était pas plus populaire en Syrie que Hollande en France n’aurait jamais pu rester au pouvoir.

      Je crois que vous êtes pret pour un voyage en syrie déguisé en syrien civil, ou soutenir Melenchon dans ses aneries sur le sujet.

      durruti Le 26 février à 13:59
    •  
    • NON !!! A MON AVIS JEAN LUC MELENCHON NE SE TROMPE PAS.
      Je suis entièrement d’accord avec l’analyse de J L M. 
      Par conséquent en désaccord complet avec la ligne idéologique de Clémentine Autin et al. (la rédaction) au sujet de l’intervention Russe en Syrie, des Kurdes et de la Turquie, sans parler de l’Arabie S.
      En gros je suis totalement opposée à la "ligne" Fabius pro Sunnite et pro Israèlienne
      Par ailleurs, tout autre sujet, mis qui fait échos au désaccord ci-dessus : qu’est-ce qu’est en train de faire E Cosse avec Vals et Hollande ?
      Pourquoi continuerai-je à être abonnée ? Voulez-vous me convaincre SVP ? Sinon je crois bien que je vous quitterai...
      Anne Furic

      Anne Furic Le 27 février à 15:44
    •  
    • @ Anne Furic
      Mais bien sur qu’il se trompe Melenchon. Soit il n’y connait rien au sujet soit il soutient Poutine et Assad. Quand au journal" Regard" les journalistes sont franchement sympa avec Melenchon parce que les bétises qu’il nous débite sur le sujet sont à l’image de la propagande Russo Assadiene. C"est scandaleux, Assad est le double de Franco et de Mussolini. Mais "Regard" est obligé de le signaler pour avoir un minimum de taux de crédibilité avec les électeurs de gauche. Franchement allez tout simplement lire le wikipedia pour comprendre un minimum sur la guerre civile en Syrie. (Et n’allez pas me ressortir que wikipedia est une communauté d’agents de la CIA déguisés en 8 millions d’éxilés syriens qui ne seront pas d’accord avec melenchon si on leur fait ecouter son discours).

      Durruti Le 28 février à 10:35
  •  
  • Bonjour,
    D’accord avec vous pour dire que JL Mélenchon c’est un peu mélangé les pinceaux en ce qui concerne la Syrie . Je ne pense toutefois pas qu’il soit "l’avocat" de Poutine même si ses interventions vont à contre courant des "analyses" des médiacrates du PAF !! Je crois que c’est justement en réaction à cette pensée unique qui voudrait que les méchants Russes ne font "que d’embêter" les gentils membres de l’OTAN que ce soit en Ukraine ou en Syrie...!!! Cela montre au moins que JL Mélenchon est juste un être humain et qu’il ne possède pas la vérité infuse, ce qui ne m’empêche pas de penser qu’il reste le meilleur porte parole de la France qui souffre et à cet égard je soutien sans condition son action en vue de la présidentielle de 2017. Une petite remarque pour finir quand vous dites " l’écrasante majorité des bombardement Russes ne vise pas les Djihadistes" vous devez savoir certainement en tant que spécialiste que cela fait un bon moment que "l’armée rebelle" opposante du début du mouvement n’existe plus que pour les commentateurs des chaines d’informations et que celle ci , complétement noyautée par les Djihadistes de Daesh, est composée d’une foultitude de groupuscules tous plus radicaux les uns que les autres dont le financement est pour le moins opaque.

    Ermitage 47 Le 25 février à 11:11
       
    • Visiblement, l’état-major russe ne partage pas votre analyse, puisque l’aviation de Moscou ne consacre qu’une minorité de ses bombardements à Daesh. A moins qu’elle ne cible le désert ?

      Dominique Vidal Le 25 février à 15:41
  •  
  • La ficelle est un peu grosse. Tout est bon pour contrer JLM ! La suggestion de Djoub est pertinente : pourquoi ne pas débattre au lieu de distiller "qui’il semble l’ignorer ?". M. Vidal, pensez-vous que Pierre Laurent fait des analyses sans faille sur tous les dossiers ? Visiblement il semble ignorer le déni de démocratie de 2008 sur le TCE, la VI ° République (c’est vrai qu’il est un cumulard et qu’il est sénateur avec les voix du PS...).
    Le peuple va régler la question en faisant de vrais choix. Pour ma part, je suis l’intégrité et le courage politique, à savoir JLM !

    ecureuil66 Le 25 février à 11:19
       
    • Moi, je ne "suis" personne. Ni Mélenchon, ni Laurent. C’est le Proche-Orient qui m’intéresse...

      Dominique Vidal Le 25 février à 15:44
  •  
  • Il me semble que JL Melenchon a voulu dire que les occidentaux, la France en particulier, étaient plus intéressés par le départ de Bachar El Assad que de combattre Daech et que c’est une erreur.
    Les Russes se sont massivement attaqué à l’EI, même les américains reconnaissent qu’ils font reculer ces milices et veulent, en accord avec les Russes, organiser des élections.
    Mr Mélenchon a une façon brutale de le dire mais il a raison ; en premier et urgemment il faut lutter contre ces tueurs qui sèment la désolation aussi bien à Tombouctou qu’au Bataclan.

    Arnaud Le 25 février à 11:38
  •  
  • Avons nous regardé la même émission ? Pas un mot sur la proposition de coalition universelle sous mandat de l’ONU. Pas un mot sur les frappes russes qui ont stoppé le trafic de pétrole de daesh vers la Turquie et de fait, provoquent un étranglement financier. Quand vous parlez "d’observateurs", il s’agit de ceux qui ont vu des armes de destruction massive en Iraq ? Poutine a ses intérêts certes. Les autres non ? Parce qu’il a été question de gazoducs et oléoducs dans l’émission mais encore une fois, pas un mot de votre part à ce sujet si ce n’est de la psy de comptoir pour nous parler de la soit disant vision des régimes arabes de Méluche dont il n’a pas été question.

    Patos Le 25 février à 13:39
       
    • Cher Patos, pourquoi voulez-vous que je critique tout ce qu’a dit Mélenchon ? J’ai dit ce qui me gênait dans son émission. Sur le reste, je suis grosso modo d’accord,

      Dominique Vidal Le 25 février à 15:48
  •  
  • "Tous les observateurs, en dehors des Russes, relèvent que l’action russe est principalement dirigée contre les opposants modérés au régime de Bachar El Assad."
    Et ben, elle est bien bonne celle la. Et c’est qui ces modérés ? al nostra ou Ahrar al-Sham (pour la sharia, contre la démocratie) ? Parce que eux ce prennent bien les russes sur la gueule. Et les observateurs en question, c’est qui ? les agences américaines ?
    Bien sur que poutine ne frappe pas d’abords daesh, quand on regarde une carte de la syrie on comprends vite pourquoi. Il faut d’abord récupérer la Syrie utile.
    Bien sur que Poutine vient sauver la mise à Bachar (et à sa base militaire dans la région).
    Mais de la à dire que les russes frappent principalement les modérés, n’importe quoi. Du bon gros Poutine bashing primaire, encore une fois, désolant.

    LeCassandre Le 25 février à 14:53
  •  
  • Pour les électeurs de Melenchon, vous êtes aussi pitoyables que votre candidat dans les commentaires ?

    Pour information, celà fait plusieurs années que la Russie intervient beaucoup plus dans la guerre civile en Syrie que les USA ou la france.

    1/ D’une part en soutenant militairement depuis 4 ou 5 ans le regime Assad qui massacre tout et n’importe qui, de Rebelles initiaux (maintenant tous morts ou pollués par les djiadistes) aux civils. Par l’envoie d’armes par les cargos russes.

    2. D ’autre part en soutenant Assad qui a relaché de prison lors du début du conflit les plus grands djiadistes afin de créer un troisieme front contre les rebelles.

    3. D’autres part en mettant un veto lors du début du conflit à l’ ONU contre l’intervention militaire de l otan pour faire tomber Assad.

    4/ Et maintenant que les djiadistes ont pris la majorité du pays, qu’ Assad est pratiquement vaincu (malgrés son plan débile d’extermination des rebelles par les djiadistes et sa victoire à lui), Poutine interviens directement en poursuivant le massacre par bombardement des civils et rebelles en priorité et un peu de djiadistes sur le flanc.

    5 ; Et personne ne parle du gaz russe, de Gazprom

    6. Et aucuns mot de personnes sur les milliers de civils morts par le régime et par les Russe. Vous ne parlez que du pitoyable fournissement d’armes par la CIA ou la france à des rebelles, armement aujourd’hui détourné par les djiadistes

    Donc le plan débile de la Russie qui est de mettre Assad ou Poutine en nécessité contre les djiadistes ne passe que chez les simples d’esprits. Mais chez Melenchon, c’est pitoyable, soit il n’y connait rien au sujet, soit il est devenu en faveur des dictateurs. En tout cas inéligible en tant que chef des armées de notre pays.

    Pour info, les civils syriens nous ont appelés à l’aide des les premières semaines du conflit et on les a tous laissé crever la bouche ouverte. Grace à Poutine.

    Lamentable.

    durruti Le 25 février à 15:38
       
    • J’avais cru comprendre que, depuis la fin septembre 2015, la Russie était entrée dans une phase qualitativement nouvelle : une intervention militaire directe...

      Dominique Vidal Le 25 février à 15:51
    •  
    • Oui, tout à fait sur l’intervention "Directe" voir "Officielle" mais leur canard Assad est à moitié foutu, il a perdu la majorité de ses militaires, donc ils n’ont pas vraiment le choix. Obligés de faire venir leurs propres avions pour tout bombarder.

      durruti Le 25 février à 15:57
    •  
    • En Libye les occidentaux ont été moins lâches, c’est indéniable, et ils ont immédiatement répondu présent à l’appel au secours des rebelles.
      Les bombes ont été larguées vite fait, le dictateur Kadafi a été liquidé et le pays est devenu un havre de paix, une sorte de Silicon Valley bis en terme de croissance.
      En Iraq, les occidentés ont aussi été moins lâches : les missiles démocrates sont entré en action sans palabres, le despote Saddam a été liquidé et le pays s’est transformé en Suisse bis.
      En Afganistan les femmes voilées ont été libérées des griffes des talibans, la scène post novö sexpunk avant-gardiste de Kaboul est devenu une référence absolue dans le monde créatif et libertaire de la musique néo-oï.
      Il reste en effet la Syrie, Cuba, l’Equateur, la Chine, la Russie, le Venézuéla...
      De plus grâce à ces exploits le matériel de guerre français est devenu une référence incontestable en matière d’efficacité.
      Vive la France qui cogne, vive la france qui exporte, vive la france qui gagne !!

      Ironie Beurk

      Arnaud Le 25 février à 17:30
    •  
    • L’aveuglement de Mélenchon dans ce minable Café du Commerce où il pérore avec ses habituelles inflexions pseudo populaires, n’a d’égal que celui de ses admirateurs inconditionnels, qui même confrontés aux énormités de leur Chef refusent de se rendre à l’évidence. Ils sont prêts à tout avaler y compris les compliments à Poutine, et pire encore, les tristes compliments de...Soral et de Thierry Meyssan, qui soutiennent Assad et savent reconnaître les analyses qui leur sont favorables.

      Malatesta Le 25 février à 17:37
  •  
  • en relisant cet article je suis d’autant plus d’accord avec la posture de Jean Luc Melenchon,

    Dire que les interventions Russes sont des interventions à l’encontre de l’opposition modérée (encore une fois de qui s’agit il , ça fait longtemps qu’il n’y a plus d’opposition modérée en Syrie) est juste une répétition de la communication officielle de l’OTAN et de USA. des preuves ? difficile à avoir des preuves en temps de guerre...

    Par contre on a vu tomber plusieurs villes qui étaient contrôlées par DAESH suite aux bombardements Russe, ça c’est concret.

    Et finalement cet article a clairement une posture implicite en lui, le fait qu’il faudrait que Bashar Al Assad parte

    Personnellement je ne crois ni aux élections en temps de guerre ni a la légitimité d’un personnage que je n’aime guère, cependant le départ de Bashar Al Assad suite à un triomphe militaire de ses opposants (ce qui inclut nécessairement DAESH et Al-Nustra), serait clairement un désastre pour la zone, tout comme ça s’est passé en Lybie.

    Nous sommes à un moment ou il faut réfléchir à une feuille de route vers la paix qui garantisse la stabilité de la zone (et non pas à un triomphe militaire déstabilisant comme en Lybie), et qu’on le veuille ou pas, le maintient de Bashar Al Assad durant ce processus de paix me semble inéluctable.

    Finalement dire que Melenchon ne voit pas les intérêts de la Russie est essayer de cacher le soleil avec un doigt, il passe son temps à dire que ce qui se passe en Syrie est justement une lutte entre intérêts régionaux, ceux qui ne veulent pas l’entendre font preuve de malhonnêteté intellectuelle.

    Eduardo MENESES Le 25 février à 17:21
       
    • @ Edouardo Meneses :

      S’il vous plaît abandonnez un instant les postures idéologiques et redevenez un être humain en prenant en compte la vie des Syriens qui meurent par milliers du fait des bombardements russes.
      Vous dites :

      Personnellement je ne crois ni aux élections en temps de guerre ni a la légitimité d’un personnage que je n’aime guère, cependant le départ de Bashar Al Assad suite à un triomphe militaire de ses opposants (ce qui inclut nécessairement DAESH et Al-Nustra), serait clairement un désastre pour la zone, tout comme ça s’est passé en Lybie.

      Mais vous ne connaissez rien à la situation syrienne : c’est justement Assad qui prévoit des élections législatives( dans quelques mois alors que la moitié de la population syrienne est déplacée ou en exil !!

      Mais la situation syrienne est dix fois pire que ce qui se passe en Lybie !
      Il y a actuellement beaucoup plus de morts en Syrie qu’en Lybie où malgré qu’il qu’il n’y ait plus d’autorité centrale,la population lybienne n’émigre pas en masse(ce sont les travailleurs subsahariens qui émigrent via la Lybie ), car il n’ pas d’aviation qui les bombarde,daesh est beaucoup moins puissant en Lybie qu’en Syrie.

      Lina Le 25 février à 17:42
  •  
  • Jean-Luc Mélenchon a pris l’habitude de se faire l’avocat de Poutine, en Syrie comme en Ukraine. Visiblement, il croit déceler une continuité entre l’URSS et la Russie. Cette filiation est une vue de l’esprit

    Pourquoi diable les éditorialistes-analystes finissent-ils tous par conclure que la psyché de Mélenchon est tellement aveuglée par la gloire fantôme de l’URSS stalinienne qu’il confondrait cette dernière avec l’actuelle Russie poutinienne...? La vacuité d’un tel "argument" psychologisant comme clé d’explication ultime jette le doute sur l’ensemble de la critique portée.

    On pourra juger de la qualité d’un Mélenchon "avocat" de Poutine, à la lecture de quelques-unes de ses déclarations :

    2014/03/05 : Allons-y : je ne soutiens pas Poutine. Ni les autorités de fait de l’Ukraine actuelles, ni les kleptocrates du gouvernement constitutionnel précédent. Mais, au contraire de Daniel Cohn-Bendit, je ne suis pas partisan de la guerre avec la Russie ! Et si je crois que les Russes n’ont rien à faire hors de leurs bases en Crimée, je condamne la tentative d’encerclement de la Russie par l’Otan qui en est la cause. [...] La révolte populaire ukrainienne était légitime. Elle a été confisquée par un gouvernement illégitime et illégal dans lequel l’extrême droite a quatre ministres. L’énergie révolutionnaire des Ukrainiens n’est pas épuisée. La prochaine vague sera anti-européenne, c’est-à-dire hostile aux politiques que l’Union Européenne veut imposer là-bas pour récupérer sa mise bancaire et financière.

    2015/03/12 : Je n’ai jamais soutenu le parti de monsieur Poutine, ni sa personne. Non parce qu’il serait autiste ou qu’il battrait sa femme comme l’a répété en boucle la propagande médiatique la semaine dernière pour enfoncer le clou de sa diabolisation et faire désirer la guerre pour en finir avec ce fou. Non pour ceci ou pour cela. Mais parce que je suis écosocialiste et pas lui, parce que je suis de gauche et pas lui, parce que je suis républicain au sens que les « Lumières victorieuses de 1789 » ont donné à ce mot et pas lui. Je récuse le raisonnement selon lequel on n’a le droit de parler du sujet qu’à la condition d’avoir d’abord stigmatisé monsieur Poutine. Car cette stigmatisation c’est déjà la logique de guerre.

    Yves-André Peremer Le 25 février à 17:30
       
    • Je ne parle pas de psychologie, mais de politique. Ce qui me trouble, encore une fois, c’est le soutien de Mélenchon à l’intervention russe. Une intervention dont je maintiens qu’elle ne défend que les intérêts de la Russie, du moins tels que Vladimir Poutine les conçoit. A Moscou, on entend revenir en grand sur la scène internationale, en remplissant le vide créé par le retrait (relatif) des Etats-Unis. Et le Proche-Orient constitue un théâtre central pour cette ambition, avec les alliés - syriens et iraniens notamment - de la Russie. Mais on espère aussi protéger le Caucase de l’expansion djihadiste. Dans ces calculs, le sort du peuple syrien importe peu. D’où la brutalité des bombardements qui n’épargnent pas les civils...

      Dominique Vidal Le 25 février à 18:36
    •  
    • En évoquant ce que Mélenchon "croit déceler" comme étant une "vue de l’esprit", vous ne parlez plus de politique, vous vous lancez dans des spéculations entièrement gratuites sur l’aveuglement russophile qu’à votre tour vous "croyez déceler" chez lui. Mélenchon est le premier à dire que les Etats n’ont pas d’amis, qu’ils n’ont que des intérêts. On ne peut pas lui faire le procès d’une inclination quelconque pour les intérêts de la Russie au détriment de ceux de son propre pays.

      Yves-André Peremer Le 25 février à 18:57
  •  
  • Il faut se méfier du montage de l’émission

    Sauf que le montage de l’émission occulte une partie de son discours... et justement, il ne défends pas Poutine... Je pense que la vidéo qu’on trouve sur la page facebook de JL Mélenchon qui montre ce qui a été coupé au montage a échappé à Dominique Vidal. Extrait :

    Léa Salamé  : Pourquoi vous ne dites pas "laissons Poutine régler le problème ?" On donne la Syrie à Poutine ? Et pourquoi pas ?  

    Jean-Luc Mélenchon  : Non, mais non, il ne peut pas être question de laisser Poutine régler le problème !

    Léa Salamé  : Pourquoi Pourquoi ?

    Jean-Luc Mélenchon : Parce que je ne suis pas non plus d’accord pour que Poutine règle le problème

    Yann Moix : C’est ce qu’il est en train de faire

    Jean-Luc Mélenchon : Je suis pour que l’ONU règle le problème

    Léa Salamé : Mais elle existe pas l’ONU

    Jean-Luc Mélenchon : Madame on ne dit pas des choses comme ça. Ca veut dire qu’il n’y a plus d’espoir ?

     Cacophonie de réactions inaudibles des deux journalistes -

    Jean-Luc Mélenchon : Non, ne dites pas ça, écoutez-moi : je ne soutien qu’une seule chose le retour rapide à la paix. Comment peut-on y arriver ? Il faut une coalition universelle contre Daesh et contre les bande d’islamistes militarisés. Voilà. Pour ça il faut une coalition universelle, il faut donc s’allier avec les russes, discuter avec eux et pas chacun de son côté bombarde ce qu’il a envie de faire. Pardon, il n’y a pas de coalition générale, le gouvernement français été pour cette coalition, le président de la république a été en parler avec Monsieur Poutine, là-dessus le président des Etats-Unis a dit non, si bien que maintenant c’est la pagaille, chacun va de son côté et il pourrait se produire l’incident qui pourrait déclencher l’embrasement général et une guerre universelle. Je suis donc pour qu’on revienne à la paix le plus vite possible. Donc il faut une coalition militaire pour battre Daesh et il faut dire à l’Arabie Saoudite et au Qatar maintenant c’est fini de jouer avec ça, nous en avons assez de cette pagaille et nous les Français en particulier parce qu’aussi longtemps que la guerre durera là-bas nous aurons des attentats ici. Vous le savez comme moi que tout les jours, notre police, notre armée fait tout ce qu’elle peut pour essayer de déjouer des attentats parce que comme on leur fait la guerre ils nous font la guerre. Je ne dis pas que je les excuses d’une quelconque manière je dis qu’il faut qu’on les vainque qu’on les écrase et qu’on en finisse avec eux.

    Bruno Le Guern Le 25 février à 17:33
       
    • Comme disait Lénine, "les faits sont têtus". Il suffit d’écouter Jean-Luc Mélenchon pour l’entendre dire qu’il soutient l’intervention russe en Syrie. C’est ce que je lui reproche. Sur le reste, qui ne m’a pas échappé, rassurez-vous, je suis d’accord : c’est à l’ONU qu’il revient de porter une solution, laquelle ne peut être que politique. Mais si l’on y croit, pourquoi soutenir les bombardements russes ?

      Dominique Vidal Le 25 février à 18:26
    •  
    • Je ne sais pas si les faits sont têtus, mais après la pertinente remarque de Bruno Le Guern sur le montage de l’émission et le fait que des pans du dialogue Salamé/Mélenchon ont été évincés, je trouve la réponse de Monsieur Vidal non seulement dilatoire mais entêtée. Enfin visiblement il y tient à son os. Qu’il le rogne !

      Vassivière Le 25 février à 19:21
    •  
    • Dans l’extrait vidéo que ne montre pas l’émission et que la page facebook de JL Mélenchon relaie, avant le dialogue que j’ai reproduit ici, JL Mélenchon exprime le souhait que cette guerre se termine très vite. Il dit également que nous y sommes trop engagé pour en sortir. Donc très vite veux dire éliminer Daesh très vite. J’émets donc l’hypothèse que les troupes russes étant déjà sur place, le moyen le plus rapide de terminer cette guerre est de faire appel à celles-ci après débats sur des objectifs négociés avec les Russes. D’où une volonté de reprendre le dialogue avec Poutine et de préconiser aux Qataris et aux Saoudiens de ne pas s’engager dans la bataille pour éviter les risques d’embrasement supplémentaire. Je ne suis spécialiste en rien sur la question. J’essaie simplement de comprendre la logique de JL Mélenchon.

      Bruno Le Guern Le 25 février à 23:28
  •  
  • blablabla regards tout fier de hurler avec la meute des chiens de garde

    on vous decernera peut etre un joli nonoss a vous aussi

    optionneltoimeme Le 25 février à 18:01
  •  
  • C’est vrai que de taper une fois de plus sur Mélenchon en faisant croire qu’il ne connait pas la situation russe, qu’il prend Poutine pour un grand humaniste tout comme Saddam et El Assad, alors que Dominique Vidal,lui, ne parle pas de la collusion des USA et de la France avec l’Arabie Saoudite et le Qatar et considère naturel que la Turquie massacre les kurdes, seuls à combattre Daesh au sol, et ce jusqu’en territoire syrien, ça c’est digne d’un journal de gôche dirigé par Clémentine Autain, Roger Martelli et autres !

    René-Michel Le 25 février à 18:53
       
    • C’est vrai que soutenir Poutine, le nouveau idole de toute l’extrême droite européenne et ami de Marine Le Pen, massacreur en chef des Tchétchènes, bombardant jusqu’à 4 hôpitaux par jour en Syrie, ça c’est vraiment être un homme de gauche.

      Pour Mélenchon, il y a le mauvais impérialisme, celui des américains, et le bon, celui des Russes.

      Permettez à des gens de gauche de n’en choisir aucun des deux.

      Lina Le 25 février à 19:08
    •  
    • Par ailleurs, pour la majorité des Syriens, le problème principal ce n’est daesh qui est absent de la plupart des zones rebelles, mais les bombardements Russes, du régime, qui sont responsables de la très grande majorité des pertes civiles, et qui jettent les Syriens sur les routes de l’exil.

      Je signale que l’opposition n’a pas d’aviation, ni de missiles anti-aériens(qu’obama refuse de leur livrer) pour se protéger.
      Alors qu’en face on a les milices chiites organisées par l’Iran et le Hezbollah, les bombardements Russes, et les barils de TNT lâchés par hélicoptères par le régime dans des zones civiles.

      Finalement, daesh sert de prétexte à toutes les lâchetés.

      Lina Le 25 février à 19:18
  •  
  • Mélenchon devrait mieux s’informer sur le Moyen-Orient au lieu d’adopter des postures idéologiques.

    Voici un excellent article de Politis :
    L’inavouable accord russo-américain
    http://www.politis.fr/articles/2016/02/linavouable-accord-russo-americain-34078/

    Denis Sieffert et Politis sont-ils vendus au Qatar, à l’Arabie saoudite ?

    Lina Le 25 février à 19:28
  •  
  • Où sont passés mes commentaires ?

    Lina Le 25 février à 19:31
  •  
  • Un excellent article de Denis Sieffert dans politis :

    Syrie:L’inavouable accord russo-américain

    http://www.politis.fr/articles/2016/02/linavouable-accord-russo-americain-34078/

    Politis et Denis Sieffert sont-ils aussi vendus au Qatar et à l’Arabie saoudite ?

    Lina Le 25 février à 19:34
  •  
  • La Russie est intervenue en Syrie à la demande du Gouvernement légal. Celui-ci n’a rien demandé de tel aux intervenants occidentaux. Du point de vue du droit international, on peut très bien accepter les initiatives russes, se féliciter de leurs résultats et s’opposer aux ingérences de l’OTAN sans aucunement se contredire, les deux démarches n’ayant rigoureusement rien de commun.

    ARDUS Le 25 février à 21:23
       
    • Un gouvernement "légal" coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, un gouvernement "légal" anti-démicratique où une clique s’appuie sur une minorité confessionnelle pour dominer une population sunnite majoritaire, un gouvernement "légal" où un fils succède au père, lui-même arrivé au pouvoir par un coup d’État.

      Un gouvernement "légal" qui balance des barils TNT par hélicoptères sur des quartiers d’habitation.
      Un gouvernement "légal" qui aux manifestations pacifiques de 2011 a répondu par des tirs de snipers, qui affame des quartier entiers(cf.Madaya) coupables de résister au régime (d’où toute présence de daesh est absente).

      Un gouvernement "légal" qui lorsqu’en 2011 un enfant écrit sur un mur de Deraa "nous voulons que le régime tombe", il est torturé à mort, ongles arrachés (cf. Rapport d’Amnesty International).
      Lorsque ses parents viennent le réclamer au gouverneur de la région, ses tortionnaires leur rendent un cadavre et leur conseille de faire d’autres enfants(toujours rapport d’Amnesty international).

      C’est ça la gauche, c’est ça la solidarité internationale ?
      Ce sera sans moi alors.

      PS : quant à la légalité, rappelons que le régime de Vichy , le régime nazi,le régime d’apartheid étaient aussi des régimes légaux...

      Lina Le 25 février à 21:43
  •  
  • Vous avez oublié le bombardement des hôpitaux dans votre énumération.

    ARDUS Le 25 février à 21:55
  •  
  • Je parle des commentaires (comme ils comprennent l’auteur) : 45% de ce qu’on lit ici est de la propagande 45% de la morale et de l’émotion et les 10% restant ont bien du mal à se faire entendre... Dommage ce n’est pas encourageant.

    J’ai déconstruit largement ce passage sur la Syrie dans les commentaires FB de la page d’un ami du réseau. Je ne recommencerai pas ici, ça ne servirait à rien. Je dirai simplement — parce que ça permet d’évaluer le son général des affirmations — que l’attribution du bombardement des hôpitaux constitue une propagande qui a été dénoncée par la directrice juridique de MSF elle-même qui réclame une enquête indépendante. Je dirai ensuite qu’il s’agit de roquettes et non de frappes aériennes (Président de MSF France),

    Les Russes qui pour être des porcs et des monstres n’en sont pas moins les voix de la realpolitik et disent les choses tout de go ont déclaré qu’ils n’en étaient pas les auteurs.

    Quant à la directrice de MSF au Liban elle a déclaré que ni les Russes ni l’armée syrienne n’avaient les coordonnées GPS des hôpitaux en zone rebelle pour des questions de sécurité du personnel (activistes rebelles). Elle n’a pas dit qui les avait mais il suffit de réfléchir.

    Elle a dit aussi que les seules informations reçues venant des rebelles étaient forcément sinon nécessairement contestables du moins sans aucun doute partiales et que la propagande qui a immédiatement exploité la tragédie forcément avait créé une nébuleuse où il était maintenant difficile de savoir la vérité des dires et les interprétations. C’est elle qui la première a réclamé une enquête indépendante.

    Le Monde évoque tout ça dans un article du 18 février qui exploite largement des dépêches de plusieurs agences de Presse ou articles vus ailleurs.

    Louise Le 26 février à 05:24
       
    • les russes des porcs et des monstres wouah ca un commentaire de gauche !! tout le fond du fdg on entendrais pas ca si c,etait les yankees !!

      antoun Le 8 mars à 19:46
  •  
  • Aïe, des melenchonistes aveuglés qui accusent Dominique Vidale de faire partie des éditorialistes mediacrates... Ça me désole pour un homme qui passe sa vie à expliquer le moyen orient.
    Cette réaction des Melenchonistes n’est pas étonnante car les militants du PG ne viennent jamais aux conférences des Amis Du monde diplo, et ne font que suivre leur chef même s’il leur dit de sauter par dessus le pont.

    Sur le fond, je viens de lire un commentaire lamentable qui donne crédit à Poutine pour organiser des élections... Non mais lol quoi.... Poutine, Assad, les occidentaux, ... Tout le monde est coupable de cette situation dont la victime est le grand peuple syrien.

    Pardon Dominique, ne perd pas ton temps avec Mélenchon et son armée virtuelle. L’essentiel pour nous est d’imaginer une sortie de cette guerre civile sans Assad et sans Daech ....

    PS aux fans de Méluche, evitez de donner l’exemple lybien, JLM a voté pour les bombardements français. Ça a permis à la France de faire le show des rafales ... Les rafales de Serge Dassault, que Mélenchon "apprécie" ....

    Bernard Olivier Le 26 février à 05:41
       
    • Pour ma part, je ne me permettrai certainement pas de traiter de "médiacrate" Dominique Vidal (dont j’apprécie généralement les analyses), mais je trouve qu’il se comporte en simple éditorialiste lorsqu’il croit bon de rédiger une tribune à partir de propos incomplets et d’une pétition de principe.

      Yves-André Peremer Le 26 février à 09:29
  •  
  • Pour le reste Mélenchon est moindrement informé à la périphérie d’un Védrine — avec lequel il a travaillé dans le cadre du gouvernement Jospin — et d’un Alain Joxe, alors un des consultants de ce dernier et du ministre de la défense, l’un des novateurs du concept d’"empire du chaos" sinon le novateur, partout repris ensuite (dont par les chercheurs américains). En dépit de son âge il a mis à jour son bouquin sur ces guerres dans une nouvelle version publiée en 2012 qu’il a présentée lors de diverses conférence : je précise ici qu’il a participé pour le parti de gauche à l’information de la campagne des présidentielles du front de gauche.

    Tous étant plutôt pour une géopolitique multipolaire, qui n’est donc pas la conception unique de la géopolitique, mais dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle a fait ses preuves de compétence, et enfin, que l’heure de cette pertinence paraît revenue vu la tournure des événements.

    Non monsieur Vidal je ne pense pas que dans ce domaine monsieur Mélenchon soit l ’incompétent radical que vous évoquez. Même si Mélenchon est imparfait et parfois désagréable je vous le concède.

    Louise Le 26 février à 05:55
  •  
  • A Lina,
    Avez-vu écouté ce que JLM a dit ou vous avez entendu dire ?! Il me semble, d’après vos écrits crus, qu’il s’agit du deuxième cas. Et ces chiffres (80%), vous les sortez d’où ?!
    Allez, bonne pêche !

    Armand Le 26 février à 14:04
  •  
  • le grand défaut de JL Mélenchon c’est qu’il a une opinion sur tout et qu’il en tire des certitudes en politique intérieur et en politique extérieur et la manie de vouloir s’approprier d’une façon mécanique les expérience d’autre pays

    pagnoux Le 26 février à 16:39
  •  
  • Cet article et les commentaires passionnés qu’il suscite ne répondent pas vraiment à mes interrogations concernant les conceptions de JLM en matière de politique étrangère.

    Sous les affirmations définitives de JLM et des autres, tout est confus, qu’il s’agisse des questions ou des réponses. Et la complexité de la situation au moyen orient n’est pas seule en cause.

    Pour l’heure une question concrète se pose : Pouvons nous soutenir Jean Luc Melenchon dans son entreprise de candidature aux présidentielles.

    Je trouve beaucoup d’intérêt, de courage et d’opportunité dans cette candidature, mais ses positions "géopolitiques" me refroidissent nettement, s’agissant de la fonction présidentielle. Il est impératif qu’elles soient l’objet d’exposés circonstanciés de sa part et de discussions approfondies avec des contradicteurs avertis du sujet.

    vincent bissuel Le 26 février à 18:40
       
    • C’est bien là le but et votre "mais" est hautement révélateur. Tout peut et doit être discuté, de la candidature de Mélenchon à ses positions en matière de politique internationale. Mais l’analyse sérieuse fait mauvais ménage avec les phrases et les déclarations tronquées, les procès d’intention et les raccourcis saisissants. Regards poursuit son but, après les articles de Autain, Martelli, Marx, Latta, etc, combattre pied à pied Mélenchon sur tous les fronts possibles. Le chaos au Moyen Orient ne mérite pas cette indignité d’être un tel cache-sexe. Loin des collectifs post-it, et primaires de gauche, la seule véritable question qui turlupine la rédaction de Regards c’est non pas "pouvons nous soutenir Mélenchon" mais "comment faire pour faire barrage à la candidature de Mélenchon" . C’est vrai aussi que derrière tout cela se dresse le couperet terrible des législatives et des petits arrangements entre vrais/ faux amis. Alors là le cas du chaos Moyen orient ne pèsera pas bien lourd dans la balance des marchandages.

      Vassivière Le 27 février à 01:11
  •  
  • C’est incroyable de lire des choses pareilles "mais ses positions "géopolitiques" me refroidissent nettement, s’agissant de la fonction présidentielle". Parce que la géopolitique du gouvernement actuel et celle du mandat précédent ne vous inquiètent pas ? Ah bon ? Qu’est-ce qu’une géopolitique de gauche d’après vous ? Là c’est vous qui qu’il pourrait paraître inquiétant d’accompagner :-)
    Personnellement je suis indécise pour décider quoique ce soit dans l’état actuel des choses, mais sûrement pas pour soutenir la suite de la politique étrangère unipolaire et néo-coloniale.

    Louise Le 26 février à 21:16
       
    • Je vous recommande la lecture du n°100 de la Revue internationale stratégique dans lequel figure un entretien Boniface/Mélenchon, à lire également sur le blog de JLM "La France, trait d’union au sein de l’humanité universelle" sur la politique étrangère de la France selon JLM. Au moins là nous sommes à la source d’une vision géostratégique. D’accord ou pas c’est à vous de juger.

      Vassivière Le 27 février à 11:51
    •  
    • Je vous réponds que je suis dans la même indécision que vous, et tout autant dans le refus de soutenir une suite de la politique actuelle de notre pays, mais aussi que les conceptions de JLM ne me paraissent pas pour autant proposer une alternative valable.

      La politique neo-tzariste de la Russie n’a rien à voir avec la défense de la paix des peuples qui est au centre de son discours actuel. Ceux qui pensent autre chose sont prêts à se faire rouler dans la farine.

      Le débat est nécessaire, mais il ne fait que commencer.

      vincent bissuel Le 27 février à 15:17
  •  
  • Sans doute pas mal de gens vont se sentir frustrés seulement voilà je me réjouis d’annoncer ici que le décret de cessez-le-feu en Syrie vienne d’être voté au Conseil de Sécurité et doit entrer en vigueur à 23 h ce soir !

    Louise Le 26 février à 22:21
       
    • et doive (pas doit) pardon

      Louise Le 26 février à 22:23
  •  
  • LE DISCOURS DE D. Vidal a quelque chose de décevant par son côté "expert", même si c’est la mode, même si personne ne conteste la qualité de ses analyses qui concernent l’Extrême-Orient, ce, depuis des décennies.
    Témoin la phrase : "JLM ne connaît pas très bien.. etc....", j’espère que le "Diplo’ " ne lui monte pas à la tête, ce serait dommage pour nous tous.

    jean jules Le 27 février à 13:14
       
    • Ben oui, c’est bien connu : un expert "c’est formel" !
      Au diplo, il y a Alain Gresh qui devrait convenir parfaitement à Regards. Malheureusement il prend sa retraite ... vraiment triste ! Je vais peut-être relire le diplo ...

      Daesh ? Le 28 février à 00:40
  •  
  • Monsieur Vital,
    Je resterai quant à moi sur l’approche humaine du discours de JLM.
    Le mot PAIX à été prononcé bien des fois et a travers la Russie c’est le combat contre Daech et la défense du peuple Kurde que JLM évoquait. Si le verbe est rude, si l’analyse vous semble imparfaite, sachez que l’émission n’est pas hautement politique et que JLM pourrait faire beaucoup mieux.
    Il est clair que toutes ses interventions seront décortiquées et qu’aucun cadeau ne lui sera fait.
    J’espère qu’il résistera.

    Victoire Belle Le 27 février à 14:40
  •  
  • Monsieur Vidal, vous ne devriez pas considérer uniquement une émission dont l’objet est surtout de pousser à des déclarations sans laisser aller JLM jusqu’au bout de son raisonnement. Puisque vous êtes journaliste, vous connaissez les techniques de déstabilisation qui permettent de dénaturer les propos. Alors ? manque d’attention, erreur d’appréciation, malhonnêteté intellectuelle ?

    Ce que vous affirmez est contredit dans de multiples autres déclarations de JLM à propos de la Syrie mais aussi des guerres dans cette région du monde.

    Ce qu’il faut retenir de ce conflit, entre autre, c’est le tort de vouloir écarter la Russie (même si celle-ci défend ses intérêts) du processus de négociations, long et complexe, vous le savez puisque vous êtes un spécialiste.

    La France aurait tout intérêt à forcer dans ce sens, les USA cherchent une autre issue. Mais les monarchies du golfe Arabie saoudite, Qatar, tous aussi despotiques et criminels que la Syrie et bien d’autres comme l’Iran, sont de bons clients pour USA /Europe...alors ...

    Pour résumer la position de JLM, il a souligné sur France info ce qu’il entendait exactement, il soutient l’action des Russes qui coupent la route du trafic de pétrole, pratiqué par Daesh avec la Turquie, il soutient la proposition de coalition universelle pour mettre fin au conflit (excepté Daesh, Al Nostra et d’autres groupes dont les positions sont sujet à controverses) ainsi que l’organisation d’un processus électoral. Curieusement les accords se sont conclus entre la Russie et les USA, la France est aux abonnés absents. Bachar El Assad est un tyran, mais l’intégrité d’un pays permettra le changement, pas comme en Libye. Daesh doit être éliminé, c’est impératif. Ensuite le processus électoral sera lancé, l’histoire se fait lentement, vous le savez.

    Lisez-vous le blog de Mélenchon ? C’est la meilleure façon de savoir ce qu’il dit.

    morelle noire Le 27 février à 16:32
  •  
  • M Vidal vous faites une fausse interprétation des propos de JL M.
    Il est bien évident aujourd’hui que si Assad part, ce serait le chaos en Syrie, parce qu’il n’existe pas d’opposition organisée en dehors des groupes terroristes.
    Et donc, que pour lui, comme pour Poutine, la solution reste que la Syrie d’Assad repousse à défauts de détruire ces organisations terroristes.
    Avec l’aide d’une coalition sous mandat de l’ONU se serait encore mieux, et le meilleur moyen de gagner sans laisser trop de marge de manoeuvre à Poutine.
    Il est fort dommage que vous refusiez de débattre avec Mélenchon, en vous réfugiant derrière un argument spécieux, cela ne crédibilise pas votre propos

    tchoo Le 27 février à 16:33
  •  
  • "L’intervention russe a pour but de sauver Bachar El Assad "
    Je n’y crois même pas ! Dans l’immédiat ils ont (et probablement tout le monde a) besoin de bachar ... mais après s’il faut le faire sauter ils le feront !

    Poutine ne défend que les intérêts de Moscou, du moins ce qu’il considère comme tels
    Et la france défend quoi ??? "al nosra" ? "les intérêts de la France" (c.a.d. al quaida, excusez moi al nosra) ? "La politique de l’otan" ? La ré-élection de superDupond ? Super ! Ce qu’on appelle "l’opposition modérée" ?! Encore une fois Super. C’est quoi précisément "l’opposition modérée" ?
    J’en rajouterai une couche sur l’article "Pour défaire Daesh, il faut s’appuyer sur les peuples". Quels peuples ? Les kurdes ? Non, évidemment ce sont des terroristes, laissons la démocratie turque s’en occuper !
    Cette très chère clémentine pense t-elle que les troupes de l’État Islamique (appelons les choses par leur nom) sont constituées de martiens ? Et qu’aucun "peuple" n’y a quelque chose à voir ?

    Regards est-il dédié à la ré-élection de clémentine, au service de clémentine, une espèce de bulletin municipal qui serait national ?

    Daesh ? Le 28 février à 00:25
  •  
  • Je ne me lasserai jamais de voir l’avalanche de commentaires qui s’abat sur les réseaux dès qu’il s’agit d’émettre une critique quant à la politique extérieure de la Russie...

    Vous ne trouverez aucun observateur sérieux et indépendant pour soutenir que la Russie bombarde Daesh en Syrie, si ce n’est de manière très marginale. DIre que Daesh est la cible de la Russie en Syrien, est une contre-vérité totale !

    L’objectif militaire russe en Syrie est d’éradiquer ce qu’il reste d’opposition militaire et civile non-djihadiste (ce qui s’appelle encore l’Armée syrienne libre - ASL, qui tient encore quelques territoires et qui constitue la seule branche militaire de la coalition des forces d’opposition).

    L’intervention russe ne peut, par définition, avoir pour objectif de combattre Daesh, puisque l’EI est à ce jour une pièce indispensable de la stratégie de maintient au pouvoir de Bachar El-Assad !

    Lorsque l’ASL sera éliminée, et avec elle ce qu’il reste de la révolution syrienne, au prix s’il le faut - et comme cela est le cas actuellement - d’un bombardement massif de la population de villes comme Alep, alors seulement la Russie et son allié, le régime de Damas, se poseront la question de l’EI.

    En attendant, soutenir l’intervention russe, c’est faire le jeu de Bachar El-Assad - dont les geôles sont emplies de dizaines de milliers de prisonniers politiques affamés ou torturés à mort - et, indirectement, celui de l’EI, dont Bachar El-Assad a besoin pour se maintenir ! C’est aussi faire bien peu de cas de la population syrienne, massacrée depuis 5 ans par le régime, avec le soutien politique, financier, logistique et militaire de Moscou.

    Bref, on aura connu position plus pertinente, et le soutien de M. Melenchon a l’intervention russe est incompréhensible et totalement contre-productif. En éradiquant les derniers ferments de la révolution, la Russie ne laissera le choix à la population qu’entre le régime d’un côté, l’EI de l’autre. C’est le but recherché, et ils nous mène, collectivement, tout droit dans le mur.

    Thomas Le 28 février à 15:30
       
    • D’où tiens- tu tes sources que tu ne questionnes à aucun moment ? Des médias au dessus de tout soupçon ? Poutine n’est pas un ange mais à part les russes et les kurdes personne ne combat vraiment Daesh. Quant à la France et les US ils sont dans les meilleurs termes avec les saoudiens, les qataris et les turcs, grands démocrates, féministes, coupeurs de têtes, de mains et lapideurs d’homosexuels !

      René-Michel Le 28 février à 18:12
  •  
  • Il faudrait que D.Vidal nous explique qui sont les rebelles "modérés" et qui les a armés.
    J’en ai assez que sur les cartes de la Syrie on nous montre les zones tenus par l’EI, celles tenues par le Régime et celles tenues par les rebelles.
    Al Nosra, émanation d’Al Qaida, fondée par un certain.. Abu Bakr Al bagdadi, occupe une large part de la zone dite "rebelle" vers Idlib.
    Qui informera les français en leur montrant le peu de terrain occupé par l’ASL qui seule peut être qualifiée de modérée (et encore..)
    Non D.Vidal la défense des minorités n’est pas qu’un prétexte pour Assad.
    Croyez vous que les gentilles katibas salafistes prétendument modérées ménageraient demain Alaouites, druzes,chrétiens, kurdes et autres si par malheur elles venaient à exercer le pouvoir ?

    Daniohannis Le 29 février à 16:27
  •  
  • Tout à fait d accord car Mélenchon connaît la France.

    Tip Le 4 mars à 23:38
  •  
  • Est ce que l’opposition syrienne ( que tout le monde appelle modérée), ressemble à nos islamistes modérés genre Tarik Ramadan) modérés qui ne prônent pas la violence mais qui mènent un combat idéologique pour imposer leur vision du monde et la mise sous coupe de la communauté musulmane ? Il est difficile de se faire une conviction sur ce qui se passe à des centaines de kilomètres de nous, surtout que le mensonge des médias , des hommes politiques, et surtout l’état du monde , prouvent que nous devons rechercher la vérité en dehors des discours ou certitudes officielles. Je ne suis pas d’accord avec votre mouvement qui cautionne des salons où s’expriment des intégristes islamistes, qui pourtant expriment leur mépris des femmes et cherchent des cautions politiques, contre d’hypothétiques acquisitions de voix ! Comment pourrais je vous faire confiance sur ce qui se passe en Syrie Ce que tout le monde a entendu , c’est qu’avant l’intervention russe, Daech progressait partout ! Et, après les bombardements russes, Daech criait et menaçait ! La position de JLMélenchon me parait plus juste, bien que certainement moins "politiquement correcte"

    Nadia Mattia Le 5 mars à 18:25
  •  
  • eh bien vue la plupart des commentaires on peut dire que la majorite des supposes sympathisants du fdg sont dans la ligne du pentagone ca a force de lire la propagande biaise de libe et du monde !!! on comprend la !! l,echec du fdg !! sur la politique etrangere vous etes en parfaite communion de pensee avec le ps !!

    antoun Le 8 mars à 12:38
  •  
  • Grâce à ses amours communautaro-islamo-racistes en France, mélanchon bénéficie du soutien sans faille de la sphère dieudonnistes/frontistes et de leurs milliers de trolls sur internet. Il est donc quasiment impossible de débattre sur la toile sur des sujets qui le concernent, son amour aveugle pour la russie de Poutine, sa vision idyllique d’un islam "incriticable" même lorsqu’il est proche de l’islamisme ou son abandon à la réécriture de l’histoire de France au pied des cités qu’on nous impose depuis quelques temps. Bravo à ceux qui se lancent.

    zabvin Le 6 juin à 10:13
  •